Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse

Toujours dans mes recherches sur Kosiki, opéra-bouffe français de 1876 à l’intrigue improbable, grâce au site internet europeana.eu, j’ai découvert que cette œuvre avait été traduite et jouée à Barcelone. Je n’en parlerai pas dans l’article que j’espère bientôt finir sur cet exemple de japonisme théâtral et musical, car je souhaite me tenir au contexte historique et culturel de Paris1 , mais je m’en voudrais de ne pas présenter brièvement ici la belle collection de dessins que possède l’Institut del Teatre, très généreusement mis à la disposition des chercheurs et autres amateurs sur son site internet.

Dessins d’accessoires pour la mise en scène de Kosiki, par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

En effet sont conservés 33 dessins de costumes, accessoires et mobilier destinés à la mise en scène de Kosiki à la fin du XIXe siècle2. Ils sont du pinceau de Fèlix Urgellès de Tovar (1845-1919), peintre paysagiste qui s’est reconverti dans le décor et la scénographie de théâtre et qui a travaillé pour les grandes salles de spectacle de Barcelone.

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Le personnage représenté ci-dessus est sans doute Fitzo, jongleur de rue, en fait empereur du Japon selon l’intrigue de la pièce. Il effectue un des tours les plus fameux des jongleurs-magiciens japonais, celui des papillons, des morceaux de papier pliés et déchirés que le saltimbanque fait voler à l’aide de son éventail (normalement pas deux comme ici).

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Ici, je pense que l’on peut reconnaitre Kosiki, personnage qui a donné son nom à la pièce. Elle commence l’histoire comme empereur et la finit comme impératrice, avec un passage par la rue comme saltimbanque. On la voit qui jongle dans un kimono court, coupé à mi-cuisse, ce qui devait permettre de mettre en lumière le galbe de ses jambes, objet d’un des actes les plus appréciés de l’opéra-bouffe, si l’on en croit les critiques françaises.

Le passage d’un sexe à l’autre permet aux costumiers d’imaginer des variations sur le kimono, qui devient ainsi un vêtement doublement hybride, à la fois masculin/ féminin et japonais/ occidental.

Dessin de Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

A cet exceptionnel ensemble de dessins, il faut ajouter des maquettes de décor, en bois et en papier3.

Maquette de décor pour Kosiki, réalisée par Fèlix Urgellès de Tovar; ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Urgellès a aussi utilisé ses talents pour décorer et aménager des magasins de Barcelone en style japonisant4. Il semble être un bel exemple de « japonisme consommateur ».

Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1510.
  1. En outre, d’après D.R. George, « Playing Japanese » in Fin-de-siecle Zarzuela, in Intersections of Race, Class, Gender, and Nation in Fin-de-siècle Spanish Literature and Culture éd. par J. Smith et L. Nalbone (Londres, 2016) (non paginé dans la version Google Books), le japonisme en Espagne doit être compris différemment de celui de France, du Royaume-Uni ou des États-Unis d’Amérique, car il se développe alors que l’empire espagnol se contracte et va sur son déclin. []
  2. Je me demande s’il ne faut pas ajouter à ces 33 dessins explicitement attribués à Kosiki par le site internet plusieurs illustrations de décor: Croquis per a palau oriental, Croquis per a rompiment d’estil oriental, Desconegut, Desconegut (2 dragons), Desconegut (Estància d’estil oriental), Desconegut (Moble d’estil oriental), Interior de palau decorat en vermell i dauratPorxada d’estil oriental. []
  3. Le site internet ne prend pas position sur le spectacle pour lequel ces maquettes ont été réalisées (« Espectacle: Desconegut ») : Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès. []
  4. On peut voir un dessin du « Pavelló Imperial Japonés » (1881) ici. []

Une petite surprise postale

Comme je prépare un petit article sur Kosiki, un opéra-comique de Charles Lecocq dans lequel intervient un jongleur japonais, et que je voulais en savoir plus sur ce compositeur, j’ai commandé par internet chez un libraire un exemplaire de sa biographie par Louis Schneider1.

Surprise ! Le livre que j’ai reçu est dédicacé par son auteur à Frédéric Rotiers.

A Frédéric Rotiers
Bien cordial souvenir
Louis Schneider

C’est ainsi que deux personnalités importantes du journalisme musical, l’une de Paris2 , l’autre de Bruxelles3, bien oubliées aujourd’hui, se retrouvent sur ces trois lignes, illustration par l’anecdote4 des liens artistiques et culturels entre les deux capitales francophones, liens qui jouèrent un rôle fondamental dans la carrière de Lecocq, une cinquantaine d’années avant cet envoi.

Annonce de la mort de Louis Schneider, Le Petit Parisien (22/8/1934). Merci Gallica.fr

Cette plaisante surprise compense heureusement la déception causée par la lecture de ce livre dans le cadre de ma recherche: Schneider n’a visiblement pas aimé Kosiki et en parle à peine.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Une petite surprise postale ». Publié sur Acrobates japonais en France le 22/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1498.
  1. Louis Schneider, Hervé. Charles Lecocq (Paris, 1924) []
  2. Schneider n’avait pas que des amis à lire cette épitaphe cruelle. []
  3. Voir la nécrologie de Rotiers dans Le Figaro du 12 juillet 1924. []
  4. Google Books m’apprend l’existence de la brochure suivante: Vente publique des collections ayant appartenu à feu Frédéric Rotiers, directeur de l’Eventail. Tableaux modernes, meubles anciens, céramiques, tapis anciens et d’Orient …: Vente à Bruxelles, Galerie Georges Giroux, les 17-18 novembre 1924 (1924, 58 pages); mon livre serait-il passé par cette vente ? []

Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018)

Grâce à la belle initiative du calendrier de l’avent du site SavoirsCom1, je découvre plusieurs documents liés au thème de ce carnet. Chères lectrices, chers lecteurs, je vous les offre comme cartes de vœux et vous souhaite une excellente année 2018.

  • l’œuvre d’Edgar Chahine (1874-1947), « peintre et graveur connu pour ses représentations de la vie parisienne à la Belle Époque ». Chahine a notamment illustré le livre de Gabriel Mourey, Fêtes foraines de Paris (Paris, 1906). On peut y lire les considérations suivante (p. 123):

(…) Voilà -t- il pas que l’ on se met à lancer chez nous cette nouveauté japonaise , le … comment prononce – t – on ? le … jésuchou , le jijusou .
– Le Jiu-jitsu

– Oui , c’ est bien cela , un nom à coucher à la rue ! Je ne sais pas en quoi ça consiste, cette affaire-là , mais ce que j’en ai entendu dire ne me dit rien qui vaille . Ça n’ est pas de la lutte, c’ est de la chirurgie . Il s’ agit d’ opérer son adversaire ; un petit coup par ci avec l’épaisseur de la main, une chiquenaude par là , un pinçon à droite , ou à gauche , et le tour est joué . Vous êtes cuit ; il n’ y a pas à rouspéter , paraît -il . Eh bien ! et si je lui colle un marron , moi , à votre professeur de jijusou , en plein visage ? Lui en ferai -je voir des chandelles ! pas trente-six , mais trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq ! Ah ! la bonne blague !

L’ heure passait ; nous nous séparâmes .

– Mon tramway n’ attend pas . Bonsoir , monsieur , et merci pour vos gentillesses . Voici ma carte : – Jean-Pierre Barbotton dit Gaspard le Terrible , ancien lutteur . Puteaux. – Elle est un peu sale , excusez . Je viens tous les soirs chez Marseille fils , pendant la foire à Neuilly , nous nous retrouverons .

Et comme il grimpait sur la plate-forme et que la voiture se remettait en marche :

– Oui , oui , si je lui colle un marron , à votre marchand de jijusou ! Trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq chandelles …

G. Mourey, Fêtes foraines de Paris . Gravures d’Edgar Chahine (Paris, 1906), p. 124.

  • Les photographies d’Henri Manuel (1874-1947), « photographe portraitiste français »

Melle Spindler  (Par Henri Manuel , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65135810): ceci n’est pas une geisha

Une recherche sur google images m’amène sur cette belle photographie: l’actrice est présentée sur internet comme jouant un rôle de geisha. En fait, il n’en est rien. Elle joue ici dans la pièce « La troisième lune », « comédie chinoise » de Fred Gresac et Paul Ferrier présentée au Vaudeville en 1904.

« La troisème lune, comédie de Paul Ferrier : défet de presse »;
Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-ICO THE-4156

Cette pièce n’a pas plus à tout le monde. Je recopie une critique, qui, on le verra, touche aussi au japonisme1:

Soirée Parisienne

THÉÂTRE DU VAUDEVILLE. — La Troisième Lune

C’est la soirée exotique. Il y a longtemps que nous ne l’avions eue!… Personne n’ignore, en effet, que, périodiquement, tous les quatre ou cinq ans environ, les directeurs, las de la production nationale, des reprises, des adaptations ou traductions, las surtout du petit, très petit mouvement d’argent soulevé par ces premières, traductions ou reprises, ont comme des nostalgies de voyages.

Ils songent à des rives lointaines, à des bananiers, à des poissons volants, à des mousmés fardées et menues. Ils ont lu Loti. Ils l’ont même joué… rarement. On leur a parlé du livre de Myriam Harry, dans le monde… Leur enfance bercée par du Jules Verne, les attendrit à cette heure difficile de l’âge mûr. Et puis, enfin, il faut surtout sortir de cette sacré nom d’un chien de crise financière. Alors?.

Alors. Ils ont un petit mouvement de fièvre, se couchent, pensent. Et leur petite crise d’exotite aiguë leur rapporte la forte somme – ou la leur fait perdre une fois de plus !

Et ils n’en meurent pas et même ils se payent de petites trouvailles de mise en scène – oh! pas bien audacieuses, pas bien somptueuses, pas bien rares – mais qui, toujours, invariablement, et par une sublime routine, font que « la scène se passe en Chine ou au Japon « …

Voilà ! on n’en sort pas!… On ne veut pas en sortir. On n’en sortira pas de sitôt encore.

Il y a pourtant, ailleurs, de beaux pays !
Il y a—je ne sais pas moi !—l’Annam, le Cambodge, les Indes… Oui… oui… Mais ce n’est pas théâtre. (Comprenez-vous la valeur de l’objection ?) Tandis qu’il est convenu que, dès qu’il s’agit d’exotisme, la Chine est théâtre. Cela est convenu, une fois pour toutes, et pour toujours !

Songez donc, voyons !  » La Chine « , vous voyez cela d’ici. Ce qu’il y a à faire. Au premier acte, un intérieur …  les laques … les soies… les boîtes à fard … cette reconstitution si curieuse … les petits pieds … les mains de ces gens-là!!. Et ces noms, les noms adorablement comiques. Les dames qui s’appellent : Hirondelle, Nez-qui-Remue … Bananier-secoué-par-le-vent. Ferme-ta-bouche-ou-je-saute. etc. Et les hommes, les hommes qui 3’appellent : Bon-Dieu-de-Bras, ou, Va-t-en-Voir-Si-j’y-Suis. En six traits d’union sur le programme. Fan! un effet comique, d’avance ! Comment vouiez-vous qu’on se prive d’un pareil appoint de rire et de succès !

— Et vous verrez, vous verrez au second acte : le jardin, le jardin et les lanternes en papier; la cascade minuscule. Un argent fou! On fera un argent fou !

Ainsi parlent les directeurs, sublimes routiniers, augures du goût public, et qui rêvent de mise en scène somptueuse et prévue. Ainsi pensent-ils se jeter dans l’originalité et la dépense. Pour l’exotisme! Ainsi ont-ils une petite crise périodique. Aussi en sont-ils, parfois, récompensés !

Tout de même, le voilà, le voilà, le péril jaune. C’est dans le monde des théâtres qu’il sévit surtout. Car pour une Marchande de Sourires, que de marchands en larmes, que d’administrateurs aux abois. Et, hier, nous avons écouté la Troisième Lune, de Mme Gresac. Et comme c’était écrit avec bonne humeur et monté avec goût, et joué en perfection, par MM. Lérand, Colombey, Gauthier, Numa, Baron ; par Mmes Thomassin, Grassot, Marthe Regnier, Caron, Bernou et de Bray. Il se peut que nous soyons mûrs, nous aussi, pour notre petite crise d’exotite. D’autant que voilà bien quatre ou cinq ans qu’on nous laisse tranquilles avec les Fleurs-de-Pêcher et les Soleil-de-Rizières. (Je vous le dis, en vérité, c’est périodique.) Donc, hier, nous avons été très bien.

Nous avons revu, nous avons salué les petits pieds, les petits laques, et la petite cascade promise par M. Porel ; nous avons constaté, avec plaisir, qu’à mesure que la pièce s’avançait, les personnages – surtout les femmes – se déchinoisaient (à onze heures, les chignons étaient à la dernière mode de Longchamp et les gens aussi). Et ceux d’entre nous qui n’ont que l’esprit des autres, et de la minute, ont été si, si, contents de se fournir à rire — oh ! bien légèrement, sans doute — en se proposant, par un mot de la fin sublime d’être bête, d’aller à l’Américain, à côté, prendre un Chinois!!. Ah! exotisme! exotisme! que de verve se gaspille à ton propos!.

Edmond Sée.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1381.
  1. Gil Blas 8 mai 1904, p. 2. Une critique assassine de la pièce, signée d’une autre personne, précède ces considérations générales []