Ressource du jour: les Prelinger Archives

Grâce au carnet Hypothèses Research in the Making, je découvre l’existence des Prelinger Archives, hébergées dans The Internet Archive. Plus de 18.000 courts métrages américains y sont disponibles.

Je n’y ai rien découvert qui concerne directement les jongleurs ou acrobates japonais, mais l’indexation est parfois minimale et je ne peux exclure qu’il s’y en trouve. Néanmoins, je voudrais montrer aux lectrices et lecteurs de ce blog deux films qui touchent de près ou de loin au sujet de ce carnet:

On voit ici des images des années 1930 (?) de la fête Dezomeshiki dont j’ai déjà parlé sur ce carnet, pendant laquelle des pompiers se livrent à des acrobaties.

Circus Days – A Romance of Youth

Le court métrage suivant, réalisé en 1920 par William L. Roubert sur un scénario de William Henry Warnert (deux illustres inconnus, au vu des informations disponibles sur la IMDb), est intéressant car il est un exemple de l’esprit racialiste des spectacles de cirque de l’époque.

Il se veut une histoire édifiante : un jeune garçon ne peut payer l’entrée au cirque car sa famille pauvre doit utiliser le peu d’argent dont elle dispose pour son père malade. Avec ses camarades de classe, il crée alors son propre spectacle de cirque. A la suite d’un quiproquo, cela a pour conséquence qu’un alcoolique arrête de boire.

Le jeu naturel des enfants est plaisant et rafraîchissant; je me demande ce que François Truffaut, par exemple, en aurait pensé.

Le spectacle conçu par les enfants reproduit les différentes parties d’un spectacle de cirque: jongleries, acrobaties, parade, exhibition d’animaux et d’autres créatures extraordinaires. Dans ce cadre, l’enfant organisateur des festivités demande à l’unique enfant afro-américain du groupe de jouer “the wild man of Borneo”.

Il s’amuse bien, et cela fait de lui en quelque sorte le deuxième héros du film, comme le montre bien l’affichette visible sur le site du IMDb. Toutefois, son anneau dans le nez, sa ceinture de banane et les chaînes aux chevilles montrent bien le caractère raciste de cette scène, révélatrice de la confusion et de l’esprit d’hiérarchie raciaux alors présentés par les cirques: au même titre que les animaux sauvages, les non-blancs sont souvent considérés et montrés comme des êtres inférieurs aux spectateurs caucasiens.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Ressource du jour: les Prelinger Archives ». Publié sur Acrobates japonais en France le 30/01/2022. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3570.

Image du mois: un “ornement du Japon”

Aujourd’hui, Gallica publie sur sa page Facebook le message suivant:

Tout récemment numérisée, l’ « Encyclopédie des Arts Décoratifs de l’Orient pour l’art et l’industrie » est en ligne dans Gallica. Il s’agit d’un ensemble de quatre volumes publié en 1880-1882 par le céramiste Eugène Collinot et l’illustrateur Adalbert de Beaumont : Ornements de Perse, du Japon, Ornements arabes et un volume plus hétérogène consacré aux arts décoratifs vénitiens, hindous et russes.
Des centaines de motifs qui vous charmeront !
 
Dans le volume sur le Japon, on trouve surtout des planches avec des motifs naturels de fleurs ou d’oiseaux, mais l’une d’entre elles concerne des types humains:

Encyclopédie des Arts Décoratifs de l’Orient. Recueils de dessins pour l’Art et l’industrie. Ornements du Japon (1880-1882), pl. 38.

Parmi ces hommes et femmes, on peut voir un jongleur:

Détail de l’image ci-dessus.

En fait, il s’agit de la réimpression avec mise en couleur d’une planche parue 20 ans plus tôt, dans le premier recueil de Beaumont-Collinot, le Recueil de dessins pour l’art et l’industrie, dont la publication a commencé en 1859.

Pl. 110. Croquis japonais. Collection du baron Gros (Domaine public; merci https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/collinot_beaumont1859/0091 (Heidelberger historische Bestände – digital. Sonstige kunstwissenschaftliche Literatur)

Détail de l’image précédente. (Domaine public; merci https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/collinot_beaumont1859/0091 (Heidelberger historische Bestände – digital. Sonstige kunstwissenschaftliche Literatur)

Il semble que de Beaumont a construit son image en réutilisant et adaptant plusieurs dessins de Hokusai. En 1861, de Beaumont et Collinot avaient eu accès au volume I des mangas de Hokusai pour leur Recueil des dessins pour l’art et l’industrie1. Ce dessin date donc d’avant l’arrivée des premiers acrobates japonais en France en 1867.

PS1: Toutes mes excuses pour la qualité des premières images ci-dessus: apparemment, Gallica rend possible l’enregistrement d’images de bonnes qualité depuis ces livres, mais ne permet pas de les reproduire ou des les faire circuler sur le net. Ce sont donc des captures d’écran.

PS2: J’ai créé à l’occasion de cette présentation d’image l’article Adalbert de Beaumont sur Wikipédia. N’hésitez pas à l’améliorer.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Image du mois: un “ornement du Japon” ». Publié sur Acrobates japonais en France le 05/01/2022. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3535.
  1. G. Lacambre, Les collectionneurs japonisants au temps des Goncourt, Cahiers Edmond et Jules de Goncourt n°4 (1995). Hommage à Edmond de Goncourt pour le centième anniversaire de sa mort, pp. 164-170, p. 166. DOI : https://doi.org/10.3406/cejdg.1995.1565. []