Voltiges d’images. Du Japon au japonisme

Voici le lien pour voir les diapositives Power Point de la présentation que j’ai donnée avant-hier, par skype, à la table ronde de Châlons-en-Champagne.

Encore merci à Virginia Verardi, directrice des musées de
Châlons-en-Champagne, pour son invitation et à son équipe pour leur aide technique.

J’en profite pour joindre ici deux vidéos des acrobaties des pompiers japonais, dont on a brièvement parlé lors de la discussion qui a suivi la table-ronde. Pascal Jacob nous a présenté l’hypothèse selon laquelle ces mouvements acrobatiques avaient originairement une fonction signalétique, comme des sémaphores humains, pour indiquer le chemin et les directions à suivre dans les méandres de la ville lors des interventions des pompiers, ou pour donner d’autres instructions.

Voir mon entrée Dezomeshiki d’il y a quelques temps pour plus d’informations sur ce sujet

(Je conseille de couper le son pour cette vidéo-ci)

Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse

Toujours dans mes recherches sur Kosiki, opéra-bouffe français de 1876 à l’intrigue improbable, grâce au site internet europeana.eu, j’ai découvert que cette œuvre avait été traduite et jouée à Barcelone. Je n’en parlerai pas dans l’article que j’espère bientôt finir sur cet exemple de japonisme théâtral et musical, car je souhaite me tenir au contexte historique et culturel de Paris1 , mais je m’en voudrais de ne pas présenter brièvement ici la belle collection de dessins que possède l’Institut del Teatre, très généreusement mis à la disposition des chercheurs et autres amateurs sur son site internet.

Dessins d’accessoires pour la mise en scène de Kosiki, par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

En effet sont conservés 33 dessins de costumes, accessoires et mobilier destinés à la mise en scène de Kosiki à la fin du XIXe siècle2. Ils sont du pinceau de Fèlix Urgellès de Tovar (1845-1919), peintre paysagiste qui s’est reconverti dans le décor et la scénographie de théâtre et qui a travaillé pour les grandes salles de spectacle de Barcelone.

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Le personnage représenté ci-dessus est sans doute Fitzo, jongleur de rue, en fait empereur du Japon selon l’intrigue de la pièce. Il effectue un des tours les plus fameux des jongleurs-magiciens japonais, celui des papillons, des morceaux de papier pliés et déchirés que le saltimbanque fait voler à l’aide de son éventail (normalement pas deux comme ici).

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Ici, je pense que l’on peut reconnaitre Kosiki, personnage qui a donné son nom à la pièce. Elle commence l’histoire comme empereur et la finit comme impératrice, avec un passage par la rue comme saltimbanque. On la voit qui jongle dans un kimono court, coupé à mi-cuisse, ce qui devait permettre de mettre en lumière le galbe de ses jambes, objet d’un des actes les plus appréciés de l’opéra-bouffe, si l’on en croit les critiques françaises.

Le passage d’un sexe à l’autre permet aux costumiers d’imaginer des variations sur le kimono, qui devient ainsi un vêtement doublement hybride, à la fois masculin/ féminin et japonais/ occidental.

Dessin de Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

A cet exceptionnel ensemble de dessins, il faut ajouter des maquettes de décor, en bois et en papier3.

Maquette de décor pour Kosiki, réalisée par Fèlix Urgellès de Tovar; ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Urgellès a aussi utilisé ses talents pour décorer et aménager des magasins de Barcelone en style japonisant4. Il semble être un bel exemple de « japonisme consommateur ».

Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1510.
  1. En outre, d’après D.R. George, « Playing Japanese » in Fin-de-siecle Zarzuela, in Intersections of Race, Class, Gender, and Nation in Fin-de-siècle Spanish Literature and Culture éd. par J. Smith et L. Nalbone (Londres, 2016) (non paginé dans la version Google Books), le japonisme en Espagne doit être compris différemment de celui de France, du Royaume-Uni ou des États-Unis d’Amérique, car il se développe alors que l’empire espagnol se contracte et va sur son déclin. []
  2. Je me demande s’il ne faut pas ajouter à ces 33 dessins explicitement attribués à Kosiki par le site internet plusieurs illustrations de décor: Croquis per a palau oriental, Croquis per a rompiment d’estil oriental, Desconegut, Desconegut (2 dragons), Desconegut (Estància d’estil oriental), Desconegut (Moble d’estil oriental), Interior de palau decorat en vermell i dauratPorxada d’estil oriental. []
  3. Le site internet ne prend pas position sur le spectacle pour lequel ces maquettes ont été réalisées (« Espectacle: Desconegut ») : Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès. []
  4. On peut voir un dessin du « Pavelló Imperial Japonés » (1881) ici. []

Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018)

Grâce à la belle initiative du calendrier de l’avent du site SavoirsCom1, je découvre plusieurs documents liés au thème de ce carnet. Chères lectrices, chers lecteurs, je vous les offre comme cartes de vœux et vous souhaite une excellente année 2018.

  • l’œuvre d’Edgar Chahine (1874-1947), « peintre et graveur connu pour ses représentations de la vie parisienne à la Belle Époque ». Chahine a notamment illustré le livre de Gabriel Mourey, Fêtes foraines de Paris (Paris, 1906). On peut y lire les considérations suivante (p. 123):

(…) Voilà -t- il pas que l’ on se met à lancer chez nous cette nouveauté japonaise , le … comment prononce – t – on ? le … jésuchou , le jijusou .
– Le Jiu-jitsu

– Oui , c’ est bien cela , un nom à coucher à la rue ! Je ne sais pas en quoi ça consiste, cette affaire-là , mais ce que j’en ai entendu dire ne me dit rien qui vaille . Ça n’ est pas de la lutte, c’ est de la chirurgie . Il s’ agit d’ opérer son adversaire ; un petit coup par ci avec l’épaisseur de la main, une chiquenaude par là , un pinçon à droite , ou à gauche , et le tour est joué . Vous êtes cuit ; il n’ y a pas à rouspéter , paraît -il . Eh bien ! et si je lui colle un marron , moi , à votre professeur de jijusou , en plein visage ? Lui en ferai -je voir des chandelles ! pas trente-six , mais trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq ! Ah ! la bonne blague !

L’ heure passait ; nous nous séparâmes .

– Mon tramway n’ attend pas . Bonsoir , monsieur , et merci pour vos gentillesses . Voici ma carte : – Jean-Pierre Barbotton dit Gaspard le Terrible , ancien lutteur . Puteaux. – Elle est un peu sale , excusez . Je viens tous les soirs chez Marseille fils , pendant la foire à Neuilly , nous nous retrouverons .

Et comme il grimpait sur la plate-forme et que la voiture se remettait en marche :

– Oui , oui , si je lui colle un marron , à votre marchand de jijusou ! Trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq chandelles …

G. Mourey, Fêtes foraines de Paris . Gravures d’Edgar Chahine (Paris, 1906), p. 124.

  • Les photographies d’Henri Manuel (1874-1947), « photographe portraitiste français »

Melle Spindler  (Par Henri Manuel , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65135810): ceci n’est pas une geisha

Une recherche sur google images m’amène sur cette belle photographie: l’actrice est présentée sur internet comme jouant un rôle de geisha. En fait, il n’en est rien. Elle joue ici dans la pièce « La troisième lune », « comédie chinoise » de Fred Gresac et Paul Ferrier présentée au Vaudeville en 1904.

« La troisème lune, comédie de Paul Ferrier : défet de presse »;
Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-ICO THE-4156

Cette pièce n’a pas plus à tout le monde. Je recopie une critique, qui, on le verra, touche aussi au japonisme1:

Soirée Parisienne

THÉÂTRE DU VAUDEVILLE. — La Troisième Lune

C’est la soirée exotique. Il y a longtemps que nous ne l’avions eue!… Personne n’ignore, en effet, que, périodiquement, tous les quatre ou cinq ans environ, les directeurs, las de la production nationale, des reprises, des adaptations ou traductions, las surtout du petit, très petit mouvement d’argent soulevé par ces premières, traductions ou reprises, ont comme des nostalgies de voyages.

Ils songent à des rives lointaines, à des bananiers, à des poissons volants, à des mousmés fardées et menues. Ils ont lu Loti. Ils l’ont même joué… rarement. On leur a parlé du livre de Myriam Harry, dans le monde… Leur enfance bercée par du Jules Verne, les attendrit à cette heure difficile de l’âge mûr. Et puis, enfin, il faut surtout sortir de cette sacré nom d’un chien de crise financière. Alors?.

Alors. Ils ont un petit mouvement de fièvre, se couchent, pensent. Et leur petite crise d’exotite aiguë leur rapporte la forte somme – ou la leur fait perdre une fois de plus !

Et ils n’en meurent pas et même ils se payent de petites trouvailles de mise en scène – oh! pas bien audacieuses, pas bien somptueuses, pas bien rares – mais qui, toujours, invariablement, et par une sublime routine, font que « la scène se passe en Chine ou au Japon « …

Voilà ! on n’en sort pas!… On ne veut pas en sortir. On n’en sortira pas de sitôt encore.

Il y a pourtant, ailleurs, de beaux pays !
Il y a—je ne sais pas moi !—l’Annam, le Cambodge, les Indes… Oui… oui… Mais ce n’est pas théâtre. (Comprenez-vous la valeur de l’objection ?) Tandis qu’il est convenu que, dès qu’il s’agit d’exotisme, la Chine est théâtre. Cela est convenu, une fois pour toutes, et pour toujours !

Songez donc, voyons !  » La Chine « , vous voyez cela d’ici. Ce qu’il y a à faire. Au premier acte, un intérieur …  les laques … les soies… les boîtes à fard … cette reconstitution si curieuse … les petits pieds … les mains de ces gens-là!!. Et ces noms, les noms adorablement comiques. Les dames qui s’appellent : Hirondelle, Nez-qui-Remue … Bananier-secoué-par-le-vent. Ferme-ta-bouche-ou-je-saute. etc. Et les hommes, les hommes qui 3’appellent : Bon-Dieu-de-Bras, ou, Va-t-en-Voir-Si-j’y-Suis. En six traits d’union sur le programme. Fan! un effet comique, d’avance ! Comment vouiez-vous qu’on se prive d’un pareil appoint de rire et de succès !

— Et vous verrez, vous verrez au second acte : le jardin, le jardin et les lanternes en papier; la cascade minuscule. Un argent fou! On fera un argent fou !

Ainsi parlent les directeurs, sublimes routiniers, augures du goût public, et qui rêvent de mise en scène somptueuse et prévue. Ainsi pensent-ils se jeter dans l’originalité et la dépense. Pour l’exotisme! Ainsi ont-ils une petite crise périodique. Aussi en sont-ils, parfois, récompensés !

Tout de même, le voilà, le voilà, le péril jaune. C’est dans le monde des théâtres qu’il sévit surtout. Car pour une Marchande de Sourires, que de marchands en larmes, que d’administrateurs aux abois. Et, hier, nous avons écouté la Troisième Lune, de Mme Gresac. Et comme c’était écrit avec bonne humeur et monté avec goût, et joué en perfection, par MM. Lérand, Colombey, Gauthier, Numa, Baron ; par Mmes Thomassin, Grassot, Marthe Regnier, Caron, Bernou et de Bray. Il se peut que nous soyons mûrs, nous aussi, pour notre petite crise d’exotite. D’autant que voilà bien quatre ou cinq ans qu’on nous laisse tranquilles avec les Fleurs-de-Pêcher et les Soleil-de-Rizières. (Je vous le dis, en vérité, c’est périodique.) Donc, hier, nous avons été très bien.

Nous avons revu, nous avons salué les petits pieds, les petits laques, et la petite cascade promise par M. Porel ; nous avons constaté, avec plaisir, qu’à mesure que la pièce s’avançait, les personnages – surtout les femmes – se déchinoisaient (à onze heures, les chignons étaient à la dernière mode de Longchamp et les gens aussi). Et ceux d’entre nous qui n’ont que l’esprit des autres, et de la minute, ont été si, si, contents de se fournir à rire — oh ! bien légèrement, sans doute — en se proposant, par un mot de la fin sublime d’être bête, d’aller à l’Américain, à côté, prendre un Chinois!!. Ah! exotisme! exotisme! que de verve se gaspille à ton propos!.

Edmond Sée.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1381.
  1. Gil Blas 8 mai 1904, p. 2. Une critique assassine de la pièce, signée d’une autre personne, précède ces considérations générales []

Flaubert : dans les marges du japonisme

Daniel Darc, La Princesse Méduse, illustré par les frères Régamey (1880).
« de la vraie démence ! » (voir ci-dessous)

 

Grâce au blog de Pierre Assouline, La république des livres, j’ai eu le plaisir de découvrir une nouvelle pépite d’internet; l’édition électronique par le Centre Flaubert (Université de Rouen) de la correspondance de Flaubert: http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php, et j’ai essayé de voir ce que cet auteur pouvait penser du Japon. Bien peu si l’on en juge par les résultats suivant:

  • Japon: 2 occurrences (Attention, l’index des lieux ne contient pas le mot « Japon ».)1
  • Japonais: 4 occurrences
  • Japonaise: 3 occurrences
  • Japonaises: 3 occurrences

Des recherches sur différents noms de lieu (Tokyo, Edo, Kyoto, Yokohama, Nagasaki, …)  ou sur des mots comme mousoumè, geisha, shogun, mikado n’ont rien donné.

Flaubert, par ses amitiés littéraires et sa vie sociale, connaissait probablement bien le japonisme, mais comme le montre sa critique des illustrations du roman de Daniel Darc (pseudonyme de Marie Régnier) par les frères Régamey, il ne semble pas personnellement y goûter2 .

On voit aussi dans les passages ci-dessous l’importance que jouent les expositions universelles pour propager l’image du Japon au-delà des cercles d’amateurs de ce pays et sa culture. Même une basse-cour japonaise  pouvait être un spectacle exotique.

Plusieurs points me restent mal compris: je me demande quelle est la cuisine japonaise que pouvait servir la princesse Mathilde et ce qu’est la « pancarte japonaise » de Marguerite Charpentier. On ne saura sans doute jamais ce que Flaubert voulait dire par « Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. » dans sa lettre à Léonie Brainne.

Date Destinataire

Texte

Volume de l’édition Pléiade
 15 septembre 1846 Emmanuel Vasse de Saint-Ouen

si tu peux me dénicher quelque recueil de poésies ou de vaudevilles quelquonques plus ou moins facétieux composés par des Arabes, des Indiens, des Perses, des Malais, des Japonais ou autres, tu peux me l’envoyer. si tu connais quelque bon travail (revue ou livres) sur les religions ou les philosophies de l’Orient, indique-le-moi.

 I 344
20 mai 1873 Caroline Commanville (nièce de Flaubert)

Quand tu viendras ici, n’oublie pas de m’apporter : 1° le gd cordon de sonnette qui a dû être remis lundi dernier, chez toi. 2° mes portraits de japonaises.

IV 663
11 décembre 1873 Caroline Commanville

en sortant du bureau télégraphique du gd hôtel, j’ai rencontré Cernuschi. – Demain je déjeune chez lui. après quoi il me montrera ses curiosités japonaises.

IV 752
7 mars 1874 Marguerite Charpentier

Je reçois votre pancarte japonaise au moment où je venais de vous prévenir que ma Ière n’a lieu que mercredi !

IV 777
27 mai 1878 Edma Roger des Genettes

Paris commence à m’écœurer fortement. Quand je l’habite depuis plusieurs mois, il me semble que tout mon être s’en va par mille pertuis & se répand au niveau du trottoir. ma personnalité s’envole, comme fêlée par le contact des autres. Je me sens devenir cruche. – et puis, l’idée seule de l’Exposition me fatigue. – j’y ai été deux fois – La vue générale du haut du Trocadéro est vraiment splendide. Cela fait rêver à des Babylones de l’avenir. Quant aux détails, ce qui m’a le plus amusé c’est une basse-cour japonaise. Il faudrait trois mois, à quatre heures par jour pr connaître tout ce qu’il y a dans ces « gdes assises de la civilisation ». Le temps me manque. Il faisons notre métier !

V 385
29 juillet 1878 Princesse Mathilde

J’étais invité auj hier à aller à Chenonceaux pr l’inauguration de la statue de P. L. Courier. ce l Cette « petite fête de famille » ne m’a pas séduit. vu le nombre de reporters qui ont dû l’émailler. J’aimerais mieux m’en aller chez vous, goûter à la cuisine japonaise – sûr d’avance que je la trouverais exquise.

V 410
11 juin 1879 Léonie Brainne

Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. – je vous expliquerai ça

 V 656
19 novembre 1879 Marie Régnier Commentaire sur son livre (paru sous le nom de plume Daniel Darc) La princesse Méduse (1880), en particulier sur ses illustrations (de Félix et Frédéric Régamey) , que Flaubert ne semble pas aimer

Mais je suis Hindigné contre vos illustrations. Quel dessin ! & quelles inventions ! Est-il possible d’exécuter plus lourdement la littérature ! Le frontispice, surtout, est de la vraie démence. Le portrait d’une cocotte pr figurer un être idéal ! Tout ce qu’il y a de plus connu & poncif, sous prétexte de nous faire rêver à l’insaisissable ! Grévin dans l’azur ! Non, ma parole d’honneur, j’en suffoque de colère ! Et les cassures japonaises en bas des draperies. Prquoi le Japon ? Mais le chic ! le chic ! Charpentier se pâme là devant, je suis sûr !

 V 745
2 février 1880 Léon Hennique Commentaires sur le livre de Hennique

[p. ]185. Le maître & le valet se labourant la peau, à coups de poignards ! Vous croyez peut-être que ça ferait rire ? Mais imaginez du sang qui coulerait, & on ne rirait plus. (Seulement la sa l’action ici est amenée trop vite). & puis il y a encore eu des gens comme ça – & il y en a encore ! Pendant l’Exposition de 1867, des Japonais à Paris & à Marseille se sont livrés à deux duels p de ce genre – & Comme pénitence, les Bouddhistes en font autant.  & en France, à l’heure qu’il est certains catholiques ! tels que Mr Dupont, de Tours – (voy. l’A  La Foire aux reliques & L’Arsenal de la dévotion de Paul Parfait).

 V 810
11 février 1880 Edmond de Goncourt

« L’ami Flaubert » s’est bassiné l’œil cet après-midi avec vos Albums japonais. – Mais je ne voudrais pas me livrer souvent à de pareils régals de m de couleurs – car je retombe plus gémissant sur mon roman philosophique !!! Prquoi la Fatalité veut-elle que je prenne toujours des sujets abominables !

(…)

C’est charmant, exquis (& instructif) ce que vous dites des Albums japonais – des lutteurs, des robes de femmes, du plaisir qu’ils se donnent avec l’eau, etc. – Oui, mon cher ami, sans blague aucune, c’est bien troussé ! – & si tout est comme ça, ce sera un livre chouette.

 V 824
Annexe:

Article Wikipédia créé lors de l’écriture de ce carnet: Marie Régnier

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Flaubert : dans les marges du japonisme ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/12/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1291.
  1. Ajout du 9 décembre: Grâce à la réactivité dynamique de Danielle Girard, le mot a maintenant été ajouté à l’index. Merci à elle pour son gentil message. []
  2. On peut sans doute comparer cela avec l’attitude de Flaubert vis-à-vis des illustrations choisies par Charpentier, leur éditeur commun, pour son texte Le Château des Cœurs (1880); voir Tomoko Hashimoto, « Gustave Flaubert, Kokoro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 05 avril 2016. URL : http://flaubert.revues.org/2513 []

Réponse à la réponse de M. Goto-Jones

[An English version of this text is available on this blog]

Il y a quelques temps j’ai écrit un compte-rendu sévère et franc du livre de Chris Goto-Jones, Conjuring Asia. Magic, Orientalism, and the Making of the Modern World (Cambridge University Press, 2016), sur le site internet newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

J’ai découvert il y a deux jours que le site a aussi publié une réponse de M. Goto-Jones à ma recension. Comme l’éditeur du site ne m’a pas averti de cela, que le texte de Goto-Jones est long de presque 3.000 mots alors que les consignes éditoriales que j’avais reçues de newbooks.asia imposaient une limite de 1400 mots aux compte-rendus, je me sens plus à l’aise de publier ma réponse aux critiques de Goto-Jones ici, sur ce carnet.

Comme je voudrais essayer de ne pas lasser le lecteur, je vais résumer les critiques les plus importantes que j’adresse au livre. Je le trouve mauvais parce que, à mon sens, Goto-Jones a étudié un groupe de magiciens, leurs pratiques et leur inscription dans le phénomène de l’orientalisme sans exploiter toutes les sources qui sont à la disposition des chercheurs, sans chercher réellement à étudier quelle était la réception publique de ces spectacles, c’est-à-dire sans multiplier les points de vue, et enfin sans analyser les conditions matérielles et sociales de leur organisation. Il me semble que ces carences rendent ses résultats peu intéressants et ne peuvent mener à une bonne étude historique.

Ma critique de la partialité de ses recherches de sources se veut d’autant plus forte  que je regrette que Goto-Jones n’ait absolument pas exploité les ressources électroniques des bibliothèques et centres d’archives du monde entier, alors que leurs efforts de digitalisation ont dramatiquement changé notre accès aux sources. Dans son livre, Goto-Jones a complètement raté cette révolution de la recherche historique.

J’en profite ici pour signaler un autre type de documents ignorés par Goto-Jones. Alors que son livre est illustré de 14 images, il n’offre aucune analyse de ces documents: ils ne sont là que pour leur effet décoratif.

Ces remarques concernent la 2e partie du livre de Goto-Jones, qui, il a raison dans sa réponse sur ce point, m’intéressait plus que la première, et donc m’a plus déçu. Quant à la première partie de son livre, ma seule critique était qu’elle aurait pu être plus courte avant d’arriver à sa conclusion de 3 mots et deux signes « magic = illusion + glamour ».

Comme Goto-Jones me reproche d’avoir été distrait et de ne pas avoir vu que cette citation n’était pas de lui, je reproduis ici en son entièreté le paragraphe qui conclut la première partie du livre (p. 98):

In sum, as its base, good modern magic is the artistic and nonharmful performance of apparent counter-physical supernatural causation, resting on the honesty of its pretence amidst a shared complicity in the denial of that pretence. This is not a million miles from Sam Sharpe’s concise definition: magic = illusion + glamour.

Je trouve que Goto-Jones ne manque pas d’audace quand il me reproche d’avoir répété sa propre figure de rhétorique. Il fait bien sienne la formule de Sharpe: sans guillemets, elle ferme son chapitre. J’avais écrit dans mon compte-rendu « it [is] not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’ ». Il semble que j’aurais dû préciser que cette conclusion avait été atteinte en 1975, ce qui rend la longueur de ce chapitre encore plus pesante.

Remarques de moindre importance
  1. Je trouve que Goto-Jones a déformé plusieurs de mes propos dans sa réponse. Je laisse les lecteurs intéressés se forger leur propre opinion en lisant le tableau comparatif suivant:
Ce que j’ai écrit Ce que Goto-Jones a lu
The first part of the work consists of a long and repetitive attempt at offering a ‘theory of modern magic’, and this reviewer hopes that he will be forgiven for thinking it not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’. 20 pages should have been more than enough. Instead, he glosses these chapters with the suggestion that my conclusion is that modern ‘magic = illusion + glamour’ (p. 98), noting that he finds this conclusion uninteresting.
It is possible that the review in Le Figaro was a paid advertisement in the guise of a critic but this French article, easily available on the French National Library’s website, Gallica,[i] proves beyond doubt that Soo presented himself successfully from the start as an authentic Chinese person, contrary to what Goto-Jones thinks. Quite correctly, D’Hautcourt then casts doubt on the reliability of the review that he found (noting that performers often placed their own paid reviews in newspapers to boster ticket sales), but then claims that this doubtful review ‘proves beyond doubt’ that Robinson’s performance was a success.
He writes that ‘Aside from the formal delegations, state-sanctioned troupes of performers left Japan in the 1860s’ (Goto-Jones misrepresents the results Frederik Schodt presented in his beautiful book Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe, Berkeley: Stone Bridge Press, 2012). Nothing can be further from the truth: before the Meiji reform, the magician/ jugglers were hinin, members of a pariah class, and, for years, Japanese officials did their utmost to distance themselves and the official image of Japan from these migrant artists. Concretely, he asserts that ‘nothing can be further from the truth’ than my contention that Japanese magicians travelled to Europe and North America and performed there on formal occasions in the 1860s, hence representing ‘Japanese magic’ to Western audiences.

A propos de ce dernier paragraphe sur les magiciens japonais, Goto-Jones m’a vraiment mal lu, et toutes ses considérations dans sa réponse sont nulles et non avenues.

2. Comme Goto-Jones ne comprend pas pourquoi je trouve qu’il a mal cité le livre de Schodt, je reproduis ici un extrait des p. 271 et 272 de son livre:

As it happens, Japan was fully aware that its image in the west was somewhat confused, after centuries of relative isolation. Hence, during the second half of the nineteenth century it engaged in a concerted effort to (re)build its national identity through cultural exchange. Aside from the formal delegations, state-sanctioned troups of performers left Japan in the 1860s. Perhaps the most famous of these were the Imperial Japanese Troupe, which set off east to the United States, and the japanese Troupe, which travelled west to Europe in 1867, followed [/272] by the Royal Tycoon Troupe, which headed into Asian and Oceania. [[18]]

[[footnote 18]] The story of the Imperial Japanese Troupe is recounted in great detail by Frederik Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. Berkeley: Stone Bridge Press, 2012

Le problème ici, comme je le dis dans mon compte-rendu, est que ces troupes de jongleurs/acrobates/musiciens n’avaient aucun rapport avec les autorités publiques du Japon (c’est une erreur de les qualifier de « state-sanctioned ») malgré leurs noms de « Royal » ou « Imperial ». En outre, Schodt étudie longuement et précisément dans son livre les difficultés que les membres de la « Imperial Japanese Troupe » ont rencontrées pour obtenir un passeport, car les fonctionnaires japonais ne voulaient pas que l’image du Japon soit, à leurs yeux, affectée par ces bateleurs (j’ajoute, issus d’une classe de pariah, les hinin).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Réponse à la réponse de M. Goto-Jones ». Publié sur Acrobates japonais en France le 07/11/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1247.

Rencontres des chercheurs francophones du Kansai 2017

Poster des Rencontres des chercheurs francophones du Kansai, 10 juin 2017, Université des Études Étrangères de Kyoto

Site officiel de l’événement: https://sites.google.com/site/rcfk2017/home

Voici les diapos Power Point de la petite présentation (« Les acrobates japonais en France et leurs imitateurs », 20 minutes) que j’ai eu le plaisir de faire aux RCFK 2017, une journée de conférences très plaisante et instructive puisqu’elle mêlait sciences dures et humanités ou sciences humaines et sociales. Ce n’était pas toujours facile à suivre, mais cela fait du bien de sortir de sa spécialité.

Un tout grand merci aux organisateurs et aux autres participants pour leurs questions et nos débats.

Je me permets de signaler pour les lecteurs de ce carnet la présentation d’Orsola Battaggia (Université de St Agnes), Une introduction aux « kosode moyo hinagatabon » : les magazines de mode des époques Edo et Meiji. C’est un détail parmi tout ce qu’elle a dit, mais elle a montré que ces magazines de mode de l’époque Meiji étaient imprimés en partie pour répondre à la demande des voyageurs (touristes ?) étrangers, ce qui, comme je le proposais sur une des diapos de ma présentation, semble prouver que le japonisme est à comprendre comme un échange réciproque entre le Japon et les autres pays, pas comme une influence à sens unique du Japon vers les autres cultures.

Sans rapport avec ce carnet, j’ai aussi, personnellement, été particulièrement intéressé par les présentations de

  • Oussouby Sacko (Kyoto Seika University), Les récits du projet de rénovation “Escola” et l’impact des transformations communautaires sur le tissu urbain  – Le cas des machiya et nagaya de Kyoto – (sur le nombre incroyable de maisons abandonnées à Kyoto, les efforts pour les faire revivre et éviter leur destruction, et sur les relations de voisinage dans la ville)
  • Marie-Nöelle Beauvieux (Université Ritsumeikan), De la rhétorique classique dans le fragment moderne : Akutagawa Ryunosuke et la Rochefoucauld (une belle présentation de littérature comparée et d’étude des relations culturelles entre France et Japon)
  • Tristan Hascoet (Université de Kobe), Applications du deep learning à la croisée du langage et de la vision (pour son usage de Wikipedia comme source de données et outil de travail)
  • Emilie Even (Université Municipale d’Osaka), Origine et Transport de l’arsenic dans les rivières de la région d’Hokusetsu au Nord de la Préfecture d’Osaka (pour la clarté de ses explications, pour avoir parlé d’une partie d’Osaka qui m’est chère et m’avoir rassuré)
  • Eric Faure (INALCO), De l’origine de quelques légendes à propos de Sugawara no Michizane (parce que je me suis demandé si les exemples qu’il a donnés de critique historique, de rationalisme voire de positivisme par des Japonais vis-a-vis de mythes de fondations japonais ne pourraient pas être ajoutés au livre de Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016).

Pardon à ceux que je n’ai pas mentionnés ici; allez voir le livret de la journée pour les découvrir.

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Ajouts du 22 octobre 2017

Je recopie pour une meilleure appréciation du contexte du panorama de Dumoulin deux illustrations que j’ai trouvées sur le blog Les Musées d’Extrême-Orient (Bruxelles), Orion en aéroplane (10 mars 2012):

Le Tour du Monde, exposition de 1900

Affiche pour le Tour du Monde

En outre, voici la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

On trouvera beaucoup d’autres documents et informations sur ce site:  Philippe Bournazel, http://exposition-universelle-paris-1900.com/index.php?title=PANORAMA_DU_TOUR_DU_MONDE&oldid=23050

Mise à jour du 23 mars 2018

Une nouvelle entrée de ce carnet concerne Dumoulin: Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900

Une publication japonaise récente: ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕

小山 騰, ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕 (2015)

Table des matières:

Je signale la publication récente du livre de Noboru Koyama, ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕, London Nihonjin mura o tsukutta otoko – nazo no kougyoushi Tanaka Buhikurosan 1839-1894 (Le mystérieux forain Buhikurosan Tanaka, l’homme qui a construit le Village japonais de Londres) (2015) (ISBN 978-4865780383).

Il s’agit d’une biographie de Tannaker Buhicrosan, dont le titre de gloire le plus connu est l’organisation d’un « Japanese Village » à Londres de 1885 à 1887. On pouvait naturellement y voir parfois des acrobates et des jongleurs.

Liens supplémentaires avec quelques illustrations:

 

Identité ? Hybridité du japonisme (2 modestes réflexions à partir d’une interview de Gérard Noiriel)

Gérard Noiriel a donné une longue et intéressante interview au journal Le Monde : « Réhabiliter Chocolat, figure noire populaire » (20 janvier 2016) (Son interlocutrice était Esther Attias)

En voici deux extraits que je trouve particulièrement pertinents pour mes recherches sur les acrobates japonais en France:

(…)

Néanmoins, comme le rappelle Ta-Nehisi Coates dans « Une colère noire  » (…), la France s’est bâtie grâce à ses esclaves noirs…

Certes, mais ce fait historique ne suffit pas à créer une identité noire. Au XIXe siècle, en France métropolitaine, il y a une forte conscience de classe, mais il n’y a pas de communauté noire à proprement parler. Par exemple, on ne retrouve pas de solidarité ni de processus d’identification entre Chocolat, un prolétaire immigré, et les intellectuels noirs à Paris  : l’intellectuel haïtien Bénito Sylvain écrit dans La Fraternité, l’hebdomadaire qu’il a fondé, sans jamais citer Chocolat. Pour ces hommes de lettres, le cirque est soit trop aristocratique, soit trop populaire, et Sylvain n’apprécie pas que Chocolat puisse gagner sa vie en faisant rire les Blancs. Mais contrairement à ce qu’on voudrait croire, Chocolat n’est pas aliéné pour autant. A sa manière, il dessert l’étau des stéréotypes.

Mon commentaire: on observe le même phénomène avec les artistes de cirque japonais. Pour autant que je sache, leurs compatriotes en voyage ou en séjour d’études en France cherchaient avant tout à les éviter et à ne pas leur être associés. Dans le cas des Japonais de la fin du XIXe siècle, il faut aussi prendre en compte que les artistes de cirque jusque dans les années 1860 appartenaient aux « hinin », avaient un statut de parias, qu’ils n’ont officiellement perdu qu’à l’ère Meiji, sans que les stéréotypes ne s’arrêtent avec les changements légaux.

Pourquoi établir un lien entre les « minstrels  » américains et Chocolat  ?

Personne n’en parle dans l’historiographie française, mais je prétends qu’une partie de la culture populaire, notamment la musique et les chansons de ­cabarets, vient des minstrels. A l’époque, le mot « minstrel  » faisait partie des cinquante mots anglais les plus connus des Français. L’occultation dont Chocolat a fait les frais s’étend plus largement à l’apport de la culture afro-américaine. (…)

Mon commentaire: j’ai l’impression que les paroles de Gérard Noiriel pourraient s’appliquer au japonisme et son étude. On a tendance à le voir comme une relation binaire entre des Français, intellectuels ou artistes, et le Japon, alors que, bien souvent, il faudrait le considérer comme un phénomène triangulaire puisque les États-Unis et leurs marchands, artistes ou intellectuels servaient souvent de filtres ou d’interlocuteurs au japonisme français. Dans le cas des acrobates et artistes de cirque japonais de 1867, outre le fait qu’ils sont arrivés en France après avoir rencontré le public des Etats-Unis et s’y être adaptés, Schodt a bien montré dans son livre le rôle qu’avait joué l’impresario américain Risley dans la constitution de leur répertoire de tournée. Ce n’est pas un spectacle purement japonais que les Parisiens ont découvert aux marges de l’exposition universelle de 1867, même s’ils étaient convaincus d’assister à quelque chose d’inédit et de jamais vu.
(F.L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe: How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (2012))

Une nouvelle revue: Journal of Japonisme

Journal of Japonisme 1 (2016)

Voici la table des matières du premier numéro de la nouvelle revue Journal of Japonisme (publiée par Brill):

 

  • Other
    Publisher’s Note
    • Author: Inge Klompmakers
    • pp.: 1–1 (1)
  • Research Article
    Reflecting on Japonisme
    • Author: Gabriel P. Weisberg
    • pp.: 3–16 (14)
  • Research Article
    The Bracquemond-Rousseau Table Service of 1866
    • Author: Sonia Coman
    • pp.: 17–40 (24)
  • Research Article
    Eastern Wind, Northern Sky
    • Author: Malene Wagner
    • pp.: 41–65 (25)
  • Research Article
    Japonisme and the Birth of Cinema
    • Author: Daisuke Miyao
    • pp.: 66–92 (27)
  • Research Article
    Water Lilies Among the Wheat Fields
    • Author: Sarah Sik
    • pp.: 93–121 (29)
  • Book Review
    Hokusai (1760–1849) Paris, Grand Palais. October 1 – November 20, 2014 and December 1, 2014 – January 18, 2015. Catalogue, written by Laure Dalon et al., 2014
    • Author: Vibeke Röstorp
    • pp.: 123–138 (16)
  • Book Review
    Erotic Japonisme, The Influence of Japanese Sexual Imagery on Western Art , written by Ricard Bru, 2014
    • Author: Laurinda S. Dixon
    • pp.: 139–143 (5)
  • Book Review
    Territoires du Japonisme, edited by Patricia Plaud-Dilhuit, 2014
    • Author: Etienne Tornier [qui a lui-même écrit dans le livre dont il fait le compte-rendu, ce qui ne semble pas être précisé]
    • pp.: 144–149 (6)
  • Other
    Announcement For the next issue: Journal of Japonisme, No.1.2, Special Issue
    • Author: Tsukasa Kodera
    • pp.: 151–154 (4)

    En allant sur le site internet de l’éditeur, il est possible d’accéder gratuitement à ces articles (jusqu’en décembre 2017)

 

Site (et carnet) du jour: le Kiosque lorrain

Pour la recherche que je mène, depuis le Japon, sur les acrobates et autres artistes de cirque et de music-hall japonais en France, mes sources proviennent à 95 % de sites internet et donc de la numérisation de collections et d’archives. Pour avoir une bonne idée, concrète, du processus de numérisation, je recommande la notice d’E. Nunes, « Numériser la presse : les coulisses », sur le carnet Épitomé (14 octobre 2015) (http://epitome.hypotheses.org/1000).

Cette entrée de carnet m’a fait découvrir le site du Kiosque lorrain : « Il présente la numérisation en texte intégral de la presse quotidienne régionale de Meurthe-et-Moselle ainsi qu’un ensemble de revues d’actualité, littéraires ou culturelles publiées à Nancy au tournant du vingtième siècle.”

Dans l’Est républicain, j’ai déjà trouvé plusieurs mentions d’artistes japonais, certains que je connaissais par leur activité à Paris, grâce à Gallica, d’autres qui m’étaient inconnus, par exemple les « Laporte, jongleurs japonais » (en 1899).

Grâce à de telles ressources, il y a bon espoir de pouvoir étudier la diffusion provinciale de la partie du japonisme objet de ce blog.

 

 

 

Symposium international : Genèse des études japonaises en Europe – autour du fonds Léon de Rosny –

Vu sur les Carnets du Centre Japon:

colloque

Symposium international organisé par le CECILLE (Centre d’Etudes en Civilisations, Langues et Lettres Etrangères) qui se tiendra les 23 et 24 novembre 2015 à l’Université Lille, Sciences Humaines et Sociales, Maison de la recherche.

Léon de Rosny (1837-1914), premier titulaire d’une chaire en langue et civilisation japonaises en France, est  au cœur du processus de la modernité intellectuelle du XIXème siècle, comme l’un des grands fondateurs des études japonaises en Europe.  Ce grand spécialiste des civilisations orientales et pré-colombiennes, a légué toute sa collection d’ouvrages en japonais et en chinois à la ville de Lille, sa ville natale. Or, d’après son testament, ces ouvrages ne peuvent être ni prêtés, ni sortis de la bibliothèque. Il incombe donc à la section des études japonaises de l’université de Lille de promouvoir cette précieuse collection d’ouvrages, pour certains très rares au Japon comme en France. Ce symposium marquera la première étape d’une recherche que nous espérons pérenne. Il sera l’occasion de présenter les résultats des travaux effectués dans le cadre des Partenariats Hubert Curien, le programme franco-belge Tournesol, qui a débuté en 2014.

Programme

ebay et « un poème inédit » de Catulle Mendès

Depuis quelques jours, on trouve proposé à la vente sur ebay un exemplaire de La demoiselle en or. La vie et la mort d’un clown de Catulle Mendès (Paris, 1879), dans lequel se trouverait un « poème autographe inédit de Catulle Mendès signé et dédicacé » à Nina de Villard.

Je recopie ici le texte, que le vendeur de l’objet (« david1893 ») a obligeamment transcrit (une photo permet de vérifier sa lecture):

« À Madame Nina de Villard
autour du « Clown »

Comme un japonais d’Ieddo
Votre Clown a des Grâces molles ;
Il tord sa bouche en forme d’O
Comme un japonais d’Ieddo.
Les Hanlon dans Do Mi Sol Do
N’ont pas d’aussi souples guibolles,
Comme un japonais d’Ieddo,
Votre clown a des grâces molles.

Le Mien n’est qu’un facheux cadeau !
C’est un cousin des Rocamboles,
Buvant le sang en guise d’eau,
Le Mien n’est qu’un facheux cadeau.
Il troublera votre Dodo
Par ses sinistres hyperboles.
Le mien n’est qu’un facheux cadeau.
C’est un cousin des Rocamboles.

Catulle Mendès »

NB: je ne suis pas spécialiste de littérature française ni expert bibliophile et n’ai pas les compétences nécessaires pour juger de l’authenticité de cet objet. Cette entrée de carnet n’est qu’informative, et ne vaut pas approbation des informations données sur ebay.

Nina de Villard est notamment connue pour son portrait par Manet, au milieu d’éventails japonais.

NinaCallias Édouard Manet [Public domain], via Wikimedia Commons

Il me semble que Catulle Mendès fait ici allusion au petit texte de Nina de Villard, Le Clown (1878 ?):

A propos de ce texte, A. de Bersaucourt, Au temps des Parnassiens : Nina de Villard et ses amis (1921) commente:

Le Clown est l’ironique histoire d’un
homme de lettres qui n’a pas réussi.
Poète, il a rêvé la gloire, célébré la mer,
le ciel et l’amour, composé plusieurs
livres dont les éditions dédaignées du
public dorment, poussiéreuses, dans les
boîtes des bouquinistes. Las d’offrir en
vain ses manuscrits et d’attendre dans les
antichambres, fatigué de voir naître et
mourir des jeunes revues, écœuré de se
sentir un martyr ridicule, il a résolu, nous
dit-il, de « marcher sur les mains » à la
postérité et de devenir clown. Le portrait
que Nina trace du clown a de la fantaisie
et de la couleur. Il rappelle la verve de
Charles Cros haranguant la « jeune fille
du caboulot » qui montre sa gorge nue au
public imbécile, et les Goncourt, en
mémoire des Frères Zemgano, eussent
aimé ces vers :

Je porte une perruque écarlate, un maillot
Tout zébré de dessins fantasques, dernier mot
Des gommeux du tremplin ; un sourcil circonflexe
Abrite mon regard qui trouble l’autre sexe.
Je suis le roi des désossés ; comble de l’art,
Je rase une table en faisant le grand écart,
Comme un rameur véloce en une périssoire.
J’improvise des pas sur une balançoire ;
Les applaudissements gantés me sont acquis
Quand je jongle avec des couteaux, d’un air exquis.
Brillant d’une gaieté féroce et japonaise,
Tantôt guépard, tantôt boa, tantôt punaise,
Je sais bondir, ramper, m ‘aplatir, chaque soir…

Voir aussi:

Vous voyez le « sourcil circonflexe » ?
Coquelin cadet Potache Feydeau By caricature anonyme [Public domain], via Wikimedia Commons