Cirques et monuments publics (3): à côté du Ku Klux Klan (ou Deux fresques de Thomas Hart Benton)

Grâce à l’article de H. Adams, The misguided campaign to remove a Thomas Hart Benton mural, The Conversation (31 octobre 2017), j’ai appris l’existence d’une fresque de Thomas Hart Benton (1889-1975) à l’Université d’Indiana qui est la cause régulière de polémiques, à chaque nouvelle génération d’étudiants: ils la découvrent à leur arrivée à l’université, sont choqués par ce qu’ils voient, parce qu’ils ne comprennent pas son contexte historique et ne comprennent pas son message.

Cette fresque a d’abord fait partie d’un ensemble colossal que l’État d’Indiana a commandé à l’artiste Thomas Hart Benton pour décorer son pavillon, le Indiana Hall, à l’exposition internationale de Chicago, en 1933 (qui avait pour thème A Century of Progress).

Intérieur du Indiana Hall, Century of Progress Exposition, Chicago, 1933; 2003 © Indiana University Art Museum (le panneau qui nous intéresse est le deuxième à droite du panneau central)

Cet ensemble de 22 panneaux (« 12 feet high and about 250 feet long », 3, 6 m x 76 m environ) représente l’histoire sociale et industrielle de l’état (“Social and Industrial History of Indiana”) de l’arrivée des premiers Européens à l’époque de l’exposition. Son format panoramique devait en rendre évident le développement chronologique, même si le fourmillement de détails n’en rend pas toujours le message aisé. En outre, les panneaux ont été répartis en deux thèmes : les progrès culturels et les progrès industriels.

Après l’exposition, on a placé les panneaux dans un entrepôt, sans que personne ne s’y intéresse vraiment. En 1940, Herman B Wells, président de l’Université d’Indiana, eut l’idée de les réutiliser pour décorer les bâtiments de l’université, alors en construction, et il convainquit les autorités de l’état d’en faire don à l’institution. Il ne fut alors pas possible de garder la structure initiale de l’œuvre. La majorité des panneaux ont été placés dans le « Hall of Murals » dans un format identique à celui de l’exposition de 1933, ce qui permettait de respecter leur structure narrative de frise chronologique.

Deux panneaux, dont celui qui fait l’objet de polémiques, ont été placés, en vis-à-vis, dans une grande salle de cours, le Woodburn Hall 100 (voir photo ici), dont l’architecture fut modifiée pour les accueillir, ce qui rend leur déménagement impossible actuellement sans détruire ou les murs de la salle ou le panneau. C’est évidemment cette séparation de la série originale qui rend la lecture de cette œuvre actuellement difficile, avec pour résultat que les gens qui la découvrent sont choqués par son sujet.

En effet, le panneau s’intitule « Parks, the Circus, the Klan, the Press ». On a reproché à Benton d’y avoir mis tout et n’importe quoi, tout ce qu’il n’avait réussi à placer dans les autres panneaux. Naturellement, c’est la présence du Ku Klux Klan qui gêne, d’autant plus qu’il figure presque au centre de la composition. Il est un fait que la structure de l’œuvre ne prête pas à une interprétation évidente: dans la partie droite, qui forme presque un carré, au centre, des membres du Ku Klux Klan, encagoulés, sont rassemblés devant une croix en feu, à côté d’une église et leur leader se dresse sur une estrade. Cette image est entourée en haut dans le coin gauche d’une représentation de pompiers éteignant un incendie, en haut au centre de deux avions volant dans un ciel nocturne, en haut dans le coin droit d’une scène de cirque, en bas dans le coin droit d’une scène de plantation d’arbres, en bas au centre, au premier plan d’un journaliste tapant à sa machine, au deuxième plan d’une infirmière caucasienne s’occupant d’une petite fille afro-américaine alitée, et enfin dans le coin inférieur gauche d’une scène de rotatives d’une imprimerie de journaux. Le panneau combine une structure circulaire aux sujets variés (pompiers, avions, cirques, arboriculture, journaliste, imprimerie) et une structure en pyramide de perspective de plans (1. journaliste, 2. scène d’hôpital, 3. Ku Klux Klan). Le journaliste au clavier de sa machine à écrire est donc bien mis en évidence et, de même que l’infirmière, est plus grand et imposant que les membres du Ku Klux Klan. Cette construction d’images veut montrer que la presse a contribué à affaiblir le Ku Klux Klan et à mettre fin à son influence dans la vie politique de l’Indiana. Le peintre a voulu glorifier les journalistes et les techniciens d’imprimerie pour leur combat courageux contre l’organisation raciste. La partie gauche du panneau, séparée de celle de droite par la représentation élancée d’un joueur de basket ball, tout de blanc vêtu, mêle également plusieurs sujets, une scène de haut-fourneau par exemple, et Benton y a même inclus son autoportrait. Il faut noter que, lors de la création de l’œuvre, plusieurs hommes politiques de l’Indiana avaient essayé de convaincre le peintre de ne pas représenter le Ku Klux Klan. Il avait insisté et plaidé pour que le passé de l’état soit représenté dans tous ses aspects, positifs comme négatifs. Selon lui, on ne pouvait effacer les moments dérangeants de l’histoire de l’Indiana.

Malheureusement,  à cause de la combinaison de deux structures picturales, de la présence d’autres thèmes (les pompiers, le cirque, la plantation d’arbres) sur ce panneau et de l’image de faiblesse de la pauvre petite fille afro-américaine, toute seule sur son grand lit blanc et entourée de visages uniquement blancs, ce message de célébration de la victoire sur le Ku Klux Klan n’est pas directement et facilement apparent. Le fait que la couleur blanche de l’uniforme des membres du Ku Klux Klan semble rayonner à travers  toute la toile par son usage pour le chapiteau du cirque, le lit d’hôpital, l’uniforme de l’infirmière, les chemises de tous les hommes représentés, le jet d’eau de la pompe à incendie, la vareuse du joueur de basket-ball et les rouleaux de papier de l’imprimerie ajoute à la confusion.

Depuis 2011, les autorités universitaires ont placé un panneau explicatif à l’entrée de la salle de cours, mais cela n’empêche pas certains étudiants d’être gênés par une œuvre qu’ils interprètent comme la glorification d’une organisation raciste.

Avec tout cela, que fait le cirque ici ? Il est représenté par un double chapiteau blanc, une écuyère debout sur un cheval et brandissant un cerceau et un Monsieur Loyal au haut-de-forme et à la veste rouge qui tient un fouet. Benton a choisi de montrer comme l’industrie du cirque a été importante en Indiana. En particulier, la petite ville de Peru servait de résidence d’hiver pour plusieurs grandes troupes ( les Ringling Brothers, Hagenbeck-Wallace, le Buffalo Bill’s Wild West Show). On y trouve actuellement le International Circus Hall of Fame.

Ce n’est pas la première fois que Benton a inclus le cirque dans une série historique sur les États-Unis.

En 1930, il a peint 10 panneaux sur le thème « America Today » pour une commande de la New School for Social Research (New York). Ces panneaux sont maintenant visibles au Metropolitan Museum of Art. Ils décoraient les quatre murs de la salle de réunion du Conseil d’Administration de l’école, et le musée a conservé leur disposition originale. Dans cet ensemble, Benton montre l’industrialisation des États-Unis, le dynamisme de son capitalisme et la vie trépidante de ses villes. Le cirque est représenté sur le panneau intitulé: “City Activities with Dance Hall” ( (233.7 x 341.6 cm). On y voit une trapéziste voltiger dans les airs au-dessus d’un groupe de clowns et d’un hercule et sa partenaire acrobate dans un numéro d’équilibre à la perche.

 

Panneau « City Activities with Dance Hall » faisant partie de l’ensemble de peintures murales « America Today » (1930-1931), © 2000–2017 The Metropolitan Museum of Art

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire une critique française contemporaine de ce cycle de peintures:

Le Figaro 15/12/1930, p. 5

Chez Benton, le cirque fait partie de l’histoire de son pays, en tant qu’activité économique et en tant que loisir et divertissement.

Sitographie
Annexe: Provost Statement: On the Benton Murals (29 septembre 2017)

The imagery in that panel, entitled « Parks, the Circus, the Klan, the Press, » has been controversial since its creation. Benton’s intent was to show the role that the press had played in battling the Klan through exposing the Klan’s corruption of and infiltration into all levels of Indiana government in the 1920s. At the time of the mural’s creation, many opposed Benton’s decision to include the Klan, because they did not want to portray Indiana in a negative light, and the memories of the Klan’s political influence were still raw. Benton, however, overcame this opposition, and maintained artistic control. He believed that his murals needed to show all aspects of the state’s history, even the ugly and discomfiting parts, so we could confront the mistakes of the past.

Understood in the light of all its imagery and its intent, Benton’s mural is unquestionably an anti-Klan work.

Unlike statues at the heart of current controversies, Benton’s depiction was intended to expose the Klan’s history in Indiana as hateful and corrupt; it does not honor or even memorialize individuals or the organization as a whole. Everything about its imagery—the depiction of the Klan between firefighters and a circus; the racially integrated hospital ward depicted in the foreground suggesting a different future ahead—speaks to Benton’s views.

(…)

The murals cannot be moved. Benton painted them using egg tempera paint, which has become extremely fragile over time. Moreover, the space in Woodburn 100 was designed specifically to house the two panels that now hang there, and they were installed in such a way that moving them would almost certainly cause irreparable damage. Nor does the notion of covering them with a curtain accord with our responsibility as stewards of this precious art. Covering the murals feels like censorship and runs counter to the expressed intent of the artist to make visible moments in history that some would rather forget. Furthermore, covering the murals during class periods would leave them hidden for the vast majority of time and create a situation in which the decision to uncover them could be used by some as a symbolic act in support of the very ideology the murals are intended to criticize.

(…)

The Benton Murals are a national treasure. They depict the social progression of Indiana history—including, explicitly, the promise and hope of racial integration and a free press arising out of the fight against the political influence of the Klan—through the visceral and powerful vision of one of the most significant artists of the period.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (3): à côté du Ku Klux Klan (ou Deux fresques de Thomas Hart Benton) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/11/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1228.

« ce peuple unique pour les jongleries »: sur un passage de Pierre Loti

J’ai repris mes cours et n’ai pas beaucoup de temps en ce moment pour écrire sur ce carnet, mais mes navettes me donnent l’occasion de lire l’excellent livre de Pierre-François Souiyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). Dans son chapitre « La tentation de l’occident », il aborde les débats sur la profondeur ou la superficialité de l’occidentalisation du Japon et traite du Rokumeikan, un lieu de socialisation construit à Tokyo en 1883, dans lequel se déroulaient entre autres des bals. Le bâtiment et ses fêtes devaient servir à montrer aux étrangers que le Japon avait acquis des manières occidentales.

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Rokumeikan#/media/File:Rokumeikan.jpg

Rokumeikan (scanné depuis Dallas Finn: Meiji Revisited. The Sites of Victorian Japan – National Diet Library, Japon, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=55774846)

Ce lieu était critiqué par certains Japonais. Kikue Yamakawa place ainsi ces mots dans la bouche de sa mère:

« Les négociations pour la révision des traités piétinaient et pour cette raison, on faisait la promotion officielle d’une occidentalisation frelatée à la mode du Rokumeikan et de manière irréfléchie, on encourageait les vêtements à l’occidentale, la nourriture à l’occidentale, les danses et les langues étrangères … » (Traduction Souiry p. 92)

Le lieu et ses danses étaient aussi moqués par certains étrangers. Ils ont fait l’objet de pages brillantes mais cruelles, voire racistes, de Pierre Loti, dans le chapitre « Un bal à Yeddo » du livre Japonaiseries d’automne (aux p. 77-106), paru en 1889, trois ans après sa visite.

Pierre Loti, Japoneries d’automne (1889)

Le chapitre s’ouvre sur la reproduction d’un carton d’invitation officiel:

 

Le ministre des affaires étrangères et
la comtesse Sodeska ont l’honneur de
vous prier de venir passer la soirée au
Rokou-Meikan, à l’occasion de la nais-
sance de S.M. l’Empereur.
On dansera.

Suit la description du voyage de Loti de Yokohama au Rokumeikan, qui lui permet de jouer sur les contrastes entre le Japon traditionnel des ruelles sombres, des lanternes et des pousse-pousses et le Japon moderne des gares et de l’éclairage au gaz.

Enfin, enfin, nous arrivons. A la file, nos chars passent sous un portique ancien dont la toiture se retrousse par les pointes, à la chinoise ; nous voici en pleine lumière, au milieu d’une sorte de fête vénitienne, au milieu d’un jardin prétentieux où d’innombrables bougies brûlent dans des ballons de papier sur des girandoles et, devant nous, se dresse le Rokou-Meïkan, très illuminé, ayant des cordons de gaz à chaque corniche, jetant des feux par chacune de ses fenêtres, éclairant comme une maison transparente.

Eh bien, il n’est pas beau, le Rokou-Meïkan. Bâti à l’européenne, tout frais, tout blanc, tout neuf, il ressemble, mon Dieu, au casino[1] d’une de nos villes de bains quelconque, et vraiment on pourrait se croire n’importe où, à Yeddo excepté…

Loti est séduit par les femmes, épouses de dignitaires, qui l’accueillent, élégantes, bien coiffées et bien habillées à l’occidentale, mais il ne peut s’empêcher de finir sa description sur ces mots:

Oh ! très bien, mesdames ; mes compliments sincères à toutes les trois ! très amusantes les attitudes, et très réussis les déguisements.

Il n’aime vraiment pas la décoration du lieu:

ces tentures contrastent avec la banalité des lanternes vénitiennes, de toutes les fanfreluches pendues au plafond, donnent le sentiment d’une Chine ou d’un Japon qui seraient en goguette, en fête de barrière.

Il n’a pas de mots trop durs pour les femmes habillées à l’occidentale; il reconnait leurs efforts méritoires, mais simplement parce qu’elles sont asiatiques, ces vêtements ne leur vont pas . Au contraire, Loti vante les mérites des ambassadeurs chinois:

Et puis ils font preuve de bon goût, ceux-ci, et de dignité, en conservant leur costume national, leur longue robe magnifiquement brochée et brodée, leur rude moustache retombante et leur queue.[2]

Loti critique aussi la manière de danser, trop automatique et pensée, des Japonaises.

Il conclut pourtant, de façon assez hypocrite et en prétendant, non sans culot, vouloir se rendre utile et plaisant aux Japonais:

En somme, une fête très gaie et très jolie, que ces Japonais nous ont offerte là avec beaucoup de bonne grâce. Si j’y ai souri de temps en temps, c’était sans malice. Quand je songe même que ces costumes, ces manières, ce cérémonial, ces danses, étaient des choses apprises, apprises très vite, apprises par ordre impérial et peut-être à contre-coeur, je me dis que ces gens sont de bien merveilleux imitateurs et une telle soirée me semble un des plus intéressants tours de force de ce peuple, unique pour les jongleries.

Cela m’a amusé de noter, sans intention bien méchante, tous ces détails, que je garantis du reste fidèles comme ceux d’une photographie avant les retouches. Dans ce pays qui se transforme si prodigieusement vite, cela amusera peut-être aussi des Japonais eux-mêmes, quand quelques années auront passé, de retrouver écrite ici cette étape de leur évolution ; de lire ce que fut un bal décoré de chrysanthèmes et donné au Rokou-Meïkan pour l’anniversaire de la naissance de S.M. l’empereur Muts-Hito, en l’an de grâce 1886.

C’est évidemment le mot « jongleries » qui a attiré mon attention. Bien sûr, mes recherches orientent la façon dont je lis ce texte, mais je ne peux m’empêcher de noter comme Loti place sa description du bâtiment et de la fête de Tokyo dans un cadre de sociabilité et de fêtes françaises: casino, fêtes vénitiennes, goguette, fête de barrière, déguisements, casino de province et, finalement, jongleries. C’est a dire qu’il cite toute une série de lieux et de circonstances où les acrobates jongleurs japonais et leurs imitateurs occidentaux se produisaient en France. La prégnance du premier contact de Loti avec la culture japonaise, ces spectacles de music hall et de cirque que donnaient des saltimbanques japonais, me semble très forte. Elle en modifie sa perception du Japon réel lorsqu’il visite le pays et la présentation qu’il en fait à ses lecteurs.

[1] Plus loin, p. 87, Loti reprendra cette comparaison:  « une décoration de casino de second ordre »

[2] Loti mentionne aussi un groupe de Japonaises habillées très traditionnellement et qui ne dansent pas, un « groupe un peu hiératique », les « princesses du sang et [l]es dames de la cour ». Loti est fasciné et décrit longuement leurs costumes et coiffures; il ne peut s’empêcher d’aller inviter l’une d’entre elles à danser, mais il se fait gentiment éconduire.

Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais)

Hier, j’ai eu la chance de pouvoir assister au spectacle de Dai-kagura d’Ise qui s’est tenu au Musée d’ethnologie d’Osaka, dans le cadre de l’exposition sur les misemono.

Le spectacle mêlait danses du lion et différents types de jonglerie. L’humour accompagnait toutes les parties de jonglerie, parfois un humour verbal, de jeux de mots, d’allusions politiques ou sociales, de dialogues de non-sens, comme on peut en entendre dans le manzai, parfois un humour non-verbal avec une sorte de bouffon imitant et caricaturant les attitudes et gestes du jongleur alors que celui-ci officiait ou commentant ses réalisations par des grimaces. Parfois improvisé, cet humour permet de donner du rythme et apporte un sentiment de variété au spectacle, il dédramatise les moments où le jongleur rate son tour ou doit se concentrer pour reprendre ses jeux, et il établit une connexion avec le public.

En blanc, l'assistant passe les bols; en beige orange, le "bouffon" exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

En blanc, l’assistant passe les bols; en beige orange, le « bouffon » exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

Surtout, cet humour a une fonction religieuse dans le cadre de ce qui était,  à l’origine semble-t-il, un rituel apotropaïque, destiné à éloigner le malheur, la maladie ou les accidents: un dieu qui avait assisté au spectacle, qui s’était détendu et qui avait ri était un dieu apaisé, qui laisserait les humains tranquilles.

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

Je me pose alors une question: pourquoi cet humour est-il totalement absent des sources occidentales qui décrivent les premières troupes d’acrobates et jongleurs japonais aux USA ou en Europe dans les années 1860-1870 ? On imagine mal que les journalistes n’aient pas remarqué d’actions comiques dans ces spectacles si elles étaient présentes ou que les troupes « profanes » expatriées n’aient pas repris à leurs consœurs plus religieuses un élément important de leur succès.

Certes, les journalistes, au début, se plaignaient des longs discours et des « bavardages » des acrobates japonais, et on comprend bien que l’humour verbal ne pouvait fonctionner, mais, comme je l’ai dit plus haut, le comique non-verbal, le comique de situation était important lors du spectacle que j’ai vu.

Faut-il alors imaginer que les managers occidentaux des troupes ou les régisseurs des salles de spectacles qui les accueillaient aient demandé aux Japonais de retirer l’humour de leurs spectacles ? Ou alors n’étaient-ils pas sensibles à cet humour ? Cette dernière hypothèse parait peu probable puisque les clowns, je pense, pratiquaient le même type d’humour de parodie avec les cavaliers et les écuyères (je dois vérifier dans les histoires de cirque si cela tient du point de vue chronologique).

Je me demande enfin, et ce n’est qu’un début d’hypothèse de travail, si on n’aurait pas ici une conséquence de pensée racialiste: avoir de l’humour serait considéré comme une prérogative de l’Occident, une preuve de sa supériorité, et le milieu européen du cirque n’aurait même pas conçu l’idée que des acrobates japonais aient pu volontairement faire rire une audience occidentale, maîtriser le sens de l’humour et contrôler leur public. Est-il possible, cela a-t-il du sens de dresser une histoire de la reconnaissance du sens de l’humour dans les autres cultures ?

Site officiel de la troupe

http://www.kandayuyamamoto.jp/: uniquement en japonais; très belles photographies

Vidéos

Le 東北文化財映像研究所ライブラリー映像館 a découpé en 9 vidéos, disponibles sur YouTube, un spectacle complet de dai-kagura (malheureusement, leur caméra semble fixe et ne capture pas bien certaines jongleries comme celle qui consiste à faire tourner une grande assiette sur un panneau de bois posé au niveau du sol). Voici la première d’entre elles:

Bibliographie

Bibliographie non vue:
  • Gerald Groemer, Street Performers and Society in Urban Japan, 1600-1900: The Beggar’s Gift (Londres, 2016) (Plus de 20.000 yens pour ce livre ! Ils sont fous chez Routledge ?)
  • Kárpáti, János. « Music of the Lion Dance in Japanese Tradition. » Studia Musicologica Academiae Scientiarum Hungaricae 41, no. 1-3 (2000): 107-117 (JSTOR)
  • 北川央. « 伊勢大神楽の展開–檀那場の形成をめぐって. » (The development of Ise Dai Kagura: around the formation of Dannaba  [in Japanese]), 宗教民俗研究 9 (1999): 96-116.
  • Lancashire, Terence, «  » Kagura »-A » Shinto » Dance? Or Perhaps Not. » Asian music 33, 1 (2001), p. 25-59 (JSTOR)
  • 森田玲. « 伊勢大神楽の神楽囃子研究–音曲構成の特徴と他分野諸芸能との関連性. » (Basic research on the musical structure of Ise Dai-Kagura and its relationship with other types of traditional performances  [in Japanese]), 民俗音楽研究 36 (2011): 37-46.
  • David Petersen, An Invitation to Kagura: Hidden Gem of the Traditional Japanese Performing Arts (2007)
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/10/2016. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/713.

Quinze ans de ma vie (III): Imitatrices

Je continue la présentation d’extraits de l’autobiographie de Loïe Fuller (Voir I: Bibliographie, II: Contrats) dans un but de comparaison avec la situation des acrobates et autres artistes de cirque japonais. Il peut paraître remarquable que ceux-ci furent très vite imités par des banquistes locaux, mais, en fait, c’était tout à fait normal dans le cadre du cirque d’alors et du non-respect généralisé du principe de propriété intellectuelle ou artistique. Cependant, on sait mal, voire pas du tout, ce qu’en pensaient les premiers intéressés, si ce n’est, parfois, l’affirmation d’un spectacle de « vrais japonais », dont on ignore si elle venait des artistes eux-mêmes ou de leurs impresarios. C’est dans ce cadre que le témoignage de Loïe Fuller, toujours à prendre avec une pincée de sel, est intéressant, avec son mélange de fierté artistique, d’informations publicitaires et de sens des affaires. Il pose aussi la question de la pertinence de la question raciale. Les artistes japonais furent imités par des acrobates européens lorsque régnait le principe pseudo-scientifique de la hiérarchie des races, dominée par l’Europe. Cela posait-il problème alors ? A qui ? aux artistes ou aux spectateurs ? ou est-ce une question anachronique qui n’a pas lieu d’être vu le contexte de copie et d’imitation dans les milieux du music-hall et du cirque ? J’espère que mon enquête va me permettre de résoudre cette question.

Je vis revenir Marlon Stein l’oreille basse. Il avait été reçu par M. Pedro Gailhard, mais celui-ci, de la voix profonde qu’il s’est habilement fabriquée et qui, pendant vingt et un ans de suite, a heurté les échos du cabinet directorial de l’Opéra, ne lui avait pas caché qu’il n’éprouvait que peu d’envie de m’engager.
– Qu’elle m’exhibe ses danses si elle veut, avait-il dit, mais tout ce que je pourrai faire, au cas où ces danses me plairaient, ce serait, à la condition qu’elle ne se montre pas ailleurs, de lui garantir, au maximum, quatre cachets par mois.
– Quatre cachets ? Ce n’est guère, avait risqué mon agent.
– C’est déjà trop pour une danseuse qui, avant de venir à Paris, y a déjà des imitatrices.
(…)

J’embarquai, après le dîner, mon agent et ma mère dans une voiture et je donnai l’adresse des Folies-Bergère, car je savais que mon agent, de son côté, avait écrit au directeur de ce grand music-hall. En route, j’expliquai à Marten Stein que je me rangeais à l’avis qu’il m’avait précédemment exposé et que j’allais demander au directeur des Folies-Bergère de m’engager.

Qu’on imagine ma stupeur quand on saura que, en descendant de fiacre, devant les Folies, je me trouvai face face avec une danseuse serpentine, reproduite en tons violents sur des affiches colossales, et que cette danseuse n’était point Loïe Fuller.

Folies-Bergère, L'originale danse serpentine par Mabel Stuart ; affiche d'Alfred Choubrac, 1890

Folies-Bergère, L’originale danse serpentine par Mabel Stuart ; affiche d’Alfred Choubrac, 1890 (Merci http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9015652x)

C’était le cataclysme, l’effondrement définitif.
Je n’entrai pas moins dans le théâtre. Je dis l’objet de ma visite. Je demandai à voir le directeur. On me répondit que je pourrais être reçue seulement à l’issue de la représentation et on nous installa, ma mère, Marten Stein et moi, dans un coin du balcon d’où nous pûmes suivre le spectacle.
Le spectacle !…
Je m’en moquais un peu du spectacle. Et j’eusse été fort en peine de dire ce que je vis ce soir-là. J’attendais la Serpentine, ma rivale, ma voleuse – car c’était une voleuse, n’est-ce pas ?- et qui me volait, en outre de ma danse, tous les beaux rêves que j’avais faits.
Enfin, elle parut. Je tremblais de tout mon corps. Une sueur froide perlait à mes tempes. Je fermai les yeux. Quand je les rouvris, j’aperçus, en scène, une de mes compatriotes qui jadis, m’ayant emprunté de l’argent, en Amérique, avait négligé de me le rendre. Elle continuait ses emprunts, voilà tout. Mais, cette fois, j’étais bien décidée à lui faire rendre ce qu’elle me prenait.
Bientôt, je cessai de lui en vouloir. Au lieu de me bouleverser davantage sa vue m’apaisait. A mesure qu’elle dansait le calme renaissait en moi. Et, quand elle eut achevé son « numéro », je me mis à l’applaudir sincèrement et avec une grande joie.
Ce n’était point l’admiration qui provoquait mes bravos, mais bien un sentiment tout opposé : mon imitatrice était si médiocre que, sûre de vaincre à présent, je ne la redoutais plus.
Vrai, je l’aurais volontiers embrassée pour le plaisir que me procurait la constatation de son insuffisance.
Après la représentation, lorsque nous fûmes en présence du directeur c’était alors M. Marchand je ne lui cachai rien de mon sentiment, par l’intermédiaire de Marten Stein qui servait d’interprète.

La salle s’était vidée. Nous n’étions plus que six sur la scène : M. Marchand, sa femme, le second chef d’orchestre, M. Henri Hambourg, Marten Stein, ma mère et moi.
– Demandez à M. Marchand, dis-je à Marten Stein, pourquoi il a engagé une femme qui fait une imitation de mes danses alors que vous lui avez écrit, de Berlin, pour lui proposer de me voir ?
Au lieu de transmettre ma question, l' »interprète » répliqua :
– Êtes-vous donc vous-même si fort en règle ? Avez-vous oublié que vous vous proposiez de danser à l’Opéra ? Peut-être le sait-il ?
– Peu importe, répondis-je, posez toujours la question. Et puis cet homme ne sait rien.
Je n’appris que plus tard que M. Marchand parlait l’anglais et le comprenait aussi nettement que Marten Stein et moi-même !…
Il a dû réprimer, ce soir-là, une terrible envie de rire. De fait, il la réprima le mieux du monde, car nous ne pûmes rien en apercevoir et nous ne découvrîmes point qu’il entendait la langue de Shakespeare.
Marten Stein, à présent, transmettait ma demande.
– J’ai engagé cette danseuse, répondit M. Marchand en français, parce que le Casino de Paris annonçait une danse serpentine, et que je ne pouvais pas me laisser devancer par lui.

– Mais, demandai-je, y a-t-il encore d’autres danseuses de ce genre dans les théâtres de Paris?
– Non. Celle du Casino a manqué de parole. Moi, j’avais déjà engagé votre imitatrice. Et comme vous voyez qu’elle n’a pas grand succès, je pense
que vous n’en aurez pas beaucoup plus. Pourtant si vous voulez tout de même me donner une répétition, je suis à votre disposition.
– Merci ! vous donner une répétition pour qu’une doublure puisse plagier plus encore mes danses.
Mais mon impresario m’engagea tellement à montrer au directeur ce que mes danses étaient, comparées surtout à, celles de l’autre, que je me décidai.
Je revêtis mes robes l’une après l’autre, et, avec la mine la plus déconfite qui soit, je me mis à danser. L’orchestre se composait d’un seul violon, et pour éclairage je n’avais que la rampe.
Lorsque j’eus fini, le directeur me fit venir dans son cabinet et me proposa de m’engager séance tenante. Je devais débuter dès que l’autre danseuse aurait terminé son engagement.
– Non, déclarai-je, si j’entre chez vous, il faut que cette femme s’en aille.
– Mais, dit-il, je l’ai engagée, elle ne peut pas partir avant la fin de son engagement.
– Vous n’avez qu’à lui payer ses cachets pour qu’elle parte.
Il objecta encore que les affiches, les réclames, tout était fait pour elle, et que si elle ne dansait plus, le public pourrait protester.
– Eh bien, dans ce cas, je danserai à sa place, sous son nom, avec sa musique, jusqu’à ce que vous ayez tout arrangé pour mon début.
Le lendemain il paya mon imitatrice, et elle quitta le théâtre.
Le même soir, je pris sa place et il me fallut répéter sa danse quatre ou cinq fois.
Puis nous nous mîmes sérieusement aux répétitions, pour mon début annoncé, et qui devait avoir lieu huit jours plus tard.
Après que j’eus dansé deux fois sous le nom de ma doublure le directeur des Folies-Bergère m’emmena au Figaro.
Je pensais certes qu’au point de vue de la réclame c’était une excellente idée, mais je ne sus que longtemps après, que mon engagement définitif avait dépendu de la séance que je donnai là. Et je n’ai pas oublié que je dois toute ma carrière, au succès, mémorable pour moi, que j’eus en cette occasion.

Liens de la semaine (23 juillet 2016)

Histoire de l’anthropologie française
Cirques aujourd’hui
Émigration japonaise

(Appel à contributions) Amerasia Journal Special Issue: Exhibiting Race and Culture

Je recopie une annonce parue sur la liste électronique H-Japan:

EXHIBITING RACE AND CULTURE

Guest Editors:

Professor Constance Chen (Loyola Marymount University)

Professor Melody Rod-ari (Loyola Marymount University)

Publication Date: Issue planned for Summer/Fall 2017 publication

Due Date: Paper submission (5,000-6,000 words excluding endnotes) due November 15, 2016

In 1886, Queen Victoria opened the Colonial and Indian Exhibition in London seated on the golden throne of the deposed Maharaja Ranjit Singh as a potent symbol of the “bonds of union” within the British Empire.  While Indian colonial subjects were made visible through the creation and dissemination of certain visual imageries, they were rendered powerless and voiceless in the process.  In recent decades, scholars from a multitude of disciplines have problematized Western perceptions of “the East” by interrogating and dismantling existing paradigms and frameworks.  Moreover, the display and repatriation of Asian and Pacific Islander cultural artifacts as well as the (in)visibility of Asian Pacific Americans in popular media have led to discussions regarding how various peoples have sought to conceptualize themselves locally and internationally, thereby further complicating racial discourses and transnational exchanges.

In this special issue of Amerasia Journal, we seek to examine the ways in which visual representations have shaped political, socioeconomic, cultural, and ideological milieus on both sides of the Pacific across historical time and geographical space.  How have Asians, Asian Americans, and Pacific Islanders been portrayed and—in turn—portrayed themselves in museums, world’s fairs, international biennales, visual and performing arts, the media, literature, film and television, politics, and beyond?  How do imperialist sentiments still manifest themselves through the visual?  How are race and culture imagined and redefined from differing localities and time periods?  How can marginalized groups utilize the depiction of the non-West to refashion individual and national identities?  We invite submissions that delve into topics such as, but not limited to, the display of indigenous cultures in museums, the role of heritage sites and tourism in the fabrication of nationalism, the construction of race in electoral politics, the intersection of racial and gender discourses in film and television, the engendering of Otherness by peoples of color, the impact of political cartoons on nineteenth-century immigration legislations as well as comparative analyses across racial-ethnic groups.  We are particularly interested in essays that use interdisciplinary approaches and cross-cultural perspectives.

Submission Guidelines and Review Process:

The guest editors, in consultation with the Amerasia Journal editors and peer reviewers, make the decisions on which submissions will be included in the special issue.  The process is as follows:

  • Initial review of submitted papers by guest editors and Amerasia Journal editorial staff
  • Papers approved by editors will undergo blind peer review
  • Revision of accepted peer-reviewed papers and final submission

All correspondences should refer to “Amerasia Journal Exhibiting Race and Culture Issue” in the subject line.  Please send inquiries and manuscripts to Professor Constance Chen (cchen@lmu.edu), Professor Melody Rod-ari (mrodari@lmu.edu), and Dr. Arnold Pan, Associate Editor (arnoldpan@ucla.edu).

Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the « Yellow Peril, » and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé « zoo humain », des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Deux (trois) liens intéressants: excuses américaines et une carte chinoise bilingue japonais-anglais

Faute de temps pour écrire une note complète, je recommande la lecture des deux blogs suivants:

(…) La Cour suprême de Californie a rendu le 16 mars 2015 une décision vouée à rester dans les annales. La Cour décida d’admettre à titre posthume au Barreau de Californie Hong Yen Chang, (…)

[Elle] accède donc à la demande d’admission posthume formée par les descendants de Chang et par une association d’étudiants en droit d’origine asiatique. La décision de 1890, juge nouvellement la Cour suprême, a privé Chang du droit constitutionnel à l’« égale protection de la loi » (Equal Protection of the Laws). De nombreux autres impétrants d’origine asiatique au Barreau de Californie, concéda la Cour, furent empêchés comme Chang d’exercer pour des motifs tenant à la race et/ou à la nationalité. « Un chapitre sordide » de l’histoire et de l’Amérique, selon les mots de la Cour.

Je recommande aussi ce blog pour sa discussion de ce que les Américains d’origine asiatique doivent au mouvement des droits civiques.

Carte postale de Tianjin, années 1940

La carte postale a une légende bilingue, anglais et japonais:

  • (lu de droite à gauche) 村から町へ旅芸人 (mura kara machi he tabigeinin), « baladins itinérants venus de la campagne à la ville ». En fait, mon traitement de texte refuse de m’écrire le 2e kanji de « tabigeinin » sur la carte postale, qu’on n’utilise plus, et me donne son équivalent contemporain. (Merci N.K. pour son aide à lire ce mot)
  • Travelling performer

Il me semble intéressant que les éditeurs de cette carte aient pensé qu’elle pouvait trouver tout aussi bien des acheteurs japonais que des amateurs occidentaux, que le jongleur chinois et sa musicienne accompagnatrice soient exotiques selon plusieurs points de vue.

Note de lecture: caricature, acrobates japonais et singes

I.J. Miller, The Nature of the Beasts. Empire and Exhibition at the Tokyo Imperial Zoo (2013), p. 53-56, présente une analyse subtile d’une caricature de Bigot:

Georges Bigot, Monsieur et Madame vont dans le monde, illustration pour le magazine Tobae, 1887. (Source de la reproduction: http://www.artsetsocietes.org/f/f-index59.html)

La caricature, publiée au Japon, en partie pour un lectorat capable de lire les kanjis, est ambiguë puisqu’elle mêle racisme, darwinisme et critique sociale des efforts maladroits de certaines élites japonaises pour adopter des coutumes occidentales. Comme le montre Miller, cette critique n’est pas seulement le fait d’étrangers exprimant un sentiment raciste de supériorité, mais fait partie du débat national japonais.

Les acrobates japonais sont souvent comparés à des singes. Voici, par exemple, un extrait du journal La Nature 13 (1885) p. 248-250, donc non pas, insistons, une critique d’un spectacle mais un article se prétendant de vulgarisation scientifique:

Certains gymnastes présentent cette particularité de se servir de leurs pieds comme moyen de préhension dans les exercices qu ils exécutent. A ce point de vue ils se rapprochent des singes et arrivent à rivaliser avec ceux-ci comme agilité ou bien à les imiter d une façon saisissante. Les gymnastes japonais excellent surtout sous ce rapport et l’on se rappelle que l’un d’eux s’est exhibé à Paris il y a quelques années sous le nom d’ homme singe. Revêtu d’un costume approprié à son rôle il grimpait le long d’une perche, s’accrochait par les pieds à une corde, se balançait ainsi, sautait, gambadait, faisait des culbutes et exécutait en un mot une multitude d’exercices aussi bien si ce n’est mieux que n’eût pu faire un singe réel. Une troupe de Japonais qui s’est montrée en 1884 dans divers théâtres et cirques de Paris exécutait également des tours extraordinaires et les gymnastes qui la composaient se servaient aussi avec une grande habileté et une grande énergie de leurs pieds nus. Parmi les exercices exécutés par cette troupe, les plus remarquables étaient les suivants (fig 3):

Je pensais que cette comparaison n’était que physique et visuelle, mais je me demande maintenant si elle ne s’appuyait pas aussi, consciemment ou non, sur le thème général du Japon imitateur de l’Occident.

On n’en oubliera pas pour autant que les acrobates japonais seront eux-mêmes rapidement imités par des artistes de cirque occidentaux, en un retournement ironique des caricatures.

Quelques liens:

Note de lecture: Acrobates de Tanger

Mohammed Telhine, Acrobates de Tanger. Les artistes de La Troupe (2013)

La lecture d’ Acrobates de Tanger a été extrêmement intéressante pour moi parce que le type de matériau, de sources, que son auteur a utilisé est complètement différent de celui auquel j’ai eu à faire jusqu’à présent dans mes propres recherches sur les acrobates japonais. Il s’agit d’un choix délibéré de son auteur, Mohammed Telhine, puisque les sources écrites journalistiques et les affiches de cirque, par exemple, existent aussi pour les acrobates nord-africains. Telhine, lui, a choisi de rassembler une collection de témoignages oraux, et on peut lui en être reconnaissant parce qu’il y avait urgence, vu l’âge avancé de ses interlocuteurs. Comme il se base sur des témoignages oraux, son enquête remonte rarement au-delà de la Deuxième guerre mondiale, et cela me pousse à remettre en question le terme final que j’avais choisi, 1945, pour ma propre enquête. Il serait certainement judicieux de voir à rassembler les témoignages oraux d’acrobates japonais, s’il y en a, après 1945 pour compléter mes recherches.

De ces témoignages marocains, je retiens les traits suivant:

  • les très mauvaises conditions de travail, de sécurité physique ou contractuelle. Le « muqaddem », l’organisateur de la troupe d’acrobates, confisque les passeports de ses artistes, souvent ne paie pas les membres de sa troupe, ne veille pas à leur santé, ne les forme pas. Il n’est pas rare que le contrat soit signé entre le manager et les parents de l’acrobate, qui restent au Maroc pendant que celui-ci voyage et travaille. Il n’est pas payé directement, mais l’argent est versé à ses parents. Il est facile d’imaginer les irrégularités qui s’ensuivent.
  • Peu d’acrobates marocains ont travaillé en dehors de l’Europe et des États-Unis. Seuls un d’entre eux s’est produit en Afrique du Sud, et deux autres sont allés en Asie (Vietnam, Indonésie et Japon).
  • Beaucoup d’acrobates deviennent polyglottes, ce qui leur permet de se recycler en guides ou accompagnateurs de voyages au Maroc après la fin de leur carrière d’acrobates.
  • Le nombre d’unions mixtes est très élevé: mariages avec des femmes de pays européens ou américaines. Un témoin, cependant, est extrêmement pessimiste vis-à-vis de ces unions, affirmant qu’elles finissent toutes en divorces. Souvent, les acrobates marocains se marient deux fois sans qu’ils divorcent officiellement dans le pays de leur première union.
  • Plusieurs acrobates ont des carrières mixtes; ils alternent passages dans des cirques et travaux en usine, hors de leur pays d’origine. Parfois, ils étudient pour acquérir d’autres savoirs et obtenir différents diplômes ou certificats d’aptitude professionnelle.
  • Beaucoup d’acrobates regrettent le peu de prestige dont bénéficie leur métier au Maroc et comparent amèrement le mépris dans lesquels on les y tiendrait et leur vie de stars du cirque, en contact avec des stars de la télévision ou du cinéma.
  • Quelques superstitions et interdits religieux: pas d’entrainement le vendredi et ne pas prononcer certains mots (je me demande quels pouvaient être les usages pour les acrobates japonais).
  • le travail de chorégraphes modernes, en collaboration avec d’anciens acrobates professionnels, pour essayer de garder la mémoire de l’acrobatie au Maroc et la développer dans de nouvelles directions.

(Voici deux exemples)

  • À propos du racisme, les acrobates marocains ne semblent pas être très critiques vis-à-vis de l’Europe (à l’exception des garçons de café français). Au contraire, plusieurs témoins soulignent la curiosité bienveillante dont ils étaient l’objet et les rencontres amoureuses que cela leur a offertes. Par contre, à plusieurs reprises, ils mentionnent le racisme dont ils ont été victimes, eux ou leurs comparses, aux USA, non en fonction de leur origine, mais directement en fonction de la couleur de peau de certains d’entre eux. Ces différences de racisme ont bien évidemment apporté des chocs et causé des expériences très déplaisantes.

Article du jour: cirque et discrimination

Au 19e siècle, le cirque est un des endroits où se déploie le spectacle des variétés humaines, où les hypothèses du discours racial se testent. Des hiérarchies humaines se font et de défont en fonction des talents des artistes et des préjugés des spectateurs et organisateurs. Le racisme s’y exerce et s’y montre, mais s’y voit aussi contredit par les qualités individuelles et la solidarité professionnelle. Des rencontres et des histoires d’amour entre gens de provenances variées se nouent aussi autour des pistes et dans les loges.
Malheureusement, au 21e siècle, le cirque est encore un lieu qui donne l’occasion au racisme et aux amateurs de discrimination de s’exprimer. C’est attristant.
Voir l’article de C. Bourgneuf, Vandalisme, actes racistes : les déboires parisiens du cirque Romanès, Libération 16 octobre 2015 pour plus d’informations.