A propos Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Liens du mois (avril 2019)

Liens du mois (mars 2019)

Admiration et racisme: une page de Gill

Dans le Journal amusant du 17 août 1867, on peut voir cette belle planche de Gill.

Cirque-Napoléon: Les Japonais

Le Journal amusant (17 août 1867), p. 7; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k891298t/f7.item

Comme chaque dessin est accompagné d’une légende, je vais en donner le détail.

Le jeune All Right
Quelques personnes ont daigné m’affirmer que cet exercice est fort simple. Je veux les croire, mais je les engage à y aller voir à ma place.
— Mon chéri, semble dire papa All Right qui s’évente avec abandon pendant cet exercice effrayant ; mon chéri, je te surveille, tâche que je t’attrape à fourrer tes doigts dans ton nez !
La toupie
Toupie or not toupie, dit Hamlet. Celle-ci suit son petit chemin, aller et revenir, sur le tranchant d’un sabre. Monsieur le Japonais, nous ne jouerons pas à la toupie ensemble.
La corde
Tout bien examiné, je pense que l’ami Blondin, héros du Niagara1, n’a plus qu’une ressource dans sa corde — c’est de se pendre avec.
Les exercices du tonneau
Toujours All Right père et fils. Bon moyen japonais pour dégoûter les enfants du tonneau. Plus d’ivrognes !
Les papillons
Quant à ceci, ce n’est rien qu’un petit chef d’œuvre d’art poétique et charmant ; les papillons vont, viennent et se posent au gré de l’éventail.
Le salut au public
A quatre pattes — Eh ! Mon dieu, oui, que voulez-vous ! un singe est toujours un singe après tout.

On voit que Gill a bien capturé toute la variété du spectacle de jongleurs acrobates japonais de 1867; il n’y manque que le narrateur et les musiciens. Le dessinateur ne peut cacher son admiration derrière ses plaisanteries et calembours douteux: il admire la poésie du numéro des papillons en papier découpé, il compare avantageusement le funambule japonais au fildefériste français le plus célèbre de son temps, il s’émerveille devant l’audace de l’acrobate enfant All Right et le sang-froid de son père.

Toutefois, son appréciation généralement positive ne l’empêche pas de conclure son dessin par une comparaison animale avec un commentaire raciste et l’affirmation définitive de la supériorité occidentale sur le reste du monde.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Admiration et racisme: une page de Gill ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/03/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2834.
  1. Allusion au funambule Blondin, qui réussit la première traversée des Chutes du Niagara sur une corde, en 1859. []

Liens du mois (février 2019)

Japonais en tenue de sport (artiste anonyme, 1882) Collection du
Musée des Beaux-Arts de Reims , https://www.watercolourworld.org/painting/japonais-debout-en-tenue-de-sport-tww01465a#jump-section

Les gueules rouges

Comme le carnet est un peu silencieux ces derniers temps, pour me faire pardonner, je présente une lecture récente.Les gueules rouges est une bande dessinée très intéressante, parue en 2017. Elle est l’œuvre de Jean-Michel Dupont au scénario et Eddy Vaccaro au dessin. J’en parle ici, car elle concerne le monde du cirque et le phénomène de contact de cultures. L’événement déclencheur de l’histoire est la visite du spectacle de Buffalo Bill à Valencienne en 1905. Elle permet à un fils de mineur, brillant élève à l’école primaire, envoyé au fond de la mine contre son gré par son père, de découvrir de nouveaux horizons et de s’émanciper.

Le récit est extrêmement documenté et fin; il offre une ethnologie comparée des ouvriers du Nord de la France et des cavaliers indiens d’une troupe de cirque, tout en jouant des codes du Western et du roman policier, et cela tout en présentant le contexte social et culturel de la France de 1905. Lu comme cela, on pourrait avoir l’impression d’une lecture pesante et prétentieuse, mais il n’en est rien. Il faut aussi souligner l’élégance des dessins. Bref, une BD que je recommande chaudement (et en plus, elle n’oublie pas les artistes de cirque japonais, p. 361).

Cette BD incite une nouvelle fois, me semble-t-il, à développer les recherches sur le japonisme de enfants. Elle montre bien que les émotions que l’on ressent enfant peuvent avoir des conséquences durables sur les individus. Rencontrer l’altérité lors d’un spectacle de cirque peut changer une vie, et pas seulement dans une œuvre de fiction. C’est ainsi que, par exemple, les jeux d’enfants qui représentent des acrobates japonais sont aussi dignes de l’attention des chercheurs.

Une interview de Jean-Michel Dupont, dans laquelle il aborde notamment ses recherches dans les archives de Valencienne.

Quelques liens utiles pour en savoir plus

Voir aussi

J’en profite pour signaler le petit article bien intéressant d’Alain Martin, Des Sioux au Solbosch, dans S. Jaumain, W. Balcers, Bruxelles 1910. De l’exposition universelle à l’université (Bruxelles, 2010), p. 208-209, qui parle lui aussi de la mort d’un enfant, lors de la visite de Sioux Oglala en Belgique pour un spectacle similaire à ceux de Buffalo Bill.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les gueules rouges ». Publié sur Acrobates japonais en France le 16/02/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2806.
  1. “…, venez admirer dans une arène en plein air les cavaliers les plus hardis de l’univers ! Un peloton de Japonais, une escouade d’Arabes, une sotnia de cosaques, une équipe de vaqueros mexicains, une compagnie de lanciers anglais et un détachement de la cavalerie légère française !” []

Visite virtuelle de l’exposition “Acrobates”

Les Musées de Châlons-en-Champagne ont mis en ligne une visite virtuelle de l’exposition Acrobates, qui s’est tenue du 7 avril au 29 octobre 2018. Je suis épaté par la qualité de cette réalisation. L’internaute peut aller à sa guise à travers l’exposition, consulter les étiquettes des œuvres, a parfois des liens vers d’autres sites internet ou des vidéos pour en savoir plus . C’est vraiment un travail remarquable, et je vous invite à y passer quelque temps.

Capture d’écran de la visite virtuelle de l’exposition Acrobates; l’onglet avec un œil permet de mieux voir l’œuvre exposée; cliquer sur celui aux lignes blanches donne accès à son étiquette murale.

J’ai eu l’honneur de contribuer à cette exposition en traitant des acrobates japonais:

L’onglet “i” permet de lire le texte du panneau, et l’onglet bleu renvoie vers un autre site internet (je vous laisse deviner vers quel carnet de recherche).

Je rappelle qu’il existe aussi un très beau et intéressant catalogue papier. Je voudrais enfin souligner la qualité du travail accompli par Virginia Verardi, conservatrice en chef du Patrimoine, directrice des musées de Chalons-en-Champagne, et répéter ici tout le plaisir que j’ai eu à collaborer avec elle et son équipe.

Site de la visite virtuelle: http://www.chalonsenchampagne.fr/vv360/

Liens du mois (janvier 2019)

“Affiche publicitaire utilisant le thème du siège de la ville de Port-Arthur (Chine) par les Japonais en 1905. Un navire Cassegrain apparait dans la rade, au premier plan un officier russe fait un pied de nez aux soldats japonais qui essaient de bombarder et d’escalader une montagne de conserves Cassegrain. “; affiche d’Ogé Eugène ; vers 1905; Collections musée de Bretagne et Ecomusée du Pays de Rennes ; http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo210111

Un acrobate japonais têtu dans l’Empire austro-hongrois

Grâce à la célébration de l’anniversaire de Bruce Lee sur le blog “Chinese American Eyes”, j’ai découvert le site internet du catalogue des archives nationales des États-Unis d’Amérique, et j’y ai évidemment cherché s’il existait des mentions d’acrobates ou de jongleurs japonais. C’est ainsi que, parmi les millions (?) de microfilms numérisés en format image et PDF, j’ai trouvé la mention d’un acrobate japonais vivant en Autriche-Hongrie en 1914.

National Archives Catalogue; Record Group 59: General Records of the Department of State, 1763 – 2002; Series: Central Decimal Files, 1910 – 1963;  File Unit: 763.72115/636-825

Comme nous l’avons vu dans un poste précédent, le Japon lance un ultimatum à l’Allemagne le 15 août 19141 ; le 20 août, les autorités allemandes commencent à interner les Japonais présents alors en Allemagne : 126 personnes se retrouvent en prison ou dans un camp de prisonniers, certains pour 80 jours. Un nombre important d’entre eux sont des artistes de cirque et de music-hall.

Le Japon déclare officiellement la guerre à l’Allemagne le 23 août et à l’Autriche-Hongrie le 25 août (parce que, par hasard, des troupes autrichiennes sont associées aux troupes allemandes en Chine)

A la suite des opérations militaires dans le Shangdong, en été 1914, des prisonniers de guerre allemands et autrichiens sont envoyés au Japon; toutefois, le dossier qui nous intéresse ici ne concerne pas des soldats, mais des civils envoyés en prison ou en camp, uniquement parce que le pays où ils résident est entré en guerre avec leur pays de naissance ou de citoyenneté2.

Or, le gouvernement impérial japonais, après que les relations diplomatiques ont été rompues avec l’Autriche-Hongrie, a demandé au gouvernement américain de jouer un rôle d’intermédiaire entre les deux pays. C’est la raison de l’existence de ce petit dossier d’archives que je résume ci-dessous, dossier dans lequel on retrouve plusieurs noms connus des spécialistes de la première guerre mondiale, dont l’histoire se trouve emmêlée brièvement avec le sort d’un modeste acrobate. Je vais dans les lignes qui suivent cheminer selon l’ordre des documents archivés:

Le 3 novembre 1914, l’ambassade des USA à Vienne transmet au Ministère des affaires étrangères d’Autriche-Hongrie le souhait du gouvernement japonais de recevoir une liste des Japonais arrêtés ou détenus en Autriche-Hongrie, la demande de leur remise en liberté et de la garantie de leur protection jusqu’à ce qu’ils soient sortis du pays, ainsi que l’assurance du Japon qu’il n’y a pas de ressortissants [civils] d’Autriche-Hongrie arrêtés ou détenus au Japon. L’information est signée « Lansing », c’est-à-dire Robert Lansing, alors « Counselor of the United States Department of State »3.

Le vicomte Kikujirō Ishii et le Secrétaire d’État Robert Lansing à Washington DC, en 1917
(By Harris & Ewing – Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, D.C. 20540 USA http://hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12681240

Le 5 janvier 1915, Ulysses Grant-Smith de l’ambassade des USA à Vienne écrit à Joseph Grew, à l’ambassade des USA à Berlin pour demander des informations sur la libération de citoyens japonais détenus en Allemagne, libérés et arrivés en Suisse.

Joseph Grew, en 1924, alors qu’il était ambassadeur des USA au Japon; par Underwood & Underwood, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24514064

Le 8 janvier 1915, Joseph Grew répond qu’il s’agissait d’un simple accord (“arrangement”) entre les Japonais et le gouvernement allemand, du moment que les Américains payaient pour le transport des Japonais. Le 14 janvier, Grant-Smith demande plus d’informations à Grew, en s’étonnant de la simplicité de la procédure. Le 18 janvier 1915, Grew l’assure de la bonne volonté des deux gouvernements, qui a rendu aisée la procédure de libération de part et d’autre.

Le 21 janvier 1915, Grant-Smith écrit une lettre, accompagnée d’une coupure de journal, au baron Musulin, du Ministère des affaires étrangères austro-hongrois4. Il propose que le gouvernement d’Autriche-Hongrie et celui du Japon adoptent la même méthode que celle utilisée par l’Allemagne et le Japon. Par ailleurs, d’après ses informations, il n’y aurait alors que quatre Japonais en Autriche-Hongrie : Aizaburo Kido, Kejo Fujii, un prêtre bouddhiste, et un acrobate avec sa famille à Budapest. 

Le 10 mars 1915, Grant-Smith écrit à William Coffin, consul américain à Budapest : le ministre des affaires étrangères austro-hongrois a donné l’ordre de libérer tous les citoyens japonais ; le consul doit les contacter, leur conseiller de se rendre en Suisse et d’y contacter l’ambassade du Japon.

Le 24 mars 1915, Grant-Smith envoie une missive au Comte János Forgach. Il y résume toute la correspondance échangée sur ce problème entre les deux états.

  • 15 octobre 1914 : le ministère austro-hongrois demande à l’ambassade américaine de contacter le gouvernement japonais pour régler le problème des ressortissants retenus prisonniers des deux pays
  • 19 octobre 1914 : envoi d’un télégramme à Tokyo, via Washington
  • 18 janvier 1915 : communication par l’ambassade du désir du gouvernement japonais d’avoir une liste des Japonais prisonniers en Austro-Hongrie
  • 21 janvier 1915 : lettre générale au Baron Musulin
  • 8 février 1915 : communication d’un mémorandum japonais
  • 9 février 1915: réponse austro-hongroise
  • 1er mars 1915 : nouvelle lettre japonaise
  • 11, 17 et 20 mars : communications orales avec le consul général von Hempel, le consul général von Wagner et le Comte Colloredo5.

Grant-Smith se plaint ensuite discrètement du manque d’efficacité du gouvernement austro-hongrois pour faire avancer la situation.

Le 27 mars 1915, Grant-Smith récrit à William Coffin, consul à Budapest : les Japonais internés en Autriche ont été libérés et se dirigent vers la Suisse. Il y 6 Japonais en Hongrie ; il faut vérifier s’ils veulent partir. Dans l’affirmative, ils doivent contacter un poste consulaire japonais en Suisse, qui devra avertir l’ambassade américaine.

Le 29 mars 1915, D.F. Wilbur, consul à Zurich, prévient l’ambassade américaine à Vienne : le Dr. K. Fujii et Mr. Asiaburo Kido sont arrivés à Zurich ce matin.

Le même jour, William Coffin fait savoir à Frederic Courtland Penfield, ambassadeur américain à Vienne6 que les 5 résidents japonais de Budapest, qui constituent 2 familles, ont décidé d’y rester.

Frederic Courtland Penfield (1913); Bain News Service, publisher. Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14713711

Un 6e Japonais travaille dans une écurie de course à Tata, et il semble qu’il ne veuille pas non plus quitter sa ville.

Un cheval à Tata, en 1942. Photo : FORTEPAN / Kollányi Ágoston, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50567711

Le 31 mars 1915, Grant-Smith demande à Coffin de vérifier si les 6 Japonais veulent vraiment rester en Hongrie et comprennent bien la situation. L’ambassade leur conseille de partir.

Le 6 avril 1915, Coffin narre ses efforts à Courtland Penfield : il a personnellement discuté avec le couple Watanaba7 et le couple Osada8. Les uns sont des domestiques et ne veulent pas quitter leur employeur. Osada est un acrobate marié à une Hongroise et préfère rester en Hongrie9. Akaitsy10 de Tata a télégraphié son souhait de ne pas en partir.

Le 12 mai 1915, Lansing assure Courtland Penfield que tous les documents seront transmis au ministère japonais des affaires étrangères Le même jour, Lansing envoie à Post Wheeler, chargé d’affaires à Tokyo11, tous les documents.

Post Wheeler en costume blanc, dans le jardin de l’ambassade américaine a Tokyo, vers 1915. Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=51226840

Enfin, dernière pièce de notre dossier, le 26 mai 1915, Courtland Penfieldt informe le Secrétaire d’État que le ministère des affaires étrangères austro-hongrois a averti l’ambassade de l’existence d’un autre Japonais, Yamata((山田, Yamada ? )) Kintocsi (né le 26 novembre 1894 à Hiroshima), détenu à Steinklamm. Il n’avait pas d’argent, l’ambassade lui a donné 58 crs., et il est parti le 24 pour Zurich.

En guise de conclusion

On ne peut qu’admirer le travail diplomatique de ces fonctionnaires américains pour essayer de contacter ces ressortissants japonais, tout en constatant la futilité de leurs efforts pour la majorité des Japonais résidents de Hongrie. On espère que ceux-ci n’ont pas regretté leur décision et ont survécu à la guerre.

Toutefois, il serait gratuit et trop facile de les juger maintenant et d’estimer qu’il aurait mieux valu qu’ils regagnent leur pays, surtout pour le cas de l’acrobate. D’abord, il était marié à une Hongroise, et on peut imaginer les problèmes juridiques d’un couple mixte de pays en guerre pour passer d’un pays à l’autre. En outre, être japonais de nationalité ne signifie pas nécessairement se sentir confortable dans son pays. Je recopie ici le portrait par Miho Matsunuma d’un acrobate japonais captif en Allemagne en 1914:

« il s’agit d’un individu né au Japon et mis en nourrice, mais en réalité vendu, à l’âge de cinq ans, à un chef de troupe de cirque, qui a pris par la suite le Transsibérien pour faire des tournées en Europe. Au cours de ses années d’apprentissage, le garçon fut maltraité et blessé à de nombreuses reprises. En 1914 il croit avoir vingt et un ans. Il ne parle pas bien le japonais et est illettré. »12

Annexe

Le service national des archives du Japon offre lui aussi un site internet très intéressant, mais je ne suis pas parvenu à y trouver des documents concernant les Japonais de l’Empire austro-hongrois. Pour me faire pardonner, j’attire l’attention sur ce document que l’on peut trouver sur ce site13

「JACAR(Japan Center for Asian Historical Records)Ref.B07090590100、Outbreak of Japan-Germany war (including breaking off diplomatic relations between Austria, Bulgaria and Turkey)(5-2-1-0-25)(Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs)」
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Un acrobate japonais têtu dans l’Empire austro-hongrois ». Publié sur Acrobates japonais en France le 08/01/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2498.
  1. Pour une traduction anglaise de l’ultimatum, voir : https://www.firstworldwar.com/source/tsingtau_okuma.htm. []
  2. Pour le contexte général : M. Stibbe, Enemy Aliens and Internment , in: 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War, éd. par Ute Daniel, Peter Gatrell, Oliver Janz, Heather Jones, Jennifer Keene, Alan Kramer, and Bill Nasson, issued by Freie Universität Berlin, Berlin 2014-10-08. DOI: 10.15463/ie1418.10037. []
  3. Voir aussi Steneck, Nicholas J.: Lansing, Robert , in: 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War, ed. by Ute Daniel, Peter Gatrell, Oliver Janz, Heather Jones, Jennifer Keene, Alan Kramer, and Bill Nasson, issued by Freie Universität Berlin, Berlin 2014-10-08. DOI: 10.15463/ie1418.10000. []
  4. =  Alexander Freiherr Musulin von Gomirje (1868–1947); voirTacoli, Marga Marchesa, “Musulin, Alexander Freiherr von” in: Neue Deutsche Biographie 18 (1997), S. 642 [Online-Version]; URL: https://www.deutsche-biographie.de/pnd101843089.html#ndbcontent []
  5. = ? Graf HieronymusHubertus Franz Alfred Ernst Maria von Colloredo-Mannsfeld (* 3. November 1870 in Schloss Dobříš; † 29. August 1942 in Prag. []
  6. Voir https://history.state.gov/departmenthistory/people/penfield-frederic-courtland []
  7. 渡辺, Watanabe ? []
  8. 長田 []
  9. Je suppose qu’ils ont un enfant, pour atteindre le nombre de 6 Japonais mentionné ci-dessus. []
  10. 赤市 , Akaichi ? []
  11. Voir https://history.state.gov/departmenthistory/people/wheeler-george-post []
  12. Miho Matsunuma, « Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 ― 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) », Ebisu [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014. URL : http://ebisu.revues.org/1528 []
  13. p. 30, … Baron Kato has telegraphically instructed me to request the good offices of the United DStates government to place under their protection the Japanese Embassy and Consulates as well as the Japanese subjects in Austria Hungary. … []

Liens du mois (novembre 2018)

  • Giapponeserie. Il Giappone nella cultura e nella letteratura italiana (Carnet Hypothèses)


Conférence: La première guerre mondiale et le Japon: une nouvelle perspective (avec une image intéressante de circassien japonais)

Poster pour la conférence du professeur Sochi Naraoka, La première guerre mondiale et le Japon …, Lille, 29 novembre 2018.

Sur le poster annonçant cette conférence, on peut voir une image qui est, je suppose, extraite d’un quotidien japonais. On y reconnait un soldat allemand menant en file indienne un groupe de personnes enchainées : de gauche à droite, un homme d’affaires (ou un ambassadeur ?), un employé de bureau, un clown, une geisha, un homme avec un vêtement à rayures bleues horizontales (un marin, un autre circassien ?). La légende de l’image dit, si je comprends bien: 独逸  (dans les 2 cercles aux angles de l’image) “Allemagne”。在獨日本人拘禁さる 。大正三年九月十日 “Japonais détenus en Allemagne. Ère Taisho An 3 (=1914), Septembre 10”.

Cette image nous rappelle que les artistes de cirque ont fait partie des Japonais internés en Allemagne en 1914; voir mon poste précédent sur le sujet pour plus d’informations.

Toupies japonaises et blog ethnologique

Un autre article du Asahi Shimbun (Associated Press, Edo-style spinning tops tell stories, aim for playfulness, The Asahi Shimbun (31 octobre 2018) informe des recherches que mène Paula R. Curtis, doctorante à l’Université du Michigan (University of Michigan).

Elle a créé un beau site sur l’histoire et les traditions des 江戸独楽 (Edogoma), “les toupies d’Edo”, centré sur des entretiens avec un vieil artisan de Sendai: Carving Community – The Landis-Hiroi Collection.

Comme exemple des toupies que l’on trouve dans cette collection, voici un specimen de 唐子の蝶々遊び (karako no chōchō asobi) , d’ “enfant chinois jouant avec des papillons” :

Image © Janell Landis, reproduced with permission from Carving Community.

J’invite mes lectrices et lecteurs à se rendre sur le blog Carving Community pour écouter (et lire la traduction) le commentaire de Michiaki Hiroi, l’artisan qui a sculpté cet objet.

C’est ici l’occasion de rappeler que la manipulation des toupies faisait partie du spectacle des jongleurs-acrobates japonais, comme le montre, par exemple, cette estampe d’ Utagawa Yoshiharu:

Metropolitan Museum of Art 2009.434.3, domaine public

Liens du mois (Octobre 2018)

Une toute petite liste ce mois-ci, toutes mes excuses

Au Japon, l’acrobatie est pratiquée publiquement dans les écoles par des enfants lors des festivals des sports (undokai): les étudiants forment des pyramides humaines et cela n’est pas sans danger, comme le rappelle tristement cet article de journal: H. Hashimoto, Parents seek redress over human-pyramid death of son, The Asahi Shimbun (2 novembre 2018) (avec une petite vidéo de l’accident et de son contexte)

Un autre récent article de journal montre que la manipulation de toupies, qui faisait partie du répertoire des jongleurs que nous étudions ici, a encore quelques adeptes au Japon: Y. Saito,  Youngster spins way to world title at contest of spinning tops, The Asahi Shimbun (26 octobre 2018).