Looking for Toyosaku Saito’s woodcuts

According to Helen Merritt, Nanako Yamada, Guide to Modern Japanese Woodblock Prints: 1900-1975 (1995), p. 130, Toyosaku Saito (斎藤豊作) (1880 – 1951) made some woodcuts « including acrobats and juggler » at the beginning of Taisho era. I am interested in these images because this Japanese painter studied and worked in France, where he came back, married and  settled after 1919.

Unfortunately I have not been able to find and locate these woodcuts, and I would be very grateful for any help.

 

Quelqu’un a-t-il vu les gravures de Toyosaku Saito ?


D’après Helen Merritt, Nanako Yamada, Guide to Modern Japanese Woodblock Prints: 1900-1975 (1995), p. 130, Toyosaku Saito (斎藤豊作) (1880 – 1951), un artiste japonais qui s’est installé en France à partir de 1920, après un premier séjour d’études de 1906 à 1912, serait au début de l’ere Taisho (1912-1926) l’auteur de gravures montrant des acrobates et des jongleurs.

Je n’ai malheureusement pas réussi à trouver ces gravures et je serais très reconnaissant si quelqu’un avait plus d’informations. Merci d’avance.

Bibliographie non vue

Dimitri Salmon; Tei Hasegawa; Makoto Nakamura, 斎藤豊作とその家族を巡る人々について = Sur l’entourage de Toyosaku Saïto et de sa famille : 20世紀の日本人画家のフランス滞在に関する未発表の調查 (Saitama, 2004) (Saitama Kenritsu Kindai Bijutsukan Kenkyū Sōsho, 1)

 

Ressource du jour: le Fonds Gustave Soury

La ressource que je signale aujourd’hui est de taille impressionnante et très bien indexée, ce qui la rend d’autant plus précieuse. Je suis sans doute fainéant, mais je ne vois pas comment je pourrais mieux résumer et présenter ce fonds: je recopie donc la notice du site internet Patrimoine numérique:

Fonds Gustave Soury, 1880-1914

Gustave Soury (1880-1966), peintre animalier et affichiste passionné par le mode forain et le cirque, a rassemblé une documentation considérable qui a été léguée à sa mort au Mucem (anciennement Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP)). Cette collection est composée de 4617 photographies, 2331 cartes postales ainsi que plus de 600 affichettes-programmes des spectacles de la Foire entre 1880 et 1914. Les photographies et cartes postales ont été classées par lui en 31 albums thématiques très bien documentés : chaque image est dotée d’une légende, d’une date et d’une localisation.

État du projet
Fonds numérisé
Année de dépôt du projet
2008
Année de fin du projet
2008
Financement
Plan de numérisation du ministère de la culture (en : 2008)

Informations techniques

  • Nombre d’images : 10 000
  • Modalité de la numérisation : Directe
  • Types de documents numériques : Image fixe (TIFF)
  • Prestataire de numérisation : externe

Standards utilisés :

  • Méthode d’inventaire informatique de la DMF

  • Thésaurus François Garnier

  • XML

A titre d’exemple, voici une photo de Melle Rosina et sa notice:

photographie
Nom de la collection Album n°14 du fonds Soury
Légende Mlle Rosina, indou japonaise juggler à cheval et sur la boule
Auteur Anonyme
N° de la collection Sou.14
N° de la photo Sou.14.1.2
Technique Tirage 14 x 9,2 monochrome
Original ou contretype Original
Mots-clés Ecuyère, jongleur
Mode d’acquisition Legs de Gustave Soury
Date d’acquisition 1966
Informations historiques Historique du fonds
Commentaires Légende manuscrite à l’encre au recto de la photographie
Marques Au verso : legs G.Soury et ATP
Crédit photo © Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
Droits de diffusion Reproduction et représentation soumises à autorisation
Référence 00188344
Lieu de conservation Paris ; Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, (MuCEM)

Franco-Asian Connections and Intersections through Popular Culture

A toutes fins utiles, je recopie un extrait de la lettre électronique H-Japan:

Type:
Call for Papers
Date:
September 30, 2015
Location:
United States
Subject Fields:
Cultural History / Studies, Asian History / Studies

Asian pop music, comics, drama, film, graphic novels; these cultural products are increasingly present transnationally signaling new currents of popular culture and underscoring the interconnected nature of our globalizing world. Within the pan-Asian context, the concepts of “familiar difference” and of a collective Asian identity have catalyzed the fame of East/Southeast Asian singers and TV series (Iwabuchi, Recentering 15). In Western societies, the “culturally odorless” quality of mass-produced Japanese comics and animation film has facilitated their dissemination and reception (Iwabuchi, Recentering 27). Transnational media has therefore notably impacted both Asian and Western consumers. Yet modern technologies have siphoned Asian popular culture off to publics beyond the original targeted populations. Social and digital media in particular have facilitated access to these cultural products by minimizing potential economic and geographic divides. At the postcolonial Franco-Asian crossroads, where “Franco” encompasses the Hexagon yet also communities that self-identify as French-speaking, fans from non-Asian non-Western societies have been posting about and liking K-pop and Korean drama celebrities.

A(n) (re)examination of the origins and impact of popular culture will therefore unveil the unprecedented implications of soft (cultural) power. What forms of cross-cultural exoticism or familiarity have been attracting new viewership? How might these findings pertaining to media globalization push us to reassess the notion of cultural imperialism? And how could this new knowledge encourage (de)constructive dialogue and a self-(re)examination that calls for an inclusive de-centralized outlook on the implicated societies? This panel seeks to explore these significant yet minimally addressed questions in order to better understand the impetus behind and influence of the changing tides of cultural flows that are pervading the Franco-Asian world.

This panel welcomes papers that examine Franco-Asian connections and intersections through popular culture (e.g, pop music, TV series, film, comics, graphic novels). “Franco” can encompass the Hexagon and also comprise communities that self-identify as French-speaking. Possible themes can include but are not limited to: media globalization, cultural flows/imperialism, and soft (cultural) power.

Please submit abstracts via the NeMLA website: https://www.cfplist.com/nemla/Home/S/15639

Contact Info:

Assistant Professor of French

Saint Anselm College

Contact Email:

Artistes japonais dans le journal des Sœurs Vesque

Voici, sélectionnée et recopiée depuis l’index des noms d’artiste, la liste des noms japonais qui apparaissent dans le journal de Marthe et Juliette Vesque. Cette liste est provisoire et doit être considérée avec précaution. L’index de l’édition internet du Journal est très utile, mais il n’a pas été rigoureusement relu et édité. Par exemple, le nom Foujita est, en fait, celui du célèbre artiste venu rendre visite avec d’autres peintres au cirque Gleich. En outre, il semble rester certaines coquilles : Akebono et Akebons sont sans doute les mêmes personnes : il faudra relire tout cela.

Le cas de la troupe Wong nous a aussi montré qu’il faut être prudent avec l’onomastique des gens et troupes de cirque et ne pas être hâtif dans ses conclusions sur leur nationalité.

Quoi qu’il en soit, nous avons au moins 25 artistes ou troupes japonais mentionnés dans le journal de Marthe et Juliette Vesque, entre 1904 et 1947. Je vais aussi affiner cette fourchette chronologique. J’espère que la liste ci-dessous sera déjà utile en l’état.

1 A-YA-ME
1 AKEBENO
1 AKEBONS
1 AKIMOTOS
2 AMATO
1 ANDO
5 ANDOS

 

1 BOYAMA

C: /

D:/

E:/

1929: rencontre avec le peintre Foujita

(http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimage/vesques/PG/vx-10-42.htm)

(La peinture qui suit est sans doute en lien avec cette visite au cirque Gleich)

‘La dompteuse et le lion’ (‘The Tamer and the Lion’) by Léonard Foujita,1930 © Photo / Courtesy of Pushkin Museum of Arts

1 FU-LIO-SAN
2 FUJI

 

1 GEN Giro Ando
3 GIRO

 

1 HAMAMURAS

I:/

J:/

 

1 KIKUTAS
2 KOSIKI

 

L:/

M:/

N:/

1 OHAYA
2
OHOE
1 ON-WAH
1 OSAKA
1 OTSU

 

P:/

Q:/

R:/

1 SATO

 

1 TAKAHASHI
1 TOKAWA
1 TOKIO

 

U:/

V:/

W:/

 

1 YAMA
1 YAMADA
1 YAMAGATAS
2 YAMAMOTO
6 YAMASHITA
1 YETTO

 

Annexe : Quelques liens et références intéressants sur Marthe et Juliette Vesque :
  • Paul Bouissac, Un cas d’ethnographie sauvage : l’œuvre des sœurs Vesque, Ethnologie française nouvelle serie, T. 7, No. 2 (1977) , pp. 111-120 (Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40988406)
  • Alexandre SUMPF, Les sœurs Vesque et le cirque, in Réunion des musées nationaux, 1643-1945. L’Histoire par l’image (avec bibliographie)
Mise à jour du 24 juillet 2015

Les soeurs Vesque étaient dessinatrices de profession, d’abord à la Manufacture de Sèvres, puis comme dessinatrices scientifiques au Musée d’Histoire naturelle. Elles ont laissé des milliers de dessins (Bouissac écrit « plus de 10.000 pièces ») en rapport avec le cirque, minutieux et parfois remaniés et corrigés après discussion avec les artistes de cirque représentés. En voici deux exemples liés à des artistes japonais mentionnés dans le Journal:

Numéro de cirque : les Hamamura à l’Olympia (1915) Photo (C) RMN-Grand Palais (MuCEM) / Franck Raux

Numéro de cirque : Les Andos au Cirque d’Hiver (25/12/1923) Photo (C) RMN-Grand Palais (MuCEM) / Franck Raux

Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

Carte d’identité

Alors que je papillonne sur l’excellent site internet du Musée de l’Histoire de l’immigration, je decouvre avec plaisir le document suivant:

« Carte d’identité d’Ettore Rossi, acrobate italien. Emise par le service des étrangers en 1928, elle est valable un an © Coll. BHVP-Grob/Kharbine-Tapabor »

Je me demande si on a conservé de tels documents pour les acrobates et autres artistes de cirque et de music-hall japonais.