Liens du mois (mars 2018)

Enfin, je voudrais signaler tout le plaisir et l’intérêt que j’ai eus à suivre la conférence de Bruno Jactat aux Rencontres Pédagogiques du Kansai ce mardi 27 mars: « Les neurosciences en action II : debout et en mouvement dans la classe. Comment activer les cerveaux pour les mettre en posture d’apprentissage optimal ? »: je vais essayer d’utiliser les informations et conseils que j’y ai entendus pour mes cours de « Area Studies; Europe ».

Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900

Grâce à une belle entrée du blog de Gallica (M. Rouquet, À la découverte des cylindres phonographiques de la BnF, 15 mars 2018), j’ai appris l’existence d’enregistrements sonores réalisés lors de l’Exposition Universelle de 1900 à Paris. Ils sont l’œuvre de:

« Léon Azoulay, médecin et membre de la Société d’Anthropologie de Paris. Il se fait pionnier de l’usage de l’enregistrement sonore en ethnographie quand il collecte 400 cylindres lors de l’Exposition Universelle de 1900 qui se tient à Paris. »

Azoulay travaille avec beaucoup de méthode et enregistre sur fiches de nombreuses données sur les circonstances de ces enregistrements.

Cylindre (enregistrement sonore) , 1900, Bibliothèque nationale de France, département Audiovisuel, CYL-2614 ; domaine public

Par exemple, on apprend à propos d’un « air du jour de l’an « Chichi » joué sur le « Shino-foué » (flageolet) » que « tous ces phonogrammes ont été obtenus grâce à l’obligeance de M. Dumoulin, directeur du « Tour du Monde » à l’Exposition et M. Hitomi, délégué du gouvernement à Formose. »

Il s’agit ici du peintre Louis Dumoulin dont j’avais brièvement parlé il y a une dizaine de mois: d’après une recherche sur le site du CREM, il a aidé Azoulay pour une vingtaine d’enregistrements de voix et d’airs du Japon et du Sri Lanka. Je n’ai malheureusement pas d’informations sur M. Hitomi. Si vous en avez, n’hésitez pas à laisser un commentaire; je vous en serai très reconnaissant [Voir maintenant la mise à jour ci-dessous].

Azoulay archive aussi par écrit un certain nombre d’informations sur les personnes qu’il enregistre.

Fiche accompagnant le cylindre ci-dessus

Voici les informations qu’on peut, grâce aux fiches d’Azoulay, rassembler sur les Japonais qui ont accepté de se faire enregistrer lors de l’Exposition de 1900.

Pas d’acrobate ou de lutteurs de sumo (lutteurs qui avaient participé à l’animation du Panorama) donc, et il faut évidemment considérer avec précaution l’intitulé « geisha ».

Toutefois, il est tentant d’identifier les 3 femmes qui ont donné leur voix à Azoulay et la postérité avec les 3 personnes représentées sur la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

Question sans réponse pour l’instant

Je me suis demandé de quand date le premier enregistrement sonore de la langue japonaise et si les cylindres phonographiques d’Azoulay seraient des candidats pour cette réalisation. J. Scott Miller, Early Voice Recordings of Japanese Storytelling, Oral Tradition 11/2 (1996), p. 301-319 (disponible en ligne via Google Scholar), p. 305 n. 5, mentionne un Catalogue de Gramophone de 1902 qui contient des enregistrements en japonais et, p. 306, la vente au Japon d’enregistrements par Columbia Records en 1904.

Toute information sur ce sujet serait bienvenue; n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Mise à jour du 22 mars 2018

Grâce aux suggestions de mon collègue Kazuhiko et de mon fils N., je peux ajouter quelques informations et précisions.

Le premier phonographe utilisé au Japon a été importé par James Ewing en 1878 alors qu’il était professeur à l’université de Tokyo. D’autres exemplaires sont vendus à Tokyo la même année1. Il est raisonnable d’imaginer que cette machine pourrait avoir été utilisée pour enregistrer des conversations, phrases ou mots japonais, mais aucun enregistrement ne semble avoir survécu2.

Le phonographe d’Ewing est maintenant conservé au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo3.

Phonographe d’Ewing; Photographie de Daderot[CC0], via Wikimedia Commons

Il y a une quinzaine d’années, un article du Asahi Shimbun 「100年前の日本人の声録音パリでロウ管14本発見」(17 octobre 2003) a diffusé l’hypothèse selon laquelle les premiers enregistrements conservés de voix japonaises sont bien ceux réalisés par Azoulay et mis en ligne sur Gallica. Je crois que l’article rend disponibles pour le grand public les résultats d’une enquête de Yasuyuki Shimizu4.

Celui-ci met en valeur le fait que tous les enregistrements de Japonais par Azoulay sont anonymes, sauf un qui est attribué à Hitomi, très probablement le délégué de Formose, mentionné ci-dessus. Il s’appelle en fait Ichitaro Hitomi (1865-1924), est journaliste et l’auteur d’un livre, Daï-Nippon. Le Japon. Essai sur les moeurs et les institutions (Paris, 1900). Shimizu a aussi identifié très précisément les geishas qui ont travaillé au panorama de Dumoulin et exposé l’intérêt linguistique de ces enregistrements, qui reprennent plusieurs dialectes différents du Japon.

Ajout du 15 janvier 2019

Colloque international: Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue, 25 janvier 2019, Paris

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Retour à Dumoulin et aux Japonais de l’Exposition Universelle de 1900 ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1550.
  1. Voir C. Boissier, De l’Occident au Japon : naissance et développement de l’industrie musicale japonaise grâce aux innovations technologiques, 年報 非文字資料研究, 10 (2014), p. 331-353. []
  2. Pour en savoir plus sur les recherches historiques et les restaurations des premiers enregistrements sonores, les blogs suivant sont très intéressants : Patrick Feaster, Trilled R’s and the dawn of recorded sound in America, O Say Can You See? (19 janvier 2012); Annie Dobberteen, Forgotten early sound recordings given a voice, ibid. (26 janvier 2012). Voir aussi le site internet http://www.recordingpioneers.com/index.html, avec de nombreux témoignages, par exemple le journal de voyage (1902-1903) et le récit des enregistrements au Japon de Fred Gaisberg []
  3. Voir, par exemple, http://www.kahaku.go.jp/english/research/department/sci_engineer/ (en anglais); http://www.asj.gr.jp/journal/pdf/museum14.pdf (en japonais, plus détaillé. []
  4. Voir par exemple les diapositives Power Point de sa présentation en anglais «Japanese Voice Recording  Collections Recorded in Europe», EAJRS Conference Sep­18­ 2008 CCCM LIsboa. []

Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France

L’Histoire mondiale de la France est un ouvrage historique dirigé par Patrick Boucheron qui a fait beaucoup parler de lui en 2017. Comme Wikipédia offre une bonne présentation du livre et des débats idéologiques qu’il a provoqués, je n’ai pas besoin d’y revenir. Dans le cadre de ce carnet, je voudrais juste examiner quelle est la part du Japon en particulier et de l’Extrême-Orient en général dans cette histoire de France.

Si l’on suit dans l’index intitulé “Parcours buissonniers” l’entrée Indes, Inde et Extrême-Orient, on aboutit à :

  • 1270 : Saint-Louis nait à Carthage (ambassades auprès du khan mongol et « lettres des confins de la Chine »)
  • 1380 : L’image du monde dans une bibliothèque (présentation de l’Atlas catalan)
  • 1534 : Jacques Cartier et les terres neuves
  • 1664 : Colbert et compagnies (très peu disert sur la Compagnie des Indes orientales)
  • 1686 : Rendez-vous manqué avec le Siam (un bel article de Romain Bertrand)
  • 1763 : Un royaume pour un empire (émergence de l’empire britannique)
  • 1769 : Le monde est une conversation (sur le voyage de Bougainville ; l’article est cruel : « Dans l’immédiat, ses découvertes n’auront aucune conséquence commerciale ou politique »)
  • 1891 : Pasteuriser l’Empire (une contribution intéressante de Guillaume Lachenal) (Je me permets d’attirer l’attention sur l’article de J. Kevin Baird, War Crimes in Japan-Occupied Indonesia: Unraveling the Persecution of Achmad Mochtar, The Asia-Pacific Journal. Japan Focus1.4 (1er janvier 2016) à propos de l’utilisation par l’armée japonaise des ressources et équipements de l’Institut pasteur de Bandung (Indonésie) pendant la seconde guerre mondiale)
  • 1931 : L’Empire aux portes de Paris (sur l’Exposition coloniale internationale)

Si l’on suit l’entrée Orientalisme, on arrive à :

  • 1712 : Les Mille et Une nuits, ou la forgerie d’Antoine Galland
  • 1863 : « L’Algérie sera un royaume arabe »
  • 1962 : Le crépuscule de l’Algérie française à Jérusalem
  • 2003 : « Et c’est un vieux pays »

Aucun de ces quatre articles ne nous concerne ici.

On voit donc que l’Extrême-Orient est très peu présent dans l’ouvrage. Certes, c’est dû aux contacts limités entre la France et cette région du monde, on ne peut le nier, mais il me semble qu’on peut regretter l’absence d’articles sur le japonisme, sur la bataille de Diên Biên Phu et sur le nucléaire, militaire (première bombe atomique française en 1960) aussi bien que civil (liens entre industries nucléaires française et japonaise).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture : L’Extrême-Orient dans l’Histoire mondiale de la France ». Publié sur Acrobates japonais en France le 09/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1538.

 

Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse

Toujours dans mes recherches sur Kosiki, opéra-bouffe français de 1876 à l’intrigue improbable, grâce au site internet europeana.eu, j’ai découvert que cette œuvre avait été traduite et jouée à Barcelone. Je n’en parlerai pas dans l’article que j’espère bientôt finir sur cet exemple de japonisme théâtral et musical, car je souhaite me tenir au contexte historique et culturel de Paris1 , mais je m’en voudrais de ne pas présenter brièvement ici la belle collection de dessins que possède l’Institut del Teatre, très généreusement mis à la disposition des chercheurs et autres amateurs sur son site internet.

Dessins d’accessoires pour la mise en scène de Kosiki, par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

En effet sont conservés 33 dessins de costumes, accessoires et mobilier destinés à la mise en scène de Kosiki à la fin du XIXe siècle2. Ils sont du pinceau de Fèlix Urgellès de Tovar (1845-1919), peintre paysagiste qui s’est reconverti dans le décor et la scénographie de théâtre et qui a travaillé pour les grandes salles de spectacle de Barcelone.

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Le personnage représenté ci-dessus est sans doute Fitzo, jongleur de rue, en fait empereur du Japon selon l’intrigue de la pièce. Il effectue un des tours les plus fameux des jongleurs-magiciens japonais, celui des papillons, des morceaux de papier pliés et déchirés que le saltimbanque fait voler à l’aide de son éventail (normalement pas deux comme ici).

« Extravagàncies », par Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Ici, je pense que l’on peut reconnaitre Kosiki, personnage qui a donné son nom à la pièce. Elle commence l’histoire comme empereur et la finit comme impératrice, avec un passage par la rue comme saltimbanque. On la voit qui jongle dans un kimono court, coupé à mi-cuisse, ce qui devait permettre de mettre en lumière le galbe de ses jambes, objet d’un des actes les plus appréciés de l’opéra-bouffe, si l’on en croit les critiques françaises.

Le passage d’un sexe à l’autre permet aux costumiers d’imaginer des variations sur le kimono, qui devient ainsi un vêtement doublement hybride, à la fois masculin/ féminin et japonais/ occidental.

Dessin de Fèlix Urgellès de Tovar, ©Autor. MAE. Institut del Teatre

A cet exceptionnel ensemble de dessins, il faut ajouter des maquettes de décor, en bois et en papier3.

Maquette de décor pour Kosiki, réalisée par Fèlix Urgellès de Tovar; ©Autor. MAE. Institut del Teatre

Urgellès a aussi utilisé ses talents pour décorer et aménager des magasins de Barcelone en style japonisant4. Il semble être un bel exemple de « japonisme consommateur ».

Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les costumes catalans de Kosiki, empereur du Japon et jongleuse ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/03/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1510.
  1. En outre, d’après D.R. George, « Playing Japanese » in Fin-de-siecle Zarzuela, in Intersections of Race, Class, Gender, and Nation in Fin-de-siècle Spanish Literature and Culture éd. par J. Smith et L. Nalbone (Londres, 2016) (non paginé dans la version Google Books), le japonisme en Espagne doit être compris différemment de celui de France, du Royaume-Uni ou des États-Unis d’Amérique, car il se développe alors que l’empire espagnol se contracte et va sur son déclin. []
  2. Je me demande s’il ne faut pas ajouter à ces 33 dessins explicitement attribués à Kosiki par le site internet plusieurs illustrations de décor: Croquis per a palau oriental, Croquis per a rompiment d’estil oriental, Desconegut, Desconegut (2 dragons), Desconegut (Estància d’estil oriental), Desconegut (Moble d’estil oriental), Interior de palau decorat en vermell i dauratPorxada d’estil oriental. []
  3. Le site internet ne prend pas position sur le spectacle pour lequel ces maquettes ont été réalisées (« Espectacle: Desconegut ») : Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès, Pati de Palau japonès. []
  4. On peut voir un dessin du « Pavelló Imperial Japonés » (1881) ici. []