Cirques et monuments publics (3): à côté du Ku Klux Klan (ou Deux fresques de Thomas Hart Benton)

Grâce à l’article de H. Adams, The misguided campaign to remove a Thomas Hart Benton mural, The Conversation (31 octobre 2017), j’ai appris l’existence d’une fresque de Thomas Hart Benton (1889-1975) à l’Université d’Indiana qui est la cause régulière de polémiques, à chaque nouvelle génération d’étudiants: ils la découvrent à leur arrivée à l’université, sont choqués par ce qu’ils voient, parce qu’ils ne comprennent pas son contexte historique et ne comprennent pas son message.

Cette fresque a d’abord fait partie d’un ensemble colossal que l’État d’Indiana a commandé à l’artiste Thomas Hart Benton pour décorer son pavillon, le Indiana Hall, à l’exposition internationale de Chicago, en 1933 (qui avait pour thème A Century of Progress).

Intérieur du Indiana Hall, Century of Progress Exposition, Chicago, 1933; 2003 © Indiana University Art Museum (le panneau qui nous intéresse est le deuxième à droite du panneau central)

Cet ensemble de 22 panneaux (« 12 feet high and about 250 feet long », 3, 6 m x 76 m environ) représente l’histoire sociale et industrielle de l’état (“Social and Industrial History of Indiana”) de l’arrivée des premiers Européens à l’époque de l’exposition. Son format panoramique devait en rendre évident le développement chronologique, même si le fourmillement de détails n’en rend pas toujours le message aisé. En outre, les panneaux ont été répartis en deux thèmes : les progrès culturels et les progrès industriels.

Après l’exposition, on a placé les panneaux dans un entrepôt, sans que personne ne s’y intéresse vraiment. En 1940, Herman B Wells, président de l’Université d’Indiana, eut l’idée de les réutiliser pour décorer les bâtiments de l’université, alors en construction, et il convainquit les autorités de l’état d’en faire don à l’institution. Il ne fut alors pas possible de garder la structure initiale de l’œuvre. La majorité des panneaux ont été placés dans le « Hall of Murals » dans un format identique à celui de l’exposition de 1933, ce qui permettait de respecter leur structure narrative de frise chronologique.

Deux panneaux, dont celui qui fait l’objet de polémiques, ont été placés, en vis-à-vis, dans une grande salle de cours, le Woodburn Hall 100 (voir photo ici), dont l’architecture fut modifiée pour les accueillir, ce qui rend leur déménagement impossible actuellement sans détruire ou les murs de la salle ou le panneau. C’est évidemment cette séparation de la série originale qui rend la lecture de cette œuvre actuellement difficile, avec pour résultat que les gens qui la découvrent sont choqués par son sujet.

En effet, le panneau s’intitule « Parks, the Circus, the Klan, the Press ». On a reproché à Benton d’y avoir mis tout et n’importe quoi, tout ce qu’il n’avait réussi à placer dans les autres panneaux. Naturellement, c’est la présence du Ku Klux Klan qui gêne, d’autant plus qu’il figure presque au centre de la composition. Il est un fait que la structure de l’œuvre ne prête pas à une interprétation évidente: dans la partie droite, qui forme presque un carré, au centre, des membres du Ku Klux Klan, encagoulés, sont rassemblés devant une croix en feu, à côté d’une église et leur leader se dresse sur une estrade. Cette image est entourée en haut dans le coin gauche d’une représentation de pompiers éteignant un incendie, en haut au centre de deux avions volant dans un ciel nocturne, en haut dans le coin droit d’une scène de cirque, en bas dans le coin droit d’une scène de plantation d’arbres, en bas au centre, au premier plan d’un journaliste tapant à sa machine, au deuxième plan d’une infirmière caucasienne s’occupant d’une petite fille afro-américaine alitée, et enfin dans le coin inférieur gauche d’une scène de rotatives d’une imprimerie de journaux. Le panneau combine une structure circulaire aux sujets variés (pompiers, avions, cirques, arboriculture, journaliste, imprimerie) et une structure en pyramide de perspective de plans (1. journaliste, 2. scène d’hôpital, 3. Ku Klux Klan). Le journaliste au clavier de sa machine à écrire est donc bien mis en évidence et, de même que l’infirmière, est plus grand et imposant que les membres du Ku Klux Klan. Cette construction d’images veut montrer que la presse a contribué à affaiblir le Ku Klux Klan et à mettre fin à son influence dans la vie politique de l’Indiana. Le peintre a voulu glorifier les journalistes et les techniciens d’imprimerie pour leur combat courageux contre l’organisation raciste. La partie gauche du panneau, séparée de celle de droite par la représentation élancée d’un joueur de basket ball, tout de blanc vêtu, mêle également plusieurs sujets, une scène de haut-fourneau par exemple, et Benton y a même inclus son autoportrait. Il faut noter que, lors de la création de l’œuvre, plusieurs hommes politiques de l’Indiana avaient essayé de convaincre le peintre de ne pas représenter le Ku Klux Klan. Il avait insisté et plaidé pour que le passé de l’état soit représenté dans tous ses aspects, positifs comme négatifs. Selon lui, on ne pouvait effacer les moments dérangeants de l’histoire de l’Indiana.

Malheureusement,  à cause de la combinaison de deux structures picturales, de la présence d’autres thèmes (les pompiers, le cirque, la plantation d’arbres) sur ce panneau et de l’image de faiblesse de la pauvre petite fille afro-américaine, toute seule sur son grand lit blanc et entourée de visages uniquement blancs, ce message de célébration de la victoire sur le Ku Klux Klan n’est pas directement et facilement apparent. Le fait que la couleur blanche de l’uniforme des membres du Ku Klux Klan semble rayonner à travers  toute la toile par son usage pour le chapiteau du cirque, le lit d’hôpital, l’uniforme de l’infirmière, les chemises de tous les hommes représentés, le jet d’eau de la pompe à incendie, la vareuse du joueur de basket-ball et les rouleaux de papier de l’imprimerie ajoute à la confusion.

Depuis 2011, les autorités universitaires ont placé un panneau explicatif à l’entrée de la salle de cours, mais cela n’empêche pas certains étudiants d’être gênés par une œuvre qu’ils interprètent comme la glorification d’une organisation raciste.

Avec tout cela, que fait le cirque ici ? Il est représenté par un double chapiteau blanc, une écuyère debout sur un cheval et brandissant un cerceau et un Monsieur Loyal au haut-de-forme et à la veste rouge qui tient un fouet. Benton a choisi de montrer comme l’industrie du cirque a été importante en Indiana. En particulier, la petite ville de Peru servait de résidence d’hiver pour plusieurs grandes troupes ( les Ringling Brothers, Hagenbeck-Wallace, le Buffalo Bill’s Wild West Show). On y trouve actuellement le International Circus Hall of Fame.

Ce n’est pas la première fois que Benton a inclus le cirque dans une série historique sur les États-Unis.

En 1930, il a peint 10 panneaux sur le thème « America Today » pour une commande de la New School for Social Research (New York). Ces panneaux sont maintenant visibles au Metropolitan Museum of Art. Ils décoraient les quatre murs de la salle de réunion du Conseil d’Administration de l’école, et le musée a conservé leur disposition originale. Dans cet ensemble, Benton montre l’industrialisation des États-Unis, le dynamisme de son capitalisme et la vie trépidante de ses villes. Le cirque est représenté sur le panneau intitulé: “City Activities with Dance Hall” ( (233.7 x 341.6 cm). On y voit une trapéziste voltiger dans les airs au-dessus d’un groupe de clowns et d’un hercule et sa partenaire acrobate dans un numéro d’équilibre à la perche.

 

Panneau « City Activities with Dance Hall » faisant partie de l’ensemble de peintures murales « America Today » (1930-1931), © 2000–2017 The Metropolitan Museum of Art

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire une critique française contemporaine de ce cycle de peintures:

Le Figaro 15/12/1930, p. 5

Chez Benton, le cirque fait partie de l’histoire de son pays, en tant qu’activité économique et en tant que loisir et divertissement.

Sitographie
Annexe: Provost Statement: On the Benton Murals (29 septembre 2017)

The imagery in that panel, entitled « Parks, the Circus, the Klan, the Press, » has been controversial since its creation. Benton’s intent was to show the role that the press had played in battling the Klan through exposing the Klan’s corruption of and infiltration into all levels of Indiana government in the 1920s. At the time of the mural’s creation, many opposed Benton’s decision to include the Klan, because they did not want to portray Indiana in a negative light, and the memories of the Klan’s political influence were still raw. Benton, however, overcame this opposition, and maintained artistic control. He believed that his murals needed to show all aspects of the state’s history, even the ugly and discomfiting parts, so we could confront the mistakes of the past.

Understood in the light of all its imagery and its intent, Benton’s mural is unquestionably an anti-Klan work.

Unlike statues at the heart of current controversies, Benton’s depiction was intended to expose the Klan’s history in Indiana as hateful and corrupt; it does not honor or even memorialize individuals or the organization as a whole. Everything about its imagery—the depiction of the Klan between firefighters and a circus; the racially integrated hospital ward depicted in the foreground suggesting a different future ahead—speaks to Benton’s views.

(…)

The murals cannot be moved. Benton painted them using egg tempera paint, which has become extremely fragile over time. Moreover, the space in Woodburn 100 was designed specifically to house the two panels that now hang there, and they were installed in such a way that moving them would almost certainly cause irreparable damage. Nor does the notion of covering them with a curtain accord with our responsibility as stewards of this precious art. Covering the murals feels like censorship and runs counter to the expressed intent of the artist to make visible moments in history that some would rather forget. Furthermore, covering the murals during class periods would leave them hidden for the vast majority of time and create a situation in which the decision to uncover them could be used by some as a symbolic act in support of the very ideology the murals are intended to criticize.

(…)

The Benton Murals are a national treasure. They depict the social progression of Indiana history—including, explicitly, the promise and hope of racial integration and a free press arising out of the fight against the political influence of the Klan—through the visceral and powerful vision of one of the most significant artists of the period.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (3): à côté du Ku Klux Klan (ou Deux fresques de Thomas Hart Benton) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/11/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1228.

Response to Chris Goto-Jones’ response

[Dear reader,

this text has not been checked by a native English speaker. In case of any confusion or strange English, please refer to the original French version. Comments are welcome (but will be filtered)]

I recently wrote a severe review of Chris Goto-Jones, Conjuring Asia. Magic, Orientalism, and the Making of the Modern World (Cambridge University Press, 2016) for the website newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

Two days ago I noticed that Goto-Jones wrote a response to my review: https://newbooks.asia/review/scholarly-sleights-hand. Because the website editor did not warn me about this addition, and because this response is almost 3000 words long while the publisher guideline imposed a cap of 1400 words to the review, I do not feel welcome to write back at newbooks.asia, and I will answer here.

I will first summarize my criticism of the book, and then, for the mots interested and patient readers, answer to some details in Goto-Jones’ response. I cannot recommend the book because Goto-Jones has tried to write a historical study of a group of magicians, their practices and their relation with orientalism without trying to use all available evidence, without studying the reception of their spectacles, and without analyzing the material and social context of their performances. His topic required a multiplicity of point-of-views, but he focused on the writings of the performers. Such research premises, according to me, cannot lead to satisfactory results, to a good historical research.

I regret that Goto-Jones has not made much use of any library or archives digital collection. Worldwide small and larger institutions have made tremendous efforts to digitize newspapers and other documents. It has revolutionized historical research. Readers of Goto-Jones’ book would not know about the progress it has brought and the opportunity for discovering new sources it offers.

This response allows me to add another source left unexploited by Goto-Jones: pictures and images. There are 14 figures in his book, but these images are not discussed nor analyzed as a source material; they are just decorative images. (for my attempts at using images on this blog, see here and here, for instance)

All above criticism concerns the second part of the book; Goto-Jones is correct in his response that I was more interested in that part of the book than in its first, hence more disappointed by it. As for the first part of the book, my only criticism was that I found it unnecessary long for reaching the conclusion « magic = illusion + glamour ».

Goto-Jones blames me for « being slightly inattentive » and he rightly points out that this formula was not written by him. Allow me to quote the final paragraph of the first part of the book (p. 98):

In sum, as its base, good modern magic is the artistic and nonharmful performance of apparent counter-physical supernatural causation, resting on the honesty of its pretence amidst a shared complicity in the denial of that pretence. This is not a million miles from Sam Sharpe’s concise definition: magic = illusion + glamour.

I find it funny that Goto-Jones criticizes me for repeating his own rhetorics. The absence of quotation marks, and the strategic position of the phrase at the end of his chapter show that he made Sharpe’s words his own. Apparently in my review rather than writing « it [is] not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’ », for the sake of accuracy, I should have written « it [is] not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that « modern magic = illusion + glamour », a conclusion already expressed more than 40 years ago by Sam Sharpe’ ».

Minor remarks
  1. According to me, Goto-Jones has not been entirely fair in his response to several passages of my review. I let the reader judge about this with this comparative table:
D’Hautcourt’s review Goto-Jones’ answer
The first part of the work consists of a long and repetitive attempt at offering a ‘theory of modern magic’, and this reviewer hopes that he will be forgiven for thinking it not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’. 20 pages should have been more than enough. Instead, he (=D’Hautcourt) glosses these chapters with the suggestion that my conclusion is that modern ‘magic = illusion + glamour’ (p. 98), noting that he finds this conclusion uninteresting.
It is possible that the review in Le Figaro was a paid advertisement in the guise of a critic but this French article, easily available on the French National Library’s website, Gallica,[i] proves beyond doubt that Soo presented himself successfully from the start as an authentic Chinese person, contrary to what Goto-Jones thinks. Quite correctly, D’Hautcourt then casts doubt on the reliability of the review that he found (noting that performers often placed their own paid reviews in newspapers to boster ticket sales), but then claims that this doubtful review ‘proves beyond doubt’ that Robinson’s performance was a success.
He writes that ‘Aside from the formal delegations, state-sanctioned troupes of performers left Japan in the 1860s’ (Goto-Jones misrepresents the results Frederik Schodt presented in his beautiful book Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe, Berkeley: Stone Bridge Press, 2012). Nothing can be further from the truth: before the Meiji reform, the magician/ jugglers were hinin, members of a pariah class, and, for years, Japanese officials did their utmost to distance themselves and the official image of Japan from these migrant artists. Concretely, he asserts that ‘nothing can be further from the truth’ than my contention that Japanese magicians travelled to Europe and North America and performed there on formal occasions in the 1860s, hence representing ‘Japanese magic’ to Western audiences.

Goto-Jones has misread what I wrote about Japan; I do not see how I can answer his criticism.

2. As Goto-Jones does not seem to understand why I am not happy with his quote of Schodts’s book, here is what he wrote (p. 271-272):

As it happens, Japan was fully aware that its image in the west was somewhat confused, after centuries of relative isolation. Hence, during the second half of the nineteenth century it engaged in a concerted effort to (re)build its national identity through cultural exchange. Aside from the formal delegations, state-sanctioned troups of performers left Japan in the 1860s. Perhaps the most famous of these were the Imperial Japanese Troupe, which set off east to the United States, and the japanese Troupe, which travelled west to Europe in 1867, followed [/272] by the Royal Tycoon Troupe, which headed into Asian and Oceania. [[18]]

[[footnote 18]] The story of the Imperial Japanese Troupe is recounted in great detail by Frederik Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. Berkeley: Stone Bridge Press, 2012

The problem is that these performer troupes had no contact with Japanese public authorities. It is wrong to call them « state-sanctioned ». On the contrary, as Schodt has shown in his book, it had been very difficult for the first troupe’s members to obtain a passport to leave Japan, because Japanese public servants did not want them to , in their mind, « taint » Japan’s public image. The names « Imperial Troupe » or « Royal Troupe » were managers inventions, not a sign for public authorities’ support. Later in the 19th century, ambassadors and other Japanese public servants abroad will at all cost try to avoid any contact with Japanese entertainers.

 

Réponse à la réponse de M. Goto-Jones

[An English version of this text is available on this blog]

Il y a quelques temps j’ai écrit un compte-rendu sévère et franc du livre de Chris Goto-Jones, Conjuring Asia. Magic, Orientalism, and the Making of the Modern World (Cambridge University Press, 2016), sur le site internet newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

J’ai découvert il y a deux jours que le site a aussi publié une réponse de M. Goto-Jones à ma recension. Comme l’éditeur du site ne m’a pas averti de cela, que le texte de Goto-Jones est long de presque 3.000 mots alors que les consignes éditoriales que j’avais reçues de newbooks.asia imposaient une limite de 1400 mots aux compte-rendus, je me sens plus à l’aise de publier ma réponse aux critiques de Goto-Jones ici, sur ce carnet.

Comme je voudrais essayer de ne pas lasser le lecteur, je vais résumer les critiques les plus importantes que j’adresse au livre. Je le trouve mauvais parce que, à mon sens, Goto-Jones a étudié un groupe de magiciens, leurs pratiques et leur inscription dans le phénomène de l’orientalisme sans exploiter toutes les sources qui sont à la disposition des chercheurs, sans chercher réellement à étudier quelle était la réception publique de ces spectacles, c’est-à-dire sans multiplier les points de vue, et enfin sans analyser les conditions matérielles et sociales de leur organisation. Il me semble que ces carences rendent ses résultats peu intéressants et ne peuvent mener à une bonne étude historique.

Ma critique de la partialité de ses recherches de sources se veut d’autant plus forte  que je regrette que Goto-Jones n’ait absolument pas exploité les ressources électroniques des bibliothèques et centres d’archives du monde entier, alors que leurs efforts de digitalisation ont dramatiquement changé notre accès aux sources. Dans son livre, Goto-Jones a complètement raté cette révolution de la recherche historique.

J’en profite ici pour signaler un autre type de documents ignorés par Goto-Jones. Alors que son livre est illustré de 14 images, il n’offre aucune analyse de ces documents: ils ne sont là que pour leur effet décoratif.

Ces remarques concernent la 2e partie du livre de Goto-Jones, qui, il a raison dans sa réponse sur ce point, m’intéressait plus que la première, et donc m’a plus déçu. Quant à la première partie de son livre, ma seule critique était qu’elle aurait pu être plus courte avant d’arriver à sa conclusion de 3 mots et deux signes « magic = illusion + glamour ».

Comme Goto-Jones me reproche d’avoir été distrait et de ne pas avoir vu que cette citation n’était pas de lui, je reproduis ici en son entièreté le paragraphe qui conclut la première partie du livre (p. 98):

In sum, as its base, good modern magic is the artistic and nonharmful performance of apparent counter-physical supernatural causation, resting on the honesty of its pretence amidst a shared complicity in the denial of that pretence. This is not a million miles from Sam Sharpe’s concise definition: magic = illusion + glamour.

Je trouve que Goto-Jones ne manque pas d’audace quand il me reproche d’avoir répété sa propre figure de rhétorique. Il fait bien sienne la formule de Sharpe: sans guillemets, elle ferme son chapitre. J’avais écrit dans mon compte-rendu « it [is] not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’ ». Il semble que j’aurais dû préciser que cette conclusion avait été atteinte en 1975, ce qui rend la longueur de ce chapitre encore plus pesante.

Remarques de moindre importance
  1. Je trouve que Goto-Jones a déformé plusieurs de mes propos dans sa réponse. Je laisse les lecteurs intéressés se forger leur propre opinion en lisant le tableau comparatif suivant:
Ce que j’ai écrit Ce que Goto-Jones a lu
The first part of the work consists of a long and repetitive attempt at offering a ‘theory of modern magic’, and this reviewer hopes that he will be forgiven for thinking it not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’. 20 pages should have been more than enough. Instead, he glosses these chapters with the suggestion that my conclusion is that modern ‘magic = illusion + glamour’ (p. 98), noting that he finds this conclusion uninteresting.
It is possible that the review in Le Figaro was a paid advertisement in the guise of a critic but this French article, easily available on the French National Library’s website, Gallica,[i] proves beyond doubt that Soo presented himself successfully from the start as an authentic Chinese person, contrary to what Goto-Jones thinks. Quite correctly, D’Hautcourt then casts doubt on the reliability of the review that he found (noting that performers often placed their own paid reviews in newspapers to boster ticket sales), but then claims that this doubtful review ‘proves beyond doubt’ that Robinson’s performance was a success.
He writes that ‘Aside from the formal delegations, state-sanctioned troupes of performers left Japan in the 1860s’ (Goto-Jones misrepresents the results Frederik Schodt presented in his beautiful book Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe, Berkeley: Stone Bridge Press, 2012). Nothing can be further from the truth: before the Meiji reform, the magician/ jugglers were hinin, members of a pariah class, and, for years, Japanese officials did their utmost to distance themselves and the official image of Japan from these migrant artists. Concretely, he asserts that ‘nothing can be further from the truth’ than my contention that Japanese magicians travelled to Europe and North America and performed there on formal occasions in the 1860s, hence representing ‘Japanese magic’ to Western audiences.

A propos de ce dernier paragraphe sur les magiciens japonais, Goto-Jones m’a vraiment mal lu, et toutes ses considérations dans sa réponse sont nulles et non avenues.

2. Comme Goto-Jones ne comprend pas pourquoi je trouve qu’il a mal cité le livre de Schodt, je reproduis ici un extrait des p. 271 et 272 de son livre:

As it happens, Japan was fully aware that its image in the west was somewhat confused, after centuries of relative isolation. Hence, during the second half of the nineteenth century it engaged in a concerted effort to (re)build its national identity through cultural exchange. Aside from the formal delegations, state-sanctioned troups of performers left Japan in the 1860s. Perhaps the most famous of these were the Imperial Japanese Troupe, which set off east to the United States, and the japanese Troupe, which travelled west to Europe in 1867, followed [/272] by the Royal Tycoon Troupe, which headed into Asian and Oceania. [[18]]

[[footnote 18]] The story of the Imperial Japanese Troupe is recounted in great detail by Frederik Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. Berkeley: Stone Bridge Press, 2012

Le problème ici, comme je le dis dans mon compte-rendu, est que ces troupes de jongleurs/acrobates/musiciens n’avaient aucun rapport avec les autorités publiques du Japon (c’est une erreur de les qualifier de « state-sanctioned ») malgré leurs noms de « Royal » ou « Imperial ». En outre, Schodt étudie longuement et précisément dans son livre les difficultés que les membres de la « Imperial Japanese Troupe » ont rencontrées pour obtenir un passeport, car les fonctionnaires japonais ne voulaient pas que l’image du Japon soit, à leurs yeux, affectée par ces bateleurs (j’ajoute, issus d’une classe de pariah, les hinin).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Réponse à la réponse de M. Goto-Jones ». Publié sur Acrobates japonais en France le 07/11/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1247.

Liens du mois (octobre 2017)

 

Le Japon dans l’Encyclopédie

Pour écrire mon billet précédent sur le nouveau site ENCCRE, j’ai aussi procédé à un petit dépouillement sur le thème du Japon. Cela ne mène pas immédiatement à des résultats significatifs, mais voici le fruit de cette recherche rapide. Peut-être cela intéressera-t-il quelqu’un.

Une recherche « Japon » donne « 348 » résultats:

  • articles (341)
  • explication de planche (5)
  • articles omis (1)
  • textes d’escorte (1) [= index]

La plupart de ces articles concernent la géographie, l’histoire, le commerce, la botanique ou la religion, mais je signale les mentions du Japon dans les articles Aveugles (Hist. mod.), BIBLIOTHEQUE, DESPOTISME (Droit polit.), FANATISME (Philosophie.), JAPONOIS, Philosophie des (Hist. de la Philosophie.), KASIEMATZ (Hist. mod. mœurs.), Luxe, MOXA (Hist. nat. Médec. & Chirurg.), …

La recherche « Japonois » donne 86 résultats, « Japonnois » 19 (L’orthographe « Japonais » n’est pas utilisée du tout). J’attire l’attention sur les articles Inspecteur de manufactures (Commerce & Finances.), Noblesse (Jurisprud.), Pié (Orthopédie.) (un exemple de confusion entre Chine et Japon), SOUI, ou SOI (Cuisin.).

La recherche « Japonoise » donne 3 résultats, « Japonnoise » 2 [dont PUDEUR (Morale.)], « Japonoises » 2 [dont FARD (Art cosmétique.)], « japonnoises » ne mène qu’à IMPOT (Droit politiq. & Finances.).

Pour le plaisir, voici la planche « Alphabets japonois »:

Alphabets japonois; Encyclopédie Pl. XXIV; Planches tome II (1763). Merci ENCCRE: Les vues numérisées de l’exemplaire coté 2° 3442 de la Bibliothèque Mazarine, également accessibles via la bibliothèque numérique Mazarinum, sont mises à disposition sous Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France Licence Creative Commons [[1]]

Cette planche contient trois alphabets différens de la langue japonnoise. Le premier, appellé Firo-canna, & le second catta canna, sont communs aux Japonnois en général & en usage parmi le peuple. L’alphabet iamatto canna ou plutôt jamatto canna, n’est en usage qu’à la cour du Dairi, ou de l’empereur ecclésiastique héréditaire ; il est ainsi appellé de la province de Jammasiiro où est situé Miaco, résidence de ce prince.

 

[[1]] Ajout du 26 octobre 2017

Sur cette licence et sa valeur, on lira avec intérêt le blog SavoirsCom1, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert mérite mieux qu’un Copyfraud ! (26 octobre 2017). (Merci au Facebook Calimaq Silex pour cette information)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Le Japon dans l’Encyclopédie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1193.

Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie)

ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie) a été mise en ligne le 19 octobre 2017 par l’Académie des Sciences. Elle a été conçue et coordonnée par Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis, Irène Passeron et Alain Cernuschi (AMIA).

Le site est très beau et facile à utiliser; on peut aisément y faire des recherches dans tout le texte de l’Encyclopédie.

Une recherche « Acrobate » ne donne rien; une recherche « Acrobates » donne les deux résultats suivant:

D’abord, un article que je reproduis en entier:

ACROBATES, s. m. (Hist. anc.) espece de danseurs de corde. Il y en avoit de quatre sortes : les premiers se suspendant à une corde par le pié ou par le col voltigeoient autour, comme une roue tourne sur son essieu ; les autres voloient de haut en bas sur la corde, les bras & les jambes étendus, appuyés simplement sur l’estomac ; la troisieme espece étoient ceux qui couroient sur une corde tendue obliquement, ou du haut en bas ; & les derniers, ceux qui non-seulement marchoient sur la corde tendue horisontalement, mais encore faisoient quantité de sauts & de tours, comme auroit fait un danseur sur la terre. Nicéphore, Grégoras, Manilius, Nicétas, Vopiscus, Symposius, font mention de toutes ces différentes especes de danseurs de corde. (G [=Mallet])

Ensuite, une mention, en compagnie d’autres mots grecs, dans l’article « Danseur de corde, (Art.) », vol. IV (1754), p. 629b–630a ( « Article de M. le Chevalier de Jaucourt »).

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire les réflexions de la moitié finale de l’article:

Bien des gens ont de la peine à comprendre quel plaisir peut donner un spectacle qui agite l’ame, qui l’importune avec inquiétude, qui l’effraye, & qui n’offre que des craintes & des allarmes ; cependant il est certain, comme le dit M. l’abbé du Bos, que plus les tours qu’un voltigeur téméraire fait sur la corde sont périlleux, plus le commun des spectateurs s’y rend attentif. Quand ce sauteur, ce voltigeur fait un saut entre deux épées prêtes à le percer si dans la chaleur du mouvement son corps s’écartoit d’un point de la ligne qu’il doit décrire, il devient un objet digne de toute notre curiosité. Qu’on mette deux bâtons à la place des épées, que le voltigeur fasse tendre sa corde à deux piés de hauteur sur une prairie, il fera vainement les mêmes sauts & les mêmes tours, on ne dédaignera plus le regarder, l’attention du spectateur cesse avec le danger.

D’où peut donc venir ce plaisir extrème qui accompagne seulement le danger où se trouvent nos semblables ? Est-ce une suite de notre inhumanité ? Je ne le pense pas, quoique l’inhumanité n’ait malheureusement que des branches trop étendues : mais je crois avec l’auteur des réflexions sur la Poésie & sur la Peinture, que le plaisir dont il s’agit ici est l’effet de l’attrait de l’émotion qui nous fait courir par instinct après les objets capables d’exciter nos passions, quoique ces objets fassent sur nous des impressions fâcheuses. Cette émotion qui s’excite machinalement quand nous voyons nos pareils dans le péril, est une passion dont les mouvemens remuent l’ame, la tiennent occupée, & cette passion a des charmes malgré les idées tristes & importunes qui l’environnent. Voilà la véritable explication de ce phénomene, & pour le dire en passant, de beaucoup d’autres qui ne semblent point y avoir de rapport ; comme par exemple de l’attrait des jeux de hasard, qui n’est un attrait que parce que ces sortes de jeux tiennent l’ame dans une émotion continuelle sans contention d’esprit ; en un mot, voilà pourquoi la plûpart des hommes sont assujettis aux goûts & aux inclinations qui sont pour eux des occasions fréquentes d’être occupés par des sensations vives & satisfaisantes. Vous trouverez ce sujet admirablement éclairci dans l’ouvrage que j’ai cité, & ce n’est pas ici le lieu d’en dire davantage.

« Jongleur » conduit à JONGLEURS  (Littérat.) et Jongleur (Divination).

Voici le début de cet article, relativement long:

Jongleur, (Divination) magiciens ou enchanteurs fort renommés parmi les nations sauvages d’Amérique, & qui font aussi parmi elles profession de la Médecine.

« Jongleurs » mène à plusieurs articles de littérature, mais aussi à SCHAMANS (Hist. mod.) (voir ci-dessous) et à TAY-BOU-TO-NI, (Hist. mod.), que je reproduis:

TAY-BOU-TO-NI, s. m. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans du Tonquin[[1]] donnent à des jongleurs, ou prétendus magiciens, qui, au moyen de quelques charmes, persuadent au peuple qu’ils peuvent guérir toutes sortes de maladies ; leur maniere de procéder à la guérison d’un malade, est de danser autour de lui, en faisant un bruit horrible, soit avec une trompette, soit avec une espece de tambour, soit avec une clochette, &c. & en proférant des paroles mystérieuses pour conjurer les démons, auprès desquels ils prétendent avoir beaucoup de crédit.

L’article « Schamans » m’a fait repenser à l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau que j’avais étudiée dans des entrées de carnet précédentes.

SCHAMANS, s. m. pl. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans de Sibérie donnent à des imposteurs, qui chez eux font les fonctions de prètres, de jongleurs, de sorciers & de médecins. Ces schamans prétendent avoir du crédit sur le diable, qu’ils consultent pour savoir l’avenir, pour la guérison des maladies, & pour faire des tours qui paroissent surnaturels à un peuple ignorant & superstitieux : ils se servent pour cela de tambours qu’ils frappent avec force, en dansant & tournant avec une rapidité surprenante ; lorsqu’ils se sont aliénés à force de contorsions & de fatigue, ils prétendent que le diable se manifeste à eux quand il est de bonne humeur. Quelquefois la cérémonie finit par feindre de se percer d’un coup de couteau, ce qui redouble l’étonnement & le respect des spectateurs imbécilles. Ces contorsions sont ordinairement précédées du sacrifice d’un chien ou d’un cheval, que l’on mange en buvant force eau-de-vie, & la comédie finit par donner de l’argent au schaman, qui ne se piquent pas plus de désintéressement que les autres imposteurs de la même espece.

J’ai donc procédé à une nouvelle recherche sur le mot employé par Rousseau. « Charlatan » donne 51 résultats [dont CHARLATAN, (Medecine.)]; apparemment aucun ne concerne le Japon. J’ai ainsi découvert ce synonyme:

SALTIMBANQUE, s. m. (Maladies.) synonyme à charlatan, empirique. Voyez l’un & l’autre.

« Charlatans » donne 80 résultats. Parmi ceux-ci, PERLE (Hist. nat.) mentionne aussi le Japon, mais sans rapport avec les charlatans.

On peut aussi lire l’article général:

* CHARLATANNERIE, s. f. c’est le titre dont on a décoré ces gens qui élevent des treteaux sur les places publiques, & qui distribuent au petit peuple des remedes auxquels ils attribuent toutes sortes de propriétés. Voyez Charlatan. Ce titre s’est généralisé depuis, & l’on a remarqué que tout état avoit ses charlatans ; ensorte que dans cette acception générale, la charlatannerie est le vice de celui qui travaille à se faire valoir, ou lui-même, ou les choses qui lui appartiennent, par des qualités simulées. C’est proprement une hypocrisie de talens ou d’état. La différence qu’il y a entre le pédant & le charlatan, c’est que le charlatan connoît le peu de valeur de ce qu’il surfait, au lieu que le pédant surfait des bagatelles qu’il prend sincerement pour des choses admirables. D’où l’on voit que celui-ci est assez souvent un sot, & que l’autre est toûjours un fourbe. Le pédant est dupe des choses & de lui-même ; les autres sont au contraire les dupes du charlatan.

Cette petite recherche lexicologique n’a pas permis de mieux identifier la source de l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau pour décrire le tour de magie de la corde, qu’on fait en général venir d’Inde ou de Chine, mais elle permet d’ajouter un sens médical au passage du philosophe et à sa description d’un spectacle de rue en Orient.

[[1]] Le Tonquin dans l’Encyclopédie est la région entre l’Inde et la Chine.

PS: Merci aux piliers du bistrot de Wikipédia grâce auxquels j’ai découvert si rapidement ce nouveau site. Il vaut la peine d’aller lire leur discussion.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1189.

Monument de Wahpeton: victimes de la foudre

Comme annoncé, je continue à présenter des monuments publics en rapport avec le cirque. Cette fois, nous quittons l’Europe et allons aux États-Unis.

Dans le Dakota du Nord, dans la petite ville de Wahpeton, on peut voir un monument érigé en mémoire de deux hommes morts victimes de la foudre alors qu’ils aidaient à monter la tente d’un cirque Ringling Brothers en 1897. Le spectacle s’est donné le soir malgré cet incident tragique: « The show must go on« .

The pioneer express (Pembina, Dakota [N.D.]) 18 juin 1897, p. 2 (Image provided by State Historical Society of North Dakota)

Killed by lightning

Wahpeton, N.D., June 12 – Lightning struck the main tent of the Ringling Bros.’ circus, killing two men and injuring three.

Traduction ADH: Wahpeton, Dakota du Nord, 12 juin. La foudre a frappé la tente principale du cirque Ringling Bros., faisant deux morts et trois blessés.

Le monument est en granit [1]; il a été financé par une souscription entre travailleurs du cirque. Il fait « six pieds de haut ». Il est construit dans un cimetière, parfois appelé « Bohemians cemetery ». Le cimetière n’est pas clôturé, et on peut voir le monument depuis la route qui le longe.

The Hope pioneer (Hope, N.D.) 14 octobre 1897, p. 1. Image provided by: State Historical Society of North Dakota

Ringling Brothers, the famous circus men, have erected an elegant monument, costing $ 500, at Wahpeton, to the memory of the men killed there last summer. The Ringling are made of the right material and make friends wherever they go.

Traduction ADH: Les Ringling Brothers, ces fameux circassiens, ont fait ériger un élégant monument, qui a coûté 500 $, à la mémoire des hommes morts l’été dernier. Les Ringling sont des gens bien et ils gagnent des amis partout où ils vont.

Cette mention dans le journal semble montrer que le monument n’est pas dénué d’intention publicitaire.

Carte postale, 1909, montrant le Circus Monument de Wahpeton. ( Institute for Regional Studies, North Dakota State University, Fargo (2000.509.195)

Le monument représente à sa base un chapiteau de cirque miniature, surmonté d’un poteau fendu et détruit par la foudre, sur lequel on peut voir les chaines, poulies et cordes utilisées pour dresser la tente. Un petit relief sur le chapiteau miniature montre un maillet et un grand clou, les deux outils nécessaires pour maintenir le chapiteau en place. Le poteau serait une réplique du mat de cirque en bois original après qu’il a été touché par la foudre.

Une inscription donne les noms des deux victimes et la précision suivante:

« Erected by the employees of Ringling Bros. Circus »

Le texte de la carte postale reproduite ci-dessus est intéressant, car il montre que le document faisait l’objet de discussions encore 10 ans après son érection.:

Dear Mother: I send you the pitcher of the monument theat I said I seen. Mary Lausten

Traduction ADH: Chère Mère. Je t’envoie la fautau du monument ch’t’ai dit qu’j’ai vu. Mary Lausten

Bibliographie/ sitographie

[1] Granite: Atlas Obscura. Les participants au podcast de KFGO (2017) parlent plutôt de béton (« concrete »); je n’arrive pas à distinguer la nature de la pierre sur les photos..

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Monument de Wahpeton: victimes de la foudre ». Publié sur Acrobates japonais en France le 13/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1153.

Liens du mois (Septembre 2017)

Chloe Bennet said she had changed her name from Chloe Wang because Hollywood is “racist” and would not cast her in roles because of her surname.

  • Cahiers d’histoire 135 (2017): L’Exposition internationale de 1937
  • Naoko Wake, c.r. de Inouye, Karen M., The Long Afterlife of Nikkei Wartime Incarceration, H-FedHist, H-Net Reviews (septembre2017)
    URL: https://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=49218
  • The Phoenix Papers 3, 1 (Septembre 2017) (« a journal of fandom and neomedia studies ») (beaucoup d’articles sur le cosplay et son histoire)
  • L. Gonzalez, Quand Paris était le bordel de l’Europe, Mondes sociaux (Carnet Hypothèses) (4 septembre 2017)
  • E. Meyer, c.r. d’Antonella Romano, Impressions de Chine : l’Europe et l’englobement du monde (XVIe-XVIIe siècle), Les recensions de l’Académie, Académie des sciences d’outre-mer (septembre 2017)
  • Paul Stapleton, Hong Kong’s lesson in accountability for Japan’s ailing universities, The Japan Times (13 septembre 2017) (un article intéressant, mais, me semble-t-il, un peu vain, puisqu’il ne mentionne qu’à la fin, en passant, le problème fondamental et principal du rôle des universités dans la société japonaise; leurs fonctions actuelles et leur place dans le système social japonais les rendent incapables d’être compétitives dans les classements universitaires internationaux. Cela fait réfléchir sur la valeur de ces listes et l’impact que celles-ci devraient ou ne devraient pas avoir. Évidemment, c’est aux Japonais et à eux seuls de déterminer clairement leurs priorités et de définir leur politique éducative)

  • https://ukiyo-e.org/ : moteur de recherches par mots clefs ou par images sur les estampes japonaises; 223. 118 estampes répertoriées au moment où j’écris.
  • Léo Pajon, Gauguin – Voyage de Tahiti : la pédophilie est moins grave sous les tropiques, Jeune Afrique (21 septembre 2017)
  • le beau catalogue de l’exposition « Too Pretty to Throw Away: Packaging Design from Japan » [Japanmuseum Sieboldhuis, Leiden (Juin-aout 2016), Manggha Museum of Japanese Art and Technology, Cracow (Novembre 2016 – février 2017) et Asia and Pacific Museum in Warsaw (Mai – septembre 2017)] est disponible en ligne

Forains morts pour la patrie

Le hasard des conversations sur la liste électronique des carnetiers Hypothèses m’a fait découvrir une merveilleuse base de données des monuments aux morts en France et en Belgique: http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/. J’y ai trouvé deux monuments aux morts liés aux spectacles de rue et au cirque.

Le premier se trouve à Bruxelles, plus exactement à Anderlecht. Il s’agit d’un monument « Aux forains morts glorieusement pour la patrie ». Son iconographie est assez unique : un pierrot y tient de la main droite un masque, de la gauche un glaive. Le monument est bien mis en valeur au centre de la place dite Square de l’aviation (voir les belles photos en cliquant sur le premier lien ci-dessous). Il est l’œuvre du sculpteur Victor Voets, qui semble s’être spécialisé en monuments aux morts. Il est notamment l’auteur d’un autre monument honorifique exceptionnel de Bruxelles, le monument au Pigeon soldat. Si le monument aux forains est remarquable par son iconographie, il faut noter que celle-ci fait plus penser au théâtre qu’au monde des forains et du cirque ; elle est peut-être paradoxale en ce qu’elle élève ceux qu’elle veut honorer par une représentation qui ne leur est pas pertinente.

« malgré la souffrance et la mort, les forains firent leur possible pour entretenir le moral des autres soldats, pour les faire rire. Mourir de rire… Expression qui appelle à l’oreille ce qui là-bas souvent se confondait avec la réalité. La mort et le rire. Éternel conflit du burlesque et du tragique. Il atteignait là-bas son intensité sublime. Et quand la mort frappait, quand le sacrifice attendu se consommait, le visage du forain belge gardait une sérénité souriante, bel et encourageant exemple, présage et semence de victoire. Et c’est grâce à cela Pierrot sans masque, Pierrot ardent et calme, Pierrot charmant et grave, Pierrot armé, c’est grâce à cela que ton glaive est couronné de lauriers ».

(Fragment des discours entendus lors de l’inauguration du monument en 1924, recopié depuis http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/monument/4261/anderlecht-place/)

Une analyse rapide de l’onomastique des défunts honorés ne permet pas d’y retrouver des forains étrangers ou descendants d’étrangers.

Couverture du Patriote illustré, 3 février 1924
(Trouvée sur le site internet du Cercle d’Archéologie, Folklore et Histoire d’Anderlecht asbl)

Le deuxième monument se trouve en France, à Rouen. Il est aussi spectaculaire. Au centre d’une petite volée d’escaliers, une paire de lions tirent un char sur lequel est assise une femme ailée (la Gloire) ; elle tend le bras droit vers le haut et brandit une couronne de laurier; de la main gauche, elle soutient un poilu inanimé étendu sur ses genoux. Une petite colonnade semi-circulaire entoure la statue principale; elle est surmontée d’une inscription et de deux bas-reliefs. Celui de gauche montre le départ déchirant du soldat et ses adieux à sa famille devant une roulotte où l’on distingue un singe. Celui de droite donne à voir le retour glorieux du soldat et l’accueil triomphal qu’on lui fait  (une roulotte y figure aussi). Ce monument est l’œuvre d’un sculpteur lui aussi spécialisé en monuments patriotiques, mais également politiquement engagé, puisque Maxime Real del Sarte est fameux pour ses sculptures, beaucoup réalisées après avoir perdu une main au combat, mais aussi pour son rôle dans les Camelots du roi, une association proche de l’Action française. Pour ce monument-ci, les forains sont représentés plus directement que dans le monument bruxellois, mais pas dans l’exercice de leur art. C’est leur cadre de vie, les roulottes, qui les identifie.

Il est aussi possible que les lions allégoriques du char de la Gloire soient une allusion aux animaux de cirque, aux ménageries foraines.

Maquette du monument des forains [morts pour la patrie] par M. Real del Sarte : [photographie de presse] / [Agence Rol]; Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (1026); http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531100625; domaine public

On soulignera finalement que les deux monuments sont encore vivants, en ce sens qu’ils sont associés au moins une fois par an à une grande foire de la ville où ils se dressent, la Foire du Midi de Bruxelles et la Foire Saint Romain de Rouen. Des cérémonies les associent ainsi étroitement à la profession et l’actualité de ceux qu’ils honorent.

Dans un prochain billet, je présenterai brièvement d’autres monuments publics en l’honneur de forains ou de gens du cirque. Si vous en connaissez ou avez des suggestions, je serai très heureux de lire vos commentaires.

Liens utiles pour mieux voir le monument de Rouen, que je ne peux mieux illustrer ici par respect du droit d’auteurs
Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Forains morts pour la patrie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 21/09/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1119.

Liens du mois (août 2017)

Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero

Gene Luen Yang est un auteur de bandes dessinées américain d’origine chinoise dont le travail m’intéresse beaucoup, car il explore avec talent et humour des thèmes liés à l’identité et l’histoire des immigrés chinois aux États-Unis et de leurs descendants.

Avec Sonny Liew au dessin, dans la série The Shadow Hero, il a redonné vie à The Green Turtle un super-héros imaginé en 1944, qui aide les Chinois à combattre contre l’envahisseur japonais. Ce super-héros a été créé par un des premiers artistes sino-américains de comics, Hing Chu. Comme ses aventures se sont vite arrêtées, leur auteur n’a pas eu le temps de vraiment développer le caractère du personnage. Cela permet à Yang et Liew de placer sa naissance et la fabrique de son identité dans le milieu des immigrants chinois de la Chinatown de San Francisco pendant l’entre-deux-guerres.

J’ai donc eu le plaisir de découvrir qu’ apparaissent dans cette histoire des personnages familiers aux lectrices de ce carnet:

  1. le méchant de l’histoire, nommé Ten Grand, arrive en Amérique avec sa famille, attirée par la promesse de faire fortune rapidement. Son père est assassiné par un Américain caucasien peu de temps après leur arrivée, et lui-même ne survit qu’en dormant dans les rues et volant sa nourriture. Il se joint à une bande d’orphelins chinois: le jour, ils gagnent leur vie par des spectacles d’acrobatie et de jonglerie en rue (p. 124, case 2); la nuit, ils volent les « gwailo » (« les Blancs »).
  2. Le quartier général de Ten Grand se trouve dans un casino clandestin caché à l’intérieur d’un rocher dans la baie de San Incendio (=San Francisco): le « Palace of forbidden fortunes », de style pseudo-chinois.

Casino clandestin dans The Shadow Hero, fond d’écran disponible sur le site internet de l’éditeur français du livre, Urban China.

The Green Turtle y découvre le maire et le commissaire en chef de la ville attablés dans la salle principale. Ils sont accueillis par « l’empereur »:

p. 102 (on peut en voir un aperçu ici: https://itunes.apple.com/us/book/the-shadow-hero-5)

Case 1: All hail Emperor Ten Grand (Gong)

Case  2: What is this ?! What are you foreign devils doing in the Palace of forbidden Fortunes ?! How dare you defile my sacred home ?!

Case 3: Maire de la ville: « Foreign devils! » Ha ha ! I love that !

Case 4: For this violation of my imperial edicts, I sentence you to … a night enjoying my many games of chance !!! Should you lose, you shall bring shame upon your ancestors ! But should you win —

Case 5 — you shall leave here with my treasure filling your pockets !

Case 6: And rest assured the depth of my treasure are inscrutable !!! May the gods of luck smile upon you tonight !

Case 7: The Green Turtle: You’ve got to be kidding me

Par sa position sur une scène, ses vêtements, son langage ampoulé, ses acolytes et le décor de gong et de colonnes décorées de dragons, l’ « empereur » ressemble à un artiste de music-hall. Cette impression se confirmera quelques pages plus tard quand The Green Turtle qui l’a enlevé l’apporte au bureau du policier intègre de la ville (« Detective Lawful ») (p. 117). Celui-ci lui arrache sa moustache et l’identifie comme « Moe Bender », « voleur par nécessité, acteur par vocation ».

p. 117

case 4- Lawful : (…) Whatcha doin’, Moe ? The Chinese can’t find a Chinese to play Fu Manchu ?

Bender: Fu Man — ? I beg your pardon !

case 5: I am the personal stand-in of the notorious Ten Grand, mastermind of the San Incendio underworld ! The audience has doubled — nay, tripled ! — since I accepted the role ! Such is the enormity of my talent — I’ve out-chinked the Chinks !

Moe Bender se vante d’être plus chinois que les Chinois, et s’il n’est pas magicien, cela rappelle la rivalité entre Chung Ling Soo (nom de scène de William Ellsworth Robinson) et Ching Ling Foo (nom de scène de Zhu Liankui). L’ironie ici repose dans le fait que le personnage chinois, The Green Turtle, n’identifie pas l’imposture alors que le détective caucasien reconnaît immédiatement qu’il n’a pas affaire à un Chinois; inversement, Chung Ling Soo se faisait passer avec succès pour un authentique Chinois auprès du public des music-halls d’Europe et d’Amérique.

Pour conclure rapidement, les acrobates et l’artiste de music-hall pseudo-chinois sont des personnages tout à fait secondaires de la bande dessinée The Shadow Hero, mais ils servent utilement, efficacement et avec humour, d’accessoires de contexte historique.

Liens et bibliographie

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/08/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1067.

Liens du mois (juillet 2017)

Une plaque de Delft, beaucoup de confusion (et retour à Rousseau ?)

Alors que je feuilletais le beau catalogue de l’exposition Asia in Amsterdam : the culture of luxury in the Golden Age, éd. par Karina Corrigan, Jan van Campen, Femke Diercks (Amsterdam, 2015), mon attention a été attirée par l’objet suivant, parce qu’il me rappelle la gravure dont j’avais brièvement discuté lorsque j’avais présenté l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau:

Plaque murale de Delft, décor oriental, vers 1680; h 63.5 cm × l 92.0 cm × p 1.5 cm; Public domain [Libre de droits], copiée depuis https://www.rijksmuseum.nl/

La notice du catalogue précise que le peintre de cette plaque s’est inspiré pour sa composition de plusieurs gravures hollandaises, dont, pour l’homme en équilibre sur une perche de bambou, les rats et le panier percé à coups d’épée, de la gravure suivante:

Celle-ci provient de l’ouvrage de Johannes Nieuhof, Het Gezandtschap der Neêrlandtsche Oost-Indische Compagnie, aan den grooten Tartarischen Cham, den tegenwoordigen Keizer van China: (etc) , paru en 1665 et rapidement traduit en français, anglais, allemand et latin (Je reproduis ici des pages de l’édition en français parue en 1665 à Leyde):

Il se fait que la Bibliothèque nationale de France possède un manuscrit illustré lié à cet ouvrage (les exégètes débattent du rapport exact entre le manuscrit et le récit de voyage publié). On y trouve le dessin suivant:

 » [Johan Nieuhof]. « Journaal van zommige voorvallen, inde voyagie vande E. Heeren Pieter de Goyer en Jacob Keyser, ambassadeurs, aande grootmachtige keizer van Chyna en Tartaryen, inde jaaren 1655, 56 & 1657″, 1659 (229 p. et 81 dessins à la plume rehaussés de couleurs). »

On y reconnait un des personnages torse nu qui brandit des deux mains une pierre au-dessus de sa tête. Celui-ci a aussi été reproduit sur la plaque de Delft, par l’intermédiaire de la version imprimée du voyage de Nieuhof:

.Pour illustrer le fait que les dessins manuscrits de Nieuhof ont été retravaillés, recomposés, modifiés et complétés de différentes façons lors de l’impression de son récit de voyage, j’ajoute une deuxième gravure issue du dessin ci-dessus (ou d’un autre dessin similaire):

On voit que ces deux illustrations servent à illustrer des considérations sur les mendiants en Chine, séparées du récit concernant les bateleurs. La différence de contexte a été effacée par le peintre de la plaque de Delft, qui a réuni tous ces personnages en une seule scène et y a ajouté d’autres comparses, dont deux personnes à la coiffure et au vêtement japonais.

L’exemplaire manuscrit de Paris, sauf erreur de ma part, ne contient pas de dessin avec une scène de bateleurs, mais, à cause de la complexité des relations entre le manuscrit et les éditions imprimées, on ne peut en déduire que Nieuhof n’a pas vu de ses propres yeux ces spectacles, contrairement à celui des mendiants.

A cet exemple de confusion orientaliste entre Chine et Japon, entre mendiants et bateleurs, je voudrais ajouter un autre document visible sur le beau site du Rijksmuseum:

Wachthuis in Japan; Goochelaars en acrobaten [Poste de garde au Japon, Jongleurs et acrobates], Romeyn de Hooghe, 1682 – 1733; copié depuis https://www.rijksmuseum.nl; Public domain [libre de droits]

D’après le site internet du musée, il s’agit ici d’une gravure reproduisant deux images publiées pour la première fois séparément dans le livre de Simon de Vries, Curieuse aenmerckingen der bysonderste Oost en West-Indische verwonderens-waerdige dingen, deel 4, p. 1052 et p. 894 (Utrecht: J. Ribbius, 1682).

La réunion des deux illustrations en une seule planche fait partie de l’album Les Indes Orientales et Occidentales, et autres lieux réalisé par le graveur Romeyn de Hooghe, publié par Pieter van der Aa au début du XVIIIe s. C’est à ce moment qu’ont été ajoutés au texte en néerlandais les textes français, que je retranscris:

Bateleurs et bouffons

  1. Bateleur qui fait passer une corde par l’œil et le nez

  2. Qui se laisse passer par une corbeille

  3. Chaines à travers du corps

  4. Qui se hurtent la tête

  5. Cheval dressé

  6. Danse de rats

  7. Qui se brule la cervelle

  8. Autres bateleurs

  9. Arabe sur une colonne

  10. Course de deux chevaux

  11. Toutes sortes de Danseurs de corde

On notera qu’aucune nationalité ou ethnicité n’est donnée pour l’ensemble de l’image1, mais plusieurs de ces personnages sont directement recopiés depuis les illustrations chinoises montrées ci-dessus (je ne m’explique pas d’où vient l' »Arabe sur une colonne »). Toutefois, je pense que l’absence de textes explicatifs précis et la juxtaposition avec l’illustration de gauche, intitulée en français « Corps-de-garde des Japonnois » entraine la confusion et pousse à localiser tous ces acrobates ou artistes de rue au Japon, ce qui nous rapproche de l’expression de Rousseau « Charlatans du Japon ». Les gravures hollandaises qui illustraient les récits de voyages en Extrême-Orient ont ainsi servi, par leur utilisation, réutilisation, transformations, à créer un imaginaire occidental des saltimbanques orientaux, qui mêlait et entremêlait joyeusement toutes les nations d’Asie.

 


1 Ce n’était pas nécessaire dans la publication originale de Simon de Vries puisqu’il précisait bien qu’il parlait des Chinois et citait explicitement Johannes Nieuhof.

Une parution récente sur les catcheuses japonaises

Pour mémoire, je signale la parution du livre de Keiko Aiba, Transformed Bodies and Gender: Experiences of Women Pro Wrestlers in Japan (Osaka, 2017) (ISBN 978-4946428814).

A bon droit, me semble-t-il, Aiba définit le catch comme « un type de spectacle de scène basé sur des expressions empruntées au sport et à l’acrobatie avec des expressions empruntées  à la danse et au théâtre, qui adopte les valeurs du divertissement commercial » [[1]].

J’ai été un peu déçu que dans son chapitre « Histoire du catch féminin au Japon: d’un spectacle sexuel  à de « vrais combats » [[2]] (p. 42-52), Aiba ne fasse aucune mention des spectacles de sumo féminin, une partie des «misemono».

女相撲の力士 (1930) (Catalogue de l’exposition d’Osaka p. 40)

 

Poster pour le « Cirque de Sumo féminin » (女大相撲サーカス) (Date : ? Période Showa ?)

[[1]]  (p. 19) I define pro wrestling as a type of stage performance that is centered on expressions derives from sporting games and acrobatics in addition to expression derived from dancing and theatrical play, while having values of entertainment and commerciality.

[[2]] History of women’s pro wrestling in Japan from a sexual spectacle to a « real fight »

Liens du mois (juin 2017)