Le Japon dans les catalogues d’étrennes de la Samaritaine II (les années 20)

Voici la suite de notre examen des catalogues de la Samaritaine mis en ligne de belle façon par la Bibliothèque Forney. Nous avons cherché les occurrences d’acrobates ou de jongleurs, et surtout celles des mots « Japon » ou « japonais ». Les résultats n’ont rien de surprenant, mais offrent un instantané de japonisme populaire. Notons le dernier objet, la lampe de poche, exemple de production industrielle sans rapport avec l’image traditionnelle du Japon et, pour l’instant, exceptionnel dans nos listes.

1921

Acrobate, jongleur, cirque : /

Clown: 2 jouets; dont un clown à l’échelle

Clown à l’échelle et « Auto-patte »; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1921, mardi 7 décembre et pendant tout le mois, [Noël 1920-étrennes 1921]

Pour le Japon, Pongée du Japon pure soie (p. 27) et un prunier du Japon:

Petit prunier du Japon, dans un pot fantaisie garni de mousse

1924

Acrobate, jongleur: /

Cirque: un livre de la bibliothèque rose illustrée, Le Cirque « Piccolo »

Clown: p. 3, un jouet « Les voltigeurs » avec 2 ou 4 clowns

Japon: /; p. 10: un étui à cigarettes en laque japonaise, cadre nickelé, fermoir pression, 3 f 25; p. 11: une châtelaine … décor japonais ; p. 11: un rond de serviette ivoiriné, décor japonais; p. 24: tablier blouse

Châtelaine (…) Décors japonais; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1924. Merci Bibliothèque Forney

Rond de serviette, décors japonais; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1924. Merci Bibliothèque Forney

Tablier blouse pour fillette, forme très enveloppante (…) avec sujets japonais (…); La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1924. Merci Bibliothèque Forney

1927

acrobate, jongleur: /

Cirque: p. 9, un livre. Le Cirque Harry Koblan, 18 fr.

Clown: p. 3: le jouet « les voltigeurs », p. 4, dans la série « Les petits meubles des mutilés », quilles clowns; p. 6, clown équilibriste

Japon: p. 18, vase japonais (à côté de la Perle du Sérail), p. 11, étui à cigarettes en laque japonaise

Vases véritable faïence du Japon, style Satzuma, très riche décor personnages, rehaussé motifs or; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1927. Merci Bibliothèque Forney

 

Étui cigarettes en laque japonaise décorée (…). La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1927. Merci Bibliothèque Forney

1928

acrobate, jongleur, cirque: /

clown: p. 4, jouet « voltigeur infatigable », « Clown orchestre »; p. 8, livre « Clown« 

Japon: p. 17, brûle-parfums bronzé japonais très décoratif 12 fr , un coffret en laque du Japon (avec savon et extraits de parfum) 23 fr

Brûle-parfums bronzé japonais, très décoratif; La Samaritaine, Jouets, étrennes, 1928. Merci Bibliothèque Forney

Japonais: p. 7 lampe électrique de poche avec ampoule japonaise, p. 11: cabinet japonais, laque véritable, p. 12: broche barrette en or et plator avec perle japonaise, 135 fr.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Le Japon dans les catalogues d’étrennes de la Samaritaine II (les années 20) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 31/07/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2956.

Note de lecture: Artistes ou marginaux ? Les sasara de Shinano

L’article de Yuriko Yoshida, « Artistes ou marginaux ? Les sasara de Shinano », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 1029-1052. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-1029.htm est riche en informations sur le mode de vie, les droits et les revenus d’artistes de rue marginaux du Japon. Vu les diversités de statut et les variations géographiques, on ne peut pas projeter automatiquement ce que l’on sait des sasara sur les acrobates et jongleurs, mais l’article offre des considérations et des pistes de recherches qui pourraient être fructueuses. Dans les lignes qui suivent, je ne vais pas résumer tout l’article; je vais uniquement présenter certains points qui m’intéressent et pourraient servir pour des réflexions futures sur les acrobates et jongleurs: statut, payement, religion, lien avec les populations de paysans.

Les sasara étaient des artistes ambulants qui donnaient des spectacles de manzai: un chanteur de mélopées bénéfiques accompagné d’un joueur de petit tambour1. Ils faisaient du porte-à-porte lors des festivités de fin d’année.

Manzai, vers 1820. Estampe de Yashima Gakutei. Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4422754

Les sasara étudiés par Yoshida vivent sur les berges de rivières, le lieu par excellence de la marginalité au Japon, sans doute dans des conditions assez mauvaises.

Lorsqu’ils ne font pas de spectacles, ils cultivent des champs, qu’ils louent, et se livrent à la pêche. Leur source de revenus principale est les spectacles de manzai, mais ils vivent aussi du commerce des produits qu’ils vendent lors de leurs pérégrinations, par exemple des accessoires de parfum (p. 1034-1036) ou des objets en cuir (p. 1048).

Les sasara sont répartis en associations, qui ont l’exclusivité sur certaines zones géographiques. Yoshida donne ainsi l’exemple d’une zone de 1300 maisons situées dans 49 villages. Les sasara étaient payés en nature pour leurs prestations: du riz, des mochi et une boisson de saison. Les zones d’exclusivité pouvaient être vendues ou servir de gages pour des emprunts (p. 1036-1037).

Les sasara devaient accomplir des services pour les autorités locales ou régionales, par exemple la garde des prisons, faire des rondes dans leur village, ensevelir les défunts, assurer la sécurité des gens et des biens lors des incendies. Ils étaient payés en nature, par exemple une portion quotidienne de riz, pour ces corvées. Il y avait donc à la fois discrimination et coopération entre villageois et sasara. Ceux-ci aidaient aussi aux travaux agricoles (p. 1037-1038).

Ils étaient néanmoins soumis à toute une série d’interdictions et de contraintes sociales: ne pas se chausser de socques, ne pas ouvrir un parapluie, ne pas fumer la pipe dans le village, ne pas décorer leurs maisons lors des fêtes, ne pas porter des vêtements de soie, endogamie forcée (p. 1041-1042), interdiction de chasser le sanglier (p. 1048).

Sanctuaire Seki-Semimaru (Otsu, Préfecture de Shiga). Photographie par KENPEI, CC 表示-継承 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9284607

Les sasara recevaient des permis de prêcher du sanctuaire Seki-Semimaru (関蝉丸神社) d’Otsu (Kansai)2 lié au fameux temple Mii-dera, permis qu’ils se transmettaient de génération en génération sous condition de renouvellement lors de la fête annuelle du sanctuaire, ce qui impliquait un pèlerinage et le payement d’une redevance au sanctuaire. Ce permis n’avait pas une valeur officielle absolue, mais il favorisait une certaine liberté de mouvement pour les sasara, et le prestige du sanctuaire permettait parfois de régler à l’amiable des problèmes avec des autorités locales. Ce lien au sanctuaire pouvait parfois entrer en contradiction avec les corvées que certains sasara devaient effectuer dans leur village, car elles pouvaient relever des actions « impures » comme le traitement des cadavres. Les sasara devaient alors négocier avec les différentes parties, et le silence ou la dissimulation de certaines obligations locales était un outil de discussion avec leur temple tutélaire.


L’article de Yoshida fait partie d’un numéro des Annales consacré aux statuts sociaux au Japon (XVIIe-XIXe siècle). Ce dossier est introduit par une excellente présentation de G. Carré, « Les marges statutaires dans le Japon prémoderne : enjeux et débats », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 955-976. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-955.htm. Je relève, p. 964, l’expression qui me parait très propre:

«marginalité institutionnalisée» sous le régime shogunal.

Carré, p. 968, reprend à Nobuyuki Yoshida et Takeshi Tsukada l’analyse suivante de la constitution de la notion de statut à l’époque d’Edo, en trois éléments :

  • le métier (shokubun 3 ) autrement dit «la nature de la propriété et de la gestion de l’activité professionnelle» ainsi que «la position occupée dans la division du travail»;
  • l’organisation communautaire comme entité «garantissant collectivement la propriété et le mode de gestion de l’activité professionnelle»;
  • le «service» (yaku) en tant qu’«accord pour une détermination officielle de la place dans la société».

Dans le même numéro, on trouve un autre article intéressant sur les hinin et leurs activités: Tsukada Takashi, « Les religieux mendiants d’Ôsaka durant la période prémoderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2011/4 (66e année), p. 1053-1077. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2011-4-page-1053.htm

  1. À ne pas confondre donc avec le manzai actuel, des duos de comiques qu’on peut voir et entendre à la télévision notamment. []
  2. Site internet officiel du sanctuaire, en japonais; apparemment, aucune mention des sasara n’y est faite. Voir S. Matisoff, The Legend of Semimaru, Blind Musician of Japan (1973 [2006]), p. 123 s. []
  3. Comme je ne suis pas certain des kanjis, je ne peux donner l’orthographe japonaise. []

Site du jour: POP

Grâce à l’article de D. Rykner, Les bases de données du ministère de la Culture évoluent, La Tribune de l’Art (9 juillet 2019), je découvre avec beaucoup d’intérêt POP:

La plateforme POP regroupe les contenus numériques du patrimoine français afin de les rendre accessibles et consultables au plus grand nombre.

C’est une ressource extraordinaire qui va rendre de nombreux services.

Voici deux exemples:

  1. Que faire d’un document pareil ? Comment l’interpréter dans le cadre du japonisme ? Quel sens peut-on lui donner quant aux rapports entre cirque et exotisme ?

Émile-Constant Puyo, « Mise en scène d’un modèle féminin : jeune femme, vue de profil, arborant un style de coiffure utilisé par les artistes de cirque (clowns, début 1900), assise sur le sol, donnant à manger à une poupée posée dans ses bras. Décor avec un paravent japonais » (sans date); Crédit photographique: Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN

2. J’ai eu la surprise de découvrir un deuxième exemplaire d’un objet dont j’avais parlé sur ce carnet il y a quelques temps:

Photographie d’une plaque en faïence à décor en camaïeu bleu avec rehauts de dorure; © Saint-Quentin, musée Antoine Lécuyer (Hauteur en m 0.625 ; Largeur en m 0.915)

La notice POP me permet d’ajouter une référence bibliographique très utile:

Louis Hambis, ‘Une plaque de Delft à sujet chinois conservée au musée Lécuyer de Saint-Quentin‘, dans ‘Arts Asiatiques‘, tome 19, 1969. ( p. 169-177)

Correction

La plaque du Rijksmuseum a été achetée en 1971; il ne s’agit que d’un seul et unique objet: la lecture de l’article de Hambis a attiré mon attention sur une fêlure que l’on peut également distinguer sur les photos du musée hollandais. .

Liens du mois (juin 2019)

The biggest problem with the 2019 “Aladdin” is that it perpetuates the trend of reverting to magical Orientalism – as if that’s a noteworthy improvement over terrorist portrayals. In truth, it’s not exactly a courageous move to trade explicit racism for cliched exoticism.

Our wiki contains (among other things):
Scholars Directory – A submission form where you can list yourself a DH Japan scholar, including your current projects, skill sets, and contact information. We hope this will enhance everyone’s ability to find collaborators and find new and fascinating work in the field.
Publications – An open-access google doc where you can list your publications or the publications of others related to the intersection of DH/Japan, whether informational blog posts or peer-reviewed writing.
DH Tools – A list of Japan-specific digital tools, as well as a database of broader DH Tools, separated by category. 
There is much more on the wiki, and we hope that the present resources will help facilitate more work on the intersection of Japan and Digital Studies. We encourage contributions from the community to help our resources grow.

https://networks.h-net.org/node/20904/discussions/4186966/announcing-digital-humanities-japan