Article du jour: Going “Native” in an American Borderland

Je recommande chaudement la lecture de l’article suivant:

ShiPu Wang, Going “Native” in an American Borderland: Frank S. Matsura’s Photographic Miscegenation,  »Trans Asia Photography Review » Volume 5, Issue 1: Photography and Diaspora, Guest Edited by Anthony W. Lee, Fall 2014 (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0005.103)

ShiPu Wang y présente bien les extraordinaires autoportraits photographiques réalisés par Frank Matsura, un Japonais qui a émigré aux Etats-Unis au début du vingtième siècle et tenu un studio de photographie à Okanagan, au Nord-Ouest des Etats-Unis (et en partie au Canada), de 1907 à 1913. Parmi ces autoportraits, il se met en scène notamment en compagnie d’Amérindiens et d’Amérindiennes, parfois en empruntant leurs costumes.

Ces photographies sont remarquables par la bonne humeur et l’humour qui semblent y régner, dans, apparemment, une atmosphère de respect et d’amitié.

Bien sûr, Matsura semble avoir été un immigrant exceptionnel ; issu d’une famille privilégiée de Kyushu, éduqué à Tokyo, parfait bilingue semble-t-il, il a réussi, par ses talents de photographe, à être accepté et reconnu par plusieurs strates sociales de sa ville d’immigration. Toutefois, ces photos doivent nous alerter qu’il existait des contacts de culture respectueux, conscients et plaisants même dans un contexte difficile comme celui des lois de contrôle de l’immigration japonaise et des lois opposées aux mariages interraciaux. Okanogan, WA - Frank Matsura photo 02A Par Joe Mabel [Public domain], via Wikimedia Commons

Lien

Washington State University, Frank S. Matsura Image Collection (base de données indexée)

Le Farfale

Je ne suis pas très actif sur ce blog et je prie les lecteurs de m’en excuser.

Pour leur demander de me pardonner, je leur propose un beau film muet, qui illustre bien le genre de documents que ma recherche va examiner.

 

Le Farfale est une petite merveille, et on doit être reconnaissant à Arte de l’avoir mis en ligne, ainsi évidemment qu’à ses restaurateurs.

Pour reprendre les informations disponibles sur le site d’ARTE, le film date de 1907 ; il a été produit par la société italienne Cinès.

J’ignore s’il a été projeté et vu en France.

Il se déroule en trois actes :

  1. Une scène de jongleuses et prestidigitateur japonais. On admire la richesse des costumes, le soin dans les décors et la précision du détail (la décoration des ombrelles et le shamisen)
  2. Une fantaisie à la Méliès, qui tourne au tragique
  3. Une danse de Loïe Fuller ; des papillons viennent hanter le jongleur japonais qui avait coupé les ailes et fait mourir un de leurs congénères

 

Toutefois, le point de départ est celui du thème des papillons, et il rappelle un des actes de jongleurs japonais et de leurs imitateurs, celui de faire voler des papiers pliés en forme de papillons.
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Source: gallica.bnf.fr