Petite annonce, appel à contributions: Journal of Transnational Asian Studies

Je recopie une annonce parue sur le site et la liste électronique H-Japan:

CFP, Journal of Transnational Asian Studies (JTAS)

Dear friends and colleagues,

The Journal of Transnational Asian Studies (JTAS) editorial committee calls for submissions for its inaugural issue to be published in Fall 2016.

The Journal of Transnational Asian Studies (JTAS) envisions Asia in transnational time and space. Interdisciplinary, transhistorical, and transnational in approach, the JTAS publishes scholarship that challenges traditional understandings of Asia, moving beyond the confines of area studies and national-state focus, and capturing the emergent forms of Asia-related, Asia-inspired, and Asia-driven themes and sites of inquiry in the world today.

The Asian and the global are increasingly overlapping, to the extent that it renders the boundaries between Asian Studies and Asian American Studies artificial. Intensifying flows of people, goods, ideas, and culture within Asia and between Asia and the rest of the world attest to that. We do not hold a utopic view about national-state boundaries: they do exist, and disputes over and about them involve concerns over sovereignty and nationalism, often resulting in immense human and environmental disasters. At the same time, we now live in an age where human movements across national borders are happening in an unprecedented scale, delivering new conflict, new tragedy, and new anxieties, but also new knowledge, new forms of life, and new communities. The journal aims to address this complexity, working around and against and, yet at the same time, critically dealing with national boundaries, in order to capture transnational Asia and beyond precisely.

The JTAS stands on a multidisciplinary premise, encouraging scholars in broad humanistic and social scientific disciplines to submit their work of about 5,000 to 8,000 words. All main articles will be peer-reviewed. The inclusion of visual and audio-visual materials is particularly welcome.

Submission deadline: June 1, 2016

Inquiries and contact: jtas@rice.edu

Regards,

Amber Szymczyk
Web Publication Coordinator
Chao Center for Asian Studies
Rice University
amber.s@rice.educhaocenter.rice.edu

Actualité du « Péril jaune »: une Celte remplace un Tibétain et les Américains voient des espions chinois partout

Le thème du « péril jaune » n’est que tangentiel dans mes recherches sur les acrobates japonais en France, mais les hasards de mes lectures de navetteur ont voulu que deux articles de mon journal d’hier le concernent:

Le titre de l’article est un raccourci un peu choquant: en fait, Tilda Swinton jouera le rôle d’une Celte dans le film « Doctor Strange », adaptation d’une bande dessinée du même nom. Dans cette série de comics, il n’intervenait pas de Celte; les scénaristes de Marvel Studios ont changé la nationalité du personnage Ancient One, initialement tibétain. La principale raison de ce changement est commerciale, mais ses auteurs étaient également bien conscients des connotations racistes que la nationalité du personnage de BD portait:

Case extraite de Strange Tales #148 (Sept. 1966). Scenario de Denny O’Neil, dessin de Bill Everett. Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=50345759

“The Ancient One was a racist stereotype who comes from a region of the world that is in a very weird political place. He originates from Tibet, so if you acknowledge that Tibet is a place and that he’s Tibetan, you risk alienating one billion people.”

 

« The Ancient One était un stéréotype raciste, qui vient d’une région vraiment bizarre politiquement [maintenant]. Il vient du Tibet; donc si vous reconnaissez publiquement que le Tibet existe et qu’il est tibétain, vous prenez le risque de vous mettre à dos un milliard de personnes »

La décision de remplacer un personnage masculin par une femme est assez curieusement expliquée:

“there’s no real way to win this, so let’s use this as an opportunity to cast an amazing actress in a male role.”

« Quoi qu’on fasse, on sera critiqué: profitons en pour donner le rôle d’un homme à une actrice géniale »

  • M. Apuzzo, After Missteps, U.S. Tightens Rules for Espionage Cases, The New York Times 26 avril 2016, nous sort des curiosités du marketing hollywoodien et montre la face noire du « Yellow Peril », des hommes et femmes injustement accusés d’espionnage à cause de leurs origines chinoises. Leurs vies en ressortent brisées.

A la mémoire de Yoshio Yasumaru, 1934-2016

L’avis nécrologique qui suit est paru, en anglais, sur le site H-Japan et dans la liste électronique qui lui est liée. Comme je le trouvais très intéressant, j’ai demandé à ses auteurs la permission de le traduire en français. Ils me l’ont très rapidement et gentiment accordée (Merci à Sonja Dale et Nakano Satoshi). J’y ai ajouté quelques liens vers des publications françaises, qui, j’espère, apporteront des informations supplémentaires aux lecteurs intéressés. L’historiographie japonaise mérite d’être mieux connue en France. Comme je ne suis pas un spécialiste d’histoire japonaise, n’hésitez pas à apporter d’autres informations et signaler d’autres références.

In Memoriam Yoshio Yasumaru, 1934-2016

Yoshio Yasumaru, professeur émérite en histoire sociale à l’Université Hitotsubashi, est décédé à Tokyo le 4 avril 2016. Il avait 81 ans. Il était reconnu comme l’un des historiens japonais les plus importants et les plus originaux de l’après-guerre.

Tout au long de sa carrière, le Professeur Yasumaru a été à l’avant-garde des études historiques au Japon, depuis son Nihon no kindaika to minshu shiso (La modernisation du Japon et les idées populaires), un livre considéré dès sa publication en 1974 comme une étude pionnière de l’histoire intellectuelle du peuple au Japon, apprécié pour son interprétation profonde et nuancée des expressions religieuses populaires.

Né dans la Préfecture de Toyama en 1934, Yoshio Yasumaru entra au Département d’Histoire de l’Université de Kyoto en 1953. Après y avoir fini ses études, il travailla à l’Université Meiji de 1962 à 1970. Il fut alors nommé Professeur d’histoire sociale du Japon à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Hitotsubashi où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1998. En 1999, il reçut le statut de Professeur émérite. Il fut aussi professeur extraordinaire à l’Université Waseda de 1997 à 2005.

Chacun des neuf livres écrits par le Professeur Yasumaru a laissé sa marque tant auprès du grand public que de la communauté des savants, au Japon et dans le monde, et ils sont tous considérés comme des classiques. Par exemple, son Bunmeika no keiken: kindai tenkanki no Nihon (L’expérience de la civilisation : la transition du Japon vers la modernité), finalement publié en 2007, a pour sujet l’histoire intellectuelle des petites gens pendant les 100 ans de transformation radicale qui ont marqué la société japonaise du bakufu et de la restauration Meiji, une époque caractérisée par le processus de “bunmeika” (civilisation). Ce livre a eu un grand impact dans le monde académique, en particulier auprès des historiens et des spécialistes des religions. Bunmeika no keiken allait être discuté lors de nombreuses réunions scientifiques, souvent honorées de la présence du Professeur Yasumaru.

Comme en témoignent les six volumes de ses œuvres complètes, le Professeur Yasumaru était un savant prolifique, qui s’est occupé de nombreux sujets, de l’histoire des mentalités populaires, des mouvements populaires et de le religion du peuple pendant la transition vers le Japon moderne jusqu’à l’histoire intellectuelle de l’État et de la religion, en particulier le système impérial japonais et les idées d’aujourd’hui.

Un des ses plus grandes réalisations historiographiques fut d’avoir fait de l’histoire des idées populaires un nouveau champ d’études. Dans son livre, mondialement apprécié, une véritable rupture historiographique, son « Modernisation du Japon et pensée populaire », le Professeur Yasumaru a étudié l’ethos populaire qui servit de fondation à la modernisation du Japon, sous l’étiquette de « moralité populaire » (tsuzoku dotoku). Cet outil d’analyse lui permit d’étudier à la fois le potentiel et les limites des idées populaires au Japon pendant la transition du pays vers la modernité (ou, si l’on préfère, la civilisation). Un autre de ses travaux, Deguchi Nao, est reconnu comme un chef d’œuvre de biographie. Il y montre patiemment et minutieusement le processus par lequel la veuve d’un charpentier s’est faite, par ses idées, la porte-parole de la moralité populaire lors de sa fondation de la secte Omotokyo, une des nouvelles religions propres au Japon moderne.

Alors qu’il explorait les cheminements des idées et des idéaux populaires, le Professeur Yasumaru n’a pas délaissé la maniere dont les gens du peuple ont essayé d’influer sur la politique et le fonctionnement de l’État. On peut citer Nihon nationalism no zenya (A l’aube du nationalisme japonais), Kamigami no meiji ishin (La restauration Meiji des dieux) ou encore Kindai Tenno-zo no keisei  (L’image moderne du Tenno). Tous ces ouvrages décrivent la réalité des idées du peuple, des mouvements populaires et de la religion populaire, qui seront finalement absorbés par un puissant État-nation et le système autoritaire du Tenno, qui lui est corollaire. Cette approche s’est imposée dans l’étude de l’histoire japonaise.

Le Professeur Yasumaru a également utilisé les idées populaires pour construire une méthodologie utile à l’histoire intellectuelle. Son ouvrage Hoho to shite no shiso-shi (Histoire intellectuelle et méthode) est devenu un manuel standard en histoire des idées.

Outre ses propres livres, le Professeur Yasumaru a participé à la collecte et à l’édition de sources servant de base à la recherche historique. Il a été responsable de volumes comme Minshu-undo no shiso (Les idées au sein des mouvements populaires) et  comme Minshu-shukyo no shiso (Les idées dans la religion populaire), ainsi que des séries Nihon shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise),  Shukyo to kokka (La religion et l’Etat), Minshu-undo (Mouvements populaires) dans la collection Nihon kindai shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise moderne). Chacun de ces projets s’est trouvé enrichi par l’ample commentaire du Professeur Yasumaru, qui a permis de faire progresser plusieurs champs d’études et durablement marqué plusieurs générations de savants. Ses contributions aux collections Iwanami kozaNihon tsushi (Les conférences Iwabani sur l’histoire du Japon) et Tenno to oken wo kangaeru (Relations entre Tenno et royauté) ont aussi apporté la preuve de l’ampleur de sa vision et de sa capacité à diriger des comites éditoriaux où travaillaient les meilleurs représentants de l’histoire japonaise et de l’histoire mondiale.

Le caractère novateur de son approche de l’histoire était aussi apprécié lors de rencontres stimulantes avec les savants du monde entier, en particulier avec les historiens de la religion coréenne, qui ont été profondément marqués par ses recherches. En octobre 2013, Carol Gluck a invité le Professeur Yasumaru à l’Université Columbia pour une conférence bilan sur sa vie de recherches et de publications. Les historiens D. Harootunian et Takashi Fujitani en furent les animateurs. Ryuichi Narita se rappelle que la salle était pleine à craquer de savants confirmés et de jeunes chercheurs, tous attentifs au moindre mot du Professeur Yasumaru, même s’il était parfois difficile à suivre à cause d’une opération chirurgicale récente contre un cancer du poumon.

Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, après trois décennies d’enseignement à l’Université Hitotsubashi, nous ne pouvons trouver assez de mots pour exprimer notre reconnaissance pour l’inspiration et l’exemple qu’il nous a donnés en vue de futures solides recherches, au-delà de sa contribution au progrès scientifique et au développement de la Faculté de Sciences sociales. Nous, ses collègues et amis, sommes privilégiés de l’avoir eu pour mentor ; il nous a toujours traits avec son mélange caractéristique de tendresse et de sincérité, sur le campus ou chez lui à Kunitachi. Nous nous souviendra de lui comme d’un professeur brillant, d’un ami proche et d’une source constante d’inspiration pour tous.

Le soir du 29 février, alors qu’il marchait vers une boite aux lettres pour poster des réponses à des articles qui lui avaient été soumis, réponses pleines d’observations précises et de mots d’encouragement. Yoshio Yasumaru, âgé de 81 ans, fut renversé par une automobile et emmené en urgence à un hôpital du voisinage. Il reprit conscience et pouvait discuter avec ses visiteurs dans sa chambre, mais il contracta une pneumonie, qui se révéla fatale après ses années de lutte contre le cancer. Il mourut le matin du 4 avril 2016, sa tendre épouse Yayoi à ses côtés.

Nous, membres de l’Université Hitotsubashi, nous joignons à tous ceux qui pleurent la mort prématurée de Yoshio Yasumaru, au Japon et à l’étranger. Il va nous manquer, à nous et à tous ses étudiants, collègues et amis.

Une séance académique en sa mémoire se tiendra le 22 mai 2016 dans la salle Kanematsu de l’Université Hitotsubashi à 14 h 00.

Si vous souhaitez envoyer vos condoléances à la famille Yasumaru, envoyez vos messages à l’adresse memorial.yasumaru.yoshio@gmail.com.

21 Avril 2016

Hitotsubashi University Graduate School of Social Sciences

http://www.soc.hit-u.ac.jp/en/info/index.cgi?id=421

Pour en savoir plus en français:

  • Yoshimi Shun’ya, Lozerand Emmanuel. Les rituels politiques du Japon moderne. Tournées impériales et stratégies du regard dans le Japon de Meiji. In: Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995. pp. 341-371. DOI : 10.3406/ahess.1995.279369 ; www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279369
  • Guillaume Carré, « Katsumata Shizuo, Ikki, coalitions, ligues et révoltes dans le Japon d’autrefois», Cipango [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 26 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1723 (montre les relations entre Katsumata et ses prédécesseurs, dont Yasumaru)
  • Tristan Brunet, « Le débat sur l’Histoire de Shōwa et le Japon de 1955 », Cipango [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 25 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1081 ; DOI : 10.4000/cipango.1081
  • n. 106 : « Ce fut notamment le cas de la mouvance historique dite Minshū shisōshi 民 衆思想史, ou « histoire de la pensée populaire », dont les principaux représentants furent Irokawa Daikichi 色川大吉 (1925-), Yasumaru Yoshio 安丸良夫 (1934-), Kano Masanao 鹿野正直 (1931-) et Hirota Masaki ひろたまさき (1934-). Comme le souligne Nagahara Keiji dans son ouvrage de 2003, ces auteurs ont cherché à repenser l’histoire du Japon en s’affranchissant des a priori de l’appareil méthodologique de l’histoire scientifique héritée des États-nations occidentaux avec leur historicité propre, afin de recoller, au plus près, et avec la plus grande fidélité possible, à l’expérience historique des Japonais aux différentes époques considérées. Nagahara Keiji, Nijūseiki nihon no rekishigaku, cit., p. 209-214.”

Sur la lutte contre le révisionnisme historique de Yasumaru, voir par exemple, Nanta Arnaud. L’actualité du révisionnisme historique au Japon (avril-août 2001). In: Ebisu, n°27, 2001. pp. 129-138. DOI : 10.3406/ebisu.2001.1129; www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_2001_num_27_1_1129

Ressource du jour: L’histoire par l’image

Le site « L’histoire par l’image » a été complètement mis à jour; à ce sujet, on trouvera toutes les informations nécessaires sur le carnet « Histoire musées expositions »: Le site public « L’Histoire par l’image » rénové, Paul Klee à Paris (16 avril 2016).

Le site offre notamment d’excellents dossiers sur le cirque, par exemple:

  • Alexandre SUMPF, « Le cirque à Paris », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 22 Avril 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/cirque-paris
  • Alexandre SUMPF, « Les frères Amar », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 22 Avril 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/freres-amar

Je recommande aussi le dossier suivant:

  • Christophe CORBIER, « Les débuts du japonisme en France », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 22 Avril 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/debuts-japonisme-france

Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the « Yellow Peril, » and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé « zoo humain », des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Petite annonce: appel à contributions au sujet de la diaspora japonaise

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan, en me demandant combien d’enfants d’acrobates ou d’autres artistes de cirque japonais entreraient dans la catégorie des « Nikkei ».

CfP: Special issue on Japanese diaspora

« Contemporary Japan is currently preparing a special issue (29/2) on the topic of “Cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora”.

Guest editor: Wolfram Manzenreiter, University of Vienna

Living in one space and dreaming of another is at the heart of the diaspora, its essence and fragility alike. Contrary to the nation-state, in the diaspora identity predates space, while the re-creation of space is essential for the production and reproduction of diasporic identity. A rich amount of scholarship has demonstrated how diasporic communities do not attach their sense of belonging to a territory and realm of state power, but rather to the shared myths and imaginations of places of origin, wandering and other reference points from the past. How diasporic identities emerge and how they are maintained across national boundaries and against pressures of assimilation has been thoroughly discussed by social scientists overthe past twenty years. As more and more disciplines acknowledged the heuristic value of the diaspora concept as a key metaphor for late-modern identity politics in a complex and complicated world void of certainties, but rich of possibilities, diaspora became ‘a global word that fits a global world’ (Dufoix 2008).

This special issue on cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora looks at the various ways in which ideas,objects and habituations are mobilized to negotiate the identity of overseas communities of Japanese ancestry that are frequently labelled as Nikkei. The journal editor invites empirical and theoretical papers that explore strategies and techniques of cultural representation applied by Nikkei communities to present and represent coherent ideas of who they are and how they want to be seen by others. What are the messages that cultural representations convey to members of overseas settlements, among Nikkei communities, and towards host societies and the homeland, imagined or real? How do Nikkei communities draft and mobilize ethnicity and citizenship claims as strategic resources to secure their members` individual and collective life chances and political rights? How do they write their own history? How are traditions crafted and recreated away and apart from their original functions and meaning? And more specific in the context of today’s Japanese diasporas, how are their representational strategies impacted by patterns of return migration, circular migration and transmigration?

We invite papers focusing on but not limited to the following topics:

•       language and education
•       cultural heritage
•       chronicles, historical accounts and museum displays
•       monuments, paintings and visual arts
•       dance, theatre and performative arts
•       sports and physical culture
•       festivities and ritual practice
•       food culture

Contributions should not exceed 8000 words, including references and appendices. For details see submission guidelines at www.contemporary-japan.org. For inquiries and submission please contact Wolfram Manzenreiter (wolfram.manzenreiter@univie.ac.at).

Submission deadline: 31 October 2016; Publication: Spring 2017″

Des nouvelles de Gallica: Laurence Engel nommée à la présidence de la BnF

On ne peut que se réjouir qu’une femme, âgée de moins de cinquante ans, ait été nommée à la tête de la Bibliothèque nationale de France (pour un mandat de cinq ans).

D’après le communiqué de presse du Ministère de la Culture et de la Communication (6 avril 2016),

« [Laurence Engel] définira les grandes lignes d’une stratégie numérique audacieuse, poursuivant le déploiement de la Bibliothèque numérique Gallica, portée par Bruno Racine ces dernières années et [sic] qui lui vaut aujourd’hui le statut de première bibliothèque numérique francophone dans le monde.”

Liens supplémentaires

 

Petite annonce: Résidence de recherche « Villa Vassilieff » | Appel à candidatures 2016

Une lectrice ou un lecteur de ce carnet trouvera peut-être intéressante l’annonce suivante:

Dans  le cadre de leur collaboration, la Villa Vassilieff et le Collège d’études mondiales/FMSH lancent un appel à candidature pour un  séjour de recherche de 6 semaines adressés aux chercheurs en Sciences Humaines et Sociales résidant hors de France.

Le chercheur travaillera d’une part en lien avec la Chaire Global  South(s) dirigée par Françoise Vergès et de l’autre avec l’équipe de la Villa Vassilieff.

Les projets de recherche présentés devront s’inscrire dans le cadre de la politique scientifique générale du Collège d’études mondiales et tout particulièrement avec au moins l’une des thématiques suivantes développées au sein de la chaire Global South(s) :

  • Etudier la circulation des idées et des modalités de production artistiques et culturelles entre l’Europe et le monde.
  • Etudier dans une perspective critique les différentes modalités de représentation de l’«autre».

Le  chercheur s’engagera a participer aux activités organisées par la chaire Global South(s) et par la Villa Vassilieff en relation avec sa recherche.

Disciplines concernées : philosophie, sciences politiques, sociologie, anthropologie, histoire globale, histoire de l’art.

Plus d’informations sur le site internet de la FMSH.

 

Des nouvelles de Gallica: Retronews.fr

Grâce à un article de Pierre Haski (Retronews.fr, trois siècles d’archives de presse en ligne, Rue89 30 mars 2016), j’apprends que la BNF a lancé un nouveau site Retronews.fr. « moteur de recherche thématique et sémantique » des collections de journaux  numérisées.

« Le nouveau site, baptisé retronews.fr, lancé ce mercredi, se veut l’« INA de la presse écrite », un instrument de voyage dans le temps, avec, en plus, une dimension « sociale » avec la possibilité de créer des « communautés » d’intérêt autour de sujets particuliers (la Commune de Paris, l’aviation, etc…). Il est d’accès gratuit (il faut juste s’inscrire), avec des fonctionnalités payantes pour des services poussés. »

Je m’y suis inscrit (cela donnera aussi accès à une newsletter électronique). Pour l’instant, je ne sais pas encore très bien quels sont les changements par rapport avec Gallica, à part l’abandon de son anonymat pour l’utilisateur. La page Qui sommes-nous ? est instructive, mais elle ne dit rien sur ce sujet.

En termes de présentation, retronews est plus accrocheur et plus accueillant que Gallica.

A titre d’exemple, une « recherche avancée » avec l’expression « acrobate japonais » donne 115 résultats. Une colonne à gauche permet de « Filtrer sa recherche » de différentes façons. Elle m’apprend par exemple que les résultats se divisent chronologiquement ainsi:

1850-1899 (23)

1900-1949 (92)

Si je veux plus affiner ma recherche, je dois passer par les « Services Premium » qui sont payants.

Je suis curieux de voir comment ce site va se développer et les ressources qu’il va offrir sur le long terme.

Liens

Mise à jour du 17 avril

Je recommande l’excellente analyse critique de Calimaq, RetroNews ou la logique du Premium (mal) appliquée au domaine public, S.I. Lex 3 avril 2016