Liens de la semaine (29 mai)

Bonjour, toutes mes excuses pour ne rien présenter d’autre qu’une liste de liens. Je suis très occupé par mes cours en ce moment.

Ressources

(Je n’ai pas trouvé d’acrobate ou de jongleur japonais, mais l’indexation de la collection n’est pas parfaite. A titre d’exemple, et pour la comparaison, voici un document chinois)

Acrobates et jongleurs chinois; Auteur : PETHELLAZ; vers 1891; Copyright : musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône

Acrobates et jongleurs chinois; Auteur : PETHELLAZ; vers 1891; Copyright : musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône

Vie académique
Vidéo

Liens de la semaine

Artistes de cirque, de music-hall, etc.
Ressources en ligne
Annonces de parution

Carnet du jour: La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914)

Si vous ne l’avez pas encore lu, je recommande le résumé de la thèse de Sylvain Nicolle, La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914), Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Claude Yon, 2 vol, Université de Paris-Saclay, 2015, sur le Carnet « CL 19 » .

Note de lecture : deux comptes-rendus intéressants dans la Trans-Asia Photography Review 6.2 (2016)

(Je ne mentionne ici que les parties de ces c.-r. en rapport avec le sujet de mon carnet)

 

  1. Eleanor M. Hight, c.r. de Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leyde et al., 2016) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.210)

Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leiden and Boston: Brill, 2016)

On apprend ici que le gouvernement japonais a financé des voyages de photographes à travers le pays afin de le présenter à l’Exposition internationale de Vienne en 1873. Stillfried fut envoyé à Hokkaido et y prit de nombreuses photographies des Aïnous en mêlant la volonté officielle de présenter les efforts de modernisation du gouvernement et la vision occidentale qui voyait dans les Aïnous des représentants des bons sauvages de Rousseau. La négociation entre les souhaits de son premier commanditaire officiel japonais et le recyclage commercial à des fins d’enrichissement privé aurait durablement marqué l’image et les études ethnologiques des Aïnous.

Outre par l’exposition de ses photographies, à la fois dans les pavillons japonais et autrichien, Stillfried participa à l’Exposition internationale en y montant une « Maison du thé », qui présentait des Japonais en action. Cette « Maison du thé », par décision des organisateurs autrichiens, faisait partie de la section Divertissements de l’exposition, pas de la section officielle. On s’y livrait peut-être à la prostitution féminine, et Stillfried a très probablement maltraité et sous-payé les employés qu’il avait faits venir du Japon.

La présentation en marge de l’Exposition et les mauvais traitements se rapprochent très fort de l’expérience des acrobates japonais venus avec Risley en Europe et aux Etats-Unis, mais je suis de nouveau surpris comme, pour l’instant, dans mes recherches, je n’ai trouvé nulle mention de prostitution ou, plus généralement de sexe, en ce qui concerne les accompagnatrices, musiciennes et compagnes, des acrobates et jongleurs, de la troupe de 1867 et de ses suivantes immédiates (jusqu’à présent, je n’ai pas non plus découvert de mention de prostitution masculine). Schodt, dans sa monographie, a pourtant montré que le manager de la troupe était un client assidu des bordels des villes européennes et américaines traversées, et que la carrière de Risley a sévèrement souffert d’une accusation de détournement de mineure en Angleterre. Notre bibliographie n’est donc pas pudibonde.

  1. A. Hockley, c.r. de David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.209)

David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press)

En Europe et aux États-Unis, les études anthropologiques du Japon se sont pendant longtemps appuyées sur des photos commerciales réalisées pour être vendues aux touristes étrangers. Odo étudie le processus de la transformation d’un document touristique en document scientifique, notamment par l’acquisition et l’archivage de ces photographies par des musées.

Il montre que ces photos étaient construites notamment pour « sauver visuellement » le Japon traditionnel, que les touristes considéraient comme menacé de destruction par la modernisation du pays. A la lecture du compte-rendu, l’étude d’Odo semble importante pour la critique historique des photographies du Japon de l’époque Meiji arrivées dans les collections des musées occidentaux.

 

Voila donc deux compte-rendus intéressants et clairs, sans être complaisants. Aux lecteurs et lectrices de découvrir maintenant ces deux publications par elles-mêmes.

PS : il n’y aucun rapport avec nos recherches, mais je recommande, dans ce même numéro de la revue, l’article de P.D. Barclay, Corporal Punishment in Early-Twentieth-Century Japanese Visual Culture (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.204), pour ses analyses nuancées, mêlant histoire, ethnologie et politique.

PS2: (ajout du 14 septembre 2016) un autre compte-rendu enthousiaste du livre de Gartlan, par J. Butler, in Asian Review of Books 7/8/2016.

PS3: (ajout du 14 janvier 2017) Luke Gartlan a recu le « 2nd Professor Josef Kreiner Hosei University Award for International Japanese Studies » pour son livre.

Ressource du jour: Paris Musées

Les Musées de la Ville de Paris viennent d’ouvrir un site internet très riche. D’après la page d’introduction, 185.425 œuvres ont été mises en ligne.

En ce qui concerne les droits d’auteur, voici ce qu’on peut lire sur leur site internet:

Crédits

L’ensemble des matériels édités sur le site parismuseescollections.paris.fr, incluant notamment les textes, les photographies, les infographies, les icônes sont la propriété exclusive de l’établissement public Paris Musées, de la Ville de Paris ou des parties dont il a été obtenu le droit d’utilisation. En conséquence, toute représentation ou reproduction, pour un usage autre que personnel, qui pourrait en être faite sans le consentement de leurs auteurs ou de leurs ayants-droit, est illicite.

Je n’ai pas la formation juridique nécessaire pour discuter de ces affirmations, mais elles m’étonnent, surtout quand je pense aux pratiques d’autres sites comme Gallica. En outre, le site des Musées de Paris offre un onglet « Partager ce contenu » qui permet d’utiliser les services de Facebook, Twitter, Tumblr ou « par email », et je me demande comment les restrictions mentionnées ci-dessus sont compatibles avec la politique d’accaparement de Facebook, par exemple. (6/5/2016: voir ci-dessous pour d’autres réactions)

L’indexation, et donc la recherche, est très variable pour ce que j’ai pu en voir. Une recherche « acrobate », « jongleur » ou « cirque japonais » ne mènera pas à des documents importants comme celui-ci:

Folies-Bergère, Troupe Japonaise de Yedo

Par contre, une recherche « Japonaise » permet d’y accéder, tout comme à ce document-ci, grâce à l’extraordinaire travail d’indexation effectué par des générations d’archivistes ou conservateurs avant la numérisation des œuvres:

Journée cinématographique des poilus (21/12/1915)

Voici la « description iconographique » qu’on peut lire sur la page internet de la reproduction de cette photographie : (en grasses, l’information qui m’intéresse)

Affiche de la journée cinématographique du Poilu, Paris, 21 décembre 1915. Première Guerre mondiale, 1914-1918, Grande Guerre. L’affiche indique : « JOURNEE / CINEMATOGRAPHIQUE / DU / POILU / GRANDE / MATINEE DE GALA / ORGANISEE PAR LA CHAMBRE / SYNDICALE DE LA CINEMATOGRAPHIE / ET LE SYNDICAT DES DIRECTEURS DE CINEMAS / AU BENEFICE DE LA / JOURNEE / DU POILU / Le Mardi 21 Décembre 1915 / A 2heures / AU GAUMONT-PALACE / (HIPPODROME PLACE CLICHY) / OUVERTURE DES PORTES A 1H1/2 / PROGRAMME CINEMATOGRAPHIQUE SPECIAL / ENTIEREMENT INEDIT / ORCHESTRE DU GAUMONT-PALACE / MUSIQUE DE LA GARDE REPUBLICAINE ». D’autres affiches sont collées : « Marcelle RAYNE / […] EZAIS M. STACQUET / […]EUX / […]HANN / […] / JACQUES FAURE / […] / […]CENTY René ROCHEMAY / […] / […] chantée par Melle Marcelle RENAY / Les Couleurs revenues / […] le soir du 11…. / […] / Décembre, Matinée à 2h » et  » SAMEDI 4, DIMANCHE 5 (Matinée et Soirée), LUNDI 6 Décembre / 4 REPRESENTATIONS DE GRAND GALA / […] / LE CHANTEUR POPULAIRE / Le Roi de la Chanson Française / […] FABRISS / L’ETOILE DU CONCERT-MATOL / MABOUL Ier / ATTRACTION / LEGAEL PAUL DUC / […]es ANDO GINGIRO / TROUPE JAPONAISE / […] REYLA M A DARLEY […] LEREY / MOLER et THEODORE / ATTRACTION COMIQUE / […] / LUNDI SOIREE à Prix Réduits ».

Quelle précision ! On ne peut qu’admirer le caractère exhaustif de cette fiche. Elle montre bien que les mérites de la numérisation ne s’arrêtent pas à l’œuvre elle-même, mais qu’il est important, pour la recherche, de mettre en ligne le travail de description, l’appareil critique qui l’accompagne.

Le site des Musées de Paris va donc, à mon avis, se montrer un instrument de travail très important, tant pour la quantité de ses documents que pour la précision de certaines de ses fiches, témoins du travail archivistique mené pendant de nombreuses années, un trésor pour les historiens et autres chercheurs, construit, patiemment, avant la naissance d’internet.

Mise à jour du 6 mai

Pour en savoir plus:

A propos des mentions légales, la réaction de Calimaq:

Mise à jour du 9 mai

Je conseille la lecture de l’article de D. Rykner, Les médiocres bases de données des musées de la Ville de Paris, La tribune de l’art 8 mai 2016.

Mise à jour du 14 mai

On peut lire une présentation plus optimiste et positive par F. Navamuel, Paris Musées. Toutes les œuvres et collections des musées de la ville de Paris, Les outils TICE 12 mai 2016