Liens du mois (Septembre 2017)

Chloe Bennet said she had changed her name from Chloe Wang because Hollywood is “racist” and would not cast her in roles because of her surname.

  • Cahiers d’histoire 135 (2017): L’Exposition internationale de 1937
  • Naoko Wake, c.r. de Inouye, Karen M., The Long Afterlife of Nikkei Wartime Incarceration, H-FedHist, H-Net Reviews (septembre2017)
    URL: https://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=49218
  • The Phoenix Papers 3, 1 (Septembre 2017) (« a journal of fandom and neomedia studies ») (beaucoup d’articles sur le cosplay et son histoire)
  • L. Gonzalez, Quand Paris était le bordel de l’Europe, Mondes sociaux (Carnet Hypothèses) (4 septembre 2017)
  • E. Meyer, c.r. d’Antonella Romano, Impressions de Chine : l’Europe et l’englobement du monde (XVIe-XVIIe siècle), Les recensions de l’Académie, Académie des sciences d’outre-mer (septembre 2017)
  • Paul Stapleton, Hong Kong’s lesson in accountability for Japan’s ailing universities, The Japan Times (13 septembre 2017) (un article intéressant, mais, me semble-t-il, un peu vain, puisqu’il ne mentionne qu’à la fin, en passant, le problème fondamental et principal du rôle des universités dans la société japonaise; leurs fonctions actuelles et leur place dans le système social japonais les rendent incapables d’être compétitives dans les classements universitaires internationaux. Cela fait réfléchir sur la valeur de ces listes et l’impact que celles-ci devraient ou ne devraient pas avoir. Évidemment, c’est aux Japonais et à eux seuls de déterminer clairement leurs priorités et de définir leur politique éducative)

  • https://ukiyo-e.org/ : moteur de recherches par mots clefs ou par images sur les estampes japonaises; 223. 118 estampes répertoriées au moment où j’écris.
  • Léo Pajon, Gauguin – Voyage de Tahiti : la pédophilie est moins grave sous les tropiques, Jeune Afrique (21 septembre 2017)
  • le beau catalogue de l’exposition « Too Pretty to Throw Away: Packaging Design from Japan » [Japanmuseum Sieboldhuis, Leiden (Juin-aout 2016), Manggha Museum of Japanese Art and Technology, Cracow (Novembre 2016 – février 2017) et Asia and Pacific Museum in Warsaw (Mai – septembre 2017)] est disponible en ligne

Compte-rendu de « Conjuring Asia »

Le compte-rendu critique que j’ai écrit au sujet du livre de Chris Goto-Jones, Conjuring Asia: Magic, Orientalism and the Making of the Modern World (Cambridge: Cambridge University Press; 2016) (ISBN 9781107433823) est paru hier sur le site internet newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

Je vais essayer de vite en donner ici une version française.

Forains morts pour la patrie

Le hasard des conversations sur la liste électronique des carnetiers Hypothèses m’a fait découvrir une merveilleuse base de données des monuments aux morts en France et en Belgique: http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/. J’y ai trouvé deux monuments aux morts liés aux spectacles de rue et au cirque.

Le premier se trouve à Bruxelles, plus exactement à Anderlecht. Il s’agit d’un monument « Aux forains morts glorieusement pour la patrie ». Son iconographie est assez unique : un pierrot y tient de la main droite un masque, de la gauche un glaive. Le monument est bien mis en valeur au centre de la place dite Square de l’aviation (voir les belles photos en cliquant sur le premier lien ci-dessous). Il est l’œuvre du sculpteur Victor Voets, qui semble s’être spécialisé en monuments aux morts. Il est notamment l’auteur d’un autre monument honorifique exceptionnel de Bruxelles, le monument au Pigeon soldat. Si le monument aux forains est remarquable par son iconographie, il faut noter que celle-ci fait plus penser au théâtre qu’au monde des forains et du cirque ; elle est peut-être paradoxale en ce qu’elle élève ceux qu’elle veut honorer par une représentation qui ne leur est pas pertinente.

« malgré la souffrance et la mort, les forains firent leur possible pour entretenir le moral des autres soldats, pour les faire rire. Mourir de rire… Expression qui appelle à l’oreille ce qui là-bas souvent se confondait avec la réalité. La mort et le rire. Éternel conflit du burlesque et du tragique. Il atteignait là-bas son intensité sublime. Et quand la mort frappait, quand le sacrifice attendu se consommait, le visage du forain belge gardait une sérénité souriante, bel et encourageant exemple, présage et semence de victoire. Et c’est grâce à cela Pierrot sans masque, Pierrot ardent et calme, Pierrot charmant et grave, Pierrot armé, c’est grâce à cela que ton glaive est couronné de lauriers ».

(Fragment des discours entendus lors de l’inauguration du monument en 1924, recopié depuis http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/monument/4261/anderlecht-place/)

Une analyse rapide de l’onomastique des défunts honorés ne permet pas d’y retrouver des forains étrangers ou descendants d’étrangers.

Couverture du Patriote illustré, 3 février 1924
(Trouvée sur le site internet du Cercle d’Archéologie, Folklore et Histoire d’Anderlecht asbl)

Le deuxième monument se trouve en France, à Rouen. Il est aussi spectaculaire. Au centre d’une petite volée d’escaliers, une paire de lions tirent un char sur lequel est assise une femme ailée (la Gloire) ; elle tend le bras droit vers le haut et brandit une couronne de laurier; de la main gauche, elle soutient un poilu inanimé étendu sur ses genoux. Une petite colonnade semi-circulaire entoure la statue principale; elle est surmontée d’une inscription et de deux bas-reliefs. Celui de gauche montre le départ déchirant du soldat et ses adieux à sa famille devant une roulotte où l’on distingue un singe. Celui de droite donne à voir le retour glorieux du soldat et l’accueil triomphal qu’on lui fait  (une roulotte y figure aussi). Ce monument est l’œuvre d’un sculpteur lui aussi spécialisé en monuments patriotiques, mais également politiquement engagé, puisque Maxime Real del Sarte est fameux pour ses sculptures, beaucoup réalisées après avoir perdu une main au combat, mais aussi pour son rôle dans les Camelots du roi, une association proche de l’Action française. Pour ce monument-ci, les forains sont représentés plus directement que dans le monument bruxellois, mais pas dans l’exercice de leur art. C’est leur cadre de vie, les roulottes, qui les identifie.

Il est aussi possible que les lions allégoriques du char de la Gloire soient une allusion aux animaux de cirque, aux ménageries foraines.

Maquette du monument des forains [morts pour la patrie] par M. Real del Sarte : [photographie de presse] / [Agence Rol]; Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (1026); http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531100625; domaine public

On soulignera finalement que les deux monuments sont encore vivants, en ce sens qu’ils sont associés au moins une fois par an à une grande foire de la ville où ils se dressent, la Foire du Midi de Bruxelles et la Foire Saint Romain de Rouen. Des cérémonies les associent ainsi étroitement à la profession et l’actualité de ceux qu’ils honorent.

Dans un prochain billet, je présenterai brièvement d’autres monuments publics en l’honneur de forains ou de gens du cirque. Si vous en connaissez ou avez des suggestions, je serai très heureux de lire vos commentaires.

Liens utiles pour mieux voir le monument de Rouen, que je ne peux mieux illustrer ici par respect du droit d’auteurs
Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Forains morts pour la patrie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 21/09/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1119.

Félicitations à Frederik L. Schodt: The Japan Foundation Awards (2017)

Je recopie l’information suivante depuis le site internet de la Japan Foundation (en grasses, la raison pour laquelle je mentionne cet honneur ici):

Frederik L. Schodt is a writer and translator and best known as a pioneer of manga and translation for four decades.As a college student in Japan in 1970, he started to develop an enthusiasm for Japanese graphic narratives, or “story-manga,” and in 1977~8 with some friends he translated part of Tezuka Osamu’s Phoenix. While this effort did not lead to an actual publication, it was the beginning of a 12-year relationship with the inexhaustible manga author. Eventually, in 1983, Tezuka contributed a foreword to Schodt’s first monograph Manga! Manga! The World of Japanese Comics.

At that time “story-manga” was already flourishing in Japan, but readers abroad could not yet access these graphic narratives without being in command of the Japanese language. Against this backdrop, Schodt provided not only a rich seam of information in Manga! Manga! The World of Japanese Comics, but also almost one hundred pages of translated manga. This attitude—to not just teach people about an unknown culture, but share the experience of this culture with them—has been characteristic of Schodt’s whole career well into the 21st century and its internet-based participatory culture. Within this new environment, Schodt continues to build bridges between those who do and do not read manga, and further between those who do and do not appreciate classic manga narratives like Tezuka’s.

While highly acknowledged worldwide for his promotion of manga, Schodt has also drawn attention with his books to other forms of marginalized art. These include a book on a Japanese acrobatic troupe formed by an American acrobat in 1867 (Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe, published in 2012). He also translated a manga work created in San Francisco in 1931 (by Henry Yoshitaka Kiyama, published in English in 1998 as The Four Immigrants Manga), that depicts the lives of four young Japanese men in the United States between 1904 and 1924. It recently attracted attention again and has been made into a popular musical.

It is precisely Schodt’s commitment to intercultural as multilateral exchange that deserves an accolade. We accordingly present him with the Japan Foundation Award and look forward to his future successes.

(Je rappelle le compte-rendu que j’ai écrit : Alexis D’Hautcourt, Le Professeur Risley et les premiers acrobates japonais en France : Compte-rendu de Frederik L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How and American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkeley, 2012). Journal of Inquiry and Research, Kansai Gaidai University, 2013, 98, pp.89-95. <hal-01276896>)

Addition du 7 septembre 2017: