Liens du mois (octobre 2017)

 

Le Japon dans l’Encyclopédie

Pour écrire mon billet précédent sur le nouveau site ENCCRE, j’ai aussi procédé à un petit dépouillement sur le thème du Japon. Cela ne mène pas immédiatement à des résultats significatifs, mais voici le fruit de cette recherche rapide. Peut-être cela intéressera-t-il quelqu’un.

Une recherche « Japon » donne « 348 » résultats:

  • articles (341)
  • explication de planche (5)
  • articles omis (1)
  • textes d’escorte (1) [= index]

La plupart de ces articles concernent la géographie, l’histoire, le commerce, la botanique ou la religion, mais je signale les mentions du Japon dans les articles Aveugles (Hist. mod.), BIBLIOTHEQUE, DESPOTISME (Droit polit.), FANATISME (Philosophie.), JAPONOIS, Philosophie des (Hist. de la Philosophie.), KASIEMATZ (Hist. mod. mœurs.), Luxe, MOXA (Hist. nat. Médec. & Chirurg.), …

La recherche « Japonois » donne 86 résultats, « Japonnois » 19 (L’orthographe « Japonais » n’est pas utilisée du tout). J’attire l’attention sur les articles Inspecteur de manufactures (Commerce & Finances.), Noblesse (Jurisprud.), Pié (Orthopédie.) (un exemple de confusion entre Chine et Japon), SOUI, ou SOI (Cuisin.).

La recherche « Japonoise » donne 3 résultats, « Japonnoise » 2 [dont PUDEUR (Morale.)], « Japonoises » 2 [dont FARD (Art cosmétique.)], « japonnoises » ne mène qu’à IMPOT (Droit politiq. & Finances.).

Pour le plaisir, voici la planche « Alphabets japonois »:

Alphabets japonois; Encyclopédie Pl. XXIV; Planches tome II (1763). Merci ENCCRE: Les vues numérisées de l’exemplaire coté 2° 3442 de la Bibliothèque Mazarine, également accessibles via la bibliothèque numérique Mazarinum, sont mises à disposition sous Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France Licence Creative Commons [[1]]

Cette planche contient trois alphabets différens de la langue japonnoise. Le premier, appellé Firo-canna, & le second catta canna, sont communs aux Japonnois en général & en usage parmi le peuple. L’alphabet iamatto canna ou plutôt jamatto canna, n’est en usage qu’à la cour du Dairi, ou de l’empereur ecclésiastique héréditaire ; il est ainsi appellé de la province de Jammasiiro où est situé Miaco, résidence de ce prince.

 

[[1]] Ajout du 26 octobre 2017

Sur cette licence et sa valeur, on lira avec intérêt le blog SavoirsCom1, L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert mérite mieux qu’un Copyfraud ! (26 octobre 2017). (Merci au Facebook Calimaq Silex pour cette information)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Le Japon dans l’Encyclopédie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1193.

Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie)

ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie) a été mise en ligne le 19 octobre 2017 par l’Académie des Sciences. Elle a été conçue et coordonnée par Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis, Irène Passeron et Alain Cernuschi (AMIA).

Le site est très beau et facile à utiliser; on peut aisément y faire des recherches dans tout le texte de l’Encyclopédie.

Une recherche « Acrobate » ne donne rien; une recherche « Acrobates » donne les deux résultats suivant:

D’abord, un article que je reproduis en entier:

ACROBATES, s. m. (Hist. anc.) espece de danseurs de corde. Il y en avoit de quatre sortes : les premiers se suspendant à une corde par le pié ou par le col voltigeoient autour, comme une roue tourne sur son essieu ; les autres voloient de haut en bas sur la corde, les bras & les jambes étendus, appuyés simplement sur l’estomac ; la troisieme espece étoient ceux qui couroient sur une corde tendue obliquement, ou du haut en bas ; & les derniers, ceux qui non-seulement marchoient sur la corde tendue horisontalement, mais encore faisoient quantité de sauts & de tours, comme auroit fait un danseur sur la terre. Nicéphore, Grégoras, Manilius, Nicétas, Vopiscus, Symposius, font mention de toutes ces différentes especes de danseurs de corde. (G [=Mallet])

Ensuite, une mention, en compagnie d’autres mots grecs, dans l’article « Danseur de corde, (Art.) », vol. IV (1754), p. 629b–630a ( « Article de M. le Chevalier de Jaucourt »).

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire les réflexions de la moitié finale de l’article:

Bien des gens ont de la peine à comprendre quel plaisir peut donner un spectacle qui agite l’ame, qui l’importune avec inquiétude, qui l’effraye, & qui n’offre que des craintes & des allarmes ; cependant il est certain, comme le dit M. l’abbé du Bos, que plus les tours qu’un voltigeur téméraire fait sur la corde sont périlleux, plus le commun des spectateurs s’y rend attentif. Quand ce sauteur, ce voltigeur fait un saut entre deux épées prêtes à le percer si dans la chaleur du mouvement son corps s’écartoit d’un point de la ligne qu’il doit décrire, il devient un objet digne de toute notre curiosité. Qu’on mette deux bâtons à la place des épées, que le voltigeur fasse tendre sa corde à deux piés de hauteur sur une prairie, il fera vainement les mêmes sauts & les mêmes tours, on ne dédaignera plus le regarder, l’attention du spectateur cesse avec le danger.

D’où peut donc venir ce plaisir extrème qui accompagne seulement le danger où se trouvent nos semblables ? Est-ce une suite de notre inhumanité ? Je ne le pense pas, quoique l’inhumanité n’ait malheureusement que des branches trop étendues : mais je crois avec l’auteur des réflexions sur la Poésie & sur la Peinture, que le plaisir dont il s’agit ici est l’effet de l’attrait de l’émotion qui nous fait courir par instinct après les objets capables d’exciter nos passions, quoique ces objets fassent sur nous des impressions fâcheuses. Cette émotion qui s’excite machinalement quand nous voyons nos pareils dans le péril, est une passion dont les mouvemens remuent l’ame, la tiennent occupée, & cette passion a des charmes malgré les idées tristes & importunes qui l’environnent. Voilà la véritable explication de ce phénomene, & pour le dire en passant, de beaucoup d’autres qui ne semblent point y avoir de rapport ; comme par exemple de l’attrait des jeux de hasard, qui n’est un attrait que parce que ces sortes de jeux tiennent l’ame dans une émotion continuelle sans contention d’esprit ; en un mot, voilà pourquoi la plûpart des hommes sont assujettis aux goûts & aux inclinations qui sont pour eux des occasions fréquentes d’être occupés par des sensations vives & satisfaisantes. Vous trouverez ce sujet admirablement éclairci dans l’ouvrage que j’ai cité, & ce n’est pas ici le lieu d’en dire davantage.

« Jongleur » conduit à JONGLEURS  (Littérat.) et Jongleur (Divination).

Voici le début de cet article, relativement long:

Jongleur, (Divination) magiciens ou enchanteurs fort renommés parmi les nations sauvages d’Amérique, & qui font aussi parmi elles profession de la Médecine.

« Jongleurs » mène à plusieurs articles de littérature, mais aussi à SCHAMANS (Hist. mod.) (voir ci-dessous) et à TAY-BOU-TO-NI, (Hist. mod.), que je reproduis:

TAY-BOU-TO-NI, s. m. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans du Tonquin[[1]] donnent à des jongleurs, ou prétendus magiciens, qui, au moyen de quelques charmes, persuadent au peuple qu’ils peuvent guérir toutes sortes de maladies ; leur maniere de procéder à la guérison d’un malade, est de danser autour de lui, en faisant un bruit horrible, soit avec une trompette, soit avec une espece de tambour, soit avec une clochette, &c. & en proférant des paroles mystérieuses pour conjurer les démons, auprès desquels ils prétendent avoir beaucoup de crédit.

L’article « Schamans » m’a fait repenser à l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau que j’avais étudiée dans des entrées de carnet précédentes.

SCHAMANS, s. m. pl. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans de Sibérie donnent à des imposteurs, qui chez eux font les fonctions de prètres, de jongleurs, de sorciers & de médecins. Ces schamans prétendent avoir du crédit sur le diable, qu’ils consultent pour savoir l’avenir, pour la guérison des maladies, & pour faire des tours qui paroissent surnaturels à un peuple ignorant & superstitieux : ils se servent pour cela de tambours qu’ils frappent avec force, en dansant & tournant avec une rapidité surprenante ; lorsqu’ils se sont aliénés à force de contorsions & de fatigue, ils prétendent que le diable se manifeste à eux quand il est de bonne humeur. Quelquefois la cérémonie finit par feindre de se percer d’un coup de couteau, ce qui redouble l’étonnement & le respect des spectateurs imbécilles. Ces contorsions sont ordinairement précédées du sacrifice d’un chien ou d’un cheval, que l’on mange en buvant force eau-de-vie, & la comédie finit par donner de l’argent au schaman, qui ne se piquent pas plus de désintéressement que les autres imposteurs de la même espece.

J’ai donc procédé à une nouvelle recherche sur le mot employé par Rousseau. « Charlatan » donne 51 résultats [dont CHARLATAN, (Medecine.)]; apparemment aucun ne concerne le Japon. J’ai ainsi découvert ce synonyme:

SALTIMBANQUE, s. m. (Maladies.) synonyme à charlatan, empirique. Voyez l’un & l’autre.

« Charlatans » donne 80 résultats. Parmi ceux-ci, PERLE (Hist. nat.) mentionne aussi le Japon, mais sans rapport avec les charlatans.

On peut aussi lire l’article général:

* CHARLATANNERIE, s. f. c’est le titre dont on a décoré ces gens qui élevent des treteaux sur les places publiques, & qui distribuent au petit peuple des remedes auxquels ils attribuent toutes sortes de propriétés. Voyez Charlatan. Ce titre s’est généralisé depuis, & l’on a remarqué que tout état avoit ses charlatans ; ensorte que dans cette acception générale, la charlatannerie est le vice de celui qui travaille à se faire valoir, ou lui-même, ou les choses qui lui appartiennent, par des qualités simulées. C’est proprement une hypocrisie de talens ou d’état. La différence qu’il y a entre le pédant & le charlatan, c’est que le charlatan connoît le peu de valeur de ce qu’il surfait, au lieu que le pédant surfait des bagatelles qu’il prend sincerement pour des choses admirables. D’où l’on voit que celui-ci est assez souvent un sot, & que l’autre est toûjours un fourbe. Le pédant est dupe des choses & de lui-même ; les autres sont au contraire les dupes du charlatan.

Cette petite recherche lexicologique n’a pas permis de mieux identifier la source de l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau pour décrire le tour de magie de la corde, qu’on fait en général venir d’Inde ou de Chine, mais elle permet d’ajouter un sens médical au passage du philosophe et à sa description d’un spectacle de rue en Orient.

[[1]] Le Tonquin dans l’Encyclopédie est la région entre l’Inde et la Chine.

PS: Merci aux piliers du bistrot de Wikipédia grâce auxquels j’ai découvert si rapidement ce nouveau site. Il vaut la peine d’aller lire leur discussion.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1189.

Monument de Wahpeton: victimes de la foudre

Comme annoncé, je continue à présenter des monuments publics en rapport avec le cirque. Cette fois, nous quittons l’Europe et allons aux États-Unis.

Dans le Dakota du Nord, dans la petite ville de Wahpeton, on peut voir un monument érigé en mémoire de deux hommes morts victimes de la foudre alors qu’ils aidaient à monter la tente d’un cirque Ringling Brothers en 1897. Le spectacle s’est donné le soir malgré cet incident tragique: « The show must go on« .

The pioneer express (Pembina, Dakota [N.D.]) 18 juin 1897, p. 2 (Image provided by State Historical Society of North Dakota)

Killed by lightning

Wahpeton, N.D., June 12 – Lightning struck the main tent of the Ringling Bros.’ circus, killing two men and injuring three.

Traduction ADH: Wahpeton, Dakota du Nord, 12 juin. La foudre a frappé la tente principale du cirque Ringling Bros., faisant deux morts et trois blessés.

Le monument est en granit [1]; il a été financé par une souscription entre travailleurs du cirque. Il fait « six pieds de haut ». Il est construit dans un cimetière, parfois appelé « Bohemians cemetery ». Le cimetière n’est pas clôturé, et on peut voir le monument depuis la route qui le longe.

The Hope pioneer (Hope, N.D.) 14 octobre 1897, p. 1. Image provided by: State Historical Society of North Dakota

Ringling Brothers, the famous circus men, have erected an elegant monument, costing $ 500, at Wahpeton, to the memory of the men killed there last summer. The Ringling are made of the right material and make friends wherever they go.

Traduction ADH: Les Ringling Brothers, ces fameux circassiens, ont fait ériger un élégant monument, qui a coûté 500 $, à la mémoire des hommes morts l’été dernier. Les Ringling sont des gens bien et ils gagnent des amis partout où ils vont.

Cette mention dans le journal semble montrer que le monument n’est pas dénué d’intention publicitaire.

Carte postale, 1909, montrant le Circus Monument de Wahpeton. ( Institute for Regional Studies, North Dakota State University, Fargo (2000.509.195)

Le monument représente à sa base un chapiteau de cirque miniature, surmonté d’un poteau fendu et détruit par la foudre, sur lequel on peut voir les chaines, poulies et cordes utilisées pour dresser la tente. Un petit relief sur le chapiteau miniature montre un maillet et un grand clou, les deux outils nécessaires pour maintenir le chapiteau en place. Le poteau serait une réplique du mat de cirque en bois original après qu’il a été touché par la foudre.

Une inscription donne les noms des deux victimes et la précision suivante:

« Erected by the employees of Ringling Bros. Circus »

Le texte de la carte postale reproduite ci-dessus est intéressant, car il montre que le document faisait l’objet de discussions encore 10 ans après son érection.:

Dear Mother: I send you the pitcher of the monument theat I said I seen. Mary Lausten

Traduction ADH: Chère Mère. Je t’envoie la fautau du monument ch’t’ai dit qu’j’ai vu. Mary Lausten

Bibliographie/ sitographie

[1] Granite: Atlas Obscura. Les participants au podcast de KFGO (2017) parlent plutôt de béton (« concrete »); je n’arrive pas à distinguer la nature de la pierre sur les photos..

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Monument de Wahpeton: victimes de la foudre ». Publié sur Acrobates japonais en France le 13/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1153.

Pour information: Circus Arts Research Platform

Je recopie, à l’invite de son auteur, un courriel qui m’est parvenu:

CARP – A collaborative website project 

Dear Circus Researcher,

At the Münster international conference last June 2017, during the UpSideDown Circus and Space conference, we – Centre national des arts du cirque (FR), CircusInfo Finland (FI), Circuscentrum (BE) and Centre for Circus Arts Research, Innovation and Knowledge Transfer at the National Circus School (CA) – presented the Circus Arts Research Platform (CARP) : a collaborative website project between circus arts documentary centres and researchers.

To begin, we would like to know whether you are willing to share your research interests, to put the circus arts researcher’s network in place.

If you would like to join this unique platform for circus researchers, please fill out the online CARP Questionnaire and send it before the 31st of October 2017.

Here is a short outline of the project :

The Circus Arts Research Platform (CARP) project is meant to provide assistance to scholars around the world. It’s a collaborative project between circus arts documentary centres and researchers.

The CARP project is designed as a resource platform for scholars, students, and professionals interested in circus arts studies. It also mediates information regarding academic circus arts research for anyone interested.

The CARP platform will provide:

● A directory of scholars (Masters, PhD and post-doctoral students, professors etc.) from various fields—the humanities, social sciences, medicine, and technology, to name just a few—who share an interest in circus arts research.

● An international bibliography of academic publications and articles specifically related to the circus arts.

● Information on conferences and open CFPs (calls for papers).

● Information on the most important resource centres and libraries with circus arts related collections.

● Links to useful academic blogs and web documentaries.

CARP pursues several objectives:

● to connect researchers around the world.

● to stimulate and strengthen collaborations between scholars interested in circus arts studies regardless of their specific fields or academic affiliations.

● to compile an international, accessible bibliography of academic publications related to circus arts studies.

● to list the universities and research institutions with circus-related research programs, research chairs in the circus arts, libraries and resource centres with significant collections, institutions offering residencies to scholars with an interest in circus arts studies, as well as relevant museum collections.

● to list circus arts related research activities (programs, conferences, etc…).

● to share the most recent developments in circus arts research.

As you can see, we will need your collaboration. If you would like to participate or contribute in one way or another to this project, please let us know!

Please feel free to share this invitation and the online CARP Questionnaire with your students and colleagues who would benefit from this international circus arts researcher network.

We intend to launch the CARP website by the end of 2018.

Thank you for your time and and your interest! Here`s to future collaborations in circus arts research!

The CARP Team

Jeanne Vasseur and Cyril Thomas – Centre national des arts du cirque (France)

Anna-Karyna Barlati – Center for Circus Arts Research, Innovation and Knowledge Transfer at the National Circus School (Canada)

Mui-Ling Verbist – Circuscentrum (Belgium)

Johanna Mäkelä – CircusInfo Finland