Exposition: Le Cirque Plume, l’éternité du saut périlleux

Je recopie l’information suivante depuis le site internet de la Saline royale:

Exposition du 28 juin au 25 octobre 2020

Le Cirque, art millénaire, art du présent, du temps immédiat est art du lien. Créateur d’étincelles et d’éveils partagés, tout est possible au cirque…la voie est libre. 

Cette année, la Saline royale a choisi de rendre hommage au monde du Cirque. Univers poétique et coloré revisité d’abord par de jeunes paysagistes concepteurs à travers 9 jardins éphémères, puis conté par Bernard Kudlak à travers une immersion dans l’univers onirique des circassiens du Cirque Plume.

Dans la grande berne une installation photographique nous plonge dans l’esprit du Cirque Plume au cours de ses 37 années de création artistique grâce à l’exposition Le Cirque Plume, l’éternité du saut périlleux. Une balade à travers différentes installations sonores, visuelles et lumineuses, à la découverte de photographies des spectacles et des scènes de vie commune de la Compagnie.
Commissariat : Bernard Kudlak.

Une deuxième exposition Destins de Cirque sera à découvrir à partir du 24 octobre 2020.

Liens du mois (avril-mai-juin 2020)

Voici quelques liens arrivés jusqu’à moi malgré le covid-19 et l’enseignement en ligne. Bonne lecture !

Liens du mois (février 2020)

廻り神楽. Kagura Troupe on the beat

Je sors sans doute de l’objet précis de ce carnet, mais je signale ce documentaire sur une troupe d’amuseurs itinérants après le tsunami de 2011.

Site officiel du documentaire: https://www.mawarikagura.com/.

On peut voir ce film le 11 février au Minpaku, le musée ethnologique d’Osaka.

Affiche pour la projection de 廻り神楽 au Minpaku.

Liens du mois (décembre 2019 – janvier 2020)

J’ai aussi le plaisir d’annoncer la parution du Volume I des « Tables rondes et colloques des musées de Châlons-en-Champagne (Virginia Verardi éd.): La place de l’artiste circassien de l’Antiquité à nos jours (ISBN 978-2-858510-412). On y trouvera mon petit article « Voltiges d’images: les acrobates japonais dans la fabrique du japonisme », p. 19-21.

Liens du mois (novembre 2019)

The CIT brings together sinology, art history and information studies to create the first thesaurus of Chinese iconography.
Traditionally considered a methodology rooted in European art history, iconography has been historically employed to index and access images related to Euro-American art. Because of the lack of alternative models for documenting non-western artefacts, Chinese art objects housed in European and North American collections have often been catalogued according to Eurocentric classifications. The CIT presents a unique opportunity to create an alternative classification scheme rooted in the specificity of Chinese visual culture and foster systematic comparison between Chinese and European art.

https://chineseiconography.org/

Par exemple, la recherche « acrobatics » donne les résultats suivant:

3.5.2.1.1 
performer (acrobatics)
3.5.2.1 
acrobatics
3.5.2.1.1.1 
magician
3.5.2.1.1.2 
animal tamer
3.5.2.1.3 
equestrian performance
3.5.2.1.6 
running a peep show
3.5.2.1.2 
dog pounding grains
3.5.2.1.4 
conjuring
3.5.2.1.5 
peep show box
Si l’on clique sur le premier de ces termes, on obtient les informations suivantes:

Term 3.5.2.1.1 藝人 (雜技)

yi ren (za ji)

performer (acrobatics)

Use for

艺人 (杂技)

雜耍藝人

百戲人

Le site permet déjà de retrouver quelques images associées aux termes de recherche, dans les collections de trois musées différents: le Victoria and Albert Museum, leMetropolitan Museum of Art et le National Palace Museum. Cette fonction va se développer, nous dit-on:

CIT aims to create an indexing standard that will facilitate access and inter-operability of Chinese digital images across collections.

Un bateleur, peinture chinoise, Victoria and Albert Museum · 137, https://chineseiconography.org/view/cit_O85577

Liens du mois (Septembre 2019)

Liens du mois (août 2019)

Vidéo de la table ronde : « La place de l’artiste circassien de l’Antiquité à nos jours »

Voici la vidéo de la table ronde : « La place de l’artiste circassien de l’Antiquité à nos jours » organisée au musée des Beaux-arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne le 14 octobre 2018, à laquelle j’avais eu l’honneur et le plaisir de participer.

Avec également :
• Adrien Bossard, Conservateur du Patrimoine spécialiste de la Chine, Administrateur du Musée départemental des arts asiatiques de Nice
• Zeev Gourarier, Conservateur général du Patrimoine, Directeur scientifique et des collections du Mucem
• Pascal Jacob, Historien du cirque, Directeur artistique du cirque Phénix et du festival mondial du cirque de Demain
• Bertrand Porot, Professeur des universités à l’Université de Reims et rattaché au Centre d’études et de recherches en histoire culturelle (CERHIC)
• Virginia Verardi, Conservatrice en chef du Patrimoine, Commissaire de l’exposition ACROBATES et Directrice des musées municipaux de Châlons-en-Champagne
• Anne Quentin, auteure, critique dramatique, journaliste spécialisée dans les politiques culturelles

Les diapositives Power Point de ma présentation sont disponibles ici.

Annonce de colloque: Japonisme on the Move: Travel, Migration, and Other Movements of People across Places

Merci H-Announce

Date:          Saturday October 5, 2019

Venue:        National Museum of Western Art, Tokyo

Organized by: The Society for the Study of Japonisme / National Museum of Western Art, 

                         Tokyo / Ebara Hatakeyama Memorial Foundation

Language:      Japanese or English (with simultaneous translation)

Purpose:        With the opening of Japan’s borders in the mid-nineteenth century, diplomats, oyatoi-gaikokujin[foreign advisors for the government], merchants and tourists began to visit the country. Describing in their journals and correspondences the cities, customs, craftsmanship and people they encountered during their journeys, these travelers also brought various craft objects home. At the same time, people moved from Japan to Europe and the United States, too, as businessmen, touring performers, students and migrants, each embodying the Other to the Western eyes. How did these intersecting human flows across the globe inform Japonisme? Shifting our focus to movements of people (from those of things, such as art and craft objects) will allow us to discover new and diverse sets of meanings in Japonisme from modern to contemporary periods. The 2019 edition of the Society for the Study of Japonisme International Symposium seeks to encourage in-depth study and discussion on this Japonisme shaped by travels and movements.

 

Program                                   

9:00–           Registration

9:30–9:40    Welcome Address  

MABUCHI Akiko, Chair, the Society for the Study of Japonisme and Director, the National Museum of Western Art 

NAKAMURA Hiroshi, Executive Director and Secretary-General, the Ebara Hatakeyama Memorial Foundation

 

Part I: Japan in Fantasy: Outgoing Information and the Japanese abroad  

Moderator: ENDO Nozomi 

9:40–10:00 

IDO Keiko, Professor, Komazawa Women’s University

“From Japan to the World: The Case of Nikko”

10:05–10:25

Phylis FLOYD, Associate Professor, Michigan State University

“Japanese Meishoand Popular Tourist Prints in the West”

 

 Break 

10:40–11:00

SUZUKI Junji, Professor Emeritus, Keio University

“Japanese residentsof France Involved in Horticultural Japonisme: HATA Wasuke and his Collaborators”

11:05–11:25

OCHIAI Momoko, Lecturer, Fukuoka University

“A Japanese Art Specialist in Germany Born in a Doctor’s Family in Akita: the Life and Works of HARA Shinkichi”

11:30–11:50

Wayne E. ARNOLD, Associate Professor, The University of Kitakyushu

“Henry Miller and Japonisme: Movement from Afar”

 

Lunch 

 

PartII: Fantasy Realized: Towards Japan

Moderator: ISHII Motoaki 

13:30–13:50

Monica BRAW, Writer

“Forerunner of Japonisme: the Swedish Botanist and Medical Doctor Carl Peter Thunberg and the Results of his Sojourn in Japan 1775–1776”

13:55–14:15

Stefano TURINA, Art Historian

“Japonisme on the Silk Thread: the Role of Italian Semai (Silkworm Eggs Merchants) in the Diffusion of Japanese Objects in Italy and Abroad (1859-1914)”

14:20–14:40

INAGA Shigemi, Professor, International Research Center for Japanese Studies, Professor, Post-Graduate University for Advanced Studies

“Émile Guimet and Félix Régamey Visit Japan in 1876–77”

 

Break 

 

15:00–15:20

Dov BING, Professor Emeritus, Waikato University, New Zealand

“Siegfried Bing & his Family: Jacob Samuel Renner, Michael Baer, Siegfried & August Bing, & Marcel Bing”

15:25–15:45

Gilles MASTALSKI, Instructor, Lycée français international de Tokyo

“The First Japoniste Painter from Central Europe in the Land of the Rising Sun: the Journey of Julian Fałat (1853–1929) in Japan and the Influence of Japanese Art and Aesthetics on his Works”

 

Break

 

16:10–16:55 Discussion

Moderator: IDO Keiko 

 

17:00 Close

 

Advance registration information (120 participants with free admission):

Please provide following details to the Society for the Study of Japonisme via email (japonisme@world-meeting.co.jp) or fax (+81-3-3341-1830) between September 10 and 28, 2019 (for the Society members and non-members)

  1. Your name
  2. Are you a member or non-member?
  3. Your email address or fax number

Passes will be mailed on first-come-first serve basis until the limit is reached. Registration status can be checked on our website. Your personal information will be used uniquely for communication regarding the symposium.

In  case you wish to be a member of the Society for the Study of Japonisme, study the website details to send us the demand for the submission.

 

Contact Info: 

e-mail: japonisme@world-meeting.co.jp

Fax: (81) 3-3341-1830

website:https://japonisme-studies.jp/en/

Contact Email: 

japonisme@world-meeting.co.jp

URL: 

https://japonisme-studies.jp/en/

Liens du mois (Juillet 2019)

The first country in South-America where circus arts has been included into the national registry of the Intangible Cultural Heritage.

Une vidéo intéressante de shishimai par Can Tamura, découverte grâce au blog Visual Anthropology of Japan

Le Japon dans les catalogues d’étrennes de la Samaritaine II (les années 20)

Voici la suite de notre examen des catalogues de la Samaritaine mis en ligne de belle façon par la Bibliothèque Forney. Nous avons cherché les occurrences d’acrobates ou de jongleurs, et surtout celles des mots « Japon » ou « japonais ». Les résultats n’ont rien de surprenant, mais offrent un instantané de japonisme populaire. Notons le dernier objet, la lampe de poche, exemple de production industrielle sans rapport avec l’image traditionnelle du Japon et, pour l’instant, exceptionnel dans nos listes.

1921

Acrobate, jongleur, cirque : /

Clown: 2 jouets; dont un clown à l’échelle

Clown à l’échelle et « Auto-patte »; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1921, mardi 7 décembre et pendant tout le mois, [Noël 1920-étrennes 1921]

Pour le Japon, Pongée du Japon pure soie (p. 27) et un prunier du Japon:

Petit prunier du Japon, dans un pot fantaisie garni de mousse

1924

Acrobate, jongleur: /

Cirque: un livre de la bibliothèque rose illustrée, Le Cirque « Piccolo »

Clown: p. 3, un jouet « Les voltigeurs » avec 2 ou 4 clowns

Japon: /; p. 10: un étui à cigarettes en laque japonaise, cadre nickelé, fermoir pression, 3 f 25; p. 11: une châtelaine … décor japonais ; p. 11: un rond de serviette ivoiriné, décor japonais; p. 24: tablier blouse

Châtelaine (…) Décors japonais; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1924. Merci Bibliothèque Forney

Rond de serviette, décors japonais; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1924. Merci Bibliothèque Forney

Tablier blouse pour fillette, forme très enveloppante (…) avec sujets japonais (…); La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1924. Merci Bibliothèque Forney

1927

acrobate, jongleur: /

Cirque: p. 9, un livre. Le Cirque Harry Koblan, 18 fr.

Clown: p. 3: le jouet « les voltigeurs », p. 4, dans la série « Les petits meubles des mutilés », quilles clowns; p. 6, clown équilibriste

Japon: p. 18, vase japonais (à côté de la Perle du Sérail), p. 11, étui à cigarettes en laque japonaise

Vases véritable faïence du Japon, style Satzuma, très riche décor personnages, rehaussé motifs or; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1927. Merci Bibliothèque Forney

 

Étui cigarettes en laque japonaise décorée (…). La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1927. Merci Bibliothèque Forney

1928

acrobate, jongleur, cirque: /

clown: p. 4, jouet « voltigeur infatigable », « Clown orchestre »; p. 8, livre « Clown« 

Japon: p. 17, brûle-parfums bronzé japonais très décoratif 12 fr , un coffret en laque du Japon (avec savon et extraits de parfum) 23 fr

Brûle-parfums bronzé japonais, très décoratif; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1928. Merci Bibliothèque Forney

Japonais: p. 7 lampe électrique de poche avec ampoule japonaise, p. 11: cabinet japonais, laque véritable, p. 12: broche barrette en or et plator avec perle japonaise, 135 fr.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Le Japon dans les catalogues d’étrennes de la Samaritaine II (les années 20) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 31/07/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2956.

Note de lecture: Artistes ou marginaux ? Les sasara de Shinano

L’article de Yuriko Yoshida, « Artistes ou marginaux ? Les sasara de Shinano », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 1029-1052. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-1029.htm est riche en informations sur le mode de vie, les droits et les revenus d’artistes de rue marginaux du Japon. Vu les diversités de statut et les variations géographiques, on ne peut pas projeter automatiquement ce que l’on sait des sasara sur les acrobates et jongleurs, mais l’article offre des considérations et des pistes de recherches qui pourraient être fructueuses. Dans les lignes qui suivent, je ne vais pas résumer tout l’article; je vais uniquement présenter certains points qui m’intéressent et pourraient servir pour des réflexions futures sur les acrobates et jongleurs: statut, payement, religion, lien avec les populations de paysans.

Les sasara étaient des artistes ambulants qui donnaient des spectacles de manzai: un chanteur de mélopées bénéfiques accompagné d’un joueur de petit tambour1. Ils faisaient du porte-à-porte lors des festivités de fin d’année.

Manzai, vers 1820. Estampe de Yashima Gakutei. Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4422754

Les sasara étudiés par Yoshida vivent sur les berges de rivières, le lieu par excellence de la marginalité au Japon, sans doute dans des conditions assez mauvaises.

Lorsqu’ils ne font pas de spectacles, ils cultivent des champs, qu’ils louent, et se livrent à la pêche. Leur source de revenus principale est les spectacles de manzai, mais ils vivent aussi du commerce des produits qu’ils vendent lors de leurs pérégrinations, par exemple des accessoires de parfum (p. 1034-1036) ou des objets en cuir (p. 1048).

Les sasara sont répartis en associations, qui ont l’exclusivité sur certaines zones géographiques. Yoshida donne ainsi l’exemple d’une zone de 1300 maisons situées dans 49 villages. Les sasara étaient payés en nature pour leurs prestations: du riz, des mochi et une boisson de saison. Les zones d’exclusivité pouvaient être vendues ou servir de gages pour des emprunts (p. 1036-1037).

Les sasara devaient accomplir des services pour les autorités locales ou régionales, par exemple la garde des prisons, faire des rondes dans leur village, ensevelir les défunts, assurer la sécurité des gens et des biens lors des incendies. Ils étaient payés en nature, par exemple une portion quotidienne de riz, pour ces corvées. Il y avait donc à la fois discrimination et coopération entre villageois et sasara. Ceux-ci aidaient aussi aux travaux agricoles (p. 1037-1038).

Ils étaient néanmoins soumis à toute une série d’interdictions et de contraintes sociales: ne pas se chausser de socques, ne pas ouvrir un parapluie, ne pas fumer la pipe dans le village, ne pas décorer leurs maisons lors des fêtes, ne pas porter des vêtements de soie, endogamie forcée (p. 1041-1042), interdiction de chasser le sanglier (p. 1048).

Sanctuaire Seki-Semimaru (Otsu, Préfecture de Shiga). Photographie par KENPEI, CC 表示-継承 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9284607

Les sasara recevaient des permis de prêcher du sanctuaire Seki-Semimaru (関蝉丸神社) d’Otsu (Kansai)2 lié au fameux temple Mii-dera, permis qu’ils se transmettaient de génération en génération sous condition de renouvellement lors de la fête annuelle du sanctuaire, ce qui impliquait un pèlerinage et le payement d’une redevance au sanctuaire. Ce permis n’avait pas une valeur officielle absolue, mais il favorisait une certaine liberté de mouvement pour les sasara, et le prestige du sanctuaire permettait parfois de régler à l’amiable des problèmes avec des autorités locales. Ce lien au sanctuaire pouvait parfois entrer en contradiction avec les corvées que certains sasara devaient effectuer dans leur village, car elles pouvaient relever des actions « impures » comme le traitement des cadavres. Les sasara devaient alors négocier avec les différentes parties, et le silence ou la dissimulation de certaines obligations locales était un outil de discussion avec leur temple tutélaire.


L’article de Yoshida fait partie d’un numéro des Annales consacré aux statuts sociaux au Japon (XVIIe-XIXe siècle). Ce dossier est introduit par une excellente présentation de G. Carré, « Les marges statutaires dans le Japon prémoderne : enjeux et débats », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 955-976. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-955.htm. Je relève, p. 964, l’expression qui me parait très propre:

«marginalité institutionnalisée» sous le régime shogunal.

Carré, p. 968, reprend à Nobuyuki Yoshida et Takeshi Tsukada l’analyse suivante de la constitution de la notion de statut à l’époque d’Edo, en trois éléments :

  • le métier (shokubun 3 ) autrement dit «la nature de la propriété et de la gestion de l’activité professionnelle» ainsi que «la position occupée dans la division du travail»;
  • l’organisation communautaire comme entité «garantissant collectivement la propriété et le mode de gestion de l’activité professionnelle»;
  • le «service» (yaku) en tant qu’«accord pour une détermination officielle de la place dans la société».

Dans le même numéro, on trouve un autre article intéressant sur les hinin et leurs activités: Tsukada Takashi, « Les religieux mendiants d’Ôsaka durant la période prémoderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 1053-1077. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-1053.htm

  1. À ne pas confondre donc avec le manzai actuel, des duos de comiques qu’on peut voir et entendre à la télévision notamment. []
  2. Site internet officiel du sanctuaire, en japonais; apparemment, aucune mention des sasara n’y est faite. Voir S. Matisoff, The Legend of Semimaru, Blind Musician of Japan (1973 [2006]), p. 123 s. []
  3. Comme je ne suis pas certain des kanjis, je ne peux donner l’orthographe japonaise. []