Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018)

Grâce à la belle initiative du calendrier de l’avent du site SavoirsCom1, je découvre plusieurs documents liés au thème de ce carnet. Chères lectrices, chers lecteurs, je vous les offre comme cartes de vœux et vous souhaite une excellente année 2018.

  • l’œuvre d’Edgar Chahine (1874-1947), « peintre et graveur connu pour ses représentations de la vie parisienne à la Belle Époque ». Chahine a notamment illustré le livre de Gabriel Mourey, Fêtes foraines de Paris (Paris, 1906). On peut y lire les considérations suivante (p. 123):

(…) Voilà -t- il pas que l’ on se met à lancer chez nous cette nouveauté japonaise , le … comment prononce – t – on ? le … jésuchou , le jijusou .
– Le Jiu-jitsu

– Oui , c’ est bien cela , un nom à coucher à la rue ! Je ne sais pas en quoi ça consiste, cette affaire-là , mais ce que j’en ai entendu dire ne me dit rien qui vaille . Ça n’ est pas de la lutte, c’ est de la chirurgie . Il s’ agit d’ opérer son adversaire ; un petit coup par ci avec l’épaisseur de la main, une chiquenaude par là , un pinçon à droite , ou à gauche , et le tour est joué . Vous êtes cuit ; il n’ y a pas à rouspéter , paraît -il . Eh bien ! et si je lui colle un marron , moi , à votre professeur de jijusou , en plein visage ? Lui en ferai -je voir des chandelles ! pas trente-six , mais trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq ! Ah ! la bonne blague !

L’ heure passait ; nous nous séparâmes .

– Mon tramway n’ attend pas . Bonsoir , monsieur , et merci pour vos gentillesses . Voici ma carte : – Jean-Pierre Barbotton dit Gaspard le Terrible , ancien lutteur . Puteaux. – Elle est un peu sale , excusez . Je viens tous les soirs chez Marseille fils , pendant la foire à Neuilly , nous nous retrouverons .

Et comme il grimpait sur la plate-forme et que la voiture se remettait en marche :

– Oui , oui , si je lui colle un marron , à votre marchand de jijusou ! Trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq chandelles …

G. Mourey, Fêtes foraines de Paris . Gravures d’Edgar Chahine (Paris, 1906), p. 124.

  • Les photographies d’Henri Manuel (1874-1947), « photographe portraitiste français »

Melle Spindler  (Par Henri Manuel , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65135810): ceci n’est pas une geisha

Une recherche sur google images m’amène sur cette belle photographie: l’actrice est présentée sur internet comme jouant un rôle de geisha. En fait, il n’en est rien. Elle joue ici dans la pièce « La troisième lune », « comédie chinoise » de Fred Gresac et Paul Ferrier présentée au Vaudeville en 1904.

« La troisème lune, comédie de Paul Ferrier : défet de presse »;
Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-ICO THE-4156

Cette pièce n’a pas plus à tout le monde. Je recopie une critique, qui, on le verra, touche aussi au japonisme1:

Soirée Parisienne

THÉÂTRE DU VAUDEVILLE. — La Troisième Lune

C’est la soirée exotique. Il y a longtemps que nous ne l’avions eue!… Personne n’ignore, en effet, que, périodiquement, tous les quatre ou cinq ans environ, les directeurs, las de la production nationale, des reprises, des adaptations ou traductions, las surtout du petit, très petit mouvement d’argent soulevé par ces premières, traductions ou reprises, ont comme des nostalgies de voyages.

Ils songent à des rives lointaines, à des bananiers, à des poissons volants, à des mousmés fardées et menues. Ils ont lu Loti. Ils l’ont même joué… rarement. On leur a parlé du livre de Myriam Harry, dans le monde… Leur enfance bercée par du Jules Verne, les attendrit à cette heure difficile de l’âge mûr. Et puis, enfin, il faut surtout sortir de cette sacré nom d’un chien de crise financière. Alors?.

Alors. Ils ont un petit mouvement de fièvre, se couchent, pensent. Et leur petite crise d’exotite aiguë leur rapporte la forte somme – ou la leur fait perdre une fois de plus !

Et ils n’en meurent pas et même ils se payent de petites trouvailles de mise en scène – oh! pas bien audacieuses, pas bien somptueuses, pas bien rares – mais qui, toujours, invariablement, et par une sublime routine, font que « la scène se passe en Chine ou au Japon « …

Voilà ! on n’en sort pas!… On ne veut pas en sortir. On n’en sortira pas de sitôt encore.

Il y a pourtant, ailleurs, de beaux pays !
Il y a—je ne sais pas moi !—l’Annam, le Cambodge, les Indes… Oui… oui… Mais ce n’est pas théâtre. (Comprenez-vous la valeur de l’objection ?) Tandis qu’il est convenu que, dès qu’il s’agit d’exotisme, la Chine est théâtre. Cela est convenu, une fois pour toutes, et pour toujours !

Songez donc, voyons !  » La Chine « , vous voyez cela d’ici. Ce qu’il y a à faire. Au premier acte, un intérieur …  les laques … les soies… les boîtes à fard … cette reconstitution si curieuse … les petits pieds … les mains de ces gens-là!!. Et ces noms, les noms adorablement comiques. Les dames qui s’appellent : Hirondelle, Nez-qui-Remue … Bananier-secoué-par-le-vent. Ferme-ta-bouche-ou-je-saute. etc. Et les hommes, les hommes qui 3’appellent : Bon-Dieu-de-Bras, ou, Va-t-en-Voir-Si-j’y-Suis. En six traits d’union sur le programme. Fan! un effet comique, d’avance ! Comment vouiez-vous qu’on se prive d’un pareil appoint de rire et de succès !

— Et vous verrez, vous verrez au second acte : le jardin, le jardin et les lanternes en papier; la cascade minuscule. Un argent fou! On fera un argent fou !

Ainsi parlent les directeurs, sublimes routiniers, augures du goût public, et qui rêvent de mise en scène somptueuse et prévue. Ainsi pensent-ils se jeter dans l’originalité et la dépense. Pour l’exotisme! Ainsi ont-ils une petite crise périodique. Aussi en sont-ils, parfois, récompensés !

Tout de même, le voilà, le voilà, le péril jaune. C’est dans le monde des théâtres qu’il sévit surtout. Car pour une Marchande de Sourires, que de marchands en larmes, que d’administrateurs aux abois. Et, hier, nous avons écouté la Troisième Lune, de Mme Gresac. Et comme c’était écrit avec bonne humeur et monté avec goût, et joué en perfection, par MM. Lérand, Colombey, Gauthier, Numa, Baron ; par Mmes Thomassin, Grassot, Marthe Regnier, Caron, Bernou et de Bray. Il se peut que nous soyons mûrs, nous aussi, pour notre petite crise d’exotite. D’autant que voilà bien quatre ou cinq ans qu’on nous laisse tranquilles avec les Fleurs-de-Pêcher et les Soleil-de-Rizières. (Je vous le dis, en vérité, c’est périodique.) Donc, hier, nous avons été très bien.

Nous avons revu, nous avons salué les petits pieds, les petits laques, et la petite cascade promise par M. Porel ; nous avons constaté, avec plaisir, qu’à mesure que la pièce s’avançait, les personnages – surtout les femmes – se déchinoisaient (à onze heures, les chignons étaient à la dernière mode de Longchamp et les gens aussi). Et ceux d’entre nous qui n’ont que l’esprit des autres, et de la minute, ont été si, si, contents de se fournir à rire — oh ! bien légèrement, sans doute — en se proposant, par un mot de la fin sublime d’être bête, d’aller à l’Américain, à côté, prendre un Chinois!!. Ah! exotisme! exotisme! que de verve se gaspille à ton propos!.

Edmond Sée.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1381.
  1. Gil Blas 8 mai 1904, p. 2. Une critique assassine de la pièce, signée d’une autre personne, précède ces considérations générales []

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Ajouts du 22 octobre 2017

Je recopie pour une meilleure appréciation du contexte du panorama de Dumoulin deux illustrations que j’ai trouvées sur le blog Les Musées d’Extrême-Orient (Bruxelles), Orion en aéroplane (10 mars 2012):

Le Tour du Monde, exposition de 1900

Affiche pour le Tour du Monde

En outre, voici la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

On trouvera beaucoup d’autres documents et informations sur ce site:  Philippe Bournazel, http://exposition-universelle-paris-1900.com/index.php?title=PANORAMA_DU_TOUR_DU_MONDE&oldid=23050

Mise à jour du 23 mars 2018

Une nouvelle entrée de ce carnet concerne Dumoulin: Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900

Deux expositions sur l’émigration japonaise

On peut voir en ce moment au Kansai deux expositions en rapport avec l’émigration japonaise:

  1. Au Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami: Haruo Ohara

Exposition Haruo Ohara, Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami, 18 juin- 18 juillet 2016

Haru Ohara était un fermier photographe amateur. Né en 1909 dans la Préfecture de Kochi, il a émigré, avec sa famille, en 1927 au Brésil, ou il a travaillé dans des fermes, en particulier des fermes de café, tout en ayant une grande famille. Il est devenu propriétaire de terres dans les années 30. Autodidacte, il mêle dans ses photographies clichés de la vie quotidienne et expériences artistiques (recherches abstraites, jeux de lumière, …). Certaines images sont très belles; la visite de l’exposition est très plaisante. Je ne sais si c’est un effet de la sélection des organisateurs de l’exposition ou de la personnalité et des intérêts d’Ohara, mais, à la vue des photos de famille ou des travaux agricoles, on ne peut vraiment comprendre quelle fut l’expérience migratoire d’Ohara (le lecteur pourra en juger par lui-même en cliquant ci-dessous pour se rendre sur le beau site de l’IMS; j’ai l’impression que les « obras » présentées sont les mêmes que celles visibles à l’exposition) Ses clichés semblent détachés de toute contingence historique ou sociale: on n’y voit pas de confrontation, de tension raciale ou de difficultés économiques. Les petits bonheurs familiaux et des vues élégiaques de la nature sont les thèmes de prédilection du photographe. Ohara est mort en 1999; la photographie la plus récente de l’exposition date de 1974. En 2008, sa famille a fait don de ses négatifs et de ses archives (plus de 20.000 objets) à l’Instituto Moreia Salles.

Haruo Ohara, Nuages du matin (1952) (Instituto Moreira Salles Collection )

Liens et bibliographie

2. La vie de Yasukichi Murakami

Exposition Yasukichi Murakami; Université de Wakayama, 10 juin – 29 juillet 2016

Je n’ai pas encore vu l’exposition. Son sous-titre est : « La vie de Yasukichi Murakami (1880-1944), un Japonais de Wakayama qui a émigré en Australie, vue à travers les photographies qu’il a envoyées à sa mère ». Je dois avouer que, dans le cadre de ce carnet, la photo du coin inférieur gauche de l’affiche m’intrigue beaucoup.

Liens

Note de lecture : deux comptes-rendus intéressants dans la Trans-Asia Photography Review 6.2 (2016)

(Je ne mentionne ici que les parties de ces c.-r. en rapport avec le sujet de mon carnet)

 

  1. Eleanor M. Hight, c.r. de Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leyde et al., 2016) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.210)

Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leiden and Boston: Brill, 2016)

On apprend ici que le gouvernement japonais a financé des voyages de photographes à travers le pays afin de le présenter à l’Exposition internationale de Vienne en 1873. Stillfried fut envoyé à Hokkaido et y prit de nombreuses photographies des Aïnous en mêlant la volonté officielle de présenter les efforts de modernisation du gouvernement et la vision occidentale qui voyait dans les Aïnous des représentants des bons sauvages de Rousseau. La négociation entre les souhaits de son premier commanditaire officiel japonais et le recyclage commercial à des fins d’enrichissement privé aurait durablement marqué l’image et les études ethnologiques des Aïnous.

Outre par l’exposition de ses photographies, à la fois dans les pavillons japonais et autrichien, Stillfried participa à l’Exposition internationale en y montant une « Maison du thé », qui présentait des Japonais en action. Cette « Maison du thé », par décision des organisateurs autrichiens, faisait partie de la section Divertissements de l’exposition, pas de la section officielle. On s’y livrait peut-être à la prostitution féminine, et Stillfried a très probablement maltraité et sous-payé les employés qu’il avait faits venir du Japon.

La présentation en marge de l’Exposition et les mauvais traitements se rapprochent très fort de l’expérience des acrobates japonais venus avec Risley en Europe et aux Etats-Unis, mais je suis de nouveau surpris comme, pour l’instant, dans mes recherches, je n’ai trouvé nulle mention de prostitution ou, plus généralement de sexe, en ce qui concerne les accompagnatrices, musiciennes et compagnes, des acrobates et jongleurs, de la troupe de 1867 et de ses suivantes immédiates (jusqu’à présent, je n’ai pas non plus découvert de mention de prostitution masculine). Schodt, dans sa monographie, a pourtant montré que le manager de la troupe était un client assidu des bordels des villes européennes et américaines traversées, et que la carrière de Risley a sévèrement souffert d’une accusation de détournement de mineure en Angleterre. Notre bibliographie n’est donc pas pudibonde.

  1. A. Hockley, c.r. de David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.209)

David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press)

En Europe et aux États-Unis, les études anthropologiques du Japon se sont pendant longtemps appuyées sur des photos commerciales réalisées pour être vendues aux touristes étrangers. Odo étudie le processus de la transformation d’un document touristique en document scientifique, notamment par l’acquisition et l’archivage de ces photographies par des musées.

Il montre que ces photos étaient construites notamment pour « sauver visuellement » le Japon traditionnel, que les touristes considéraient comme menacé de destruction par la modernisation du pays. A la lecture du compte-rendu, l’étude d’Odo semble importante pour la critique historique des photographies du Japon de l’époque Meiji arrivées dans les collections des musées occidentaux.

 

Voila donc deux compte-rendus intéressants et clairs, sans être complaisants. Aux lecteurs et lectrices de découvrir maintenant ces deux publications par elles-mêmes.

PS : il n’y aucun rapport avec nos recherches, mais je recommande, dans ce même numéro de la revue, l’article de P.D. Barclay, Corporal Punishment in Early-Twentieth-Century Japanese Visual Culture (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.204), pour ses analyses nuancées, mêlant histoire, ethnologie et politique.

PS2: (ajout du 14 septembre 2016) un autre compte-rendu enthousiaste du livre de Gartlan, par J. Butler, in Asian Review of Books 7/8/2016.

PS3: (ajout du 14 janvier 2017) Luke Gartlan a recu le « 2nd Professor Josef Kreiner Hosei University Award for International Japanese Studies » pour son livre.