Jongleurs de pizzas (ou Acrobaties de l’UNESCO)

Le carnet n’est pas très actif ces derniers temps; je prie mes lectrices et lecteurs de bien vouloir m’en excuser. Je donne un nouveau cours d’ “Area Studies: Europe” pour mon université, Kansai Gaidai, dans lequel je présente les patrimoines matériel et immatériel de l’Europe. Je suis donc occupé à me familiariser avec des sujets nouveaux pour moi; c’est un des grands plaisirs de ce cours au sujet très large: j’apprends énormément de choses avant de le soumettre à mes étudiantes et étudiants.

Pour l’instant, je travaille sur l’art du pizzaiolo napolitain, qui est inscrit depuis 2017 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, tenue par l’UNESCO. Comme c’est la première fois que j’examine un peu sérieusement cette notion de “patrimoine culturel immatériel”, je suis frappé par le caractère très flou1 de sa définition officielle:

On entend par “patrimoine culturel immatériel” les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.


UNESCO, Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Article 2 : Définitions par. 1.

On voit immédiatement que les auteurs de cette convention ont soigneusement évité de définir la notion de “patrimoine culturel”2. Je trouve aussi intéressant qu’il n’y ait pas de précision chronologique: combien de générations faut-il pour que se constitue un “patrimoine culturel” et qu’il soit reconnu par l’UNESCO ? Enfin, je trouve maladroite la formulation de la dernière phrase, qui semble dire que le patrimoine culturel immatériel promeut le respect de la diversité culturelle, en lui-même et par lui-même. Il me semble qu’il manque un terme, qu’on a voulu trop dire en une seule phrase; je comprendrais mieux une expression comme “la reconnaissance du patrimoine culturel immatériel contribue à promouvoir …”3

Je me suis aussi interrogé sur l’ancienneté nécessaire à un patrimoine culturel pour qu’il soit reconnu par l’UNESCO après avoir lu les documents qui concernent le rebetiko et l’art du pizzaiolo. D’après le site internet de l’UNESCO, le rebetiko remonte “au début du XXe siècle” et a été inscrit en 2017 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, ce qui ne fait que 4 ou 5 générations pour être admis. En outre, l’enregistrement de chansons sur disques, notamment en Amérique dans les milieux de l’émigration grecque, a joué un rôle très important dans la transmission de ce genre musical, ce qui me semble aussi remettre en question le concept de “transmission de génération en génération”. Quant à l’art du pizzaiolo, sa page internet sur le site de l’UNESCO ne donne aucune date pour son apparition. Dans le formulaire de candidature, que l’on peut décharger depuis cette page, on peut lire:

Depuis son origine au XVIe siècle, cet art a évolué et s’est transmis de génération en génération entre les maîtres pizzaiolos et les jeunes et diffusé au sein de la population.

Dossier de candidature n° 00722 pour inscription en 2017 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, p. 2.

J’ignore la source de cette date, le XVIe s.4, donc je ne peux en discuter sérieusement ici, mais je suis frappé par l’absence d’images anciennes de pizzaiolo (ou de pizza), alors que Naples est une ville à l’iconographie abondante, y compris pour sa vie populaire: la plus vieille représentation de pizzaiolo que je connaisse pour l’instant date de 18305. De plus, la pizza emblématique de Naples, la pizza Margherita, se voit souvent associée, presque comme un mythe de fondation, à une visite à Naples de la reine Marguerite de Savoie en 18896. Quoi qu’il en soit, on est bien loin, par exemple, du théâtre Nogaku du Japon, qui, selon l’UNESCO, “a connu son âge d’or aux quatorzième et quinzième siècles, mais remonterait au VIIIe siècle, époque à laquelle le Sangaku est passé de la Chine au Japon.

On ne peut donc s’empêcher de voir dans le cas de l’art du pizzaiolo une prétention a l’ancienneté, peut-être même une fabrication historique, la reconnaissance de l’UNESCO écrasant de tout son poids les doutes des historiens et les chemins tortueux des traditions culinaires. Cela est sans doute lié à l’existence d’une compétition mémorielle à propos de la pizza, car Naples n’est pas la seule ville à s’affirmer patrie d’origine de la pizza. Il y a aussi New York, qui représente toute l’émigration italienne, ses douleurs et ses fiertés.

Je me demande aussi si cette rivalité transatlantique n’est pas à l’origine d’un autre aspect du dossier de l’UNESCO sur l’art du pizzaiolo, selon lequel :

Il (=l’art du pizzaiolo) s’apparente à un spectacle, lorsque le pizzaiolo, au centre de sa « bottega », partage son art. 

Le dossier de candidature précise:

L’élément joue un rôle important de rassemblement et d’échange entre les générations. Il associe sacralité et spectacle. Les enfants sont bouche bée devant l’art du pizzaiolo, qui travaille à la vue de tous suivant un rituel spectaculaire, plein de valeurs culturelles, en chantant des chansons traditionnelles. Le pizzaiolo n’est pas caché mais au centre de la « bottega », où il fait profiter tous les clients de son savoir-faire. Les familles le regardent avec admiration, trouvant à la bottega des valeurs de convivialité, avec des histoires et des traditions sociales, permettant aux plus âgés de renouer avec leur enfance.7

“Pizzaiolo Acrobatico”. Photographie par Valle Valerio.— , CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9454089

L’aspect spectaculaire de la fabrication de la pizza, vu du Japon, n’a rien de particulièrement original, puisque c’est aussi une caractéristique de bien des restaurants japonais, où les clients sont assis à un comptoir qui entoure la cuisine et peuvent admirer le cuisinier dans ses œuvres, cuisinier qui se doit aussi de converser avec les clients pendant qu’il travaille.

En outre, je n’ai pas les éléments de chronologie pour confirmer ou infirmer mon intuition, mais je me demande si cette insistance sur la notion de spectacle n’est pas une réponse italienne aux concours de pizzas organisés aux USA.

Pour me faire pardonner cette fin de carnet qui n’en est pas une, j’offre cette vidéo d’un jongleur japonais de pizza, qui utilise de façon originale la farine de sa préparation.

  1. S. Labadi, UNESCO, Cultural Heritage, and Outstanding Universal Value (2013 [2015]), p. 127-132, offre une analyse sympathique de cette définition et met en évidence les avantages et qualités de sa fluidité. []
  2. S. Labadi, p. 132-138, remarque aussi que “communauté” n’est pas défini et étudie les conséquences de cette absence de définition. []
  3. Le problème est aussi apparent dans la version anglaise du texte: “1. The “intangible cultural heritage” means the practices, representations, expressions, knowledge, skills – as well as the instruments, objects, artefacts and cultural spaces associated therewith – that communities, groups and, in some cases, individuals recognize as part of their cultural heritage. This intangible cultural heritage, transmitted from generation to generation, is constantly recreated by communities and groups in response to their environment, their interaction with nature and their history, and provides them with a sense of identity and continuity, thus promoting respect for cultural diversity and human creativity.” []
  4. Le Règlement (UE) n o  97/2010 de la Commission du 4 février 2010 enregistrant une dénomination dans le registre des spécialités traditionnelles garanties [Pizza Napoletana (STG)] affirme “On peut faire remonter l’apparition de la «Pizza Napoletana» à une période historique qui se situe entre 1715 et 1725.” []
  5. Voir https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=File:Pizzaiolo-1830.jpg&oldid=262993797. Pour la comparaison avec les spaghetti, voir, par exemple, A. López, The Twisted History of Pasta, History Magazine (juillet 2016). []
  6. Mais selon le règlement de l’UR 97/2010, la «Margherita» date de 1796 – 1810 (mais pourquoi cet intervalle ?). Elle ne semble pas être mentionnée dans les pages sur la pizza de Matilde Serao, Il ventre di Napoli (1884). []
  7. Dossier de candidature n° 00722 p. 5. []

Liens du mois (Octobre 2018)

Une toute petite liste ce mois-ci, toutes mes excuses

Au Japon, l’acrobatie est pratiquée publiquement dans les écoles par des enfants lors des festivals des sports (undokai): les étudiants forment des pyramides humaines et cela n’est pas sans danger, comme le rappelle tristement cet article de journal: H. Hashimoto, Parents seek redress over human-pyramid death of son, The Asahi Shimbun (2 novembre 2018) (avec une petite vidéo de l’accident et de son contexte)

Un autre récent article de journal montre que la manipulation de toupies, qui faisait partie du répertoire des jongleurs que nous étudions ici, a encore quelques adeptes au Japon: Y. Saito,  Youngster spins way to world title at contest of spinning tops, The Asahi Shimbun (26 octobre 2018).

Actualité des acrobates japonais: une caricature de Shinzo Abe

Hier, j’ai eu la surprise de voir dans mon journal un dessin politique qui reprenait le thème des acrobates japonais, plus précisément des fildeféristes.

Dessin de Heng (Heng Kim Song), New York Times (21 octobre 2018)

On y voit le premier ministre japonais Shinzo Abe marcher, aidé d’un petit parapluie, sur une corde que tendent Donald Trump et Xi Jinping. Ces deux derniers semblent se livrer à un match de tir à la corde. Alors que le dirigeant chinois est sobrement vêtu d’un costume sombre, le président américain est habillé en clown, nez rouge compris. Seul le premier ministre japonais est identifié par son nom; U.S. et China étant inscrits sur les deux autres protagonistes.

Le caricaturiste Heng Kim Song habite Singapour, si j’en crois son article sur Wikipédia1. Je serais surpris qu’il connaisse la tradition du motif des acrobates japonais dans les caricatures de politique internationale, mais je ne suis évidemment pas en mesure d’exclure complètement cette hypothèse. Shinzo Abe ne me semble pas être associé à l’image d’acrobate dans les caricatures japonaises. Dans ses rapports avec Donald Trump, on s’amuse plutôt de leurs parties de golf. Ici, le motif du fildefériste, à mon avis, découle par association d’idée de l’image de clown de Donald Trump.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Actualité des acrobates japonais: une caricature de Shinzo Abe ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/10/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2292.

.

  1. Wikipedia contributors, ‘Heng Kim Song’, Wikipedia, The Free Encyclopedia, 21 juillet 2018, 01:11 UTC, <https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Heng_Kim_Song&oldid=851244596> []

Un documentaire de la NHK: “6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque”

Ce soir, par hasard, j’ai eu l’occasion de regarder sur la NHK (la chaine publique de télévision japonaise) un documentaire très intéressant sur une famille circassienne japonaise: 6男4女 サーカス家族の夏 (6 garçons, 4 filles. L’été d’une famille du cirque).

Le documentaire suit pendant plusieurs mois une famille colombo-japonaise qui fait partie du cirque 「ハッピードリームサーカス」(Happy Dream Circus). L’équipe de ce cirque fait une cinquantaine de membres; il change tous les deux mois de ville (on le voit dans le documentaire au sud de la préfecture d’Osaka, dans la préfecture de Yamaguchi et partir pour Tottori). Une grande partie (la majorité ?) des artistes sont étrangers. D’après le documentaire, il existe encore 3 cirques similaires au Japon; dans les années 60, il y en avait une vingtaine.

La famille objet du documentaire est composée du père colombien, de 3 enfants plus âgés issus d’un premier mariage, de sa femme, japonaise, de la sœur de celle-ci, et de leurs 7 enfants. Un 8e enfant nait pendant le documentaire. Cette famille se spécialise notamment en jeux icariens, ce qui nous ramène au début de notre recherche, le livre de F. Schodt sur le Professor Risley. On y voit donc un enfant d’une dizaine d’années s’entrainer et présenter un numéro avec son demi-frère. Le documentaire mêle habilement de joyeuses scènes de complicité familiale et des moments pénibles de chutes douloureuses et d’angoisse. Il montre bien la transmission familiale d’un savoir et d’un mode de vie.

L’autre aspect du documentaire concerne la scolarité des enfants. Ils changent d’école cinq fois par an, restant dans le même établissement deux mois, avant de changer. Ce n’est pas facile pour eux, mais, et je dois avouer que j’ai été surpris par cette information, il semble que les différents établissements scolaires fréquentés fassent de réels efforts pour recevoir les enfants de la troupe. J’ignore s’il s’agit de bricolage ou s’il existe un système officiel de scolarisation des enfants du voyage au Japon.

Enfin, le documentaire est un beau portrait de famille, en particulier de la mère, un exemple attachant de sérénité apparemment, tout en ne cachant pas les aspects difficiles de la vie de cirque: le danger physique, la pénibilité des exercices, le travail des enfants, les difficultés émotionnelles que causent la vie de voyage et son instabilité.

Voici une vidéo récente montrant un spectacle de ce cirque:

Le numéro des acrobates icariens commence à 7 ‘ 22. On y voit les deux demi-frères travailler ensemble et finir par un numéro sans filet sur une plate-forme élevée à 10 m au-dessus du sol.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Un documentaire de la NHK: “6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque” ». Publié sur Acrobates japonais en France le 05/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1990.

Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France

L’Histoire mondiale de la France est un ouvrage historique dirigé par Patrick Boucheron qui a fait beaucoup parler de lui en 2017. Comme Wikipédia offre une bonne présentation du livre et des débats idéologiques qu’il a provoqués, je n’ai pas besoin d’y revenir. Dans le cadre de ce carnet, je voudrais juste examiner quelle est la part du Japon en particulier et de l’Extrême-Orient en général dans cette histoire de France.

Si l’on suit dans l’index intitulé “Parcours buissonniers” l’entrée Indes, Inde et Extrême-Orient, on aboutit à :

  • 1270 : Saint-Louis nait à Carthage (ambassades auprès du khan mongol et « lettres des confins de la Chine »)
  • 1380 : L’image du monde dans une bibliothèque (présentation de l’Atlas catalan)
  • 1534 : Jacques Cartier et les terres neuves
  • 1664 : Colbert et compagnies (très peu disert sur la Compagnie des Indes orientales)
  • 1686 : Rendez-vous manqué avec le Siam (un bel article de Romain Bertrand)
  • 1763 : Un royaume pour un empire (émergence de l’empire britannique)
  • 1769 : Le monde est une conversation (sur le voyage de Bougainville ; l’article est cruel : « Dans l’immédiat, ses découvertes n’auront aucune conséquence commerciale ou politique »)
  • 1891 : Pasteuriser l’Empire (une contribution intéressante de Guillaume Lachenal) (Je me permets d’attirer l’attention sur l’article de J. Kevin Baird, War Crimes in Japan-Occupied Indonesia: Unraveling the Persecution of Achmad Mochtar, The Asia-Pacific Journal. Japan Focus1.4 (1er janvier 2016) à propos de l’utilisation par l’armée japonaise des ressources et équipements de l’Institut pasteur de Bandung (Indonésie) pendant la seconde guerre mondiale)
  • 1931 : L’Empire aux portes de Paris (sur l’Exposition coloniale internationale)

Si l’on suit l’entrée Orientalisme, on arrive à :

  • 1712 : Les Mille et Une nuits, ou la forgerie d’Antoine Galland
  • 1863 : « L’Algérie sera un royaume arabe »
  • 1962 : Le crépuscule de l’Algérie française à Jérusalem
  • 2003 : « Et c’est un vieux pays »

Aucun de ces quatre articles ne nous concerne ici.

On voit donc que l’Extrême-Orient est très peu présent dans l’ouvrage. Certes, c’est dû aux contacts limités entre la France et cette région du monde, on ne peut le nier, mais il me semble qu’on peut regretter l’absence d’articles sur le japonisme, sur la bataille de Diên Biên Phu et sur le nucléaire, militaire (première bombe atomique française en 1960) aussi bien que civil (liens entre industries nucléaires française et japonaise).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1538.

 

Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire

Dans le beau livre livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016), on peut lire ceci aux p. 170-171

Si le [Mouvement pour la liberté et les droits du peuple]1 eut pour principaux porte-parole des anciens samouraïs acquis aux Lumières devenus enseignants, journalistes ou avocats d’une part, et des notables provinciaux issus des rangs de la paysannerie aisée d’autre part, ils furent vite rejoints par des femmes, on l’a déjà vu, [171] mais aussi par des religieux, des parias, des voituriers et des tireurs de pousse-pousse, des saltimbanques ou des bateleurs (bakutô). Ces derniers jouèrent d’ailleurs un rôle important en incitants les paysans endettés à la révolte.

Comme cette information est vraiment anecdotique dans le livre de Souiry, il n’y a pas de note, et j’ignore sa source. Si une lectrice ou un lecteur en sait plus que moi, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Je vous en serai très reconnaissant.

Ce passage m’a fait immédiatement penser aux manifestations contre la reprise de l’utilisation de l’énergie nucléaire après le désastre de Fukushima en 2011. En effet, nombre de musiciens ont participé activement à celles-ci, dont des héritiers de la tradition japonaise de musiciens de rue. Cette forme d’engagement a été bien étudiée, notamment par Noriko Manabe dans son livre The Revolution Will not Be Televised. Protest Music After Fukushima (Oxford, 2015)2. Manabe et son éditeur ont eu la bonne idée de créer un site internet compagnon de son livre, où l’on peut trouver des liens utiles vers des enregistrements sonores et des vidéos qui illustrent son propos. En voici quelques-unes qui montrent l’engagement politique de musiciens dans le Japon contemporain et le jeu avec des traditions de protestations. On y verra aussi comment les autorités policières et civiles brident le droit de manifester en faisant minutieusement respecter des règles de circulation et de trafic routier: pas question de dépasser la ligne blanche !

1. Jintaramūta, groupe de chindon

Manifestation le 10 avril 2011 dans le quartier de la gare de Kōenji (Tokyo)

A cause de sa participation dans le mouvement antinucléaire, le groupe a perdu des contrats de concerts (Manabe p. 79-80). La tradition des musiciens dits chindon ou chindon-ya remonte au 19e siècle: ils étaient des musiciens de rue qui faisaient de la publicité pour des magasins ou des associations de marchands.

2. Pot-pourri de musiques lors d’une manifestation au Parc Yoyogi le 25 février 2012

3. Endō Michirō et les Stalin 246, “Genpatsu blues” au Project Fukushima Festival, 15 août 2011

Pour une analyse et une traduction partielle de la chanson en anglais, voir Manabe p. 304-305. Le chanteur Michiro Endo, né en 1950, est originaire de la région de Fukushima; il est un des concepteurs du festival Project Fukushima3.
, .

4. Danse bon-odori sur une chanson “eejanaika” au Festival Fukushima 2013

(Pour une analyse de la chanson, voir Manabe p. 316-318). Les danses bon-odori sont des danses qui se font partout au Japon pendant l’été; dans des petits festivals de quartier, toutes les générations peuvent s’y retrouver dans une atmosphère conviviale.

Le genre de chanson “eejanaika” (approximativement en français, “Ça dérange qui ?” ou “On s’en fiche”) remonte à la fin du régime shogunal et est lié à des mouvements populaires, plus ou moins spontanés, de protestation ou de contestation.

En voici une belle illustration de 1867:

Scène de danse eejanaika, 1867. Auteur: Kawanabe Kyōsai ; National Diet Library Digital Collections, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2183868

5.Rankin & Dub Ainu Band ” You can’t see it, and you can’t smell it either “

(Paroles: Rankin Taxi [1989]; version de 2011; sous-titre anglais: Peter Barakan)

Lire aussi
Bibliographie non vue
  • Abe, Marié. “Sounding Against Nuclear Power in Post-3.11 Japan: Resonances of Silence and Chindon-ya.” Ethnomusicology 60, no. 2 (2016): 233-62. doi:10.5406/ethnomusicology.60.2.0233.
Mise à jour du 19 mars 2018

N. Manabe, “It’s Our Turn to Be Heard”: The Life and Legacy of Rapper-Activist ECD (1960-2018), The Asia-Pacific Journal. Japan Focus 16, 6, 3: un article émouvant et intéressant sur une autre musicien politiquement engagé du Japon.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire ». Publié sur Acrobates japonais en France le 14/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/909.

  1. Le Mouvement pour la liberté et les droits du peuple (自由民権運動) est un mouvement politique important dans les années 1880 au Japon. []
  2. Voir, par exemple, le compte-rendu de E. T. Atkins, Review of Manabe, Noriko, The Revolution Will Not Be Televised: Protest Music after Fukushima, H-Japan, H-Net Reviews (août 2017).
    URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=49457. []
  3. Sur ce festival, qui ne se veut pas primairement un événement engagé contre le nucléaire mais une fête pour promouvoir et défendre la préfecture de Fukushima, voir D. Novak, Project Fukushima! Performativity and the Politics of Festival in Post-3/11 Japan, Anthropological Quarterly 90, 1 (2017), p. 225–254. []

Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right

Ces derniers jours, je lis avec plaisir le livre de Simon Partner, The Merchant’s Tale. Yokohama and the Transformation of Japan (New York, 2018). Quelques pages y sont consacrées aux acrobates étrangers actifs à Yokohama, aux troupes japonaises, leurs voyages autour du monde et leur impact sur l’image du Japon en Occident (p. 112-114, 131-132 et 220). Potter s’appuie sur les travaux de F. Schodt et  A. Mihara1, mais il y ajoute des commentaires personnels pertinents. Il fait ainsi remarquer que le budget levé pour faire partir en 1866 la troupe japonaise des Hamaikari du Japon était de cent mille dollars, “an enormous sum”, ce qui explique qu’il a fallu que quatre partenaires s’associent pour cette entreprise commerciale.

A propos du surnom de l’acrobate “Little All Right”, qui lui avait été donné parce qu’il finissait son numéro en jetant les bras au ciel et en criant “”All Right”, Partner écrit (p. 132):

Les mots “All Right”, au début, étaient sans doute les seuls mots d’anglais qu’il connaissait, mais sa capacité à interagir avec les spectateurs dans leur propre langue montre la flexibilité culturelle et linguistique de cet enfant. Umekichi était vraiment un enfant de l’internationalisation du Japon, même si on le considérait comme une représentation des traditions et de l’exotisme de la culture japonaise. En bien des façons, alors que le Japon cherchait sa place dans la communauté internationale des nations, il était le symbole des exportations culturelles de ce pays – avec son sens du commerce et son dynamisme, tourné vers l’avenir autant que vers le passé2

Le mélange du passé et du futur, de la tradition et de la modernité est sans doute le lieu commun le plus répété sur le Japon dans les guides de voyage comme dans beaucoup d’études, mais sa fausse évidence rend parfois l’observation paresseuse. Dans le cas d’All Right, seul l’usage de l’anglais, et pour cause, relève de la modernité du Japon. Sa capacité à amuser le public,  à entrer en dialogue avec les spectateurs est partie intégrante des spectacles d’acrobatie, des amusements de rue du Japon d’Edo. Il fallait divertir le passant, retenir son attention si on voulait qu’il ou elle laisse une pièce. La concurrence était féroce dans les quartiers d’amusement d’Edo, Osaka ou Yokohama. Les troupes d’acrobates traditionnelles devaient avoir dans leurs rangs des bonimenteurs de qualité, mêlaient spectacles physiques et amusements oraux. Les baladins japonais n’ont pas eu besoin d’aller à l’étranger pour être modernes3 .

PS

Le nom “Litlle All Right” était si fameux qu’il a été utilisé par plusieurs générations d’acrobates japonais successifs, sans qu’il n’y ait d’autre relation entre eux que leur spécialité de cirque. Voici un exemple de 19094 :

Little All Right. The Original Japanese Wonder. Carte postale datée de 1909. (Merci Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013-2016 (first iteration). River Campus Libraries. [http://humanities.lib.rochester.edu/rej/?page_id=701] [vu le 19 janvier 2018]).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right ». Publié sur Acrobates japonais en France le 19/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1403.

  1. F. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkley, 2012); A. Mihara, Professional Entertainers Abroad and Theatrical Portraits in Hand, Old Photography Study 3 (2009), p. 45-54 []
  2. This [=All Right] may at first have been the only English he knew, but his willingness to engage with the audience in their own langiaage show’s the child’s cultural and linguistic flexibility. Umekichi was truly a child of Japan’s international era, even as he was seen as a representation of all that was traditional and exotic in Japanese culture. In many ways he was a symbol of “Japan” as a cultural export – commercial, enterprising, and looking both forward and back as Japan sought its place in the international “Comity of nations”. [Traduction ADH] []
  3. Avec cette phrase, je voudrais faire un modeste hommage au beau livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). []
  4. on peut voir un autre exemple, non daté, dans les collections du MuCEM []

Tout ce cirque

Mise à jour (8 décembre): si vous vous intéressez à la partie “enfant de la balle” de la biographie de Johnny Hallyday, il faut lire l’article remarquable de Philippe Boggio, Comment Jean-Philippe Smet est devenu Johnny Hallyday, Slate.fr (6 décembre 2017).

A la lecture de ses nécrologies, je découvre que Johnny Hallyday était un “enfant de la balle”. Son père était un artiste de cabaret, mais il a vite disparu de la vie de son fils. Celui-ci a été élevé par sa tante paternelle, en compagnie de ses deux filles. Une de ses cousines épousa un danseur américain. Ils étaient tous les deux artistes de music-hall et le futur Johnny Hallyday les suivait dans leurs tournées. Il fait dans ce cadre ses premières expériences de spectacle public, tout en suivant des cours par correspondance à l’école des enfants du spectacle.

J’ai essayé en vain de trouver des traces, articles ou photos de la troupe The Hallidays sur Gallica.fr ou Europeana.eu. On peut voir ici une photo de la cousine de Johnny Halliday, Desta, et de son mari, Lee, en 1952 à Paris, dans leurs numéro ” A la Nouvelle Eve”.

Le chanteur a donné une version romancée de son enfance dans la chanson ” Je suis né dans la rue “.

Une de ses chansons, de 2009, s’intitule “Tout ce cirque (Les paroles et la musique sont créditées à Emmanuelle Cosso [l’écrivaine ?], Cécile Gibaud et Daran). Elle est un bon résumé de l’image littéraire du cirque, son mélange d’ombre et de lumière et ses éternels recommencements.

Sitographie

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Tout ce cirque ». Publié sur Acrobates japonais en France le 07/12/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1317.

Loi du jour: la loi du 30 mai 1892

Grâce aux nouvelles de la semaine, nous en apprenons un peu plus sur les lois régissant les spectacles de music-hall et leur application.

Un spectacle de l’hypnotiseur Messmer a été annulé cette semaine en Belgique suite à l’intervention (“une injonction”) du procureur du Roi de Mons, Christian Henry, faisant référence à une loi de 1892 .

Voici le texte de loi en entier:

30 MAI 1892. – Loi sur l’hypnotisme.
(NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 01-01-1990 et mise à jour au 13-03-2003).

Article 1. Quiconque aura donné en spectacle une personne hypnotisée par lui-même ou par autrui, sera puni d’un emprisonnement de quinze jours à six mois et d’une amende de vingt-six francs à mille francs.

Art. 2. Sera puni d’un emprisonnement de quinze jours à un an et d’une amende de vingt-six francs à mille francs, quiconque aura hypnotisé une personne n’ayant pas atteint l’âge de vingt et un ans accomplis ou n’étant pas saine d’esprit, s’il n’est docteur en médecine ou muni d’une autorisation du gouvernement.
L’autorisation ne sera valable que pour une année; elle sera révocable et pourra, toujours, être suspendue.
En cas de concours avec les infractions punies par les dispositions légales concernant l’art de guérir, la peine prononcée par le présent article sera seule appliquée.

Art. 3. Sera puni de la (réclusion de cinq ans à dix ans) quiconque aura, avec une intention frauduleuse ou à dessein de nuire, fait écrire ou signer par une personne hypnotisée un acte ou une pièce énonçant une convention, des dispositions, un engagement, une décharge ou une déclaration. La même peine sera appliquée à celui qui aura fait usage de l’acte ou de la pièce. <L 2003-01-23/42, art. 104, 002; En vigueur : 13-03-2003>

Art. 4. Les dispositions du chapitre VII du livre Ier, et l’article 85 du Code pénal sont applicables aux infractions prévues par la présente loi.

Voici la transcription d’une interview de 50 secondes donnée par M. Henry à la RTBF:

H.: Alors, en 1892, j’étais pas législateur, je le suis toujours pas. Donc, moi, je lis le texte de la loi (lecture de l’article 1, ci-dessus, en remplaçant francs par euros) Le texte ne mérite pas d’interprétation; il est clair.

Journaliste: C’est un texte qui date de 1892. Monsieur Messmer produit des spectacles et se produit en spectacle depuis des années. Il était d’ailleurs à Colfontaine il y a un an. Comment ça se fait qu’il y a pas eu de réaction à ce moment-là ?

H.: Vous savez, je ne peux pas surveiller l’ensemble des programmes de tous les centres culturels qui sont installés sur le parquet de Mons-Tournai, et donc je ne sais pas faire ce contrôle.

Une notice dans Le Rappel (5/12/1891) apprend que cette loi aurait été pensée suite à “un vœu de l’Académie royale de médecine de Belgique.”

On peut trouver une discussion critique des vues des médecins partisans de l’interdiction dans l’ouvrage suivant:

L’hypnotisme scientifique : rapport à M. le ministre de l’Intérieur et de l’Instruction publique (1896)
Voici une affiche pour un spectacle du plus célèbre des hypnotiseurs de l’époque, Donato, qui donne un bon aperçu de ce type de représentations:

Le magnétiseur Donato, 1890 (Domaine public, merci Gallica: http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb398389152)

L’affiche suivante, pour un spectacle de Donato au Théâtre de La Louvière en 1895, est intéressante parce qu’elle montre que l’application de la loi de 1892, rapidement, ne semble pas avoir été particulièrement rigoureuse, mais aussi parce que les noms de médecins qu’elle aligne se retrouvent presque tous dans le rapport de 1896 cité ci-dessus.

Affiche pour un spectacle de Donato, “le plus célèbre magnétiseur du siècle”, au Théâtre de La Louvière (27 avril 1895)

Petite revue de presse

“J’ai d’abord reçu une information du chef de la zone de police qui m’a informé que, si le spectacle avait lieu, la salle serait évacuée”, a indiqué Luciano D’Antonio [=  bourgmestre de Colfontaine et président de l’Espace Magnum]. “J’ai ensuite reçu une injonction du procureur du Roi me demandant de prendre les dispositions nécessaires afin que l’infraction à la loi ne soit pas commise. Je n’ai pas voulu prendre de risque et, en accord avec le conseil d’administration de l’Espace Magnum, j’ai décidé d’annuler le spectacle.

(…)

J’ai appris de son producteur que Messmer avait déjà connu un problème en Suisse, il y a trois ans.”

L’Espace Magnum (= nom de la salle de spectacle) laisse cependant la possibilité à la société de production de Messmer de lui fournir des documents qui prouveraient que le spectacle n’est pas illégal aux yeux de la loi belge.

Parallèles

PLUS D’HYPNOTISME
Une décision de l’autorité supérieure enjoint
aux commissaires de police de spécifier l’in-
terdiction de l’hypnotisme, magnétisme, etc.,
dans les autorisations qu’ils délivreront dé-
sormais aux prestidigitateurs de passage dans
les villes.

Nous espérons aussi, pour notre part, qu’on
ne mettra plus la salle du théâtre à la dispo-
sition de maigres jongleurs, dont le principal
talent est de soutirer des sous au public. La
dernière expérience du fameux Velle doit nous
suffire

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Loi du jour: la loi du 30 mai 1892 ». Publié sur Acrobates japonais en France le 17/11/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1273.

Compte-rendu de “Conjuring Asia”

Le compte-rendu critique que j’ai écrit au sujet du livre de Chris Goto-Jones, Conjuring Asia: Magic, Orientalism and the Making of the Modern World (Cambridge: Cambridge University Press; 2016) (ISBN 9781107433823) est paru hier sur le site internet newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

Je vais essayer de vite en donner ici une version française.

Disparition du cirque Barnum: petite revue de presse

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

 

Voici une série de liens en rapport avec l’annonce que le Cirque Barnum va cesser ses activités:

Articles en français:

(…) Le cirque, officiellement nommé Ringling Bros. and Barnum and Bailey Circus après plusieurs fusions, a expliqué dans un communiqué qu’il ne survivait plus financièrement, en raison de l’augmentation des coûts et du déclin des ventes de billets, surtout depuis qu’il a été forcé par les défenseurs des animaux de retirer les éléphants qui étaient le clou de son spectacle.

(…) F. Bouglione, “Le cirque Ringling est plus victime de la finance que de la désertion du public (…) Il faudra m’expliquer comment un spectacle qui a a eu dix millions de spectateurs dans l’année n’arrive pas à être rentable. Je suis très étonné”

(…) [En réponse à l’affirmation selon laquelle le Cirque doit fermer parce qu’il ne peut plus montrer d’éléphants]: “Retirer les animaux, cela a dû faire un coup. Ça m’étonne quand même un peu, depuis le temps que ce cirque existe. Est-ce que c’est vraiment la cause exacte de la disparition de ce cirque?”, a commenté John Beautour, porte-parole de l’Association des cirques de familles de France.

“Mais, pour moi, ce n’est pas en raison de la pression des anti-animaux américains qu’ils ferment. Le cirque Barnum est plus victime de la finance. C’était le plus grand cirque du monde, un très grand spectacle. Mais la famille Feld, propriétaire de ce cirque, produit 30 ou 35 spectacles. Et malheureusement, le drame même, est que Kenneth Feld a, il y a quelques années, tout cédé à ses trois filles. Lui adorait le cirque, ses trois filles un peu moins. Alors quand vous avez 35 spectacles qui tournent et que l’un d’entre eux est moins rentable de 3%, vous le fermez. Merci, au revoir.”

(interview d’Alexandre Bouglione): ” … en ce moment, il y a comme une chasse aux sorcières envers les gens du voyage, les cirques et les forains. On met un peu tout le monde dans le même sac. Il y a des gens qui font très bien ce métier, d’autres qui le font très mal. Actuellement, on ne peut plus travailler avec des animaux sauvages, mais ça se pratique dans les zoos. Notamment en Belgique. Regardez Pairi Daiza… Même si je n’ai rien contre eux. Il y aurait donc maltraitance quand on dresse des animaux mais seulement dans les cirques ? Dans beaucoup de zoos, il y a des tigres, des éléphants, des perroquets, des otaries, des orques, des dauphins. Chez nous, c’étaient soi-disant des prisons, mais dans les zoos, les prisons sont juste un peu plus grandes, c’est tout. ”

(interview de David Williams-Mitchell):

“Cirques, zoos: est-ce du pareil au même pour les animaux ?

Non. Les animaux sauvages hébergés dans les meilleurs zoos (dont nos membres) ont beaucoup moins de contact avec les humains, dans des enclos qui imitent autant que possible les conditions de leur habitat naturel. La participation des animaux à des spectacles est autorisée seulement à des conditions strictes (dont l’obligation que le spectacle vise à éduquer le public et que la dignité de l’animal soit respectée et préservée).”

Articles en anglais:

  • D. Takahashi, Technology fails to save Ringling Bros. circus, Venture Beat (14 janvier 2017)
  • C. Mele, Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus to End Its 146-Year Run, The New York Times (14 janvier 2017)
    “(…) Mr. Feld told The A.P. that transporting the show by rail and other circus quirks — such as providing a traveling school for performers’ children — are throwbacks to another era. “It’s a different model that we can’t see how it works in today’s world to justify and maintain an affordable ticket price.(…) [PETA statement] “All other animal circuses, roadside zoos, and wild animal exhibitors, including marine amusement parks like SeaWorld and the Miami Seaquarium, must take note: society has changed, eyes have been opened, people know now who these animals are, and we know it is wrong to capture and exploit them.” Humane Society CEO Wayne Pacelle said in a statement, “It’s just not acceptable any longer to cart wild animals from city to city and have them perform silly yet coercive stunts. I know this is bittersweet for the Feld family, but I applaud their decision to move away from an institution grounded on inherently inhumane wild animal acts.””
  • C. Goudie, Ringling Bros. circus to close after 146 years; Failure started with focus on elephant abuse, ABC 7 (15 janvier 2017)
  • K. Varn et al.,Nostalgia takes an emotional hit with closing of Ringling Bros. circus, Tampa Bay Times (15 janvier 2017):”That sentiment was shared Sunday at the International Independent Showmen’s Museum in Riverview, which preserves the Tampa Bay area’s history as a one-time home base for circus and carnival performers.Museum executive director David “Doc” Rivera said he had heard speculation for months that the circus would be shut down or sold to Disney.The reason for declining interest in the circus, he said, can be attributed to the Internet, video games, television and other forms of modern home entertainment.”It used to be that you had to get off your butts and leave the house to be entertained,” he said. “Not anymore.”There was a time when if you wanted to see a 500-pound lady or a giant you had to go the carnival or circus,” he said. “Then one day you could turn on your TV and see them.””
  • J. Rogers, Hundreds to lose jobs after Ringling Bros Circus shuts down, News Channel 8 (16 janvier 2017): “The company leaders said one factor in the success of their other properties such as ‘Marvel Universe LIVE!’ and ‘Disney on Ice’ is that kids are very familiar with them after seeing them on TV.  Kids today don’t have the same association with the circus as other children did in previous generations.“Kids drive what parents do with them. In the sense of entertainment where you take your kids is where your kids demand. And if it’s not part of their life every day, they have no point of reference to demand that,” said Kenneth Feld.”
  • C. Hlavaty, Ringling Bros. folding is the end of an era in family entertainment, Houston Chronicle (16 janvier 2017): “According to reports the show was felled by a variety of factors. For one, the show was still being transported by rail, a quaint touch in an era when most similar traveling shows are a fleet of semis and buses.”
  • L. Pisoni, The end of Ringling Bros.: What the Greatest Show on Earth meant to a man raised in the circus, Los Angeles Times (16 janvier 2017)
    “(…) What does this mean if an institution like Ringling Bros. can no longer remain in business? I don’t know why the show is closing, but I do know we now live in an era where the priority is not live performance. Instead, we want our personal entertainment when we want it, on demand, with headphones. I’m as guilty of this as anyone. As a former circus performer, and a new father, that saddens me. Perhaps I long for the time when kids didn’t socialize with virtual friends but rather physically came together for a shared experience, for entertainment that built connections and made memories. Because that’s what happens at the circus, in the stands for the audience and in the ring for the performers. (…)”
  • J. Rogers, What will happen to the costumes and props from the Ringling Bros. Circus?, News Channel 8 (17 janvier 2017)
  • A. Woodruff, The Pull Of The Armchair Conservationist And The Far-Reaching Implications Of The Ringling Bros. Closure, UPROXX (17 janvier 2017) (une discussion intéressante)
  • H. Weiss-Tisman, Despite Ringling Bros. Shutdown, The Circus Arts Remain Alive And Well In Vermont, NHPR (18 janvier 2017)
  • R. Beadle, Why America’s most famous circus was destined to fail, The Conversation (18 janvier 2017)
  • H. Covington, For Minnesota performers, circus shutdown prompts shock, grief and nostalgia, Star Tribune (20 janvier 2017)
  • J. Wallace, S. Kennedy Wynne, Despite layoffs, Ringling company vies for millions in job creation, Bradenton Herald (24 janvier 2017): (…) “Those who work with Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus crisscross the country on a mile-long train that carries not just the performers but also the animals, their feed and a 24-hour dining operation called the Pie Car. Children go to school on the train and there is a day care operation. They are housed in cars set up like efficiency apartments. Electricians, mechanics and animal tenders are on board to keep things running.The circus’ first female ringmaster, 35-year-old Florida native Kristen Wilson, said living on the train has been an eye-opening experience. She called it a “city without a ZIP code” and compared it to an apartment building that’s horizontal.” (…)
  • D. Elias, Despite closing, Ringling Bros. to receive $3M tax incentive, count on nbc2 first (25 janvier 2017): (…) “The company will still receive its incentive because they classified the 400 lost jobs as “on the road jobs,” meaning they aren’t Florida-based and don’t count as part of the incentive calculation.”You travel by train.  No other company is doing that,” Razhba said.Besides Ringing Bros. and Barnum & Bailey, Palmetto-based Feld Entertainment also owns Disney on Ice, Monster Jam, and Marvel Universe.” (…)

Liens de la semaine (16/9/2016)

Désolé, le semestre d’automne a commencé et je n’ai que le temps de vous proposer des liens.

Débats
Poissons

H. Hosokawa, Centuries-old Japanese fish specimens found in Berlin archive, Asahi Shimbun 13/9/2016 (original japonais: 江戸時代の日本魚、独で確認 日本を冠した学名に 17/8/2016)

Pour la comparaison
  • Adèle Moméjà, c.r. de « Todeschini Giacomo, Au pays des sans-noms. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne (1ère édition 2007), Lagrasse, Verdier, traduit de l’italien par Nathalie Gailius, 2015, 400p.  », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://teth.revues.org/737
  • Edward A. McCord. Review of Weirather, Larry, Fred Barton and the Warlords’ Horses of China: How an American Cowboy Brought the Old West to the Far East. H-War, H-Net Reviews. September, 2016.
    URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=46659

Liens de la semaine (11 août 2016)

Globalisation
Ressources
  • Archives du Tohoku Culture Research Center: 30,000 cartes postales et 2,000 photographies (en 2011; je ne sais pas ce qu’il en est actuellement, mais les liens vers le Center lui-même sont morts); recherche uniquement par mots japonais alors que les descriptifs des documents sont en grande partie bilingue; malheureusement, une conception du copyright d’apparence très restrictive; les documents semblent rarement datés.

Cirque Shibata (Copyright © Tohoku Culture Research Center)

  • Japan Magic Museum: un blog dynamique, uniquement en japonais, présentant des documents uniques sur les magiciens et l’art de la prestidigitation au Japon, interdit la reproduction des images qu’il présente, mais je ne vois pas très bien selon quelle loi.
Exposition virtuelle
Articulets Wikipédia créés par l’auteur de ce carnet

Liens de la semaine (23 juillet 2016)

Histoire de l’anthropologie française
Cirques aujourd’hui
Émigration japonaise