Expositions, kimonos et cartes postales

Il y a quelques semaines, je suis allé voir à Kyoto deux expositions liées au japonisme: 「ボストン美術館 華麗なるジャポニスム展」 (Le japonisme dans les collections du Musée de Boston) ( au Musée Municipal des Beaux Arts de Kyoto, ouverte jusqu’au 30 novembre) et l’exposition James Whistler au Musée d’Art Moderne de Kyoto, en face, qui ferme ce dimanche.

Les oeuvres exposées sont très belles et la cohérence des deux ensembles vaut le deplacement. Même si, comme souvent dans les musées au Japon, la scénographie des deux expositions, la mise en valeur des oeuvres manquent totalement d’originalité, les tableaux et objets sont parfaitement mis en valeur, et il n’y avait pas trop de monde quand j’y suis allé (et un tout grand merci aux gardiennes des deux musées qui m’ont très aimablement prêté un crayon pour remplacer le stylo-bille avec lequel je prenais des notes).

Bien sûr, j’ai cherché des représentations d’acrobates ou de jongleurs, mais je n’en ai pas trouvé.

Par contre, j’ai été frappé par le nombre d’oeuvres relevant d’un des thèmes de ma recherche, celui des Occidentaux qui s’habillent de vêtements japonais, thème magnifiquement mis en valeur par le tableau de Monet du Musée de Boston qui sert d’affiche à l’exposition de Kyoto : La Japonaise (1876).

La Japonaise (Claude Monet [Public domain], via Wikimedia Commons: https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AClaude_Monet-Madame_Monet_en_costume_japonais.jpg)

Le peintre y a représenté sa femme, Camille, souriante, coiffée d’une perruque blonde et vêtue d’un somptueux kimono. Ce kimono, empressons-nous d’ajouter, n’est pas un kimono féminin, mais un costume d’acteur.

Alors que la pose de Camille est ici dynamique et joyeuse, ce portrait s’inscrit dans une série de représentations de femmes occidentales habillées de vêtements japonais qui sont en général assises et pensives.

Ainsi, à l’exposition, on peut voir Méditation d’ Alfred Stevens (1872), Decorative head de Frank W. Benson (1894), Der Polster de Max Kurzweil (1903).

Alfred Stevens, Méditation

Frank W. Benson, Decorative head (1894)

Max Kurzweil, Der Polster (1903).

Il me semble interessant de noter que le thème d’une jeune femme habillée en kimono ou autre vêtement nippon a aussi connu un certain succès hors de l’art prestigieux de la peinture de portrait et du japonisme bourgeois. On le retrouve sur des photographies de cartes postales, particulièrement pour la période 1900-1910. Par exemple, une recherche sur le site de ventes http://www.delcampe.net avec les mots clefs « carte fantaisie japonaise » en donnera plusieurs échantillons. Il est remarquable de constater que, à la difference des portraits peints, la plupart des modèles sourient et prennent une pose coquette. C’est, me semble-t-il, un bel exemple de variation entre le japonisme bourgeois et le japonisme populaire, qui, ici, lui est postérieur.

 

Ecrivez-moi plus souvent

(Source de l’image: Japanese dress-up: Two sets of postcards made in France)

On remarquera que, contrairement aux artistes de cirque que j’étudie, on ne retrouve que des femmes déguisées ou habillées en Japonaises. Il n’y avait pas de portrait d’homme habillé en Japonais dans les deux expositions que j’ai visitées, et je n’en ai pas trouvé dans les sites de vente de cartes postales (S’il vous plait, n’hésitez pas à me démentir et me fournir des informations sur ce sujet si vous en connaissez).

Une des rares exceptions que je connaisse est le portrait photographique de Toulouse-Lautrec.

Toulouse-Lautrec

Je me demande donc si on n’a pas ici une autre différence entre japonismes bourgeois et populaire : le rôle des genres.

Ajout du 8 janvier 2016

Kitano Tsunetomi 北野恒富 (1880-1947); poster pour la société de sake Kiku Masamune 菊正宗; 1913 (Source de l’information: http://taishou-kun.tumblr.com/post/136761203832/kitano-tsunetomi-%E5%8C%97%E9%87%8E%E6%81%92%E5%AF%8C-1880-1947-girl-wearing-a)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.