Un article intéressant : Encoding the haunting of an object catalogue

Pour les recherches présentées sur ce carnet, j’ai jusqu’à présent principalement utilisé des collections digitales, et je réfléchis aussi aux principes de l’édition électronique pour une autre recherche, sur le peintre Georges Focus. J’ai donc lu avec le plus grand intérêt l’article suivant: Alexandra Ortolja-Baird, Julianne Nyhan, Encoding the haunting of an object catalogue: on the potential of digital technologies to perpetuate or subvert the silence and bias of the early-modern archive, Digital Scholarship in the Humanities, 2021;, fqab065, https://doi.org/10.1093/llc/fqab065. Je vous le recommande chaudement.

Continuer la lecture

Ressource du jour: les Prelinger Archives

Grâce au carnet Hypothèses Research in the Making, je découvre l’existence des Prelinger Archives, hébergées dans The Internet Archive. Plus de 18.000 courts métrages américains y sont disponibles.

Je n’y ai rien découvert qui concerne directement les jongleurs ou acrobates japonais, mais l’indexation est parfois minimale et je ne peux exclure qu’il s’y en trouve. Néanmoins, je voudrais montrer aux lectrices et lecteurs de ce blog deux films qui touchent de près ou de loin au sujet de ce carnet:

Continuer la lecture

De Sada Yacco à Tsuru Aoki

Au colloque de samedi, la communication de Mayuko Igawa, L’accès en ligne des documents de la bibliothèque Shochiku Otani de l’album « Otosada » Sada Yacco (1871-1946) et Kawakami Otojiro (1864-1911) : des documents rares sur leurs tournées américaine et européenne a fait découvrir un extraordinaire document, un album de lettres, photos et coupures de journaux envoyées depuis l’Europe par Sada Yakko à sa nièce par alliance, Tsuru Aoki, future actrice du cinéma muet, star elle-même et épouse de la super star Sessue Hayakawa. Cet album est un nouveau témoignage de la transition entre arts de la scène du 19e siècle et le cinéma des premiers temps. On peut vraiment être reconnaissant à la bibliothèque Shochiku Otani et à toutes les personnes qui ont contribué au financement participatif qui a permis la digitalisation de cet ensemble fragile.

Louis Fournier, Kawakami and Sada Yacco (Paris, 1900) (https://www.dh-jac.net/db1/resource/solAL-otsdp/sol/20/). Copyright © 2020- Shochiku Otani Library, All Rights Reserved.

En haut à droite, lettre envoyée depuis Bruxelles à T(suru) Aoki. https://www.dh-jac.net/db1/resource/solAL-otsdp/sol/50/ Copyright © 2020- Shochiku Otani Library, All Rights Reserved.

L’album est visible, avec des photographies d’excellente qualité, sur le site suivant: pour voir les images, il suffit de cliquer sur la petit photo en haut à gauche de la couverture de l’album (et de cliquer sur 次ページ pour la suite).

Sitographie

Pour en savoir un peu plus, en anglais: Ritsumeikan University, Activity report. The Otojiro & Sadayakko Kawakami’s Album of European and American Performance Materials is published in the ARC’s Shochiku Otani Library Special Data Browsing System (22 octobre 2020)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « De Sada Yacco à Tsuru Aoki ». Publié sur Acrobates japonais en France le 04/02/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3316.

Liens du mois (novembre 2019)

The CIT brings together sinology, art history and information studies to create the first thesaurus of Chinese iconography.
Traditionally considered a methodology rooted in European art history, iconography has been historically employed to index and access images related to Euro-American art. Because of the lack of alternative models for documenting non-western artefacts, Chinese art objects housed in European and North American collections have often been catalogued according to Eurocentric classifications. The CIT presents a unique opportunity to create an alternative classification scheme rooted in the specificity of Chinese visual culture and foster systematic comparison between Chinese and European art.

https://chineseiconography.org/

Par exemple, la recherche “acrobatics” donne les résultats suivant:

3.5.2.1.1 
performer (acrobatics)
3.5.2.1 
acrobatics
3.5.2.1.1.1 
magician
3.5.2.1.1.2 
animal tamer
3.5.2.1.3 
equestrian performance
3.5.2.1.6 
running a peep show
3.5.2.1.2 
dog pounding grains
3.5.2.1.4 
conjuring
3.5.2.1.5 
peep show box
Si l’on clique sur le premier de ces termes, on obtient les informations suivantes:

Term 3.5.2.1.1 藝人 (雜技)

yi ren (za ji)

performer (acrobatics)

Use for

艺人 (杂技)

雜耍藝人

百戲人

Le site permet déjà de retrouver quelques images associées aux termes de recherche, dans les collections de trois musées différents: le Victoria and Albert Museum, leMetropolitan Museum of Art et le National Palace Museum. Cette fonction va se développer, nous dit-on:

CIT aims to create an indexing standard that will facilitate access and inter-operability of Chinese digital images across collections.

Un bateleur, peinture chinoise, Victoria and Albert Museum · 137, https://chineseiconography.org/view/cit_O85577

Des nouvelles de CARP

//// In French below ///


Dear Researchers,

CARP – The French/ English bilingual Circus arts research platform celebrated its first anniversary last August.
In a year of existence, CARP is now
:

• an interactive map referencing ressource centres (30), libraries (95), archives (7), museums (80) et les collections privées (3) with significant collections and offering residencies to scholars
• a multilingual and international academic bibliography including: books (783), international academic articles (607), dissertations and theses (612) and around thirty thematic bibliographies
• a follow-up on the “actualité de la recherche” which lists information on calls for papers or contributions, conferences […] to an international level, …
• 
and an international repertory of 170 researchers specialized in different research disciplines
We want to update this international repertory. Make it warmer and more efficient. But can’t do it without your help. We need you.
So, thank you for returning us, before October, 19 :

– a picture of yourself (Royalty free)
– references or a link of/to your latest publications or communications
  
We count on you!
Regards,
FYI : Next Carp meeting as part of Circa festival,  October, 23 with le collectif Chercheur.es.s sur le cirque  (Le CCCirque) and October, 24, Auch (FR)
Find all the news of “l’actualité de la recherche en Cirque” here




The Carp Team

////////////////////////////////////////////////////////////////////


Cher.e.s Chercheur.euse.s, 

CARP – La platforme bilingue français/anglais sur la recherche académique sur les arts du cirque a fêté son premier anniversaire le 18 août dernier.
En une année d’existence, CARP c’est désormais :
unecarte interactive référençant les centres de ressources documentaires (30), les bibliothèques (95), les archives (7), les musées (80) et les collections privées (3) disposant de fonds en arts du cirque et accueillant des chercheurs.euse.s 
unebibliographie académique multilingue et internationale incluant : ouvrages (783), articles universitaires internationaux (607), mémoires et thèses (612) et une trentaine de bibliographies thématiques
un suivi sur l’« actualité de la recherche» qui recense, au niveau international, les informations sur les appels à communication ou à contributions, les colloques
• et unrépertoire de près de 170 chercheur.euse.s (étudiant.e.s en master, PhD/doctorat et post-doc, maître.sse.s de conférence, professeur.e.s) spécialisé.e.s dans différentes disciplines de recherche.
Ce répertoire nous souhaitons l’actualiser, le rendre plus efficient, plus chaleureux. Nous vous mettons à contribution.
Merci, si vous, l’acceptez de bien vouloir nous retourner pour le 19 octobre au plus tard :

– une photo de vous, libre de droit/ avec un crédit photo 
– les références ou un lien vers vos dernières publications/communications

Nous vous remercions par avance pour votre contribution,



NB : Prochain rendez-vous Carp dans le cadre de la 32ème édition du festival CIRCA, le 23 octobre 2019 avec le collectif de Chercheur.es.s sur le cirque (Le CCCirque) et le 24 octobre, Auch (32). Retrouver l’actualité de la recherche en Cirque ici
— 

Lettre électronique de CARP

Le cirque sur le site de L’Histoire par l’image

Ce mois-ci, en lien avec l’exposition « Toulouse-Lautrec résolument moderne » qui a lieu au Grand Palais jusqu’au 27 janvier 2020 nous vous proposons une lettre d’information spéciale consacrée au peintre.
Vous trouverez des articles sur ses œuvres mais aussi sur celles de ses maîtres. Du cirque aux cabarets nous nous attarderons sur les endroits qui l’ont inspiré. Enfin nous nous intéresserons aux innovations qui ont marqué son temps.

(…)

Lautrec se rend aussi au cirque pour observer les trapézistes et les funambules. A cette époque ce divertissement populaire, né à Londres à la fin du XVIIIe siècle, connaît un fort engouement. Entrons dans les coulisses de cette attraction qui a inspiré Lautrec mais aussi Degas, Renoir, Seurat, Picasso, Chagall, Léger, Matisse…
Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine
La ménagerie des frères Amar : le dompteur Mustapha
La grande parade des Folies Bergère
Le cirque à Paris
Le cirque, spectacle populaire
Les sœurs Vesque et le cirque

Lettre d’information de L’Histoire par l’image (Octobre 2019)

Liens du mois (mai 2019)

Nicolas, jongleur, essayait de chasser de son esprit l’image de Geneviève qui le hantait / Dessin d’Edmond- Joseph Massicotte; Le Monde illustré, Vol. 12, no 615 (15 février 1896), p. 637; Bibliothèque et Archives nationales du Québec : http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2075317

Visite virtuelle de l’exposition “Acrobates”

Les Musées de Châlons-en-Champagne ont mis en ligne une visite virtuelle de l’exposition Acrobates, qui s’est tenue du 7 avril au 29 octobre 2018. Je suis épaté par la qualité de cette réalisation. L’internaute peut aller à sa guise à travers l’exposition, consulter les étiquettes des œuvres, a parfois des liens vers d’autres sites internet ou des vidéos pour en savoir plus . C’est vraiment un travail remarquable, et je vous invite à y passer quelque temps.

Capture d’écran de la visite virtuelle de l’exposition Acrobates; l’onglet avec un œil permet de mieux voir l’œuvre exposée; cliquer sur celui aux lignes blanches donne accès à son étiquette murale.

J’ai eu l’honneur de contribuer à cette exposition en traitant des acrobates japonais:

L’onglet “i” permet de lire le texte du panneau, et l’onglet bleu renvoie vers un autre site internet (je vous laisse deviner vers quel carnet de recherche).

Je rappelle qu’il existe aussi un très beau et intéressant catalogue papier. Je voudrais enfin souligner la qualité du travail accompli par Virginia Verardi, conservatrice en chef du Patrimoine, directrice des musées de Chalons-en-Champagne, et répéter ici tout le plaisir que j’ai eu à collaborer avec elle et son équipe.

Site de la visite virtuelle: http://www.chalonsenchampagne.fr/vv360/

Liens du mois (janvier 2019)

“Affiche publicitaire utilisant le thème du siège de la ville de Port-Arthur (Chine) par les Japonais en 1905. Un navire Cassegrain apparait dans la rade, au premier plan un officier russe fait un pied de nez aux soldats japonais qui essaient de bombarder et d’escalader une montagne de conserves Cassegrain. “; affiche d’Ogé Eugène ; vers 1905; Collections musée de Bretagne et Ecomusée du Pays de Rennes ; http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo210111

Toupies japonaises et blog ethnologique

Un autre article du Asahi Shimbun (Associated Press, Edo-style spinning tops tell stories, aim for playfulness, The Asahi Shimbun (31 octobre 2018) informe des recherches que mène Paula R. Curtis, doctorante à l’Université du Michigan (University of Michigan).

Elle a créé un beau site sur l’histoire et les traditions des 江戸独楽 (Edogoma), “les toupies d’Edo”, centré sur des entretiens avec un vieil artisan de Sendai: Carving Community – The Landis-Hiroi Collection.

Comme exemple des toupies que l’on trouve dans cette collection, voici un specimen de 唐子の蝶々遊び (karako no chōchō asobi) , d’ “enfant chinois jouant avec des papillons” :

Image © Janell Landis, reproduced with permission from Carving Community.

J’invite mes lectrices et lecteurs à se rendre sur le blog Carving Community pour écouter (et lire la traduction) le commentaire de Michiaki Hiroi, l’artisan qui a sculpté cet objet.

C’est ici l’occasion de rappeler que la manipulation des toupies faisait partie du spectacle des jongleurs-acrobates japonais, comme le montre, par exemple, cette estampe d’ Utagawa Yoshiharu:

Metropolitan Museum of Art 2009.434.3, domaine public

Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018)

  • CARP (= Circus Arts Research Platform)
  • Ignacio Ramos Gay, « Un aztèque de vaudeville: “Le Prix Martin”, d’Eugène Labiche », Studi Francesi [Online] 182 (LXI | II)  (2017), mis en ligne le 01 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/9765 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.9765
  • Mort de l’artiste légendaire Rosa Bouglione à l’âge de 107 ans, Atlantico (27 août 2018)
  • Collection Keym sur numeriques.be. Keym, échevin et bourgmestre (= maire) d’une commune de Bruxelles pendant la Première Guerre Mondiale a rassemblé une extraordinaire collection de caricatures de cette époque. Cet ensemble, qui fait partie des Archives de la Ville de Bruxelles, a été numérisé et est maintenant à la disposition des chercheurs sur internet.

Il y a quelques temps, j’avais signalé sur ce carnet que les artistes de cirque japonais apparaissaient souvent dans les caricatures dessinées au sujet de la guerre russo-japonaise. Deux caricatures de la Collection Keym semblent montrer que le thème du cirque a continué à être utilisé pour parler de l’armée japonaise pendant la Première guerre mondiale, mais le Japon est cette fois représenté comme un des animaux de la ménagerie d’un cirque, non comme un jongleur ou acrobate.

Le Japon, allié du Royaume-Uni, déclara la guerre à l’Allemagne le 23 août 1914, mais les caricatures ci-dessous montrent aussi l’Oncle Sam, personnalisation de l’Amérique,et ont été dessinées après l’entrée en guerre des USA, en 1917. En outre, à ce moment, des navires japonais patrouillent en Mer Méditerranée, comme escortes des navires alliés, ce qui accentue la visibilité de cet ennemi en Allemagne.

Caricature de Walter Trier, 1918 (?)1, “Die japanische Intervention”, “oder Wie’s kommen kann”, Collection Keym; ARC-AVB-Keym-dep2-011-016, Libre de droits

“L’intervention japonaise”, ou “Comment ça peut arriver” (tentative de traduction)

Caricature de Thomas Theodor Heine, 1918/19192, “Der japanische Panther”, “Mister Bull, losgelassen ist er gleich. Uber glauben Sie, dass wie ihn zurückpfeifen können ?”; Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-012-006

“La panthère japonaise”,

“Mister Bull, elle est déchainée. Mais croyez-vous que nous pouvons la rappeler en sifflant?” (tentative de traduction)

Les deux caricatures montrent donc le Japon comme une créature des alliés qui va leur échapper, se retourner contre eux et leur faire payer leur naïveté. On peut associer ces deux dessins à un troisième, qui nous éloigne du thème du cirque, mais il me semble si réussi que je ne peux résister à le recopier ici:

“Die japanische Sphinx”, “Wer ihre Rätsel nicht löst, den wirft sie in den Abgrund. Nun können sich die Ententeleute Kopf und Kragen zerbrechen.”3, dessin de Carl Olof Petersen, Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-011-126, Libre de droits.

Le Sphinx japonais.

Quiconque ne résout pas son énigme, il le jette dans l’abîme. Maintenant, les membres de l’Entente peuvent se casser la tête et le cou.

Il n’est pas facile de dater cette caricature avec certitude, mais les colombes montrent qu’on est en contexte de discussion de paix. “Die Ententeleute” ne doit pas s’entendre stricto sensu comme membres de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie), mais, je pense, comme participants à la Conférence de Paix de Paris (1919) (on peut alors reconnaitre sur le dessin, face au Sphinx japonais, un Français, un Anglais et un Américain). Malheureusement, la caricature n’explique pas ce qui motive les interrogations des Occidentaux.

On rappellera que le Japon avait demandé lors de cette conférence qu’on affirme le principe de l’égalité des races et que cela avait été refusé, le premier opposant à ce concept étant les USA.

Bibliographie non vue
  • Serge Jaumain et Valérie Piette, “Un trésor aux Archives de la Ville de Bruxelles: les caricatures de la Collection Keym”, in: Serge Jaumain et Valérie Piette (éds.), L’humour s’en va-t-en guerre. Bruxelles et la caricature en 14-18 (2005),p. 4-10.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 31/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2029.

  1. Il semble que le dessin a été publié dans la revue Lustige Blätter, 33. Jg., No. 14, 192. Kriegsnummer (1918). []
  2. Le dessin semble avoir été publié dans la revue Simplicissimus 23.21. []
  3. Merci à Frédéric Colin pour son aide à la transcription du texte. []

Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France

Les cirques stables sont  des monuments publics importants pour l’image du cirque, que ce soit par leurs liens avec les élites économique ou le pouvoir impérial comme, par exemple, le Cirque d’Hiver de Paris, ou que ce soit par leur importance physique dans une petite ville, comme, par exemple, Douai.

Je me proposais d’en présenter quelques-uns ici, dans la continuation de la série sur “Cirque et monuments publics”, mais il n’existait pas sur internet, à ma connaissance de liste satisfaisante de ces établissements; j’ai donc commencé à la dresser et on trouvera le fruit de mes efforts ici, sur une “page” de ce carnet: Liste des bâtiments stables de cirque en France. J’ai essayé de signaler, dans la mesure du possible, les fonds d’archives qui existaient concernant ces bâtiments.

Bonne lecture !

S’il vous plait, signalez-moi erreurs, nouvelles informations et corrections.

Cirques stables en France

Cirques stables à Paris

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1450.

Flaubert : dans les marges du japonisme

Daniel Darc, La Princesse Méduse, illustré par les frères Régamey (1880).
“de la vraie démence !” (voir ci-dessous)

 

Grâce au blog de Pierre Assouline, La république des livres, j’ai eu le plaisir de découvrir une nouvelle pépite d’internet; l’édition électronique par le Centre Flaubert (Université de Rouen) de la correspondance de Flaubert: http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php, et j’ai essayé de voir ce que cet auteur pouvait penser du Japon. Bien peu si l’on en juge par les résultats suivant:

  • Japon: 2 occurrences (Attention, l’index des lieux ne contient pas le mot “Japon”.)1
  • Japonais: 4 occurrences
  • Japonaise: 3 occurrences
  • Japonaises: 3 occurrences

Des recherches sur différents noms de lieu (Tokyo, Edo, Kyoto, Yokohama, Nagasaki, …)  ou sur des mots comme mousoumè, geisha, shogun, mikado n’ont rien donné.

Flaubert, par ses amitiés littéraires et sa vie sociale, connaissait probablement bien le japonisme, mais comme le montre sa critique des illustrations du roman de Daniel Darc (pseudonyme de Marie Régnier) par les frères Régamey, il ne semble pas personnellement y goûter2 .

On voit aussi dans les passages ci-dessous l’importance que jouent les expositions universelles pour propager l’image du Japon au-delà des cercles d’amateurs de ce pays et sa culture. Même une basse-cour japonaise  pouvait être un spectacle exotique.

Plusieurs points me restent mal compris: je me demande quelle est la cuisine japonaise que pouvait servir la princesse Mathilde et ce qu’est la “pancarte japonaise” de Marguerite Charpentier. On ne saura sans doute jamais ce que Flaubert voulait dire par “Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon.” dans sa lettre à Léonie Brainne.

Date Destinataire

Texte

Volume de l’édition Pléiade
 15 septembre 1846 Emmanuel Vasse de Saint-Ouen

si tu peux me dénicher quelque recueil de poésies ou de vaudevilles quelquonques plus ou moins facétieux composés par des Arabes, des Indiens, des Perses, des Malais, des Japonais ou autres, tu peux me l’envoyer. si tu connais quelque bon travail (revue ou livres) sur les religions ou les philosophies de l’Orient, indique-le-moi.

 I 344
20 mai 1873 Caroline Commanville (nièce de Flaubert)

Quand tu viendras ici, n’oublie pas de m’apporter : 1° le gd cordon de sonnette qui a dû être remis lundi dernier, chez toi. 2° mes portraits de japonaises.

IV 663
11 décembre 1873 Caroline Commanville

en sortant du bureau télégraphique du gd hôtel, j’ai rencontré Cernuschi. – Demain je déjeune chez lui. après quoi il me montrera ses curiosités japonaises.

IV 752
7 mars 1874 Marguerite Charpentier

Je reçois votre pancarte japonaise au moment où je venais de vous prévenir que ma Ière n’a lieu que mercredi !

IV 777
27 mai 1878 Edma Roger des Genettes

Paris commence à m’écœurer fortement. Quand je l’habite depuis plusieurs mois, il me semble que tout mon être s’en va par mille pertuis & se répand au niveau du trottoir. ma personnalité s’envole, comme fêlée par le contact des autres. Je me sens devenir cruche. – et puis, l’idée seule de l’Exposition me fatigue. – j’y ai été deux fois – La vue générale du haut du Trocadéro est vraiment splendide. Cela fait rêver à des Babylones de l’avenir. Quant aux détails, ce qui m’a le plus amusé c’est une basse-cour japonaise. Il faudrait trois mois, à quatre heures par jour pr connaître tout ce qu’il y a dans ces « gdes assises de la civilisation ». Le temps me manque. Il faisons notre métier !

V 385
29 juillet 1878 Princesse Mathilde

J’étais invité auj hier à aller à Chenonceaux pr l’inauguration de la statue de P. L. Courier. ce l Cette « petite fête de famille » ne m’a pas séduit. vu le nombre de reporters qui ont dû l’émailler. J’aimerais mieux m’en aller chez vous, goûter à la cuisine japonaise – sûr d’avance que je la trouverais exquise.

V 410
11 juin 1879 Léonie Brainne

Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. – je vous expliquerai ça

 V 656
19 novembre 1879 Marie Régnier Commentaire sur son livre (paru sous le nom de plume Daniel Darc) La princesse Méduse (1880), en particulier sur ses illustrations (de Félix et Frédéric Régamey) , que Flaubert ne semble pas aimer

Mais je suis Hindigné contre vos illustrations. Quel dessin ! & quelles inventions ! Est-il possible d’exécuter plus lourdement la littérature ! Le frontispice, surtout, est de la vraie démence. Le portrait d’une cocotte pr figurer un être idéal ! Tout ce qu’il y a de plus connu & poncif, sous prétexte de nous faire rêver à l’insaisissable ! Grévin dans l’azur ! Non, ma parole d’honneur, j’en suffoque de colère ! Et les cassures japonaises en bas des draperies. Prquoi le Japon ? Mais le chic ! le chic ! Charpentier se pâme là devant, je suis sûr !

 V 745
2 février 1880 Léon Hennique Commentaires sur le livre de Hennique

[p. ]185. Le maître & le valet se labourant la peau, à coups de poignards ! Vous croyez peut-être que ça ferait rire ? Mais imaginez du sang qui coulerait, & on ne rirait plus. (Seulement la sa l’action ici est amenée trop vite). & puis il y a encore eu des gens comme ça – & il y en a encore ! Pendant l’Exposition de 1867, des Japonais à Paris & à Marseille se sont livrés à deux duels p de ce genre – & Comme pénitence, les Bouddhistes en font autant.  & en France, à l’heure qu’il est certains catholiques ! tels que Mr Dupont, de Tours – (voy. l’A  La Foire aux reliques & L’Arsenal de la dévotion de Paul Parfait).

 V 810
11 février 1880 Edmond de Goncourt

« L’ami Flaubert » s’est bassiné l’œil cet après-midi avec vos Albums japonais. – Mais je ne voudrais pas me livrer souvent à de pareils régals de m de couleurs – car je retombe plus gémissant sur mon roman philosophique !!! Prquoi la Fatalité veut-elle que je prenne toujours des sujets abominables !

(…)

C’est charmant, exquis (& instructif) ce que vous dites des Albums japonais – des lutteurs, des robes de femmes, du plaisir qu’ils se donnent avec l’eau, etc. – Oui, mon cher ami, sans blague aucune, c’est bien troussé ! – & si tout est comme ça, ce sera un livre chouette.

 V 824
Annexe:

Article Wikipédia créé lors de l’écriture de ce carnet: Marie Régnier

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Flaubert : dans les marges du japonisme ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/12/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1291.

  1. Ajout du 9 décembre: Grâce à la réactivité dynamique de Danielle Girard, le mot a maintenant été ajouté à l’index. Merci à elle pour son gentil message. []
  2. On peut sans doute comparer cela avec l’attitude de Flaubert vis-à-vis des illustrations choisies par Charpentier, leur éditeur commun, pour son texte Le Château des Cœurs (1880); voir Tomoko Hashimoto, « Gustave Flaubert, Kokoro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 05 avril 2016. URL : http://flaubert.revues.org/2513 []

Le Japon dans l’Encyclopédie

Pour écrire mon billet précédent sur le nouveau site ENCCRE, j’ai aussi procédé à un petit dépouillement sur le thème du Japon. Cela ne mène pas immédiatement à des résultats significatifs, mais voici le fruit de cette recherche rapide. Peut-être cela intéressera-t-il quelqu’un.

Une recherche “Japon” donne “348” résultats:

  • articles (341)
  • explication de planche (5)
  • articles omis (1)
  • textes d’escorte (1) [= index]

La plupart de ces articles concernent la géographie, l’histoire, le commerce, la botanique ou la religion, mais je signale les mentions du Japon dans les articles Aveugles (Hist. mod.), BIBLIOTHEQUE, DESPOTISME (Droit polit.), FANATISME (Philosophie.), JAPONOIS, Philosophie des (Hist. de la Philosophie.), KASIEMATZ (Hist. mod. mœurs.), Luxe, MOXA (Hist. nat. Médec. & Chirurg.), …

La recherche “Japonois” donne 86 résultats, “Japonnois” 19 (L’orthographe “Japonais” n’est pas utilisée du tout). J’attire l’attention sur les articles Inspecteur de manufactures (Commerce & Finances.), Noblesse (Jurisprud.), Pié (Orthopédie.) (un exemple de confusion entre Chine et Japon), SOUI, ou SOI (Cuisin.).

La recherche “Japonoise” donne 3 résultats, “Japonnoise” 2 [dont PUDEUR (Morale.)], “Japonoises” 2 [dont FARD (Art cosmétique.)], “japonnoises” ne mène qu’à IMPOT (Droit politiq. & Finances.).

Pour le plaisir, voici la planche “Alphabets japonois”:

Alphabets japonois; Encyclopédie Pl. XXIV; Planches tome II (1763). Merci ENCCRE: Les vues numérisées de l’exemplaire coté 2° 3442 de la Bibliothèque Mazarine, également accessibles via la bibliothèque numérique Mazarinum, sont mises à disposition sous Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France Licence Creative Commons [[1]]

Cette planche contient trois alphabets différens de la langue japonnoise. Le premier, appellé Firo-canna, & le second catta canna, sont communs aux Japonnois en général & en usage parmi le peuple. L’alphabet iamatto canna ou plutôt jamatto canna, n’est en usage qu’à la cour du Dairi, ou de l’empereur ecclésiastique héréditaire ; il est ainsi appellé de la province de Jammasiiro où est situé Miaco, résidence de ce prince.

 

[[1]] Ajout du 26 octobre 2017

Sur cette licence et sa valeur, on lira avec intérêt le blog SavoirsCom1, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert mérite mieux qu’un Copyfraud ! (26 octobre 2017). (Merci au Facebook Calimaq Silex pour cette information)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Le Japon dans l’Encyclopédie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1193.