ebay et « un poème inédit » de Catulle Mendès

Depuis quelques jours, on trouve proposé à la vente sur ebay un exemplaire de La demoiselle en or. La vie et la mort d’un clown de Catulle Mendès (Paris, 1879), dans lequel se trouverait un « poème autographe inédit de Catulle Mendès signé et dédicacé » à Nina de Villard.

Je recopie ici le texte, que le vendeur de l’objet (« david1893 ») a obligeamment transcrit (une photo permet de vérifier sa lecture):

« À Madame Nina de Villard
autour du « Clown »

Comme un japonais d’Ieddo
Votre Clown a des Grâces molles ;
Il tord sa bouche en forme d’O
Comme un japonais d’Ieddo.
Les Hanlon dans Do Mi Sol Do
N’ont pas d’aussi souples guibolles,
Comme un japonais d’Ieddo,
Votre clown a des grâces molles.

Le Mien n’est qu’un facheux cadeau !
C’est un cousin des Rocamboles,
Buvant le sang en guise d’eau,
Le Mien n’est qu’un facheux cadeau.
Il troublera votre Dodo
Par ses sinistres hyperboles.
Le mien n’est qu’un facheux cadeau.
C’est un cousin des Rocamboles.

Catulle Mendès »

NB: je ne suis pas spécialiste de littérature française ni expert bibliophile et n’ai pas les compétences nécessaires pour juger de l’authenticité de cet objet. Cette entrée de carnet n’est qu’informative, et ne vaut pas approbation des informations données sur ebay.

Nina de Villard est notamment connue pour son portrait par Manet, au milieu d’éventails japonais.

NinaCallias Édouard Manet [Public domain], via Wikimedia Commons

Il me semble que Catulle Mendès fait ici allusion au petit texte de Nina de Villard, Le Clown (1878 ?):

A propos de ce texte, A. de Bersaucourt, Au temps des Parnassiens : Nina de Villard et ses amis (1921) commente:

Le Clown est l’ironique histoire d’un
homme de lettres qui n’a pas réussi.
Poète, il a rêvé la gloire, célébré la mer,
le ciel et l’amour, composé plusieurs
livres dont les éditions dédaignées du
public dorment, poussiéreuses, dans les
boîtes des bouquinistes. Las d’offrir en
vain ses manuscrits et d’attendre dans les
antichambres, fatigué de voir naître et
mourir des jeunes revues, écœuré de se
sentir un martyr ridicule, il a résolu, nous
dit-il, de « marcher sur les mains » à la
postérité et de devenir clown. Le portrait
que Nina trace du clown a de la fantaisie
et de la couleur. Il rappelle la verve de
Charles Cros haranguant la « jeune fille
du caboulot » qui montre sa gorge nue au
public imbécile, et les Goncourt, en
mémoire des Frères Zemgano, eussent
aimé ces vers :

Je porte une perruque écarlate, un maillot
Tout zébré de dessins fantasques, dernier mot
Des gommeux du tremplin ; un sourcil circonflexe
Abrite mon regard qui trouble l’autre sexe.
Je suis le roi des désossés ; comble de l’art,
Je rase une table en faisant le grand écart,
Comme un rameur véloce en une périssoire.
J’improvise des pas sur une balançoire ;
Les applaudissements gantés me sont acquis
Quand je jongle avec des couteaux, d’un air exquis.
Brillant d’une gaieté féroce et japonaise,
Tantôt guépard, tantôt boa, tantôt punaise,
Je sais bondir, ramper, m ‘aplatir, chaque soir…

Voir aussi:

Vous voyez le « sourcil circonflexe » ?
Coquelin cadet Potache Feydeau By caricature anonyme [Public domain], via Wikimedia Commons

Franco-Asian Connections and Intersections through Popular Culture

A toutes fins utiles, je recopie un extrait de la lettre électronique H-Japan:

Type:
Call for Papers
Date:
September 30, 2015
Location:
United States
Subject Fields:
Cultural History / Studies, Asian History / Studies

Asian pop music, comics, drama, film, graphic novels; these cultural products are increasingly present transnationally signaling new currents of popular culture and underscoring the interconnected nature of our globalizing world. Within the pan-Asian context, the concepts of “familiar difference” and of a collective Asian identity have catalyzed the fame of East/Southeast Asian singers and TV series (Iwabuchi, Recentering 15). In Western societies, the “culturally odorless” quality of mass-produced Japanese comics and animation film has facilitated their dissemination and reception (Iwabuchi, Recentering 27). Transnational media has therefore notably impacted both Asian and Western consumers. Yet modern technologies have siphoned Asian popular culture off to publics beyond the original targeted populations. Social and digital media in particular have facilitated access to these cultural products by minimizing potential economic and geographic divides. At the postcolonial Franco-Asian crossroads, where “Franco” encompasses the Hexagon yet also communities that self-identify as French-speaking, fans from non-Asian non-Western societies have been posting about and liking K-pop and Korean drama celebrities.

A(n) (re)examination of the origins and impact of popular culture will therefore unveil the unprecedented implications of soft (cultural) power. What forms of cross-cultural exoticism or familiarity have been attracting new viewership? How might these findings pertaining to media globalization push us to reassess the notion of cultural imperialism? And how could this new knowledge encourage (de)constructive dialogue and a self-(re)examination that calls for an inclusive de-centralized outlook on the implicated societies? This panel seeks to explore these significant yet minimally addressed questions in order to better understand the impetus behind and influence of the changing tides of cultural flows that are pervading the Franco-Asian world.

This panel welcomes papers that examine Franco-Asian connections and intersections through popular culture (e.g, pop music, TV series, film, comics, graphic novels). “Franco” can encompass the Hexagon and also comprise communities that self-identify as French-speaking. Possible themes can include but are not limited to: media globalization, cultural flows/imperialism, and soft (cultural) power.

Please submit abstracts via the NeMLA website: https://www.cfplist.com/nemla/Home/S/15639

Contact Info:

Assistant Professor of French

Saint Anselm College

Contact Email:

Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

Les voies de l’orientalisme sont parfois savonneuses et sinueuses

On peut lire en ligne depuis peu un intéressant compte-rendu par Béatrice Gaillard du livre suivant:

Maury, Gilles: Le château Vaissier. Palais orientaliste d’un savonnier de Roubaix (1892-1929). 17 x 24 cm, 264 pages, 151 illustrations en noir, 23 en couleurs, ISBN : 978-2-7084-0947-7, 39 €
(Editions Picard, Paris 2013)

Publié en ligne le 2015-04-10
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2085

Palais Vaissier (Source de l’image: Charles-Olivier Bourgeot, Roubaix : « L’aventure des Savons du Congo » à La Piscine ou la fortune d’un industriel roubaisien, La Voix du Nord 28 avril 2015)

Le château Vaissier, ou Palais du Congo, a éte construit, entre Roubaix et Tourcoing, en 1892, pour l’industriel Victor Vaissier (1851-1923) par l’architecte roubaisien Édouard Dupire Rozan (1842-1901). Vaissier fit fortune avec le « savon du roi du Congo »; il voulait donc au début faire construire un edifice en rapport avec l’Afrique, mais il ne fut pas satisfait par les reconstitutions de village africain vues lors de sa visite à l’exposition universelle de 1889, et, à cause du thème de l’éléphant, animal commun à l’Afrique et l’Asie, il choisit donc de se faire construire un bâtiment « indien ». Il semble que son architecte travailla avec sérieux, chercha à bien se documenter et fournit un ouvrage remarquable.

Cet exemple montre bien que les voies de l’orientalisme sont parfois surprenantes et complexes.

Je suis aussi frappé par le fait que ce château fut si rapidement détruit, six ans seulement après la mort de son initiateur, sans que sa veuve ne semble avoir fait beaucoup d’efforts pour le préserver. Je me demande si des questions de goût et de mode ont joué en plus des raisons financières: serait-ce un acte anti-orientaliste ?

On voudrait aussi savoir si, malgré tout, ce bâtiment a eu une influence sur d’autres édifices dans la région.

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer le dernier « dessin du lundi » de la Revue XXI (27 avril 2015), Sacré(e) tour:

La tour japonaise de Bruxelles est un bel exemple du surréalisme à la belge. Commandée par le roi Léopold II à Alexandre Marcel, un architecte français, elle fut construite au début du XXème siècle avec l’argent du Congo.(…)

Ici aussi, l’orientalisme passerait par le Congo.

 

Quelques liens:

 

(Petit) compte rendu du jour dans le Japan Times

Grâce à un petit article de Mike Sonda,‘License to Play’ compiles research on all things ludic in Japanese culture, dans le Japan Times du 28 mars 2015, je découvre la parution du livre de Michal Daliot-Bul, License to Play: The Ludic in Japanese Culture (2014).

License to Play

D’après le site internet de son éditeur, Daliot-Bul étudie dans ce livre les concepts de sakariba (盛り場) (quartier d’amusement et de commerce) et de misemono (見世物) (choses extraordinaires que l’on montre en spectacle), monde dans lequel vivaient les acrobates de la fin de l’époque Edo. Il faudra donc que j’y jette un oeil.

Il semble aussi que ce livre soit une invitation supplémentaire à approfondir le concept de japonisme ludique.

Jouets américains

Je découvre avec joie le musée et le site internet The Strong®, un musée du jouet, situé à Rochester aux États-Unis. À l’heure où j’écris, 61774 objets sont présents en ligne et on peut réutiliser ces informations sous la licence Creative Commons CC BY-NC-ND 4.0 (Attribution – Pas d’Utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International)

Dans ses collections, le musée possède quelques jouets en rapport avec les acrobates japonais (Je ne suis pas certain de les avoir tous retrouvés parce que je ne suis pas sûr d’avoir parfaitement compris leur système d’index).

Figurines en papier découpé

http://www.museumofplay.org/online-collections/2/3/78.42

The Boston Sunday Globe (1896)

Acrobate americain, acrobate arabe, acrobate japonais

Remarquons que l’iconographie de l’acrobate japonais n’est pas exceptionnelle (un soleil sur sa poitrine); je n’aurais pu l’identifier sans la légende de l’image.

Le jouet suivant ressemble à un théâtre de papier.

http://www.museumofplay.org/online-collections/2/3/78.42

1896

Il s’agit aussi d’un supplément à un journal, sans doute The Boston Herald ( ??? je n’arrive pas à lire le deuxième mot).

Si le décor de clairière paraît quelque peu incongru, on peut admirer la variété des numéros représentés (exercices au bambou, à l’échelle, à la toupie, numéro antipodiste avec un enfant, …).
Je ne connais pas de jouet similaire en France, mais ma recherche ne fait que commencer. Il existe par contre d’autres jouets, comparables à celui que Gérard Noiriel a commenté dans son livre sur le clown Chocolat. Je les présenterai brièvement dans un prochain billet sur ce blog.

Ressource du jour : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges »

On peut depuis quelques mois découvrir un site internet publié par la Bibliothèque nationale de la Diète du Japon : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Ce site est trilingue japonais, français, anglais. Il ne concerne pas directement le sujet de ce blog, mais je pense qu’il va devenir essentiel pour ma recherche.
Voici un extrait du « message du directeur (Noritada OTAKI) » (décembre 2014), qui présente le but de ces pages web:

« En mars 2013, la Bibliothèque nationale de la Diète a conclu un accord de partenariat avec la Bibliothèque nationale de France en vue d’établir un cadre de coopération globale s’étendant à divers domaines d’activités en bibliothèque. Dans le cadre de cet accord, une exposition virtuelle commune est proposée ; de précieux documents appartenant aux collections respectives des deux établissements sont rassemblés, illustrant la longue histoire depuis le milieu du 19e siècle des relations entre la France et le Japon.

La moitié de l’exposition organisée par la Bibliothèque nationale de la Diète est intitulée « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Elle présente la relation franco-japonaise, depuis 1858 avec le Traité d’amitié et de commerce entre la France et le Japon, à travers divers domaines tels que la politique, l’économie, les lettres, les beaux-arts, les styles de vie et les sous-cultures. »

Voici la table des matières du site, qui est de consultation aisée :

Plan du site

Message du directeur

Prélude: Le début des échanges entre la France et le Japon

  1. La rencontre du shogunat Tokugawa et de la France
  2. Les conseillers militaires français et l’armée moderne
  3. Les relations du gouvernement de Meiji avec la France

Partie 1: La modernisation du Japon et la France

Partie 2: Les échanges culturels avec la France

Supplément

Référence

Chronologie

Index des personnes

Conditions d’utilisation

Plan du site

Comme on le voit, c’est une bel ensemble documentaire et une source d’informations très utile que la bibliothèque de la Diète offre aux chercheurs du monde entier. Je voudrais offrir ici quelques commentaires, en soulignant que mes critiques sont vraiment minimes par rapport aux énormes qualités de ce site (sauf la partie Chronologie):

  • ce site est très pratique parce qu’il offre de nombreux liens vers les collections et archives numérisées de la bibliothèque, qui ont été mises en ligne. Naturellement, l’interface de ces archives n’est plus que bilingue japonais-anglais, et il est plus difficile d’y circuler que dans le site « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». En outre, sauf erreur de ma part, ces documents n’ont été numérisés qu’au format Image, et donc leur texte n’est pas directement accessible par cette voie.
  • on ne trouve pas mention dans ce site d’Okinawa et de l’activité politique française autour de ces territoires (on peut aussi sans doute parler d’aventurisme dans ce cas)
  • en ce qui concerne l’histoire des femmes au Japon, le site n’est pas très riche si l’on fait exception de la partie sur la mode, mais on y trouve des informations sur Wada Ei (ou Eiko) et ses souvenirs de la filature de soie de Tomioka, deux ouvrages intitulés Tomioka Nikki (« Journal de Tomioka ») et Tomioka Kōki (« Journal d’après Tomioka »).
    Par contre le site offre beaucoup de documents pour ce qui concerne les voyages de Japonaises en France. On peut ainsi découvrir le récit de voyage de YOSANO Hiroshi et YOSANO Akiko, Pari Yori (Kaneobun’endō, 1914) (avec des dessins de TOKUNAGA Ryushu).

On notera aussi les aventures de Fumiko Takebayashi, qui accompagna son mari TAKEBAYASHI Musōan, auteur de Kikatsushin (Shinjidaisha, 1930) : « Ils retournèrent en France l’année suivante [1923 ?] mais se trouvèrent rapidement en difficulté financière, ce qui força Fumiko à travailler, comme gestionnaire d’un restaurant ou danseuse, pour soutenir la famille. D’un naturel peu enclin à se conformer aux normes, cette dernière continua d’ailleurs à soutenir son époux même après qu’elle emménageât avec un homme d’affaires japonais. ».
On peut aussi lire les livres d’Okamoto Kanoko, Sekai ni tsumu Hana (Jitsugyōnonihonsha, 1936), HAYASHI Fumiko, Watakushi no Kiko (Shinchōsha, 1939) et OKADA Yachiyo, Byakuran (Daigensha, 1943).
Dans un autre esprit, on peut lire KOIZUMI Sakutarō, Saionji kō: Hajō Ryugakuji no Kiko Jiken (1937) : « Le présent document est une enquête de KOIZUMI Sakutaro sur l’incident au cours duquel, selon une légende populaire, SAIONJI Kinmochi et KOMYOJI Saburô auraient commis des violences dans un café parisien au « pavillon au drapeau étoilé ». (…) La vérité semble être que, souhaitant protéger une prostituée qui avait brisé un miroir de l’établissement, KOMYOJI aurait, par esprit chevaleresque, frappé le miroir devant un employé afin de faire retomber sur lui le coût des réparations. » (Ce n’est pas clair, mais cet incident semble dater des années 1870).
Enfin, on peut aussi lire Judith Gautier (traduits du Japonais d’après la version littérale de M. Saionzi ; illustrés par Yamamoto), Poèmes de la libellule (Gillot, [1885]) (Judith était la fille de Théophile)
Je ne résiste pas au plaisir de citer en entier la rubrique suivante :

SAIONJI Kinmochi shokan [Papiers de INOUE Kaoru, #482-3]

Le présent document est une lettre personnelle datée du 21 février 1889 (an 22 de l’ère Meji), adressée au ministre de l’Agriculture et du Commerce INOUE Kaoru (1835-1915) par SAIONJI Kinmochi, alors ministre du Japon en Allemagne. Il y félicite INOUE pour la décision de son fils adoptif Katsunosuke (« Katsu-kun » dans la lettre, 1861-1929) de quitter son poste à la légation en Allemagne afin de partir étudier en Angleterre et fait également référence aux compétences en français de l’épouse de ce dernier, Sueko (« Osue-sama », 1864-1934). Sueko était connue pour ses talents linguistiques en allemand, anglais et français, et admirée pour sa beauté qui en faisait la fleur de la haute société. Dans son courrier, SAIONJI exprime sa crainte que la démission de Katsunosuke de son poste actuel signifie le retour au pays de son épouse et, étant donné qu’« il est indispensable de savoir parler français pour fréquenter la haute société européenne », il conseille à INOUE de lui faire « étudier un français de haut niveau à Paris ». Finalement, la démission de Katsunosuke fut refusée par le ministre des Affaires étrangères OKUMA Shigenobu (1838-1922) et son voyage annulé, mais Sueko se rendit à Paris pour y étudier la langue. Quant à SAIONJI, même en poste en Allemagne, il retourna souvent dans la capitale française pendant ses congés.

  • contrairement au cinéma, il n’est pas fait mention de l’art et l’industrie de la photographie
  • la partie Référence n’est constituée que d’une liste d’ouvrages et articles japonais, dont les titres sont translittérés en alphabet.
  • la partie Chronologie est triste à voir, avec son français de traducteur automatique. On espère qu’elle sera rapidement corrigée.
  • L’index des personnes est bien fait, semble exhaustif et offre l’heureuse surprise de présenter un portait photographique ou gravé pour presque toutes les personnes qu’il comprend, ce qui permet, par exemple, de voir le visage de Sueko Inoue, mentionnée ci-dessus.
  • on peut regretter l’absence d’un index géographique, même si Google ou tout autre moteur de recherches permet de pallier ce défaut.
  • je ne m’explique pas pourquoi une recherche sur Google avec la restriction site:http://www.ndl.go.jp/france ne donne que les résultats en anglais ; si l’on veut explorer cette page par cette méthode, il faut donc penser à ses termes de recherche en anglais, non en français.
  • Je n’ai rien trouvé sur ce site qui concerne les acrobates ou autres artistes de cirque japonais, ou leurs imitateurs. Cela montre bien la nécessité de ma recherche, la nécessité d’étudier les marges des relations entre le Japon et la France afin de mieux connaitre, par exemple, les aspects populaires du japonisme et de dépasser les préjugés culturels ou académiques qui concernent le cirque.

Expositions, kimonos et cartes postales

Il y a quelques semaines, je suis allé voir à Kyoto deux expositions liées au japonisme: 「ボストン美術館 華麗なるジャポニスム展」 (Le japonisme dans les collections du Musée de Boston) ( au Musée Municipal des Beaux Arts de Kyoto, ouverte jusqu’au 30 novembre) et l’exposition James Whistler au Musée d’Art Moderne de Kyoto, en face, qui ferme ce dimanche.

Les oeuvres exposées sont très belles et la cohérence des deux ensembles vaut le deplacement. Même si, comme souvent dans les musées au Japon, la scénographie des deux expositions, la mise en valeur des oeuvres manquent totalement d’originalité, les tableaux et objets sont parfaitement mis en valeur, et il n’y avait pas trop de monde quand j’y suis allé (et un tout grand merci aux gardiennes des deux musées qui m’ont très aimablement prêté un crayon pour remplacer le stylo-bille avec lequel je prenais des notes).

Bien sûr, j’ai cherché des représentations d’acrobates ou de jongleurs, mais je n’en ai pas trouvé.

Par contre, j’ai été frappé par le nombre d’oeuvres relevant d’un des thèmes de ma recherche, celui des Occidentaux qui s’habillent de vêtements japonais, thème magnifiquement mis en valeur par le tableau de Monet du Musée de Boston qui sert d’affiche à l’exposition de Kyoto : La Japonaise (1876).

La Japonaise (Claude Monet [Public domain], via Wikimedia Commons: https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AClaude_Monet-Madame_Monet_en_costume_japonais.jpg)

Le peintre y a représenté sa femme, Camille, souriante, coiffée d’une perruque blonde et vêtue d’un somptueux kimono. Ce kimono, empressons-nous d’ajouter, n’est pas un kimono féminin, mais un costume d’acteur.

Alors que la pose de Camille est ici dynamique et joyeuse, ce portrait s’inscrit dans une série de représentations de femmes occidentales habillées de vêtements japonais qui sont en général assises et pensives.

Ainsi, à l’exposition, on peut voir Méditation d’ Alfred Stevens (1872), Decorative head de Frank W. Benson (1894), Der Polster de Max Kurzweil (1903).

Alfred Stevens, Méditation

Frank W. Benson, Decorative head (1894)

Max Kurzweil, Der Polster (1903).

Il me semble interessant de noter que le thème d’une jeune femme habillée en kimono ou autre vêtement nippon a aussi connu un certain succès hors de l’art prestigieux de la peinture de portrait et du japonisme bourgeois. On le retrouve sur des photographies de cartes postales, particulièrement pour la période 1900-1910. Par exemple, une recherche sur le site de ventes http://www.delcampe.net avec les mots clefs « carte fantaisie japonaise » en donnera plusieurs échantillons. Il est remarquable de constater que, à la difference des portraits peints, la plupart des modèles sourient et prennent une pose coquette. C’est, me semble-t-il, un bel exemple de variation entre le japonisme bourgeois et le japonisme populaire, qui, ici, lui est postérieur.

 

Ecrivez-moi plus souvent

(Source de l’image: Japanese dress-up: Two sets of postcards made in France)

On remarquera que, contrairement aux artistes de cirque que j’étudie, on ne retrouve que des femmes déguisées ou habillées en Japonaises. Il n’y avait pas de portrait d’homme habillé en Japonais dans les deux expositions que j’ai visitées, et je n’en ai pas trouvé dans les sites de vente de cartes postales (S’il vous plait, n’hésitez pas à me démentir et me fournir des informations sur ce sujet si vous en connaissez).

Une des rares exceptions que je connaisse est le portrait photographique de Toulouse-Lautrec.

Toulouse-Lautrec

Je me demande donc si on n’a pas ici une autre différence entre japonismes bourgeois et populaire : le rôle des genres.

Ajout du 8 janvier 2016

Kitano Tsunetomi 北野恒富 (1880-1947); poster pour la société de sake Kiku Masamune 菊正宗; 1913 (Source de l’information: http://taishou-kun.tumblr.com/post/136761203832/kitano-tsunetomi-%E5%8C%97%E9%87%8E%E6%81%92%E5%AF%8C-1880-1947-girl-wearing-a)