Petite annonce: Atelier-concert – « Autour de l’Exposition universelle de 1867 »

Je relaie avec plaisir cette information:

Voici ce qu’on peut lire sur le site internet des Archives nationales:

Mars 2018 – Site de Paris à l’hôtel de Soubise

Pour ses rendez-vous musicaux, le service éducatif des Archives nationales propose en mars 2018 plusieurs concerts intégrant des séances jeunes publics, autour de répertoires méconnus ou inédits de musique vocale. Préparés par des étudiants ou dans le cadre d’une résidence pédagogique pour La Tempesta, ces concerts sont accompagnés par la présentation in situ de documents issus des fonds des Archives nationales.

  • Mardi 6 mars

Voix, piano « Autour de l’Exposition universelle de 1867 »
Ce concert explore et présente au public une partie du répertoire inédit des hymnes composés pour l’Exposition universelle de 1867, en le mettant en regard avec d’autres œuvres. Ce programme est établi, étudié, choisi et présenté par les étudiants de la classe de chant du CRR de Cergy-Pontoise, sous la direction de Jean-François Rouchon, professeur.
A 14h00 – Séance scolaire : cours Public par J.-F. Rouchon et ses étudiants
A 19h00 – Concert tous publics, entrée libre dans la limite des places disponibles

Les informations suivantes ont été publiées sur Facebook:

À l’origine de ce projet, la valorisation de fonds d’archives (série F12 ) conservant les œuvres musicales présentées au concours de composition de cette l’Exposition universelle. Les étudiants de la classe de chant de Jean-François ROUCHON, accompagnés par Nicolas CHEVEREAU au piano, auront le plaisir de vous interpréter des œuvres de Camille SAINT-SAËNS, Charles GOUNOD ou encore Giuseppe VERDI.
Cet atelier-concert commenté proposera au public d’aborder ce sujet à la fois dans une perspective historique et de définir ce qu’est une exposition universelle à travers l’exemple de 1867 et ses réalisations musicales.

Liens du mois (février 2018)

  • John Mullen, “La chanson populaire à travers le monde dans la Première Guerre mondiale”, dans L’Atelier des Savoirs, 29 janvier 2018, https://eriac.hypotheses.org/135

« En Angleterre, un chanteur typique apparaît sur scène (devant 2 000 ou 3 000 spectateurs, sans microphone) pendant 15 minutes, dans le contexte d’une soirée de variété : après les acrobates et avant les éléphants peut-être. Il doit intéresser le public très vite ; humour et théâtralité sont obligatoires. À Paris, dans les cafés-concerts, bien plus petits, avec un chanteur résidant qui a la fidélité de son public, une approche plus approfondie est possible. »

Une petite surprise postale

Comme je prépare un petit article sur Kosiki, un opéra-comique de Charles Lecocq dans lequel intervient un jongleur japonais, et que je voulais en savoir plus sur ce compositeur, j’ai commandé par internet chez un libraire un exemplaire de sa biographie par Louis Schneider1.

Surprise ! Le livre que j’ai reçu est dédicacé par son auteur à Frédéric Rotiers.

A Frédéric Rotiers
Bien cordial souvenir
Louis Schneider

C’est ainsi que deux personnalités importantes du journalisme musical, l’une de Paris2 , l’autre de Bruxelles3, bien oubliées aujourd’hui, se retrouvent sur ces trois lignes, illustration par l’anecdote4 des liens artistiques et culturels entre les deux capitales francophones, liens qui jouèrent un rôle fondamental dans la carrière de Lecocq, une cinquantaine d’années avant cet envoi.

Annonce de la mort de Louis Schneider, Le Petit Parisien (22/8/1934). Merci Gallica.fr

Cette plaisante surprise compense heureusement la déception causée par la lecture de ce livre dans le cadre de ma recherche: Schneider n’a visiblement pas aimé Kosiki et en parle à peine.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Une petite surprise postale ». Publié sur Acrobates japonais en France le 22/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1498.
  1. Louis Schneider, Hervé. Charles Lecocq (Paris, 1924) []
  2. Schneider n’avait pas que des amis à lire cette épitaphe cruelle. []
  3. Voir la nécrologie de Rotiers dans Le Figaro du 12 juillet 1924. []
  4. Google Books m’apprend l’existence de la brochure suivante: Vente publique des collections ayant appartenu à feu Frédéric Rotiers, directeur de l’Eventail. Tableaux modernes, meubles anciens, céramiques, tapis anciens et d’Orient …: Vente à Bruxelles, Galerie Georges Giroux, les 17-18 novembre 1924 (1924, 58 pages); mon livre serait-il passé par cette vente ? []

Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire

Dans le beau livre livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016), on peut lire ceci aux p. 170-171

Si le [Mouvement pour la liberté et les droits du peuple]1 eut pour principaux porte-parole des anciens samouraïs acquis aux Lumières devenus enseignants, journalistes ou avocats d’une part, et des notables provinciaux issus des rangs de la paysannerie aisée d’autre part, ils furent vite rejoints par des femmes, on l’a déjà vu, [171] mais aussi par des religieux, des parias, des voituriers et des tireurs de pousse-pousse, des saltimbanques ou des bateleurs (bakutô). Ces derniers jouèrent d’ailleurs un rôle important en incitants les paysans endettés à la révolte.

Comme cette information est vraiment anecdotique dans le livre de Souiry, il n’y a pas de note, et j’ignore sa source. Si une lectrice ou un lecteur en sait plus que moi, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Je vous en serai très reconnaissant.

Ce passage m’a fait immédiatement penser aux manifestations contre la reprise de l’utilisation de l’énergie nucléaire après le désastre de Fukushima en 2011. En effet, nombre de musiciens ont participé activement à celles-ci, dont des héritiers de la tradition japonaise de musiciens de rue. Cette forme d’engagement a été bien étudiée, notamment par Noriko Manabe dans son livre The Revolution Will not Be Televised. Protest Music After Fukushima (Oxford, 2015)2. Manabe et son éditeur ont eu la bonne idée de créer un site internet compagnon de son livre, où l’on peut trouver des liens utiles vers des enregistrements sonores et des vidéos qui illustrent son propos. En voici quelques-unes qui montrent l’engagement politique de musiciens dans le Japon contemporain et le jeu avec des traditions de protestations. On y verra aussi comment les autorités policières et civiles brident le droit de manifester en faisant minutieusement respecter des règles de circulation et de trafic routier: pas question de dépasser la ligne blanche !

1. Jintaramūta, groupe de chindon

Manifestation le 10 avril 2011 dans le quartier de la gare de Kōenji (Tokyo)

A cause de sa participation dans le mouvement antinucléaire, le groupe a perdu des contrats de concerts (Manabe p. 79-80). La tradition des musiciens dits chindon ou chindon-ya remonte au 19e siècle: ils étaient des musiciens de rue qui faisaient de la publicité pour des magasins ou des associations de marchands.

2. Pot-pourri de musiques lors d’une manifestation au Parc Yoyogi le 25 février 2012

3. Endō Michirō et les Stalin 246, “Genpatsu blues” au Project Fukushima Festival, 15 août 2011

Pour une analyse et une traduction partielle de la chanson en anglais, voir Manabe p. 304-305. Le chanteur Michiro Endo, né en 1950, est originaire de la région de Fukushima; il est un des concepteurs du festival Project Fukushima3.
, .

4. Danse bon-odori sur une chanson « eejanaika » au Festival Fukushima 2013

(Pour une analyse de la chanson, voir Manabe p. 316-318). Les danses bon-odori sont des danses qui se font partout au Japon pendant l’été; dans des petits festivals de quartier, toutes les générations peuvent s’y retrouver dans une atmosphère conviviale.

Le genre de chanson « eejanaika » (approximativement en français, « Ça dérange qui ? » ou « On s’en fiche ») remonte à la fin du régime shogunal et est lié à des mouvements populaires, plus ou moins spontanés, de protestation ou de contestation.

En voici une belle illustration de 1867:

Scène de danse eejanaika, 1867. Auteur: Kawanabe Kyōsai ; National Diet Library Digital Collections, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2183868

5.Rankin & Dub Ainu Band  » You can’t see it, and you can’t smell it either « 

(Paroles: Rankin Taxi [1989]; version de 2011; sous-titre anglais: Peter Barakan)

Lire aussi
Bibliographie non vue
  • Abe, Marié. « Sounding Against Nuclear Power in Post-3.11 Japan: Resonances of Silence and Chindon-ya. » Ethnomusicology 60, no. 2 (2016): 233-62. doi:10.5406/ethnomusicology.60.2.0233.
Mise à jour du 19 mars 2018

N. Manabe, “It’s Our Turn to Be Heard”: The Life and Legacy of Rapper-Activist ECD (1960-2018), The Asia-Pacific Journal. Japan Focus 16, 6, 3: un article émouvant et intéressant sur une autre musicien politiquement engagé du Japon.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des saltimbanques du Mouvement pour la liberté et les droits du peuple aux musiciens engagés contre le nucléaire ». Publié sur Acrobates japonais en France le 14/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/909.
  1. Le Mouvement pour la liberté et les droits du peuple (自由民権運動) est un mouvement politique important dans les années 1880 au Japon. []
  2. Voir, par exemple, le compte-rendu de E. T. Atkins, Review of Manabe, Noriko, The Revolution Will Not Be Televised: Protest Music after Fukushima, H-Japan, H-Net Reviews (août 2017).
    URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=49457. []
  3. Sur ce festival, qui ne se veut pas primairement un événement engagé contre le nucléaire mais une fête pour promouvoir et défendre la préfecture de Fukushima, voir D. Novak, Project Fukushima! Performativity and the Politics of Festival in Post-3/11 Japan, Anthropological Quarterly 90, 1 (2017), p. 225–254. []

Liens du mois (janvier 2018)