Glane bibliographique: L’altérité en spectacle

Source de l’image: http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100219140&fa=description

Je recopie l’information suivante depuis le site internet du Comptoir des Presses d’Université:

Titre: L’altérité en spectacle
Sous-titre: 1789-1918
Coordination éditoriale de Nathalie Coutelet, Isabelle Moindrot
ISSN 19532342
Éditeur: Presses universitaires de Rennes
Date de première publication du titre: 24 avril 2015
Avec Index
Support: Livre broché
ISBN-10 2-7535-3701-1
ISBN-13 978-2-7535-3701-9
Nombre de pages de contenu principal: 370
Situé au carrefour du réel et de l’imaginaire, l’Autre constitue l’une des créatures intermédiaires les plus attrayantes pour le spectacle. Qu’il provienne des terres lointaines, des marges, des zones obscures de l’imagination ou de l’intimité, il structure les mythes fondateurs des sociétés et traverse leurs systèmes de représentation. De la Révolution française à la Première Guerre mondiale, de nouveaux dispositifs de construction de l’altérité se mettent en place, qui tout à la fois isolent, réprouvent, célèbrent et dénient l’altérité. Voici l’Autre en spectacle – dans les foires, les cirques, le vaudeville, le drame, le ballet, l’opéra, les Expositions universelles, le cabaret, le cinéma. Mais qui est-il?? Qui le regarde?? À quelles projections de soi face à l’Autre le spectateur est-il convié et à travers quels jeux d’illusions?? L’ouvrage interroge le Sauvage et ses avatars, l’Étranger, l’Autre qui-nous-ressemble un peu, presque, tout à fait, et étudie les matériaux, transferts et médiations de ces figures d’altérité, dont beaucoup sont encore opératoires aujourd’hui.
La table des matières complète est disponible en PDF sur le site du Comptoir. Pour ce carnet, je retiens particulièrement :
  • Ariane MARTINEZ, Afficher l’autre. Jules Chéret ou la familiarisation de l’étranger, p. 287-302 (ou 301, j’extrapole depuis le début de l’article suivant)
  • Enrique SEKNADJE, Méliès et l’Autre. À propos des représentations du Noir et de l’Oriental, p. 311-320 (ou 319)

 

Mais quelle drôle d’idée !

(4 octobre 2015: attention aux nouvelles informations signalées en bas de cette entrée de carnet)

On me permettra de m’éloigner du sujet de ce blog, mais il me semble qu’un carnet de chercheur doit aussi servir à mieux faire connaitre ses conditions et son environnement de travail, et la nouvelle est d’importance.

Le 8 juin 2015, une directive (une notice ?) du Ministre japonais de l’Éducation nationale, Hakubun Shimomura, intitulée 国立大学法人等の組織及び業務全般の見直しについて(通知), « A Review of the Organization and Operation of the National University Corporations and Other Higher Educational Institutions » (non, je n’essaie pas de traduire en français), et envoyée aux universités nationales du Japon leur demandait de réorganiser complètement, voire de mettre fin à leurs départements de lettres, sciences humaines et sociales. Le ministre suggérait aussi de créer de nouveaux curricula « plus utiles à la société », en particulier utiles aux niveaux local et régional. Les raisons invoquées sont « la baisse de la population d’âge universitaire, la demande en ressources humaines et le contrôle de la qualité des institutions de recherche et d’enseignement et de la fonction des universités nationales ».

Des menaces voilées, notamment de coupes budgétaires, accompagnaient ces requêtes. D’après le Yomiuri Shimbun, 26 universités sur 60 auraient déclaré au journal ne plus accepter d’étudiants dans ces départements de sciences humaines à partir de l’année prochaine, ce qui mènerait à leur fermeture ; 6 universités (dont les prestigieuses et internationalement reconnues Université de Tokyo et Université de Kyôto) auraient affirmé ouvertement leur opposition à cette mesure.

Le Conseil des sciences du Japon a aussi critiqué cette idée; l’organisation patronale Keidanren s’est, elle aussi, clairement exprimée contre cette initiative ministérielle.

Je ne vais pas me lancer dans une exégèse de l’idéologie qui sous-tendrait cette conception de l’enseignement, mais je voudrais exprimer ma stupéfaction face à ces nouvelles et dire comme je suis surpris par la conception surannée de l’économie qui sous-tend la directive. Alors qu’on a besoin plus que jamais d’idées, de contenu et d’histoires pour alimenter internet, les jeux vidéo, le commerce en ligne et toute l’économie basée sur les mondes virtuels et l’électronique, il me semble complètement stupide de vouloir fermer les départements de Sciences Humaines et sociales. Cela ne veut pas dire que les universités japonaises n’ont pas besoin de réformes, loin de là, mais c’est une autre histoire.

Mise à jour du 18 septembre 2015

Dans un message publié sur la liste électronique SSJ, Earl Kinmonth a proposé l’explication suivante (merci à E.K. pour m’avoir autorisé à le citer):

[L’idée] d’abolition des départements de Lettres et de Sciences sociales semble venir en grande partie d’une volonté bureaucratique de faire monter les universités japonaises dans les classements internationaux [d’universités]. Selon les déclarations explicites de certains hauts fonctionnaires, les sciences, les recherches d’ingénieurs et de médecine produisent plus rapidement des résultats dans ces classements que les arts et les sciences humaines.

Liens utiles

(ajout du 25/9) Articles francais

La plupart des articles en français parus sur cette afffaire ne sont que des traductions paresseuses d’articles en anglais et ne valent donc pas plus que notre notice de carnet ici. Toutefois, je recommande chaudement l’excellent article d’A. Vaulerin, Le Japon va-t-il vraiment supprimer les sciences humaines à l’université ?, Libération 25/9/2015 (avec une interview de Noriyuki Nishiyama).

Ajout du 4 octobre 2015

Je n’ai pas le temps de vraiment discuter l’article de Jeff Kingston, « Japanese University Humanities and Social Sciences Programs Under Attack« , The Asia-Pacific Journal, Vol. 13, Issue 39, No. 1 (28/9/2015) ; il faut le lire pour les nombreuses informations qu’il contient; je ne peux partager son relatif optimisme (et il me semble que le fait que plusieurs de ses informants aient requis l’anonymat le contredise aussi). On peut en lire une version très condensée dans J. Kingston, Universities fending off attacks on the liberal arts, The Japan Times 3/10/2015.

Je recommande l’article de Kenn Nakata Steffensen, Japan and the social sciences: behind the headlines, Times Higher Education 30/9/2015: il montre bien que le projet de Shimomura ne concerne, en l’état actuel, qu’un très petit nombre de départements dans peu d’universités.

Commentaire personnel: A mes yeux, Shinzo Abe et ses partisans ont toujours montré beaucoup d’attention aux politiques éducatives, ont mené des actions systématiques et cohérentes qui ont eu des effets sur le long terme bien qu’elles aient commencé sur des petites échelles et aient été accompagnées à leurs débuts du même flou et des mêmes pseudo-défenses d’avoir été mal compris qu’aujourd’hui (je pense en particulier aux lois sur l’hymne national et le salut au drapeau dans les écoles; voir M.R. Mullins, Secularization, Deprivatization and the Reappearance of ‘Public Religion’ in Japanese Society, Journal of Religion in Japan 1 (2012), p. 61-82). Abe a toujours été sérieux et politiquement efficace dans ses réformes sur l’enseignement; je ne vois pas pourquoi il ferait tout à coup preuve aujourd’hui d’amateurisme et de courte-vue. Je ne serais guère surpris si la lettre de Shimomura n’était que le début de changements plus importants. (Je suis bien conscient que Shimomura s’est montré incompétent et amateur dans sa gestion de la préparation des JO de 2020 et que cela l’a poussé à la démission)

Ajout du 8 avril 2016

L’article « Shiga Univ. president blasts education ministry during entrance ceremony » du Mainichi (6 avril 2016) (滋賀大学長 文系軽視、教育後進国並み…文科省を批判 毎日新聞2016年4月5日; le titre japonais est bien plus fort que celui de la version anglaise) montre que les inquiétudes sont toujours vives auprès de certains professeurs japonais (Ryuichi Ida, le nouveau président de l’Université de Shiga, est un ancien professeur de la Faculté de Droit de l’Université de Kyoto).

Ajout du 6 juillet 2019

Kenn Nakata Steffensen, Bullshit Journalism and Japan: English-Language News Media, Japanese Higher Education Policy, and Frankfurt’s Theory of “Bullshit”, Mutual Images Journal 6 (2019) (https://doi.org/10.32926/10.32926/2018.6.nak.bulls) revient longuement et de façon très critique pour les media occidentaux sur cette affaire.