Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France

L’Histoire mondiale de la France est un ouvrage historique dirigé par Patrick Boucheron qui a fait beaucoup parler de lui en 2017. Comme Wikipédia offre une bonne présentation du livre et des débats idéologiques qu’il a provoqués, je n’ai pas besoin d’y revenir. Dans le cadre de ce carnet, je voudrais juste examiner quelle est la part du Japon en particulier et de l’Extrême-Orient en général dans cette histoire de France.

Si l’on suit dans l’index intitulé “Parcours buissonniers” l’entrée Indes, Inde et Extrême-Orient, on aboutit à :

  • 1270 : Saint-Louis nait à Carthage (ambassades auprès du khan mongol et « lettres des confins de la Chine »)
  • 1380 : L’image du monde dans une bibliothèque (présentation de l’Atlas catalan)
  • 1534 : Jacques Cartier et les terres neuves
  • 1664 : Colbert et compagnies (très peu disert sur la Compagnie des Indes orientales)
  • 1686 : Rendez-vous manqué avec le Siam (un bel article de Romain Bertrand)
  • 1763 : Un royaume pour un empire (émergence de l’empire britannique)
  • 1769 : Le monde est une conversation (sur le voyage de Bougainville ; l’article est cruel : « Dans l’immédiat, ses découvertes n’auront aucune conséquence commerciale ou politique »)
  • 1891 : Pasteuriser l’Empire (une contribution intéressante de Guillaume Lachenal) (Je me permets d’attirer l’attention sur l’article de J. Kevin Baird, War Crimes in Japan-Occupied Indonesia: Unraveling the Persecution of Achmad Mochtar, The Asia-Pacific Journal. Japan Focus1.4 (1er janvier 2016) à propos de l’utilisation par l’armée japonaise des ressources et équipements de l’Institut pasteur de Bandung (Indonésie) pendant la seconde guerre mondiale)
  • 1931 : L’Empire aux portes de Paris (sur l’Exposition coloniale internationale)

Si l’on suit l’entrée Orientalisme, on arrive à :

  • 1712 : Les Mille et Une nuits, ou la forgerie d’Antoine Galland
  • 1863 : « L’Algérie sera un royaume arabe »
  • 1962 : Le crépuscule de l’Algérie française à Jérusalem
  • 2003 : « Et c’est un vieux pays »

Aucun de ces quatre articles ne nous concerne ici.

On voit donc que l’Extrême-Orient est très peu présent dans l’ouvrage. Certes, c’est dû aux contacts limités entre la France et cette région du monde, on ne peut le nier, mais il me semble qu’on peut regretter l’absence d’articles sur le japonisme, sur la bataille de Diên Biên Phu et sur le nucléaire, militaire (première bombe atomique française en 1960) aussi bien que civil (liens entre industries nucléaires française et japonaise).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1538.

 

Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France

Les cirques stables sont  des monuments publics importants pour l’image du cirque, que ce soit par leurs liens avec les élites économique ou le pouvoir impérial comme, par exemple, le Cirque d’Hiver de Paris, ou que ce soit par leur importance physique dans une petite ville, comme, par exemple, Douai.

Je me proposais d’en présenter quelques-uns ici, dans la continuation de la série sur « Cirque et monuments publics », mais il n’existait pas sur internet, à ma connaissance de liste satisfaisante de ces établissements; j’ai donc commencé à la dresser et on trouvera le fruit de mes efforts ici, sur une « page » de ce carnet: Liste des bâtiments stables de cirque en France. J’ai essayé de signaler, dans la mesure du possible, les fonds d’archives qui existaient concernant ces bâtiments.

Bonne lecture !

S’il vous plait, signalez-moi erreurs, nouvelles informations et corrections.

Cirques stables en France

Cirques stables à Paris

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1450.

Compte-rendu de « Conjuring Asia »

Le compte-rendu critique que j’ai écrit au sujet du livre de Chris Goto-Jones, Conjuring Asia: Magic, Orientalism and the Making of the Modern World (Cambridge: Cambridge University Press; 2016) (ISBN 9781107433823) est paru hier sur le site internet newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

Je vais essayer de vite en donner ici une version française.

Félicitations à Frederik L. Schodt: The Japan Foundation Awards (2017)

Je recopie l’information suivante depuis le site internet de la Japan Foundation (en grasses, la raison pour laquelle je mentionne cet honneur ici):

Frederik L. Schodt is a writer and translator and best known as a pioneer of manga and translation for four decades.As a college student in Japan in 1970, he started to develop an enthusiasm for Japanese graphic narratives, or “story-manga,” and in 1977~8 with some friends he translated part of Tezuka Osamu’s Phoenix. While this effort did not lead to an actual publication, it was the beginning of a 12-year relationship with the inexhaustible manga author. Eventually, in 1983, Tezuka contributed a foreword to Schodt’s first monograph Manga! Manga! The World of Japanese Comics.

At that time “story-manga” was already flourishing in Japan, but readers abroad could not yet access these graphic narratives without being in command of the Japanese language. Against this backdrop, Schodt provided not only a rich seam of information in Manga! Manga! The World of Japanese Comics, but also almost one hundred pages of translated manga. This attitude—to not just teach people about an unknown culture, but share the experience of this culture with them—has been characteristic of Schodt’s whole career well into the 21st century and its internet-based participatory culture. Within this new environment, Schodt continues to build bridges between those who do and do not read manga, and further between those who do and do not appreciate classic manga narratives like Tezuka’s.

While highly acknowledged worldwide for his promotion of manga, Schodt has also drawn attention with his books to other forms of marginalized art. These include a book on a Japanese acrobatic troupe formed by an American acrobat in 1867 (Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe, published in 2012). He also translated a manga work created in San Francisco in 1931 (by Henry Yoshitaka Kiyama, published in English in 1998 as The Four Immigrants Manga), that depicts the lives of four young Japanese men in the United States between 1904 and 1924. It recently attracted attention again and has been made into a popular musical.

It is precisely Schodt’s commitment to intercultural as multilateral exchange that deserves an accolade. We accordingly present him with the Japan Foundation Award and look forward to his future successes.

(Je rappelle le compte-rendu que j’ai écrit : Alexis D’Hautcourt, Le Professeur Risley et les premiers acrobates japonais en France : Compte-rendu de Frederik L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How and American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkeley, 2012). Journal of Inquiry and Research, Kansai Gaidai University, 2013, 98, pp.89-95. <hal-01276896>)

Addition du 7 septembre 2017:

Happiness and the Good Life in Japan

Comme j’apprécie et voudrais encourager ce genre d’initiatives, je me permets de recopier le message suivant, paru sur la liste électronique SSJ:

We want to inform readers of this mailing list about this highly welcomed opportunity to discover the content of our work on  Happiness and the Good Life in Japan (Routledge 2017).
https://www.routledge.com/Happiness-and-the-Good-Life-in-Japan/Manzenreiter-Holthus/p/book/9781138956612

Our publisher is committed to increasing the discoverability of our work and provides unrestrained online access to the full text of the book via the following link: http://rdcu.be/tPj9,

Please note that this link will expire at the end of August.

In case you are interested in learning more about our current research activities, please consult our project websites at japan.univie.ac.at or
academia, or get straight into contact with us!

Wolfram Manzenreiter and Barbara Holthus

University of Vienna

Dept. of East Asian Studies

************************************************
SSJ-FORUM website
Institute of Social Science, University of Tokyo
http://forum.iss.u-tokyo.ac.jp/
SSJ Forum Archive (all past postings are available)
http://ssj.iss.u-tokyo.ac.jp/

Aucun article de ce livre, en accès libre pendant plusieurs semaines, ne concerne directement le sujet de ce carnet de recherches, mais je me permets de signaler les deux articles suivants:

  • C. Bondy, « A Really Warm Place »: Weel-being, place and the experiences of buraku youth, p. 181-194
  • C. Sapunaru Tamas, A.O. Tamas, The Midnight Community, or Under-the-counter Happiness, p. 211-224

Une parution récente sur les catcheuses japonaises

Pour mémoire, je signale la parution du livre de Keiko Aiba, Transformed Bodies and Gender: Experiences of Women Pro Wrestlers in Japan (Osaka, 2017) (ISBN 978-4946428814).

A bon droit, me semble-t-il, Aiba définit le catch comme « un type de spectacle de scène basé sur des expressions empruntées au sport et à l’acrobatie avec des expressions empruntées  à la danse et au théâtre, qui adopte les valeurs du divertissement commercial » [[1]].

J’ai été un peu déçu que dans son chapitre « Histoire du catch féminin au Japon: d’un spectacle sexuel  à de « vrais combats » [[2]] (p. 42-52), Aiba ne fasse aucune mention des spectacles de sumo féminin, une partie des «misemono».

女相撲の力士 (1930) (Catalogue de l’exposition d’Osaka p. 40)

 

Poster pour le « Cirque de Sumo féminin » (女大相撲サーカス) (Date : ? Période Showa ?)

[[1]]  (p. 19) I define pro wrestling as a type of stage performance that is centered on expressions derives from sporting games and acrobatics in addition to expression derived from dancing and theatrical play, while having values of entertainment and commerciality.

[[2]] History of women’s pro wrestling in Japan from a sexual spectacle to a « real fight »

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Ajouts du 22 octobre 2017

Je recopie pour une meilleure appréciation du contexte du panorama de Dumoulin deux illustrations que j’ai trouvées sur le blog Les Musées d’Extrême-Orient (Bruxelles), Orion en aéroplane (10 mars 2012):

Le Tour du Monde, exposition de 1900

Affiche pour le Tour du Monde

En outre, voici la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

On trouvera beaucoup d’autres documents et informations sur ce site:  Philippe Bournazel, http://exposition-universelle-paris-1900.com/index.php?title=PANORAMA_DU_TOUR_DU_MONDE&oldid=23050

Mise à jour du 23 mars 2018

Une nouvelle entrée de ce carnet concerne Dumoulin: Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900

Parution récente: Une histoire du cirque

Pour information, je recopie ceci depuis le site internet de la BNF:

Une histoire du cirque | Éditions de la Bibliothèque nationale de France

Sous la direction de Pascal Jacob

Conçu par le grand spécialiste du cirque Pascal Jacob, cet ouvrage très richement illustré propose une histoire du cirque, depuis ses origines jusqu’à ses formes les plus contemporaines.

C’est à partir de 1770 que le cirque se développe en Europe, en Angleterre d’abord, axé essentiellement sur le cheval. À la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1930, c’est l’âge d’or du dressage aux États-Unis, dans un cirque en pleine expansion, notamment grâce au développement du chemin de fer. Puis viennent la révolution du cirque soviétique, les acrobaties chinoises et le renouveau du cirque avec les écoles françaises, belges ou canadiennes. Au fil des pages, affiches, dessins et estampes racontent chaque discipline du cirque et nous entraînent à travers le monde dans un voyage haut en couleur.

Informations pratiques

Description
Relié, 240 pages, 180 illustrations, 21 x 29,5 cm
Date de parution

6 octobre 2016
ISBN/EAN

978-2-7177-2722-7 /
9782021303612,
978-2-02-130361-2

Editeurs

  • BnF Éditions
  • Seuil

Article du jour: les archives de Paul Adrian

Joëlle Garcia et Philippe Henwood, « Le cirque commence à cheval : les archives de Paul Adrian au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://insitu.revues.org/11906 ; DOI : 10.4000/insitu.11906

Bibliothèque Nationale de France. Archives et manuscrits. Fonds Adrian, Paul (cirque)

Dans cet article, les auteurs présentent brièvement le fonds d’archives Paul Adrian et l’histoire de sa constitution. Ils le replacent dans son contexte historiographique et son réseau d’amateurs de cirque et de collectionneurs (et de leurs épouses).

L’article est intéressant parce qu’il mentionne donc également les archives de:

(Appel à contributions) Amerasia Journal Special Issue: Exhibiting Race and Culture

Je recopie une annonce parue sur la liste électronique H-Japan:

EXHIBITING RACE AND CULTURE

Guest Editors:

Professor Constance Chen (Loyola Marymount University)

Professor Melody Rod-ari (Loyola Marymount University)

Publication Date: Issue planned for Summer/Fall 2017 publication

Due Date: Paper submission (5,000-6,000 words excluding endnotes) due November 15, 2016

In 1886, Queen Victoria opened the Colonial and Indian Exhibition in London seated on the golden throne of the deposed Maharaja Ranjit Singh as a potent symbol of the “bonds of union” within the British Empire.  While Indian colonial subjects were made visible through the creation and dissemination of certain visual imageries, they were rendered powerless and voiceless in the process.  In recent decades, scholars from a multitude of disciplines have problematized Western perceptions of “the East” by interrogating and dismantling existing paradigms and frameworks.  Moreover, the display and repatriation of Asian and Pacific Islander cultural artifacts as well as the (in)visibility of Asian Pacific Americans in popular media have led to discussions regarding how various peoples have sought to conceptualize themselves locally and internationally, thereby further complicating racial discourses and transnational exchanges.

In this special issue of Amerasia Journal, we seek to examine the ways in which visual representations have shaped political, socioeconomic, cultural, and ideological milieus on both sides of the Pacific across historical time and geographical space.  How have Asians, Asian Americans, and Pacific Islanders been portrayed and—in turn—portrayed themselves in museums, world’s fairs, international biennales, visual and performing arts, the media, literature, film and television, politics, and beyond?  How do imperialist sentiments still manifest themselves through the visual?  How are race and culture imagined and redefined from differing localities and time periods?  How can marginalized groups utilize the depiction of the non-West to refashion individual and national identities?  We invite submissions that delve into topics such as, but not limited to, the display of indigenous cultures in museums, the role of heritage sites and tourism in the fabrication of nationalism, the construction of race in electoral politics, the intersection of racial and gender discourses in film and television, the engendering of Otherness by peoples of color, the impact of political cartoons on nineteenth-century immigration legislations as well as comparative analyses across racial-ethnic groups.  We are particularly interested in essays that use interdisciplinary approaches and cross-cultural perspectives.

Submission Guidelines and Review Process:

The guest editors, in consultation with the Amerasia Journal editors and peer reviewers, make the decisions on which submissions will be included in the special issue.  The process is as follows:

  • Initial review of submitted papers by guest editors and Amerasia Journal editorial staff
  • Papers approved by editors will undergo blind peer review
  • Revision of accepted peer-reviewed papers and final submission

All correspondences should refer to “Amerasia Journal Exhibiting Race and Culture Issue” in the subject line.  Please send inquiries and manuscripts to Professor Constance Chen (cchen@lmu.edu), Professor Melody Rod-ari (mrodari@lmu.edu), and Dr. Arnold Pan, Associate Editor (arnoldpan@ucla.edu).

Liens de la semaine (12 juillet 2016)

Débats
Bibliographie

« Torsten Weber’s subsequent chapter shifts the geographical focus farther east to look at relations between the Chinese and Japanese Empires in the decades following the Sino-Japanese War of 1894-95. Weber focuses on how mostly unofficial discourses of pan-Asian commonality emerged in both empires and, perhaps more interestingly, on how the Euro-American concepts of the Monroe Doctrine and “yellow peril” were emulated by Japan (the latter through a discourse of “white peril” with Europeans and Americans as a common enemy for all Asians) to assert its leadership over East Asia. »

Divers

Liens de la semaine (3 juin 2016)

Réflexions méthodologiques
Parutions récentes
Divers

Liens de la semaine

Artistes de cirque, de music-hall, etc.
Ressources en ligne
Annonces de parution

Carnet du jour: La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914)

Si vous ne l’avez pas encore lu, je recommande le résumé de la thèse de Sylvain Nicolle, La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914), Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Claude Yon, 2 vol, Université de Paris-Saclay, 2015, sur le Carnet « CL 19 » .

Note de lecture : deux comptes-rendus intéressants dans la Trans-Asia Photography Review 6.2 (2016)

(Je ne mentionne ici que les parties de ces c.-r. en rapport avec le sujet de mon carnet)

 

  1. Eleanor M. Hight, c.r. de Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leyde et al., 2016) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.210)

Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leiden and Boston: Brill, 2016)

On apprend ici que le gouvernement japonais a financé des voyages de photographes à travers le pays afin de le présenter à l’Exposition internationale de Vienne en 1873. Stillfried fut envoyé à Hokkaido et y prit de nombreuses photographies des Aïnous en mêlant la volonté officielle de présenter les efforts de modernisation du gouvernement et la vision occidentale qui voyait dans les Aïnous des représentants des bons sauvages de Rousseau. La négociation entre les souhaits de son premier commanditaire officiel japonais et le recyclage commercial à des fins d’enrichissement privé aurait durablement marqué l’image et les études ethnologiques des Aïnous.

Outre par l’exposition de ses photographies, à la fois dans les pavillons japonais et autrichien, Stillfried participa à l’Exposition internationale en y montant une « Maison du thé », qui présentait des Japonais en action. Cette « Maison du thé », par décision des organisateurs autrichiens, faisait partie de la section Divertissements de l’exposition, pas de la section officielle. On s’y livrait peut-être à la prostitution féminine, et Stillfried a très probablement maltraité et sous-payé les employés qu’il avait faits venir du Japon.

La présentation en marge de l’Exposition et les mauvais traitements se rapprochent très fort de l’expérience des acrobates japonais venus avec Risley en Europe et aux Etats-Unis, mais je suis de nouveau surpris comme, pour l’instant, dans mes recherches, je n’ai trouvé nulle mention de prostitution ou, plus généralement de sexe, en ce qui concerne les accompagnatrices, musiciennes et compagnes, des acrobates et jongleurs, de la troupe de 1867 et de ses suivantes immédiates (jusqu’à présent, je n’ai pas non plus découvert de mention de prostitution masculine). Schodt, dans sa monographie, a pourtant montré que le manager de la troupe était un client assidu des bordels des villes européennes et américaines traversées, et que la carrière de Risley a sévèrement souffert d’une accusation de détournement de mineure en Angleterre. Notre bibliographie n’est donc pas pudibonde.

  1. A. Hockley, c.r. de David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.209)

David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press)

En Europe et aux États-Unis, les études anthropologiques du Japon se sont pendant longtemps appuyées sur des photos commerciales réalisées pour être vendues aux touristes étrangers. Odo étudie le processus de la transformation d’un document touristique en document scientifique, notamment par l’acquisition et l’archivage de ces photographies par des musées.

Il montre que ces photos étaient construites notamment pour « sauver visuellement » le Japon traditionnel, que les touristes considéraient comme menacé de destruction par la modernisation du pays. A la lecture du compte-rendu, l’étude d’Odo semble importante pour la critique historique des photographies du Japon de l’époque Meiji arrivées dans les collections des musées occidentaux.

 

Voila donc deux compte-rendus intéressants et clairs, sans être complaisants. Aux lecteurs et lectrices de découvrir maintenant ces deux publications par elles-mêmes.

PS : il n’y aucun rapport avec nos recherches, mais je recommande, dans ce même numéro de la revue, l’article de P.D. Barclay, Corporal Punishment in Early-Twentieth-Century Japanese Visual Culture (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.204), pour ses analyses nuancées, mêlant histoire, ethnologie et politique.

PS2: (ajout du 14 septembre 2016) un autre compte-rendu enthousiaste du livre de Gartlan, par J. Butler, in Asian Review of Books 7/8/2016.

PS3: (ajout du 14 janvier 2017) Luke Gartlan a recu le « 2nd Professor Josef Kreiner Hosei University Award for International Japanese Studies » pour son livre.