A la mémoire de Yoshio Yasumaru, 1934-2016

L’avis nécrologique qui suit est paru, en anglais, sur le site H-Japan et dans la liste électronique qui lui est liée. Comme je le trouvais très intéressant, j’ai demandé à ses auteurs la permission de le traduire en français. Ils me l’ont très rapidement et gentiment accordée (Merci à Sonja Dale et Nakano Satoshi). J’y ai ajouté quelques liens vers des publications françaises, qui, j’espère, apporteront des informations supplémentaires aux lecteurs intéressés. L’historiographie japonaise mérite d’être mieux connue en France. Comme je ne suis pas un spécialiste d’histoire japonaise, n’hésitez pas à apporter d’autres informations et signaler d’autres références.

In Memoriam Yoshio Yasumaru, 1934-2016

Yoshio Yasumaru, professeur émérite en histoire sociale à l’Université Hitotsubashi, est décédé à Tokyo le 4 avril 2016. Il avait 81 ans. Il était reconnu comme l’un des historiens japonais les plus importants et les plus originaux de l’après-guerre.

Tout au long de sa carrière, le Professeur Yasumaru a été à l’avant-garde des études historiques au Japon, depuis son Nihon no kindaika to minshu shiso (La modernisation du Japon et les idées populaires), un livre considéré dès sa publication en 1974 comme une étude pionnière de l’histoire intellectuelle du peuple au Japon, apprécié pour son interprétation profonde et nuancée des expressions religieuses populaires.

Né dans la Préfecture de Toyama en 1934, Yoshio Yasumaru entra au Département d’Histoire de l’Université de Kyoto en 1953. Après y avoir fini ses études, il travailla à l’Université Meiji de 1962 à 1970. Il fut alors nommé Professeur d’histoire sociale du Japon à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Hitotsubashi où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1998. En 1999, il reçut le statut de Professeur émérite. Il fut aussi professeur extraordinaire à l’Université Waseda de 1997 à 2005.

Chacun des neuf livres écrits par le Professeur Yasumaru a laissé sa marque tant auprès du grand public que de la communauté des savants, au Japon et dans le monde, et ils sont tous considérés comme des classiques. Par exemple, son Bunmeika no keiken: kindai tenkanki no Nihon (L’expérience de la civilisation : la transition du Japon vers la modernité), finalement publié en 2007, a pour sujet l’histoire intellectuelle des petites gens pendant les 100 ans de transformation radicale qui ont marqué la société japonaise du bakufu et de la restauration Meiji, une époque caractérisée par le processus de “bunmeika” (civilisation). Ce livre a eu un grand impact dans le monde académique, en particulier auprès des historiens et des spécialistes des religions. Bunmeika no keiken allait être discuté lors de nombreuses réunions scientifiques, souvent honorées de la présence du Professeur Yasumaru.

Comme en témoignent les six volumes de ses œuvres complètes, le Professeur Yasumaru était un savant prolifique, qui s’est occupé de nombreux sujets, de l’histoire des mentalités populaires, des mouvements populaires et de le religion du peuple pendant la transition vers le Japon moderne jusqu’à l’histoire intellectuelle de l’État et de la religion, en particulier le système impérial japonais et les idées d’aujourd’hui.

Un des ses plus grandes réalisations historiographiques fut d’avoir fait de l’histoire des idées populaires un nouveau champ d’études. Dans son livre, mondialement apprécié, une véritable rupture historiographique, son « Modernisation du Japon et pensée populaire », le Professeur Yasumaru a étudié l’ethos populaire qui servit de fondation à la modernisation du Japon, sous l’étiquette de « moralité populaire » (tsuzoku dotoku). Cet outil d’analyse lui permit d’étudier à la fois le potentiel et les limites des idées populaires au Japon pendant la transition du pays vers la modernité (ou, si l’on préfère, la civilisation). Un autre de ses travaux, Deguchi Nao, est reconnu comme un chef d’œuvre de biographie. Il y montre patiemment et minutieusement le processus par lequel la veuve d’un charpentier s’est faite, par ses idées, la porte-parole de la moralité populaire lors de sa fondation de la secte Omotokyo, une des nouvelles religions propres au Japon moderne.

Alors qu’il explorait les cheminements des idées et des idéaux populaires, le Professeur Yasumaru n’a pas délaissé la maniere dont les gens du peuple ont essayé d’influer sur la politique et le fonctionnement de l’État. On peut citer Nihon nationalism no zenya (A l’aube du nationalisme japonais), Kamigami no meiji ishin (La restauration Meiji des dieux) ou encore Kindai Tenno-zo no keisei  (L’image moderne du Tenno). Tous ces ouvrages décrivent la réalité des idées du peuple, des mouvements populaires et de la religion populaire, qui seront finalement absorbés par un puissant État-nation et le système autoritaire du Tenno, qui lui est corollaire. Cette approche s’est imposée dans l’étude de l’histoire japonaise.

Le Professeur Yasumaru a également utilisé les idées populaires pour construire une méthodologie utile à l’histoire intellectuelle. Son ouvrage Hoho to shite no shiso-shi (Histoire intellectuelle et méthode) est devenu un manuel standard en histoire des idées.

Outre ses propres livres, le Professeur Yasumaru a participé à la collecte et à l’édition de sources servant de base à la recherche historique. Il a été responsable de volumes comme Minshu-undo no shiso (Les idées au sein des mouvements populaires) et  comme Minshu-shukyo no shiso (Les idées dans la religion populaire), ainsi que des séries Nihon shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise),  Shukyo to kokka (La religion et l’Etat), Minshu-undo (Mouvements populaires) dans la collection Nihon kindai shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise moderne). Chacun de ces projets s’est trouvé enrichi par l’ample commentaire du Professeur Yasumaru, qui a permis de faire progresser plusieurs champs d’études et durablement marqué plusieurs générations de savants. Ses contributions aux collections Iwanami kozaNihon tsushi (Les conférences Iwabani sur l’histoire du Japon) et Tenno to oken wo kangaeru (Relations entre Tenno et royauté) ont aussi apporté la preuve de l’ampleur de sa vision et de sa capacité à diriger des comites éditoriaux où travaillaient les meilleurs représentants de l’histoire japonaise et de l’histoire mondiale.

Le caractère novateur de son approche de l’histoire était aussi apprécié lors de rencontres stimulantes avec les savants du monde entier, en particulier avec les historiens de la religion coréenne, qui ont été profondément marqués par ses recherches. En octobre 2013, Carol Gluck a invité le Professeur Yasumaru à l’Université Columbia pour une conférence bilan sur sa vie de recherches et de publications. Les historiens D. Harootunian et Takashi Fujitani en furent les animateurs. Ryuichi Narita se rappelle que la salle était pleine à craquer de savants confirmés et de jeunes chercheurs, tous attentifs au moindre mot du Professeur Yasumaru, même s’il était parfois difficile à suivre à cause d’une opération chirurgicale récente contre un cancer du poumon.

Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, après trois décennies d’enseignement à l’Université Hitotsubashi, nous ne pouvons trouver assez de mots pour exprimer notre reconnaissance pour l’inspiration et l’exemple qu’il nous a donnés en vue de futures solides recherches, au-delà de sa contribution au progrès scientifique et au développement de la Faculté de Sciences sociales. Nous, ses collègues et amis, sommes privilégiés de l’avoir eu pour mentor ; il nous a toujours traits avec son mélange caractéristique de tendresse et de sincérité, sur le campus ou chez lui à Kunitachi. Nous nous souviendra de lui comme d’un professeur brillant, d’un ami proche et d’une source constante d’inspiration pour tous.

Le soir du 29 février, alors qu’il marchait vers une boite aux lettres pour poster des réponses à des articles qui lui avaient été soumis, réponses pleines d’observations précises et de mots d’encouragement. Yoshio Yasumaru, âgé de 81 ans, fut renversé par une automobile et emmené en urgence à un hôpital du voisinage. Il reprit conscience et pouvait discuter avec ses visiteurs dans sa chambre, mais il contracta une pneumonie, qui se révéla fatale après ses années de lutte contre le cancer. Il mourut le matin du 4 avril 2016, sa tendre épouse Yayoi à ses côtés.

Nous, membres de l’Université Hitotsubashi, nous joignons à tous ceux qui pleurent la mort prématurée de Yoshio Yasumaru, au Japon et à l’étranger. Il va nous manquer, à nous et à tous ses étudiants, collègues et amis.

Une séance académique en sa mémoire se tiendra le 22 mai 2016 dans la salle Kanematsu de l’Université Hitotsubashi à 14 h 00.

Si vous souhaitez envoyer vos condoléances à la famille Yasumaru, envoyez vos messages à l’adresse memorial.yasumaru.yoshio@gmail.com.

21 Avril 2016

Hitotsubashi University Graduate School of Social Sciences

http://www.soc.hit-u.ac.jp/en/info/index.cgi?id=421

Pour en savoir plus en français:

  • Yoshimi Shun’ya, Lozerand Emmanuel. Les rituels politiques du Japon moderne. Tournées impériales et stratégies du regard dans le Japon de Meiji. In: Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995. pp. 341-371. DOI : 10.3406/ahess.1995.279369 ; www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279369
  • Guillaume Carré, « Katsumata Shizuo, Ikki, coalitions, ligues et révoltes dans le Japon d’autrefois», Cipango [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 26 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1723 (montre les relations entre Katsumata et ses prédécesseurs, dont Yasumaru)
  • Tristan Brunet, « Le débat sur l’Histoire de Shōwa et le Japon de 1955 », Cipango [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 25 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1081 ; DOI : 10.4000/cipango.1081
  • n. 106 : « Ce fut notamment le cas de la mouvance historique dite Minshū shisōshi 民 衆思想史, ou « histoire de la pensée populaire », dont les principaux représentants furent Irokawa Daikichi 色川大吉 (1925-), Yasumaru Yoshio 安丸良夫 (1934-), Kano Masanao 鹿野正直 (1931-) et Hirota Masaki ひろたまさき (1934-). Comme le souligne Nagahara Keiji dans son ouvrage de 2003, ces auteurs ont cherché à repenser l’histoire du Japon en s’affranchissant des a priori de l’appareil méthodologique de l’histoire scientifique héritée des États-nations occidentaux avec leur historicité propre, afin de recoller, au plus près, et avec la plus grande fidélité possible, à l’expérience historique des Japonais aux différentes époques considérées. Nagahara Keiji, Nijūseiki nihon no rekishigaku, cit., p. 209-214.”

Sur la lutte contre le révisionnisme historique de Yasumaru, voir par exemple, Nanta Arnaud. L’actualité du révisionnisme historique au Japon (avril-août 2001). In: Ebisu, n°27, 2001. pp. 129-138. DOI : 10.3406/ebisu.2001.1129; www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_2001_num_27_1_1129


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.