Liens de la semaine (23 juillet 2016)

Histoire de l’anthropologie française
Cirques aujourd’hui
Émigration japonaise

Liens de la semaine (12 juillet 2016)

Débats
Bibliographie

« Torsten Weber’s subsequent chapter shifts the geographical focus farther east to look at relations between the Chinese and Japanese Empires in the decades following the Sino-Japanese War of 1894-95. Weber focuses on how mostly unofficial discourses of pan-Asian commonality emerged in both empires and, perhaps more interestingly, on how the Euro-American concepts of the Monroe Doctrine and “yellow peril” were emulated by Japan (the latter through a discourse of “white peril” with Europeans and Americans as a common enemy for all Asians) to assert its leadership over East Asia. »

Divers

Appel à contributions: From “Asia’s Prussians“ to “Yellow Devils“

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan:

CFP: From “Asia’s Prussians“ to “Yellow Devils“: Images of the Japanese Army from the Meiji Restoration to the End of the Second World War

Prof. Dr. Frank Jacob (New York) and Prof. Dr. Sepp Linhart (Vienna)

 

The Meiji Restoration since 1868 changed Japan as a whole, including the Japanese Army, whose soldiers should resemble a modernized and strong nation state. Trained by French and later Prussian officers the armed forces of the Japanese Empire became emblematic for the progress the country went through. In the West, the Japanese soldiers were seen as an expression of Western superiority, especially when the forces of the island empire were victorious against China in 1894/95. Japan achieved a major goal a decade later, when the Anglo-Japanese Alliance and the victories during the Russo-Japanese War in 1904/05 emphasized Japan’s great power status. In this war Japan tried to present its soldiers as noble, gentlemen-like warriors, because they fought against a Western army for the first time. However, the image of the Japanese soldier was an ambivalent one. While military observers emphasized the abilities of the Asian combatants, those who feared the “yellow peril“ began to depict the Japanese soldiers as monkeys.

While the First World War, due to which Japan fought as an ally against Germany, further strengthened the positive image of the Japanese soldier, the events of the 1930s and 1940s would stimulate the image of the “violent yellow devil.“ Events like the Rape of Nanking, the Bataan Death March or the treatment of Allied POWs in Japanese prison camps changed the former positive perspective tremendously. Japanese soldiers were accused to use violence without mercy against soldiers and civilians alike. For a volume on the perception of Japanese soldiers outside Japan, the two editors welcome proposals that deal with, but are not limited to the following major topics:

 

  • Military and public images of the Japanese Army 1853-1945 in films and novels
  • The image of Japanese military leaders abroad
  • Experience reports and their perception by foreign readers
  • Western newspapers and the image of the Japanese Army
  • The Japanese Army in Korea
  • The perception of Japan’s modern Wars (1868-1945)
  • Japanese POW camps and the reports of imprisoned soldiers
  • Chinese reports on Japanese cruelties (1931-1945)

 

Proposals (ca. 300 words) and a short CV should be sent to fjacob@qcc.cuny.edu and sepp.linhart@univie.ac.at until July 30, 2016. Final chapters, 7,000-10,000 words, using footnotes (Chicago Manual of Style) are due by November 15, 2016.

Contact Info:

Frank Jacob, History Department, CUNY-QCC, 22205 56th Ave, Bayside, 11364 New York, USA

Contact Email:
fjacob @ qcc.cuny.edu

 

Pour Itanos

Cela ne concerne pas les acrobates japonais en France, je prie les lectrices et lecteurs de m’en excuser, mais, comme cela fait partie de mon parcours académique, je me permets d’attirer ici l’attention sur la pétition suivante, sur le site change.org.

Il y a une vingtaine d’années, alors que j’étais Aspirant au Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique), j’ai eu la chance et le plaisir de participer à plusieurs campagnes de prospection archéologique autour de la ville gréco-romaine d’Itanos, en Crète orientale. Le projet de golf géant dont parle cette pétition est une aberration environnementale, ne respecte pas le patrimoine archéologique de la Grèce (qui, dans cette région, concerne aussi l’histoire de l’Afrique), et il n’est pas certain que, à long terme, il soit économiquement sain (vu que le propriétaire de la majorité des terrains de la région est le monastère de Toplou, je me demande aussi, à cause des privilèges fiscaux de l’Église orthodoxe, dans quelle mesure il pourrait être bénéfique pour les finances publiques grecques).

Save the Kavo Sidero unique archaeological and natural landscape

 

Actualité du « Péril jaune »: une Celte remplace un Tibétain et les Américains voient des espions chinois partout

Le thème du « péril jaune » n’est que tangentiel dans mes recherches sur les acrobates japonais en France, mais les hasards de mes lectures de navetteur ont voulu que deux articles de mon journal d’hier le concernent:

Le titre de l’article est un raccourci un peu choquant: en fait, Tilda Swinton jouera le rôle d’une Celte dans le film « Doctor Strange », adaptation d’une bande dessinée du même nom. Dans cette série de comics, il n’intervenait pas de Celte; les scénaristes de Marvel Studios ont changé la nationalité du personnage Ancient One, initialement tibétain. La principale raison de ce changement est commerciale, mais ses auteurs étaient également bien conscients des connotations racistes que la nationalité du personnage de BD portait:

Case extraite de Strange Tales #148 (Sept. 1966). Scenario de Denny O’Neil, dessin de Bill Everett. Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=50345759

“The Ancient One was a racist stereotype who comes from a region of the world that is in a very weird political place. He originates from Tibet, so if you acknowledge that Tibet is a place and that he’s Tibetan, you risk alienating one billion people.”

 

« The Ancient One était un stéréotype raciste, qui vient d’une région vraiment bizarre politiquement [maintenant]. Il vient du Tibet; donc si vous reconnaissez publiquement que le Tibet existe et qu’il est tibétain, vous prenez le risque de vous mettre à dos un milliard de personnes »

La décision de remplacer un personnage masculin par une femme est assez curieusement expliquée:

“there’s no real way to win this, so let’s use this as an opportunity to cast an amazing actress in a male role.”

« Quoi qu’on fasse, on sera critiqué: profitons en pour donner le rôle d’un homme à une actrice géniale »

  • M. Apuzzo, After Missteps, U.S. Tightens Rules for Espionage Cases, The New York Times 26 avril 2016, nous sort des curiosités du marketing hollywoodien et montre la face noire du « Yellow Peril », des hommes et femmes injustement accusés d’espionnage à cause de leurs origines chinoises. Leurs vies en ressortent brisées.

A la mémoire de Yoshio Yasumaru, 1934-2016

L’avis nécrologique qui suit est paru, en anglais, sur le site H-Japan et dans la liste électronique qui lui est liée. Comme je le trouvais très intéressant, j’ai demandé à ses auteurs la permission de le traduire en français. Ils me l’ont très rapidement et gentiment accordée (Merci à Sonja Dale et Nakano Satoshi). J’y ai ajouté quelques liens vers des publications françaises, qui, j’espère, apporteront des informations supplémentaires aux lecteurs intéressés. L’historiographie japonaise mérite d’être mieux connue en France. Comme je ne suis pas un spécialiste d’histoire japonaise, n’hésitez pas à apporter d’autres informations et signaler d’autres références.

In Memoriam Yoshio Yasumaru, 1934-2016

Yoshio Yasumaru, professeur émérite en histoire sociale à l’Université Hitotsubashi, est décédé à Tokyo le 4 avril 2016. Il avait 81 ans. Il était reconnu comme l’un des historiens japonais les plus importants et les plus originaux de l’après-guerre.

Tout au long de sa carrière, le Professeur Yasumaru a été à l’avant-garde des études historiques au Japon, depuis son Nihon no kindaika to minshu shiso (La modernisation du Japon et les idées populaires), un livre considéré dès sa publication en 1974 comme une étude pionnière de l’histoire intellectuelle du peuple au Japon, apprécié pour son interprétation profonde et nuancée des expressions religieuses populaires.

Né dans la Préfecture de Toyama en 1934, Yoshio Yasumaru entra au Département d’Histoire de l’Université de Kyoto en 1953. Après y avoir fini ses études, il travailla à l’Université Meiji de 1962 à 1970. Il fut alors nommé Professeur d’histoire sociale du Japon à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Hitotsubashi où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1998. En 1999, il reçut le statut de Professeur émérite. Il fut aussi professeur extraordinaire à l’Université Waseda de 1997 à 2005.

Chacun des neuf livres écrits par le Professeur Yasumaru a laissé sa marque tant auprès du grand public que de la communauté des savants, au Japon et dans le monde, et ils sont tous considérés comme des classiques. Par exemple, son Bunmeika no keiken: kindai tenkanki no Nihon (L’expérience de la civilisation : la transition du Japon vers la modernité), finalement publié en 2007, a pour sujet l’histoire intellectuelle des petites gens pendant les 100 ans de transformation radicale qui ont marqué la société japonaise du bakufu et de la restauration Meiji, une époque caractérisée par le processus de “bunmeika” (civilisation). Ce livre a eu un grand impact dans le monde académique, en particulier auprès des historiens et des spécialistes des religions. Bunmeika no keiken allait être discuté lors de nombreuses réunions scientifiques, souvent honorées de la présence du Professeur Yasumaru.

Comme en témoignent les six volumes de ses œuvres complètes, le Professeur Yasumaru était un savant prolifique, qui s’est occupé de nombreux sujets, de l’histoire des mentalités populaires, des mouvements populaires et de le religion du peuple pendant la transition vers le Japon moderne jusqu’à l’histoire intellectuelle de l’État et de la religion, en particulier le système impérial japonais et les idées d’aujourd’hui.

Un des ses plus grandes réalisations historiographiques fut d’avoir fait de l’histoire des idées populaires un nouveau champ d’études. Dans son livre, mondialement apprécié, une véritable rupture historiographique, son « Modernisation du Japon et pensée populaire », le Professeur Yasumaru a étudié l’ethos populaire qui servit de fondation à la modernisation du Japon, sous l’étiquette de « moralité populaire » (tsuzoku dotoku). Cet outil d’analyse lui permit d’étudier à la fois le potentiel et les limites des idées populaires au Japon pendant la transition du pays vers la modernité (ou, si l’on préfère, la civilisation). Un autre de ses travaux, Deguchi Nao, est reconnu comme un chef d’œuvre de biographie. Il y montre patiemment et minutieusement le processus par lequel la veuve d’un charpentier s’est faite, par ses idées, la porte-parole de la moralité populaire lors de sa fondation de la secte Omotokyo, une des nouvelles religions propres au Japon moderne.

Alors qu’il explorait les cheminements des idées et des idéaux populaires, le Professeur Yasumaru n’a pas délaissé la maniere dont les gens du peuple ont essayé d’influer sur la politique et le fonctionnement de l’État. On peut citer Nihon nationalism no zenya (A l’aube du nationalisme japonais), Kamigami no meiji ishin (La restauration Meiji des dieux) ou encore Kindai Tenno-zo no keisei  (L’image moderne du Tenno). Tous ces ouvrages décrivent la réalité des idées du peuple, des mouvements populaires et de la religion populaire, qui seront finalement absorbés par un puissant État-nation et le système autoritaire du Tenno, qui lui est corollaire. Cette approche s’est imposée dans l’étude de l’histoire japonaise.

Le Professeur Yasumaru a également utilisé les idées populaires pour construire une méthodologie utile à l’histoire intellectuelle. Son ouvrage Hoho to shite no shiso-shi (Histoire intellectuelle et méthode) est devenu un manuel standard en histoire des idées.

Outre ses propres livres, le Professeur Yasumaru a participé à la collecte et à l’édition de sources servant de base à la recherche historique. Il a été responsable de volumes comme Minshu-undo no shiso (Les idées au sein des mouvements populaires) et  comme Minshu-shukyo no shiso (Les idées dans la religion populaire), ainsi que des séries Nihon shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise),  Shukyo to kokka (La religion et l’Etat), Minshu-undo (Mouvements populaires) dans la collection Nihon kindai shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise moderne). Chacun de ces projets s’est trouvé enrichi par l’ample commentaire du Professeur Yasumaru, qui a permis de faire progresser plusieurs champs d’études et durablement marqué plusieurs générations de savants. Ses contributions aux collections Iwanami kozaNihon tsushi (Les conférences Iwabani sur l’histoire du Japon) et Tenno to oken wo kangaeru (Relations entre Tenno et royauté) ont aussi apporté la preuve de l’ampleur de sa vision et de sa capacité à diriger des comites éditoriaux où travaillaient les meilleurs représentants de l’histoire japonaise et de l’histoire mondiale.

Le caractère novateur de son approche de l’histoire était aussi apprécié lors de rencontres stimulantes avec les savants du monde entier, en particulier avec les historiens de la religion coréenne, qui ont été profondément marqués par ses recherches. En octobre 2013, Carol Gluck a invité le Professeur Yasumaru à l’Université Columbia pour une conférence bilan sur sa vie de recherches et de publications. Les historiens D. Harootunian et Takashi Fujitani en furent les animateurs. Ryuichi Narita se rappelle que la salle était pleine à craquer de savants confirmés et de jeunes chercheurs, tous attentifs au moindre mot du Professeur Yasumaru, même s’il était parfois difficile à suivre à cause d’une opération chirurgicale récente contre un cancer du poumon.

Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, après trois décennies d’enseignement à l’Université Hitotsubashi, nous ne pouvons trouver assez de mots pour exprimer notre reconnaissance pour l’inspiration et l’exemple qu’il nous a donnés en vue de futures solides recherches, au-delà de sa contribution au progrès scientifique et au développement de la Faculté de Sciences sociales. Nous, ses collègues et amis, sommes privilégiés de l’avoir eu pour mentor ; il nous a toujours traits avec son mélange caractéristique de tendresse et de sincérité, sur le campus ou chez lui à Kunitachi. Nous nous souviendra de lui comme d’un professeur brillant, d’un ami proche et d’une source constante d’inspiration pour tous.

Le soir du 29 février, alors qu’il marchait vers une boite aux lettres pour poster des réponses à des articles qui lui avaient été soumis, réponses pleines d’observations précises et de mots d’encouragement. Yoshio Yasumaru, âgé de 81 ans, fut renversé par une automobile et emmené en urgence à un hôpital du voisinage. Il reprit conscience et pouvait discuter avec ses visiteurs dans sa chambre, mais il contracta une pneumonie, qui se révéla fatale après ses années de lutte contre le cancer. Il mourut le matin du 4 avril 2016, sa tendre épouse Yayoi à ses côtés.

Nous, membres de l’Université Hitotsubashi, nous joignons à tous ceux qui pleurent la mort prématurée de Yoshio Yasumaru, au Japon et à l’étranger. Il va nous manquer, à nous et à tous ses étudiants, collègues et amis.

Une séance académique en sa mémoire se tiendra le 22 mai 2016 dans la salle Kanematsu de l’Université Hitotsubashi à 14 h 00.

Si vous souhaitez envoyer vos condoléances à la famille Yasumaru, envoyez vos messages à l’adresse memorial.yasumaru.yoshio@gmail.com.

21 Avril 2016

Hitotsubashi University Graduate School of Social Sciences

http://www.soc.hit-u.ac.jp/en/info/index.cgi?id=421

Pour en savoir plus en français:

  • Yoshimi Shun’ya, Lozerand Emmanuel. Les rituels politiques du Japon moderne. Tournées impériales et stratégies du regard dans le Japon de Meiji. In: Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995. pp. 341-371. DOI : 10.3406/ahess.1995.279369 ; www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279369
  • Guillaume Carré, « Katsumata Shizuo, Ikki, coalitions, ligues et révoltes dans le Japon d’autrefois», Cipango [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 26 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1723 (montre les relations entre Katsumata et ses prédécesseurs, dont Yasumaru)
  • Tristan Brunet, « Le débat sur l’Histoire de Shōwa et le Japon de 1955 », Cipango [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 25 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1081 ; DOI : 10.4000/cipango.1081
  • n. 106 : « Ce fut notamment le cas de la mouvance historique dite Minshū shisōshi 民 衆思想史, ou « histoire de la pensée populaire », dont les principaux représentants furent Irokawa Daikichi 色川大吉 (1925-), Yasumaru Yoshio 安丸良夫 (1934-), Kano Masanao 鹿野正直 (1931-) et Hirota Masaki ひろたまさき (1934-). Comme le souligne Nagahara Keiji dans son ouvrage de 2003, ces auteurs ont cherché à repenser l’histoire du Japon en s’affranchissant des a priori de l’appareil méthodologique de l’histoire scientifique héritée des États-nations occidentaux avec leur historicité propre, afin de recoller, au plus près, et avec la plus grande fidélité possible, à l’expérience historique des Japonais aux différentes époques considérées. Nagahara Keiji, Nijūseiki nihon no rekishigaku, cit., p. 209-214.”

Sur la lutte contre le révisionnisme historique de Yasumaru, voir par exemple, Nanta Arnaud. L’actualité du révisionnisme historique au Japon (avril-août 2001). In: Ebisu, n°27, 2001. pp. 129-138. DOI : 10.3406/ebisu.2001.1129; www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_2001_num_27_1_1129

Petite annonce: appel à contributions au sujet de la diaspora japonaise

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan, en me demandant combien d’enfants d’acrobates ou d’autres artistes de cirque japonais entreraient dans la catégorie des « Nikkei ».

CfP: Special issue on Japanese diaspora

« Contemporary Japan is currently preparing a special issue (29/2) on the topic of “Cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora”.

Guest editor: Wolfram Manzenreiter, University of Vienna

Living in one space and dreaming of another is at the heart of the diaspora, its essence and fragility alike. Contrary to the nation-state, in the diaspora identity predates space, while the re-creation of space is essential for the production and reproduction of diasporic identity. A rich amount of scholarship has demonstrated how diasporic communities do not attach their sense of belonging to a territory and realm of state power, but rather to the shared myths and imaginations of places of origin, wandering and other reference points from the past. How diasporic identities emerge and how they are maintained across national boundaries and against pressures of assimilation has been thoroughly discussed by social scientists overthe past twenty years. As more and more disciplines acknowledged the heuristic value of the diaspora concept as a key metaphor for late-modern identity politics in a complex and complicated world void of certainties, but rich of possibilities, diaspora became ‘a global word that fits a global world’ (Dufoix 2008).

This special issue on cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora looks at the various ways in which ideas,objects and habituations are mobilized to negotiate the identity of overseas communities of Japanese ancestry that are frequently labelled as Nikkei. The journal editor invites empirical and theoretical papers that explore strategies and techniques of cultural representation applied by Nikkei communities to present and represent coherent ideas of who they are and how they want to be seen by others. What are the messages that cultural representations convey to members of overseas settlements, among Nikkei communities, and towards host societies and the homeland, imagined or real? How do Nikkei communities draft and mobilize ethnicity and citizenship claims as strategic resources to secure their members` individual and collective life chances and political rights? How do they write their own history? How are traditions crafted and recreated away and apart from their original functions and meaning? And more specific in the context of today’s Japanese diasporas, how are their representational strategies impacted by patterns of return migration, circular migration and transmigration?

We invite papers focusing on but not limited to the following topics:

•       language and education
•       cultural heritage
•       chronicles, historical accounts and museum displays
•       monuments, paintings and visual arts
•       dance, theatre and performative arts
•       sports and physical culture
•       festivities and ritual practice
•       food culture

Contributions should not exceed 8000 words, including references and appendices. For details see submission guidelines at www.contemporary-japan.org. For inquiries and submission please contact Wolfram Manzenreiter (wolfram.manzenreiter@univie.ac.at).

Submission deadline: 31 October 2016; Publication: Spring 2017″

Deux (trois) liens intéressants: excuses américaines et une carte chinoise bilingue japonais-anglais

Faute de temps pour écrire une note complète, je recommande la lecture des deux blogs suivants:

(…) La Cour suprême de Californie a rendu le 16 mars 2015 une décision vouée à rester dans les annales. La Cour décida d’admettre à titre posthume au Barreau de Californie Hong Yen Chang, (…)

[Elle] accède donc à la demande d’admission posthume formée par les descendants de Chang et par une association d’étudiants en droit d’origine asiatique. La décision de 1890, juge nouvellement la Cour suprême, a privé Chang du droit constitutionnel à l’« égale protection de la loi » (Equal Protection of the Laws). De nombreux autres impétrants d’origine asiatique au Barreau de Californie, concéda la Cour, furent empêchés comme Chang d’exercer pour des motifs tenant à la race et/ou à la nationalité. « Un chapitre sordide » de l’histoire et de l’Amérique, selon les mots de la Cour.

Je recommande aussi ce blog pour sa discussion de ce que les Américains d’origine asiatique doivent au mouvement des droits civiques.

Carte postale de Tianjin, années 1940

La carte postale a une légende bilingue, anglais et japonais:

  • (lu de droite à gauche) 村から町へ旅芸人 (mura kara machi he tabigeinin), « baladins itinérants venus de la campagne à la ville ». En fait, mon traitement de texte refuse de m’écrire le 2e kanji de « tabigeinin » sur la carte postale, qu’on n’utilise plus, et me donne son équivalent contemporain. (Merci N.K. pour son aide à lire ce mot)
  • Travelling performer

Il me semble intéressant que les éditeurs de cette carte aient pensé qu’elle pouvait trouver tout aussi bien des acheteurs japonais que des amateurs occidentaux, que le jongleur chinois et sa musicienne accompagnatrice soient exotiques selon plusieurs points de vue.

Chocolat – le film (et un kimono)

Sortie en France: le 3 février (mais il y a eu des projections en avant-première)

Comme les recherches du présent carnet, le film puise son inspiration dans l’excellent livre de Gérard Noiriel; je suis donc très curieux de le voir et j’espère qu’il aura du succès et arrivera jusqu’au Japon.

L’Association DAJA et l’Association Les Petits Ruisseaux ont ouvert un site internet, http://clown-chocolat.com/, qui offrira à partir du 15 janvier un forum pour discuter du film, du livre de Noiriel et du personnage historique Chocolat.

On notera que, dans la bande annonce, Foottit porte un kimono est est déguisé en Japonais ou Japonaise, ce qui nous ramène au thème du travestissement/ transvestisme déjà abordé dans ce carnet.

ChocolatFilm1

Captures d’écran de la bande-annonce du film Chocolat (réalisées avec le site internet http://www.yooouuutuuube.com/)

 

 

 

Compte-rendu du jour: Entertaining Elephants

Ce matin, le compte-rendu suivant est arrivé dans ma boîte aux lettres électronique:

Thomas S. Darragh, c.r. de S. Nance, Entertaining Elephants: Animal Agency and the Business of the American Circus. H-USA, H-Net Reviews, Janvier 2016.
URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=42426

(Source de l’image: amazon.com)

Le succès des éléphants de cirque en Amérique est en partie né de l’occasion qu’ils offraient, à la fin du 18e et au début du 19e siècles, d’avoir une expérience exotique en permettant aux spectateurs d’approcher une espace animale non native et mal connue dans le pays. En cela, ils sont étrangement similaires avec les acrobates japonais de 1867 qui donnèrent à voir leur pays nouvellement ouvert au monde (Voir Schodt avec D’Hautcourt).

Le livre semble aussi intéressant, à en croire ce c.r., parce que Nance y mène une analyse diachronique montrant bien les différences entre les éléphants de cirque d’hier et d’aujourd’hui, différences nées des changements de mentalité, en particulier les nouvelles idées attachées au concept de bien-être animal. De même, la façon dont nous regardons les acrobates a radicalement changé, par exemple suite aux nouvelles manières de voir et aux législations sur le racisme et sur le travail des enfants.

En ce qui concerne les spectacles avec des animaux, au Japon, ils faisaient partie des misemono, des exhibitions de choses, animaux ou êtres extraordinaires. Il existait des spécialistes de spectacles de singe ou d’ours. Les dresseurs de singes appartenaient souvent à la même catégorie et au même bas statut social des artistes de rue sans adresse fixe (hinin)  que les acrobates et étaient eux aussi victimes de discriminations (Ohnuki-Tierney). Je ne sais pas si beaucoup d’entre eux se sont produits à l’étranger (et le c.r. ne dit mot des dompteurs d’éléphants)

Références
  • A. D’Hautcourt, Le Professeur Risley et les premiers acrobates japonais en France, Journal of Inquiry and Research 98 (Septembre 2013), p. 89-95.
  • Emiko Ohnuki-Tierne, The monkey as mirror : symbolic transformations in Japanese history and ritual (Princeton, 1987)
  • F.L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe: How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (2012)

Voir aussi

Ajout du 6 janvier:

Le jour même où j’écrivais cette petite entrée de carnet est paru sur le site internet du Monde l’article suivant:

Accusé de maltraitance sur son éléphante, un dompteur renvoyé du cirque Bouglione, Big Browser 5 janvier 2016

Petite annonce: Weatherhead Initiative on Global History Fellowship

Voici une autre information que je recopie depuis le site H-Japan:

The Weatherhead Initiative on Global History (WIGH) at Harvard University identifies and supports outstanding scholars whose work responds to the growing interest in the encompassing study of global history. We seek to organize a community of scholars interested in the systematic scrutiny of developments that have unfolded across national, regional, and continental boundaries and who propose to analyze the interconnections—cultural, economic, ecological, political and demographic—among world societies. We encourage applicants from all over the world, and especially from outside Europe and North America, hoping to create a global conversation on global history.

WIGH Fellows are appointed for one year and are provided time, guidance, office space, and access to Harvard University facilities. They should be prepared to devote their entire time to productive scholarship and may undertake sustained projects of research or other original work. They will join a vibrant community of global history scholars at Harvard.

This fellowship is funded by a grant from the Volkswagen Foundation.

Terms
The competition for these awards is open only to scholars with a PhD (or comparable professional school degree). If still pursuing the PhD, WIGH Fellows must receive their degree no later than May 2016. There is no limit on time since submission of the candidate’s degree; we are open to candidates at various stages of their careers. We expect that candidates will be able to submit samples of independent work (articles, papers, dissertation chapters) in support of their candidacies on request. The WIGH Fellowship is residential and Fellows are expected to live in the Cambridge/Boston area for the duration of their appointments unless traveling for pre-approved research purposes, and they are expected to participate in WIGH activities, including a bi-weekly seminar.

Fellows will receive an annual stipend of up to $50,000, according to fellows’ needs. Because we cannot always offer the amount requested, we urge applicants to apply for funding from other sources as well. Applications are welcome from qualified persons without regard to nationality, gender, or race.

How to Apply
Applications are due December 15, 2015. Letters of reference are due by January 8th, 2016.
Please visit our website (http://wigh.wcfia.harvard.edu/content/wigh-fellowships-2016-2017) to apply.

Contact: Jessica Barnard, Program Coordinator
jbarnard@wcfia.harvard.edu
Phone: +011 (617) 495-8923

Petite annonce: Mechademia Conference on Asian Popular Cultures: Tokyo 2016

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan (il me semble que les questions de recherche et les propositions de discussion annoncées pourraient très bien s’appliquer aux acrobates et autres artistes de cirque et de music-hall japonais étudiés ici):

Your network editor has reposted this from H-Announce. The byline reflects the original authorship.

Type: Conference
Date: March 18, 2016 to March 20, 2016
Location: Japan
Subject Fields:
Art, Art History & Visual Studies, Asian History / Studies, Cultural History / Studies, East Asian History / Studies, Popular Culture Studies

After the initial period of explosive expansion and innovation in the arts of Japanese anime, manga, and gaming in the late 20th and early 21st centuries, a new era has arrived in which the effects of that massive emergence and expansion have begun to appear in, on, and around the surface of those arts, in the form of conflicts, ambiguities, controversies, disappointments, as well as stunning opportunities and innovation. These cracks on the smooth surface of this global phenomenon may in fact be the ‘stretch marks’ of its rapid global growth.

These marks include: the complex ethics of licensing and global corporate structures; the legal inequities explicit in the huge and clever online subterranean distribution systems of fandoms; the art and ethics of the sub-genre of doujinshi; the revelations of emerging subjectivities flowering in all of these art forms; the descent of anime in particular — but found in all forms of these arts — in their recent predilection for narratives more concerned with ‘fan service’ than to the ‘work of art;’ the infuriating stability of the patriarchy, yet also the slippery, evasive presence of feminist codes and conventions; but also the compelling, remarkably innovative, and creative new objects and practices that have become part of these now global art forms.

This conference will attempt to engage these, our problems and accomplishments, in discourse with an international conference of scholars, creators, professionals, and industry in an attempt to understand, through collaboration, how to address these many issues that have emerged in these art forms. Occurring in the inception of sakura in Tokyo, the origin for anime, manga, and gaming cultures, this will be a provocative time and space to contemplate these issues and accomplishments.

Submission for individual presentations, and panels of 3-4 individual presentations will be accepted until March 1, 2016. Send an abstracts of no more than 150 words for individual presentations, and for panels, a description and panel title with abstracts for each panel member to: mechademia@mcad.edu

Regisration now open at: mechademiatokyo.com

Contact Info: mechademia@mcad.edu

mechademiatokyo.com

Note de lecture: Acrobates de Tanger

Mohammed Telhine, Acrobates de Tanger. Les artistes de La Troupe (2013)

La lecture d’ Acrobates de Tanger a été extrêmement intéressante pour moi parce que le type de matériau, de sources, que son auteur a utilisé est complètement différent de celui auquel j’ai eu à faire jusqu’à présent dans mes propres recherches sur les acrobates japonais. Il s’agit d’un choix délibéré de son auteur, Mohammed Telhine, puisque les sources écrites journalistiques et les affiches de cirque, par exemple, existent aussi pour les acrobates nord-africains. Telhine, lui, a choisi de rassembler une collection de témoignages oraux, et on peut lui en être reconnaissant parce qu’il y avait urgence, vu l’âge avancé de ses interlocuteurs. Comme il se base sur des témoignages oraux, son enquête remonte rarement au-delà de la Deuxième guerre mondiale, et cela me pousse à remettre en question le terme final que j’avais choisi, 1945, pour ma propre enquête. Il serait certainement judicieux de voir à rassembler les témoignages oraux d’acrobates japonais, s’il y en a, après 1945 pour compléter mes recherches.

De ces témoignages marocains, je retiens les traits suivant:

  • les très mauvaises conditions de travail, de sécurité physique ou contractuelle. Le « muqaddem », l’organisateur de la troupe d’acrobates, confisque les passeports de ses artistes, souvent ne paie pas les membres de sa troupe, ne veille pas à leur santé, ne les forme pas. Il n’est pas rare que le contrat soit signé entre le manager et les parents de l’acrobate, qui restent au Maroc pendant que celui-ci voyage et travaille. Il n’est pas payé directement, mais l’argent est versé à ses parents. Il est facile d’imaginer les irrégularités qui s’ensuivent.
  • Peu d’acrobates marocains ont travaillé en dehors de l’Europe et des États-Unis. Seuls un d’entre eux s’est produit en Afrique du Sud, et deux autres sont allés en Asie (Vietnam, Indonésie et Japon).
  • Beaucoup d’acrobates deviennent polyglottes, ce qui leur permet de se recycler en guides ou accompagnateurs de voyages au Maroc après la fin de leur carrière d’acrobates.
  • Le nombre d’unions mixtes est très élevé: mariages avec des femmes de pays européens ou américaines. Un témoin, cependant, est extrêmement pessimiste vis-à-vis de ces unions, affirmant qu’elles finissent toutes en divorces. Souvent, les acrobates marocains se marient deux fois sans qu’ils divorcent officiellement dans le pays de leur première union.
  • Plusieurs acrobates ont des carrières mixtes; ils alternent passages dans des cirques et travaux en usine, hors de leur pays d’origine. Parfois, ils étudient pour acquérir d’autres savoirs et obtenir différents diplômes ou certificats d’aptitude professionnelle.
  • Beaucoup d’acrobates regrettent le peu de prestige dont bénéficie leur métier au Maroc et comparent amèrement le mépris dans lesquels on les y tiendrait et leur vie de stars du cirque, en contact avec des stars de la télévision ou du cinéma.
  • Quelques superstitions et interdits religieux: pas d’entrainement le vendredi et ne pas prononcer certains mots (je me demande quels pouvaient être les usages pour les acrobates japonais).
  • le travail de chorégraphes modernes, en collaboration avec d’anciens acrobates professionnels, pour essayer de garder la mémoire de l’acrobatie au Maroc et la développer dans de nouvelles directions.

(Voici deux exemples)

  • À propos du racisme, les acrobates marocains ne semblent pas être très critiques vis-à-vis de l’Europe (à l’exception des garçons de café français). Au contraire, plusieurs témoins soulignent la curiosité bienveillante dont ils étaient l’objet et les rencontres amoureuses que cela leur a offertes. Par contre, à plusieurs reprises, ils mentionnent le racisme dont ils ont été victimes, eux ou leurs comparses, aux USA, non en fonction de leur origine, mais directement en fonction de la couleur de peau de certains d’entre eux. Ces différences de racisme ont bien évidemment apporté des chocs et causé des expériences très déplaisantes.

Article du jour: cirque et discrimination

Au 19e siècle, le cirque est un des endroits où se déploie le spectacle des variétés humaines, où les hypothèses du discours racial se testent. Des hiérarchies humaines se font et de défont en fonction des talents des artistes et des préjugés des spectateurs et organisateurs. Le racisme s’y exerce et s’y montre, mais s’y voit aussi contredit par les qualités individuelles et la solidarité professionnelle. Des rencontres et des histoires d’amour entre gens de provenances variées se nouent aussi autour des pistes et dans les loges.
Malheureusement, au 21e siècle, le cirque est encore un lieu qui donne l’occasion au racisme et aux amateurs de discrimination de s’exprimer. C’est attristant.
Voir l’article de C. Bourgneuf, Vandalisme, actes racistes : les déboires parisiens du cirque Romanès, Libération 16 octobre 2015 pour plus d’informations.

Mais quelle drôle d’idée !

(4 octobre 2015: attention aux nouvelles informations signalées en bas de cette entrée de carnet)

On me permettra de m’éloigner du sujet de ce blog, mais il me semble qu’un carnet de chercheur doit aussi servir à mieux faire connaitre ses conditions et son environnement de travail, et la nouvelle est d’importance.

Le 8 juin 2015, une directive (une notice ?) du Ministre japonais de l’Éducation nationale, Hakubun Shimomura, intitulée 国立大学法人等の組織及び業務全般の見直しについて(通知), « A Review of the Organization and Operation of the National University Corporations and Other Higher Educational Institutions » (non, je n’essaie pas de traduire en français), et envoyée aux universités nationales du Japon leur demandait de réorganiser complètement, voire de mettre fin à leurs départements de lettres, sciences humaines et sociales. Le ministre suggérait aussi de créer de nouveaux curricula « plus utiles à la société », en particulier utiles aux niveaux local et régional. Les raisons invoquées sont « la baisse de la population d’âge universitaire, la demande en ressources humaines et le contrôle de la qualité des institutions de recherche et d’enseignement et de la fonction des universités nationales ».

Des menaces voilées, notamment de coupes budgétaires, accompagnaient ces requêtes. D’après le Yomiuri Shimbun, 26 universités sur 60 auraient déclaré au journal ne plus accepter d’étudiants dans ces départements de sciences humaines à partir de l’année prochaine, ce qui mènerait à leur fermeture ; 6 universités (dont les prestigieuses et internationalement reconnues Université de Tokyo et Université de Kyôto) auraient affirmé ouvertement leur opposition à cette mesure.

Le Conseil des sciences du Japon a aussi critiqué cette idée; l’organisation patronale Keidanren s’est, elle aussi, clairement exprimée contre cette initiative ministérielle.

Je ne vais pas me lancer dans une exégèse de l’idéologie qui sous-tendrait cette conception de l’enseignement, mais je voudrais exprimer ma stupéfaction face à ces nouvelles et dire comme je suis surpris par la conception surannée de l’économie qui sous-tend la directive. Alors qu’on a besoin plus que jamais d’idées, de contenu et d’histoires pour alimenter internet, les jeux vidéo, le commerce en ligne et toute l’économie basée sur les mondes virtuels et l’électronique, il me semble complètement stupide de vouloir fermer les départements de Sciences Humaines et sociales. Cela ne veut pas dire que les universités japonaises n’ont pas besoin de réformes, loin de là, mais c’est une autre histoire.

Mise à jour du 18 septembre 2015

Dans un message publié sur la liste électronique SSJ, Earl Kinmonth a proposé l’explication suivante (merci à E.K. pour m’avoir autorisé à le citer):

[L’idée] d’abolition des départements de Lettres et de Sciences sociales semble venir en grande partie d’une volonté bureaucratique de faire monter les universités japonaises dans les classements internationaux [d’universités]. Selon les déclarations explicites de certains hauts fonctionnaires, les sciences, les recherches d’ingénieurs et de médecine produisent plus rapidement des résultats dans ces classements que les arts et les sciences humaines.

Liens utiles

(ajout du 25/9) Articles francais

La plupart des articles en français parus sur cette afffaire ne sont que des traductions paresseuses d’articles en anglais et ne valent donc pas plus que notre notice de carnet ici. Toutefois, je recommande chaudement l’excellent article d’A. Vaulerin, Le Japon va-t-il vraiment supprimer les sciences humaines à l’université ?, Libération 25/9/2015 (avec une interview de Noriyuki Nishiyama).

Ajout du 4 octobre 2015

Je n’ai pas le temps de vraiment discuter l’article de Jeff Kingston, « Japanese University Humanities and Social Sciences Programs Under Attack« , The Asia-Pacific Journal, Vol. 13, Issue 39, No. 1 (28/9/2015) ; il faut le lire pour les nombreuses informations qu’il contient; je ne peux partager son relatif optimisme (et il me semble que le fait que plusieurs de ses informants aient requis l’anonymat le contredise aussi). On peut en lire une version très condensée dans J. Kingston, Universities fending off attacks on the liberal arts, The Japan Times 3/10/2015.

Je recommande l’article de Kenn Nakata Steffensen, Japan and the social sciences: behind the headlines, Times Higher Education 30/9/2015: il montre bien que le projet de Shimomura ne concerne, en l’état actuel, qu’un très petit nombre de départements dans peu d’universités.

Commentaire personnel: A mes yeux, Shinzo Abe et ses partisans ont toujours montré beaucoup d’attention aux politiques éducatives, ont mené des actions systématiques et cohérentes qui ont eu des effets sur le long terme bien qu’elles aient commencé sur des petites échelles et aient été accompagnées à leurs débuts du même flou et des mêmes pseudo-défenses d’avoir été mal compris qu’aujourd’hui (je pense en particulier aux lois sur l’hymne national et le salut au drapeau dans les écoles; voir M.R. Mullins, Secularization, Deprivatization and the Reappearance of ‘Public Religion’ in Japanese Society, Journal of Religion in Japan 1 (2012), p. 61-82). Abe a toujours été sérieux et politiquement efficace dans ses réformes sur l’enseignement; je ne vois pas pourquoi il ferait tout à coup preuve aujourd’hui d’amateurisme et de courte-vue. Je ne serais guère surpris si la lettre de Shimomura n’était que le début de changements plus importants. (Je suis bien conscient que Shimomura s’est montré incompétent et amateur dans sa gestion de la préparation des JO de 2020 et que cela l’a poussé à la démission)

Ajout du 8 avril 2016

L’article « Shiga Univ. president blasts education ministry during entrance ceremony » du Mainichi (6 avril 2016) (滋賀大学長 文系軽視、教育後進国並み…文科省を批判 毎日新聞2016年4月5日; le titre japonais est bien plus fort que celui de la version anglaise) montre que les inquiétudes sont toujours vives auprès de certains professeurs japonais (Ryuichi Ida, le nouveau président de l’Université de Shiga, est un ancien professeur de la Faculté de Droit de l’Université de Kyoto).

Ajout du 6 juillet 2019

Kenn Nakata Steffensen, Bullshit Journalism and Japan: English-Language News Media, Japanese Higher Education Policy, and Frankfurt’s Theory of “Bullshit”, Mutual Images Journal 6 (2019) (https://doi.org/10.32926/10.32926/2018.6.nak.bulls) revient longuement et de façon très critique pour les media occidentaux sur cette affaire.