Nouvelle ressource: la Bibliothèque Royale de Belgique

Pour moi qui ai passé de nombreuses heures à l’Albertine à étudier, rigoler avec mes amis et travailler, c’est avec un très grand plaisir que j’ai appris par la presse que les travaux de numérisation des collections ont bien avancé à la Bibliothèque Royale de Belgique.
Voici, par exemple, ce qu’on peut lire sur le site internet de la RTBF:

(…) 4 millions de pages ont été numérisées. (…) Aujourd’hui sont accessibles en ligne uniquement les journaux libres de droits. Des titres de 1831 jusqu’à 1918 comme De Nieuwe Standaard, L’Indépendance Belge ou encore L’Echo De La Presse. 350 000 pages sont déjà consultables aujourd’hui en ligne , 1,2 million d’ici la fin de l’année. Le reste du catalogue numérique, dont les titres sont toujours soumis à des droits d’auteur, est accessible dans les murs de la bibliothèque royale.

Ainsi, on trouvera aux liens suivants mention de la première visite d’acrobates japonais à Bruxelles en août 1867, au Théâtre des Boulevards.

Indépendance Belge (L’) 15-08-1867

http://uurl.kbr.be/1061320

Indépendance Belge (L’) 30-08-1867

http://uurl.kbr.be/1061334

Pour la comparaison: Mata Hari

J’emprunte la vidéo suivante au site internet de l’exposition Du Nô à Mata Hari. 2000 ans de théâtre en Asie au Musée national des arts asiatiques – Guimet (du 15 avril au 31 août 2015).

Mata Hari est un extraordinaire exemple d’imitation/adaptation européenne d’une pratique artistique asiatique, au succès et à la réputation bien connus.

Il est aussi remarquable qu’elle ait réussi à mêler (pseudo)érudition et sens du spectacle.
Son cas amène à réfléchir sur le rôle de l’érotisme dans le succès des acrobates japonais ainsi qu’à s’interroger sur son absence dans notre documentation (sous bénéfice d’inventaire) concernant les femmes membres des troupes japonaises de jongleurs et acrobates venues en Occident.

 

Magic in the Moonlight

Je profite de la sortie japonaise du film de Woody Allen, Magic in the Moonlight, pour en dire un petit mot ici.

L’action se passe en 1928. Le personnage principal est un Anglais (Stanley Crawford ) qui fait une carrière de magicien chinois sous le nom de Wei Ling Soo. Woody Allen s’est documenté et aurait construit son héros en se basant sur le magicien Chung Ling Soo (de son vrai nom William Ellsworth Robinson), ainsi que sur Houdini.

Chung Ling Soo

A côté des « magiciens chinois », il existait aussi des « magiciens japonais », et la question à laquelle je voudrais répondre dans mes recherches est évidemment celle de la sélection de la pseudo-origine de ces magiciens occidentaux: pourquoi se donnaient-ils une apparence chinoise, plutôt que japonaise ou indienne ? Comment se spécialisaient-ils au sein de l’orientalisme du music-hall et du cirque ?

Pour le plaisir, voici trois bandes-annonces du film, l’originale, la française et la japonaise:

Bibliographie

Wikipedia contributors, « Chung Ling Soo. » Wikipedia, The Free Encyclopedia. Wikipedia, The Free Encyclopedia, 20 Mar. 2015. Web. 9 Apr. 2015.

D. Walker, The Real (and More Interesting) World Behind Magic in the Moonlight, Religion Dispatches 16/9/2014