Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018)

  • CARP (= Circus Arts Research Platform)
  • Ignacio Ramos Gay, « Un aztèque de vaudeville: “Le Prix Martin”, d’Eugène Labiche », Studi Francesi [Online] 182 (LXI | II)  (2017), mis en ligne le 01 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/9765 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.9765
  • Mort de l’artiste légendaire Rosa Bouglione à l’âge de 107 ans, Atlantico (27 août 2018)
  • Collection Keym sur numeriques.be. Keym, échevin et bourgmestre (= maire) d’une commune de Bruxelles pendant la Première Guerre Mondiale a rassemblé une extraordinaire collection de caricatures de cette époque. Cet ensemble, qui fait partie des Archives de la Ville de Bruxelles, a été numérisé et est maintenant à la disposition des chercheurs sur internet.

Il y a quelques temps, j’avais signalé sur ce carnet que les artistes de cirque japonais apparaissaient souvent dans les caricatures dessinées au sujet de la guerre russo-japonaise. Deux caricatures de la Collection Keym semblent montrer que le thème du cirque a continué à être utilisé pour parler de l’armée japonaise pendant la Première guerre mondiale, mais le Japon est cette fois représenté comme un des animaux de la ménagerie d’un cirque, non comme un jongleur ou acrobate.

Le Japon, allié du Royaume-Uni, déclara la guerre à l’Allemagne le 23 août 1914, mais les caricatures ci-dessous montrent aussi l’Oncle Sam, personnalisation de l’Amérique,et ont été dessinées après l’entrée en guerre des USA, en 1917. En outre, à ce moment, des navires japonais patrouillent en Mer Méditerranée, comme escortes des navires alliés, ce qui accentue la visibilité de cet ennemi en Allemagne.

Caricature de Walter Trier, 1918 (?)1, « Die japanische Intervention », « oder Wie’s kommen kann », Collection Keym; ARC-AVB-Keym-dep2-011-016, Libre de droits

« L’intervention japonaise », ou « Comment ça peut arriver » (tentative de traduction)

Caricature de Thomas Theodor Heine, 1918/19192, « Der japanische Panther », « Mister Bull, losgelassen ist er gleich. Uber glauben Sie, dass wie ihn zurückpfeifen können ? »; Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-012-006

« La panthère japonaise »,

« Mister Bull, elle est déchainée. Mais croyez-vous que nous pouvons la rappeler en sifflant? » (tentative de traduction)

Les deux caricatures montrent donc le Japon comme une créature des alliés qui va leur échapper, se retourner contre eux et leur faire payer leur naïveté. On peut associer ces deux dessins à un troisième, qui nous éloigne du thème du cirque, mais il me semble si réussi que je ne peux résister à le recopier ici:

« Die japanische Sphinx », « Wer ihre Rätsel nicht löst, den wirft sie in den Abgrund. Nun können sich die Ententeleute Kopf und Kragen zerbrechen. »3, dessin de Carl Olof Petersen, Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-011-126, Libre de droits.

Le Sphinx japonais.

Quiconque ne résout pas son énigme, il le jette dans l’abîme. Maintenant, les membres de l’Entente peuvent se casser la tête et le cou.

Il n’est pas facile de dater cette caricature avec certitude, mais les colombes montrent qu’on est en contexte de discussion de paix. « Die Ententeleute » ne doit pas s’entendre stricto sensu comme membres de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie), mais, je pense, comme participants à la Conférence de Paix de Paris (1919) (on peut alors reconnaitre sur le dessin, face au Sphinx japonais, un Français, un Anglais et un Américain). Malheureusement, la caricature n’explique pas ce qui motive les interrogations des Occidentaux.

On rappellera que le Japon avait demandé lors de cette conférence qu’on affirme le principe de l’égalité des races et que cela avait été refusé, le premier opposant à ce concept étant les USA.

Bibliographie non vue
  • Serge Jaumain et Valérie Piette, « Un trésor aux Archives de la Ville de Bruxelles: les caricatures de la Collection Keym », in: Serge Jaumain et Valérie Piette (éds.), L’humour s’en va-t-en guerre. Bruxelles et la caricature en 14-18 (2005),p. 4-10.
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 31/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2029.
  1. Il semble que le dessin a été publié dans la revue Lustige Blätter, 33. Jg., No. 14, 192. Kriegsnummer (1918). []
  2. Le dessin semble avoir été publié dans la revue Simplicissimus 23.21. []
  3. Merci à Frédéric Colin pour son aide à la transcription du texte. []

Un documentaire de la NHK: « 6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque »

Ce soir, par hasard, j’ai eu l’occasion de regarder sur la NHK (la chaine publique de télévision japonaise) un documentaire très intéressant sur une famille circassienne japonaise: 6男4女 サーカス家族の夏 (6 garçons, 4 filles. L’été d’une famille du cirque).

Le documentaire suit pendant plusieurs mois une famille colombo-japonaise qui fait partie du cirque 「ハッピードリームサーカス」(Happy Dream Circus). L’équipe de ce cirque fait une cinquantaine de membres; il change tous les deux mois de ville (on le voit dans le documentaire au sud de la préfecture d’Osaka, dans la préfecture de Yamaguchi et partir pour Tottori). Une grande partie (la majorité ?) des artistes sont étrangers. D’après le documentaire, il existe encore 3 cirques similaires au Japon; dans les années 60, il y en avait une vingtaine.

La famille objet du documentaire est composée du père colombien, de 3 enfants plus âgés issus d’un premier mariage, de sa femme, japonaise, de la sœur de celle-ci, et de leurs 7 enfants. Un 8e enfant nait pendant le documentaire. Cette famille se spécialise notamment en jeux icariens, ce qui nous ramène au début de notre recherche, le livre de F. Schodt sur le Professor Risley. On y voit donc un enfant d’une dizaine d’années s’entrainer et présenter un numéro avec son demi-frère. Le documentaire mêle habilement de joyeuses scènes de complicité familiale et des moments pénibles de chutes douloureuses et d’angoisse. Il montre bien la transmission familiale d’un savoir et d’un mode de vie.

L’autre aspect du documentaire concerne la scolarité des enfants. Ils changent d’école cinq fois par an, restant dans le même établissement deux mois, avant de changer. Ce n’est pas facile pour eux, mais, et je dois avouer que j’ai été surpris par cette information, il semble que les différents établissements scolaires fréquentés fassent de réels efforts pour recevoir les enfants de la troupe. J’ignore s’il s’agit de bricolage ou s’il existe un système officiel de scolarisation des enfants du voyage au Japon.

Enfin, le documentaire est un beau portrait de famille, en particulier de la mère, un exemple attachant de sérénité apparemment, tout en ne cachant pas les aspects difficiles de la vie de cirque: le danger physique, la pénibilité des exercices, le travail des enfants, les difficultés émotionnelles que causent la vie de voyage et son instabilité.

Voici une vidéo récente montrant un spectacle de ce cirque:

Le numéro des acrobates icariens commence à 7 ‘ 22. On y voit les deux demi-frères travailler ensemble et finir par un numéro sans filet sur une plate-forme élevée à 10 m au-dessus du sol.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Un documentaire de la NHK: « 6 garçons, 4 filles, l’été d’une famille du cirque » ». Publié sur Acrobates japonais en France le 05/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1990.

Liens du mois (juillet 2018)