Image du mois (mai 2021): Le singe et l’enfant

Le musée municipal des beaux arts d’Osaka (大阪中之島美術館), qui ouvrira ses portes l’année prochaine, publie régulièrement sur sa page Facebook des œuvres de sa collection.

Aujourd’hui, c’est ce tableau-ci qui est mis en valeur:

Il s’agit d’une œuvre de Shigeyoshi Hayashi (林重義) (1896-1944). Ce peintre a fait un séjour d’études en France, et, comme le dit la notice parue sur Facebook, on peut déceler l’influence de Picasso et Rouault sur ce tableau de 1933, Le singe et l’enfant. Le costume de l’enfant et la présence d’un singe domestiqué semblent indiquer qu’il s’agit d’un numéro de cirque.

Notice du catalogue en ligne du musée: http://jmapps.ne.jp/osytrmds/det.html?data_id=3769

Liens du mois (avril 2021)

Image du mois (avril 2021): la bataille homérique des pygmées contre les grues sur une carte japonaise

Toutes mes excuses pour le retard dans la publication de l’image du mois. Le format « hybride » des cours dans mon université en réponse à l’épidémie de covid-19 prend toute mon énergie. Mes excuses également pour présenter un document sans rapport avec les acrobates, mais je suis intéressé par les voyages et déformations d’images entre le Japon et l’Europe.

Image extraite de la carte ci-dessous (dans le bandeau inférieur, 4e en partant de la gauche): 小人国 « Le pays des petites personnes », 一万五千里 « 15.000 ri »1.

Carte japonaise, créée entre 1800 et 1850: 萬国人物之図 « Carte avec les gens de nombreux pays ». Merci https://www.wdl.org/en/item/4353

Les « petits hommes » sont reproduits notamment aux côtés des « hommes noirs », du « pays des femmes », des « namban » (Espagnols et Portugais), des Anglais, des Hollandais, des habitants d’Amérique du Nord, des gens d’Ezo (=Hokkaido), des habitants des Ryukyus (=Okinawa), des Coréens et des Chinois2. On voit donc que les peuples illustrés comprennent des pays voisins et familiers des Japonais, des visiteurs européens venus au Japon et des populations connues par oui-dire ou légendaires. Sur la carte, le « pays des petits hommes » se trouve tout au Nord, juste en dessous de la ligne des pays représentés en noir.

Les « petits hommes » dans la galerie de portraits qui accompagne la carte sont les seuls, peut-être par horreur du vide, à être illustrés avec un animal, un oiseau échassier, qu’ils semblent fuir en courant pour se mettre à l’abri.

Cette action nous amène irrésistiblement à Homère, à une célèbre comparaison au tout début du 3e livre de l’Iliade3:

Lorsque, sous les ordres de leurs chefs, ils se sont rangés en bataille, les Troyens s’avancent bruyamment, comme une nuée d’oiseaux faisant entendre de vives clameurs : ainsi s’élève au ciel la voix éclatante des grues, quand elles fuient les hivers et les pluies continuelles ; elles poussent des cris aigus, elles s’envolent au-dessus des flots de l’océan, elles portent aux hommes appelés Pygmées le carnage et la mort, et du haut des airs elles leur livrent de terribles combats.4

Plusieurs auteurs du monde gréco-romain discutent du lieu de vie des pygmées et de leur combat avec les grues, les plaçant soit en Inde, soit en Afrique, près des sources du Nil. En outre, cette scène de bataille semble avoir été assez populaire dans l’Antiquité car on la retrouve illustrée à plusieurs reprises sur des vases ou des mosaïques5

Version antique du combat entre les pygmées et les grues.

Chous attique à figures rouges, 430-420 av. J.-C. (photographie de Marie-Lan Nguyen (User:Jastrow), 2008-05-02, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4051968)

Le thème a bien évidemment été repris aux époques postérieures, notamment au Moyen Age6 et à la Renaissance7 . Voici un bel exemple de gravure avec synthèse de détails supplémentaires qu’on trouve chez plusieurs auteurs antiques: habitat rupestre des pygmées et béliers utilisés comme montures lors du combat.

La carte japonaise, contrairement aux traditions antiques européennes, situe le pays des petits hommes au Nord de l’Europe. On ne peut émettre que des hypothèses sur cette divergence; il est possible que cela donne un indice sur l’origine de l’information, les commerçants hollandais, dont l’illustrateur japonais aurait utilisé les vêtements pour habiller ses pygmées8. Le cartographe japonais aurait simplement placé les pygmées dans la même région que ses informateurs, là où il trouvait de l’espace.

Une autre hypothèse est l’influence d’une carte de Mercator. Celui-ci publie en 1569 une mappemonde intitulée Nova et aucta orbis terrae descriptio ad usum navigantium emendate accomodata, dans laquelle on trouve une petite carte de l’Arctique.

Extrait de Mercator, Nova et aucta orbis terrae descriptio ad usum navigantium emendate accomodata (1569). 1. Vue générale de l’Arctique 2. Partie habitée par les Pygmées, avec sa légende.

L’Arctique est, selon cette carte, divisée en quatre grandes îles. Sur l’une d’entre elles, on peut lire la légende suivante:

Pygmei hic habitant/ 4 ad summum pedes longi, quem/ admodum illi quos in Gronlandia/ Screlingers vocant

Ici habitent les Pygmées, hauts de quatre pieds au maximum, autant que ceux qu’on appelle Screlingers au Groenland.

Mercator donne les sources suivantes pour sa carte:

« Pour ce qui est de la configuration [de l’Arctique], nous l’avons tirée des Voyages de Jacob Cnoyen de Bois-le-Duc qui cite certains faits de la Geste d’Arthur de Bretagne, mais qui tient le plus et le meilleur de ses informations d’un prêtre ayant servi le roi de Norvège en l’an 1364 de notre Seigneur. Il descendait au cinquième degré de ceux qu’Arthur avait envoyés peupler ces îles ; il a rapporté qu’en 1360, un moine anglais d’Oxford, qui était mathématicien, a atteint ces îles et que, partant de là, ayant poussé plus loin grâce à l’art de la magie, il a décrit et mesuré le tout au moyen d’un astrolabe plus ou moins sous la forme ci-dessous que nous avons tirée de Jacob Cnoyen. Il affirmait que les eaux de ces quatre bras de mer sont attirées vers les abysses intérieurs avec une telle violence qu’aucun vent n’est assez fort pour ramener les navires une fois qu’ils y ont pénétré ; le vent, par ailleurs, ne serait jamais suffisant pour faire tourner un moulin à grain. »9

On voit donc que le cartographe japonais ou sa source aurait effectué une synthèse d’informations européennes d’époques différentes qui combinait la position géographique des pygmées de Mercator avec leur histoire, tradition remontant à Homère.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Image du mois (avril 2021): la bataille homérique des pygmées contre les grues sur une carte japonaise ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/05/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3403.
  1. Le ri est une unité de longueur; je ne sais pas à combien de mètres il correspond à cette époque. []
  2. Un tout grand merci à A. Kawawa pour son aide dans le déchiffrement des kanjis. []
  3. Pour une analyse détaillée de cette comparaison, voir Leonard Muellner, The Simile of the Cranes and Pygmies: A Study of Homeric Metaphor, Harvard Studies in Classical Philology 93 (1990), pp. 59–101. []
  4. Iliade 3, 1-7. Traduction par E. Bareste, 1843, recopiée depuis le merveilleux site de Philippe Remacle . []
  5. On trouvera, de façon très commode, le dossier complet dans l’article d’Asher Ovadiah et Sonia Mucznik, Myth and Reality in the Battle between the Pygmies and the Cranes in the Greek and Roman Worlds, Gerion 35 (2017), p. 151-166 (l’article est bien en anglais; ne vous fiez pas à la page internet sur laquelle vous arrivez en cliquant sur le lien; poursuivez votre chemin en cliquant sur « PDF »); voir aussi V. Dasen, Nains et pygmées : Figures de l’altérité en Égypte et Grèce anciennes, in Penser et représenter le corps dans l’Antiquité [en ligne] (Rennes, 2006) (DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.7327); K. Mackowiak, Combats de pygmées et de grues, d’Homère à la figure noire attique (à propos d’une hydrie du Louvre – 1), in Troïka. Parcours antiques. Mélanges offerts à Michel Woronoff, volume 1 (Besançon, 2007), p. 85-100. (Collection « ISTA », 1079); V. Dasen, D’un monde à l’autre. La chasse des pygmées dans l’iconographie impériale, Chasses antiques (2009), p. 213-231 (richement illustré).  J’ai moi-même découvert ce thème lors de la publication des fragments de l’historien(ne?) Basilis: A. D’Hautcourt, “Basilis (718)”, in: Brill’s New Jacoby, General Editor: Ian Worthington (http://dx.doi.org/10.1163/1873-5363_bnj_a718). Pour un exemple de mosaïque, voir https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Roemisches_Mosaik_mit_Pagmaeen_anagoria.JPG. Il existait aussi sans doute des gemmes avec ce thème : https://digital.library.cornell.edu/?f%5Bsubject_tesim%5D%5B%5D=pygmy (les impressions datent du 19e s.; je ne sais pas de quand datent les gemmes elles-mêmes. []
  6. Par exemple, une enluminure dans un manuscrit hennuyer du 13e s., Manière et faitures des hommes d’Orient; un chapiteau dans la salle capitulaire d’Autun. []
  7. https://www.britishmuseum.org/collection/object/P_1982-U-2360 est une « illustration to an unidentified Latin edition of Sebastian Münster, ‘Cosmographia’, probably printed by Petri in Basel, c.1544-52.  » []
  8. Notons qu’il existe aussi des traditions légendaires chinoises sur les relations entre pygmées et grues, mais elles me semblent trop différentes pour avoir joué un rôle dans la fabrication de cette image; à leur sujet, voir R. Mathieu, Le Combat des grues et des Pygmées, L’Homme, 30, 116 (1990), p. 55-73. DOI : https://doi.org/10.3406/hom.1990.369308. []
  9. Traduction française du texte latin par A. Berson, Les sources disparues de l’Arctique de Mercator, Carnet de la Bibliothèque Nationale (27 février 2020); cet article offre une belle analyse des sources mentionnées. []