Les acrobates et la mort de l’empereur

Photographie publiée sur la page facebook du Musée National des Beaux-Arts d'Osaka

Photographie publiée sur la page facebook du Musée National des Beaux-Arts d’Osaka

Alors que je visitais la belle exposition sur l’armée de terre-cuite de l’empereur Qin (qui date de 210 av. J.-C.) au Musée des Beaux-Arts d’Osaka, mon attention a été attirée par une statue différente des autres: à moitié nue, ventripotente, solidement campée sur ses jambes, les bras musculeux.

Statue en terre-cuite d'un hercule de foire (Photo reprise d'un dossier pédagogique du British Museum)

Statue en terre-cuite d’un hercule de foire (Photo reprise d’un dossier pédagogique du British Museum)

La notice de l’objet expliquait qu’il s’agissait d’un acrobate ou jongleur. On ne le voit pas sur la photo ci-dessus, et je n’ai pas trouvé en ligne de meilleure image, mais on voyait clairement que le bras gauche avait été modelé afin qu’on puisse insérer entre le tronc et le bras ce qui ressemble à un étai en bois. Malgré la présence d’un dessin explicatif, je n’ai malheureusement pas compris la nature exacte de cet objet. Pour des raisons de conservation, l’éclairage était minimal lors de l’exposition, et je ne me souviens pas que la polychromie de la statue était aussi visible que sur la photo.

Une petite recherche m’apprend qu’un petit groupe de statues d’amuseurs a été trouvé non pas avec la majorité des figurines du mausolée, mais dans un autre fossé, fouillé quelques années après les premières découvertes, en compagnie notamment de statues de musiciens et de statues d’animaux en bronze, animaux que l’on interprète comme des animaux savants utilisés eux aussi pour des spectacles.

Acrobate ou jongleur; statue en terre-cuite (Photo : Owen Jarus)

D’après l’explication traditionnelle, ces figurines servent à symboliser les plaisirs que l’empereur pourra avoir dans l’après-vie, identiques à ceux qu’il connaissait de son vivant; les amusements fournis par ces acrobates et jongleurs faisaient partie de la riche vie de cour, dont l’empereur continuerait à jouir après sa mort.

Je me demande toutefois s’il n’est pas possible d’imaginer une autre interprétation. Au Japon, les acrobates et jongleurs faisaient partie anciennement des hinin非人)ou des kawaramono (河原者), une catégorie de parias. Cela était dû à leur mode de vie voyageur et non conventionnel, mais aussi, en partie, aux origines légendaires de leur art, à savoir des jeux funéraires et la participation à des cérémonies funèbres pour des personnages importants. Par leur histoire, au Japon, la jonglerie et l’acrobatie étaient liées à la mort de chefs ou de rois. Cela expliquerait-il aussi la présence des statues d’acrobates et de jongleurs dans le mausolée de Qin ?

Bibliographie
Bibliographie non vue
Mise à jour du 13 octobre 2016

Maev Kennedy, Ancient Greeks ‘may have inspired China’s Terracotta Army’, The Guardian 12 octobre 2016

Archaeologists and historians working on the warriors say they now believe that the figures’ startlingly lifelike appearance could have been influenced by the arrival in China of ancient Greek sculptures, and even that Greek sculptors made their way there to teach their designs.

“Des archéologues et historiens qui étudient les statues de guerriers disent qu’Ils en sont venus à penser que l’apparence réaliste et vivante des statues pourrait être en partie due à l’arrivée en Chine de statues grecques ou même que des sculpteurs grecs seraient arrivées ici pour enseigner la technique de leur création”

L’article reprend des propos de Li Xiuzhen, un des archéologues responsables du site du tombeau:

“We now think the Terracotta Army, the acrobats and the bronze sculptures found on site, have been inspired by ancient Greek sculptures and art.”

“Nous pensons maintenant que l’armée en terre cuite, les acrobates et les sculptures en bronze trouvées in situ ont été inspirées par l’art grec et sa sculpture.”

Aucun argument sérieux n’est présenté dans l’article du Guardian, qui est, en fait, une annonce pour un documentaire de la BBC, The Greatest Tomb on Earth, qui sera projeté le  16 octobre.

Mise à jour du 19 novembre 2016

Pour quelques réactions, voir maintenant l’article de J. Hanink et F. Rojas Silva, Why there’s so much backlash to the theory that Greek art inspired China’s Terracotta Army, The Conversation 17 novembre 2016.

Mise à jour du 28 août 2017

P.S. Quinn et al. Building the Terracotta Army: ceramic craft technology and organization of production at Qin Shihuang’s mausoleum complex. Antiquity. Vol. 91, août 2017, p. 966. doi: 10.15184/aqy.2017.126: analyse de l’argile de plusieurs statues, dont des acrobates

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les acrobates et la mort de l’empereur ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/08/2016. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/640.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.