Un documentaire de la NHK: « 6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque »

Ce soir, par hasard, j’ai eu l’occasion de regarder sur la NHK (la chaine publique de télévision japonaise) un documentaire très intéressant sur une famille circassienne japonaise: 6男4女 サーカス家族の夏 (6 garçons, 4 filles. L’été d’une famille du cirque).

Le documentaire suit pendant plusieurs mois une famille colombo-japonaise qui fait partie du cirque 「ハッピードリームサーカス」(Happy Dream Circus). L’équipe de ce cirque fait une cinquantaine de membres; il change tous les deux mois de ville (on le voit dans le documentaire au sud de la préfecture d’Osaka, dans la préfecture de Yamaguchi et partir pour Tottori). Une grande partie (la majorité ?) des artistes sont étrangers. D’après le documentaire, il existe encore 3 cirques similaires au Japon; dans les années 60, il y en avait une vingtaine.

La famille objet du documentaire est composée du père colombien, de 3 enfants plus âgés issus d’un premier mariage, de sa femme, japonaise, de la sœur de celle-ci, et de leurs 7 enfants. Un 8e enfant nait pendant le documentaire. Cette famille se spécialise notamment en jeux icariens, ce qui nous ramène au début de notre recherche, le livre de F. Schodt sur le Professor Risley. On y voit donc un enfant d’une dizaine d’années s’entrainer et présenter un numéro avec son demi-frère. Le documentaire mêle habilement de joyeuses scènes de complicité familiale et des moments pénibles de chutes douloureuses et d’angoisse. Il montre bien la transmission familiale d’un savoir et d’un mode de vie.

L’autre aspect du documentaire concerne la scolarité des enfants. Ils changent d’école cinq fois par an, restant dans le même établissement deux mois, avant de changer. Ce n’est pas facile pour eux, mais, et je dois avouer que j’ai été surpris par cette information, il semble que les différents établissements scolaires fréquentés fassent de réels efforts pour recevoir les enfants de la troupe. J’ignore s’il s’agit de bricolage ou s’il existe un système officiel de scolarisation des enfants du voyage au Japon.

Enfin, le documentaire est un beau portrait de famille, en particulier de la mère, un exemple attachant de sérénité apparemment, tout en ne cachant pas les aspects difficiles de la vie de cirque: le danger physique, la pénibilité des exercices, le travail des enfants, les difficultés émotionnelles que causent la vie de voyage et son instabilité.

Voici une vidéo récente montrant un spectacle de ce cirque:

Le numéro des acrobates icariens commence à 7 ‘ 22. On y voit les deux demi-frères travailler ensemble et finir par un numéro sans filet sur une plate-forme élevée à 10 m au-dessus du sol.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Un documentaire de la NHK: « 6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque » ». Publié sur Acrobates japonais en France le 05/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1990.

Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire

Dans le beau livre livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016), on peut lire ceci aux p. 170-171

Si le [Mouvement pour la liberté et les droits du peuple]1 eut pour principaux porte-parole des anciens samouraïs acquis aux Lumières devenus enseignants, journalistes ou avocats d’une part, et des notables provinciaux issus des rangs de la paysannerie aisée d’autre part, ils furent vite rejoints par des femmes, on l’a déjà vu, [171] mais aussi par des religieux, des parias, des voituriers et des tireurs de pousse-pousse, des saltimbanques ou des bateleurs (bakutô). Ces derniers jouèrent d’ailleurs un rôle important en incitants les paysans endettés à la révolte.

Comme cette information est vraiment anecdotique dans le livre de Souiry, il n’y a pas de note, et j’ignore sa source. Si une lectrice ou un lecteur en sait plus que moi, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Je vous en serai très reconnaissant.

Ce passage m’a fait immédiatement penser aux manifestations contre la reprise de l’utilisation de l’énergie nucléaire après le désastre de Fukushima en 2011. En effet, nombre de musiciens ont participé activement à celles-ci, dont des héritiers de la tradition japonaise de musiciens de rue. Cette forme d’engagement a été bien étudiée, notamment par Noriko Manabe dans son livre The Revolution Will not Be Televised. Protest Music After Fukushima (Oxford, 2015)2. Manabe et son éditeur ont eu la bonne idée de créer un site internet compagnon de son livre, où l’on peut trouver des liens utiles vers des enregistrements sonores et des vidéos qui illustrent son propos. En voici quelques-unes qui montrent l’engagement politique de musiciens dans le Japon contemporain et le jeu avec des traditions de protestations. On y verra aussi comment les autorités policières et civiles brident le droit de manifester en faisant minutieusement respecter des règles de circulation et de trafic routier: pas question de dépasser la ligne blanche !

1. Jintaramūta, groupe de chindon

Manifestation le 10 avril 2011 dans le quartier de la gare de Kōenji (Tokyo)

A cause de sa participation dans le mouvement antinucléaire, le groupe a perdu des contrats de concerts (Manabe p. 79-80). La tradition des musiciens dits chindon ou chindon-ya remonte au 19e siècle: ils étaient des musiciens de rue qui faisaient de la publicité pour des magasins ou des associations de marchands.

2. Pot-pourri de musiques lors d’une manifestation au Parc Yoyogi le 25 février 2012

3. Endō Michirō et les Stalin 246, “Genpatsu blues” au Project Fukushima Festival, 15 août 2011

Pour une analyse et une traduction partielle de la chanson en anglais, voir Manabe p. 304-305. Le chanteur Michiro Endo, né en 1950, est originaire de la région de Fukushima; il est un des concepteurs du festival Project Fukushima3.
, .

4. Danse bon-odori sur une chanson « eejanaika » au Festival Fukushima 2013

(Pour une analyse de la chanson, voir Manabe p. 316-318). Les danses bon-odori sont des danses qui se font partout au Japon pendant l’été; dans des petits festivals de quartier, toutes les générations peuvent s’y retrouver dans une atmosphère conviviale.

Le genre de chanson « eejanaika » (approximativement en français, « Ça dérange qui ? » ou « On s’en fiche ») remonte à la fin du régime shogunal et est lié à des mouvements populaires, plus ou moins spontanés, de protestation ou de contestation.

En voici une belle illustration de 1867:

Scène de danse eejanaika, 1867. Auteur: Kawanabe Kyōsai ; National Diet Library Digital Collections, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2183868

5.Rankin & Dub Ainu Band  » You can’t see it, and you can’t smell it either « 

(Paroles: Rankin Taxi [1989]; version de 2011; sous-titre anglais: Peter Barakan)

Lire aussi
Bibliographie non vue
  • Abe, Marié. « Sounding Against Nuclear Power in Post-3.11 Japan: Resonances of Silence and Chindon-ya. » Ethnomusicology 60, no. 2 (2016): 233-62. doi:10.5406/ethnomusicology.60.2.0233.
Mise à jour du 19 mars 2018

N. Manabe, “It’s Our Turn to Be Heard”: The Life and Legacy of Rapper-Activist ECD (1960-2018), The Asia-Pacific Journal. Japan Focus 16, 6, 3: un article émouvant et intéressant sur une autre musicien politiquement engagé du Japon.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire ». Publié sur Acrobates japonais en France le 14/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/909.
  1. Le Mouvement pour la liberté et les droits du peuple (自由民権運動) est un mouvement politique important dans les années 1880 au Japon. []
  2. Voir, par exemple, le compte-rendu de E. T. Atkins, Review of Manabe, Noriko, The Revolution Will Not Be Televised: Protest Music after Fukushima, H-Japan, H-Net Reviews (août 2017).
    URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=49457. []
  3. Sur ce festival, qui ne se veut pas primairement un événement engagé contre le nucléaire mais une fête pour promouvoir et défendre la préfecture de Fukushima, voir D. Novak, Project Fukushima! Performativity and the Politics of Festival in Post-3/11 Japan, Anthropological Quarterly 90, 1 (2017), p. 225–254. []

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (7)

小松豊年獅子踊 (山形県川西町): komatsu hounen shishi odori (Bourg de Kawanishi, Préfecture de Yamagata)

Je ne mentionne cet événement que parce qu’il est cité dans le catalogue de l’exposition d’Osaka, mais, selon moi, il ne s’agit pas d’acrobatie. Au cours de sa danse, un shishimai saute une fois au travers d’un cercle enflammé.

Brève présentation officielle (en japonais): http://www.town.kawanishi.yamagata.jp/kyouikubunka/osisi.html

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (6)

中尾獅子浮立 (長崎県長崎市): nakaoshishifuritsu (Nagasaki)

Le 17 octobre (et le 15 septembre ?) au 矢上神社

Deux enfants se livrent à des galipettes pendant la danse des lions.

Les shishimai commencent leur danse vers la 7e minute.

Brève présentation sur le site internet de la ville de Nagasaki: http://www.city.nagasaki.lg.jp/shimin/190001/192001/p000769.html (en japonais)

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (5)

小山郷六斎念仏 (上善寺)(京都府京都市): [1] au temple Jouzenji (Kyoto), le 22 août (dans le cadre du roku-jizoo-meguri)

 

(Le spectacle de shishimai commence vers 4.00)

On notera qu’il s’agit d’un matsuri bouddhique.

[1] Je ne suis pas entièrement certain de la lecture des kanjis; je me renseigne et ajoute cette information

 

 

Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais)

Hier, j’ai eu la chance de pouvoir assister au spectacle de Dai-kagura d’Ise qui s’est tenu au Musée d’ethnologie d’Osaka, dans le cadre de l’exposition sur les misemono.

Le spectacle mêlait danses du lion et différents types de jonglerie. L’humour accompagnait toutes les parties de jonglerie, parfois un humour verbal, de jeux de mots, d’allusions politiques ou sociales, de dialogues de non-sens, comme on peut en entendre dans le manzai, parfois un humour non-verbal avec une sorte de bouffon imitant et caricaturant les attitudes et gestes du jongleur alors que celui-ci officiait ou commentant ses réalisations par des grimaces. Parfois improvisé, cet humour permet de donner du rythme et apporte un sentiment de variété au spectacle, il dédramatise les moments où le jongleur rate son tour ou doit se concentrer pour reprendre ses jeux, et il établit une connexion avec le public.

En blanc, l'assistant passe les bols; en beige orange, le "bouffon" exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

En blanc, l’assistant passe les bols; en beige orange, le « bouffon » exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

Surtout, cet humour a une fonction religieuse dans le cadre de ce qui était,  à l’origine semble-t-il, un rituel apotropaïque, destiné à éloigner le malheur, la maladie ou les accidents: un dieu qui avait assisté au spectacle, qui s’était détendu et qui avait ri était un dieu apaisé, qui laisserait les humains tranquilles.

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

Je me pose alors une question: pourquoi cet humour est-il totalement absent des sources occidentales qui décrivent les premières troupes d’acrobates et jongleurs japonais aux USA ou en Europe dans les années 1860-1870 ? On imagine mal que les journalistes n’aient pas remarqué d’actions comiques dans ces spectacles si elles étaient présentes ou que les troupes « profanes » expatriées n’aient pas repris à leurs consœurs plus religieuses un élément important de leur succès.

Certes, les journalistes, au début, se plaignaient des longs discours et des « bavardages » des acrobates japonais, et on comprend bien que l’humour verbal ne pouvait fonctionner, mais, comme je l’ai dit plus haut, le comique non-verbal, le comique de situation était important lors du spectacle que j’ai vu.

Faut-il alors imaginer que les managers occidentaux des troupes ou les régisseurs des salles de spectacles qui les accueillaient aient demandé aux Japonais de retirer l’humour de leurs spectacles ? Ou alors n’étaient-ils pas sensibles à cet humour ? Cette dernière hypothèse parait peu probable puisque les clowns, je pense, pratiquaient le même type d’humour de parodie avec les cavaliers et les écuyères (je dois vérifier dans les histoires de cirque si cela tient du point de vue chronologique).

Je me demande enfin, et ce n’est qu’un début d’hypothèse de travail, si on n’aurait pas ici une conséquence de pensée racialiste: avoir de l’humour serait considéré comme une prérogative de l’Occident, une preuve de sa supériorité, et le milieu européen du cirque n’aurait même pas conçu l’idée que des acrobates japonais aient pu volontairement faire rire une audience occidentale, maîtriser le sens de l’humour et contrôler leur public. Est-il possible, cela a-t-il du sens de dresser une histoire de la reconnaissance du sens de l’humour dans les autres cultures ?

Site officiel de la troupe

http://www.kandayuyamamoto.jp/: uniquement en japonais; très belles photographies

Vidéos

Le 東北文化財映像研究所ライブラリー映像館 a découpé en 9 vidéos, disponibles sur YouTube, un spectacle complet de dai-kagura (malheureusement, leur caméra semble fixe et ne capture pas bien certaines jongleries comme celle qui consiste à faire tourner une grande assiette sur un panneau de bois posé au niveau du sol). Voici la première d’entre elles:

Bibliographie

Bibliographie non vue:
  • Gerald Groemer, Street Performers and Society in Urban Japan, 1600-1900: The Beggar’s Gift (Londres, 2016) (Plus de 20.000 yens pour ce livre ! Ils sont fous chez Routledge ?)
  • Kárpáti, János. « Music of the Lion Dance in Japanese Tradition. » Studia Musicologica Academiae Scientiarum Hungaricae 41, no. 1-3 (2000): 107-117 (JSTOR)
  • 北川央. « 伊勢大神楽の展開–檀那場の形成をめぐって. » (The development of Ise Dai Kagura: around the formation of Dannaba  [in Japanese]), 宗教民俗研究 9 (1999): 96-116.
  • Lancashire, Terence, «  » Kagura »-A » Shinto » Dance? Or Perhaps Not. » Asian music 33, 1 (2001), p. 25-59 (JSTOR)
  • 森田玲. « 伊勢大神楽の神楽囃子研究–音曲構成の特徴と他分野諸芸能との関連性. » (Basic research on the musical structure of Ise Dai-Kagura and its relationship with other types of traditional performances  [in Japanese]), 民俗音楽研究 36 (2011): 37-46.
  • David Petersen, An Invitation to Kagura: Hidden Gem of the Traditional Japanese Performing Arts (2007)
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/10/2016. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/713.

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (3)

数河獅子 (岐阜県飛騨市) : Suugoshishi (Hida, Préfecture de Gifu)

9月5日:白山神社例祭, le 5 septembre, au sanctuaire de Hakusan (hakusan-jinja)

Bibliographie non vue:

李 応寿 (LEE Eung Soo), 「数河獅子」のきた道  (The Historical Roots of Sugo-jishi)  [en japonais], 演劇学論集 : 日本演劇学会紀要 56 (2013), p. 95-115

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (1) et (2)

L’exposition du Minpaku sur les misemono m’a beaucoup intéressé parce qu’elle donne des informations sur le contexte japonais des acrobates et jongleurs venus en France, notamment sur des actes acrobatiques réalisés lors de matsuri. Le catalogue de l’exposition offre une liste de 13 circonstances. Je vais essayer dans mes prochains postes de donner une ou deux vidéos pour chacune d’elle, comme je l’avais fait pour le Takengei de Nagasaki il y a presque deux ans.

継ぎ獅子 (愛媛県今治市波方町樋口の潮早神社): Tsugishishi (Imabari, Préfecture d’Ehime)

Formation de pyramides humaines (jusqu’à cinq niveaux)

梯子獅子 (兵庫県淡路市): Hashigoshishi (littéralement : « Lion de l’échelle »)(Awaji, Préfecture de Hyogo)

Un « lion dansant » (shishi-mai) monte une grande échelle et rampe sur une corde tendue à une dizaine de mètres au-dessus du sol.

 

Pour la comparaison: Mata Hari

J’emprunte la vidéo suivante au site internet de l’exposition Du Nô à Mata Hari. 2000 ans de théâtre en Asie au Musée national des arts asiatiques – Guimet (du 15 avril au 31 août 2015).

Mata Hari est un extraordinaire exemple d’imitation/adaptation européenne d’une pratique artistique asiatique, au succès et à la réputation bien connus.

Il est aussi remarquable qu’elle ait réussi à mêler (pseudo)érudition et sens du spectacle.
Son cas amène à réfléchir sur le rôle de l’érotisme dans le succès des acrobates japonais ainsi qu’à s’interroger sur son absence dans notre documentation (sous bénéfice d’inventaire) concernant les femmes membres des troupes japonaises de jongleurs et acrobates venues en Occident.

 

Takengei, Wikipédia, sérendipidité et Blogs BD

Quand je mentionne mon sujet de recherches, souvent les gens sont surpris parce que, contrairement à la Chine, il semble qu’il n’existe plus de tradition vivante de l’acrobatie japonaise. Toutefois, après quelques moments de réflexion, mes interlocuteurs japonais ne manquent pas de mentionner les acrobaties que font les pompiers de Tokyo lors des fêtes de nouvel an. Elles font partie des photos annuelles qu’on est sûr de voir dans la presse au début du mois de janvier. J’y consacrerai un jour une autre entrée de ce blog. Aujourd’hui, je voudrais brièvement présenter une autre survivance annuelle de l’acrobatie japonaise: le festival de Takengei.

Voici ce qu’on peut lire sur Wikipédia  (‘Takengei’, Wikipédia, l’encyclopédie libre, 16 novembre 2014, 15:01 UTC, <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Takengei&oldid=109173362> [Page consultée le 6 janvier 2015]):

Takengei (竹ン芸?) est un festival (matsuri) d’automne traditionnel au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja (若宮稲荷神社) de la ville de Nagasaki (Préfecture de Nagasaki). Depuis 2003, il fait officiellement partie du Patrimoine national culturel immatériel1 et est représentatif du folklore de Nagasaki2.

Il se tient annuellement pendant deux jours, les 14 et 15 octobre. Deux perches de bambou de 10 m de haut environ sont dressées ces jours-là dans le sanctuaire. L’une est appelée le « bambou mâle » (男竹), l’autre le « bambou femelle » (女竹)1. Sous un accompagnement musical traditionnel de flûte, de tambour et de shamisen, deux personnes vêtues de blanc et portant un masque de renard montent au sommet des perches, y gesticulent et se déclarent mutuellement leur flamme. Ils réalisent également une petite performance acrobatique similaire à celle des pompiers au nouvel an lors de la fête Dezomeshiki. A la fin de la performance, du haut du bambou mâle, le renard lance aux alentours des petits mochis et il sort d’une poche de son vêtement un poulet qu’il lâche et fait voltiger jusqu’au sol. Finalement, les deux renards se laissent glisser le long de leurs bambous jusqu’au au sol de façon spectaculaire1.

D’après une théorie[Laquelle ?], ce serait une imitation d’une histoire liée à Rakan, le disciple de Bouddha. Lors d’un festival, un renard mâle s’amusait dans une forêt de bambous.

Le festival a lieu au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja depuis 1896, mais auparavant il se tenait dans un autre sanctuaire de la ville1.

Notes et références

  1. (ja) The Agency for Cultural Affairs, Cultural Heritage Online: 竹ン芸 たけんげい (sans date).
  2. (ja) Site officiel de la Préfecture de Nagasaki, 竹ン芸 (sans date).

Voici une petite vidéo de 8 minutes, qui montre bien de quoi il s’agit :

Pour voir tout le festival, en journée et en soirée, deux vidéos plus longues :

 

Les vidéos permettent de bien comprendre certaines descriptions et images du 19e siècle, notamment à propos de la spectaculaire glissade finale. On imagine sans mal qu’elle pouvait émouvoir les spectateurs et mener à des accidents.

Si le festival religieux a fidèlement conservé les techniques acrobatiques du bambou, j’insiste qu’il ne s’agit que d’une hypothèse, il est possible que l’on ait ici  une image fidèle d’un tour de cirque du milieu du 19e siècle tel que les premières troupes japonaises l’ont présenté au public occidental, avant qu’il ne soit adapté aux goûts et us de nouveaux spectateurs.

On ne manquera pas non plus de noter que Nagasaki, de par son histoire de seul port ouvert aux étrangers pendant le shogunat, a été le point de sortie du Japon de la première troupe arrivée à Paris en 1867, avant celle de Risley, troupe dont les membres étaient partis du Japon sans respecter la loi et sans demander de passeports.

Sur le plan de la mise en scène, je suis frappé par les images du festival nocturne et les effets spectaculaires que permettaient de rendre les vêtements blancs des acrobates. Je me demande si cela a ete exploité au cirque. Cependant, la simplicité de ce costume serait allée à l’encontre de l’exotisme qu’on attendait des acrobates japonais, notamment dans leurs tenues, souvent mentionnées dans les comptes-rendus de la presse française.

Pour finir cette entrée de blog, je voudrais revenir sur ma citation de l’article Wikipédia. Je suis professeur de français au Japon, et j’ai construit pour mes étudiants des exercices de FLE basés sur cette encyclopédie électronique gratuite, qui, a mes yeux, est un extraordinaire outil pédagogique, encore mal et insuffisamment exploité. Dans cet esprit, j’ai traduit et essayé d’améliorer l’article Wikipedia japonais, en lui ajoutant des informations trouvées sur le site du ministère japonais responsable du patrimoine culturel (mais je dois avouer que je ne maitrise pas toute la subtilité administrative des catégories de ce patrimoine). J’espère que d’autres contributeurs tenteront aussi de rendre cet article plus intéressant.

Parlant de Wikipédia, j’en profite pour mentionner l’article suivant:

SANDRI, Eva, « La sérendipité sur internet : égarement documentaire ou recherche créatrice? », Cygne noir, no 1, 2013. En ligne : <http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/la-serendipite-sur-internet> (consulté le 06/01/2015).

et remercier Violaine Briat, la talentueuse auteure du blog BD Vee’s Dumping Ground, grâce à qui j’ai découvert le festival de Takengei. Cette découverte est aussi liée à mon activité de professeur de français; je pense que les blogs BD français offrent eux aussi beaucoup de possibilités pédagogiques, et j’en lis quotidiennement pour mon plaisir, pour mon métier et pour mon éducation.

(Pour mes articles sur Wikipédia ou les blogs BD et le FLE, je me permets de vous suggérer de cliquer sur le lien à droite vers ma page academia.edu)

Mise à jour du 3 avril 2015:

Pour mieux comprendre le système de classement du patrimoine culturel immatériel japonais, je recommande l’article suivant:

B. E. Thornbury, The Cultural Properties Protection Law and Japan’s Folk Performing Arts, Asian Folklore Studies 53, 1994, p. 211-225

Mise à jour du 29 avril 2016

Quelques réflexions intéressantes sur la sérendipité et les historiens dans l’entrée de carnet de C. Muller, Raconter l’histoire à l’ère du numérique (1ère version), acquis-de-conscience (27/04/2016)