Diapositives Power Point pour ma participation au colloque Spectacles japonais et artistes occidentaux à l’âge d’or du japonisme : un exemple d’interculturalité ? Autour de Sada Yacco et Hanako (30 janvier 2021)

Voici, au format PDF, les diapositives Power Point de ma participation au colloque du 30 janvier 2021. J’avais préparé trop de matériel et j’ai sauté les diapositives 22-24.

Participer au colloque a été un réel plaisir grâce à l’organisation impeccable de la Maison franco-japonaise, aux introductions et modérations de Bernard Thomann, Atsushi Miura, Yukiko Oki et Matthieu Séguéla. Surtout, Gilles Mastalski avait créé un programme très cohérent et tous les exposés ont été intéressants et pertinents.

Dans les jours qui viennent, je vais présenter quelques-uns des documents discutés hier.

Spectacles japonais et artistes occidentaux à l’âge d’or du japonisme : un exemple d’interculturalité ? Autour de Sada Yacco et Hanako

J’ai l’honneur de participer demain au colloque suivant. J’en recopie le programme depuis le site internet Sciencescope:

Sada Yacco (1871-1946) est, successivement, ou à la fois, geisha, danseuse et actrice, à une époque où les femmes viennent tout juste d’être (ré)autorisées à se produire sur scène au Japon. Après une tournée aux États-Unis où, avec la troupe de son mari, Kawakami Otojirō (1864-1911), elle fait l’expérience du choc des cultures, elle triomphe à Paris, d’abord au moment de l’Exposition universelle de 1900, puis lors de sa tournée européenne de 1901-1902, qui la conduit jusqu’aux confins du Vieux Continent.

Elle suscite, au début du XXe siècle, l’engouement du public et des artistes, souvent désireux de faire son portrait, que ce soit le jeune Pablo Picasso, l’Italien Leonetto Cappiello, l’Austro-Tchèque passionné de Japon Emil Orlik ou encore l’Allemand Max Slevogt, pour ne citer qu’eux. Icône japoniste, incarnation fantasmée de la femme japonaise aux yeux du public occidental, pour qui enfin les « »estampes prennent vie », les élégantes du Paris de la Belle Époque allant même jusqu’à s’arracher les kimonos portant son nom. Elle ouvre la voie à Hanako, une autre danseuse et actrice japonaise qui, quelques années plus tard, inspire de nombreuses œuvres à Rodin.

Au cours de ce colloque, au-delà de la figure centrale de Madame Sada Yacco, les intervenants chercheront à réévaluer quelques aspects de l’influence des arts de la scène et du spectacle japonais en Occident en les replaçant dans le contexte du japonisme, tout en prenant en compte, notamment, les spectacles d’acrobates – qui inspirent l’homme de lettres et dandy Robert de Montesquiou –, et dont on redécouvre aujourd’hui le succès, mais aussi en rappelant le retentissement, peu connu en Europe occidentale comme au Japon, de la tournée de Sada Yacco dans l’Empire des Habsbourg, à travers l’exemple de trois de ses provinces (Kronländer), ou encore la rencontre entre des danseurs japonais en quête de modernité et celle qui révolutionna la danse à cette époque, Isadora Duncan.

Influences croisées, à plusieurs niveaux, là où on ne les attendait pas forcément… Un modèle d’interculturalité au début du XXe siècle ?

Continuer la lecture

Images du mois (janvier 2021)

Bonne année ! Parmi mes bonnes résolutions de nouvel an, je vais essayer d’ajouter une rubrique à ce carnet, une sélection mensuelle d’images relatives au sujet des acrobates et jongleurs japonais. Je publierai cette sélection le 15 de chaque mois, en pendant à la sélection des liens du 1er. N’hésitez pas me suggérer des documents si vous en connaissez.

Deux estampes de Kyosai

(Vues sur ebay1 )

Sur l’estampe des moineaux, on peut lire すずめ踊り (je n’arrive pas à déchiffrer l’inscription en bas à droite). Sur celle des sangliers, on peut lire ぶたのかるわぎ (buta no karuwagi).

Encore une estampe de Kyosai

Vu sur ebay2.

(Je n’arrive pas à déchiffrer le texte en haut au centre)

  1. https://www.ebay.com/itm/353332938410 et https://www.ebay.com/itm/324433210028. []
  2. https://www.ebay.com/itm/114611916762 []

Quelques réflexions sur l’accompagnement musical des acrobates japonais dans les cirques occidentaux

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article de Kim Baston, « Circus Music. The Eye of the Ear », dans The Routledge Circus Studies Reader éd. par P. Tait et K. Lavers (Londres-New York, 2016), p. 117-1351. Elle y consacre quelques pages aux acrobates japonais et chinois, en se basant sur la situation en Australie, qui semble similaire à ce qu’on peut lire pour la France dans les journaux. Les premières troupes japonaises en 1867 sont accompagnées au shamisen, joué par des membres féminins de la troupe, épouses ou filles des acrobates jongleurs. Cet accompagnement musical n’est pas apprécié des spectateurs, en Australie comme en France, mais il est alors toléré car il fait partie de la « découverte ethnique » que permet le spectacle de cirque.

Une fois la curiosité pour la nouveauté que représentent ces acrobates orientaux épuisée, les organisateurs de cirque font créer pour leurs numéros des musiques d’accompagnement occidentales traditionnelles auxquelles on ajoute quelques touches décoratrices qui font oriental. Un exemple est Ung-Kung-Foy-Ya: A Chinese Intermezzo de Karl King (1919).

Un autre exemple est la marche In Old Pekin, également écrite par Karl King, en 19232

Ces morceaux de musique sont utilisés aussi bien pour les acrobates chinois que pour les artistes de cirque japonais, parfois avec l’approbation des voltigeurs eux-mêmes. D’après Baston, cet orientalisme musical permettrait d’intégrer dans le cirque occidental les acrobates orientaux en rendant leurs différences moins visibles, en atténuant le caractère « autre et étranger » de leurs corps, qui pourrait parfois être perçu comme une menace étrange. De plus, l’aspect joyeux des marches permet de réduire l’inquiétude que peut provoquer un numéro dangereux.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Quelques réflexions sur l’accompagnement musical des acrobates japonais dans les cirques occidentaux ». Publié sur Acrobates japonais en France le 08/01/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3256.
  1. Article initialement publié dans Popular Entertainment Studies Vol. 1, Issue 2 (2010), pp. 6‐25. []
  2. Baston mentionne aussi Fantan, une « marche chinoise » composée par Bert R. Anthony, vers 1900. Je n’ai pas trouvé plus d’informations sur ce morceau. []