Liens du mois (avril 2021)

Image du mois (avril 2021): la bataille homérique des pygmées contre les grues sur une carte japonaise

Toutes mes excuses pour le retard dans la publication de l’image du mois. Le format « hybride » des cours dans mon université en réponse à l’épidémie de covid-19 prend toute mon énergie. Mes excuses également pour présenter un document sans rapport avec les acrobates, mais je suis intéressé par les voyages et déformations d’images entre le Japon et l’Europe.

Image extraite de la carte ci-dessous (dans le bandeau inférieur, 4e en partant de la gauche): 小人国 « Le pays des petites personnes », 一万五千里 « 15.000 ri »1.

Carte japonaise, créée entre 1800 et 1850: 萬国人物之図 « Carte avec les gens de nombreux pays ». Merci https://www.wdl.org/en/item/4353

Les « petits hommes » sont reproduits notamment aux côtés des « hommes noirs », du « pays des femmes », des « namban » (Espagnols et Portugais), des Anglais, des Hollandais, des habitants d’Amérique du Nord, des gens d’Ezo (=Hokkaido), des habitants des Ryukyus (=Okinawa), des Coréens et des Chinois2. On voit donc que les peuples illustrés comprennent des pays voisins et familiers des Japonais, des visiteurs européens venus au Japon et des populations connues par oui-dire ou légendaires. Sur la carte, le « pays des petits hommes » se trouve tout au Nord, juste en dessous de la ligne des pays représentés en noir.

Les « petits hommes » dans la galerie de portraits qui accompagne la carte sont les seuls, peut-être par horreur du vide, à être illustrés avec un animal, un oiseau échassier, qu’ils semblent fuir en courant pour se mettre à l’abri.

Cette action nous amène irrésistiblement à Homère, à une célèbre comparaison au tout début du 3e livre de l’Iliade3:

Lorsque, sous les ordres de leurs chefs, ils se sont rangés en bataille, les Troyens s’avancent bruyamment, comme une nuée d’oiseaux faisant entendre de vives clameurs : ainsi s’élève au ciel la voix éclatante des grues, quand elles fuient les hivers et les pluies continuelles ; elles poussent des cris aigus, elles s’envolent au-dessus des flots de l’océan, elles portent aux hommes appelés Pygmées le carnage et la mort, et du haut des airs elles leur livrent de terribles combats.4

Plusieurs auteurs du monde gréco-romain discutent du lieu de vie des pygmées et de leur combat avec les grues, les plaçant soit en Inde, soit en Afrique, près des sources du Nil. En outre, cette scène de bataille semble avoir été assez populaire dans l’Antiquité car on la retrouve illustrée à plusieurs reprises sur des vases ou des mosaïques5

Version antique du combat entre les pygmées et les grues.

Chous attique à figures rouges, 430-420 av. J.-C. (photographie de Marie-Lan Nguyen (User:Jastrow), 2008-05-02, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4051968)

Le thème a bien évidemment été repris aux époques postérieures, notamment au Moyen Age6 et à la Renaissance7 . Voici un bel exemple de gravure avec synthèse de détails supplémentaires qu’on trouve chez plusieurs auteurs antiques: habitat rupestre des pygmées et béliers utilisés comme montures lors du combat.

La carte japonaise, contrairement aux traditions antiques européennes, situe le pays des petits hommes au Nord de l’Europe. On ne peut émettre que des hypothèses sur cette divergence; il est possible que cela donne un indice sur l’origine de l’information, les commerçants hollandais, dont l’illustrateur japonais aurait utilisé les vêtements pour habiller ses pygmées8. Le cartographe japonais aurait simplement placé les pygmées dans la même région que ses informateurs, là où il trouvait de l’espace.

Une autre hypothèse est l’influence d’une carte de Mercator. Celui-ci publie en 1569 une mappemonde intitulée Nova et aucta orbis terrae descriptio ad usum navigantium emendate accomodata, dans laquelle on trouve une petite carte de l’Arctique.

Extrait de Mercator, Nova et aucta orbis terrae descriptio ad usum navigantium emendate accomodata (1569). 1. Vue générale de l’Arctique 2. Partie habitée par les Pygmées, avec sa légende.

L’Arctique est, selon cette carte, divisée en quatre grandes îles. Sur l’une d’entre elles, on peut lire la légende suivante:

Pygmei hic habitant/ 4 ad summum pedes longi, quem/ admodum illi quos in Gronlandia/ Screlingers vocant

Ici habitent les Pygmées, hauts de quatre pieds au maximum, autant que ceux qu’on appelle Screlingers au Groenland.

Mercator donne les sources suivantes pour sa carte:

« Pour ce qui est de la configuration [de l’Arctique], nous l’avons tirée des Voyages de Jacob Cnoyen de Bois-le-Duc qui cite certains faits de la Geste d’Arthur de Bretagne, mais qui tient le plus et le meilleur de ses informations d’un prêtre ayant servi le roi de Norvège en l’an 1364 de notre Seigneur. Il descendait au cinquième degré de ceux qu’Arthur avait envoyés peupler ces îles ; il a rapporté qu’en 1360, un moine anglais d’Oxford, qui était mathématicien, a atteint ces îles et que, partant de là, ayant poussé plus loin grâce à l’art de la magie, il a décrit et mesuré le tout au moyen d’un astrolabe plus ou moins sous la forme ci-dessous que nous avons tirée de Jacob Cnoyen. Il affirmait que les eaux de ces quatre bras de mer sont attirées vers les abysses intérieurs avec une telle violence qu’aucun vent n’est assez fort pour ramener les navires une fois qu’ils y ont pénétré ; le vent, par ailleurs, ne serait jamais suffisant pour faire tourner un moulin à grain. »9

On voit donc que le cartographe japonais ou sa source aurait effectué une synthèse d’informations européennes d’époques différentes qui combinait la position géographique des pygmées de Mercator avec leur histoire, tradition remontant à Homère.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Image du mois (avril 2021): la bataille homérique des pygmées contre les grues sur une carte japonaise ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/05/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3403.
  1. Le ri est une unité de longueur; je ne sais pas à combien de mètres il correspond à cette époque. []
  2. Un tout grand merci à A. Kawawa pour son aide dans le déchiffrement des kanjis. []
  3. Pour une analyse détaillée de cette comparaison, voir Leonard Muellner, The Simile of the Cranes and Pygmies: A Study of Homeric Metaphor, Harvard Studies in Classical Philology 93 (1990), pp. 59–101. []
  4. Iliade 3, 1-7. Traduction par E. Bareste, 1843, recopiée depuis le merveilleux site de Philippe Remacle . []
  5. On trouvera, de façon très commode, le dossier complet dans l’article d’Asher Ovadiah et Sonia Mucznik, Myth and Reality in the Battle between the Pygmies and the Cranes in the Greek and Roman Worlds, Gerion 35 (2017), p. 151-166 (l’article est bien en anglais; ne vous fiez pas à la page internet sur laquelle vous arrivez en cliquant sur le lien; poursuivez votre chemin en cliquant sur « PDF »); voir aussi V. Dasen, Nains et pygmées : Figures de l’altérité en Égypte et Grèce anciennes, in Penser et représenter le corps dans l’Antiquité [en ligne] (Rennes, 2006) (DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.7327); K. Mackowiak, Combats de pygmées et de grues, d’Homère à la figure noire attique (à propos d’une hydrie du Louvre – 1), in Troïka. Parcours antiques. Mélanges offerts à Michel Woronoff, volume 1 (Besançon, 2007), p. 85-100. (Collection « ISTA », 1079); V. Dasen, D’un monde à l’autre. La chasse des pygmées dans l’iconographie impériale, Chasses antiques (2009), p. 213-231 (richement illustré).  J’ai moi-même découvert ce thème lors de la publication des fragments de l’historien(ne?) Basilis: A. D’Hautcourt, “Basilis (718)”, in: Brill’s New Jacoby, General Editor: Ian Worthington (http://dx.doi.org/10.1163/1873-5363_bnj_a718). Pour un exemple de mosaïque, voir https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Roemisches_Mosaik_mit_Pagmaeen_anagoria.JPG. Il existait aussi sans doute des gemmes avec ce thème : https://digital.library.cornell.edu/?f%5Bsubject_tesim%5D%5B%5D=pygmy (les impressions datent du 19e s.; je ne sais pas de quand datent les gemmes elles-mêmes. []
  6. Par exemple, une enluminure dans un manuscrit hennuyer du 13e s., Manière et faitures des hommes d’Orient; un chapiteau dans la salle capitulaire d’Autun. []
  7. https://www.britishmuseum.org/collection/object/P_1982-U-2360 est une « illustration to an unidentified Latin edition of Sebastian Münster, ‘Cosmographia’, probably printed by Petri in Basel, c.1544-52.  » []
  8. Notons qu’il existe aussi des traditions légendaires chinoises sur les relations entre pygmées et grues, mais elles me semblent trop différentes pour avoir joué un rôle dans la fabrication de cette image; à leur sujet, voir R. Mathieu, Le Combat des grues et des Pygmées, L’Homme, 30, 116 (1990), p. 55-73. DOI : https://doi.org/10.3406/hom.1990.369308. []
  9. Traduction française du texte latin par A. Berson, Les sources disparues de l’Arctique de Mercator, Carnet de la Bibliothèque Nationale (27 février 2020); cet article offre une belle analyse des sources mentionnées. []

Liens du mois (mars 2021)

Images du mois (mars 2021)

Japanicky

On notera que c’est par un spectacle de music-hall, précisément une démonstration de jiu-jitsu par un Japonais aux États-Unis, que commence ce film, et donc le voyage de Félix le Chat au Japon1

.

Vu sur Ebay

Une image vue sur ebay avec des jongleurs et des acrobates de force, un misemono typique. Je n’en connais pas la date, ni l’auteur.

Deux images vues sur l’exposition en ligne « On the Vanguard: Part One – Cultures Collide » de la Galerie Scholten2

Utagawa Yoshitora, Spectacle d’acrobates d’Asie centrale à Yokohama (Tenjikujin Yokohama nite Karuwaza no Zu) (vers 1864)

Utagawa Yoshiharu, Croue3 Soulie. Le grand cirque français (Furansu dai kyokuba) (1871)

Cliquer sur les images vous mènera vers un bon commentaire en anglais sur ces images de cirque occidental au Japon et leur contexte.

  1. Merci à Xavier Martel qui m’a fait découvrir ce petit film. []
  2. Un tout grand merci à Mme Yukiko Oki pour m’avoir signalé ce site internet. []
  3. Recopiage maladroit de « Cirque » []

Liens du mois (février 2021)

Les acrobaties des spectacles de Sada Yacco

J’ai beaucoup apprécié les conférences suivantes du colloque du 30 janvier, mais, comme elles ne relèvent pas directement de mes recherches, je suis incapable de les commenter de façon pertinente: Gilles MASTALSKI, Sada Yacco en Bohême, Moravie et Galicie – Prague, Brno, Lemberg, Cracovie : des triomphes oubliés ?; YAGISHITA Emi, L’Occident à la rencontre de l’Orient. Isadora Duncan (1877-1927) et les danseurs japonais. La conférence de Gilles Matalski m’a fait réaliser l’importance et le nombre de traductions qui accompagnaient les spectacles de Sada Yako, en anglais, français, allemand, tchèque, polonais, … Je me demande s’il serait possible d’en faire une étude globale, des traductions elles-mêmes et des traducteurs.

Continuer la lecture

Notes sur Robert de Montesquiou, Ko-ta-ky

Lors du colloque du 30 janvier, Junko ŌTSU a fait une belle présentation d’un document assez unique, un poème de Robert de Montesquiou consacré à un acrobate japonais. J’espère que Mme Ōtsu va rapidement publier son texte et son analyse subtile des intrications entre japonisme et la biographie de cet acrobate.

Continuer la lecture

De Sada Yacco à Tsuru Aoki

Au colloque de samedi, la communication de Mayuko Igawa, L’accès en ligne des documents de la bibliothèque Shochiku Otani de l’album « Otosada » Sada Yacco (1871-1946) et Kawakami Otojiro (1864-1911) : des documents rares sur leurs tournées américaine et européenne a fait découvrir un extraordinaire document, un album de lettres, photos et coupures de journaux envoyées depuis l’Europe par Sada Yakko à sa nièce par alliance, Tsuru Aoki, future actrice du cinéma muet, star elle-même et épouse de la super star Sessue Hayakawa. Cet album est un nouveau témoignage de la transition entre arts de la scène du 19e siècle et le cinéma des premiers temps. On peut vraiment être reconnaissant à la bibliothèque Shochiku Otani et à toutes les personnes qui ont contribué au financement participatif qui a permis la digitalisation de cet ensemble fragile.

Louis Fournier, Kawakami and Sada Yacco (Paris, 1900) (https://www.dh-jac.net/db1/resource/solAL-otsdp/sol/20/). Copyright © 2020- Shochiku Otani Library, All Rights Reserved.

En haut à droite, lettre envoyée depuis Bruxelles à T(suru) Aoki. https://www.dh-jac.net/db1/resource/solAL-otsdp/sol/50/ Copyright © 2020- Shochiku Otani Library, All Rights Reserved.

L’album est visible, avec des photographies d’excellente qualité, sur le site suivant: pour voir les images, il suffit de cliquer sur la petit photo en haut à gauche de la couverture de l’album (et de cliquer sur 次ページ pour la suite).

Sitographie

Pour en savoir un peu plus, en anglais: Ritsumeikan University, Activity report. The Otojiro & Sadayakko Kawakami’s Album of European and American Performance Materials is published in the ARC’s Shochiku Otani Library Special Data Browsing System (22 octobre 2020)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « De Sada Yacco à Tsuru Aoki ». Publié sur Acrobates japonais en France le 04/02/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3316.

« SadaYakko » au théâtre Komuna Warszawa (2019)

Au colloque de samedi, lors d’une autre communication, Hana Umeda a présenté son travail inspiré par l’éducation artistique et les spectacles de Sada Yacco et par leur réception par les écrivains et intellectuels polonais du début du XXe siècle.

Voici la bande-annonce de son spectacle:

On peut le voir dans son entièreté sur Vimeo: https://vimeo.com/318853643/95f7cab02a (avec la possibilité d’afficher des sous-titres en anglais).

Cette façon d’appréhender le passé par le corps est extrêmement stimulante; on peut peut-être la comparer aux travaux de Boris Charmatz1.

.

  1. P. Boucheron, G. Amalvi, B. Charmatz, L’histoire, au corps-à-corps, Entre Temps (2 février 2021). []

Les acrobates japonais de Bertha Lum

Au colloque de samedi, Viviane LE BERRE a proposé une communication très intéressante sur « Bertha Lum (1869-1954) et les arts du spectacle au Japon et Chine ». La personnalité et les œuvres de cette artiste sont fascinantes. Il y avait plusieurs images d’acrobates parmi les œuvres présentées par Vivian Le Berre. Comme je ne suis pas certain de leur statut en termes de droits d’auteur, je ne les reproduis pas ici. On peut les voir (en noir et blanc) sur le très riche site internet Bertha Lum: le Catalogue raisonné.

Elles sont toutes des illustrations provenant du petit guide touristique Ten Days in Japan.

Berll Lum, Ten Days in Japan (Montréal, 1931 [?]). Merci https://www.bertha-lum.org/ten-days-in-japan-fr/#.

Aucune de ces images ne me semble être le résultat d’une observation directe par Bertha Lum; elles sont des variations sur de vieilles images connues. L’une d’entre elles est une adaptation réussie du dessin de Hokusai de tengus se livrant à des acrobaties.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les acrobates japonais de Bertha Lum ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/02/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3306.

 

Diapositives Power Point pour ma participation au colloque Spectacles japonais et artistes occidentaux à l’âge d’or du japonisme : un exemple d’interculturalité ? Autour de Sada Yacco et Hanako (30 janvier 2021)

Voici, au format PDF, les diapositives Power Point de ma participation au colloque du 30 janvier 2021. J’avais préparé trop de matériel et j’ai sauté les diapositives 22-24.

Participer au colloque a été un réel plaisir grâce à l’organisation impeccable de la Maison franco-japonaise, aux introductions et modérations de Bernard Thomann, Atsushi Miura, Yukiko Oki et Matthieu Séguéla. Surtout, Gilles Mastalski avait créé un programme très cohérent et tous les exposés ont été intéressants et pertinents.

Dans les jours qui viennent, je vais présenter quelques-uns des documents discutés hier.