A propos Alexis D'Hautcourt

Master of Studies (Greek and Roman History) (Oxford University, 1995) Docteur en Histoire (Antiquité) (Université Libre de Bruxelles, 1999) Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Etrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Anarchisme et sumo féminin réunis dans un nouveau film

Cette semaine est sorti un film au Japon qui concerne les misemono, les spectacles de rue dont les acrobates faisaient partie. Son titre est 『菊とギロチン』(kiku to girochin), « Le chrysanthème et la guillotine » (je ne l’ai pas vu). Le scénario semble mêler adroitement deux éléments de l’histoire récente du Japon : la pratique du sumo féminin comme spectacle de rue itinérant et le terrorisme anarchiste des années 1920. Le film ne se veut pas une reconstitution historique précise ; il s’inspire des événements pour créer une histoire romantique, pleine d’action et d’humour, selon la critique du Japan Times.

La Société de la Guillotine (ギロチン社, Girochinsha ) est une société secrète créée à Osaka en 1922 par des disciples de Sakae Ôsugi, grande figure de l’anarchisme au Japon, après que leurs plans pour tuer le Prince de Galles1 en visite sur l’archipel ont échoué. Leur grand projet est l’assassinat du prince héritier japonais, Hirohito2. Ces anarchistes sont notamment influencés par les écrits du philosophe français Georges Sorel3.

En 1923, dans le désordre qui suit le grand tremblement de terre de Tokyo, Ôsugi Sakae et Itô Noe sont assassinés par la gendarmerie (Kempeitai), et les membres de la Société de la Guillotine vont entreprendre de les venger4.

En octobre 1923, ils (notamment Nakahama Tetsu et Furuta Daijirô ) dévalisent une banque à Osaka pour se procurer des fonds, et ils tuent un des employés. Huit personnes sont arrêtées5.

Tanaka Yûnoshin assassine le frère du Capitaine Amakasu, l’assasin d’Ôsugi Sakae et Itô Noe, et, en septembre 1924, Wada Kyûtarô tente de tuer avec une arme à feu, mais elle s’enraye, l’ancien lieutenant-général, Fukuda Masataro, qu’ils considèrent comme le premier responsable de la mort de leur maitre6.

Ils essayent rapidement de le tuer une seconde fois: Genjirô Muraki et Furuta posent une bombe à la maison du haut-gradé, mais il est alors absent7.

En 1924 également, Tetsu Nakahama et des complices attaquent le président de Kanebo Co. et ils sont arrêtés8.

Nakahama, Furuta et Nanba Daisuke sont  condamnés à la peine de mort et exécutés, et Wada se suicide en 1928.

Liens
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Anarchisme et sumo féminin réunis dans un nouveau film ». Publié sur Acrobates japonais en France le 13/07/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1686.
  1. Le futur Edouard VIII si je ne m’abuse []
  2. C. Tsuzuki, « KOTOKU, OSUGI, AND JAPANESE ANARCHISM. » Hitotsubashi Journal of Social Studies 3, no. 1 (3) (1966): 30-42, p. 42. http://www.jstor.org/stable/43294202. []
  3. Fujii Takashi, On the Margin of Zoku-waga-bungaku-hanseiki : Kan Eguchi, Georges Sorel, and Ropshin(<Special Issue>Violence and Literature),  Japanese Literature   54,1  ( 2005) , p. 48-60 (article en japonais) ;  https://ci.nii.ac.jp/naid/110009894932/en/. []
  4. P. Pelletier, Ôsugi Sakae, Une Quintessence de l’anarchisme au Japon, Ebisu 28 (2002), p. 93-118, p. 94; DOI : https://doi.org/10.3406/ebisu.2002.1269; www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_2002_num_28_1_1269 []
  5. S. Filler, CHAOS FROM ORDER: ANARCHY AND ANARCHISM IN MODERN JAPANESE FICTION, 1900-1930 (Thèse de doctorat (Ohio State University), 2005), disponible en ligne, p, 145-146 []
  6. R. Komatsu (trad par A. Nanta), Un Retour sur le parcours du mouvement anarchiste au Japon, Ebisu 28 (2002), p. 49-60; DOI : https://doi.org/10.3406/ebisu.2002.1266; www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_2002_num_28_1_1266 []
  7. J. Crump, The Anarchist Movement in Japan, 1906–1996 (1996) (Electronic edition, 1998; https://theanarchistlibrary.org/library/john-crump-the-anarchist-movement-in-japan-1906-1996) []
  8. The Anarchist Encyclopedia (2006), version archivée en 2007 : http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Frecollectionbooks.com%2Fbleed%2FEncyclopedia%2FGuillotineSociety.htm []

Liens du mois (juin 2018)

Liens du mois (mai 2018)

Contacté par 20 Minutes, Gilbert Edelstein assure que les difficultés financières traversées par sa société ne sont pas liées aux polémiques liées à l’utilisation d’animaux sauvages. « Je m’attendais aux réactions des défenseurs des animaux mais ils n’y sont pas du tout, se défend-il. La première raison à nos difficultés financières est la crise que tout le monde traverse. Autant les cirques traditionnels que les tournées de music-hall, les comédies musicales, les théâtres à Paris, bon nombre de restaurants… »

(…)

« Le spectacle en lui-même ne représente que 10 % des frais, reprend Gilbert Edelstein qui évalue entre 20.000 et 30.000 euros par jour les frais qui y sont liés. Le reste va dans le transport, de plus en plus cher à mesure que le prix du carburant augmente, le montage du chapiteau, la communication. »

(…)

Interrogé par l’AFP, Pascal Jacob, directeur artistique du cirque Phénix et auteur en 2016 du livre Une histoire du cirque tient d’emblée à préciser que « ce n’est pas un phénomène récent. Il y a toujours eu de grands cirques qui ont trébuché ».

 

(…) Ainsi, en mars dernier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a annoncé, dans le cadre de son plan « Culture près de chez vous », un plan de soutien « de 500 000 euros aux cirques traditionnels, trop souvent déconsidérés, longtemps laissés de côté par le ministère (…), qui investissent pourtant des territoires où d’autres ne passent jamais, et c’est déjà un premiers pas« . Entre enjeux financiers, différenciation des styles et question du bien-être animal, la question des cirques semble loin d’être réglée. Pour faciliter le dialogue entre les circassiens et les maires, Matignon a créé fin 2017 une Commission nationale des professions foraines et circassiennes pour « étudier les questions relatives à ces professions et de formuler des propositions visant à garantir la bonne prise en compte de la spécificité ».

I personally agree that historians (including myself) have
focused very much on lethal extralegal violence, and that the resul thas been to obscure the scale and reach of the nonlethal vigilantism against the Chinese.

Les jongleurs aussi vont en enfer

J’ai récemment eu le plaisir d’aller voir la belle exposition d’estampes humoristiques et de caricatures de l’époque Edo organisée par le Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka.

Affiche de l’exposition 江戸の戯画 au Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka, 17 avril-10 juin 2018 ( (C) Copyright 2018 Osaka City Museum of Fine Arts)

On peut notamment y admirer deux rouleaux peints de l’artiste Nichōsai (耳鳥斎), dont on ne sait pas vraiment grand chose, sinon qu’il a vécu à Osaka à la fin du 18e siècle. Il s’agit de parodies des « Rouleaux des Enfers », des peintures religieuses qui représentent et expliquent la nature et les caractéristiques des enfers du bouddhisme (certains de ces rouleaux datent du 12e siècle et sont des « trésors nationaux » du Japon).

Dans ses rouleaux humoristiques, Nichōsai représente les enfers qui attendent différentes professions ou occupations: des démons y torturent les défunts en fonction de leur métier ou activité.

Voici, par exemple, le sort des vendeurs de pipes ou de tabac:

Extrait d’un Rouleau des Enfers de Nichōsai; — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=68783705

En ce qui concerne les jongleurs, ils sont montrés dans deux rouleaux différents1:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée de l’Histoire d’Osaka: 台神楽の地獄 (Enfer des saltimbanques)

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée national de l’histoire du Japon de Sakura: 台神楽の地獄

Je me permets de renvoyer à mon petit billet sur le Dai-kagura d’Ise. Je trouve que Nichōsai a bien rendu les mouvements et attitudes du jongleur, ses accessoires, le masque de la danse du lion qui attend son tour et l’acolyte narquois à gauche

Quant aux fildeféristes, voici l’enfer qui leur est promis:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichosai conservé à Osaka: 綱はたりの地獄 (Enfer des équilibristes sur corde) (le diable de gauche appartient à la scénette suivante)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les jongleurs aussi vont en enfer ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1650.
  1. Je prie les lecteurs de m’excuser pour la mauvaise qualité des reproductions qui suivent; ce sont des photographies que j’ai faites, sans matériel adéquat, du catalogue de l’exposition: 江戸の戯画. Caricatures of the Edo Period éd. par T. Akita et al. (Osaka, avril 2018), nos 15 et 16. []

Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto)

Le 5 mai dernier (jour des enfants , férié au Japon) , je suis allé au sanctuaire Fujinomori de Kyoto (藤森神社) pour y assister à la partie de son festival annuel appelée « kakeuma » (駈馬). Pendant cet événement, des chevaux montés galopent à vive allure dans la courte allée qui mène de la torii principale du sanctuaire à son bâtiment central. Les cavaliers se livrent à diverses acrobaties pendant cette petite course, qui sera répétée une dizaine de fois. Tout cela est spectaculaire parce que les chevaux passent très près des spectateurs entassés des deux côtés de l’allée et n’en sont séparés que par de légères barrières incapables d’arrêter un cheval s’il dévie de sa route.

La foule s’apprête à prendre des photos du kakeuma (Photo ADH).

En outre, les acrobaties ne sont pas sans danger pour les cavaliers; l’un d’entre eux eut d’ailleurs quelque mal à se relever après une chute, qui avait inquiété la foule mais s’est finalement avérée sans gravité.

Une petite vidéo filmée ce jour-là permet de bien comprendre la nature de ces acrobaties et donne un bon aperçu des réactions du public1.

La vidéo suivante est intéressante parce qu’elle permet d’entendre la parole et d’entrevoir les pensées de plusieurs de ces cavaliers:

J’en retiens plusieurs éléments:

  • l’affirmation que le festival remonte à l’époque Heian
  • la transmission de cette pratique entre générations d’un nombre limité de familles
  • les acrobaties servent à impressionner les dieux tout autant que les spectateurs
  • les chevaux n’appartiennent pas au temple; et les cavaliers ne s’entrainent presque pas avant le festival
  • le spectaculaire travail d’équipe des assistants qui arrêtent les chevaux dans leur élan pour qu’ils puissent repartir pour un nouveau tour, travail dont on ne dit mot et qui est donc peu mis en valeur
  • la fierté personnelle des cavaliers acrobates

Le festival fait officiellement partie du patrimoine immatériel de la ville de Kyoto: 京都市登録無形民俗文化財2. Le spectacle d’acrobatie remonterait à l’an 781; pendant les périodes Muromachi et Edo, les acrobaties auraient été pratiquées par des soldats et des officiers de cavalerie. Depuis l’époque Meiji, elles sont réalisées par les habitants du quartier du sanctuaire, des « paroissiens » du sanctuaire Fujinomori3.

Les différentes techniques acrobatiques ont des noms bien spécifiques:

  • 一字書き, ichijikaki: écriture d’un kanji sur une tablette de bois tout en chevauchant sa monture (ce serait la réplique de communications d’urgence sur le champ de bataille, si j’ai bien compris l’explication donnée par hauts-parleurs)

Un assistant montre aux spectateurs le pinceau et la tablette de bois qui vont servir à l’acrobatie ichijikaki (Photo ADH).

Un cavalier montre fièrement le kanji 馬 qu’il a écrit à cheval à une équipe de télévision locale (Photo ADH).

    • 逆立ち, sadakachi: faire le poirier
    • 横乗り, yokonori: chevaucher en étant penché
    • 矢払い, yaharai: ???, littéralement « payer une flèche, payer avec une flèche » ??? (cela consiste à lancer une sorte de filet, ce qui apporterait la confusion auprès des ennemis qui visent le cavalier)
    • 逆乗り, gyakunori: monter à l’envers
    • 藤下り, fujishitari: la tête et le haut du corps renversés vers le bas, une jambe est tendue vers le ciel, et le cavalier n’est retenu que par un pied à un étrier.
    • 手綱潜り, tadzuna-moguri: la plongée ?

Avant les cavalcades, une petite procession permet aux spectateurs d’admirer les chevaux et les costumes des participants, et aux responsables du sanctuaire de purifier la piste de course avec des carrés de papier découpé (j’ignore le nom de ces morceaux de papier) et d’annoncer que les flashs sont interdits pour ne pas effrayer les chevaux.

Procession avant les acrobaties équestres (Photo ADH)

Rituel de purification (?) de la piste aux chevaux (Photo ADH).

Un cavalier (noriko) (Admirez l’étrier) (Photo ADH)

Deux Miko portant des panneaux avec la mention de l’interdiction des flashs (Photo ADH).

Cette dernière photo me permet d’illustrer la façon dont la tradition est utilisée pour une interdiction très moderne et de mettre en valeur les aspects d’ « invention de la tradition » de ce festival. Je doute très fortement qu’il puisse remonter à l’époque Heian et, sous sa forme actuelle, il n’a vraiment aucun aspect qui, de façon convaincante et évidente, puisse rappeler une origine militaire. Je ne serais donc pas surpris s’il mêlait des éléments de l’époque d’Edo, la cavalcade en ligne droite dans un sanctuaire, peut-être en rapport avec des soldats, et des éléments de cirque occidental, les acrobaties. C’est dans doute ici le moment de rappeler que des cirques occidentaux sont venus au Japon dans les années 1860 et suivantes et ont connu un certain succès, notamment avec leurs acrobaties équestres, succès qui leur a parfois valu d’être admirés par l’empereur.

フランス ダイキョクバ, Cirque Soulie (1871)

Visite de l’empereur Meiji et de sa famille au cirque Charini (チャリネ大曲馬御遊覧ノ図) (1886); Public Domain; https://www.metmuseum.org/art/collection/search/55252

Que pensez-vous de cette hypothèse ?4

Liens supplémentaires
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1603.

 

  1. La vidéo accompagne un articulet du Asahi Shimbun: 佐藤慈子, 京都・藤森神社で駈馬神事 疾走する馬の上で曲技, 朝日新聞 (5 mai 2018). []
  2. http://www.city.kyoto.lg.jp/bunshi/page/0000189609.html []
  3. DyDo DRINCO, Matsuri of Japan. Fujinomori Matsuri Kakeuma Shinji (2014), avec d’excellentes photographies. []
  4. Un tout grand merci à ma collègue Lucile Druet sans qui je n’aurais pas eu l’idée d’aller voir ce matsuri; je conseille d’aller voir l’excellente série de photos qu’elle y a prises il y a deux ou trois ans. []

Liens du mois (avril 2018)

Emile Sanremo, « Rodin assis sur un banc, dessinant une danseuse cambodgienne » (1903 ou 1906 [?)]© Musée Rodin

Appel à contribution: Identités et circulation des spectacles forains : musique, théâtre, danse, acrobaties et marionnettes, 1660-1830

Nous sommes en dehors du cadre chronologique de ce carnet, mais le sujet de ce colloque semble très intéressant, et je fais donc circuler l’information:

« Identités et circulation des spectacles forains : musique, théâtre, danse, acrobaties et marionnettes, 1660-1830 », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 28 mars 2018, https://calenda.org/437843

Liens du mois (mars 2018)

Enfin, je voudrais signaler tout le plaisir et l’intérêt que j’ai eus à suivre la conférence de Bruno Jactat aux Rencontres Pédagogiques du Kansai ce mardi 27 mars: « Les neurosciences en action II : debout et en mouvement dans la classe. Comment activer les cerveaux pour les mettre en posture d’apprentissage optimal ? »: je vais essayer d’utiliser les informations et conseils que j’y ai entendus pour mes cours de « Area Studies; Europe ».

Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900

Grâce à une belle entrée du blog de Gallica (M. Rouquet, À la découverte des cylindres phonographiques de la BnF, 15 mars 2018), j’ai appris l’existence d’enregistrements sonores réalisés lors de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris. Ils sont l’œuvre de:

« Léon Azoulay, médecin et membre de la Société d’Anthropologie de Paris. Il se fait pionnier de l’usage de l’enregistrement sonore en ethnographie quand il collecte 400 cylindres lors de l’Exposition Universelle de 1900 qui se tient à Paris. »

Azoulay travaille avec beaucoup de méthode et enregistre sur fiches de nombreuses données sur les circonstances de ces enregistrements.

Cylindre (enregistrement sonore) , 1900, Bibliothèque nationale de France, département Audiovisuel, CYL-2614 ; domaine public

Par exemple, on apprend à propos d’un « air du jour de l’an « Chichi » joué sur le « Shino-foué » (flageolet) » que « tous ces phonogrammes ont été obtenus grâce à l’obligeance de M. Dumoulin, directeur du « Tour du Monde » à l’Exposition et M. Hitomi, délégué du gouvernement à Formose. »

Il s’agit ici du peintre Louis Dumoulin dont j’avais brièvement parlé il y a une dizaine de mois: d’après une recherche sur le site du CREM, il a aidé Azoulay pour une vingtaine d’enregistrements de voix et d’airs du Japon et du Sri Lanka. Je n’ai malheureusement pas d’informations sur M. Hitomi. Si vous en avez, n’hésitez pas à laisser un commentaire; je vous en serai très reconnaissant [Voir maintenant la mise à jour ci-dessous].

Azoulay archive aussi par écrit un certain nombre d’informations sur les personnes qu’il enregistre.

Fiche accompagnant le cylindre ci-dessus

Voici les informations qu’on peut, grâce aux fiches d’Azoulay, rassembler sur les Japonais qui ont accepté de se faire enregistrer lors de l’Exposition de 1900.

Pas d’acrobate ou de lutteurs de sumo (lutteurs qui avaient participé à l’animation du Panorama) donc, et il faut évidemment considérer avec précaution l’intitulé « geisha ».

Toutefois, il est tentant d’identifier les 3 femmes qui ont donné leur voix à Azoulay et la postérité avec les 3 personnes représentées sur la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

Question sans réponse pour l’instant

Je me suis demandé de quand date le premier enregistrement sonore de la langue japonaise et si les cylindres phonographiques d’Azoulay seraient des candidats pour cette réalisation. J. Scott Miller, Early Voice Recordings of Japanese Storytelling, Oral Tradition 11/2 (1996), p. 301-319 (disponible en ligne via Google Scholar), p. 305 n. 5, mentionne un Catalogue de Gramophone de 1902 qui contient des enregistrements en japonais et, p. 306, la vente au Japon d’enregistrements par Columbia Records en 1904.

Toute information sur ce sujet serait bienvenue; n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Mise à jour du 22 mars 2018

Grâce aux suggestions de mon collègue Kazuhiko et de mon fils N., je peux ajouter quelques informations et précisions.

Le premier phonographe utilisé au Japon a été importé par James Ewing en 1878 alors qu’il était professeur à l’université de Tokyo. D’autres exemplaires sont vendus à Tokyo la même année1. Il est raisonnable d’imaginer que cette machine pourrait avoir été utilisée pour enregistrer des conversations, phrases ou mots japonais, mais aucun enregistrement ne semble avoir survécu2.

Le phonographe d’Ewing est maintenant conservé au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo3.

Phonographe d’Ewing; Photographie de Daderot[CC0], via Wikimedia Commons

Il y a une quinzaine d’années, un article du Asahi Shimbun 「100年前の日本人の声録音パリでロウ管14本発見」(17 octobre 2003) a diffusé l’hypothèse selon laquelle les premiers enregistrements conservés de voix japonaises sont bien ceux réalisés par Azoulay et mis en ligne sur Gallica. Je crois que l’article rend disponibles pour le grand public les résultats d’une enquête de Yasuyuki Shimizu4.

Celui-ci met en valeur le fait que tous les enregistrements de Japonais par Azoulay sont anonymes, sauf un qui est attribué à Hitomi, très probablement le délégué de Formose, mentionné ci-dessus. Il s’appelle en fait Ichitaro Hitomi (1865-1924), est journaliste et l’auteur d’un livre, Daï-Nippon. Le Japon. Essai sur les moeurs et les institutions (Paris, 1900). Shimizu a aussi identifié très précisément les geishas qui ont travaillé au panorama de Dumoulin et exposé l’intérêt linguistique de ces enregistrements, qui reprennent plusieurs dialectes différents du Japon.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900 ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1550.
  1. Voir C. Boissier, De l’Occident au Japon : naissance et développement de l’industrie musicale japonaise grâce aux innovations technologiques, 年報 非文字資料研究, 10 (2014), p. 331-353. []
  2. Pour en savoir plus sur les recherches historiques et les restaurations des premiers enregistrements sonores, les blogs suivant sont très intéressants : Patrick Feaster, Trilled R’s and the dawn of recorded sound in America, O Say Can You See? (19 janvier 2012); Annie Dobberteen, Forgotten early sound recordings given a voice, ibid. (26 janvier 2012). Voir aussi le site internet http://www.recordingpioneers.com/index.html, avec de nombreux témoignages, par exemple le journal de voyage (1902-1903) et le récit des enregistrements au Japon de Fred Gaisberg []
  3. Voir, par exemple, http://www.kahaku.go.jp/english/research/department/sci_engineer/ (en anglais); http://www.asj.gr.jp/journal/pdf/museum14.pdf (en japonais, plus détaillé. []
  4. Voir par exemple les diapositives Power Point de sa présentation en anglais «Japanese Voice Recording  Collections Recorded in Europe», EAJRS Conference Sep­18­ 2008 CCCM LIsboa. []

Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France

L’Histoire mondiale de la France est un ouvrage historique dirigé par Patrick Boucheron qui a fait beaucoup parler de lui en 2017. Comme Wikipédia offre une bonne présentation du livre et des débats idéologiques qu’il a provoqués, je n’ai pas besoin d’y revenir. Dans le cadre de ce carnet, je voudrais juste examiner quelle est la part du Japon en particulier et de l’Extrême-Orient en général dans cette histoire de France.

Si l’on suit dans l’index intitulé “Parcours buissonniers” l’entrée Indes, Inde et Extrême-Orient, on aboutit à :

  • 1270 : Saint-Louis nait à Carthage (ambassades auprès du khan mongol et « lettres des confins de la Chine »)
  • 1380 : L’image du monde dans une bibliothèque (présentation de l’Atlas catalan)
  • 1534 : Jacques Cartier et les terres neuves
  • 1664 : Colbert et compagnies (très peu disert sur la Compagnie des Indes orientales)
  • 1686 : Rendez-vous manqué avec le Siam (un bel article de Romain Bertrand)
  • 1763 : Un royaume pour un empire (émergence de l’empire britannique)
  • 1769 : Le monde est une conversation (sur le voyage de Bougainville ; l’article est cruel : « Dans l’immédiat, ses découvertes n’auront aucune conséquence commerciale ou politique »)
  • 1891 : Pasteuriser l’Empire (une contribution intéressante de Guillaume Lachenal) (Je me permets d’attirer l’attention sur l’article de J. Kevin Baird, War Crimes in Japan-Occupied Indonesia: Unraveling the Persecution of Achmad Mochtar, The Asia-Pacific Journal. Japan Focus1.4 (1er janvier 2016) à propos de l’utilisation par l’armée japonaise des ressources et équipements de l’Institut pasteur de Bandung (Indonésie) pendant la seconde guerre mondiale)
  • 1931 : L’Empire aux portes de Paris (sur l’Exposition coloniale internationale)

Si l’on suit l’entrée Orientalisme, on arrive à :

  • 1712 : Les Mille et Une nuits, ou la forgerie d’Antoine Galland
  • 1863 : « L’Algérie sera un royaume arabe »
  • 1962 : Le crépuscule de l’Algérie française à Jérusalem
  • 2003 : « Et c’est un vieux pays »

Aucun de ces quatre articles ne nous concerne ici.

On voit donc que l’Extrême-Orient est très peu présent dans l’ouvrage. Certes, c’est dû aux contacts limités entre la France et cette région du monde, on ne peut le nier, mais il me semble qu’on peut regretter l’absence d’articles sur le japonisme, sur la bataille de Diên Biên Phu et sur le nucléaire, militaire (première bombe atomique française en 1960) aussi bien que civil (liens entre industries nucléaires française et japonaise).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1538.

 

Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse

Toujours dans mes recherches sur Kosiki, opéra-bouffe français de 1876 à l’intrigue improbable, grâce au site internet europeana.eu, j’ai découvert que cette œuvre avait été traduite et jouée à Barcelone. Je n’en parlerai pas dans l’article que j’espère bientôt finir sur cet exemple de japonisme théâtral et musical, car je souhaite me tenir au contexte historique et culturel de Paris1 , mais je m’en voudrais de ne pas présenter brièvement ici la belle collection de dessins que possède l’Institut del Teatre, très généreusement mis à la disposition des chercheurs et autres amateurs sur son site internet.

Dessins d’accessoires pour la mise en scène de Kosiki, par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

En effet sont conservés 33 dessins de costumes, accessoires et mobilier destinés à la mise en scène de Kosiki à la fin du XIXe siècle2. Ils sont du pinceau de Fèlix Urgellès de Tovar (1845-1919), peintre paysagiste qui s’est reconverti dans le décor et la scénographie de théâtre et qui a travaillé pour les grandes salles de spectacle de Barcelone.

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Le personnage représenté ci-dessus est sans doute Fitzo, jongleur de rue, en fait empereur du Japon selon l’intrigue de la pièce. Il effectue un des tours les plus fameux des jongleurs-magiciens japonais, celui des papillons, des morceaux de papier pliés et déchirés que le saltimbanque fait voler à l’aide de son éventail (normalement pas deux comme ici).

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Ici, je pense que l’on peut reconnaitre Kosiki, personnage qui a donné son nom à la pièce. Elle commence l’histoire comme empereur et la finit comme impératrice, avec un passage par la rue comme saltimbanque. On la voit qui jongle dans un kimono court, coupé à mi-cuisse, ce qui devait permettre de mettre en lumière le galbe de ses jambes, objet d’un des actes les plus appréciés de l’opéra-bouffe, si l’on en croit les critiques françaises.

Le passage d’un sexe à l’autre permet aux costumiers d’imaginer des variations sur le kimono, qui devient ainsi un vêtement doublement hybride, à la fois masculin/ féminin et japonais/ occidental.

Dessin de Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

A cet exceptionnel ensemble de dessins, il faut ajouter des maquettes de décor, en bois et en papier3.

Maquette de décor pour Kosiki, réalisée par Fèlix Urgellès de Tovar; ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Urgellès a aussi utilisé ses talents pour décorer et aménager des magasins de Barcelone en style japonisant4. Il semble être un bel exemple de « japonisme consommateur ».

Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1510.
  1. En outre, d’après D.R. George, « Playing Japanese » in Fin-de-siecle Zarzuela, in Intersections of Race, Class, Gender, and Nation in Fin-de-siècle Spanish Literature and Culture éd. par J. Smith et L. Nalbone (Londres, 2016) (non paginé dans la version Google Books), le japonisme en Espagne doit être compris différemment de celui de France, du Royaume-Uni ou des États-Unis d’Amérique, car il se développe alors que l’empire espagnol se contracte et va sur son déclin. []
  2. Je me demande s’il ne faut pas ajouter à ces 33 dessins explicitement attribués à Kosiki par le site internet plusieurs illustrations de décor: Croquis per a palau oriental, Croquis per a rompiment d’estil oriental, Desconegut, Desconegut (2 dragons), Desconegut (Estància d’estil oriental), Desconegut (Moble d’estil oriental), Interior de palau decorat en vermell i dauratPorxada d’estil oriental. []
  3. Le site internet ne prend pas position sur le spectacle pour lequel ces maquettes ont été réalisées (« Espectacle: Desconegut ») : Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès. []
  4. On peut voir un dessin du « Pavelló Imperial Japonés » (1881) ici. []

Petite annonce: Atelier-concert – « Autour de l’Exposition universelle de 1867 »

Je relaie avec plaisir cette information:

Voici ce qu’on peut lire sur le site internet des Archives nationales:

Mars 2018 – Site de Paris à l’hôtel de Soubise

Pour ses rendez-vous musicaux, le service éducatif des Archives nationales propose en mars 2018 plusieurs concerts intégrant des séances jeunes publics, autour de répertoires méconnus ou inédits de musique vocale. Préparés par des étudiants ou dans le cadre d’une résidence pédagogique pour La Tempesta, ces concerts sont accompagnés par la présentation in situ de documents issus des fonds des Archives nationales.

  • Mardi 6 mars

Voix, piano « Autour de l’Exposition universelle de 1867 »
Ce concert explore et présente au public une partie du répertoire inédit des hymnes composés pour l’Exposition universelle de 1867, en le mettant en regard avec d’autres œuvres. Ce programme est établi, étudié, choisi et présenté par les étudiants de la classe de chant du CRR de Cergy-Pontoise, sous la direction de Jean-François Rouchon, professeur.
A 14h00 – Séance scolaire : cours Public par J.-F. Rouchon et ses étudiants
A 19h00 – Concert tous publics, entrée libre dans la limite des places disponibles

Les informations suivantes ont été publiées sur Facebook:

À l’origine de ce projet, la valorisation de fonds d’archives (série F12 ) conservant les œuvres musicales présentées au concours de composition de cette l’Exposition universelle. Les étudiants de la classe de chant de Jean-François ROUCHON, accompagnés par Nicolas CHEVEREAU au piano, auront le plaisir de vous interpréter des œuvres de Camille SAINT-SAËNS, Charles GOUNOD ou encore Giuseppe VERDI.
Cet atelier-concert commenté proposera au public d’aborder ce sujet à la fois dans une perspective historique et de définir ce qu’est une exposition universelle à travers l’exemple de 1867 et ses réalisations musicales.

Liens du mois (février 2018)

  • John Mullen, “La chanson populaire à travers le monde dans la Première Guerre mondiale”, dans L’Atelier des Savoirs, 29 janvier 2018, https://eriac.hypotheses.org/135

« En Angleterre, un chanteur typique apparaît sur scène (devant 2 000 ou 3 000 spectateurs, sans microphone) pendant 15 minutes, dans le contexte d’une soirée de variété : après les acrobates et avant les éléphants peut-être. Il doit intéresser le public très vite ; humour et théâtralité sont obligatoires. À Paris, dans les cafés-concerts, bien plus petits, avec un chanteur résidant qui a la fidélité de son public, une approche plus approfondie est possible. »