Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France

Les cirques stables sont  des monuments publics importants pour l’image du cirque, que ce soit par leurs liens avec les élites économique ou le pouvoir impérial comme, par exemple, le Cirque d’Hiver de Paris, ou que ce soit par leur importance physique dans une petite ville, comme, par exemple, Douai.

Je me proposais d’en présenter quelques-uns ici, dans la continuation de la série sur « Cirque et monuments publics », mais il n’existait pas sur internet, à ma connaissance de liste satisfaisante de ces établissements; j’ai donc commencé à la dresser et on trouvera le fruit de mes efforts ici, sur une « page » de ce carnet: Liste des bâtiments stables de cirque en France. J’ai essayé de signaler, dans la mesure du possible, les fonds d’archives qui existaient concernant ces bâtiments.

Bonne lecture !

S’il vous plait, signalez-moi erreurs, nouvelles informations et corrections.

Cirques stables en France

Cirques stables à Paris

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (5): une liste des cirques stables en France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1450.

Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right

Ces derniers jours, je lis avec plaisir le livre de Simon Partner, The Merchant’s Tale. Yokohama and the Transformation of Japan (New York, 2018). Quelques pages y sont consacrées aux acrobates étrangers actifs à Yokohama, aux troupes japonaises, leurs voyages autour du monde et leur impact sur l’image du Japon en Occident (p. 112-114, 131-132 et 220). Potter s’appuie sur les travaux de F. Schodt et  A. Mihara1, mais il y ajoute des commentaires personnels pertinents. Il fait ainsi remarquer que le budget levé pour faire partir en 1866 la troupe japonaise des Hamaikari du Japon était de cent mille dollars, « an enormous sum », ce qui explique qu’il a fallu que quatre partenaires s’associent pour cette entreprise commerciale.

A propos du surnom de l’acrobate « Little All Right », qui lui avait été donné parce qu’il finissait son numéro en jetant les bras au ciel et en criant «  »All Right », Partner écrit (p. 132):

Les mots « All Right », au début, étaient sans doute les seuls mots d’anglais qu’il connaissait, mais sa capacité à interagir avec les spectateurs dans leur propre langue montre la flexibilité culturelle et linguistique de cet enfant. Umekichi était vraiment un enfant de l’internationalisation du Japon, même si on le considérait comme une représentation des traditions et de l’exotisme de la culture japonaise. En bien des façons, alors que le Japon cherchait sa place dans la communauté internationale des nations, il était le symbole des exportations culturelles de ce pays – avec son sens du commerce et son dynamisme, tourné vers l’avenir autant que vers le passé2

Le mélange du passé et du futur, de la tradition et de la modernité est sans doute le lieu commun le plus répété sur le Japon dans les guides de voyage comme dans beaucoup d’études, mais sa fausse évidence rend parfois l’observation paresseuse. Dans le cas d’All Right, seul l’usage de l’anglais, et pour cause, relève de la modernité du Japon. Sa capacité à amuser le public,  à entrer en dialogue avec les spectateurs est partie intégrante des spectacles d’acrobatie, des amusements de rue du Japon d’Edo. Il fallait divertir le passant, retenir son attention si on voulait qu’il ou elle laisse une pièce. La concurrence était féroce dans les quartiers d’amusement d’Edo, Osaka ou Yokohama. Les troupes d’acrobates traditionnelles devaient avoir dans leurs rangs des bonimenteurs de qualité, mêlaient spectacles physiques et amusements oraux. Les baladins japonais n’ont pas eu besoin d’aller à l’étranger pour être modernes3 .

PS

Le nom « Litlle All Right » était si fameux qu’il a été utilisé par plusieurs générations d’acrobates japonais successifs, sans qu’il n’y ait d’autre relation entre eux que leur spécialité de cirque. Voici un exemple de 19094 :

Little All Right. The Original Japanese Wonder. Carte postale datée de 1909. (Merci Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013-2016 (first iteration). River Campus Libraries. [http://humanities.lib.rochester.edu/rej/?page_id=701] [vu le 19 janvier 2018]).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right ». Publié sur Acrobates japonais en France le 19/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1403.

  1. F. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkley, 2012); A. Mihara, Professional Entertainers Abroad and Theatrical Portraits in Hand, Old Photography Study 3 (2009), p. 45-54 []
  2. This [=All Right] may at first have been the only English he knew, but his willingness to engage with the audience in their own langiaage show’s the child’s cultural and linguistic flexibility. Umekichi was truly a child of Japan’s international era, even as he was seen as a representation of all that was traditional and exotic in Japanese culture. In many ways he was a symbol of « Japan » as a cultural export – commercial, enterprising, and looking both forward and back as Japan sought its place in the international « Comity of nations ». [Traduction ADH] []
  3. Avec cette phrase, je voudrais faire un modeste hommage au beau livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). []
  4. on peut voir un autre exemple, non daté, dans les collections du MuCEM []

Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018)

Grâce à la belle initiative du calendrier de l’avent du site SavoirsCom1, je découvre plusieurs documents liés au thème de ce carnet. Chères lectrices, chers lecteurs, je vous les offre comme cartes de vœux et vous souhaite une excellente année 2018.

  • l’œuvre d’Edgar Chahine (1874-1947), « peintre et graveur connu pour ses représentations de la vie parisienne à la Belle Époque ». Chahine a notamment illustré le livre de Gabriel Mourey, Fêtes foraines de Paris (Paris, 1906). On peut y lire les considérations suivante (p. 123):

(…) Voilà -t- il pas que l’ on se met à lancer chez nous cette nouveauté japonaise , le … comment prononce – t – on ? le … jésuchou , le jijusou .
– Le Jiu-jitsu

– Oui , c’ est bien cela , un nom à coucher à la rue ! Je ne sais pas en quoi ça consiste, cette affaire-là , mais ce que j’en ai entendu dire ne me dit rien qui vaille . Ça n’ est pas de la lutte, c’ est de la chirurgie . Il s’ agit d’ opérer son adversaire ; un petit coup par ci avec l’épaisseur de la main, une chiquenaude par là , un pinçon à droite , ou à gauche , et le tour est joué . Vous êtes cuit ; il n’ y a pas à rouspéter , paraît -il . Eh bien ! et si je lui colle un marron , moi , à votre professeur de jijusou , en plein visage ? Lui en ferai -je voir des chandelles ! pas trente-six , mais trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq ! Ah ! la bonne blague !

L’ heure passait ; nous nous séparâmes .

– Mon tramway n’ attend pas . Bonsoir , monsieur , et merci pour vos gentillesses . Voici ma carte : – Jean-Pierre Barbotton dit Gaspard le Terrible , ancien lutteur . Puteaux. – Elle est un peu sale , excusez . Je viens tous les soirs chez Marseille fils , pendant la foire à Neuilly , nous nous retrouverons .

Et comme il grimpait sur la plate-forme et que la voiture se remettait en marche :

– Oui , oui , si je lui colle un marron , à votre marchand de jijusou ! Trente – six – mille – cinq – cent – cinquante – cinq chandelles …

G. Mourey, Fêtes foraines de Paris . Gravures d’Edgar Chahine (Paris, 1906), p. 124.

  • Les photographies d’Henri Manuel (1874-1947), « photographe portraitiste français »

Melle Spindler  (Par Henri Manuel , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65135810): ceci n’est pas une geisha

Une recherche sur google images m’amène sur cette belle photographie: l’actrice est présentée sur internet comme jouant un rôle de geisha. En fait, il n’en est rien. Elle joue ici dans la pièce « La troisième lune », « comédie chinoise » de Fred Gresac et Paul Ferrier présentée au Vaudeville en 1904.

« La troisème lune, comédie de Paul Ferrier : défet de presse »;
Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-ICO THE-4156

Cette pièce n’a pas plus à tout le monde. Je recopie une critique, qui, on le verra, touche aussi au japonisme1:

Soirée Parisienne

THÉÂTRE DU VAUDEVILLE. — La Troisième Lune

C’est la soirée exotique. Il y a longtemps que nous ne l’avions eue!… Personne n’ignore, en effet, que, périodiquement, tous les quatre ou cinq ans environ, les directeurs, las de la production nationale, des reprises, des adaptations ou traductions, las surtout du petit, très petit mouvement d’argent soulevé par ces premières, traductions ou reprises, ont comme des nostalgies de voyages.

Ils songent à des rives lointaines, à des bananiers, à des poissons volants, à des mousmés fardées et menues. Ils ont lu Loti. Ils l’ont même joué… rarement. On leur a parlé du livre de Myriam Harry, dans le monde… Leur enfance bercée par du Jules Verne, les attendrit à cette heure difficile de l’âge mûr. Et puis, enfin, il faut surtout sortir de cette sacré nom d’un chien de crise financière. Alors?.

Alors. Ils ont un petit mouvement de fièvre, se couchent, pensent. Et leur petite crise d’exotite aiguë leur rapporte la forte somme – ou la leur fait perdre une fois de plus !

Et ils n’en meurent pas et même ils se payent de petites trouvailles de mise en scène – oh! pas bien audacieuses, pas bien somptueuses, pas bien rares – mais qui, toujours, invariablement, et par une sublime routine, font que « la scène se passe en Chine ou au Japon « …

Voilà ! on n’en sort pas!… On ne veut pas en sortir. On n’en sortira pas de sitôt encore.

Il y a pourtant, ailleurs, de beaux pays !
Il y a—je ne sais pas moi !—l’Annam, le Cambodge, les Indes… Oui… oui… Mais ce n’est pas théâtre. (Comprenez-vous la valeur de l’objection ?) Tandis qu’il est convenu que, dès qu’il s’agit d’exotisme, la Chine est théâtre. Cela est convenu, une fois pour toutes, et pour toujours !

Songez donc, voyons !  » La Chine « , vous voyez cela d’ici. Ce qu’il y a à faire. Au premier acte, un intérieur …  les laques … les soies… les boîtes à fard … cette reconstitution si curieuse … les petits pieds … les mains de ces gens-là!!. Et ces noms, les noms adorablement comiques. Les dames qui s’appellent : Hirondelle, Nez-qui-Remue … Bananier-secoué-par-le-vent. Ferme-ta-bouche-ou-je-saute. etc. Et les hommes, les hommes qui 3’appellent : Bon-Dieu-de-Bras, ou, Va-t-en-Voir-Si-j’y-Suis. En six traits d’union sur le programme. Fan! un effet comique, d’avance ! Comment vouiez-vous qu’on se prive d’un pareil appoint de rire et de succès !

— Et vous verrez, vous verrez au second acte : le jardin, le jardin et les lanternes en papier; la cascade minuscule. Un argent fou! On fera un argent fou !

Ainsi parlent les directeurs, sublimes routiniers, augures du goût public, et qui rêvent de mise en scène somptueuse et prévue. Ainsi pensent-ils se jeter dans l’originalité et la dépense. Pour l’exotisme! Ainsi ont-ils une petite crise périodique. Aussi en sont-ils, parfois, récompensés !

Tout de même, le voilà, le voilà, le péril jaune. C’est dans le monde des théâtres qu’il sévit surtout. Car pour une Marchande de Sourires, que de marchands en larmes, que d’administrateurs aux abois. Et, hier, nous avons écouté la Troisième Lune, de Mme Gresac. Et comme c’était écrit avec bonne humeur et monté avec goût, et joué en perfection, par MM. Lérand, Colombey, Gauthier, Numa, Baron ; par Mmes Thomassin, Grassot, Marthe Regnier, Caron, Bernou et de Bray. Il se peut que nous soyons mûrs, nous aussi, pour notre petite crise d’exotite. D’autant que voilà bien quatre ou cinq ans qu’on nous laisse tranquilles avec les Fleurs-de-Pêcher et les Soleil-de-Rizières. (Je vous le dis, en vérité, c’est périodique.) Donc, hier, nous avons été très bien.

Nous avons revu, nous avons salué les petits pieds, les petits laques, et la petite cascade promise par M. Porel ; nous avons constaté, avec plaisir, qu’à mesure que la pièce s’avançait, les personnages – surtout les femmes – se déchinoisaient (à onze heures, les chignons étaient à la dernière mode de Longchamp et les gens aussi). Et ceux d’entre nous qui n’ont que l’esprit des autres, et de la minute, ont été si, si, contents de se fournir à rire — oh ! bien légèrement, sans doute — en se proposant, par un mot de la fin sublime d’être bête, d’aller à l’Américain, à côté, prendre un Chinois!!. Ah! exotisme! exotisme! que de verve se gaspille à ton propos!.

Edmond Sée.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dans le domaine public depuis le 1er janvier (avec mes meilleurs vœux pour 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1381.
  1. Gil Blas 8 mai 1904, p. 2. Une critique assassine de la pièce, signée d’une autre personne, précède ces considérations générales []