Japonais morts pour la France

On a vu lors d’un précédent billet que 126 Japonais avaient été internés en Allemagne durant la Première Guerre Mondiale, un cinquième d’entre eux étant artistes de cirque ou de spectacle. A l’occasion de la commémoration de la Bataille de Verdun, je voudrais présenter d’autres Japonais touchés par ce conflit. Mémoire des hommes est la « Base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale », disponible sur le site internet du Ministère de la défense. « Plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention « Mort pour la France » [y] figurent. ».

Une recherche « Pays de naissance: Japon » donne 10 résultats, dont 2 personnes avec des noms japonais (je me demande s’il y des fiches pour des Japonais nés hors du Japon):

  • Masatoshi Takeichi Takechi (le nom barré me semble préférable), caporal pilote au régiment de marche de la Légion étrangère, 3/3/1888 – 17/4/1917, mort des suites de blessures de guerre.
Takeichi Masatoshi: mort pour la France

Takeichi Masatoshi: mort pour la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Tadao Yamanaka, caporal au régiment de marche de la Légion étrangère, 22/6/1886 – 4/12/1917, mort des suites de blessures de guerre.
Tadao Yamanaka, mort pour la France

Tadao Yamanaka, mort pour la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous deux avaient été recrutés à Paris et sont morts dans un hôpital.

Identité ? Hybridité du japonisme (2 modestes réflexions à partir d’une interview de Gérard Noiriel)

Gérard Noiriel a donné une longue et intéressante interview au journal Le Monde : « Réhabiliter Chocolat, figure noire populaire » (20 janvier 2016) (Son interlocutrice était Esther Attias)

En voici deux extraits que je trouve particulièrement pertinents pour mes recherches sur les acrobates japonais en France:

(…)

Néanmoins, comme le rappelle Ta-Nehisi Coates dans « Une colère noire  » (…), la France s’est bâtie grâce à ses esclaves noirs…

Certes, mais ce fait historique ne suffit pas à créer une identité noire. Au XIXe siècle, en France métropolitaine, il y a une forte conscience de classe, mais il n’y a pas de communauté noire à proprement parler. Par exemple, on ne retrouve pas de solidarité ni de processus d’identification entre Chocolat, un prolétaire immigré, et les intellectuels noirs à Paris  : l’intellectuel haïtien Bénito Sylvain écrit dans La Fraternité, l’hebdomadaire qu’il a fondé, sans jamais citer Chocolat. Pour ces hommes de lettres, le cirque est soit trop aristocratique, soit trop populaire, et Sylvain n’apprécie pas que Chocolat puisse gagner sa vie en faisant rire les Blancs. Mais contrairement à ce qu’on voudrait croire, Chocolat n’est pas aliéné pour autant. A sa manière, il dessert l’étau des stéréotypes.

Mon commentaire: on observe le même phénomène avec les artistes de cirque japonais. Pour autant que je sache, leurs compatriotes en voyage ou en séjour d’études en France cherchaient avant tout à les éviter et à ne pas leur être associés. Dans le cas des Japonais de la fin du XIXe siècle, il faut aussi prendre en compte que les artistes de cirque jusque dans les années 1860 appartenaient aux « hinin », avaient un statut de parias, qu’ils n’ont officiellement perdu qu’à l’ère Meiji, sans que les stéréotypes ne s’arrêtent avec les changements légaux.

Pourquoi établir un lien entre les « minstrels  » américains et Chocolat  ?

Personne n’en parle dans l’historiographie française, mais je prétends qu’une partie de la culture populaire, notamment la musique et les chansons de ­cabarets, vient des minstrels. A l’époque, le mot « minstrel  » faisait partie des cinquante mots anglais les plus connus des Français. L’occultation dont Chocolat a fait les frais s’étend plus largement à l’apport de la culture afro-américaine. (…)

Mon commentaire: j’ai l’impression que les paroles de Gérard Noiriel pourraient s’appliquer au japonisme et son étude. On a tendance à le voir comme une relation binaire entre des Français, intellectuels ou artistes, et le Japon, alors que, bien souvent, il faudrait le considérer comme un phénomène triangulaire puisque les États-Unis et leurs marchands, artistes ou intellectuels servaient souvent de filtres ou d’interlocuteurs au japonisme français. Dans le cas des acrobates et artistes de cirque japonais de 1867, outre le fait qu’ils sont arrivés en France après avoir rencontré le public des Etats-Unis et s’y être adaptés, Schodt a bien montré dans son livre le rôle qu’avait joué l’impresario américain Risley dans la constitution de leur répertoire de tournée. Ce n’est pas un spectacle purement japonais que les Parisiens ont découvert aux marges de l’exposition universelle de 1867, même s’ils étaient convaincus d’assister à quelque chose d’inédit et de jamais vu.
(F.L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe: How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (2012))

Academia.edu: que faire ?

Je recommande la lecture de l’article de Frederic Clavert, « To #DeleteAcademiaEdu or Not To #DeleteAcademiaEdu?« , sur le carnet L’histoire contemporaine à l’ère numérique.

Avec ses commentaires et ses liens, c’est une bonne discussion des mérites et problèmes d’Academia.edu.

En ce qui me concerne, comme je travaille dans une petite université japonaise institutionnellement peu portée sur la recherche, Academia.edu est vraiment très utile en termes de visibilité et de veille scientifique.

Toutefois, après avoir lu l’article de Clavert, j’ai bien compris que cette plateforme n’est pas un dépôt open access et  j’ai voulu ouvrir un compte sur HAL-SHS; j’y suis parvenu facilement, mais j’ai perdu une heure à essayer d’y déposer un article. Je n’y suis pas arrivé parce que, je pense,  mon université n’est pas un des « Laboratoires » reconnus par ce site (malheureusement, ce critère n’apparait qu’en fin du processus de dépôt et n’est pas clairement expliqué). Affaire à suivre, donc.

Mise à jour du 24 février 2016:

Si la prise en mains de HAL n’est pas aussi facile que celle d’Academia.edu, ou plutôt aussi directe, je suis impressionné par la qualité de leur aide en ligne et de leur réactivité. Dès que je les ai contactés, j’ai reçu une réponse précise et utile à mes questions. Certes, il faut lire le mode d’emploi et il faut un certain temps pour déposer ses articles puisqu’un « comité »  examine et accepte ou non leur dépôt, tandis que sur Academia.edu, tout se fait immédiatement, mais je vois là une garantie de sérieux et un « contrôle de qualité ». Je vais donc garder un compte actif sur Academia.edu, qui est très pratique en termes de veille et de visibilité, mais je vais essayer de progressivement transférer mes articles sur HAL. Encore merci aux personnes, anonymes, qui m’ont aidé dans mes démarches sur cette plateforme.