Note de lecture: Artistes ou marginaux ? Les sasara de Shinano

L’article de Yuriko Yoshida, « Artistes ou marginaux ? Les sasara de Shinano », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 1029-1052. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-1029.htm est riche en informations sur le mode de vie, les droits et les revenus d’artistes de rue marginaux du Japon. Vu les diversités de statut et les variations géographiques, on ne peut pas projeter automatiquement ce que l’on sait des sasara sur les acrobates et jongleurs, mais l’article offre des considérations et des pistes de recherches qui pourraient être fructueuses. Dans les lignes qui suivent, je ne vais pas résumer tout l’article; je vais uniquement présenter certains points qui m’intéressent et pourraient servir pour des réflexions futures sur les acrobates et jongleurs: statut, payement, religion, lien avec les populations de paysans.

Les sasara étaient des artistes ambulants qui donnaient des spectacles de manzai: un chanteur de mélopées bénéfiques accompagné d’un joueur de petit tambour1. Ils faisaient du porte-à-porte lors des festivités de fin d’année.

Manzai, vers 1820. Estampe de Yashima Gakutei. Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4422754

Les sasara étudiés par Yoshida vivent sur les berges de rivières, le lieu par excellence de la marginalité au Japon, sans doute dans des conditions assez mauvaises.

Lorsqu’ils ne font pas de spectacles, ils cultivent des champs, qu’ils louent, et se livrent à la pêche. Leur source de revenus principale est les spectacles de manzai, mais ils vivent aussi du commerce des produits qu’ils vendent lors de leurs pérégrinations, par exemple des accessoires de parfum (p. 1034-1036) ou des objets en cuir (p. 1048).

Les sasara sont répartis en associations, qui ont l’exclusivité sur certaines zones géographiques. Yoshida donne ainsi l’exemple d’une zone de 1300 maisons situées dans 49 villages. Les sasara étaient payés en nature pour leurs prestations: du riz, des mochi et une boisson de saison. Les zones d’exclusivité pouvaient être vendues ou servir de gages pour des emprunts (p. 1036-1037).

Les sasara devaient accomplir des services pour les autorités locales ou régionales, par exemple la garde des prisons, faire des rondes dans leur village, ensevelir les défunts, assurer la sécurité des gens et des biens lors des incendies. Ils étaient payés en nature, par exemple une portion quotidienne de riz, pour ces corvées. Il y avait donc à la fois discrimination et coopération entre villageois et sasara. Ceux-ci aidaient aussi aux travaux agricoles (p. 1037-1038).

Ils étaient néanmoins soumis à toute une série d’interdictions et de contraintes sociales: ne pas se chausser de socques, ne pas ouvrir un parapluie, ne pas fumer la pipe dans le village, ne pas décorer leurs maisons lors des fêtes, ne pas porter des vêtements de soie, endogamie forcée (p. 1041-1042), interdiction de chasser le sanglier (p. 1048).

Sanctuaire Seki-Semimaru (Otsu, Préfecture de Shiga). Photographie par KENPEI, CC 表示-継承 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9284607

Les sasara recevaient des permis de prêcher du sanctuaire Seki-Semimaru (関蝉丸神社) d’Otsu (Kansai)2 lié au fameux temple Mii-dera, permis qu’ils se transmettaient de génération en génération sous condition de renouvellement lors de la fête annuelle du sanctuaire, ce qui impliquait un pèlerinage et le payement d’une redevance au sanctuaire. Ce permis n’avait pas une valeur officielle absolue, mais il favorisait une certaine liberté de mouvement pour les sasara, et le prestige du sanctuaire permettait parfois de régler à l’amiable des problèmes avec des autorités locales. Ce lien au sanctuaire pouvait parfois entrer en contradiction avec les corvées que certains sasara devaient effectuer dans leur village, car elles pouvaient relever des actions « impures » comme le traitement des cadavres. Les sasara devaient alors négocier avec les différentes parties, et le silence ou la dissimulation de certaines obligations locales était un outil de discussion avec leur temple tutélaire.


L’article de Yoshida fait partie d’un numéro des Annales consacré aux statuts sociaux au Japon (XVIIe-XIXe siècle). Ce dossier est introduit par une excellente présentation de G. Carré, « Les marges statutaires dans le Japon prémoderne : enjeux et débats », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 955-976. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-955.htm. Je relève, p. 964, l’expression qui me parait très propre:

«marginalité institutionnalisée» sous le régime shogunal.

Carré, p. 968, reprend à Nobuyuki Yoshida et Takeshi Tsukada l’analyse suivante de la constitution de la notion de statut à l’époque d’Edo, en trois éléments :

  • le métier (shokubun 3 ) autrement dit «la nature de la propriété et de la gestion de l’activité professionnelle» ainsi que «la position occupée dans la division du travail»;
  • l’organisation communautaire comme entité «garantissant collectivement la propriété et le mode de gestion de l’activité professionnelle»;
  • le «service» (yaku) en tant qu’«accord pour une détermination officielle de la place dans la société».

Dans le même numéro, on trouve un autre article intéressant sur les hinin et leurs activités: Tsukada Takashi, « Les religieux mendiants d’Ôsaka durant la période prémoderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 1053-1077. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-1053.htm

  1. À ne pas confondre donc avec le manzai actuel, des duos de comiques qu’on peut voir et entendre à la télévision notamment. []
  2. Site internet officiel du sanctuaire, en japonais; apparemment, aucune mention des sasara n’y est faite. Voir S. Matisoff, The Legend of Semimaru, Blind Musician of Japan (1973 [2006]), p. 123 s. []
  3. Comme je ne suis pas certain des kanjis, je ne peux donner l’orthographe japonaise. []

Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto)

Le 5 mai dernier (jour des enfants , férié au Japon) , je suis allé au sanctuaire Fujinomori de Kyoto (藤森神社) pour y assister à la partie de son festival annuel appelée « kakeuma » (駈馬). Pendant cet événement, des chevaux montés galopent à vive allure dans la courte allée qui mène de la torii principale du sanctuaire à son bâtiment central. Les cavaliers se livrent à diverses acrobaties pendant cette petite course, qui sera répétée une dizaine de fois. Tout cela est spectaculaire parce que les chevaux passent très près des spectateurs entassés des deux côtés de l’allée et n’en sont séparés que par de légères barrières incapables d’arrêter un cheval s’il dévie de sa route.

La foule s’apprête à prendre des photos du kakeuma (Photo ADH).

En outre, les acrobaties ne sont pas sans danger pour les cavaliers; l’un d’entre eux eut d’ailleurs quelque mal à se relever après une chute, qui avait inquiété la foule mais s’est finalement avérée sans gravité.

Une petite vidéo filmée ce jour-là permet de bien comprendre la nature de ces acrobaties et donne un bon aperçu des réactions du public1.

La vidéo suivante est intéressante parce qu’elle permet d’entendre la parole et d’entrevoir les pensées de plusieurs de ces cavaliers:

J’en retiens plusieurs éléments:

  • l’affirmation que le festival remonte à l’époque Heian
  • la transmission de cette pratique entre générations d’un nombre limité de familles
  • les acrobaties servent à impressionner les dieux tout autant que les spectateurs
  • les chevaux n’appartiennent pas au temple; et les cavaliers ne s’entrainent presque pas avant le festival
  • le spectaculaire travail d’équipe des assistants qui arrêtent les chevaux dans leur élan pour qu’ils puissent repartir pour un nouveau tour, travail dont on ne dit mot et qui est donc peu mis en valeur
  • la fierté personnelle des cavaliers acrobates

Le festival fait officiellement partie du patrimoine immatériel de la ville de Kyoto: 京都市登録無形民俗文化財2. Le spectacle d’acrobatie remonterait à l’an 781; pendant les périodes Muromachi et Edo, les acrobaties auraient été pratiquées par des soldats et des officiers de cavalerie. Depuis l’époque Meiji, elles sont réalisées par les habitants du quartier du sanctuaire, des « paroissiens » du sanctuaire Fujinomori3.

Les différentes techniques acrobatiques ont des noms bien spécifiques:

  • 一字書き, ichijikaki: écriture d’un kanji sur une tablette de bois tout en chevauchant sa monture (ce serait la réplique de communications d’urgence sur le champ de bataille, si j’ai bien compris l’explication donnée par hauts-parleurs)

Un assistant montre aux spectateurs le pinceau et la tablette de bois qui vont servir à l’acrobatie ichijikaki (Photo ADH).

Un cavalier montre fièrement le kanji 馬 qu’il a écrit à cheval à une équipe de télévision locale (Photo ADH).

    • 逆立ち, sadakachi: faire le poirier
    • 横乗り, yokonori: chevaucher en étant penché
    • 矢払い, yaharai: ???, littéralement « payer une flèche, payer avec une flèche » ??? (cela consiste à lancer une sorte de filet, ce qui apporterait la confusion auprès des ennemis qui visent le cavalier)
    • 逆乗り, gyakunori: monter à l’envers
    • 藤下り, fujishitari: la tête et le haut du corps renversés vers le bas, une jambe est tendue vers le ciel, et le cavalier n’est retenu que par un pied à un étrier.
    • 手綱潜り, tadzuna-moguri: la plongée ?

Avant les cavalcades, une petite procession permet aux spectateurs d’admirer les chevaux et les costumes des participants, et aux responsables du sanctuaire de purifier la piste de course avec des carrés de papier découpé (j’ignore le nom de ces morceaux de papier) et d’annoncer que les flashs sont interdits pour ne pas effrayer les chevaux.

Procession avant les acrobaties équestres (Photo ADH)

Rituel de purification (?) de la piste aux chevaux (Photo ADH).

Un cavalier (noriko) (Admirez l’étrier) (Photo ADH)

Deux Miko portant des panneaux avec la mention de l’interdiction des flashs (Photo ADH).

Cette dernière photo me permet d’illustrer la façon dont la tradition est utilisée pour une interdiction très moderne et de mettre en valeur les aspects d’ « invention de la tradition » de ce festival. Je doute très fortement qu’il puisse remonter à l’époque Heian et, sous sa forme actuelle, il n’a vraiment aucun aspect qui, de façon convaincante et évidente, puisse rappeler une origine militaire. Je ne serais donc pas surpris s’il mêlait des éléments de l’époque d’Edo, la cavalcade en ligne droite dans un sanctuaire, peut-être en rapport avec des soldats, et des éléments de cirque occidental, les acrobaties. C’est dans doute ici le moment de rappeler que des cirques occidentaux sont venus au Japon dans les années 1860 et suivantes et ont connu un certain succès, notamment avec leurs acrobaties équestres, succès qui leur a parfois valu d’être admirés par l’empereur.

フランス ダイキョクバ, Cirque Soulie (1871)

Visite de l’empereur Meiji et de sa famille au cirque Charini (チャリネ大曲馬御遊覧ノ図) (1886); Public Domain; https://www.metmuseum.org/art/collection/search/55252

Que pensez-vous de cette hypothèse ?4

Liens supplémentaires

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1603.

 

  1. La vidéo accompagne un articulet du Asahi Shimbun: 佐藤慈子, 京都・藤森神社で駈馬神事 疾走する馬の上で曲技, 朝日新聞 (5 mai 2018). []
  2. http://www.city.kyoto.lg.jp/bunshi/page/0000189609.html []
  3. DyDo DRINCO, Matsuri of Japan. Fujinomori Matsuri Kakeuma Shinji (2014), avec d’excellentes photographies. []
  4. Un tout grand merci à ma collègue Lucile Druet sans qui je n’aurais pas eu l’idée d’aller voir ce matsuri; je conseille d’aller voir l’excellente série de photos qu’elle y a prises il y a deux ou trois ans. []

Akita Kanto Matsuri: jonglerie, tradition, invention de la tradition et misogynie

Le festival (matsuri) du Japon le plus important où la jonglerie joue un rôle  est le « Akita Kanto Matsuri » (je ne m’explique pas bien pourquoi le catalogue de l’exposition d’Osaka ne semble pas le mentionner).

秋田竿燈まつり: Akita Kanto Matsuri, début du mois d’août

1.300.000 personnes visiteraient la ville au moment du festival.

Un kanto est une perche de bambou qui soutient des lanternes; il peut y en avoir 46, pour un poids de 50 kilos et une hauteur de 12 mètres. Des perches plus petites existent aussi en différents formats. Les lanternes de papier ont la forme de ballots de riz. Chaque kanto est surmonté de bandelettes de papier sacrées pour le shinto (Gohei). 200 kantos sont portés au même moment lors du dernier jour du festival. 3.000 personnes, jongleurs, musiciens (flûtes de bambou) et assistants, participent à la parade.

Schéma explicatif d’un kanto et de son porteur (All Rights Reserved,Copyright 2001-2008 Akita Kanto Executive Committee)

Le festival remonterait au 18e siècle; il servait initialement de prière pour de bonnes récoltes de céréales et pour écarter les maladies. Le festival avait presque disparu au début du 20e siècle, mais l’intérêt que les empereurs Meiji et Taisho, ainsi que l’apparition de publicités sur les lanternes en 1908 l’ont relancé. Une société fut créée en 1931 pour organiser le festival et une compétition fut inventée la même année dans le but d’améliorer la qualité du spectacle du festival, mais l’esprit de compétition a causé des tensions avec le concept de patrimoine traditionnel, et les règles de la compétition ont été progressivement améliorées, par tâtonnements, pour essayer de concilier les deux approches. En 1980, le festival a été inscrit à la liste du patrimoine culturel immatériel du Japon, dans la catégorie folklore. Il a été réorganisé en 1992 par le rassemblement des événements Neburi-nagashi (festival de lanternes; initialement, une lanterne était utilisée lors de O-bon pour accueillir les esprits des ancêtres), Tanabata (une fête traditionnelle des étoiles), Honen-sai (un festival de moisson) et  O-bon (un festival de commémoration des défunts). Lors de la compétition le dernier jour, des jongleurs utilisent des perches de 18 m. de haut.

Akita Kanto Matsuri (Photo Ocavis Leechroot [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons)

Initialement, le festival était un événement nocturne (avec lanternes allumées), mais sa popularité et les foules de spectateurs ont mené à la création de spectacles de jour. Les dates du festival ont changé au moment de l’adoption par le Japon du calendrier solaire en remplacement du calendrier lunaire, mais aussi plusieurs fois après la seconde guerre mondiale. Un dernier changement a eu lieu en 2001 pour lequel on a pris en compte les desiderata d’agences de voyage qui voulaient créer un circuit de festivals entre Akita, Sendai (festival de Tanabata: 仙台七夕) et Aomori (Nebuta Matsuri; 青森ねぶた祭り).

Les femmes ont pu participer au festival pour la première fois en 1967 comme musiciennes accompagnatrices, mais elles ne sont pas autorisées à porter un kanto car celui-ci est un objet shinto sacré, de la même façon que les femmes ne peuvent pénétrer le cercle où se déroulent les combats de sumo traditionnel (les femmes sont considérées impures à cause de leurs menstruations ou des saignements qui accompagnent l’accouchement). Dans le journal local, on a parfois publié dans les années 1980 des opinions selon lesquelles la participation de femmes au festival est la cause des averses qui l’ont frappé certaines années.

Les participants opposent le maniement du kanto à la jonglerie en s’appuyant aussi du fait que le kanto est sacré et qu’il est primordial de ne pas le faire tomber ou pire de le casser; lors de la compétition, il est important de pouvoir s’arrêter avant la « profanation » du kanto, même si le porteur du kanto voudrait aller plus loin dans ses efforts pour gagner.

Les bandelettes de papier shinto (gohei) proviennent du sanctuaire Akita Hachiman 秋田八幡神社. Après le festival, on les jette dans la rivière Kyuuomonogawa (旧雄物川) du haut du pont Shinkawahashi (新川橋).

Bibliographie

Sitographie

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (11)

川名津柱松神事 (愛媛県八幡浜市): Kawanazuhashiramatsu-shinji (Yawatahama, Préfecture d’Ehime)

Je n’ai trouvé sur Youtube qu’une seule vidéo pour cet événement, et je ne le mentionne ici que parce qu’il fait partie de la liste donnée dans le catalogue de l’exposition d’Osaka. Le seul fait relevant de l’acrobatie que l’on y voit est un démon (鬼, oni) grimpant, une torche à la main, au sommet d’un mat de 22 m de haut dressé pour le festival (柱, hashira, le pilier) (vers 4’39 de la vidéo). On ne le voit pas sur la vidéo, mais il descendrait à l’aide d’une corde de façon spectaculaire. Le mat est un pin coupé dans la foret et purifié dans la mer. Les hommes de 42 ans participent à ce festival, qui aurait plus de 200 ans.

Date: 3e samedi d’avril

Sitographie

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (10)

撞舞,茨城県龍ヶ崎市: Tsukumai (Ryugasaki, préfecture d’Ibaraki)

Fin juillet, part du Festival Gion, au sanctuaire Yasaka. Le mat fait 14 m de haut. Les deux acrobates sont appelés « Amagaeru » (雨蛙)(Rainettes [?], litt. Grenouilles de la pluie). Des flèches sont tirées en direction des quatre points cardinaux, les personnes qui les attrapent auront de la chance pendant un an. Le festival aurait plus de quatre cents ans (la première mention écrite daterait de 1792); initialement, il aurait constitué en prières pour des pluies abondantes.

Sitographie

 

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (8)

蜘蛛舞 (東湖八坂神社) (秋田県潟上市-男鹿市):Kumomai (entre les villes de Katagami et Oga, Préfecture d’Akita) (le 7 juillet, au sanctuaire Toukoyasaka)

Kumomai = La danse de l’araignée

Un homme costumé en rouge se livre à quelques contorsions sur des petits câbles tendus entre des arbres dressés sur un petit bateau.

A mon avis, on ne peut pas vraiment parler d’acrobaties; je ne mentionne ceci que par souci d’exhaustivité comme ce festival est repris dans le catalogue de l’exposition Misemono d’Osaka.

D’après le site internet officiel de la Préfecture, le festival aurait plus de mille ans.

Bibliographie non vue:

稲雄次. « 宮座の乏少地域の東北地方の一事例: 東湖八坂神社祭統人行事の場合. » (= One Case Example in Tohoku Area with less Miya-za : The Tonin Festival of Tokoyasaka Shrine )  国立歴史民俗博物館研究報告= Bulletin of the National Museum of Japanese History 161 (2011): 77-87.

Voir aussi le Site de la Préfecture d’Akita: 東湖八坂神社例大祭

 

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (5)

小山郷六斎念仏 (上善寺)(京都府京都市): [1] au temple Jouzenji (Kyoto), le 22 août (dans le cadre du roku-jizoo-meguri)

 

(Le spectacle de shishimai commence vers 4.00)

On notera qu’il s’agit d’un matsuri bouddhique.

[1] Je ne suis pas entièrement certain de la lecture des kanjis; je me renseigne et ajoute cette information

 

 

Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais)

Hier, j’ai eu la chance de pouvoir assister au spectacle de Dai-kagura d’Ise qui s’est tenu au Musée d’ethnologie d’Osaka, dans le cadre de l’exposition sur les misemono.

Le spectacle mêlait danses du lion et différents types de jonglerie. L’humour accompagnait toutes les parties de jonglerie, parfois un humour verbal, de jeux de mots, d’allusions politiques ou sociales, de dialogues de non-sens, comme on peut en entendre dans le manzai, parfois un humour non-verbal avec une sorte de bouffon imitant et caricaturant les attitudes et gestes du jongleur alors que celui-ci officiait ou commentant ses réalisations par des grimaces. Parfois improvisé, cet humour permet de donner du rythme et apporte un sentiment de variété au spectacle, il dédramatise les moments où le jongleur rate son tour ou doit se concentrer pour reprendre ses jeux, et il établit une connexion avec le public.

En blanc, l'assistant passe les bols; en beige orange, le "bouffon" exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

En blanc, l’assistant passe les bols; en beige orange, le « bouffon » exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

Surtout, cet humour a une fonction religieuse dans le cadre de ce qui était,  à l’origine semble-t-il, un rituel apotropaïque, destiné à éloigner le malheur, la maladie ou les accidents: un dieu qui avait assisté au spectacle, qui s’était détendu et qui avait ri était un dieu apaisé, qui laisserait les humains tranquilles.

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

Je me pose alors une question: pourquoi cet humour est-il totalement absent des sources occidentales qui décrivent les premières troupes d’acrobates et jongleurs japonais aux USA ou en Europe dans les années 1860-1870 ? On imagine mal que les journalistes n’aient pas remarqué d’actions comiques dans ces spectacles si elles étaient présentes ou que les troupes « profanes » expatriées n’aient pas repris à leurs consœurs plus religieuses un élément important de leur succès.

Certes, les journalistes, au début, se plaignaient des longs discours et des « bavardages » des acrobates japonais, et on comprend bien que l’humour verbal ne pouvait fonctionner, mais, comme je l’ai dit plus haut, le comique non-verbal, le comique de situation était important lors du spectacle que j’ai vu.

Faut-il alors imaginer que les managers occidentaux des troupes ou les régisseurs des salles de spectacles qui les accueillaient aient demandé aux Japonais de retirer l’humour de leurs spectacles ? Ou alors n’étaient-ils pas sensibles à cet humour ? Cette dernière hypothèse parait peu probable puisque les clowns, je pense, pratiquaient le même type d’humour de parodie avec les cavaliers et les écuyères (je dois vérifier dans les histoires de cirque si cela tient du point de vue chronologique).

Je me demande enfin, et ce n’est qu’un début d’hypothèse de travail, si on n’aurait pas ici une conséquence de pensée racialiste: avoir de l’humour serait considéré comme une prérogative de l’Occident, une preuve de sa supériorité, et le milieu européen du cirque n’aurait même pas conçu l’idée que des acrobates japonais aient pu volontairement faire rire une audience occidentale, maîtriser le sens de l’humour et contrôler leur public. Est-il possible, cela a-t-il du sens de dresser une histoire de la reconnaissance du sens de l’humour dans les autres cultures ?

Site officiel de la troupe

http://www.kandayuyamamoto.jp/: uniquement en japonais; très belles photographies

Vidéos

Le 東北文化財映像研究所ライブラリー映像館 a découpé en 9 vidéos, disponibles sur YouTube, un spectacle complet de dai-kagura (malheureusement, leur caméra semble fixe et ne capture pas bien certaines jongleries comme celle qui consiste à faire tourner une grande assiette sur un panneau de bois posé au niveau du sol). Voici la première d’entre elles:

Bibliographie

Bibliographie non vue:
  • Gerald Groemer, Street Performers and Society in Urban Japan, 1600-1900: The Beggar’s Gift (Londres, 2016) (Plus de 20.000 yens pour ce livre ! Ils sont fous chez Routledge ?)
  • Kárpáti, János. « Music of the Lion Dance in Japanese Tradition. » Studia Musicologica Academiae Scientiarum Hungaricae 41, no. 1-3 (2000): 107-117 (JSTOR)
  • 北川央. « 伊勢大神楽の展開–檀那場の形成をめぐって. » (The development of Ise Dai Kagura: around the formation of Dannaba  [in Japanese]), 宗教民俗研究 9 (1999): 96-116.
  • Lancashire, Terence, «  » Kagura »-A » Shinto » Dance? Or Perhaps Not. » Asian music 33, 1 (2001), p. 25-59 (JSTOR)
  • 森田玲. « 伊勢大神楽の神楽囃子研究–音曲構成の特徴と他分野諸芸能との関連性. » (Basic research on the musical structure of Ise Dai-Kagura and its relationship with other types of traditional performances  [in Japanese]), 民俗音楽研究 36 (2011): 37-46.
  • David Petersen, An Invitation to Kagura: Hidden Gem of the Traditional Japanese Performing Arts (2007)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/10/2016. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/713.