Un regard japonais sur un tableau du japonisme

De nouveau, pas de jongleur acrobate aujourd’hui, mais un élément des relations artistiques entre la France et le Japon.

Le Musée de la mode de Kobe (神戸ファッション美術館) accueille en ce moment une rétrospective des œuvres de Kiyoshi Yamashita, un artiste que l’on pourrait rattacher à l’Art Brut1.

Voici l’affiche de l’exposition:

L’œuvre reproduite, qui date de 1940, quand Yamashita avait dix-huit ans, est un excellent exemple de sa technique, dite hari-e (貼り絵), variante de l’art traditionnel chigiri-e (ちぎり絵), l’emploi de centaines de petites bandes de papier déchiré, d’une largeur de quatre ou cinq millimètres, qui forment, selon le principe de la mosaïque, une image reconnaissable.

Dans ce cas-ci, l’artiste n’a pas composé une image originale reproduisant un personnage ou un paysage qu’il aurait vus, mais il a recopié et réinterprété une peinture de Vincent Van Gogh présentée dans une anthologie japonaise de la peinture européenne: La Mousmé.

Vincent van Gogh, La Mousmé (1888) (National Gallery of Art, Washington, D. C.; Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=797718)

Alors que le modèle est une fille de la région d’Arles, le titre de l’œuvre témoigne de l’influence de l’art japonais et de l’intérêt de van Gogh pour le Japon, à travers notamment les écrits de Pierre Loti.

Maintenant si tu [= Théo van Gogh] sais ce que c’est qu’une “mousmé” (tu le sauras lorsque tu auras lu madame Chrysantème de Loti), je viens d’en peindre une. Cela m’a coûté toute ma semaine, je n’ai rien pu faire d’autre chôse ayant encore été pas trop bien portant. Voilà ce qui m’embête, si j’eusse été bien portant j’aurais sabré entre temps encore des paysages. mais pour mener bien ma mousmé je devais réserver ma puissance cérébrale. Une mousmé est une fille Japonaise – provencale dans ce cas – de 12 à 14 ans.2

Yamashita ne disposait que d’une reproduction de faible qualité, d’une quinzaine de centimètres, mais sa composition mesure 75 x 57 cm; sa maîtrise technique est époustouflante. Je ne sais s’il a été attiré par l’histoire du tableau de van Gogh et sa relation avec le Japon ou par ses couleurs et son style.



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2022, 26 juillet). Un regard japonais sur un tableau du japonisme. Acrobates japonais en France. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/akyg

  1. J’ignore la raison de cet accueil, Yamashita n’étant lié ni à la mode, ni à Kobe. []
  2. Vincent van Gogh, Lettre 650. []

Une réflexion sur « Un regard japonais sur un tableau du japonisme »

  1. Ping : Deux questions après la visite de l’exposition Kiyoshi Yamashita – Georges Focus, peintre et fou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.