Liens du mois (mars 2018)

Enfin, je voudrais signaler tout le plaisir et l’intérêt que j’ai eus à suivre la conférence de Bruno Jactat aux Rencontres Pédagogiques du Kansai ce mardi 27 mars: « Les neurosciences en action II : debout et en mouvement dans la classe. Comment activer les cerveaux pour les mettre en posture d’apprentissage optimal ? »: je vais essayer d’utiliser les informations et conseils que j’y ai entendus pour mes cours de « Area Studies; Europe ».

Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900

Grâce à une belle entrée du blog de Gallica (M. Rouquet, À la découverte des cylindres phonographiques de la BnF, 15 mars 2018), j’ai appris l’existence d’enregistrements sonores réalisés lors de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris. Ils sont l’œuvre de:

« Léon Azoulay, médecin et membre de la Société d’Anthropologie de Paris. Il se fait pionnier de l’usage de l’enregistrement sonore en ethnographie quand il collecte 400 cylindres lors de l’Exposition Universelle de 1900 qui se tient à Paris. »

Azoulay travaille avec beaucoup de méthode et enregistre sur fiches de nombreuses données sur les circonstances de ces enregistrements.

Cylindre (enregistrement sonore) , 1900, Bibliothèque nationale de France, département Audiovisuel, CYL-2614 ; domaine public

Par exemple, on apprend à propos d’un « air du jour de l’an « Chichi » joué sur le « Shino-foué » (flageolet) » que « tous ces phonogrammes ont été obtenus grâce à l’obligeance de M. Dumoulin, directeur du « Tour du Monde » à l’Exposition et M. Hitomi, délégué du gouvernement à Formose. »

Il s’agit ici du peintre Louis Dumoulin dont j’avais brièvement parlé il y a une dizaine de mois: d’après une recherche sur le site du CREM, il a aidé Azoulay pour une vingtaine d’enregistrements de voix et d’airs du Japon et du Sri Lanka. Je n’ai malheureusement pas d’informations sur M. Hitomi. Si vous en avez, n’hésitez pas à laisser un commentaire; je vous en serai très reconnaissant [Voir maintenant la mise à jour ci-dessous].

Azoulay archive aussi par écrit un certain nombre d’informations sur les personnes qu’il enregistre.

Fiche accompagnant le cylindre ci-dessus

Voici les informations qu’on peut, grâce aux fiches d’Azoulay, rassembler sur les Japonais qui ont accepté de se faire enregistrer lors de l’Exposition de 1900.

Pas d’acrobate ou de lutteurs de sumo (lutteurs qui avaient participé à l’animation du Panorama) donc, et il faut évidemment considérer avec précaution l’intitulé « geisha ».

Toutefois, il est tentant d’identifier les 3 femmes qui ont donné leur voix à Azoulay et la postérité avec les 3 personnes représentées sur la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

Question sans réponse pour l’instant

Je me suis demandé de quand date le premier enregistrement sonore de la langue japonaise et si les cylindres phonographiques d’Azoulay seraient des candidats pour cette réalisation. J. Scott Miller, Early Voice Recordings of Japanese Storytelling, Oral Tradition 11/2 (1996), p. 301-319 (disponible en ligne via Google Scholar), p. 305 n. 5, mentionne un Catalogue de Gramophone de 1902 qui contient des enregistrements en japonais et, p. 306, la vente au Japon d’enregistrements par Columbia Records en 1904.

Toute information sur ce sujet serait bienvenue; n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Mise à jour du 22 mars 2018

Grâce aux suggestions de mon collègue Kazuhiko et de mon fils N., je peux ajouter quelques informations et précisions.

Le premier phonographe utilisé au Japon a été importé par James Ewing en 1878 alors qu’il était professeur à l’université de Tokyo. D’autres exemplaires sont vendus à Tokyo la même année1. Il est raisonnable d’imaginer que cette machine pourrait avoir été utilisée pour enregistrer des conversations, phrases ou mots japonais, mais aucun enregistrement ne semble avoir survécu2.

Le phonographe d’Ewing est maintenant conservé au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo3.

Phonographe d’Ewing; Photographie de Daderot[CC0], via Wikimedia Commons

Il y a une quinzaine d’années, un article du Asahi Shimbun 「100年前の日本人の声録音パリでロウ管14本発見」(17 octobre 2003) a diffusé l’hypothèse selon laquelle les premiers enregistrements conservés de voix japonaises sont bien ceux réalisés par Azoulay et mis en ligne sur Gallica. Je crois que l’article rend disponibles pour le grand public les résultats d’une enquête de Yasuyuki Shimizu4.

Celui-ci met en valeur le fait que tous les enregistrements de Japonais par Azoulay sont anonymes, sauf un qui est attribué à Hitomi, très probablement le délégué de Formose, mentionné ci-dessus. Il s’appelle en fait Ichitaro Hitomi (1865-1924), est journaliste et l’auteur d’un livre, Daï-Nippon. Le Japon. Essai sur les moeurs et les institutions (Paris, 1900). Shimizu a aussi identifié très précisément les geishas qui ont travaillé au panorama de Dumoulin et exposé l’intérêt linguistique de ces enregistrements, qui reprennent plusieurs dialectes différents du Japon.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900 ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1550.
  1. Voir C. Boissier, De l’Occident au Japon : naissance et développement de l’industrie musicale japonaise grâce aux innovations technologiques, 年報 非文字資料研究, 10 (2014), p. 331-353. []
  2. Pour en savoir plus sur les recherches historiques et les restaurations des premiers enregistrements sonores, les blogs suivant sont très intéressants : Patrick Feaster, Trilled R’s and the dawn of recorded sound in America, O Say Can You See? (19 janvier 2012); Annie Dobberteen, Forgotten early sound recordings given a voice, ibid. (26 janvier 2012). Voir aussi le site internet http://www.recordingpioneers.com/index.html, avec de nombreux témoignages, par exemple le journal de voyage (1902-1903) et le récit des enregistrements au Japon de Fred Gaisberg []
  3. Voir, par exemple, http://www.kahaku.go.jp/english/research/department/sci_engineer/ (en anglais); http://www.asj.gr.jp/journal/pdf/museum14.pdf (en japonais, plus détaillé. []
  4. Voir par exemple les diapositives Power Point de sa présentation en anglais «Japanese Voice Recording  Collections Recorded in Europe», EAJRS Conference Sep­18­ 2008 CCCM LIsboa. []

Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France

L’Histoire mondiale de la France est un ouvrage historique dirigé par Patrick Boucheron qui a fait beaucoup parler de lui en 2017. Comme Wikipédia offre une bonne présentation du livre et des débats idéologiques qu’il a provoqués, je n’ai pas besoin d’y revenir. Dans le cadre de ce carnet, je voudrais juste examiner quelle est la part du Japon en particulier et de l’Extrême-Orient en général dans cette histoire de France.

Si l’on suit dans l’index intitulé “Parcours buissonniers” l’entrée Indes, Inde et Extrême-Orient, on aboutit à :

  • 1270 : Saint-Louis nait à Carthage (ambassades auprès du khan mongol et « lettres des confins de la Chine »)
  • 1380 : L’image du monde dans une bibliothèque (présentation de l’Atlas catalan)
  • 1534 : Jacques Cartier et les terres neuves
  • 1664 : Colbert et compagnies (très peu disert sur la Compagnie des Indes orientales)
  • 1686 : Rendez-vous manqué avec le Siam (un bel article de Romain Bertrand)
  • 1763 : Un royaume pour un empire (émergence de l’empire britannique)
  • 1769 : Le monde est une conversation (sur le voyage de Bougainville ; l’article est cruel : « Dans l’immédiat, ses découvertes n’auront aucune conséquence commerciale ou politique »)
  • 1891 : Pasteuriser l’Empire (une contribution intéressante de Guillaume Lachenal) (Je me permets d’attirer l’attention sur l’article de J. Kevin Baird, War Crimes in Japan-Occupied Indonesia: Unraveling the Persecution of Achmad Mochtar, The Asia-Pacific Journal. Japan Focus1.4 (1er janvier 2016) à propos de l’utilisation par l’armée japonaise des ressources et équipements de l’Institut pasteur de Bandung (Indonésie) pendant la seconde guerre mondiale)
  • 1931 : L’Empire aux portes de Paris (sur l’Exposition coloniale internationale)

Si l’on suit l’entrée Orientalisme, on arrive à :

  • 1712 : Les Mille et Une nuits, ou la forgerie d’Antoine Galland
  • 1863 : « L’Algérie sera un royaume arabe »
  • 1962 : Le crépuscule de l’Algérie française à Jérusalem
  • 2003 : « Et c’est un vieux pays »

Aucun de ces quatre articles ne nous concerne ici.

On voit donc que l’Extrême-Orient est très peu présent dans l’ouvrage. Certes, c’est dû aux contacts limités entre la France et cette région du monde, on ne peut le nier, mais il me semble qu’on peut regretter l’absence d’articles sur le japonisme, sur la bataille de Diên Biên Phu et sur le nucléaire, militaire (première bombe atomique française en 1960) aussi bien que civil (liens entre industries nucléaires française et japonaise).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1538.

 

Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse

Toujours dans mes recherches sur Kosiki, opéra-bouffe français de 1876 à l’intrigue improbable, grâce au site internet europeana.eu, j’ai découvert que cette œuvre avait été traduite et jouée à Barcelone. Je n’en parlerai pas dans l’article que j’espère bientôt finir sur cet exemple de japonisme théâtral et musical, car je souhaite me tenir au contexte historique et culturel de Paris1 , mais je m’en voudrais de ne pas présenter brièvement ici la belle collection de dessins que possède l’Institut del Teatre, très généreusement mis à la disposition des chercheurs et autres amateurs sur son site internet.

Dessins d’accessoires pour la mise en scène de Kosiki, par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

En effet sont conservés 33 dessins de costumes, accessoires et mobilier destinés à la mise en scène de Kosiki à la fin du XIXe siècle2. Ils sont du pinceau de Fèlix Urgellès de Tovar (1845-1919), peintre paysagiste qui s’est reconverti dans le décor et la scénographie de théâtre et qui a travaillé pour les grandes salles de spectacle de Barcelone.

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Le personnage représenté ci-dessus est sans doute Fitzo, jongleur de rue, en fait empereur du Japon selon l’intrigue de la pièce. Il effectue un des tours les plus fameux des jongleurs-magiciens japonais, celui des papillons, des morceaux de papier pliés et déchirés que le saltimbanque fait voler à l’aide de son éventail (normalement pas deux comme ici).

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Ici, je pense que l’on peut reconnaitre Kosiki, personnage qui a donné son nom à la pièce. Elle commence l’histoire comme empereur et la finit comme impératrice, avec un passage par la rue comme saltimbanque. On la voit qui jongle dans un kimono court, coupé à mi-cuisse, ce qui devait permettre de mettre en lumière le galbe de ses jambes, objet d’un des actes les plus appréciés de l’opéra-bouffe, si l’on en croit les critiques françaises.

Le passage d’un sexe à l’autre permet aux costumiers d’imaginer des variations sur le kimono, qui devient ainsi un vêtement doublement hybride, à la fois masculin/ féminin et japonais/ occidental.

Dessin de Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

A cet exceptionnel ensemble de dessins, il faut ajouter des maquettes de décor, en bois et en papier3.

Maquette de décor pour Kosiki, réalisée par Fèlix Urgellès de Tovar; ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Urgellès a aussi utilisé ses talents pour décorer et aménager des magasins de Barcelone en style japonisant4. Il semble être un bel exemple de « japonisme consommateur ».

Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1510.
  1. En outre, d’après D.R. George, « Playing Japanese » in Fin-de-siecle Zarzuela, in Intersections of Race, Class, Gender, and Nation in Fin-de-siècle Spanish Literature and Culture éd. par J. Smith et L. Nalbone (Londres, 2016) (non paginé dans la version Google Books), le japonisme en Espagne doit être compris différemment de celui de France, du Royaume-Uni ou des États-Unis d’Amérique, car il se développe alors que l’empire espagnol se contracte et va sur son déclin. []
  2. Je me demande s’il ne faut pas ajouter à ces 33 dessins explicitement attribués à Kosiki par le site internet plusieurs illustrations de décor: Croquis per a palau oriental, Croquis per a rompiment d’estil oriental, Desconegut, Desconegut (2 dragons), Desconegut (Estància d’estil oriental), Desconegut (Moble d’estil oriental), Interior de palau decorat en vermell i dauratPorxada d’estil oriental. []
  3. Le site internet ne prend pas position sur le spectacle pour lequel ces maquettes ont été réalisées (« Espectacle: Desconegut ») : Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès. []
  4. On peut voir un dessin du « Pavelló Imperial Japonés » (1881) ici. []

Petite annonce: Atelier-concert – « Autour de l’Exposition universelle de 1867 »

Je relaie avec plaisir cette information:

Voici ce qu’on peut lire sur le site internet des Archives nationales:

Mars 2018 – Site de Paris à l’hôtel de Soubise

Pour ses rendez-vous musicaux, le service éducatif des Archives nationales propose en mars 2018 plusieurs concerts intégrant des séances jeunes publics, autour de répertoires méconnus ou inédits de musique vocale. Préparés par des étudiants ou dans le cadre d’une résidence pédagogique pour La Tempesta, ces concerts sont accompagnés par la présentation in situ de documents issus des fonds des Archives nationales.

  • Mardi 6 mars

Voix, piano « Autour de l’Exposition universelle de 1867 »
Ce concert explore et présente au public une partie du répertoire inédit des hymnes composés pour l’Exposition universelle de 1867, en le mettant en regard avec d’autres œuvres. Ce programme est établi, étudié, choisi et présenté par les étudiants de la classe de chant du CRR de Cergy-Pontoise, sous la direction de Jean-François Rouchon, professeur.
A 14h00 – Séance scolaire : cours Public par J.-F. Rouchon et ses étudiants
A 19h00 – Concert tous publics, entrée libre dans la limite des places disponibles

Les informations suivantes ont été publiées sur Facebook:

À l’origine de ce projet, la valorisation de fonds d’archives (série F12 ) conservant les œuvres musicales présentées au concours de composition de cette l’Exposition universelle. Les étudiants de la classe de chant de Jean-François ROUCHON, accompagnés par Nicolas CHEVEREAU au piano, auront le plaisir de vous interpréter des œuvres de Camille SAINT-SAËNS, Charles GOUNOD ou encore Giuseppe VERDI.
Cet atelier-concert commenté proposera au public d’aborder ce sujet à la fois dans une perspective historique et de définir ce qu’est une exposition universelle à travers l’exemple de 1867 et ses réalisations musicales.

Liens du mois (février 2018)

  • John Mullen, “La chanson populaire à travers le monde dans la Première Guerre mondiale”, dans L’Atelier des Savoirs, 29 janvier 2018, https://eriac.hypotheses.org/135

« En Angleterre, un chanteur typique apparaît sur scène (devant 2 000 ou 3 000 spectateurs, sans microphone) pendant 15 minutes, dans le contexte d’une soirée de variété : après les acrobates et avant les éléphants peut-être. Il doit intéresser le public très vite ; humour et théâtralité sont obligatoires. À Paris, dans les cafés-concerts, bien plus petits, avec un chanteur résidant qui a la fidélité de son public, une approche plus approfondie est possible. »

Une petite surprise postale

Comme je prépare un petit article sur Kosiki, un opéra-comique de Charles Lecocq dans lequel intervient un jongleur japonais, et que je voulais en savoir plus sur ce compositeur, j’ai commandé par internet chez un libraire un exemplaire de sa biographie par Louis Schneider1.

Surprise ! Le livre que j’ai reçu est dédicacé par son auteur à Frédéric Rotiers.

A Frédéric Rotiers
Bien cordial souvenir
Louis Schneider

C’est ainsi que deux personnalités importantes du journalisme musical, l’une de Paris2 , l’autre de Bruxelles3, bien oubliées aujourd’hui, se retrouvent sur ces trois lignes, illustration par l’anecdote4 des liens artistiques et culturels entre les deux capitales francophones, liens qui jouèrent un rôle fondamental dans la carrière de Lecocq, une cinquantaine d’années avant cet envoi.

Annonce de la mort de Louis Schneider, Le Petit Parisien (22/8/1934). Merci Gallica.fr

Cette plaisante surprise compense heureusement la déception causée par la lecture de ce livre dans le cadre de ma recherche: Schneider n’a visiblement pas aimé Kosiki et en parle à peine.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Une petite surprise postale ». Publié sur Acrobates japonais en France le 22/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1498.
  1. Louis Schneider, Hervé. Charles Lecocq (Paris, 1924) []
  2. Schneider n’avait pas que des amis à lire cette épitaphe cruelle. []
  3. Voir la nécrologie de Rotiers dans Le Figaro du 12 juillet 1924. []
  4. Google Books m’apprend l’existence de la brochure suivante: Vente publique des collections ayant appartenu à feu Frédéric Rotiers, directeur de l’Eventail. Tableaux modernes, meubles anciens, céramiques, tapis anciens et d’Orient …: Vente à Bruxelles, Galerie Georges Giroux, les 17-18 novembre 1924 (1924, 58 pages); mon livre serait-il passé par cette vente ? []

Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire

Dans le beau livre livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016), on peut lire ceci aux p. 170-171

Si le [Mouvement pour la liberté et les droits du peuple]1 eut pour principaux porte-parole des anciens samouraïs acquis aux Lumières devenus enseignants, journalistes ou avocats d’une part, et des notables provinciaux issus des rangs de la paysannerie aisée d’autre part, ils furent vite rejoints par des femmes, on l’a déjà vu, [171] mais aussi par des religieux, des parias, des voituriers et des tireurs de pousse-pousse, des saltimbanques ou des bateleurs (bakutô). Ces derniers jouèrent d’ailleurs un rôle important en incitants les paysans endettés à la révolte.

Comme cette information est vraiment anecdotique dans le livre de Souiry, il n’y a pas de note, et j’ignore sa source. Si une lectrice ou un lecteur en sait plus que moi, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Je vous en serai très reconnaissant.

Ce passage m’a fait immédiatement penser aux manifestations contre la reprise de l’utilisation de l’énergie nucléaire après le désastre de Fukushima en 2011. En effet, nombre de musiciens ont participé activement à celles-ci, dont des héritiers de la tradition japonaise de musiciens de rue. Cette forme d’engagement a été bien étudiée, notamment par Noriko Manabe dans son livre The Revolution Will not Be Televised. Protest Music After Fukushima (Oxford, 2015)2. Manabe et son éditeur ont eu la bonne idée de créer un site internet compagnon de son livre, où l’on peut trouver des liens utiles vers des enregistrements sonores et des vidéos qui illustrent son propos. En voici quelques-unes qui montrent l’engagement politique de musiciens dans le Japon contemporain et le jeu avec des traditions de protestations. On y verra aussi comment les autorités policières et civiles brident le droit de manifester en faisant minutieusement respecter des règles de circulation et de trafic routier: pas question de dépasser la ligne blanche !

1. Jintaramūta, groupe de chindon

Manifestation le 10 avril 2011 dans le quartier de la gare de Kōenji (Tokyo)

A cause de sa participation dans le mouvement antinucléaire, le groupe a perdu des contrats de concerts (Manabe p. 79-80). La tradition des musiciens dits chindon ou chindon-ya remonte au 19e siècle: ils étaient des musiciens de rue qui faisaient de la publicité pour des magasins ou des associations de marchands.

2. Pot-pourri de musiques lors d’une manifestation au Parc Yoyogi le 25 février 2012

3. Endō Michirō et les Stalin 246, “Genpatsu blues” au Project Fukushima Festival, 15 août 2011

Pour une analyse et une traduction partielle de la chanson en anglais, voir Manabe p. 304-305. Le chanteur Michiro Endo, né en 1950, est originaire de la région de Fukushima; il est un des concepteurs du festival Project Fukushima3.
, .

4. Danse bon-odori sur une chanson « eejanaika » au Festival Fukushima 2013

(Pour une analyse de la chanson, voir Manabe p. 316-318). Les danses bon-odori sont des danses qui se font partout au Japon pendant l’été; dans des petits festivals de quartier, toutes les générations peuvent s’y retrouver dans une atmosphère conviviale.

Le genre de chanson « eejanaika » (approximativement en français, « Ça dérange qui ? » ou « On s’en fiche ») remonte à la fin du régime shogunal et est lié à des mouvements populaires, plus ou moins spontanés, de protestation ou de contestation.

En voici une belle illustration de 1867:

Scène de danse eejanaika, 1867. Auteur: Kawanabe Kyōsai ; National Diet Library Digital Collections, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2183868

5.Rankin & Dub Ainu Band  » You can’t see it, and you can’t smell it either « 

(Paroles: Rankin Taxi [1989]; version de 2011; sous-titre anglais: Peter Barakan)

Lire aussi
Bibliographie non vue
  • Abe, Marié. « Sounding Against Nuclear Power in Post-3.11 Japan: Resonances of Silence and Chindon-ya. » Ethnomusicology 60, no. 2 (2016): 233-62. doi:10.5406/ethnomusicology.60.2.0233.
Mise à jour du 19 mars 2018

N. Manabe, “It’s Our Turn to Be Heard”: The Life and Legacy of Rapper-Activist ECD (1960-2018), The Asia-Pacific Journal. Japan Focus 16, 6, 3: un article émouvant et intéressant sur une autre musicien politiquement engagé du Japon.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire ». Publié sur Acrobates japonais en France le 14/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/909.
  1. Le Mouvement pour la liberté et les droits du peuple (自由民権運動) est un mouvement politique important dans les années 1880 au Japon. []
  2. Voir, par exemple, le compte-rendu de E. T. Atkins, Review of Manabe, Noriko, The Revolution Will Not Be Televised: Protest Music after Fukushima, H-Japan, H-Net Reviews (août 2017).
    URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=49457. []
  3. Sur ce festival, qui ne se veut pas primairement un événement engagé contre le nucléaire mais une fête pour promouvoir et défendre la préfecture de Fukushima, voir D. Novak, Project Fukushima! Performativity and the Politics of Festival in Post-3/11 Japan, Anthropological Quarterly 90, 1 (2017), p. 225–254. []

Liens du mois (janvier 2018)

Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France

Les cirques stables sont  des monuments publics importants pour l’image du cirque, que ce soit par leurs liens avec les élites économique ou le pouvoir impérial comme, par exemple, le Cirque d’Hiver de Paris, ou que ce soit par leur importance physique dans une petite ville, comme, par exemple, Douai.

Je me proposais d’en présenter quelques-uns ici, dans la continuation de la série sur « Cirque et monuments publics », mais il n’existait pas sur internet, à ma connaissance de liste satisfaisante de ces établissements; j’ai donc commencé à la dresser et on trouvera le fruit de mes efforts ici, sur une « page » de ce carnet: Liste des bâtiments stables de cirque en France. J’ai essayé de signaler, dans la mesure du possible, les fonds d’archives qui existaient concernant ces bâtiments.

Bonne lecture !

S’il vous plait, signalez-moi erreurs, nouvelles informations et corrections.

Cirques stables en France

Cirques stables à Paris

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1450.

Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right

Ces derniers jours, je lis avec plaisir le livre de Simon Partner, The Merchant’s Tale. Yokohama and the Transformation of Japan (New York, 2018). Quelques pages y sont consacrées aux acrobates étrangers actifs à Yokohama, aux troupes japonaises, leurs voyages autour du monde et leur impact sur l’image du Japon en Occident (p. 112-114, 131-132 et 220). Potter s’appuie sur les travaux de F. Schodt et  A. Mihara1, mais il y ajoute des commentaires personnels pertinents. Il fait ainsi remarquer que le budget levé pour faire partir en 1866 la troupe japonaise des Hamaikari du Japon était de cent mille dollars, « an enormous sum », ce qui explique qu’il a fallu que quatre partenaires s’associent pour cette entreprise commerciale.

A propos du surnom de l’acrobate « Little All Right », qui lui avait été donné parce qu’il finissait son numéro en jetant les bras au ciel et en criant «  »All Right », Partner écrit (p. 132):

Les mots « All Right », au début, étaient sans doute les seuls mots d’anglais qu’il connaissait, mais sa capacité à interagir avec les spectateurs dans leur propre langue montre la flexibilité culturelle et linguistique de cet enfant. Umekichi était vraiment un enfant de l’internationalisation du Japon, même si on le considérait comme une représentation des traditions et de l’exotisme de la culture japonaise. En bien des façons, alors que le Japon cherchait sa place dans la communauté internationale des nations, il était le symbole des exportations culturelles de ce pays – avec son sens du commerce et son dynamisme, tourné vers l’avenir autant que vers le passé2

Le mélange du passé et du futur, de la tradition et de la modernité est sans doute le lieu commun le plus répété sur le Japon dans les guides de voyage comme dans beaucoup d’études, mais sa fausse évidence rend parfois l’observation paresseuse. Dans le cas d’All Right, seul l’usage de l’anglais, et pour cause, relève de la modernité du Japon. Sa capacité à amuser le public,  à entrer en dialogue avec les spectateurs est partie intégrante des spectacles d’acrobatie, des amusements de rue du Japon d’Edo. Il fallait divertir le passant, retenir son attention si on voulait qu’il ou elle laisse une pièce. La concurrence était féroce dans les quartiers d’amusement d’Edo, Osaka ou Yokohama. Les troupes d’acrobates traditionnelles devaient avoir dans leurs rangs des bonimenteurs de qualité, mêlaient spectacles physiques et amusements oraux. Les baladins japonais n’ont pas eu besoin d’aller à l’étranger pour être modernes3 .

PS

Le nom « Litlle All Right » était si fameux qu’il a été utilisé par plusieurs générations d’acrobates japonais successifs, sans qu’il n’y ait d’autre relation entre eux que leur spécialité de cirque. Voici un exemple de 19094 :

Little All Right. The Original Japanese Wonder. Carte postale datée de 1909. (Merci Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013-2016 (first iteration). River Campus Libraries. [http://humanities.lib.rochester.edu/rej/?page_id=701] [vu le 19 janvier 2018]).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right ». Publié sur Acrobates japonais en France le 19/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1403.

  1. F. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkley, 2012); A. Mihara, Professional Entertainers Abroad and Theatrical Portraits in Hand, Old Photography Study 3 (2009), p. 45-54 []
  2. This [=All Right] may at first have been the only English he knew, but his willingness to engage with the audience in their own langiaage show’s the child’s cultural and linguistic flexibility. Umekichi was truly a child of Japan’s international era, even as he was seen as a representation of all that was traditional and exotic in Japanese culture. In many ways he was a symbol of « Japan » as a cultural export – commercial, enterprising, and looking both forward and back as Japan sought its place in the international « Comity of nations ». [Traduction ADH] []
  3. Avec cette phrase, je voudrais faire un modeste hommage au beau livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). []
  4. on peut voir un autre exemple, non daté, dans les collections du MuCEM []

Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018)

Grâce à la belle initiative du calendrier de l’avent du site SavoirsCom1, je découvre plusieurs documents liés au thème de ce carnet. Chères lectrices, chers lecteurs, je vous les offre comme cartes de vœux et vous souhaite une excellente année 2018.

  • l’œuvre d’Edgar Chahine (1874-1947), « peintre et graveur connu pour ses représentations de la vie parisienne à la Belle Époque ». Chahine a notamment illustré le livre de Gabriel Mourey, Fêtes foraines de Paris (Paris, 1906). On peut y lire les considérations suivante (p. 123):

(…) Voilà -t- il pas que l’ on se met à lancer chez nous cette nouveauté japonaise , le … comment prononce – t – on ? le … jésuchou , le jijusou .
– Le Jiu-jitsu

– Oui , c’ est bien cela , un nom à coucher à la rue ! Je ne sais pas en quoi ça consiste, cette affaire-là , mais ce que j’en ai entendu dire ne me dit rien qui vaille . Ça n’ est pas de la lutte, c’ est de la chirurgie . Il s’ agit d’ opérer son adversaire ; un petit coup par ci avec l’épaisseur de la main, une chiquenaude par là , un pinçon à droite , ou à gauche , et le tour est joué . Vous êtes cuit ; il n’ y a pas à rouspéter , paraît -il . Eh bien ! et si je lui colle un marron , moi , à votre professeur de jijusou , en plein visage ? Lui en ferai -je voir des chandelles ! pas trente-six , mais trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq ! Ah ! la bonne blague !

L’ heure passait ; nous nous séparâmes .

– Mon tramway n’ attend pas . Bonsoir , monsieur , et merci pour vos gentillesses . Voici ma carte : – Jean-Pierre Barbotton dit Gaspard le Terrible , ancien lutteur . Puteaux. – Elle est un peu sale , excusez . Je viens tous les soirs chez Marseille fils , pendant la foire à Neuilly , nous nous retrouverons .

Et comme il grimpait sur la plate-forme et que la voiture se remettait en marche :

– Oui , oui , si je lui colle un marron , à votre marchand de jijusou ! Trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq chandelles …

G. Mourey, Fêtes foraines de Paris . Gravures d’Edgar Chahine (Paris, 1906), p. 124.

  • Les photographies d’Henri Manuel (1874-1947), « photographe portraitiste français »

Melle Spindler  (Par Henri Manuel , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65135810): ceci n’est pas une geisha

Une recherche sur google images m’amène sur cette belle photographie: l’actrice est présentée sur internet comme jouant un rôle de geisha. En fait, il n’en est rien. Elle joue ici dans la pièce « La troisième lune », « comédie chinoise » de Fred Gresac et Paul Ferrier présentée au Vaudeville en 1904.

« La troisème lune, comédie de Paul Ferrier : défet de presse »;
Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-ICO THE-4156

Cette pièce n’a pas plus à tout le monde. Je recopie une critique, qui, on le verra, touche aussi au japonisme1:

Soirée Parisienne

THÉÂTRE DU VAUDEVILLE. — La Troisième Lune

C’est la soirée exotique. Il y a longtemps que nous ne l’avions eue!… Personne n’ignore, en effet, que, périodiquement, tous les quatre ou cinq ans environ, les directeurs, las de la production nationale, des reprises, des adaptations ou traductions, las surtout du petit, très petit mouvement d’argent soulevé par ces premières, traductions ou reprises, ont comme des nostalgies de voyages.

Ils songent à des rives lointaines, à des bananiers, à des poissons volants, à des mousmés fardées et menues. Ils ont lu Loti. Ils l’ont même joué… rarement. On leur a parlé du livre de Myriam Harry, dans le monde… Leur enfance bercée par du Jules Verne, les attendrit à cette heure difficile de l’âge mûr. Et puis, enfin, il faut surtout sortir de cette sacré nom d’un chien de crise financière. Alors?.

Alors. Ils ont un petit mouvement de fièvre, se couchent, pensent. Et leur petite crise d’exotite aiguë leur rapporte la forte somme – ou la leur fait perdre une fois de plus !

Et ils n’en meurent pas et même ils se payent de petites trouvailles de mise en scène – oh! pas bien audacieuses, pas bien somptueuses, pas bien rares – mais qui, toujours, invariablement, et par une sublime routine, font que « la scène se passe en Chine ou au Japon « …

Voilà ! on n’en sort pas!… On ne veut pas en sortir. On n’en sortira pas de sitôt encore.

Il y a pourtant, ailleurs, de beaux pays !
Il y a—je ne sais pas moi !—l’Annam, le Cambodge, les Indes… Oui… oui… Mais ce n’est pas théâtre. (Comprenez-vous la valeur de l’objection ?) Tandis qu’il est convenu que, dès qu’il s’agit d’exotisme, la Chine est théâtre. Cela est convenu, une fois pour toutes, et pour toujours !

Songez donc, voyons !  » La Chine « , vous voyez cela d’ici. Ce qu’il y a à faire. Au premier acte, un intérieur …  les laques … les soies… les boîtes à fard … cette reconstitution si curieuse … les petits pieds … les mains de ces gens-là!!. Et ces noms, les noms adorablement comiques. Les dames qui s’appellent : Hirondelle, Nez-qui-Remue … Bananier-secoué-par-le-vent. Ferme-ta-bouche-ou-je-saute. etc. Et les hommes, les hommes qui 3’appellent : Bon-Dieu-de-Bras, ou, Va-t-en-Voir-Si-j’y-Suis. En six traits d’union sur le programme. Fan! un effet comique, d’avance ! Comment vouiez-vous qu’on se prive d’un pareil appoint de rire et de succès !

— Et vous verrez, vous verrez au second acte : le jardin, le jardin et les lanternes en papier; la cascade minuscule. Un argent fou! On fera un argent fou !

Ainsi parlent les directeurs, sublimes routiniers, augures du goût public, et qui rêvent de mise en scène somptueuse et prévue. Ainsi pensent-ils se jeter dans l’originalité et la dépense. Pour l’exotisme! Ainsi ont-ils une petite crise périodique. Aussi en sont-ils, parfois, récompensés !

Tout de même, le voilà, le voilà, le péril jaune. C’est dans le monde des théâtres qu’il sévit surtout. Car pour une Marchande de Sourires, que de marchands en larmes, que d’administrateurs aux abois. Et, hier, nous avons écouté la Troisième Lune, de Mme Gresac. Et comme c’était écrit avec bonne humeur et monté avec goût, et joué en perfection, par MM. Lérand, Colombey, Gauthier, Numa, Baron ; par Mmes Thomassin, Grassot, Marthe Regnier, Caron, Bernou et de Bray. Il se peut que nous soyons mûrs, nous aussi, pour notre petite crise d’exotite. D’autant que voilà bien quatre ou cinq ans qu’on nous laisse tranquilles avec les Fleurs-de-Pêcher et les Soleil-de-Rizières. (Je vous le dis, en vérité, c’est périodique.) Donc, hier, nous avons été très bien.

Nous avons revu, nous avons salué les petits pieds, les petits laques, et la petite cascade promise par M. Porel ; nous avons constaté, avec plaisir, qu’à mesure que la pièce s’avançait, les personnages – surtout les femmes – se déchinoisaient (à onze heures, les chignons étaient à la dernière mode de Longchamp et les gens aussi). Et ceux d’entre nous qui n’ont que l’esprit des autres, et de la minute, ont été si, si, contents de se fournir à rire — oh ! bien légèrement, sans doute — en se proposant, par un mot de la fin sublime d’être bête, d’aller à l’Américain, à côté, prendre un Chinois!!. Ah! exotisme! exotisme! que de verve se gaspille à ton propos!.

Edmond Sée.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1381.
  1. Gil Blas 8 mai 1904, p. 2. Une critique assassine de la pièce, signée d’une autre personne, précède ces considérations générales []

Liens du mois (décembre 2017)

« Phaedra insista également sur les difficultés à effectuer des stages, liées aux préjugés raciaux : enseigner à de jeunes Anglaises alors que l’on est « visiblement » différente était un véritable défi, souvent voué à l’échec… »

Cirques et monuments publics (4): Louis Cyr

Monument à Louis Cyr (Montréal) (Photographie de Jeangagnon — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=53610580

« Le monument à Louis Cyr est une sculpture de Robert Pelletier (1914-1984)1 située dans le quartier Saint-Henri à Montréal. Il fut inauguré en juin 1973 dans le square Élizabeth, renommé parc des Hommes-Forts en 1994. »2.

Devant cette œuvre, nul ne peut être insensible à l’expression de puissance, de dignité et de beauté qui s’en dégage. Au-delà d’un hommage à l’homme, ce magnifique monument évoque l’admiration que suscite la force physique dans la tradition populaire québécoise. En effet, le Québec a toujours été une terre fertile pour les hommes forts, dont les prouesses ont acquis valeur de symbole : celui du combat instinctif de l’homme contre la nature. Le monument Louis Cyr constitue également un symbole de fierté envers notre patrimoine historique et, à une plus grande échelle, une invitation à l’excellence et au dépassement de soi (Anne-Marie Sigouin).

(Photographie par Jeangagnon — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20421506)

Louis Cyr
Pour plus de renseignements sur cette carte, voir le site de l'UQAM ci-dessous

Troupe de Louis Cyr et son épouse; carte postale de 1908 (?)

Comme je n’ai pas beaucoup de temps, je me permets de renvoyer aux notices Wikipedia (en français et en anglais) sur Louis Cyr. Elles semblent très riches en informations.Louis Cyr était un hercule de cirque, mais aussi un propriétaire de cirque, un impresario et un manager, responsable de la programmation, et concepteur de décors et de costumes3.
.

Louis Cyr, photo non datée  (La Vie au grand air (23/2/1902), p. 124)

Inscriptions sur le monument
  • « Louis Cyr. 1863-1912 »
  • « Louis Cyr. L’homme le plus fort de tous les temps »
  • « Mon but n’est pas tant de relater des faits personnels, que de répandre le goût de la culture physique et servir la cause de l’athlétisme dans notre province. Louis Cyr »
  • Plaque explicative sur le monument Louis Cyr (Photographie par Jeangagnon — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=43575578)

    On notera l’absence d’allusion au cirque dans ces inscriptions. La statue est un monument de piété familiale, qui est devenu ensuite public.

Voir aussi

Ajout du 31 décembre

Des amis canadiens (Merci Robert et Keith) m’ont gentiment fait comprendre que j’avais sous-estimé la réputation de Louis Cyr au Canada, et particulièrement au Québec: il est vraiment une figure, une légende nationale. A ce titre, par exemple, il apparait encore souvent dans les manuels scolaires, notamment les manuels de français ou de français Langue Seconde.

Voir, par exemple:

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (4): Louis Cyr ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/12/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1185.
  1. Robert Pelletier était sculpteur, mais aussi professeur d’anatomie à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal. []
  2. Contributeurs à Wikimedia Commons, ‘File:Monument Louis Cyr 22.JPG’, Wikimedia Commons, , 28 novembre 2016, 23:46 UTC, <https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=File:Monument_Louis_Cyr_22.JPG&oldid=223545192> []
  3. Serge Fisette, Robert Pelletier, sculpteur : Louis Cyr, vers la création d’un monument : Entretien avec Anne-Marie Sigouin, Espace Sculptures 72 (2005), p. 25-27, p. 26.URI http://id.erudit.org/iderudit/10271ac. []

Flaubert au cirque

Après ma petite recherche sur le Japon dans la nouvelle édition électronique de la correspondance de Flaubert, j’ai voulu voir ce qu’il avait écrit sur le cirque.

Cette recherche lexicographique n’apporte presque pas de résultat: pas d’occurrence pour « acrobate/s », une mention de « sorciers magiciens astrologues » et d’un saltimbanque au Caire en 1850, de « jongleurs nègres » en 1857 quand Flaubert fait allusion à ses voyages. Flaubert se compare plusieurs fois, lui-même ou l’artiste en général, à un saltimbanque.

Je publie néanmoins cette entrée de carnet, pour le plaisir de mettre en lumière le beau passage ci-dessous. On dirait du Céline.

  • (Pléiade II 620), 28 juillet 1856

À LOUIS BOUILHET

(…)

Quelle belle soirée j’ai passée vendredi dans les coulisses du Cirque, en Compagnie du coiffeur de ces dames ! Frédérick Lemaître1 l’avait saoulé, et Person l’avait achevé. – Il était plus rouge que les boîtes de fard étayées sur la table de toilette, il ruisselait de cold-cream, de sueur et de vin. Les deux quinquets casse-pétaient de chaleur. La fenêtre ouverte laissait voir un coin de ciel noir. Des costumes de théâtre jonchaient le parquet. Person gueulait dans les mains de l’artiste aviné qui lui tirait les cheveux. J’entendais les danses de la scène et l’orchestre. Je humais toutes sortes d’odeurs de femmes et de décors, le tout mêlé aux rots du perruquier. – Énorme, énorme ! Et mon inconvénient de culotte ajoutait à mon excitation.

 

  • (Pléiade III 139) à Caroline Commanville , Croisset, 25 janvier 1861

J’ai reçu tantôt la visite de Grimaux2 qui est venu m’inviter à déjeuner pr dimanche prochain afin d’aller ensuite voir des lutteurs au cirque St-Sever3 de sorte qu’après demain, ma journée sera entièrement perdue.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Flaubert au cirque ». Publié sur Acrobates japonais en France le 14/12/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1302.
  1. Je pense qu’il s’agit du fameux acteur Frédérick Lemaître. []
  2. J.-A. Grimaux, un habitant de Rouen. []
  3. Il s’agit sans doute du Cirque impérial à Rouen, mais je n’en suis pas complètement sûr. []