« SadaYakko » au théâtre Komuna Warszawa (2019)

Au colloque de samedi, lors d’une autre communication, Hana Umeda a présenté son travail inspiré par l’éducation artistique et les spectacles de Sada Yacco et par leur réception par les écrivains et intellectuels polonais du début du XXe siècle.

Voici la bande-annonce de son spectacle:

On peut le voir dans son entièreté sur Vimeo: https://vimeo.com/318853643/95f7cab02a (avec la possibilité d’afficher des sous-titres en anglais).

Cette façon d’appréhender le passé par le corps est extrêmement stimulante; on peut peut-être la comparer aux travaux de Boris Charmatz1.

.

  1. P. Boucheron, G. Amalvi, B. Charmatz, L’histoire, au corps-à-corps, Entre Temps (2 février 2021). []

Les acrobates japonais de Bertha Lum

Au colloque de samedi, Viviane LE BERRE a proposé une communication très intéressante sur « Bertha Lum (1869-1954) et les arts du spectacle au Japon et Chine ». La personnalité et les œuvres de cette artiste sont fascinantes. Il y avait plusieurs images d’acrobates parmi les œuvres présentées par Vivian Le Berre. Comme je ne suis pas certain de leur statut en termes de droits d’auteur, je ne les reproduis pas ici. On peut les voir (en noir et blanc) sur le très riche site internet Bertha Lum: le Catalogue raisonné.

Elles sont toutes des illustrations provenant du petit guide touristique Ten Days in Japan.

Berll Lum, Ten Days in Japan (Montréal, 1931 [?]). Merci https://www.bertha-lum.org/ten-days-in-japan-fr/#.

Aucune de ces images ne me semble être le résultat d’une observation directe par Bertha Lum; elles sont des variations sur de vieilles images connues. L’une d’entre elles est une adaptation réussie du dessin de Hokusai de tengus se livrant à des acrobaties.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les acrobates japonais de Bertha Lum ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/02/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3306.

 

Diapositives Power Point pour ma participation au colloque Spectacles japonais et artistes occidentaux à l’âge d’or du japonisme : un exemple d’interculturalité ? Autour de Sada Yacco et Hanako (30 janvier 2021)

Voici, au format PDF, les diapositives Power Point de ma participation au colloque du 30 janvier 2021. J’avais préparé trop de matériel et j’ai sauté les diapositives 22-24.

Participer au colloque a été un réel plaisir grâce à l’organisation impeccable de la Maison franco-japonaise, aux introductions et modérations de Bernard Thomann, Atsushi Miura, Yukiko Oki et Matthieu Séguéla. Surtout, Gilles Mastalski avait créé un programme très cohérent et tous les exposés ont été intéressants et pertinents.

Dans les jours qui viennent, je vais présenter quelques-uns des documents discutés hier.

Images du mois (janvier 2021)

Bonne année ! Parmi mes bonnes résolutions de nouvel an, je vais essayer d’ajouter une rubrique à ce carnet, une sélection mensuelle d’images relatives au sujet des acrobates et jongleurs japonais. Je publierai cette sélection le 15 de chaque mois, en pendant à la sélection des liens du 1er. N’hésitez pas me suggérer des documents si vous en connaissez.

Deux estampes de Kyosai

(Vues sur ebay1 )

Sur l’estampe des moineaux, on peut lire すずめ踊り (je n’arrive pas à déchiffrer l’inscription en bas à droite). Sur celle des sangliers, on peut lire ぶたのかるわぎ (buta no karuwagi).

Encore une estampe de Kyosai

Vu sur ebay2.

(Je n’arrive pas à déchiffrer le texte en haut au centre)

  1. https://www.ebay.com/itm/353332938410 et https://www.ebay.com/itm/324433210028. []
  2. https://www.ebay.com/itm/114611916762 []

Quelques réflexions sur l’accompagnement musical des acrobates japonais dans les cirques occidentaux

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article de Kim Baston, « Circus Music. The Eye of the Ear », dans The Routledge Circus Studies Reader éd. par P. Tait et K. Lavers (Londres-New York, 2016), p. 117-1351. Elle y consacre quelques pages aux acrobates japonais et chinois, en se basant sur la situation en Australie, qui semble similaire à ce qu’on peut lire pour la France dans les journaux. Les premières troupes japonaises en 1867 sont accompagnées au shamisen, joué par des membres féminins de la troupe, épouses ou filles des acrobates jongleurs. Cet accompagnement musical n’est pas apprécié des spectateurs, en Australie comme en France, mais il est alors toléré car il fait partie de la « découverte ethnique » que permet le spectacle de cirque.

Une fois la curiosité pour la nouveauté que représentent ces acrobates orientaux épuisée, les organisateurs de cirque font créer pour leurs numéros des musiques d’accompagnement occidentales traditionnelles auxquelles on ajoute quelques touches décoratrices qui font oriental. Un exemple est Ung-Kung-Foy-Ya: A Chinese Intermezzo de Karl King (1919).

Un autre exemple est la marche In Old Pekin, également écrite par Karl King, en 19232

Ces morceaux de musique sont utilisés aussi bien pour les acrobates chinois que pour les artistes de cirque japonais, parfois avec l’approbation des voltigeurs eux-mêmes. D’après Baston, cet orientalisme musical permettrait d’intégrer dans le cirque occidental les acrobates orientaux en rendant leurs différences moins visibles, en atténuant le caractère « autre et étranger » de leurs corps, qui pourrait parfois être perçu comme une menace étrange. De plus, l’aspect joyeux des marches permet de réduire l’inquiétude que peut provoquer un numéro dangereux.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Quelques réflexions sur l’accompagnement musical des acrobates japonais dans les cirques occidentaux ». Publié sur Acrobates japonais en France le 08/01/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3256.
  1. Article initialement publié dans Popular Entertainment Studies Vol. 1, Issue 2 (2010), pp. 6‐25. []
  2. Baston mentionne aussi Fantan, une « marche chinoise » composée par Bert R. Anthony, vers 1900. Je n’ai pas trouvé plus d’informations sur ce morceau. []

Liens du mois (octobre -décembre 2020)

 

Royal Dutch Mint – Animatie Circusmunt from Ingmar Gubbens on Vimeo.

Liens du mois (septembre 2020)

Exposition: Le Cirque Plume, l’éternité du saut périlleux

Je recopie l’information suivante depuis le site internet de la Saline royale:

Exposition du 28 juin au 25 octobre 2020

Le Cirque, art millénaire, art du présent, du temps immédiat est art du lien. Créateur d’étincelles et d’éveils partagés, tout est possible au cirque…la voie est libre. 

Cette année, la Saline royale a choisi de rendre hommage au monde du Cirque. Univers poétique et coloré revisité d’abord par de jeunes paysagistes concepteurs à travers 9 jardins éphémères, puis conté par Bernard Kudlak à travers une immersion dans l’univers onirique des circassiens du Cirque Plume.

Dans la grande berne une installation photographique nous plonge dans l’esprit du Cirque Plume au cours de ses 37 années de création artistique grâce à l’exposition Le Cirque Plume, l’éternité du saut périlleux. Une balade à travers différentes installations sonores, visuelles et lumineuses, à la découverte de photographies des spectacles et des scènes de vie commune de la Compagnie.
Commissariat : Bernard Kudlak.

Une deuxième exposition Destins de Cirque sera à découvrir à partir du 24 octobre 2020.

Liens du mois (avril-mai-juin 2020)

Voici quelques liens arrivés jusqu’à moi malgré le covid-19 et l’enseignement en ligne. Bonne lecture !

Liens du mois (février 2020)

廻り神楽. Kagura Troupe on the beat

Je sors sans doute de l’objet précis de ce carnet, mais je signale ce documentaire sur une troupe d’amuseurs itinérants après le tsunami de 2011.

Site officiel du documentaire: https://www.mawarikagura.com/.

On peut voir ce film le 11 février au Minpaku, le musée ethnologique d’Osaka.

Affiche pour la projection de 廻り神楽 au Minpaku.

Liens du mois (décembre 2019 – janvier 2020)

J’ai aussi le plaisir d’annoncer la parution du Volume I des « Tables rondes et colloques des musées de Châlons-en-Champagne (Virginia Verardi éd.): La place de l’artiste circassien de l’Antiquité à nos jours (ISBN 978-2-858510-412). On y trouvera mon petit article « Voltiges d’images: les acrobates japonais dans la fabrique du japonisme », p. 19-21.

Liens du mois (novembre 2019)

The CIT brings together sinology, art history and information studies to create the first thesaurus of Chinese iconography.
Traditionally considered a methodology rooted in European art history, iconography has been historically employed to index and access images related to Euro-American art. Because of the lack of alternative models for documenting non-western artefacts, Chinese art objects housed in European and North American collections have often been catalogued according to Eurocentric classifications. The CIT presents a unique opportunity to create an alternative classification scheme rooted in the specificity of Chinese visual culture and foster systematic comparison between Chinese and European art.

https://chineseiconography.org/

Par exemple, la recherche « acrobatics » donne les résultats suivant:

3.5.2.1.1 
performer (acrobatics)
3.5.2.1 
acrobatics
3.5.2.1.1.1 
magician
3.5.2.1.1.2 
animal tamer
3.5.2.1.3 
equestrian performance
3.5.2.1.6 
running a peep show
3.5.2.1.2 
dog pounding grains
3.5.2.1.4 
conjuring
3.5.2.1.5 
peep show box
Si l’on clique sur le premier de ces termes, on obtient les informations suivantes:

Term 3.5.2.1.1 藝人 (雜技)

yi ren (za ji)

performer (acrobatics)

Use for

艺人 (杂技)

雜耍藝人

百戲人

Le site permet déjà de retrouver quelques images associées aux termes de recherche, dans les collections de trois musées différents: le Victoria and Albert Museum, leMetropolitan Museum of Art et le National Palace Museum. Cette fonction va se développer, nous dit-on:

CIT aims to create an indexing standard that will facilitate access and inter-operability of Chinese digital images across collections.

Un bateleur, peinture chinoise, Victoria and Albert Museum · 137, https://chineseiconography.org/view/cit_O85577