Admiration et racisme: une page de Gill

Dans le Journal amusant du 17 août 1867, on peut voir cette belle planche de Gill.

Cirque-Napoléon: Les Japonais

Le Journal amusant (17 août 1867), p. 7; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k891298t/f7.item

Comme chaque dessin est accompagné d’une légende, je vais en donner le détail.

Le jeune All Right
Quelques personnes ont daigné m’affirmer que cet exercice est fort simple. Je veux les croire, mais je les engage à y aller voir à ma place.
— Mon chéri, semble dire papa All Right qui s’évente avec abandon pendant cet exercice effrayant ; mon chéri, je te surveille, tâche que je t’attrape à fourrer tes doigts dans ton nez !
La toupie
Toupie or not toupie, dit Hamlet. Celle-ci suit son petit chemin, aller et revenir, sur le tranchant d’un sabre. Monsieur le Japonais, nous ne jouerons pas à la toupie ensemble.
La corde
Tout bien examiné, je pense que l’ami Blondin, héros du Niagara1, n’a plus qu’une ressource dans sa corde — c’est de se pendre avec.
Les exercices du tonneau
Toujours All Right père et fils. Bon moyen japonais pour dégoûter les enfants du tonneau. Plus d’ivrognes !
Les papillons
Quant à ceci, ce n’est rien qu’un petit chef d’œuvre d’art poétique et charmant ; les papillons vont, viennent et se posent au gré de l’éventail.
Le salut au public
A quatre pattes — Eh ! Mon dieu, oui, que voulez-vous ! un singe est toujours un singe après tout.

On voit que Gill a bien capturé toute la variété du spectacle de jongleurs acrobates japonais de 1867; il n’y manque que le narrateur et les musiciens. Le dessinateur ne peut cacher son admiration derrière ses plaisanteries et calembours douteux: il admire la poésie du numéro des papillons en papier découpé, il compare avantageusement le funambule japonais au fildefériste français le plus célèbre de son temps, il s’émerveille devant l’audace de l’acrobate enfant All Right et le sang-froid de son père.

Toutefois, son appréciation généralement positive ne l’empêche pas de conclure son dessin par une comparaison animale avec un commentaire raciste et l’affirmation définitive de la supériorité occidentale sur le reste du monde.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Admiration et racisme: une page de Gill ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/03/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2834.
  1. Allusion au funambule Blondin, qui réussit la première traversée des Chutes du Niagara sur une corde, en 1859. []

Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018)

  • CARP (= Circus Arts Research Platform)
  • Ignacio Ramos Gay, « Un aztèque de vaudeville: “Le Prix Martin”, d’Eugène Labiche », Studi Francesi [Online] 182 (LXI | II)  (2017), mis en ligne le 01 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/9765 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.9765
  • Mort de l’artiste légendaire Rosa Bouglione à l’âge de 107 ans, Atlantico (27 août 2018)
  • Collection Keym sur numeriques.be. Keym, échevin et bourgmestre (= maire) d’une commune de Bruxelles pendant la Première Guerre Mondiale a rassemblé une extraordinaire collection de caricatures de cette époque. Cet ensemble, qui fait partie des Archives de la Ville de Bruxelles, a été numérisé et est maintenant à la disposition des chercheurs sur internet.

Il y a quelques temps, j’avais signalé sur ce carnet que les artistes de cirque japonais apparaissaient souvent dans les caricatures dessinées au sujet de la guerre russo-japonaise. Deux caricatures de la Collection Keym semblent montrer que le thème du cirque a continué à être utilisé pour parler de l’armée japonaise pendant la Première guerre mondiale, mais le Japon est cette fois représenté comme un des animaux de la ménagerie d’un cirque, non comme un jongleur ou acrobate.

Le Japon, allié du Royaume-Uni, déclara la guerre à l’Allemagne le 23 août 1914, mais les caricatures ci-dessous montrent aussi l’Oncle Sam, personnalisation de l’Amérique,et ont été dessinées après l’entrée en guerre des USA, en 1917. En outre, à ce moment, des navires japonais patrouillent en Mer Méditerranée, comme escortes des navires alliés, ce qui accentue la visibilité de cet ennemi en Allemagne.

Caricature de Walter Trier, 1918 (?)1, « Die japanische Intervention », « oder Wie’s kommen kann », Collection Keym; ARC-AVB-Keym-dep2-011-016, Libre de droits

« L’intervention japonaise », ou « Comment ça peut arriver » (tentative de traduction)

Caricature de Thomas Theodor Heine, 1918/19192, « Der japanische Panther », « Mister Bull, losgelassen ist er gleich. Uber glauben Sie, dass wie ihn zurückpfeifen können ? »; Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-012-006

« La panthère japonaise »,

« Mister Bull, elle est déchainée. Mais croyez-vous que nous pouvons la rappeler en sifflant? » (tentative de traduction)

Les deux caricatures montrent donc le Japon comme une créature des alliés qui va leur échapper, se retourner contre eux et leur faire payer leur naïveté. On peut associer ces deux dessins à un troisième, qui nous éloigne du thème du cirque, mais il me semble si réussi que je ne peux résister à le recopier ici:

« Die japanische Sphinx », « Wer ihre Rätsel nicht löst, den wirft sie in den Abgrund. Nun können sich die Ententeleute Kopf und Kragen zerbrechen. »3, dessin de Carl Olof Petersen, Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-011-126, Libre de droits.

Le Sphinx japonais.

Quiconque ne résout pas son énigme, il le jette dans l’abîme. Maintenant, les membres de l’Entente peuvent se casser la tête et le cou.

Il n’est pas facile de dater cette caricature avec certitude, mais les colombes montrent qu’on est en contexte de discussion de paix. « Die Ententeleute » ne doit pas s’entendre stricto sensu comme membres de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie), mais, je pense, comme participants à la Conférence de Paix de Paris (1919) (on peut alors reconnaitre sur le dessin, face au Sphinx japonais, un Français, un Anglais et un Américain). Malheureusement, la caricature n’explique pas ce qui motive les interrogations des Occidentaux.

On rappellera que le Japon avait demandé lors de cette conférence qu’on affirme le principe de l’égalité des races et que cela avait été refusé, le premier opposant à ce concept étant les USA.

Bibliographie non vue
  • Serge Jaumain et Valérie Piette, « Un trésor aux Archives de la Ville de Bruxelles: les caricatures de la Collection Keym », in: Serge Jaumain et Valérie Piette (éds.), L’humour s’en va-t-en guerre. Bruxelles et la caricature en 14-18 (2005),p. 4-10.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 31/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2029.

  1. Il semble que le dessin a été publié dans la revue Lustige Blätter, 33. Jg., No. 14, 192. Kriegsnummer (1918). []
  2. Le dessin semble avoir été publié dans la revue Simplicissimus 23.21. []
  3. Merci à Frédéric Colin pour son aide à la transcription du texte. []

Disparition du cirque Barnum: petite revue de presse

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

 

Voici une série de liens en rapport avec l’annonce que le Cirque Barnum va cesser ses activités:

Articles en français:

(…) Le cirque, officiellement nommé Ringling Bros. and Barnum and Bailey Circus après plusieurs fusions, a expliqué dans un communiqué qu’il ne survivait plus financièrement, en raison de l’augmentation des coûts et du déclin des ventes de billets, surtout depuis qu’il a été forcé par les défenseurs des animaux de retirer les éléphants qui étaient le clou de son spectacle.

(…) F. Bouglione, « Le cirque Ringling est plus victime de la finance que de la désertion du public (…) Il faudra m’expliquer comment un spectacle qui a a eu dix millions de spectateurs dans l’année n’arrive pas à être rentable. Je suis très étonné »

(…) [En réponse à l’affirmation selon laquelle le Cirque doit fermer parce qu’il ne peut plus montrer d’éléphants]: « Retirer les animaux, cela a dû faire un coup. Ça m’étonne quand même un peu, depuis le temps que ce cirque existe. Est-ce que c’est vraiment la cause exacte de la disparition de ce cirque? », a commenté John Beautour, porte-parole de l’Association des cirques de familles de France.

« Mais, pour moi, ce n’est pas en raison de la pression des anti-animaux américains qu’ils ferment. Le cirque Barnum est plus victime de la finance. C’était le plus grand cirque du monde, un très grand spectacle. Mais la famille Feld, propriétaire de ce cirque, produit 30 ou 35 spectacles. Et malheureusement, le drame même, est que Kenneth Feld a, il y a quelques années, tout cédé à ses trois filles. Lui adorait le cirque, ses trois filles un peu moins. Alors quand vous avez 35 spectacles qui tournent et que l’un d’entre eux est moins rentable de 3%, vous le fermez. Merci, au revoir. »

(interview d’Alexandre Bouglione):  » … en ce moment, il y a comme une chasse aux sorcières envers les gens du voyage, les cirques et les forains. On met un peu tout le monde dans le même sac. Il y a des gens qui font très bien ce métier, d’autres qui le font très mal. Actuellement, on ne peut plus travailler avec des animaux sauvages, mais ça se pratique dans les zoos. Notamment en Belgique. Regardez Pairi Daiza… Même si je n’ai rien contre eux. Il y aurait donc maltraitance quand on dresse des animaux mais seulement dans les cirques ? Dans beaucoup de zoos, il y a des tigres, des éléphants, des perroquets, des otaries, des orques, des dauphins. Chez nous, c’étaient soi-disant des prisons, mais dans les zoos, les prisons sont juste un peu plus grandes, c’est tout.  »

(interview de David Williams-Mitchell):

« Cirques, zoos: est-ce du pareil au même pour les animaux ?

Non. Les animaux sauvages hébergés dans les meilleurs zoos (dont nos membres) ont beaucoup moins de contact avec les humains, dans des enclos qui imitent autant que possible les conditions de leur habitat naturel. La participation des animaux à des spectacles est autorisée seulement à des conditions strictes (dont l’obligation que le spectacle vise à éduquer le public et que la dignité de l’animal soit respectée et préservée). »

Articles en anglais:

  • D. Takahashi, Technology fails to save Ringling Bros. circus, Venture Beat (14 janvier 2017)
  • C. Mele, Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus to End Its 146-Year Run, The New York Times (14 janvier 2017)
    « (…) Mr. Feld told The A.P. that transporting the show by rail and other circus quirks — such as providing a traveling school for performers’ children — are throwbacks to another era. “It’s a different model that we can’t see how it works in today’s world to justify and maintain an affordable ticket price.(…) [PETA statement] « All other animal circuses, roadside zoos, and wild animal exhibitors, including marine amusement parks like SeaWorld and the Miami Seaquarium, must take note: society has changed, eyes have been opened, people know now who these animals are, and we know it is wrong to capture and exploit them. » Humane Society CEO Wayne Pacelle said in a statement, « It’s just not acceptable any longer to cart wild animals from city to city and have them perform silly yet coercive stunts. I know this is bittersweet for the Feld family, but I applaud their decision to move away from an institution grounded on inherently inhumane wild animal acts. » »
  • C. Goudie, Ringling Bros. circus to close after 146 years; Failure started with focus on elephant abuse, ABC 7 (15 janvier 2017)
  • K. Varn et al.,Nostalgia takes an emotional hit with closing of Ringling Bros. circus, Tampa Bay Times (15 janvier 2017): »That sentiment was shared Sunday at the International Independent Showmen’s Museum in Riverview, which preserves the Tampa Bay area’s history as a one-time home base for circus and carnival performers.Museum executive director David « Doc » Rivera said he had heard speculation for months that the circus would be shut down or sold to Disney.The reason for declining interest in the circus, he said, can be attributed to the Internet, video games, television and other forms of modern home entertainment. »It used to be that you had to get off your butts and leave the house to be entertained, » he said. « Not anymore. »There was a time when if you wanted to see a 500-pound lady or a giant you had to go the carnival or circus, » he said. « Then one day you could turn on your TV and see them. » »
  • J. Rogers, Hundreds to lose jobs after Ringling Bros Circus shuts down, News Channel 8 (16 janvier 2017): « The company leaders said one factor in the success of their other properties such as ‘Marvel Universe LIVE!’ and ‘Disney on Ice’ is that kids are very familiar with them after seeing them on TV.  Kids today don’t have the same association with the circus as other children did in previous generations.“Kids drive what parents do with them. In the sense of entertainment where you take your kids is where your kids demand. And if it’s not part of their life every day, they have no point of reference to demand that,” said Kenneth Feld. »
  • C. Hlavaty, Ringling Bros. folding is the end of an era in family entertainment, Houston Chronicle (16 janvier 2017): « According to reports the show was felled by a variety of factors. For one, the show was still being transported by rail, a quaint touch in an era when most similar traveling shows are a fleet of semis and buses. »
  • L. Pisoni, The end of Ringling Bros.: What the Greatest Show on Earth meant to a man raised in the circus, Los Angeles Times (16 janvier 2017)
    « (…) What does this mean if an institution like Ringling Bros. can no longer remain in business? I don’t know why the show is closing, but I do know we now live in an era where the priority is not live performance. Instead, we want our personal entertainment when we want it, on demand, with headphones. I’m as guilty of this as anyone. As a former circus performer, and a new father, that saddens me. Perhaps I long for the time when kids didn’t socialize with virtual friends but rather physically came together for a shared experience, for entertainment that built connections and made memories. Because that’s what happens at the circus, in the stands for the audience and in the ring for the performers. (…) »
  • J. Rogers, What will happen to the costumes and props from the Ringling Bros. Circus?, News Channel 8 (17 janvier 2017)
  • A. Woodruff, The Pull Of The Armchair Conservationist And The Far-Reaching Implications Of The Ringling Bros. Closure, UPROXX (17 janvier 2017) (une discussion intéressante)
  • H. Weiss-Tisman, Despite Ringling Bros. Shutdown, The Circus Arts Remain Alive And Well In Vermont, NHPR (18 janvier 2017)
  • R. Beadle, Why America’s most famous circus was destined to fail, The Conversation (18 janvier 2017)
  • H. Covington, For Minnesota performers, circus shutdown prompts shock, grief and nostalgia, Star Tribune (20 janvier 2017)
  • J. Wallace, S. Kennedy Wynne, Despite layoffs, Ringling company vies for millions in job creation, Bradenton Herald (24 janvier 2017): (…) « Those who work with Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus crisscross the country on a mile-long train that carries not just the performers but also the animals, their feed and a 24-hour dining operation called the Pie Car. Children go to school on the train and there is a day care operation. They are housed in cars set up like efficiency apartments. Electricians, mechanics and animal tenders are on board to keep things running.The circus’ first female ringmaster, 35-year-old Florida native Kristen Wilson, said living on the train has been an eye-opening experience. She called it a “city without a ZIP code” and compared it to an apartment building that’s horizontal. » (…)
  • D. Elias, Despite closing, Ringling Bros. to receive $3M tax incentive, count on nbc2 first (25 janvier 2017): (…) « The company will still receive its incentive because they classified the 400 lost jobs as « on the road jobs, » meaning they aren’t Florida-based and don’t count as part of the incentive calculation. »You travel by train.  No other company is doing that, » Razhba said.Besides Ringing Bros. and Barnum & Bailey, Palmetto-based Feld Entertainment also owns Disney on Ice, Monster Jam, and Marvel Universe. » (…)

Note de lecture: caricature, acrobates japonais et singes

I.J. Miller, The Nature of the Beasts. Empire and Exhibition at the Tokyo Imperial Zoo (2013), p. 53-56, présente une analyse subtile d’une caricature de Bigot:

Georges Bigot, Monsieur et Madame vont dans le monde, illustration pour le magazine Tobae, 1887. (Source de la reproduction: http://www.artsetsocietes.org/f/f-index59.html)

La caricature, publiée au Japon, en partie pour un lectorat capable de lire les kanjis, est ambiguë puisqu’elle mêle racisme, darwinisme et critique sociale des efforts maladroits de certaines élites japonaises pour adopter des coutumes occidentales. Comme le montre Miller, cette critique n’est pas seulement le fait d’étrangers exprimant un sentiment raciste de supériorité, mais fait partie du débat national japonais.

Les acrobates japonais sont souvent comparés à des singes. Voici, par exemple, un extrait du journal La Nature 13 (1885) p. 248-250, donc non pas, insistons, une critique d’un spectacle mais un article se prétendant de vulgarisation scientifique:

Certains gymnastes présentent cette particularité de se servir de leurs pieds comme moyen de préhension dans les exercices qu ils exécutent. A ce point de vue ils se rapprochent des singes et arrivent à rivaliser avec ceux-ci comme agilité ou bien à les imiter d une façon saisissante. Les gymnastes japonais excellent surtout sous ce rapport et l’on se rappelle que l’un d’eux s’est exhibé à Paris il y a quelques années sous le nom d’ homme singe. Revêtu d’un costume approprié à son rôle il grimpait le long d’une perche, s’accrochait par les pieds à une corde, se balançait ainsi, sautait, gambadait, faisait des culbutes et exécutait en un mot une multitude d’exercices aussi bien si ce n’est mieux que n’eût pu faire un singe réel. Une troupe de Japonais qui s’est montrée en 1884 dans divers théâtres et cirques de Paris exécutait également des tours extraordinaires et les gymnastes qui la composaient se servaient aussi avec une grande habileté et une grande énergie de leurs pieds nus. Parmi les exercices exécutés par cette troupe, les plus remarquables étaient les suivants (fig 3):

Je pensais que cette comparaison n’était que physique et visuelle, mais je me demande maintenant si elle ne s’appuyait pas aussi, consciemment ou non, sur le thème général du Japon imitateur de l’Occident.

On n’en oubliera pas pour autant que les acrobates japonais seront eux-mêmes rapidement imités par des artistes de cirque occidentaux, en un retournement ironique des caricatures.

Quelques liens:

Compte-rendu du jour: Entertaining Elephants

Ce matin, le compte-rendu suivant est arrivé dans ma boîte aux lettres électronique:

Thomas S. Darragh, c.r. de S. Nance, Entertaining Elephants: Animal Agency and the Business of the American Circus. H-USA, H-Net Reviews, Janvier 2016.
URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=42426

(Source de l’image: amazon.com)

Le succès des éléphants de cirque en Amérique est en partie né de l’occasion qu’ils offraient, à la fin du 18e et au début du 19e siècles, d’avoir une expérience exotique en permettant aux spectateurs d’approcher une espace animale non native et mal connue dans le pays. En cela, ils sont étrangement similaires avec les acrobates japonais de 1867 qui donnèrent à voir leur pays nouvellement ouvert au monde (Voir Schodt avec D’Hautcourt).

Le livre semble aussi intéressant, à en croire ce c.r., parce que Nance y mène une analyse diachronique montrant bien les différences entre les éléphants de cirque d’hier et d’aujourd’hui, différences nées des changements de mentalité, en particulier les nouvelles idées attachées au concept de bien-être animal. De même, la façon dont nous regardons les acrobates a radicalement changé, par exemple suite aux nouvelles manières de voir et aux législations sur le racisme et sur le travail des enfants.

En ce qui concerne les spectacles avec des animaux, au Japon, ils faisaient partie des misemono, des exhibitions de choses, animaux ou êtres extraordinaires. Il existait des spécialistes de spectacles de singe ou d’ours. Les dresseurs de singes appartenaient souvent à la même catégorie et au même bas statut social des artistes de rue sans adresse fixe (hinin)  que les acrobates et étaient eux aussi victimes de discriminations (Ohnuki-Tierney). Je ne sais pas si beaucoup d’entre eux se sont produits à l’étranger (et le c.r. ne dit mot des dompteurs d’éléphants)

Références
  • A. D’Hautcourt, Le Professeur Risley et les premiers acrobates japonais en France, Journal of Inquiry and Research 98 (Septembre 2013), p. 89-95.
  • Emiko Ohnuki-Tierne, The monkey as mirror : symbolic transformations in Japanese history and ritual (Princeton, 1987)
  • F.L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe: How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (2012)

Voir aussi

Ajout du 6 janvier:

Le jour même où j’écrivais cette petite entrée de carnet est paru sur le site internet du Monde l’article suivant:

Accusé de maltraitance sur son éléphante, un dompteur renvoyé du cirque Bouglione, Big Browser 5 janvier 2016