Liens du mois (mai 2018)

Contacté par 20 Minutes, Gilbert Edelstein assure que les difficultés financières traversées par sa société ne sont pas liées aux polémiques liées à l’utilisation d’animaux sauvages. « Je m’attendais aux réactions des défenseurs des animaux mais ils n’y sont pas du tout, se défend-il. La première raison à nos difficultés financières est la crise que tout le monde traverse. Autant les cirques traditionnels que les tournées de music-hall, les comédies musicales, les théâtres à Paris, bon nombre de restaurants… »

(…)

« Le spectacle en lui-même ne représente que 10 % des frais, reprend Gilbert Edelstein qui évalue entre 20.000 et 30.000 euros par jour les frais qui y sont liés. Le reste va dans le transport, de plus en plus cher à mesure que le prix du carburant augmente, le montage du chapiteau, la communication. »

(…)

Interrogé par l’AFP, Pascal Jacob, directeur artistique du cirque Phénix et auteur en 2016 du livre Une histoire du cirque tient d’emblée à préciser que « ce n’est pas un phénomène récent. Il y a toujours eu de grands cirques qui ont trébuché ».

 

(…) Ainsi, en mars dernier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a annoncé, dans le cadre de son plan “Culture près de chez vous”, un plan de soutien “de 500 000 euros aux cirques traditionnels, trop souvent déconsidérés, longtemps laissés de côté par le ministère (…), qui investissent pourtant des territoires où d’autres ne passent jamais, et c’est déjà un premiers pas“. Entre enjeux financiers, différenciation des styles et question du bien-être animal, la question des cirques semble loin d’être réglée. Pour faciliter le dialogue entre les circassiens et les maires, Matignon a créé fin 2017 une Commission nationale des professions foraines et circassiennes pour “étudier les questions relatives à ces professions et de formuler des propositions visant à garantir la bonne prise en compte de la spécificité”.

I personally agree that historians (including myself) have
focused very much on lethal extralegal violence, and that the resul thas been to obscure the scale and reach of the nonlethal vigilantism against the Chinese.

Les jongleurs aussi vont en enfer

J’ai récemment eu le plaisir d’aller voir la belle exposition d’estampes humoristiques et de caricatures de l’époque Edo organisée par le Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka.

Affiche de l’exposition 江戸の戯画 au Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka, 17 avril-10 juin 2018 ( (C) Copyright 2018 Osaka City Museum of Fine Arts)

On peut notamment y admirer deux rouleaux peints de l’artiste Nichōsai (耳鳥斎), dont on ne sait pas vraiment grand chose, sinon qu’il a vécu à Osaka à la fin du 18e siècle. Il s’agit de parodies des « Rouleaux des Enfers », des peintures religieuses qui représentent et expliquent la nature et les caractéristiques des enfers du bouddhisme (certains de ces rouleaux datent du 12e siècle et sont des “trésors nationaux” du Japon).

Dans ses rouleaux humoristiques, Nichōsai représente les enfers qui attendent différentes professions ou occupations: des démons y torturent les défunts en fonction de leur métier ou activité.

Voici, par exemple, le sort des vendeurs de pipes ou de tabac:

Extrait d’un Rouleau des Enfers de Nichōsai; — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=68783705

En ce qui concerne les jongleurs, ils sont montrés dans deux rouleaux différents1:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée de l’Histoire d’Osaka: 台神楽の地獄 (Enfer des saltimbanques)

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée national de l’histoire du Japon de Sakura: 台神楽の地獄

Je me permets de renvoyer à mon petit billet sur le Dai-kagura d’Ise. Je trouve que Nichōsai a bien rendu les mouvements et attitudes du jongleur, ses accessoires, le masque de la danse du lion qui attend son tour et l’acolyte narquois à gauche

Quant aux fildeféristes, voici l’enfer qui leur est promis:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichosai conservé à Osaka: 綱はたりの地獄 (Enfer des équilibristes sur corde) (le diable de gauche appartient à la scénette suivante)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les jongleurs aussi vont en enfer ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1650.
  1. Je prie les lecteurs de m’excuser pour la mauvaise qualité des reproductions qui suivent; ce sont des photographies que j’ai faites, sans matériel adéquat, du catalogue de l’exposition: 江戸の戯画. Caricatures of the Edo Period éd. par T. Akita et al. (Osaka, avril 2018), nos 15 et 16. []

Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto)

Le 5 mai dernier (jour des enfants , férié au Japon) , je suis allé au sanctuaire Fujinomori de Kyoto (藤森神社) pour y assister à la partie de son festival annuel appelée “kakeuma” (駈馬). Pendant cet événement, des chevaux montés galopent à vive allure dans la courte allée qui mène de la torii principale du sanctuaire à son bâtiment central. Les cavaliers se livrent à diverses acrobaties pendant cette petite course, qui sera répétée une dizaine de fois. Tout cela est spectaculaire parce que les chevaux passent très près des spectateurs entassés des deux côtés de l’allée et n’en sont séparés que par de légères barrières incapables d’arrêter un cheval s’il dévie de sa route.

La foule s’apprête à prendre des photos du kakeuma (Photo ADH).

En outre, les acrobaties ne sont pas sans danger pour les cavaliers; l’un d’entre eux eut d’ailleurs quelque mal à se relever après une chute, qui avait inquiété la foule mais s’est finalement avérée sans gravité.

Une petite vidéo filmée ce jour-là permet de bien comprendre la nature de ces acrobaties et donne un bon aperçu des réactions du public1.

La vidéo suivante est intéressante parce qu’elle permet d’entendre la parole et d’entrevoir les pensées de plusieurs de ces cavaliers:

J’en retiens plusieurs éléments:

  • l’affirmation que le festival remonte à l’époque Heian
  • la transmission de cette pratique entre générations d’un nombre limité de familles
  • les acrobaties servent à impressionner les dieux tout autant que les spectateurs
  • les chevaux n’appartiennent pas au temple; et les cavaliers ne s’entrainent presque pas avant le festival
  • le spectaculaire travail d’équipe des assistants qui arrêtent les chevaux dans leur élan pour qu’ils puissent repartir pour un nouveau tour, travail dont on ne dit mot et qui est donc peu mis en valeur
  • la fierté personnelle des cavaliers acrobates

Le festival fait officiellement partie du patrimoine immatériel de la ville de Kyoto: 京都市登録無形民俗文化財2. Le spectacle d’acrobatie remonterait à l’an 781; pendant les périodes Muromachi et Edo, les acrobaties auraient été pratiquées par des soldats et des officiers de cavalerie. Depuis l’époque Meiji, elles sont réalisées par les habitants du quartier du sanctuaire, des “paroissiens” du sanctuaire Fujinomori3.

Les différentes techniques acrobatiques ont des noms bien spécifiques:

  • 一字書き, ichijikaki: écriture d’un kanji sur une tablette de bois tout en chevauchant sa monture (ce serait la réplique de communications d’urgence sur le champ de bataille, si j’ai bien compris l’explication donnée par hauts-parleurs)

Un assistant montre aux spectateurs le pinceau et la tablette de bois qui vont servir à l’acrobatie ichijikaki (Photo ADH).

Un cavalier montre fièrement le kanji 馬 qu’il a écrit à cheval à une équipe de télévision locale (Photo ADH).

    • 逆立ち, sadakachi: faire le poirier
    • 横乗り, yokonori: chevaucher en étant penché
    • 矢払い, yaharai: ???, littéralement “payer une flèche, payer avec une flèche” ??? (cela consiste à lancer une sorte de filet, ce qui apporterait la confusion auprès des ennemis qui visent le cavalier)
    • 逆乗り, gyakunori: monter à l’envers
    • 藤下り, fujishitari: la tête et le haut du corps renversés vers le bas, une jambe est tendue vers le ciel, et le cavalier n’est retenu que par un pied à un étrier.
    • 手綱潜り, tadzuna-moguri: la plongée ?

Avant les cavalcades, une petite procession permet aux spectateurs d’admirer les chevaux et les costumes des participants, et aux responsables du sanctuaire de purifier la piste de course avec des carrés de papier découpé (j’ignore le nom de ces morceaux de papier) et d’annoncer que les flashs sont interdits pour ne pas effrayer les chevaux.

Procession avant les acrobaties équestres (Photo ADH)

Rituel de purification (?) de la piste aux chevaux (Photo ADH).

Un cavalier (noriko) (Admirez l’étrier) (Photo ADH)

Deux Miko portant des panneaux avec la mention de l’interdiction des flashs (Photo ADH).

Cette dernière photo me permet d’illustrer la façon dont la tradition est utilisée pour une interdiction très moderne et de mettre en valeur les aspects d’ “invention de la tradition” de ce festival. Je doute très fortement qu’il puisse remonter à l’époque Heian et, sous sa forme actuelle, il n’a vraiment aucun aspect qui, de façon convaincante et évidente, puisse rappeler une origine militaire. Je ne serais donc pas surpris s’il mêlait des éléments de l’époque d’Edo, la cavalcade en ligne droite dans un sanctuaire, peut-être en rapport avec des soldats, et des éléments de cirque occidental, les acrobaties. C’est dans doute ici le moment de rappeler que des cirques occidentaux sont venus au Japon dans les années 1860 et suivantes et ont connu un certain succès, notamment avec leurs acrobaties équestres, succès qui leur a parfois valu d’être admirés par l’empereur.

フランス ダイキョクバ, Cirque Soulie (1871)

Visite de l’empereur Meiji et de sa famille au cirque Charini (チャリネ大曲馬御遊覧ノ図) (1886); Public Domain; https://www.metmuseum.org/art/collection/search/55252

Que pensez-vous de cette hypothèse ?4

Liens supplémentaires
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1603.

 

  1. La vidéo accompagne un articulet du Asahi Shimbun: 佐藤慈子, 京都・藤森神社で駈馬神事 疾走する馬の上で曲技, 朝日新聞 (5 mai 2018). []
  2. http://www.city.kyoto.lg.jp/bunshi/page/0000189609.html []
  3. DyDo DRINCO, Matsuri of Japan. Fujinomori Matsuri Kakeuma Shinji (2014), avec d’excellentes photographies. []
  4. Un tout grand merci à ma collègue Lucile Druet sans qui je n’aurais pas eu l’idée d’aller voir ce matsuri; je conseille d’aller voir l’excellente série de photos qu’elle y a prises il y a deux ou trois ans. []

Liens du mois (avril 2018)

Emile Sanremo, “Rodin assis sur un banc, dessinant une danseuse cambodgienne” (1903 ou 1906 [?)]© Musée Rodin