Un acrobate japonais têtu dans l’Empire austro-hongrois

Grâce à la célébration de l’anniversaire de Bruce Lee sur le blog “Chinese American Eyes”, j’ai découvert le site internet du catalogue des archives nationales des États-Unis d’Amérique, et j’y ai évidemment cherché s’il existait des mentions d’acrobates ou de jongleurs japonais. C’est ainsi que, parmi les millions (?) de microfilms numérisés en format image et PDF, j’ai trouvé la mention d’un acrobate japonais vivant en Autriche-Hongrie en 1914.

National Archives Catalogue; Record Group 59: General Records of the Department of State, 1763 – 2002; Series: Central Decimal Files, 1910 – 1963;  File Unit: 763.72115/636-825

Comme nous l’avons vu dans un poste précédent, le Japon lance un ultimatum à l’Allemagne le 15 août 19141 ; le 20 août, les autorités allemandes commencent à interner les Japonais présents alors en Allemagne : 126 personnes se retrouvent en prison ou dans un camp de prisonniers, certains pour 80 jours. Un nombre important d’entre eux sont des artistes de cirque et de music-hall.

Le Japon déclare officiellement la guerre à l’Allemagne le 23 août et à l’Autriche-Hongrie le 25 août (parce que, par hasard, des troupes autrichiennes sont associées aux troupes allemandes en Chine)

A la suite des opérations militaires dans le Shangdong, en été 1914, des prisonniers de guerre allemands et autrichiens sont envoyés au Japon; toutefois, le dossier qui nous intéresse ici ne concerne pas des soldats, mais des civils envoyés en prison ou en camp, uniquement parce que le pays où ils résident est entré en guerre avec leur pays de naissance ou de citoyenneté2.

Or, le gouvernement impérial japonais, après que les relations diplomatiques ont été rompues avec l’Autriche-Hongrie, a demandé au gouvernement américain de jouer un rôle d’intermédiaire entre les deux pays. C’est la raison de l’existence de ce petit dossier d’archives que je résume ci-dessous, dossier dans lequel on retrouve plusieurs noms connus des spécialistes de la première guerre mondiale, dont l’histoire se trouve emmêlée brièvement avec le sort d’un modeste acrobate. Je vais dans les lignes qui suivent cheminer selon l’ordre des documents archivés:

Le 3 novembre 1914, l’ambassade des USA à Vienne transmet au Ministère des affaires étrangères d’Autriche-Hongrie le souhait du gouvernement japonais de recevoir une liste des Japonais arrêtés ou détenus en Autriche-Hongrie, la demande de leur remise en liberté et de la garantie de leur protection jusqu’à ce qu’ils soient sortis du pays, ainsi que l’assurance du Japon qu’il n’y a pas de ressortissants [civils] d’Autriche-Hongrie arrêtés ou détenus au Japon. L’information est signée « Lansing », c’est-à-dire Robert Lansing, alors « Counselor of the United States Department of State »3.

Le vicomte Kikujirō Ishii et le Secrétaire d’État Robert Lansing à Washington DC, en 1917
(By Harris & Ewing – Library of Congress Prints and Photographs Division Washington, D.C. 20540 USA http://hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12681240

Le 5 janvier 1915, Ulysses Grant-Smith de l’ambassade des USA à Vienne écrit à Joseph Grew, à l’ambassade des USA à Berlin pour demander des informations sur la libération de citoyens japonais détenus en Allemagne, libérés et arrivés en Suisse.

Joseph Grew, en 1924, alors qu’il était ambassadeur des USA au Japon; par Underwood & Underwood, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24514064

Le 8 janvier 1915, Joseph Grew répond qu’il s’agissait d’un simple accord (“arrangement”) entre les Japonais et le gouvernement allemand, du moment que les Américains payaient pour le transport des Japonais. Le 14 janvier, Grant-Smith demande plus d’informations à Grew, en s’étonnant de la simplicité de la procédure. Le 18 janvier 1915, Grew l’assure de la bonne volonté des deux gouvernements, qui a rendu aisée la procédure de libération de part et d’autre.

Le 21 janvier 1915, Grant-Smith écrit une lettre, accompagnée d’une coupure de journal, au baron Musulin, du Ministère des affaires étrangères austro-hongrois4. Il propose que le gouvernement d’Autriche-Hongrie et celui du Japon adoptent la même méthode que celle utilisée par l’Allemagne et le Japon. Par ailleurs, d’après ses informations, il n’y aurait alors que quatre Japonais en Autriche-Hongrie : Aizaburo Kido, Kejo Fujii, un prêtre bouddhiste, et un acrobate avec sa famille à Budapest. 

Le 10 mars 1915, Grant-Smith écrit à William Coffin, consul américain à Budapest : le ministre des affaires étrangères austro-hongrois a donné l’ordre de libérer tous les citoyens japonais ; le consul doit les contacter, leur conseiller de se rendre en Suisse et d’y contacter l’ambassade du Japon.

Le 24 mars 1915, Grant-Smith envoie une missive au Comte János Forgach. Il y résume toute la correspondance échangée sur ce problème entre les deux états.

  • 15 octobre 1914 : le ministère austro-hongrois demande à l’ambassade américaine de contacter le gouvernement japonais pour régler le problème des ressortissants retenus prisonniers des deux pays
  • 19 octobre 1914 : envoi d’un télégramme à Tokyo, via Washington
  • 18 janvier 1915 : communication par l’ambassade du désir du gouvernement japonais d’avoir une liste des Japonais prisonniers en Austro-Hongrie
  • 21 janvier 1915 : lettre générale au Baron Musulin
  • 8 février 1915 : communication d’un mémorandum japonais
  • 9 février 1915: réponse austro-hongroise
  • 1er mars 1915 : nouvelle lettre japonaise
  • 11, 17 et 20 mars : communications orales avec le consul général von Hempel, le consul général von Wagner et le Comte Colloredo5.

Grant-Smith se plaint ensuite discrètement du manque d’efficacité du gouvernement austro-hongrois pour faire avancer la situation.

Le 27 mars 1915, Grant-Smith récrit à William Coffin, consul à Budapest : les Japonais internés en Autriche ont été libérés et se dirigent vers la Suisse. Il y 6 Japonais en Hongrie ; il faut vérifier s’ils veulent partir. Dans l’affirmative, ils doivent contacter un poste consulaire japonais en Suisse, qui devra avertir l’ambassade américaine.

Le 29 mars 1915, D.F. Wilbur, consul à Zurich, prévient l’ambassade américaine à Vienne : le Dr. K. Fujii et Mr. Asiaburo Kido sont arrivés à Zurich ce matin.

Le même jour, William Coffin fait savoir à Frederic Courtland Penfield, ambassadeur américain à Vienne6 que les 5 résidents japonais de Budapest, qui constituent 2 familles, ont décidé d’y rester.

Frederic Courtland Penfield (1913); Bain News Service, publisher. Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14713711

Un 6e Japonais travaille dans une écurie de course à Tata, et il semble qu’il ne veuille pas non plus quitter sa ville.

Un cheval à Tata, en 1942. Photo : FORTEPAN / Kollányi Ágoston, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=50567711

Le 31 mars 1915, Grant-Smith demande à Coffin de vérifier si les 6 Japonais veulent vraiment rester en Hongrie et comprennent bien la situation. L’ambassade leur conseille de partir.

Le 6 avril 1915, Coffin narre ses efforts à Courtland Penfield : il a personnellement discuté avec le couple Watanaba7 et le couple Osada8. Les uns sont des domestiques et ne veulent pas quitter leur employeur. Osada est un acrobate marié à une Hongroise et préfère rester en Hongrie9. Akaitsy10 de Tata a télégraphié son souhait de ne pas en partir.

Le 12 mai 1915, Lansing assure Courtland Penfield que tous les documents seront transmis au ministère japonais des affaires étrangères Le même jour, Lansing envoie à Post Wheeler, chargé d’affaires à Tokyo11, tous les documents.

Post Wheeler en costume blanc, dans le jardin de l’ambassade américaine a Tokyo, vers 1915. Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=51226840

Enfin, dernière pièce de notre dossier, le 26 mai 1915, Courtland Penfieldt informe le Secrétaire d’État que le ministère des affaires étrangères austro-hongrois a averti l’ambassade de l’existence d’un autre Japonais, Yamata((山田, Yamada ? )) Kintocsi (né le 26 novembre 1894 à Hiroshima), détenu à Steinklamm. Il n’avait pas d’argent, l’ambassade lui a donné 58 crs., et il est parti le 24 pour Zurich.

En guise de conclusion

On ne peut qu’admirer le travail diplomatique de ces fonctionnaires américains pour essayer de contacter ces ressortissants japonais, tout en constatant la futilité de leurs efforts pour la majorité des Japonais résidents de Hongrie. On espère que ceux-ci n’ont pas regretté leur décision et ont survécu à la guerre.

Toutefois, il serait gratuit et trop facile de les juger maintenant et d’estimer qu’il aurait mieux valu qu’ils regagnent leur pays, surtout pour le cas de l’acrobate. D’abord, il était marié à une Hongroise, et on peut imaginer les problèmes juridiques d’un couple mixte de pays en guerre pour passer d’un pays à l’autre. En outre, être japonais de nationalité ne signifie pas nécessairement se sentir confortable dans son pays. Je recopie ici le portrait par Miho Matsunuma d’un acrobate japonais captif en Allemagne en 1914:

« il s’agit d’un individu né au Japon et mis en nourrice, mais en réalité vendu, à l’âge de cinq ans, à un chef de troupe de cirque, qui a pris par la suite le Transsibérien pour faire des tournées en Europe. Au cours de ses années d’apprentissage, le garçon fut maltraité et blessé à de nombreuses reprises. En 1914 il croit avoir vingt et un ans. Il ne parle pas bien le japonais et est illettré. »12

Annexe

Le service national des archives du Japon offre lui aussi un site internet très intéressant, mais je ne suis pas parvenu à y trouver des documents concernant les Japonais de l’Empire austro-hongrois. Pour me faire pardonner, j’attire l’attention sur ce document que l’on peut trouver sur ce site13

「JACAR(Japan Center for Asian Historical Records)Ref.B07090590100、Outbreak of Japan-Germany war (including breaking off diplomatic relations between Austria, Bulgaria and Turkey)(5-2-1-0-25)(Diplomatic Archives of the Ministry of Foreign Affairs)」
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Un acrobate japonais têtu dans l’Empire austro-hongrois ». Publié sur Acrobates japonais en France le 08/01/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2498.
  1. Pour une traduction anglaise de l’ultimatum, voir : https://www.firstworldwar.com/source/tsingtau_okuma.htm. []
  2. Pour le contexte général : M. Stibbe, Enemy Aliens and Internment , in: 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War, éd. par Ute Daniel, Peter Gatrell, Oliver Janz, Heather Jones, Jennifer Keene, Alan Kramer, and Bill Nasson, issued by Freie Universität Berlin, Berlin 2014-10-08. DOI: 10.15463/ie1418.10037. []
  3. Voir aussi Steneck, Nicholas J.: Lansing, Robert , in: 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War, ed. by Ute Daniel, Peter Gatrell, Oliver Janz, Heather Jones, Jennifer Keene, Alan Kramer, and Bill Nasson, issued by Freie Universität Berlin, Berlin 2014-10-08. DOI: 10.15463/ie1418.10000. []
  4. =  Alexander Freiherr Musulin von Gomirje (1868–1947); voirTacoli, Marga Marchesa, “Musulin, Alexander Freiherr von” in: Neue Deutsche Biographie 18 (1997), S. 642 [Online-Version]; URL: https://www.deutsche-biographie.de/pnd101843089.html#ndbcontent []
  5. = ? Graf HieronymusHubertus Franz Alfred Ernst Maria von Colloredo-Mannsfeld (* 3. November 1870 in Schloss Dobříš; † 29. August 1942 in Prag. []
  6. Voir https://history.state.gov/departmenthistory/people/penfield-frederic-courtland []
  7. 渡辺, Watanabe ? []
  8. 長田 []
  9. Je suppose qu’ils ont un enfant, pour atteindre le nombre de 6 Japonais mentionné ci-dessus. []
  10. 赤市 , Akaichi ? []
  11. Voir https://history.state.gov/departmenthistory/people/wheeler-george-post []
  12. Miho Matsunuma, « Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 ― 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) », Ebisu [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014. URL : http://ebisu.revues.org/1528 []
  13. p. 30, … Baron Kato has telegraphically instructed me to request the good offices of the United DStates government to place under their protection the Japanese Embassy and Consulates as well as the Japanese subjects in Austria Hungary. … []

Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right

Ces derniers jours, je lis avec plaisir le livre de Simon Partner, The Merchant’s Tale. Yokohama and the Transformation of Japan (New York, 2018). Quelques pages y sont consacrées aux acrobates étrangers actifs à Yokohama, aux troupes japonaises, leurs voyages autour du monde et leur impact sur l’image du Japon en Occident (p. 112-114, 131-132 et 220). Potter s’appuie sur les travaux de F. Schodt et  A. Mihara1, mais il y ajoute des commentaires personnels pertinents. Il fait ainsi remarquer que le budget levé pour faire partir en 1866 la troupe japonaise des Hamaikari du Japon était de cent mille dollars, “an enormous sum”, ce qui explique qu’il a fallu que quatre partenaires s’associent pour cette entreprise commerciale.

A propos du surnom de l’acrobate “Little All Right”, qui lui avait été donné parce qu’il finissait son numéro en jetant les bras au ciel et en criant “”All Right”, Partner écrit (p. 132):

Les mots “All Right”, au début, étaient sans doute les seuls mots d’anglais qu’il connaissait, mais sa capacité à interagir avec les spectateurs dans leur propre langue montre la flexibilité culturelle et linguistique de cet enfant. Umekichi était vraiment un enfant de l’internationalisation du Japon, même si on le considérait comme une représentation des traditions et de l’exotisme de la culture japonaise. En bien des façons, alors que le Japon cherchait sa place dans la communauté internationale des nations, il était le symbole des exportations culturelles de ce pays – avec son sens du commerce et son dynamisme, tourné vers l’avenir autant que vers le passé2

Le mélange du passé et du futur, de la tradition et de la modernité est sans doute le lieu commun le plus répété sur le Japon dans les guides de voyage comme dans beaucoup d’études, mais sa fausse évidence rend parfois l’observation paresseuse. Dans le cas d’All Right, seul l’usage de l’anglais, et pour cause, relève de la modernité du Japon. Sa capacité à amuser le public,  à entrer en dialogue avec les spectateurs est partie intégrante des spectacles d’acrobatie, des amusements de rue du Japon d’Edo. Il fallait divertir le passant, retenir son attention si on voulait qu’il ou elle laisse une pièce. La concurrence était féroce dans les quartiers d’amusement d’Edo, Osaka ou Yokohama. Les troupes d’acrobates traditionnelles devaient avoir dans leurs rangs des bonimenteurs de qualité, mêlaient spectacles physiques et amusements oraux. Les baladins japonais n’ont pas eu besoin d’aller à l’étranger pour être modernes3 .

PS

Le nom “Litlle All Right” était si fameux qu’il a été utilisé par plusieurs générations d’acrobates japonais successifs, sans qu’il n’y ait d’autre relation entre eux que leur spécialité de cirque. Voici un exemple de 19094 :

Little All Right. The Original Japanese Wonder. Carte postale datée de 1909. (Merci Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013-2016 (first iteration). River Campus Libraries. [http://humanities.lib.rochester.edu/rej/?page_id=701] [vu le 19 janvier 2018]).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notule de lecture: de la modernité de l’enfant acrobate Little All Right ». Publié sur Acrobates japonais en France le 19/01/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1403.

  1. F. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkley, 2012); A. Mihara, Professional Entertainers Abroad and Theatrical Portraits in Hand, Old Photography Study 3 (2009), p. 45-54 []
  2. This [=All Right] may at first have been the only English he knew, but his willingness to engage with the audience in their own langiaage show’s the child’s cultural and linguistic flexibility. Umekichi was truly a child of Japan’s international era, even as he was seen as a representation of all that was traditional and exotic in Japanese culture. In many ways he was a symbol of “Japan” as a cultural export – commercial, enterprising, and looking both forward and back as Japan sought its place in the international “Comity of nations”. [Traduction ADH] []
  3. Avec cette phrase, je voudrais faire un modeste hommage au beau livre de P.-F. Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). []
  4. on peut voir un autre exemple, non daté, dans les collections du MuCEM []

Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie)

ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie) a été mise en ligne le 19 octobre 2017 par l’Académie des Sciences. Elle a été conçue et coordonnée par Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis, Irène Passeron et Alain Cernuschi (AMIA).

Le site est très beau et facile à utiliser; on peut aisément y faire des recherches dans tout le texte de l’Encyclopédie.

Une recherche “Acrobate” ne donne rien; une recherche “Acrobates” donne les deux résultats suivant:

D’abord, un article que je reproduis en entier:

ACROBATES, s. m. (Hist. anc.) espece de danseurs de corde. Il y en avoit de quatre sortes : les premiers se suspendant à une corde par le pié ou par le col voltigeoient autour, comme une roue tourne sur son essieu ; les autres voloient de haut en bas sur la corde, les bras & les jambes étendus, appuyés simplement sur l’estomac ; la troisieme espece étoient ceux qui couroient sur une corde tendue obliquement, ou du haut en bas ; & les derniers, ceux qui non-seulement marchoient sur la corde tendue horisontalement, mais encore faisoient quantité de sauts & de tours, comme auroit fait un danseur sur la terre. Nicéphore, Grégoras, Manilius, Nicétas, Vopiscus, Symposius, font mention de toutes ces différentes especes de danseurs de corde. (G [=Mallet])

Ensuite, une mention, en compagnie d’autres mots grecs, dans l’article “Danseur de corde, (Art.)”, vol. IV (1754), p. 629b–630a ( « Article de M. le Chevalier de Jaucourt »).

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire les réflexions de la moitié finale de l’article:

Bien des gens ont de la peine à comprendre quel plaisir peut donner un spectacle qui agite l’ame, qui l’importune avec inquiétude, qui l’effraye, & qui n’offre que des craintes & des allarmes ; cependant il est certain, comme le dit M. l’abbé du Bos, que plus les tours qu’un voltigeur téméraire fait sur la corde sont périlleux, plus le commun des spectateurs s’y rend attentif. Quand ce sauteur, ce voltigeur fait un saut entre deux épées prêtes à le percer si dans la chaleur du mouvement son corps s’écartoit d’un point de la ligne qu’il doit décrire, il devient un objet digne de toute notre curiosité. Qu’on mette deux bâtons à la place des épées, que le voltigeur fasse tendre sa corde à deux piés de hauteur sur une prairie, il fera vainement les mêmes sauts & les mêmes tours, on ne dédaignera plus le regarder, l’attention du spectateur cesse avec le danger.

D’où peut donc venir ce plaisir extrème qui accompagne seulement le danger où se trouvent nos semblables ? Est-ce une suite de notre inhumanité ? Je ne le pense pas, quoique l’inhumanité n’ait malheureusement que des branches trop étendues : mais je crois avec l’auteur des réflexions sur la Poésie & sur la Peinture, que le plaisir dont il s’agit ici est l’effet de l’attrait de l’émotion qui nous fait courir par instinct après les objets capables d’exciter nos passions, quoique ces objets fassent sur nous des impressions fâcheuses. Cette émotion qui s’excite machinalement quand nous voyons nos pareils dans le péril, est une passion dont les mouvemens remuent l’ame, la tiennent occupée, & cette passion a des charmes malgré les idées tristes & importunes qui l’environnent. Voilà la véritable explication de ce phénomene, & pour le dire en passant, de beaucoup d’autres qui ne semblent point y avoir de rapport ; comme par exemple de l’attrait des jeux de hasard, qui n’est un attrait que parce que ces sortes de jeux tiennent l’ame dans une émotion continuelle sans contention d’esprit ; en un mot, voilà pourquoi la plûpart des hommes sont assujettis aux goûts & aux inclinations qui sont pour eux des occasions fréquentes d’être occupés par des sensations vives & satisfaisantes. Vous trouverez ce sujet admirablement éclairci dans l’ouvrage que j’ai cité, & ce n’est pas ici le lieu d’en dire davantage.

“Jongleur” conduit à JONGLEURS  (Littérat.) et Jongleur (Divination).

Voici le début de cet article, relativement long:

Jongleur, (Divination) magiciens ou enchanteurs fort renommés parmi les nations sauvages d’Amérique, & qui font aussi parmi elles profession de la Médecine.

“Jongleurs” mène à plusieurs articles de littérature, mais aussi à SCHAMANS (Hist. mod.) (voir ci-dessous) et à TAY-BOU-TO-NI, (Hist. mod.), que je reproduis:

TAY-BOU-TO-NI, s. m. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans du Tonquin[[1]] donnent à des jongleurs, ou prétendus magiciens, qui, au moyen de quelques charmes, persuadent au peuple qu’ils peuvent guérir toutes sortes de maladies ; leur maniere de procéder à la guérison d’un malade, est de danser autour de lui, en faisant un bruit horrible, soit avec une trompette, soit avec une espece de tambour, soit avec une clochette, &c. & en proférant des paroles mystérieuses pour conjurer les démons, auprès desquels ils prétendent avoir beaucoup de crédit.

L’article “Schamans” m’a fait repenser à l’expression “charlatans du Japon” de Rousseau que j’avais étudiée dans des entrées de carnet précédentes.

SCHAMANS, s. m. pl. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans de Sibérie donnent à des imposteurs, qui chez eux font les fonctions de prètres, de jongleurs, de sorciers & de médecins. Ces schamans prétendent avoir du crédit sur le diable, qu’ils consultent pour savoir l’avenir, pour la guérison des maladies, & pour faire des tours qui paroissent surnaturels à un peuple ignorant & superstitieux : ils se servent pour cela de tambours qu’ils frappent avec force, en dansant & tournant avec une rapidité surprenante ; lorsqu’ils se sont aliénés à force de contorsions & de fatigue, ils prétendent que le diable se manifeste à eux quand il est de bonne humeur. Quelquefois la cérémonie finit par feindre de se percer d’un coup de couteau, ce qui redouble l’étonnement & le respect des spectateurs imbécilles. Ces contorsions sont ordinairement précédées du sacrifice d’un chien ou d’un cheval, que l’on mange en buvant force eau-de-vie, & la comédie finit par donner de l’argent au schaman, qui ne se piquent pas plus de désintéressement que les autres imposteurs de la même espece.

J’ai donc procédé à une nouvelle recherche sur le mot employé par Rousseau. “Charlatan” donne 51 résultats [dont CHARLATAN, (Medecine.)]; apparemment aucun ne concerne le Japon. J’ai ainsi découvert ce synonyme:

SALTIMBANQUE, s. m. (Maladies.) synonyme à charlatan, empirique. Voyez l’un & l’autre.

“Charlatans” donne 80 résultats. Parmi ceux-ci, PERLE (Hist. nat.) mentionne aussi le Japon, mais sans rapport avec les charlatans.

On peut aussi lire l’article général:

* CHARLATANNERIE, s. f. c’est le titre dont on a décoré ces gens qui élevent des treteaux sur les places publiques, & qui distribuent au petit peuple des remedes auxquels ils attribuent toutes sortes de propriétés. Voyez Charlatan. Ce titre s’est généralisé depuis, & l’on a remarqué que tout état avoit ses charlatans ; ensorte que dans cette acception générale, la charlatannerie est le vice de celui qui travaille à se faire valoir, ou lui-même, ou les choses qui lui appartiennent, par des qualités simulées. C’est proprement une hypocrisie de talens ou d’état. La différence qu’il y a entre le pédant & le charlatan, c’est que le charlatan connoît le peu de valeur de ce qu’il surfait, au lieu que le pédant surfait des bagatelles qu’il prend sincerement pour des choses admirables. D’où l’on voit que celui-ci est assez souvent un sot, & que l’autre est toûjours un fourbe. Le pédant est dupe des choses & de lui-même ; les autres sont au contraire les dupes du charlatan.

Cette petite recherche lexicologique n’a pas permis de mieux identifier la source de l’expression “charlatans du Japon” de Rousseau pour décrire le tour de magie de la corde, qu’on fait en général venir d’Inde ou de Chine, mais elle permet d’ajouter un sens médical au passage du philosophe et à sa description d’un spectacle de rue en Orient.

[[1]] Le Tonquin dans l’Encyclopédie est la région entre l’Inde et la Chine.

PS: Merci aux piliers du bistrot de Wikipédia grâce auxquels j’ai découvert si rapidement ce nouveau site. Il vaut la peine d’aller lire leur discussion.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1189.

Dezomeshiki

 Hier, le 6 janvier, c’était la fête Dezomeshiki, pendant laquelle les pompiers font la démonstration de leurs savoir-faire et techniques. À Tokyo, la tradition veut qu’ils présentent des acrobaties sur des perches et échelles de bambou.

Les quotidiens japonais offrent aujourd’hui des photos de l’événement.

Voici une photo d’il y a deux ans, tirée de Wikipedia Commons.

2013 Tokyo Fire Department Dezome Ceremony 14
Par English: Abasaa日本語: あばさー (Travail personnel) [Public domain], via Wikimedia Commons

Et voici une video de l’agence Kyodo News qui résume bien l’ensemble de la manifestation:

Le spectacle, l’esprit et le sens de ces acrobaties sont complètement différents de celles offertes par les artistes de cirque, mais je compte voir lors de mes recherches s’il y a des influences ou contacts entre ces pratiques sociales.

Takengei, Wikipédia, sérendipidité et Blogs BD

Quand je mentionne mon sujet de recherches, souvent les gens sont surpris parce que, contrairement à la Chine, il semble qu’il n’existe plus de tradition vivante de l’acrobatie japonaise. Toutefois, après quelques moments de réflexion, mes interlocuteurs japonais ne manquent pas de mentionner les acrobaties que font les pompiers de Tokyo lors des fêtes de nouvel an. Elles font partie des photos annuelles qu’on est sûr de voir dans la presse au début du mois de janvier. J’y consacrerai un jour une autre entrée de ce blog. Aujourd’hui, je voudrais brièvement présenter une autre survivance annuelle de l’acrobatie japonaise: le festival de Takengei.

Voici ce qu’on peut lire sur Wikipédia  (‘Takengei’, Wikipédia, l’encyclopédie libre, 16 novembre 2014, 15:01 UTC, <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Takengei&oldid=109173362> [Page consultée le 6 janvier 2015]):

Takengei (竹ン芸?) est un festival (matsuri) d’automne traditionnel au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja (若宮稲荷神社) de la ville de Nagasaki (Préfecture de Nagasaki). Depuis 2003, il fait officiellement partie du Patrimoine national culturel immatériel1 et est représentatif du folklore de Nagasaki2.

Il se tient annuellement pendant deux jours, les 14 et 15 octobre. Deux perches de bambou de 10 m de haut environ sont dressées ces jours-là dans le sanctuaire. L’une est appelée le “bambou mâle” (男竹), l’autre le “bambou femelle” (女竹)1. Sous un accompagnement musical traditionnel de flûte, de tambour et de shamisen, deux personnes vêtues de blanc et portant un masque de renard montent au sommet des perches, y gesticulent et se déclarent mutuellement leur flamme. Ils réalisent également une petite performance acrobatique similaire à celle des pompiers au nouvel an lors de la fête Dezomeshiki. A la fin de la performance, du haut du bambou mâle, le renard lance aux alentours des petits mochis et il sort d’une poche de son vêtement un poulet qu’il lâche et fait voltiger jusqu’au sol. Finalement, les deux renards se laissent glisser le long de leurs bambous jusqu’au au sol de façon spectaculaire1.

D’après une théorie[Laquelle ?], ce serait une imitation d’une histoire liée à Rakan, le disciple de Bouddha. Lors d’un festival, un renard mâle s’amusait dans une forêt de bambous.

Le festival a lieu au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja depuis 1896, mais auparavant il se tenait dans un autre sanctuaire de la ville1.

Notes et références

  1. (ja) The Agency for Cultural Affairs, Cultural Heritage Online: 竹ン芸 たけんげい (sans date).
  2. (ja) Site officiel de la Préfecture de Nagasaki, 竹ン芸 (sans date).

Voici une petite vidéo de 8 minutes, qui montre bien de quoi il s’agit :

Pour voir tout le festival, en journée et en soirée, deux vidéos plus longues :

 

Les vidéos permettent de bien comprendre certaines descriptions et images du 19e siècle, notamment à propos de la spectaculaire glissade finale. On imagine sans mal qu’elle pouvait émouvoir les spectateurs et mener à des accidents.

Si le festival religieux a fidèlement conservé les techniques acrobatiques du bambou, j’insiste qu’il ne s’agit que d’une hypothèse, il est possible que l’on ait ici  une image fidèle d’un tour de cirque du milieu du 19e siècle tel que les premières troupes japonaises l’ont présenté au public occidental, avant qu’il ne soit adapté aux goûts et us de nouveaux spectateurs.

On ne manquera pas non plus de noter que Nagasaki, de par son histoire de seul port ouvert aux étrangers pendant le shogunat, a été le point de sortie du Japon de la première troupe arrivée à Paris en 1867, avant celle de Risley, troupe dont les membres étaient partis du Japon sans respecter la loi et sans demander de passeports.

Sur le plan de la mise en scène, je suis frappé par les images du festival nocturne et les effets spectaculaires que permettaient de rendre les vêtements blancs des acrobates. Je me demande si cela a ete exploité au cirque. Cependant, la simplicité de ce costume serait allée à l’encontre de l’exotisme qu’on attendait des acrobates japonais, notamment dans leurs tenues, souvent mentionnées dans les comptes-rendus de la presse française.

Pour finir cette entrée de blog, je voudrais revenir sur ma citation de l’article Wikipédia. Je suis professeur de français au Japon, et j’ai construit pour mes étudiants des exercices de FLE basés sur cette encyclopédie électronique gratuite, qui, a mes yeux, est un extraordinaire outil pédagogique, encore mal et insuffisamment exploité. Dans cet esprit, j’ai traduit et essayé d’améliorer l’article Wikipedia japonais, en lui ajoutant des informations trouvées sur le site du ministère japonais responsable du patrimoine culturel (mais je dois avouer que je ne maitrise pas toute la subtilité administrative des catégories de ce patrimoine). J’espère que d’autres contributeurs tenteront aussi de rendre cet article plus intéressant.

Parlant de Wikipédia, j’en profite pour mentionner l’article suivant:

SANDRI, Eva, « La sérendipité sur internet : égarement documentaire ou recherche créatrice? », Cygne noir, no 1, 2013. En ligne : <http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/la-serendipite-sur-internet> (consulté le 06/01/2015).

et remercier Violaine Briat, la talentueuse auteure du blog BD Vee’s Dumping Ground, grâce à qui j’ai découvert le festival de Takengei. Cette découverte est aussi liée à mon activité de professeur de français; je pense que les blogs BD français offrent eux aussi beaucoup de possibilités pédagogiques, et j’en lis quotidiennement pour mon plaisir, pour mon métier et pour mon éducation.

(Pour mes articles sur Wikipédia ou les blogs BD et le FLE, je me permets de vous suggérer de cliquer sur le lien à droite vers ma page academia.edu)

Mise à jour du 3 avril 2015:

Pour mieux comprendre le système de classement du patrimoine culturel immatériel japonais, je recommande l’article suivant:

B. E. Thornbury, The Cultural Properties Protection Law and Japan’s Folk Performing Arts, Asian Folklore Studies 53, 1994, p. 211-225

Mise à jour du 29 avril 2016

Quelques réflexions intéressantes sur la sérendipité et les historiens dans l’entrée de carnet de C. Muller, Raconter l’histoire à l’ère du numérique (1ère version), acquis-de-conscience (27/04/2016)

Lien du jour: Re-Envisioning Japan

Je recopie un extrait de la lettre électronique H-Japan:

Introducing “Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in Visual and Material Culture” (a Digital Humanities project)
by Joanne Bernardi

Dear Colleagues,

I’m writing to introduce Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture at http://humanities.lib.rochester.edu/rej/.

This open-access critical archive is a multimedia project using travel, education, and the production and exchange of images and objects as a lens to investigate changing representations of Japan and its place in the world in the first half of the 20th century. Re-Envisioning Japan makes available a wide range of ephemeral objects (e.g., films, postcards,
brochures, photographs, stereographs, and guide books); please see the menu tabs under ‘Research” for more detailed background and other information. The site is also a versatile pedagogical tool. As author and editor, I’ve been using it in the curriculum of “Tourist Japan,” a course in which tourism and tourist culture is used to illuminate the relationship between modernization processes and identity formation. Using Re-envisioning Japan, students build their own exhibits linking cultural objects generated by tourism and education with evolving concepts of nationalism and cultural identity.

Re-Envisioning Japan is inherently ongoing: I work continuously on adding metadata and contextualization. The addition of a 16mm Timeline (See “Moving Images”) is the most recent development. I am currently working on descriptions for each film and fair use excerpts of titles with complex copyright issues; some titles not yet uploaded await copyright permission. Similar Timelines for 8mm film formats are planned for the end of January. In 2015 we’ll be migrating the entire site to an Omeka platform in order to make it even more interactive. In the meantime, if you have any information about any of the objects that you would like to share with others, please contact me at joanne.bernardi@rochester.edu. Feedback and suggestions are also most welcome.

Best wishes for the new year.

Joanne
Joanne Bernardi

Associate Professor

Japanese Studies and Film and Media Studies

Department of Modern Languages and Cultures

University of Rochester

PO Box 270082

Rochester NY 14627

Tel. (585) 275-4251

Welcome

https://www.facebook.com/ReenvisioningJapan

https://twitter.com/ReEnvisionJapan

Pour les acrobates, on trouve le petit film les Kiriki, et ce chromos:

(Source pour toutes les images ci-dessous: Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013. River Campus Libraries.  [21/12/2014].)

“This is one of a series of Fifty (50) Cards giving a Pictorial History of the Sports and Pastimes of all Nations.” Published by Arbuckle Bros., New York, 1893. [1040]

La recherche “Juggler” donne ceci:

“One of 50 views from a trip around the world.” Pictures of A Japanese Beauty, Buddha, Hotel Gan Kiro, A Japanese Juggler. Copyrighted 1891. Lithographer: Joseph P. Knapp, 5×3″. [1035]

Enfin, la recherche “Magician” donne cette image:

The magician Shōkyokusai Tenkatsu (1886-1944)