Quinze ans de ma vie (IV): confitures japonaises et frais de transport

Je finis ma présentation d’extraits de l’autobiographie de Loïe Fuller, sélectionnés pour apporter un peu de lumière sur les acrobates japonais en France et le contexte de leurs tours (voir I: Bibliographie, II: Contrats, III: Imitations pour les autres passages). Le passage que je cite ci-dessous est intéressant parce qu’il concerne la logistique des tournées d’artistes de cirque ou de music-hall japonais. Encore une fois, il ne faut pas nécessairement prendre comptant ce que raconte Loïe Fuller, on imagine mal que ces frais de transports et de bouche aient réellement été à sa charge comme impresario, mais on ne peut douter que les banquistes japonais aient essayé d’emporter avec eux des aliments de leur pays et que, comme encore maintenant, certains d’entre eux aient pu surprendre les Européens. Je me demande si et dans quelle mesure les manières de table et autres habitudes alimentaires ont été mises en avant pour accentuer l’exotisme des spectacles.

Sada Yacco avait amené avec elle une troupe de trente personnes. Ces trente personnes me coûtèrent plus que quatre-vingt-dix autres, car, outre tout ce que j’étais obligée de faire pour leur procurer des distractions, j’eus incessamment à me démener pour avoir la permission d’accrocher, à chaque express qui les transportait, un énorme wagon bourré de confitures japonaises, de riz, de poisson salé, de champignons, de navets en conserve, qui devaient servir à la nourriture de mes trente Japonais, y compris Sada Yacco elle-même. En une seule saison je payai aux compagnies de chemins de fer trois cent soixante-quinze mille francs de frais de transport, mais cela me coûtait encore moins que de payer tous les dédits que j’aurais dû acquitter, de Lisbonne  à Saint-Pétersbourg, si je m’étais décidée à renvoyer mes Japonais chez eux.
J’ai longtemps cherché à rentrer dans mes fonds en promenant mes Nippons et leurs conserves à travers le monde, mais, de guerre lasse, j’ai rassemblé une autre troupe, qui valait la première, et qui, celle-là, circulait sans cargaison de riz et de poisson salé.
« Les affaires sont les affaires », je le sais. Je me décidai donc bravement à supporter les pertes que j’avais subies, et pensais à toute autre chose lorsque la fortune sembla me sourira à nouveau.

Sada Yako à Berlin, 1901 (Par Inconnu — internet, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=40133402)

Il y avait à Londres une troupe japonaise qui cherchait un engagement. Les acteurs vinrent me voir. Ils montraient des prétentions folles et je les renvoyai d’où ils venaient. Mais comme ils ne trouvèrent pas d’engagement nous fîmes une cote mal taillée et je leur découvris un impresario qui les emmena à Copenhague.
J’allais également en Danemark et pensais m’occuper des affaires des Japonais, en même temps que des miennes.

Lorsqu’ils arrivèrent à Copenhague, je vis la troupe entière pour la première tels. Ils vinrent tous, me saluer à mon hôtel, et jouèrent je ne sais quelle pièce de leur cru.
J’aperçus alors, au milieu des comédiens, une aimable petite Japonaise, que j’eusse volontiers sacrée étoile de la troupe. Mais, pour ces Nippons, les femmes ne comptaient pas et tous les grands rôles étaient tenus par des hommes. C’était elle seule pourtant que j’avais remarquée; Elle jouait un rôle de troisième plan, il est vrai, mais avec une telle intelligence, des mines si drôles de petite souris trotteuse, puis des gravités soudaines qui figeaient sur, sa physionomie toutes les affres de la terreur. Et jolie avec cela, fine, gracieuse, étrange et si particulière, même parmi ceux de sa race.
Lorsque la répétition fut finie, je rassemblai les acteurs et je leur dis:
-si vous voulez rester avec moi il faut m’obéir. Et si vous ne prenez pas cette petite pour étoile vous n’aurez aucun succès.
Et comme elle avait un nom intraduisible et long d’une aune, je la baptisai sur l’heure Hanako.

Hanako, Vienne (Autriche), 1908 (Auteur inconnu; Austria Sport & Salon 4/4/1908, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9559361)

 

Notes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.