Les équilibristes étaient les premiers

Dans le texte de présentation du colloque et de l’exposition sur l’histoire des relations italo-japonaises que j’ai mentionnés ci-dessous, on peut lire:

È stato organizzato insieme alla mostra “La missione Iwakura alla scoperta dell’Italia”, già a Tokyo nel mese di luglio e ora a Kyoto per tutto ottobre, ponendo la visita in Italia dei membri di quella missione nel 1873 come punto di partenza della “scoperta” nel nostro paese.

« [Le colloque] a été organisé parallèlement à l’exposition « La mission Iwakura à la découverte de l’Italie », qui était visible à Tokyo depuis la mi-juillet et est maintenant à Kyoto pour tout le mois d’octobre:  nous plaçons la visite en Italie en 1873 des membres de cette mission comme point de départ de la « découverte » de notre pays ».

On trouve aussi l’affirmation suivante:

Uno dei punti di partenza nella storia di questi rapporti va senz’altro individuato nella visita della Missione Iwakura.

« On doit certainement reconnaître un des points de départ de l’histoire des rapports [entre l’Italie et le Japon] dans la visite de la Mission Iwakura ».

Je voudrais défendre ici l’idée, à la suite, entre autres, des travaux de Schott et Mihara, que les tournées des acrobates et autres artistes de cirque japonais sont un autre point de départ des relations entre le Japon et les pays d’Europe. Certes, elles n’ont pas fait l’objet de rapports et de réflexions au Japon sur la civilisation occidentale comme la Mission Iwakura, mais, sur le strict plan chronologique, elles sont antérieures et on ne peut négliger l’impact qu’elles ont eu sur l’image des Japonais en Europe.

Voici, par exemple, un article du Figaro du 29 mai 1868, p. 3:

La Liberté raconte qu’il y a depuis un mois,
à Rome, une troupe d’équilibristes japonais.
ceux que nous avons vus à Paris, sans doute,
qui opèrent au Théâtre-Argentina.
Il y a trois jours, un de ces aimables jon-
gleurs, pris d’une passion furieuse pour la fille
de son aubergiste, ragazza de onze à douze
ans, attira celle-ci dans un piège et la menaça
de l’assassiner si elle lui résistait. Bon Japo-
nais il avait vu jouer Antony pendant son sé-
jour à Paris.

Par bonheur pour elle, l’enfant ne se laissa
pas intimider et cria au secours à tue-tête. L’é-
quilibriste voulut la réduire au silence en
l’assommant, mais des voisins ayant entendu
les pleurs et les hurlements de la victime, ar-
rivèrent, empoignèrent notre Asiatique, et
le conduisirent tout d’un trait à la préfec-
ture.

Depuis ce moment, la troupe japonaise a
dû faire relâche ce qui ne paraît pas enchan-
ter son impresario, car hier au soir celui-ci
s’est présenté cher Mgr Randi, directeur géné-
ral de la police, et lui a réclamé son artiste.
« Quel artiste? Le Japonais que vous m’avez
emprisonné. Il est accusé d’un crime quali-
fié, je ne puis vous le rendre. II m’appar-
tient cependant, je l’ai acheté à Yedo. Vous
irez le reprendre dans une vingtaine d’années
au bagne de Civita-Vecchia ou en enfer, s’il
est mort; mais maintenant il appartient à la
justice. »

L’impresario ne parut satisfait qu’à demi de
ces raisons néanmoins, comme Mgr Randi ne
voulait pas lui en donner d’autres, il fallut
bien qu’il s’en contentât.

Cet événement ayant porté un coup terrible
à l’ensemble et au crédit de la troupe japo-
naise, cette troupe partira ces jours ci pour des
bords plus heureux.

Jules Prével.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.