Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France

Les cirques stables sont  des monuments publics importants pour l’image du cirque, que ce soit par leurs liens avec les élites économique ou le pouvoir impérial comme, par exemple, le Cirque d’Hiver de Paris, ou que ce soit par leur importance physique dans une petite ville, comme, par exemple, Douai.

Je me proposais d’en présenter quelques-uns ici, dans la continuation de la série sur « Cirque et monuments publics », mais il n’existait pas sur internet, à ma connaissance de liste satisfaisante de ces établissements; j’ai donc commencé à la dresser et on trouvera le fruit de mes efforts ici, sur une « page » de ce carnet: Liste des bâtiments stables de cirque en France. J’ai essayé de signaler, dans la mesure du possible, les fonds d’archives qui existaient concernant ces bâtiments.

Bonne lecture !

S’il vous plait, signalez-moi erreurs, nouvelles informations et corrections.

Cirques stables en France

Cirques stables à Paris

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1450.

Flaubert : dans les marges du japonisme

Daniel Darc, La Princesse Méduse, illustré par les frères Régamey (1880).
« de la vraie démence ! » (voir ci-dessous)

 

Grâce au blog de Pierre Assouline, La république des livres, j’ai eu le plaisir de découvrir une nouvelle pépite d’internet; l’édition électronique par le Centre Flaubert (Université de Rouen) de la correspondance de Flaubert: http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php, et j’ai essayé de voir ce que cet auteur pouvait penser du Japon. Bien peu si l’on en juge par les résultats suivant:

  • Japon: 2 occurrences (Attention, l’index des lieux ne contient pas le mot « Japon ».)1
  • Japonais: 4 occurrences
  • Japonaise: 3 occurrences
  • Japonaises: 3 occurrences

Des recherches sur différents noms de lieu (Tokyo, Edo, Kyoto, Yokohama, Nagasaki, …)  ou sur des mots comme mousoumè, geisha, shogun, mikado n’ont rien donné.

Flaubert, par ses amitiés littéraires et sa vie sociale, connaissait probablement bien le japonisme, mais comme le montre sa critique des illustrations du roman de Daniel Darc (pseudonyme de Marie Régnier) par les frères Régamey, il ne semble pas personnellement y goûter2 .

On voit aussi dans les passages ci-dessous l’importance que jouent les expositions universelles pour propager l’image du Japon au-delà des cercles d’amateurs de ce pays et sa culture. Même une basse-cour japonaise  pouvait être un spectacle exotique.

Plusieurs points me restent mal compris: je me demande quelle est la cuisine japonaise que pouvait servir la princesse Mathilde et ce qu’est la « pancarte japonaise » de Marguerite Charpentier. On ne saura sans doute jamais ce que Flaubert voulait dire par « Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. » dans sa lettre à Léonie Brainne.

Date Destinataire

Texte

Volume de l’édition Pléiade
 15 septembre 1846 Emmanuel Vasse de Saint-Ouen

si tu peux me dénicher quelque recueil de poésies ou de vaudevilles quelquonques plus ou moins facétieux composés par des Arabes, des Indiens, des Perses, des Malais, des Japonais ou autres, tu peux me l’envoyer. si tu connais quelque bon travail (revue ou livres) sur les religions ou les philosophies de l’Orient, indique-le-moi.

 I 344
20 mai 1873 Caroline Commanville (nièce de Flaubert)

Quand tu viendras ici, n’oublie pas de m’apporter : 1° le gd cordon de sonnette qui a dû être remis lundi dernier, chez toi. 2° mes portraits de japonaises.

IV 663
11 décembre 1873 Caroline Commanville

en sortant du bureau télégraphique du gd hôtel, j’ai rencontré Cernuschi. – Demain je déjeune chez lui. après quoi il me montrera ses curiosités japonaises.

IV 752
7 mars 1874 Marguerite Charpentier

Je reçois votre pancarte japonaise au moment où je venais de vous prévenir que ma Ière n’a lieu que mercredi !

IV 777
27 mai 1878 Edma Roger des Genettes

Paris commence à m’écœurer fortement. Quand je l’habite depuis plusieurs mois, il me semble que tout mon être s’en va par mille pertuis & se répand au niveau du trottoir. ma personnalité s’envole, comme fêlée par le contact des autres. Je me sens devenir cruche. – et puis, l’idée seule de l’Exposition me fatigue. – j’y ai été deux fois – La vue générale du haut du Trocadéro est vraiment splendide. Cela fait rêver à des Babylones de l’avenir. Quant aux détails, ce qui m’a le plus amusé c’est une basse-cour japonaise. Il faudrait trois mois, à quatre heures par jour pr connaître tout ce qu’il y a dans ces « gdes assises de la civilisation ». Le temps me manque. Il faisons notre métier !

V 385
29 juillet 1878 Princesse Mathilde

J’étais invité auj hier à aller à Chenonceaux pr l’inauguration de la statue de P. L. Courier. ce l Cette « petite fête de famille » ne m’a pas séduit. vu le nombre de reporters qui ont dû l’émailler. J’aimerais mieux m’en aller chez vous, goûter à la cuisine japonaise – sûr d’avance que je la trouverais exquise.

V 410
11 juin 1879 Léonie Brainne

Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. – je vous expliquerai ça

 V 656
19 novembre 1879 Marie Régnier Commentaire sur son livre (paru sous le nom de plume Daniel Darc) La princesse Méduse (1880), en particulier sur ses illustrations (de Félix et Frédéric Régamey) , que Flaubert ne semble pas aimer

Mais je suis Hindigné contre vos illustrations. Quel dessin ! & quelles inventions ! Est-il possible d’exécuter plus lourdement la littérature ! Le frontispice, surtout, est de la vraie démence. Le portrait d’une cocotte pr figurer un être idéal ! Tout ce qu’il y a de plus connu & poncif, sous prétexte de nous faire rêver à l’insaisissable ! Grévin dans l’azur ! Non, ma parole d’honneur, j’en suffoque de colère ! Et les cassures japonaises en bas des draperies. Prquoi le Japon ? Mais le chic ! le chic ! Charpentier se pâme là devant, je suis sûr !

 V 745
2 février 1880 Léon Hennique Commentaires sur le livre de Hennique

[p. ]185. Le maître & le valet se labourant la peau, à coups de poignards ! Vous croyez peut-être que ça ferait rire ? Mais imaginez du sang qui coulerait, & on ne rirait plus. (Seulement la sa l’action ici est amenée trop vite). & puis il y a encore eu des gens comme ça – & il y en a encore ! Pendant l’Exposition de 1867, des Japonais à Paris & à Marseille se sont livrés à deux duels p de ce genre – & Comme pénitence, les Bouddhistes en font autant.  & en France, à l’heure qu’il est certains catholiques ! tels que Mr Dupont, de Tours – (voy. l’A  La Foire aux reliques & L’Arsenal de la dévotion de Paul Parfait).

 V 810
11 février 1880 Edmond de Goncourt

« L’ami Flaubert » s’est bassiné l’œil cet après-midi avec vos Albums japonais. – Mais je ne voudrais pas me livrer souvent à de pareils régals de m de couleurs – car je retombe plus gémissant sur mon roman philosophique !!! Prquoi la Fatalité veut-elle que je prenne toujours des sujets abominables !

(…)

C’est charmant, exquis (& instructif) ce que vous dites des Albums japonais – des lutteurs, des robes de femmes, du plaisir qu’ils se donnent avec l’eau, etc. – Oui, mon cher ami, sans blague aucune, c’est bien troussé ! – & si tout est comme ça, ce sera un livre chouette.

 V 824
Annexe:

Article Wikipédia créé lors de l’écriture de ce carnet: Marie Régnier

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Flaubert : dans les marges du japonisme ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/12/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1291.
  1. Ajout du 9 décembre: Grâce à la réactivité dynamique de Danielle Girard, le mot a maintenant été ajouté à l’index. Merci à elle pour son gentil message. []
  2. On peut sans doute comparer cela avec l’attitude de Flaubert vis-à-vis des illustrations choisies par Charpentier, leur éditeur commun, pour son texte Le Château des Cœurs (1880); voir Tomoko Hashimoto, « Gustave Flaubert, Kokoro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 05 avril 2016. URL : http://flaubert.revues.org/2513 []

Le Japon dans l’Encyclopédie

Pour écrire mon billet précédent sur le nouveau site ENCCRE, j’ai aussi procédé à un petit dépouillement sur le thème du Japon. Cela ne mène pas immédiatement à des résultats significatifs, mais voici le fruit de cette recherche rapide. Peut-être cela intéressera-t-il quelqu’un.

Une recherche « Japon » donne « 348 » résultats:

  • articles (341)
  • explication de planche (5)
  • articles omis (1)
  • textes d’escorte (1) [= index]

La plupart de ces articles concernent la géographie, l’histoire, le commerce, la botanique ou la religion, mais je signale les mentions du Japon dans les articles Aveugles (Hist. mod.), BIBLIOTHEQUE, DESPOTISME (Droit polit.), FANATISME (Philosophie.), JAPONOIS, Philosophie des (Hist. de la Philosophie.), KASIEMATZ (Hist. mod. mœurs.), Luxe, MOXA (Hist. nat. Médec. & Chirurg.), …

La recherche « Japonois » donne 86 résultats, « Japonnois » 19 (L’orthographe « Japonais » n’est pas utilisée du tout). J’attire l’attention sur les articles Inspecteur de manufactures (Commerce & Finances.), Noblesse (Jurisprud.), Pié (Orthopédie.) (un exemple de confusion entre Chine et Japon), SOUI, ou SOI (Cuisin.).

La recherche « Japonoise » donne 3 résultats, « Japonnoise » 2 [dont PUDEUR (Morale.)], « Japonoises » 2 [dont FARD (Art cosmétique.)], « japonnoises » ne mène qu’à IMPOT (Droit politiq. & Finances.).

Pour le plaisir, voici la planche « Alphabets japonois »:

Alphabets japonois; Encyclopédie Pl. XXIV; Planches tome II (1763). Merci ENCCRE: Les vues numérisées de l’exemplaire coté 2° 3442 de la Bibliothèque Mazarine, également accessibles via la bibliothèque numérique Mazarinum, sont mises à disposition sous Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France Licence Creative Commons [[1]]

Cette planche contient trois alphabets différens de la langue japonnoise. Le premier, appellé Firo-canna, & le second catta canna, sont communs aux Japonnois en général & en usage parmi le peuple. L’alphabet iamatto canna ou plutôt jamatto canna, n’est en usage qu’à la cour du Dairi, ou de l’empereur ecclésiastique héréditaire ; il est ainsi appellé de la province de Jammasiiro où est situé Miaco, résidence de ce prince.

 

[[1]] Ajout du 26 octobre 2017

Sur cette licence et sa valeur, on lira avec intérêt le blog SavoirsCom1, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert mérite mieux qu’un Copyfraud ! (26 octobre 2017). (Merci au Facebook Calimaq Silex pour cette information)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Le Japon dans l’Encyclopédie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1193.

Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie)

ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie) a été mise en ligne le 19 octobre 2017 par l’Académie des Sciences. Elle a été conçue et coordonnée par Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis, Irène Passeron et Alain Cernuschi (AMIA).

Le site est très beau et facile à utiliser; on peut aisément y faire des recherches dans tout le texte de l’Encyclopédie.

Une recherche « Acrobate » ne donne rien; une recherche « Acrobates » donne les deux résultats suivant:

D’abord, un article que je reproduis en entier:

ACROBATES, s. m. (Hist. anc.) espece de danseurs de corde. Il y en avoit de quatre sortes : les premiers se suspendant à une corde par le pié ou par le col voltigeoient autour, comme une roue tourne sur son essieu ; les autres voloient de haut en bas sur la corde, les bras & les jambes étendus, appuyés simplement sur l’estomac ; la troisieme espece étoient ceux qui couroient sur une corde tendue obliquement, ou du haut en bas ; & les derniers, ceux qui non-seulement marchoient sur la corde tendue horisontalement, mais encore faisoient quantité de sauts & de tours, comme auroit fait un danseur sur la terre. Nicéphore, Grégoras, Manilius, Nicétas, Vopiscus, Symposius, font mention de toutes ces différentes especes de danseurs de corde. (G [=Mallet])

Ensuite, une mention, en compagnie d’autres mots grecs, dans l’article « Danseur de corde, (Art.) », vol. IV (1754), p. 629b–630a ( « Article de M. le Chevalier de Jaucourt »).

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire les réflexions de la moitié finale de l’article:

Bien des gens ont de la peine à comprendre quel plaisir peut donner un spectacle qui agite l’ame, qui l’importune avec inquiétude, qui l’effraye, & qui n’offre que des craintes & des allarmes ; cependant il est certain, comme le dit M. l’abbé du Bos, que plus les tours qu’un voltigeur téméraire fait sur la corde sont périlleux, plus le commun des spectateurs s’y rend attentif. Quand ce sauteur, ce voltigeur fait un saut entre deux épées prêtes à le percer si dans la chaleur du mouvement son corps s’écartoit d’un point de la ligne qu’il doit décrire, il devient un objet digne de toute notre curiosité. Qu’on mette deux bâtons à la place des épées, que le voltigeur fasse tendre sa corde à deux piés de hauteur sur une prairie, il fera vainement les mêmes sauts & les mêmes tours, on ne dédaignera plus le regarder, l’attention du spectateur cesse avec le danger.

D’où peut donc venir ce plaisir extrème qui accompagne seulement le danger où se trouvent nos semblables ? Est-ce une suite de notre inhumanité ? Je ne le pense pas, quoique l’inhumanité n’ait malheureusement que des branches trop étendues : mais je crois avec l’auteur des réflexions sur la Poésie & sur la Peinture, que le plaisir dont il s’agit ici est l’effet de l’attrait de l’émotion qui nous fait courir par instinct après les objets capables d’exciter nos passions, quoique ces objets fassent sur nous des impressions fâcheuses. Cette émotion qui s’excite machinalement quand nous voyons nos pareils dans le péril, est une passion dont les mouvemens remuent l’ame, la tiennent occupée, & cette passion a des charmes malgré les idées tristes & importunes qui l’environnent. Voilà la véritable explication de ce phénomene, & pour le dire en passant, de beaucoup d’autres qui ne semblent point y avoir de rapport ; comme par exemple de l’attrait des jeux de hasard, qui n’est un attrait que parce que ces sortes de jeux tiennent l’ame dans une émotion continuelle sans contention d’esprit ; en un mot, voilà pourquoi la plûpart des hommes sont assujettis aux goûts & aux inclinations qui sont pour eux des occasions fréquentes d’être occupés par des sensations vives & satisfaisantes. Vous trouverez ce sujet admirablement éclairci dans l’ouvrage que j’ai cité, & ce n’est pas ici le lieu d’en dire davantage.

« Jongleur » conduit à JONGLEURS  (Littérat.) et Jongleur (Divination).

Voici le début de cet article, relativement long:

Jongleur, (Divination) magiciens ou enchanteurs fort renommés parmi les nations sauvages d’Amérique, & qui font aussi parmi elles profession de la Médecine.

« Jongleurs » mène à plusieurs articles de littérature, mais aussi à SCHAMANS (Hist. mod.) (voir ci-dessous) et à TAY-BOU-TO-NI, (Hist. mod.), que je reproduis:

TAY-BOU-TO-NI, s. m. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans du Tonquin[[1]] donnent à des jongleurs, ou prétendus magiciens, qui, au moyen de quelques charmes, persuadent au peuple qu’ils peuvent guérir toutes sortes de maladies ; leur maniere de procéder à la guérison d’un malade, est de danser autour de lui, en faisant un bruit horrible, soit avec une trompette, soit avec une espece de tambour, soit avec une clochette, &c. & en proférant des paroles mystérieuses pour conjurer les démons, auprès desquels ils prétendent avoir beaucoup de crédit.

L’article « Schamans » m’a fait repenser à l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau que j’avais étudiée dans des entrées de carnet précédentes.

SCHAMANS, s. m. pl. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans de Sibérie donnent à des imposteurs, qui chez eux font les fonctions de prètres, de jongleurs, de sorciers & de médecins. Ces schamans prétendent avoir du crédit sur le diable, qu’ils consultent pour savoir l’avenir, pour la guérison des maladies, & pour faire des tours qui paroissent surnaturels à un peuple ignorant & superstitieux : ils se servent pour cela de tambours qu’ils frappent avec force, en dansant & tournant avec une rapidité surprenante ; lorsqu’ils se sont aliénés à force de contorsions & de fatigue, ils prétendent que le diable se manifeste à eux quand il est de bonne humeur. Quelquefois la cérémonie finit par feindre de se percer d’un coup de couteau, ce qui redouble l’étonnement & le respect des spectateurs imbécilles. Ces contorsions sont ordinairement précédées du sacrifice d’un chien ou d’un cheval, que l’on mange en buvant force eau-de-vie, & la comédie finit par donner de l’argent au schaman, qui ne se piquent pas plus de désintéressement que les autres imposteurs de la même espece.

J’ai donc procédé à une nouvelle recherche sur le mot employé par Rousseau. « Charlatan » donne 51 résultats [dont CHARLATAN, (Medecine.)]; apparemment aucun ne concerne le Japon. J’ai ainsi découvert ce synonyme:

SALTIMBANQUE, s. m. (Maladies.) synonyme à charlatan, empirique. Voyez l’un & l’autre.

« Charlatans » donne 80 résultats. Parmi ceux-ci, PERLE (Hist. nat.) mentionne aussi le Japon, mais sans rapport avec les charlatans.

On peut aussi lire l’article général:

* CHARLATANNERIE, s. f. c’est le titre dont on a décoré ces gens qui élevent des treteaux sur les places publiques, & qui distribuent au petit peuple des remedes auxquels ils attribuent toutes sortes de propriétés. Voyez Charlatan. Ce titre s’est généralisé depuis, & l’on a remarqué que tout état avoit ses charlatans ; ensorte que dans cette acception générale, la charlatannerie est le vice de celui qui travaille à se faire valoir, ou lui-même, ou les choses qui lui appartiennent, par des qualités simulées. C’est proprement une hypocrisie de talens ou d’état. La différence qu’il y a entre le pédant & le charlatan, c’est que le charlatan connoît le peu de valeur de ce qu’il surfait, au lieu que le pédant surfait des bagatelles qu’il prend sincerement pour des choses admirables. D’où l’on voit que celui-ci est assez souvent un sot, & que l’autre est toûjours un fourbe. Le pédant est dupe des choses & de lui-même ; les autres sont au contraire les dupes du charlatan.

Cette petite recherche lexicologique n’a pas permis de mieux identifier la source de l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau pour décrire le tour de magie de la corde, qu’on fait en général venir d’Inde ou de Chine, mais elle permet d’ajouter un sens médical au passage du philosophe et à sa description d’un spectacle de rue en Orient.

[[1]] Le Tonquin dans l’Encyclopédie est la région entre l’Inde et la Chine.

PS: Merci aux piliers du bistrot de Wikipédia grâce auxquels j’ai découvert si rapidement ce nouveau site. Il vaut la peine d’aller lire leur discussion.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1189.

Pour information: Circus Arts Research Platform

Je recopie, à l’invite de son auteur, un courriel qui m’est parvenu:

CARP – A collaborative website project 

Dear Circus Researcher,

At the Münster international conference last June 2017, during the UpSideDown Circus and Space conference, we – Centre national des arts du cirque (FR), CircusInfo Finland (FI), Circuscentrum (BE) and Centre for Circus Arts Research, Innovation and Knowledge Transfer at the National Circus School (CA) – presented the Circus Arts Research Platform (CARP) : a collaborative website project between circus arts documentary centres and researchers.

To begin, we would like to know whether you are willing to share your research interests, to put the circus arts researcher’s network in place.

If you would like to join this unique platform for circus researchers, please fill out the online CARP Questionnaire and send it before the 31st of October 2017.

Here is a short outline of the project :

The Circus Arts Research Platform (CARP) project is meant to provide assistance to scholars around the world. It’s a collaborative project between circus arts documentary centres and researchers.

The CARP project is designed as a resource platform for scholars, students, and professionals interested in circus arts studies. It also mediates information regarding academic circus arts research for anyone interested.

The CARP platform will provide:

● A directory of scholars (Masters, PhD and post-doctoral students, professors etc.) from various fields—the humanities, social sciences, medicine, and technology, to name just a few—who share an interest in circus arts research.

● An international bibliography of academic publications and articles specifically related to the circus arts.

● Information on conferences and open CFPs (calls for papers).

● Information on the most important resource centres and libraries with circus arts related collections.

● Links to useful academic blogs and web documentaries.

CARP pursues several objectives:

● to connect researchers around the world.

● to stimulate and strengthen collaborations between scholars interested in circus arts studies regardless of their specific fields or academic affiliations.

● to compile an international, accessible bibliography of academic publications related to circus arts studies.

● to list the universities and research institutions with circus-related research programs, research chairs in the circus arts, libraries and resource centres with significant collections, institutions offering residencies to scholars with an interest in circus arts studies, as well as relevant museum collections.

● to list circus arts related research activities (programs, conferences, etc…).

● to share the most recent developments in circus arts research.

As you can see, we will need your collaboration. If you would like to participate or contribute in one way or another to this project, please let us know!

Please feel free to share this invitation and the online CARP Questionnaire with your students and colleagues who would benefit from this international circus arts researcher network.

We intend to launch the CARP website by the end of 2018.

Thank you for your time and and your interest! Here`s to future collaborations in circus arts research!

The CARP Team

Jeanne Vasseur and Cyril Thomas – Centre national des arts du cirque (France)

Anna-Karyna Barlati – Center for Circus Arts Research, Innovation and Knowledge Transfer at the National Circus School (Canada)

Mui-Ling Verbist – Circuscentrum (Belgium)

Johanna Mäkelä – CircusInfo Finland

Marius et jeu des couteaux

Une petite note pour vous demander de pardonner mon silence de vacances.

Je profite de l’annonce de la naissance de Marius (pour MARseille Images Universelles et Singulières), site de la ville de Marseille dédié à ses archives numérisés, pour présenter un spectacle de music hall qu’on n’associe sans doute plus au Japon, le lancer de couteaux.

Le jeu des Couteaux (Japon)

Le jeu des Couteaux (Japon); Image publicitaire : Chocolats Cie Méridionale Phocéen Parfait, Marseille \ recto (20eme siecle ?); MHM81_5_128; Marseille, Musée d’histoire; © Musées de Marseille

Merci J. Chafii, Marius : le nouveau site dédié aux archives marseillaises, Archimag (22 aout 2017)

Adresse: http://marius.marseille.fr/marius/jsp/site/Portal.jsp

 

Liens du mois (mai 2017)

  • Je recopie une annonce de la Maison franco-japonaise sur Facebook:

    http://www.persee.fr/collection/dhjap Le Dictionnaire historique du Japon est en ligne! Le Bureau français de la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 – MAEDI-CNRS) est heureux d’annoncer que l’intégralité de la collection du Dictionnaire historique du Japon est désormais numérisée et entièrement en libre accès sur la plateforme Persée.http://www.persee.fr/collection/dhjapVeuillez noter que la recherche par mots-clés fonctionne uniquement avec des caractères alphabétiques (pas de recherche possible à partir des kanji).

  • J. Robertson, Australian convict pirates in Japan: evidence of 1830 voyage unearthed, The Guardian (28 mai 2017) (un bel exemple de découverte par un historien amateur, rendue possible par la publication sur internet d’archives ou autres données savantes)

Liens du mois (avril 2017)

Ressource du jour: The Metropolitan Museum

La base de données est très pratique et facile à naviguer et exploiter. Voici quelques exemples d’objets en rapport avec ce carnet:

Carte publiée par Messer’s Gum (USA) (7 × 3.8 cm) (ca. 1910) (Merci http://www.metmuseum.org/art/collection/search/430543)

Utagawa Kuniteru, 浅草観音境内ニ於イテ興行仕候 佛蘭西曲馬: cirque équestre français au temple Asakusa Kannon (1871) (Merci http://www.metmuseum.org/art/collection/search/55455)

Voir aussi:

Liens de la semaine (11 août 2016)

Globalisation
Ressources
  • Archives du Tohoku Culture Research Center: 30,000 cartes postales et 2,000 photographies (en 2011; je ne sais pas ce qu’il en est actuellement, mais les liens vers le Center lui-même sont morts); recherche uniquement par mots japonais alors que les descriptifs des documents sont en grande partie bilingue; malheureusement, une conception du copyright d’apparence très restrictive; les documents semblent rarement datés.

Cirque Shibata (Copyright © Tohoku Culture Research Center)

  • Japan Magic Museum: un blog dynamique, uniquement en japonais, présentant des documents uniques sur les magiciens et l’art de la prestidigitation au Japon, interdit la reproduction des images qu’il présente, mais je ne vois pas très bien selon quelle loi.
Exposition virtuelle
Articulets Wikipédia créés par l’auteur de ce carnet

Article du jour: les archives de Paul Adrian

Joëlle Garcia et Philippe Henwood, « Le cirque commence à cheval : les archives de Paul Adrian au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://insitu.revues.org/11906 ; DOI : 10.4000/insitu.11906

Bibliothèque Nationale de France. Archives et manuscrits. Fonds Adrian, Paul (cirque)

Dans cet article, les auteurs présentent brièvement le fonds d’archives Paul Adrian et l’histoire de sa constitution. Ils le replacent dans son contexte historiographique et son réseau d’amateurs de cirque et de collectionneurs (et de leurs épouses).

L’article est intéressant parce qu’il mentionne donc également les archives de:

Liens de la semaine (20 juin 2016)

Ressources
  • Collections du Musée Albert Kahn : Une recherche « Acrobate » ne donne que deux documents: des reliefs sur des maisons en Afrique (voir, ci-dessus, l’article d’Alain François pour un début d’explication)
  • Salons 1673-1914

La base Salons a pour objectif de rendre accessible et interrogeable l’ensemble du contenu textuel des livrets de Salons artistiques parisiens (Salons des Artistes français, Société nationale des Beaux-Arts, Salon d’Automne…), de régions, ainsi que des principales expositions de groupes (expositions impressionnistes, Rose-Croix…) entre 1673 et 1914.

Liens de la semaine (29 mai)

Bonjour, toutes mes excuses pour ne rien présenter d’autre qu’une liste de liens. Je suis très occupé par mes cours en ce moment.

Ressources

(Je n’ai pas trouvé d’acrobate ou de jongleur japonais, mais l’indexation de la collection n’est pas parfaite. A titre d’exemple, et pour la comparaison, voici un document chinois)

Acrobates et jongleurs chinois; Auteur : PETHELLAZ; vers 1891; Copyright : musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône

Acrobates et jongleurs chinois; Auteur : PETHELLAZ; vers 1891; Copyright : musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône

Vie académique
Vidéo

Ressource du jour: Paris Musées

Les Musées de la Ville de Paris viennent d’ouvrir un site internet très riche. D’après la page d’introduction, 185.425 œuvres ont été mises en ligne.

En ce qui concerne les droits d’auteur, voici ce qu’on peut lire sur leur site internet:

Crédits

L’ensemble des matériels édités sur le site parismuseescollections.paris.fr, incluant notamment les textes, les photographies, les infographies, les icônes sont la propriété exclusive de l’établissement public Paris Musées, de la Ville de Paris ou des parties dont il a été obtenu le droit d’utilisation. En conséquence, toute représentation ou reproduction, pour un usage autre que personnel, qui pourrait en être faite sans le consentement de leurs auteurs ou de leurs ayants-droit, est illicite.

Je n’ai pas la formation juridique nécessaire pour discuter de ces affirmations, mais elles m’étonnent, surtout quand je pense aux pratiques d’autres sites comme Gallica. En outre, le site des Musées de Paris offre un onglet « Partager ce contenu » qui permet d’utiliser les services de Facebook, Twitter, Tumblr ou « par email », et je me demande comment les restrictions mentionnées ci-dessus sont compatibles avec la politique d’accaparement de Facebook, par exemple. (6/5/2016: voir ci-dessous pour d’autres réactions)

L’indexation, et donc la recherche, est très variable pour ce que j’ai pu en voir. Une recherche « acrobate », « jongleur » ou « cirque japonais » ne mènera pas à des documents importants comme celui-ci:

Folies-Bergère, Troupe Japonaise de Yedo

Par contre, une recherche « Japonaise » permet d’y accéder, tout comme à ce document-ci, grâce à l’extraordinaire travail d’indexation effectué par des générations d’archivistes ou conservateurs avant la numérisation des œuvres:

Journée cinématographique des poilus (21/12/1915)

Voici la « description iconographique » qu’on peut lire sur la page internet de la reproduction de cette photographie : (en grasses, l’information qui m’intéresse)

Affiche de la journée cinématographique du Poilu, Paris, 21 décembre 1915. Première Guerre mondiale, 1914-1918, Grande Guerre. L’affiche indique : « JOURNEE / CINEMATOGRAPHIQUE / DU / POILU / GRANDE / MATINEE DE GALA / ORGANISEE PAR LA CHAMBRE / SYNDICALE DE LA CINEMATOGRAPHIE / ET LE SYNDICAT DES DIRECTEURS DE CINEMAS / AU BENEFICE DE LA / JOURNEE / DU POILU / Le Mardi 21 Décembre 1915 / A 2heures / AU GAUMONT-PALACE / (HIPPODROME PLACE CLICHY) / OUVERTURE DES PORTES A 1H1/2 / PROGRAMME CINEMATOGRAPHIQUE SPECIAL / ENTIEREMENT INEDIT / ORCHESTRE DU GAUMONT-PALACE / MUSIQUE DE LA GARDE REPUBLICAINE ». D’autres affiches sont collées : « Marcelle RAYNE / […] EZAIS M. STACQUET / […]EUX / […]HANN / […] / JACQUES FAURE / […] / […]CENTY René ROCHEMAY / […] / […] chantée par Melle Marcelle RENAY / Les Couleurs revenues / […] le soir du 11…. / […] / Décembre, Matinée à 2h » et  » SAMEDI 4, DIMANCHE 5 (Matinée et Soirée), LUNDI 6 Décembre / 4 REPRESENTATIONS DE GRAND GALA / […] / LE CHANTEUR POPULAIRE / Le Roi de la Chanson Française / […] FABRISS / L’ETOILE DU CONCERT-MATOL / MABOUL Ier / ATTRACTION / LEGAEL PAUL DUC / […]es ANDO GINGIRO / TROUPE JAPONAISE / […] REYLA M A DARLEY […] LEREY / MOLER et THEODORE / ATTRACTION COMIQUE / […] / LUNDI SOIREE à Prix Réduits ».

Quelle précision ! On ne peut qu’admirer le caractère exhaustif de cette fiche. Elle montre bien que les mérites de la numérisation ne s’arrêtent pas à l’œuvre elle-même, mais qu’il est important, pour la recherche, de mettre en ligne le travail de description, l’appareil critique qui l’accompagne.

Le site des Musées de Paris va donc, à mon avis, se montrer un instrument de travail très important, tant pour la quantité de ses documents que pour la précision de certaines de ses fiches, témoins du travail archivistique mené pendant de nombreuses années, un trésor pour les historiens et autres chercheurs, construit, patiemment, avant la naissance d’internet.

Mise à jour du 6 mai

Pour en savoir plus:

A propos des mentions légales, la réaction de Calimaq:

Mise à jour du 9 mai

Je conseille la lecture de l’article de D. Rykner, Les médiocres bases de données des musées de la Ville de Paris, La tribune de l’art 8 mai 2016.

Mise à jour du 14 mai

On peut lire une présentation plus optimiste et positive par F. Navamuel, Paris Musées. Toutes les œuvres et collections des musées de la ville de Paris, Les outils TICE 12 mai 2016