Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

Les voies de l’orientalisme sont parfois savonneuses et sinueuses

On peut lire en ligne depuis peu un intéressant compte-rendu par Béatrice Gaillard du livre suivant:

Maury, Gilles: Le château Vaissier. Palais orientaliste d’un savonnier de Roubaix (1892-1929). 17 x 24 cm, 264 pages, 151 illustrations en noir, 23 en couleurs, ISBN : 978-2-7084-0947-7, 39 €
(Editions Picard, Paris 2013)

Publié en ligne le 2015-04-10
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2085

Palais Vaissier (Source de l’image: Charles-Olivier Bourgeot, Roubaix : « L’aventure des Savons du Congo » à La Piscine ou la fortune d’un industriel roubaisien, La Voix du Nord 28 avril 2015)

Le château Vaissier, ou Palais du Congo, a éte construit, entre Roubaix et Tourcoing, en 1892, pour l’industriel Victor Vaissier (1851-1923) par l’architecte roubaisien Édouard Dupire Rozan (1842-1901). Vaissier fit fortune avec le « savon du roi du Congo »; il voulait donc au début faire construire un edifice en rapport avec l’Afrique, mais il ne fut pas satisfait par les reconstitutions de village africain vues lors de sa visite à l’exposition universelle de 1889, et, à cause du thème de l’éléphant, animal commun à l’Afrique et l’Asie, il choisit donc de se faire construire un bâtiment « indien ». Il semble que son architecte travailla avec sérieux, chercha à bien se documenter et fournit un ouvrage remarquable.

Cet exemple montre bien que les voies de l’orientalisme sont parfois surprenantes et complexes.

Je suis aussi frappé par le fait que ce château fut si rapidement détruit, six ans seulement après la mort de son initiateur, sans que sa veuve ne semble avoir fait beaucoup d’efforts pour le préserver. Je me demande si des questions de goût et de mode ont joué en plus des raisons financières: serait-ce un acte anti-orientaliste ?

On voudrait aussi savoir si, malgré tout, ce bâtiment a eu une influence sur d’autres édifices dans la région.

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer le dernier « dessin du lundi » de la Revue XXI (27 avril 2015), Sacré(e) tour:

La tour japonaise de Bruxelles est un bel exemple du surréalisme à la belge. Commandée par le roi Léopold II à Alexandre Marcel, un architecte français, elle fut construite au début du XXème siècle avec l’argent du Congo.(…)

Ici aussi, l’orientalisme passerait par le Congo.

 

Quelques liens: