Les équilibristes étaient les premiers

Dans le texte de présentation du colloque et de l’exposition sur l’histoire des relations italo-japonaises que j’ai mentionnés ci-dessous, on peut lire:

È stato organizzato insieme alla mostra “La missione Iwakura alla scoperta dell’Italia”, già a Tokyo nel mese di luglio e ora a Kyoto per tutto ottobre, ponendo la visita in Italia dei membri di quella missione nel 1873 come punto di partenza della “scoperta” nel nostro paese.

« [Le colloque] a été organisé parallèlement à l’exposition « La mission Iwakura à la découverte de l’Italie », qui était visible à Tokyo depuis la mi-juillet et est maintenant à Kyoto pour tout le mois d’octobre:  nous plaçons la visite en Italie en 1873 des membres de cette mission comme point de départ de la « découverte » de notre pays ».

On trouve aussi l’affirmation suivante:

Uno dei punti di partenza nella storia di questi rapporti va senz’altro individuato nella visita della Missione Iwakura.

« On doit certainement reconnaître un des points de départ de l’histoire des rapports [entre l’Italie et le Japon] dans la visite de la Mission Iwakura ».

Je voudrais défendre ici l’idée, à la suite, entre autres, des travaux de Schott et Mihara, que les tournées des acrobates et autres artistes de cirque japonais sont un autre point de départ des relations entre le Japon et les pays d’Europe. Certes, elles n’ont pas fait l’objet de rapports et de réflexions au Japon sur la civilisation occidentale comme la Mission Iwakura, mais, sur le strict plan chronologique, elles sont antérieures et on ne peut négliger l’impact qu’elles ont eu sur l’image des Japonais en Europe.

Voici, par exemple, un article du Figaro du 29 mai 1868, p. 3:

La Liberté raconte qu’il y a depuis un mois,
à Rome, une troupe d’équilibristes japonais.
ceux que nous avons vus à Paris, sans doute,
qui opèrent au Théâtre-Argentina.
Il y a trois jours, un de ces aimables jon-
gleurs, pris d’une passion furieuse pour la fille
de son aubergiste, ragazza de onze à douze
ans, attira celle-ci dans un piège et la menaça
de l’assassiner si elle lui résistait. Bon Japo-
nais il avait vu jouer Antony pendant son sé-
jour à Paris.

Par bonheur pour elle, l’enfant ne se laissa
pas intimider et cria au secours à tue-tête. L’é-
quilibriste voulut la réduire au silence en
l’assommant, mais des voisins ayant entendu
les pleurs et les hurlements de la victime, ar-
rivèrent, empoignèrent notre Asiatique, et
le conduisirent tout d’un trait à la préfec-
ture.

Depuis ce moment, la troupe japonaise a
dû faire relâche ce qui ne paraît pas enchan-
ter son impresario, car hier au soir celui-ci
s’est présenté cher Mgr Randi, directeur géné-
ral de la police, et lui a réclamé son artiste.
« Quel artiste? Le Japonais que vous m’avez
emprisonné. Il est accusé d’un crime quali-
fié, je ne puis vous le rendre. II m’appar-
tient cependant, je l’ai acheté à Yedo. Vous
irez le reprendre dans une vingtaine d’années
au bagne de Civita-Vecchia ou en enfer, s’il
est mort; mais maintenant il appartient à la
justice. »

L’impresario ne parut satisfait qu’à demi de
ces raisons néanmoins, comme Mgr Randi ne
voulait pas lui en donner d’autres, il fallut
bien qu’il s’en contentât.

Cet événement ayant porté un coup terrible
à l’ensemble et au crédit de la troupe japo-
naise, cette troupe partira ces jours ci pour des
bords plus heureux.

Jules Prével.

Colloque et exposition à Kyoto: les relations italo-japonaises (c. 1850-1940)

Exposition à Kyoto: La Missione Iwakura alla scoperta dell'Italia

Exposition à Kyoto: La Missione Iwakura alla scoperta dell’Italia

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan:

Dear Colleagues,

A symposium and exhibition on Japanese–Italian relations from the mid 19th century to the beginning of WWII will soon be held at the Kyoto University of Foreign Studies. The symposium will be in Japanese, with one paper in English.

Please refer to the following links in Japanese. I am pasting a blurb in Italian and Japanese below. If you need further information, please contact the Italian School of East Asian Studies (ISEAS) at iseas@iseas-kyoto.org or 075-751-8132.

Best,

Roberta Strippoli

(Binghamton University SUNY)

 

Symposium (October 1, 11–17:30) and Exhibition (October 1–30) on the 1873 Iwakura Mission to Italy

http://www.kufs.ac.jp/news/detail.html?id=TK6bBsvY

http://www.kufs.ac.jp/cms_image/file/editor-umc/file_1474514192.pdf

http://www.kufs.ac.jp/news/detail.html?id=OvsyT6vd

Kyoto University of Foreign Studies
Italian School of East Asian Studies, ISEAS

1/10/2016
11:00-17:30
Kyoto University of Foreign Studies
Bldg. 1, stanza 171

Con la collaborazione di
Tokyo Club
Istituto Italiano di Cultura, Osaka

Patrocinio
Ambasciata d’Italia in Giappone
Istituto Italiano di Cultura

Programma

Conferenza inaugurale
HIRAKAWA Sukehiro (Professore emerito, The University of Tokyo): “Il fascino dell’Italia: cento anni di percezioni e immagini”

SUZUKI Eiju (Kyoto Pharmaceutical University): “Il turismo italiano dei politici giapponesi alla fine degli anni ’80 dell’800”

HIRAISHI Noriko (University of Tsukuba): “La letteratura italiana nel Giappone Meiji: i modi di diffusione e i suoi lettori”

SUENAGA Kō (Critico d’arte): “I viaggi in Italia degli intellettuali giapponesi nella prima metà del 900”

WADA Hirofumi (Toyo University): “La poetessa giapponese Fukao Sumako (1888-1974): uno sguardo sull’Italia alla vigilia della seconda guerra mondiale”

Reto HOFMANN (Monash University, Australia) : “Shimoi Harukichi and the Cultural Politics of Fascism”

Tavola rotonda

Partecipazione libera fino a esaurimento posti
Lingue: giapponese (e inglese limitatamente a una comunicazione)

Per maggiori dettagli: http://www.kufs.ac.jp/news/detail.html?id=OvsyT6vd
Mappa: http://www.kufs.ac.jp/access/index.html

Liens de la semaine (16/9/2016)

Désolé, le semestre d’automne a commencé et je n’ai que le temps de vous proposer des liens.

Débats
Poissons

H. Hosokawa, Centuries-old Japanese fish specimens found in Berlin archive, Asahi Shimbun 13/9/2016 (original japonais: 江戸時代の日本魚、独で確認 日本を冠した学名に 17/8/2016)

Pour la comparaison
  • Adèle Moméjà, c.r. de « Todeschini Giacomo, Au pays des sans-noms. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne (1ère édition 2007), Lagrasse, Verdier, traduit de l’italien par Nathalie Gailius, 2015, 400p.  », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://teth.revues.org/737
  • Edward A. McCord. Review of Weirather, Larry, Fred Barton and the Warlords’ Horses of China: How an American Cowboy Brought the Old West to the Far East. H-War, H-Net Reviews. September, 2016.
    URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=46659

Exposition à Osaka: 見世物大博覧会

 

Exposition au Musée d’Ethnologie d’Osaka sur les spectacles de rue: 「見世物大博覧会」

Le Musée National d’ethnologie d’Osaka (Suita) tient du 8 septembre au 29 novembre une exposition sur les misemono (見世物), les spectacles dans la catégorie desquels les jongleries et les acrobaties étaient traditionnellement rangées au Japon (le titre anglais de l’exposition est « Amazing show tents in Japan »).

Je reviens très vite avec plus de détails.

Site internet de l’exposition: http://www.minpaku.ac.jp/museum/exhibition/special/20160908misemono/index

Ajout du 3 octobre 2016

Visite de Suitan, la mascotte officielle de la ville de Suita
(Image reprise depuis son twitter: https://twitter.com/suitan1015/status/783172572523266048)

Liens de la semaine (6/9/2016)

Article que je voudrais lire
  • TRANSCULTURAL POLITICS OF DEPARTMENT STORES: COLONIALISM AND MASS CULTURE IN EAST ASIA, 1900–1945

Jeesoon Hong (2016).
International Journal of Asian Studies, Volume 13, Issue02, July 2016, pp 123-150
http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?aid=10399599

Abstract

This study presents a transcultural mapping of department stores in modern East Asia from a socio-political perspective centered on colonialism and nationalism. Department stores in the region exhibited a coeval culture, as suggested by the common use of the term “hyakka/baihuo/baekhwa.” While focusing on the common impact of Japanese colonialism, this study examines mainly Mitsukoshi in Tokyo; Wing On and Sincere in Shanghai; and Mitsukoshi, Minakai, and Hwashin in Seoul. It consists of four parts. The first part traces the translingual-scape of “hyakka” and shows how the modern universalism celebrated in the term, in reality, contributed to shaping an exclusive social group. The second part expands the etymological survey of “hyakka” into the physical dimension and analyzes items for sale at department stores, select lifestyles, and social group formations. The third part illuminates the patriarchal, militaristic managerial styles that developed under the influence of Japanese imperialism. The last part delves into Japanese department stores’ colonial expansion within East Asia. This study employs a transcultural methodology to highlight multidimensional connections and coeval localities as well as differences, though it is often differences that are highlighted by research that involves straightforward country comparisons.