Deux (trois) liens intéressants: excuses américaines et une carte chinoise bilingue japonais-anglais

Faute de temps pour écrire une note complète, je recommande la lecture des deux blogs suivants:

(…) La Cour suprême de Californie a rendu le 16 mars 2015 une décision vouée à rester dans les annales. La Cour décida d’admettre à titre posthume au Barreau de Californie Hong Yen Chang, (…)

[Elle] accède donc à la demande d’admission posthume formée par les descendants de Chang et par une association d’étudiants en droit d’origine asiatique. La décision de 1890, juge nouvellement la Cour suprême, a privé Chang du droit constitutionnel à l’« égale protection de la loi » (Equal Protection of the Laws). De nombreux autres impétrants d’origine asiatique au Barreau de Californie, concéda la Cour, furent empêchés comme Chang d’exercer pour des motifs tenant à la race et/ou à la nationalité. « Un chapitre sordide » de l’histoire et de l’Amérique, selon les mots de la Cour.

Je recommande aussi ce blog pour sa discussion de ce que les Américains d’origine asiatique doivent au mouvement des droits civiques.

Carte postale de Tianjin, années 1940

La carte postale a une légende bilingue, anglais et japonais:

  • (lu de droite à gauche) 村から町へ旅芸人 (mura kara machi he tabigeinin), « baladins itinérants venus de la campagne à la ville ». En fait, mon traitement de texte refuse de m’écrire le 2e kanji de « tabigeinin » sur la carte postale, qu’on n’utilise plus, et me donne son équivalent contemporain. (Merci N.K. pour son aide à lire ce mot)
  • Travelling performer

Il me semble intéressant que les éditeurs de cette carte aient pensé qu’elle pouvait trouver tout aussi bien des acheteurs japonais que des amateurs occidentaux, que le jongleur chinois et sa musicienne accompagnatrice soient exotiques selon plusieurs points de vue.

Note de lecture: caricature, acrobates japonais et singes

I.J. Miller, The Nature of the Beasts. Empire and Exhibition at the Tokyo Imperial Zoo (2013), p. 53-56, présente une analyse subtile d’une caricature de Bigot:

Georges Bigot, Monsieur et Madame vont dans le monde, illustration pour le magazine Tobae, 1887. (Source de la reproduction: http://www.artsetsocietes.org/f/f-index59.html)

La caricature, publiée au Japon, en partie pour un lectorat capable de lire les kanjis, est ambiguë puisqu’elle mêle racisme, darwinisme et critique sociale des efforts maladroits de certaines élites japonaises pour adopter des coutumes occidentales. Comme le montre Miller, cette critique n’est pas seulement le fait d’étrangers exprimant un sentiment raciste de supériorité, mais fait partie du débat national japonais.

Les acrobates japonais sont souvent comparés à des singes. Voici, par exemple, un extrait du journal La Nature 13 (1885) p. 248-250, donc non pas, insistons, une critique d’un spectacle mais un article se prétendant de vulgarisation scientifique:

Certains gymnastes présentent cette particularité de se servir de leurs pieds comme moyen de préhension dans les exercices qu ils exécutent. A ce point de vue ils se rapprochent des singes et arrivent à rivaliser avec ceux-ci comme agilité ou bien à les imiter d une façon saisissante. Les gymnastes japonais excellent surtout sous ce rapport et l’on se rappelle que l’un d’eux s’est exhibé à Paris il y a quelques années sous le nom d’ homme singe. Revêtu d’un costume approprié à son rôle il grimpait le long d’une perche, s’accrochait par les pieds à une corde, se balançait ainsi, sautait, gambadait, faisait des culbutes et exécutait en un mot une multitude d’exercices aussi bien si ce n’est mieux que n’eût pu faire un singe réel. Une troupe de Japonais qui s’est montrée en 1884 dans divers théâtres et cirques de Paris exécutait également des tours extraordinaires et les gymnastes qui la composaient se servaient aussi avec une grande habileté et une grande énergie de leurs pieds nus. Parmi les exercices exécutés par cette troupe, les plus remarquables étaient les suivants (fig 3):

Je pensais que cette comparaison n’était que physique et visuelle, mais je me demande maintenant si elle ne s’appuyait pas aussi, consciemment ou non, sur le thème général du Japon imitateur de l’Occident.

On n’en oubliera pas pour autant que les acrobates japonais seront eux-mêmes rapidement imités par des artistes de cirque occidentaux, en un retournement ironique des caricatures.

Quelques liens:

Nouveau livre sur l’histoire des relations franco-japonaises: Deux ans au Japon

Je renvoie aux Carnets du Centre Japon pour leur note de lecture.

Deux ans au Japon (1876-1878) ; journal et correspondance de Louis Kreitmann, officier de génie (Transcription de Pierre Kreitmann, revue et annotée par Kaoru Baba, Francine Hérail, Sekiko Matsuzaki Petitmengin, Elisabeth Weinberg de Touchet)

Collection : Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises, 631 p., 27 cm
Diffuseur : De Boccard

Une publication japonaise récente: ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕

小山 騰, ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕 (2015)

Table des matières:

Je signale la publication récente du livre de Noboru Koyama, ロンドン日本人村を作った男 〔謎の興行師タナカー・ブヒクロサン 1839-94〕, London Nihonjin mura o tsukutta otoko – nazo no kougyoushi Tanaka Buhikurosan 1839-1894 (Le mystérieux forain Buhikurosan Tanaka, l’homme qui a construit le Village japonais de Londres) (2015) (ISBN 978-4865780383).

Il s’agit d’une biographie de Tannaker Buhicrosan, dont le titre de gloire le plus connu est l’organisation d’un « Japanese Village » à Londres de 1885 à 1887. On pouvait naturellement y voir parfois des acrobates et des jongleurs.

Liens supplémentaires avec quelques illustrations: