Akita Kanto Matsuri: jonglerie, tradition, invention de la tradition et misogynie

Le festival (matsuri) du Japon le plus important où la jonglerie joue un rôle  est le « Akita Kanto Matsuri » (je ne m’explique pas bien pourquoi le catalogue de l’exposition d’Osaka ne semble pas le mentionner).

秋田竿燈まつり: Akita Kanto Matsuri, début du mois d’août

1.300.000 personnes visiteraient la ville au moment du festival.

Un kanto est une perche de bambou qui soutient des lanternes; il peut y en avoir 46, pour un poids de 50 kilos et une hauteur de 12 mètres. Des perches plus petites existent aussi en différents formats. Les lanternes de papier ont la forme de ballots de riz. Chaque kanto est surmonté de bandelettes de papier sacrées pour le shinto (Gohei). 200 kantos sont portés au même moment lors du dernier jour du festival. 3.000 personnes, jongleurs, musiciens (flûtes de bambou) et assistants, participent à la parade.

Schéma explicatif d’un kanto et de son porteur (All Rights Reserved,Copyright 2001-2008 Akita Kanto Executive Committee)

Le festival remonterait au 18e siècle; il servait initialement de prière pour de bonnes récoltes de céréales et pour écarter les maladies. Le festival avait presque disparu au début du 20e siècle, mais l’intérêt que les empereurs Meiji et Taisho, ainsi que l’apparition de publicités sur les lanternes en 1908 l’ont relancé. Une société fut créée en 1931 pour organiser le festival et une compétition fut inventée la même année dans le but d’améliorer la qualité du spectacle du festival, mais l’esprit de compétition a causé des tensions avec le concept de patrimoine traditionnel, et les règles de la compétition ont été progressivement améliorées, par tâtonnements, pour essayer de concilier les deux approches. En 1980, le festival a été inscrit à la liste du patrimoine culturel immatériel du Japon, dans la catégorie folklore. Il a été réorganisé en 1992 par le rassemblement des événements Neburi-nagashi (festival de lanternes; initialement, une lanterne était utilisée lors de O-bon pour accueillir les esprits des ancêtres), Tanabata (une fête traditionnelle des étoiles), Honen-sai (un festival de moisson) et  O-bon (un festival de commémoration des défunts). Lors de la compétition le dernier jour, des jongleurs utilisent des perches de 18 m. de haut.

Akita Kanto Matsuri (Photo Ocavis Leechroot [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons)

Initialement, le festival était un événement nocturne (avec lanternes allumées), mais sa popularité et les foules de spectateurs ont mené à la création de spectacles de jour. Les dates du festival ont changé au moment de l’adoption par le Japon du calendrier solaire en remplacement du calendrier lunaire, mais aussi plusieurs fois après la seconde guerre mondiale. Un dernier changement a eu lieu en 2001 pour lequel on a pris en compte les desiderata d’agences de voyage qui voulaient créer un circuit de festivals entre Akita, Sendai (festival de Tanabata: 仙台七夕) et Aomori (Nebuta Matsuri; 青森ねぶた祭り).

Les femmes ont pu participer au festival pour la première fois en 1967 comme musiciennes accompagnatrices, mais elles ne sont pas autorisées à porter un kanto car celui-ci est un objet shinto sacré, de la même façon que les femmes ne peuvent pénétrer le cercle où se déroulent les combats de sumo traditionnel (les femmes sont considérées impures à cause de leurs menstruations ou des saignements qui accompagnent l’accouchement). Dans le journal local, on a parfois publié dans les années 1980 des opinions selon lesquelles la participation de femmes au festival est la cause des averses qui l’ont frappé certaines années.

Les participants opposent le maniement du kanto à la jonglerie en s’appuyant aussi du fait que le kanto est sacré et qu’il est primordial de ne pas le faire tomber ou pire de le casser; lors de la compétition, il est important de pouvoir s’arrêter avant la « profanation » du kanto, même si le porteur du kanto voudrait aller plus loin dans ses efforts pour gagner.

Les bandelettes de papier shinto (gohei) proviennent du sanctuaire Akita Hachiman 秋田八幡神社. Après le festival, on les jette dans la rivière Kyuuomonogawa (旧雄物川) du haut du pont Shinkawahashi (新川橋).

Bibliographie

Sitographie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *