Identité ? Hybridité du japonisme (2 modestes réflexions à partir d’une interview de Gérard Noiriel)

Gérard Noiriel a donné une longue et intéressante interview au journal Le Monde : « Réhabiliter Chocolat, figure noire populaire » (20 janvier 2016) (Son interlocutrice était Esther Attias)

En voici deux extraits que je trouve particulièrement pertinents pour mes recherches sur les acrobates japonais en France:

(…)

Néanmoins, comme le rappelle Ta-Nehisi Coates dans « Une colère noire  » (…), la France s’est bâtie grâce à ses esclaves noirs…

Certes, mais ce fait historique ne suffit pas à créer une identité noire. Au XIXe siècle, en France métropolitaine, il y a une forte conscience de classe, mais il n’y a pas de communauté noire à proprement parler. Par exemple, on ne retrouve pas de solidarité ni de processus d’identification entre Chocolat, un prolétaire immigré, et les intellectuels noirs à Paris  : l’intellectuel haïtien Bénito Sylvain écrit dans La Fraternité, l’hebdomadaire qu’il a fondé, sans jamais citer Chocolat. Pour ces hommes de lettres, le cirque est soit trop aristocratique, soit trop populaire, et Sylvain n’apprécie pas que Chocolat puisse gagner sa vie en faisant rire les Blancs. Mais contrairement à ce qu’on voudrait croire, Chocolat n’est pas aliéné pour autant. A sa manière, il dessert l’étau des stéréotypes.

Mon commentaire: on observe le même phénomène avec les artistes de cirque japonais. Pour autant que je sache, leurs compatriotes en voyage ou en séjour d’études en France cherchaient avant tout à les éviter et à ne pas leur être associés. Dans le cas des Japonais de la fin du XIXe siècle, il faut aussi prendre en compte que les artistes de cirque jusque dans les années 1860 appartenaient aux « hinin », avaient un statut de parias, qu’ils n’ont officiellement perdu qu’à l’ère Meiji, sans que les stéréotypes ne s’arrêtent avec les changements légaux.

Pourquoi établir un lien entre les « minstrels  » américains et Chocolat  ?

Personne n’en parle dans l’historiographie française, mais je prétends qu’une partie de la culture populaire, notamment la musique et les chansons de ­cabarets, vient des minstrels. A l’époque, le mot « minstrel  » faisait partie des cinquante mots anglais les plus connus des Français. L’occultation dont Chocolat a fait les frais s’étend plus largement à l’apport de la culture afro-américaine. (…)

Mon commentaire: j’ai l’impression que les paroles de Gérard Noiriel pourraient s’appliquer au japonisme et son étude. On a tendance à le voir comme une relation binaire entre des Français, intellectuels ou artistes, et le Japon, alors que, bien souvent, il faudrait le considérer comme un phénomène triangulaire puisque les États-Unis et leurs marchands, artistes ou intellectuels servaient souvent de filtres ou d’interlocuteurs au japonisme français. Dans le cas des acrobates et artistes de cirque japonais de 1867, outre le fait qu’ils sont arrivés en France après avoir rencontré le public des Etats-Unis et s’y être adaptés, Schodt a bien montré dans son livre le rôle qu’avait joué l’impresario américain Risley dans la constitution de leur répertoire de tournée. Ce n’est pas un spectacle purement japonais que les Parisiens ont découvert aux marges de l’exposition universelle de 1867, même s’ils étaient convaincus d’assister à quelque chose d’inédit et de jamais vu.
(F.L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe: How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (2012))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.