Petite annonce, appel à contributions: Journal of Transnational Asian Studies

Je recopie une annonce parue sur le site et la liste électronique H-Japan:

CFP, Journal of Transnational Asian Studies (JTAS)

Dear friends and colleagues,

The Journal of Transnational Asian Studies (JTAS) editorial committee calls for submissions for its inaugural issue to be published in Fall 2016.

The Journal of Transnational Asian Studies (JTAS) envisions Asia in transnational time and space. Interdisciplinary, transhistorical, and transnational in approach, the JTAS publishes scholarship that challenges traditional understandings of Asia, moving beyond the confines of area studies and national-state focus, and capturing the emergent forms of Asia-related, Asia-inspired, and Asia-driven themes and sites of inquiry in the world today.

The Asian and the global are increasingly overlapping, to the extent that it renders the boundaries between Asian Studies and Asian American Studies artificial. Intensifying flows of people, goods, ideas, and culture within Asia and between Asia and the rest of the world attest to that. We do not hold a utopic view about national-state boundaries: they do exist, and disputes over and about them involve concerns over sovereignty and nationalism, often resulting in immense human and environmental disasters. At the same time, we now live in an age where human movements across national borders are happening in an unprecedented scale, delivering new conflict, new tragedy, and new anxieties, but also new knowledge, new forms of life, and new communities. The journal aims to address this complexity, working around and against and, yet at the same time, critically dealing with national boundaries, in order to capture transnational Asia and beyond precisely.

The JTAS stands on a multidisciplinary premise, encouraging scholars in broad humanistic and social scientific disciplines to submit their work of about 5,000 to 8,000 words. All main articles will be peer-reviewed. The inclusion of visual and audio-visual materials is particularly welcome.

Submission deadline: June 1, 2016

Inquiries and contact: jtas@rice.edu

Regards,

Amber Szymczyk
Web Publication Coordinator
Chao Center for Asian Studies
Rice University
amber.s@rice.educhaocenter.rice.edu

A la mémoire de Yoshio Yasumaru, 1934-2016

L’avis nécrologique qui suit est paru, en anglais, sur le site H-Japan et dans la liste électronique qui lui est liée. Comme je le trouvais très intéressant, j’ai demandé à ses auteurs la permission de le traduire en français. Ils me l’ont très rapidement et gentiment accordée (Merci à Sonja Dale et Nakano Satoshi). J’y ai ajouté quelques liens vers des publications françaises, qui, j’espère, apporteront des informations supplémentaires aux lecteurs intéressés. L’historiographie japonaise mérite d’être mieux connue en France. Comme je ne suis pas un spécialiste d’histoire japonaise, n’hésitez pas à apporter d’autres informations et signaler d’autres références.

In Memoriam Yoshio Yasumaru, 1934-2016

Yoshio Yasumaru, professeur émérite en histoire sociale à l’Université Hitotsubashi, est décédé à Tokyo le 4 avril 2016. Il avait 81 ans. Il était reconnu comme l’un des historiens japonais les plus importants et les plus originaux de l’après-guerre.

Tout au long de sa carrière, le Professeur Yasumaru a été à l’avant-garde des études historiques au Japon, depuis son Nihon no kindaika to minshu shiso (La modernisation du Japon et les idées populaires), un livre considéré dès sa publication en 1974 comme une étude pionnière de l’histoire intellectuelle du peuple au Japon, apprécié pour son interprétation profonde et nuancée des expressions religieuses populaires.

Né dans la Préfecture de Toyama en 1934, Yoshio Yasumaru entra au Département d’Histoire de l’Université de Kyoto en 1953. Après y avoir fini ses études, il travailla à l’Université Meiji de 1962 à 1970. Il fut alors nommé Professeur d’histoire sociale du Japon à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Hitotsubashi où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1998. En 1999, il reçut le statut de Professeur émérite. Il fut aussi professeur extraordinaire à l’Université Waseda de 1997 à 2005.

Chacun des neuf livres écrits par le Professeur Yasumaru a laissé sa marque tant auprès du grand public que de la communauté des savants, au Japon et dans le monde, et ils sont tous considérés comme des classiques. Par exemple, son Bunmeika no keiken: kindai tenkanki no Nihon (L’expérience de la civilisation : la transition du Japon vers la modernité), finalement publié en 2007, a pour sujet l’histoire intellectuelle des petites gens pendant les 100 ans de transformation radicale qui ont marqué la société japonaise du bakufu et de la restauration Meiji, une époque caractérisée par le processus de “bunmeika” (civilisation). Ce livre a eu un grand impact dans le monde académique, en particulier auprès des historiens et des spécialistes des religions. Bunmeika no keiken allait être discuté lors de nombreuses réunions scientifiques, souvent honorées de la présence du Professeur Yasumaru.

Comme en témoignent les six volumes de ses œuvres complètes, le Professeur Yasumaru était un savant prolifique, qui s’est occupé de nombreux sujets, de l’histoire des mentalités populaires, des mouvements populaires et de le religion du peuple pendant la transition vers le Japon moderne jusqu’à l’histoire intellectuelle de l’État et de la religion, en particulier le système impérial japonais et les idées d’aujourd’hui.

Un des ses plus grandes réalisations historiographiques fut d’avoir fait de l’histoire des idées populaires un nouveau champ d’études. Dans son livre, mondialement apprécié, une véritable rupture historiographique, son « Modernisation du Japon et pensée populaire », le Professeur Yasumaru a étudié l’ethos populaire qui servit de fondation à la modernisation du Japon, sous l’étiquette de « moralité populaire » (tsuzoku dotoku). Cet outil d’analyse lui permit d’étudier à la fois le potentiel et les limites des idées populaires au Japon pendant la transition du pays vers la modernité (ou, si l’on préfère, la civilisation). Un autre de ses travaux, Deguchi Nao, est reconnu comme un chef d’œuvre de biographie. Il y montre patiemment et minutieusement le processus par lequel la veuve d’un charpentier s’est faite, par ses idées, la porte-parole de la moralité populaire lors de sa fondation de la secte Omotokyo, une des nouvelles religions propres au Japon moderne.

Alors qu’il explorait les cheminements des idées et des idéaux populaires, le Professeur Yasumaru n’a pas délaissé la maniere dont les gens du peuple ont essayé d’influer sur la politique et le fonctionnement de l’État. On peut citer Nihon nationalism no zenya (A l’aube du nationalisme japonais), Kamigami no meiji ishin (La restauration Meiji des dieux) ou encore Kindai Tenno-zo no keisei  (L’image moderne du Tenno). Tous ces ouvrages décrivent la réalité des idées du peuple, des mouvements populaires et de la religion populaire, qui seront finalement absorbés par un puissant État-nation et le système autoritaire du Tenno, qui lui est corollaire. Cette approche s’est imposée dans l’étude de l’histoire japonaise.

Le Professeur Yasumaru a également utilisé les idées populaires pour construire une méthodologie utile à l’histoire intellectuelle. Son ouvrage Hoho to shite no shiso-shi (Histoire intellectuelle et méthode) est devenu un manuel standard en histoire des idées.

Outre ses propres livres, le Professeur Yasumaru a participé à la collecte et à l’édition de sources servant de base à la recherche historique. Il a été responsable de volumes comme Minshu-undo no shiso (Les idées au sein des mouvements populaires) et  comme Minshu-shukyo no shiso (Les idées dans la religion populaire), ainsi que des séries Nihon shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise),  Shukyo to kokka (La religion et l’Etat), Minshu-undo (Mouvements populaires) dans la collection Nihon kindai shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise moderne). Chacun de ces projets s’est trouvé enrichi par l’ample commentaire du Professeur Yasumaru, qui a permis de faire progresser plusieurs champs d’études et durablement marqué plusieurs générations de savants. Ses contributions aux collections Iwanami kozaNihon tsushi (Les conférences Iwabani sur l’histoire du Japon) et Tenno to oken wo kangaeru (Relations entre Tenno et royauté) ont aussi apporté la preuve de l’ampleur de sa vision et de sa capacité à diriger des comites éditoriaux où travaillaient les meilleurs représentants de l’histoire japonaise et de l’histoire mondiale.

Le caractère novateur de son approche de l’histoire était aussi apprécié lors de rencontres stimulantes avec les savants du monde entier, en particulier avec les historiens de la religion coréenne, qui ont été profondément marqués par ses recherches. En octobre 2013, Carol Gluck a invité le Professeur Yasumaru à l’Université Columbia pour une conférence bilan sur sa vie de recherches et de publications. Les historiens D. Harootunian et Takashi Fujitani en furent les animateurs. Ryuichi Narita se rappelle que la salle était pleine à craquer de savants confirmés et de jeunes chercheurs, tous attentifs au moindre mot du Professeur Yasumaru, même s’il était parfois difficile à suivre à cause d’une opération chirurgicale récente contre un cancer du poumon.

Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, après trois décennies d’enseignement à l’Université Hitotsubashi, nous ne pouvons trouver assez de mots pour exprimer notre reconnaissance pour l’inspiration et l’exemple qu’il nous a donnés en vue de futures solides recherches, au-delà de sa contribution au progrès scientifique et au développement de la Faculté de Sciences sociales. Nous, ses collègues et amis, sommes privilégiés de l’avoir eu pour mentor ; il nous a toujours traits avec son mélange caractéristique de tendresse et de sincérité, sur le campus ou chez lui à Kunitachi. Nous nous souviendra de lui comme d’un professeur brillant, d’un ami proche et d’une source constante d’inspiration pour tous.

Le soir du 29 février, alors qu’il marchait vers une boite aux lettres pour poster des réponses à des articles qui lui avaient été soumis, réponses pleines d’observations précises et de mots d’encouragement. Yoshio Yasumaru, âgé de 81 ans, fut renversé par une automobile et emmené en urgence à un hôpital du voisinage. Il reprit conscience et pouvait discuter avec ses visiteurs dans sa chambre, mais il contracta une pneumonie, qui se révéla fatale après ses années de lutte contre le cancer. Il mourut le matin du 4 avril 2016, sa tendre épouse Yayoi à ses côtés.

Nous, membres de l’Université Hitotsubashi, nous joignons à tous ceux qui pleurent la mort prématurée de Yoshio Yasumaru, au Japon et à l’étranger. Il va nous manquer, à nous et à tous ses étudiants, collègues et amis.

Une séance académique en sa mémoire se tiendra le 22 mai 2016 dans la salle Kanematsu de l’Université Hitotsubashi à 14 h 00.

Si vous souhaitez envoyer vos condoléances à la famille Yasumaru, envoyez vos messages à l’adresse memorial.yasumaru.yoshio@gmail.com.

21 Avril 2016

Hitotsubashi University Graduate School of Social Sciences

http://www.soc.hit-u.ac.jp/en/info/index.cgi?id=421

Pour en savoir plus en français:

  • Yoshimi Shun’ya, Lozerand Emmanuel. Les rituels politiques du Japon moderne. Tournées impériales et stratégies du regard dans le Japon de Meiji. In: Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995. pp. 341-371. DOI : 10.3406/ahess.1995.279369 ; www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279369
  • Guillaume Carré, « Katsumata Shizuo, Ikki, coalitions, ligues et révoltes dans le Japon d’autrefois», Cipango [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 26 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1723 (montre les relations entre Katsumata et ses prédécesseurs, dont Yasumaru)
  • Tristan Brunet, « Le débat sur l’Histoire de Shōwa et le Japon de 1955 », Cipango [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 25 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1081 ; DOI : 10.4000/cipango.1081
  • n. 106 : « Ce fut notamment le cas de la mouvance historique dite Minshū shisōshi 民 衆思想史, ou « histoire de la pensée populaire », dont les principaux représentants furent Irokawa Daikichi 色川大吉 (1925-), Yasumaru Yoshio 安丸良夫 (1934-), Kano Masanao 鹿野正直 (1931-) et Hirota Masaki ひろたまさき (1934-). Comme le souligne Nagahara Keiji dans son ouvrage de 2003, ces auteurs ont cherché à repenser l’histoire du Japon en s’affranchissant des a priori de l’appareil méthodologique de l’histoire scientifique héritée des États-nations occidentaux avec leur historicité propre, afin de recoller, au plus près, et avec la plus grande fidélité possible, à l’expérience historique des Japonais aux différentes époques considérées. Nagahara Keiji, Nijūseiki nihon no rekishigaku, cit., p. 209-214.”

Sur la lutte contre le révisionnisme historique de Yasumaru, voir par exemple, Nanta Arnaud. L’actualité du révisionnisme historique au Japon (avril-août 2001). In: Ebisu, n°27, 2001. pp. 129-138. DOI : 10.3406/ebisu.2001.1129; www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_2001_num_27_1_1129

Petite annonce: appel à contributions au sujet de la diaspora japonaise

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan, en me demandant combien d’enfants d’acrobates ou d’autres artistes de cirque japonais entreraient dans la catégorie des « Nikkei ».

CfP: Special issue on Japanese diaspora

« Contemporary Japan is currently preparing a special issue (29/2) on the topic of “Cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora”.

Guest editor: Wolfram Manzenreiter, University of Vienna

Living in one space and dreaming of another is at the heart of the diaspora, its essence and fragility alike. Contrary to the nation-state, in the diaspora identity predates space, while the re-creation of space is essential for the production and reproduction of diasporic identity. A rich amount of scholarship has demonstrated how diasporic communities do not attach their sense of belonging to a territory and realm of state power, but rather to the shared myths and imaginations of places of origin, wandering and other reference points from the past. How diasporic identities emerge and how they are maintained across national boundaries and against pressures of assimilation has been thoroughly discussed by social scientists overthe past twenty years. As more and more disciplines acknowledged the heuristic value of the diaspora concept as a key metaphor for late-modern identity politics in a complex and complicated world void of certainties, but rich of possibilities, diaspora became ‘a global word that fits a global world’ (Dufoix 2008).

This special issue on cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora looks at the various ways in which ideas,objects and habituations are mobilized to negotiate the identity of overseas communities of Japanese ancestry that are frequently labelled as Nikkei. The journal editor invites empirical and theoretical papers that explore strategies and techniques of cultural representation applied by Nikkei communities to present and represent coherent ideas of who they are and how they want to be seen by others. What are the messages that cultural representations convey to members of overseas settlements, among Nikkei communities, and towards host societies and the homeland, imagined or real? How do Nikkei communities draft and mobilize ethnicity and citizenship claims as strategic resources to secure their members` individual and collective life chances and political rights? How do they write their own history? How are traditions crafted and recreated away and apart from their original functions and meaning? And more specific in the context of today’s Japanese diasporas, how are their representational strategies impacted by patterns of return migration, circular migration and transmigration?

We invite papers focusing on but not limited to the following topics:

•       language and education
•       cultural heritage
•       chronicles, historical accounts and museum displays
•       monuments, paintings and visual arts
•       dance, theatre and performative arts
•       sports and physical culture
•       festivities and ritual practice
•       food culture

Contributions should not exceed 8000 words, including references and appendices. For details see submission guidelines at www.contemporary-japan.org. For inquiries and submission please contact Wolfram Manzenreiter (wolfram.manzenreiter@univie.ac.at).

Submission deadline: 31 October 2016; Publication: Spring 2017″

Note de lecture: caricature, acrobates japonais et singes

I.J. Miller, The Nature of the Beasts. Empire and Exhibition at the Tokyo Imperial Zoo (2013), p. 53-56, présente une analyse subtile d’une caricature de Bigot:

Georges Bigot, Monsieur et Madame vont dans le monde, illustration pour le magazine Tobae, 1887. (Source de la reproduction: http://www.artsetsocietes.org/f/f-index59.html)

La caricature, publiée au Japon, en partie pour un lectorat capable de lire les kanjis, est ambiguë puisqu’elle mêle racisme, darwinisme et critique sociale des efforts maladroits de certaines élites japonaises pour adopter des coutumes occidentales. Comme le montre Miller, cette critique n’est pas seulement le fait d’étrangers exprimant un sentiment raciste de supériorité, mais fait partie du débat national japonais.

Les acrobates japonais sont souvent comparés à des singes. Voici, par exemple, un extrait du journal La Nature 13 (1885) p. 248-250, donc non pas, insistons, une critique d’un spectacle mais un article se prétendant de vulgarisation scientifique:

Certains gymnastes présentent cette particularité de se servir de leurs pieds comme moyen de préhension dans les exercices qu ils exécutent. A ce point de vue ils se rapprochent des singes et arrivent à rivaliser avec ceux-ci comme agilité ou bien à les imiter d une façon saisissante. Les gymnastes japonais excellent surtout sous ce rapport et l’on se rappelle que l’un d’eux s’est exhibé à Paris il y a quelques années sous le nom d’ homme singe. Revêtu d’un costume approprié à son rôle il grimpait le long d’une perche, s’accrochait par les pieds à une corde, se balançait ainsi, sautait, gambadait, faisait des culbutes et exécutait en un mot une multitude d’exercices aussi bien si ce n’est mieux que n’eût pu faire un singe réel. Une troupe de Japonais qui s’est montrée en 1884 dans divers théâtres et cirques de Paris exécutait également des tours extraordinaires et les gymnastes qui la composaient se servaient aussi avec une grande habileté et une grande énergie de leurs pieds nus. Parmi les exercices exécutés par cette troupe, les plus remarquables étaient les suivants (fig 3):

Je pensais que cette comparaison n’était que physique et visuelle, mais je me demande maintenant si elle ne s’appuyait pas aussi, consciemment ou non, sur le thème général du Japon imitateur de l’Occident.

On n’en oubliera pas pour autant que les acrobates japonais seront eux-mêmes rapidement imités par des artistes de cirque occidentaux, en un retournement ironique des caricatures.

Quelques liens:

Nouveau livre sur l’histoire des relations franco-japonaises: Deux ans au Japon

Je renvoie aux Carnets du Centre Japon pour leur note de lecture.

Deux ans au Japon (1876-1878) ; journal et correspondance de Louis Kreitmann, officier de génie (Transcription de Pierre Kreitmann, revue et annotée par Kaoru Baba, Francine Hérail, Sekiko Matsuzaki Petitmengin, Elisabeth Weinberg de Touchet)

Collection : Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises, 631 p., 27 cm
Diffuseur : De Boccard

Une publication japonaise récente: ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕

小山 騰, ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕 (2015)

Table des matières:

Je signale la publication récente du livre de Noboru Koyama, ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕, London Nihonjin mura o tsukutta otoko – nazo no kougyoushi Tanaka Buhikurosan 1839-1894 (Le mystérieux forain Buhikurosan Tanaka, l’homme qui a construit le Village japonais de Londres) (2015) (ISBN 978-4865780383).

Il s’agit d’une biographie de Tannaker Buhicrosan, dont le titre de gloire le plus connu est l’organisation d’un « Japanese Village » à Londres de 1885 à 1887. On pouvait naturellement y voir parfois des acrobates et des jongleurs.

Liens supplémentaires avec quelques illustrations:

 

Une nouvelle revue: Journal of Japonisme

Journal of Japonisme 1 (2016)

Voici la table des matières du premier numéro de la nouvelle revue Journal of Japonisme (publiée par Brill):

 

  • Other
    Publisher’s Note
    • Author: Inge Klompmakers
    • pp.: 1–1 (1)
  • Research Article
    Reflecting on Japonisme
    • Author: Gabriel P. Weisberg
    • pp.: 3–16 (14)
  • Research Article
    The Bracquemond-Rousseau Table Service of 1866
    • Author: Sonia Coman
    • pp.: 17–40 (24)
  • Research Article
    Eastern Wind, Northern Sky
    • Author: Malene Wagner
    • pp.: 41–65 (25)
  • Research Article
    Japonisme and the Birth of Cinema
    • Author: Daisuke Miyao
    • pp.: 66–92 (27)
  • Research Article
    Water Lilies Among the Wheat Fields
    • Author: Sarah Sik
    • pp.: 93–121 (29)
  • Book Review
    Hokusai (1760–1849) Paris, Grand Palais. October 1 – November 20, 2014 and December 1, 2014 – January 18, 2015. Catalogue, written by Laure Dalon et al., 2014
    • Author: Vibeke Röstorp
    • pp.: 123–138 (16)
  • Book Review
    Erotic Japonisme, The Influence of Japanese Sexual Imagery on Western Art , written by Ricard Bru, 2014
    • Author: Laurinda S. Dixon
    • pp.: 139–143 (5)
  • Book Review
    Territoires du Japonisme, edited by Patricia Plaud-Dilhuit, 2014
    • Author: Etienne Tornier [qui a lui-même écrit dans le livre dont il fait le compte-rendu, ce qui ne semble pas être précisé]
    • pp.: 144–149 (6)
  • Other
    Announcement For the next issue: Journal of Japonisme, No.1.2, Special Issue
    • Author: Tsukasa Kodera
    • pp.: 151–154 (4)

    En allant sur le site internet de l’éditeur, il est possible d’accéder gratuitement à ces articles (jusqu’en décembre 2017)

 

Glane bibliographique: Von Fliegenden Menschen und tanzenden Pferden

Je recopie le petit compte-rendu ci-dessous depuis la Newsletter 3 (Novembre 2015) de la Fédération Mondiale du Cirque:

Review: Gisela Winkler “Von Fliegenden Menschen und tanzenden Pferden
Under the title “Von fliegenden Menschen und tanzenden Pferden” the German circus historian Gisela Winkler has published a comprehensive work about the history of the circus and of the acrobatic arts.
Volume 1 deals with the history of acrobatics from the Ancient World via the birth of the European circus in the 18th century up to the present times. A special focus is on the history of the German circus dynasties and their circus companies, but the current situation of the circus arts in many different countries is also described. Volume 2 focuses on the artistic genres which have always fascinated the audiences by their creativity. Excellent performers of individual genres are highlighted. Both volumes are illustrated with many photos and historical posters – furthermore there is a list of contact data of circus companies, circus schools and associations all over the world.
It is nothing less than the „World History of the Circus“, a standard work to look things up, to be astonished and to go down memory lane … for all those who love the circus.
Gisela Winkler, ‘Von fliegenden Menschen un tanzenden Pferden’
ISBN 978-3-935194-70-9, 58,00 Euro Order: winkler@circusarchiv.de

Review by Sebastian Huechtebrock

Site de l’éditeur: http://www.circusarchiv.de/

 

Glane bibliographique: European Drama and Performance Studies. 2015-2, n° 5

European Drama and Performance Studies. 2015-2, n° 5

European Drama and Performance Studies. 2015-2, n° 5

CONTENT
Sabine Chaouche and Clara Sadoun-Édouard
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
PART I
BODY STORY TELLING
Clara Sadoun-Édouard
Claudine au café-concert. Claudine Lamour de Camille Lemonnier (1892), roman de la dévoration sur scène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Edlira Mandis and Nina Rolland
Variety theatre and theatre of variations. Performance, Female Body and Music in Émile Zola’s Nana (1880), Kate Chopin’s The Awakening (1899) and Arthur Schnitzler’s Fräulein Else (1924) . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Corinne François-Denève
Corps en spectacle, et en papier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Julien Botella
Faire oeuvre de soie. Anatomie de la « danse serpentine » de Loïe Fuller . . . . . . . . . . . 95
Hélène Laplace-Claverie
Métamorphoses du corps dansant sur les scènes parisiennes. Du ballet romantique à la Revue nègre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  109

PART II
BODY PLAYS
Catherine Authier
La culture du corps au café-concert. Eugénie Buffet, reine des pierreuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  125
Allison Neal
Mashers and murderers. Music hall male impersonators and their depiction in Neo-Victorian fiction . . . . . . . . . . . . . . .  145
Rachel Shteir
All the ladies vanish. Notes on women, early film, and the birth of modern sexuality . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  163
Klaus Van den Berg
Performing in the foggy mist. Marlene Dietrich’s image transfers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  179
PART III
FASHIONING PERFORMERS
Jacqueline Razgonnikoff
De la comédienne au mannequin. Icônes de la mode à la Comédie-Française . . . . . . . . . . . . . . . . .  207
Véronique Pouillard-Maliks
Contracts between fashion and the stage (1920-1950) . . . . . . . . .  225
Michelle Tolini Finamore
Venus in finery. The courtesan of the silent screen . . . . . . . . . . .  249

PART IV
CONSUMING CELEBRITIES
Stephanie Wooler
Performing cliché. Sarah Bernhardt and stereotypes of celebrity . . . . . . . . . . . . . . .  263
Gabriel P. Weisberg
Consuming Jane Avril. The mystery of celebrity culture in the symbolist age . . . . . . . .  281
Marlis Schweitzer
Death and the chorus girl. Royalty, scandal, and the gaiety girl suicide . . . . . . . . . . . . . . . . 303
Jean-Claude Yon
La dignité de l’actrice. La Légion d’honneur de Julia Bartet (1905) . . . . . . . . . . . . . . . .  323
APPENDIX
Gabriel P. Weisberg
The Divan Japonais. Popular culture in a fin-de-siècle performance space . . . . . . . . .  345
Bibliography . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  359
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  367
Contributors and summaries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  373

Note de lecture: Acrobates de Tanger

Mohammed Telhine, Acrobates de Tanger. Les artistes de La Troupe (2013)

La lecture d’ Acrobates de Tanger a été extrêmement intéressante pour moi parce que le type de matériau, de sources, que son auteur a utilisé est complètement différent de celui auquel j’ai eu à faire jusqu’à présent dans mes propres recherches sur les acrobates japonais. Il s’agit d’un choix délibéré de son auteur, Mohammed Telhine, puisque les sources écrites journalistiques et les affiches de cirque, par exemple, existent aussi pour les acrobates nord-africains. Telhine, lui, a choisi de rassembler une collection de témoignages oraux, et on peut lui en être reconnaissant parce qu’il y avait urgence, vu l’âge avancé de ses interlocuteurs. Comme il se base sur des témoignages oraux, son enquête remonte rarement au-delà de la Deuxième guerre mondiale, et cela me pousse à remettre en question le terme final que j’avais choisi, 1945, pour ma propre enquête. Il serait certainement judicieux de voir à rassembler les témoignages oraux d’acrobates japonais, s’il y en a, après 1945 pour compléter mes recherches.

De ces témoignages marocains, je retiens les traits suivant:

  • les très mauvaises conditions de travail, de sécurité physique ou contractuelle. Le « muqaddem », l’organisateur de la troupe d’acrobates, confisque les passeports de ses artistes, souvent ne paie pas les membres de sa troupe, ne veille pas à leur santé, ne les forme pas. Il n’est pas rare que le contrat soit signé entre le manager et les parents de l’acrobate, qui restent au Maroc pendant que celui-ci voyage et travaille. Il n’est pas payé directement, mais l’argent est versé à ses parents. Il est facile d’imaginer les irrégularités qui s’ensuivent.
  • Peu d’acrobates marocains ont travaillé en dehors de l’Europe et des États-Unis. Seuls un d’entre eux s’est produit en Afrique du Sud, et deux autres sont allés en Asie (Vietnam, Indonésie et Japon).
  • Beaucoup d’acrobates deviennent polyglottes, ce qui leur permet de se recycler en guides ou accompagnateurs de voyages au Maroc après la fin de leur carrière d’acrobates.
  • Le nombre d’unions mixtes est très élevé: mariages avec des femmes de pays européens ou américaines. Un témoin, cependant, est extrêmement pessimiste vis-à-vis de ces unions, affirmant qu’elles finissent toutes en divorces. Souvent, les acrobates marocains se marient deux fois sans qu’ils divorcent officiellement dans le pays de leur première union.
  • Plusieurs acrobates ont des carrières mixtes; ils alternent passages dans des cirques et travaux en usine, hors de leur pays d’origine. Parfois, ils étudient pour acquérir d’autres savoirs et obtenir différents diplômes ou certificats d’aptitude professionnelle.
  • Beaucoup d’acrobates regrettent le peu de prestige dont bénéficie leur métier au Maroc et comparent amèrement le mépris dans lesquels on les y tiendrait et leur vie de stars du cirque, en contact avec des stars de la télévision ou du cinéma.
  • Quelques superstitions et interdits religieux: pas d’entrainement le vendredi et ne pas prononcer certains mots (je me demande quels pouvaient être les usages pour les acrobates japonais).
  • le travail de chorégraphes modernes, en collaboration avec d’anciens acrobates professionnels, pour essayer de garder la mémoire de l’acrobatie au Maroc et la développer dans de nouvelles directions.

(Voici deux exemples)

  • À propos du racisme, les acrobates marocains ne semblent pas être très critiques vis-à-vis de l’Europe (à l’exception des garçons de café français). Au contraire, plusieurs témoins soulignent la curiosité bienveillante dont ils étaient l’objet et les rencontres amoureuses que cela leur a offertes. Par contre, à plusieurs reprises, ils mentionnent le racisme dont ils ont été victimes, eux ou leurs comparses, aux USA, non en fonction de leur origine, mais directement en fonction de la couleur de peau de certains d’entre eux. Ces différences de racisme ont bien évidemment apporté des chocs et causé des expériences très déplaisantes.

Glane bibliographique: L’altérité en spectacle

Source de l’image: http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100219140&fa=description

Je recopie l’information suivante depuis le site internet du Comptoir des Presses d’Université:

Titre: L’altérité en spectacle
Sous-titre: 1789-1918
Coordination éditoriale de Nathalie Coutelet, Isabelle Moindrot
ISSN 19532342
Éditeur: Presses universitaires de Rennes
Date de première publication du titre: 24 avril 2015
Avec Index
Support: Livre broché
ISBN-10 2-7535-3701-1
ISBN-13 978-2-7535-3701-9
Nombre de pages de contenu principal: 370
Situé au carrefour du réel et de l’imaginaire, l’Autre constitue l’une des créatures intermédiaires les plus attrayantes pour le spectacle. Qu’il provienne des terres lointaines, des marges, des zones obscures de l’imagination ou de l’intimité, il structure les mythes fondateurs des sociétés et traverse leurs systèmes de représentation. De la Révolution française à la Première Guerre mondiale, de nouveaux dispositifs de construction de l’altérité se mettent en place, qui tout à la fois isolent, réprouvent, célèbrent et dénient l’altérité. Voici l’Autre en spectacle – dans les foires, les cirques, le vaudeville, le drame, le ballet, l’opéra, les Expositions universelles, le cabaret, le cinéma. Mais qui est-il?? Qui le regarde?? À quelles projections de soi face à l’Autre le spectateur est-il convié et à travers quels jeux d’illusions?? L’ouvrage interroge le Sauvage et ses avatars, l’Étranger, l’Autre qui-nous-ressemble un peu, presque, tout à fait, et étudie les matériaux, transferts et médiations de ces figures d’altérité, dont beaucoup sont encore opératoires aujourd’hui.
La table des matières complète est disponible en PDF sur le site du Comptoir. Pour ce carnet, je retiens particulièrement :
  • Ariane MARTINEZ, Afficher l’autre. Jules Chéret ou la familiarisation de l’étranger, p. 287-302 (ou 301, j’extrapole depuis le début de l’article suivant)
  • Enrique SEKNADJE, Méliès et l’Autre. À propos des représentations du Noir et de l’Oriental, p. 311-320 (ou 319)

 

Romans de cirque (édités, présentés et annotés par Sophie Basch)

Parution : 2 Mai 2002; Format : 132 x 198 mm; Nombre de pages : 928; ISBN : 2-221-09390-9

Comme je trouve que ce livre paru dans la collection Bouquins de Robert Laffont devrait être plus connu, j’en présente brièvement la table des matières (entre parenthèses, le résultat d’une petite recherche avec internet sur Gallica ou d’autres sites pour voir si des artistes de cirque japonais apparaissent dans ces romans; vu la méthode hâtive, ces données sont à considérer avec précaution)

    • Sophie Basch, Introduction générale, p. IX-XLIV
    • Jules Claretie, Le train 17 (1877), p. 13-264 (3 occurences du mot « japonais », sans rapport avec des acrobates)

Le train 17 / Jules Claretie
Le train 17 / Jules Claretie
Source: gallica.bnf.fr

    • Jules Claretie, Boum-Boum (1898), p. 266-270
    • Edmond de Goncourt, Les Frères Zemganno (1879), p. 295-408 (2 occurences du mot « japonais », sans rapport avec des acrobates)

 

« Les Frères Zemganno » par Edmond de Goncourt. Sous licence Domaine public via Wikisource – https://fr.wikisource.org/wiki/Fichier:Les_Fr%C3%A8res_Zemganno.jpg#/media/File:Les_Fr%C3%A8res_Zemganno.jpg

  • Rodolphe Darzens, Ukko’Till (1891), p. 421-482 (0 occurence du mot « japonais »)

Ukko
Ukko’Till : roman de moeurs… / Rodolphe Darzens ; front. de Jules Chéret
Source: gallica.bnf.fr

  • Gustave Kahn, Le cirque solaire (1899), p. 495-583 (2 occurences du mot « japonais », selon Google Livres; je dois en vérifier le contexte)
  • Félicien Champsaur, Lulu (1901), p. 601-773 (p. 630: Lulu imite « sur la corde raide » une « Japonaise en renom, Yama Vacco ») (je ne serais pas surpris si c’était ici une allusion à la danseuse Sada Yacco)

Lulu, roman clownesque, par Félicien Champsaur
Lulu, roman clownesque, par Félicien Champsaur
Source: gallica.bnf.fr

  • Gustave Coquiot, Histoire de deux clowns et d’une petite écuyère (1910), p. 787-834 (0 occurence du mot « japonais »)

  • Sophie Basch, Introduction aux romans, Notes, bibliographie (p. 835-846), chronologie (p. XLV-LVIII), index (p. 847-854)

Dans l’index, en rapport avec le Japon, apparaissent Bigot (dans Lulu), Hokusai et Utamaro, dans une note au livre de Goncourt qui mentionne les « gymnastes japonais » et renvoie au livre de Guyot-Daubès, Les Hommes-Phénomènes, 1885, p. 183)

 

 

Deux bibliographies en ligne sur le cirque

Je signale brièvement l’existence de deux bibliographies en ligne sur le cirque: