Quelques réflexions sur l’accompagnement musical des acrobates japonais dans les cirques occidentaux

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’article de Kim Baston, « Circus Music. The Eye of the Ear », dans The Routledge Circus Studies Reader éd. par P. Tait et K. Lavers (Londres-New York, 2016), p. 117-1351. Elle y consacre quelques pages aux acrobates japonais et chinois, en se basant sur la situation en Australie, qui semble similaire à ce qu’on peut lire pour la France dans les journaux. Les premières troupes japonaises en 1867 sont accompagnées au shamisen, joué par des membres féminins de la troupe, épouses ou filles des acrobates jongleurs. Cet accompagnement musical n’est pas apprécié des spectateurs, en Australie comme en France, mais il est alors toléré car il fait partie de la « découverte ethnique » que permet le spectacle de cirque.

Une fois la curiosité pour la nouveauté que représentent ces acrobates orientaux épuisée, les organisateurs de cirque font créer pour leurs numéros des musiques d’accompagnement occidentales traditionnelles auxquelles on ajoute quelques touches décoratrices qui font oriental. Un exemple est Ung-Kung-Foy-Ya: A Chinese Intermezzo de Karl King (1919).

Un autre exemple est la marche In Old Pekin, également écrite par Karl King, en 19232

Ces morceaux de musique sont utilisés aussi bien pour les acrobates chinois que pour les artistes de cirque japonais, parfois avec l’approbation des voltigeurs eux-mêmes. D’après Baston, cet orientalisme musical permettrait d’intégrer dans le cirque occidental les acrobates orientaux en rendant leurs différences moins visibles, en atténuant le caractère « autre et étranger » de leurs corps, qui pourrait parfois être perçu comme une menace étrange. De plus, l’aspect joyeux des marches permet de réduire l’inquiétude que peut provoquer un numéro dangereux.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Quelques réflexions sur l’accompagnement musical des acrobates japonais dans les cirques occidentaux ». Publié sur Acrobates japonais en France le 08/01/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3256.
  1. Article initialement publié dans Popular Entertainment Studies Vol. 1, Issue 2 (2010), pp. 6‐25. []
  2. Baston mentionne aussi Fantan, une « marche chinoise » composée par Bert R. Anthony, vers 1900. Je n’ai pas trouvé plus d’informations sur ce morceau. []

Deux expositions sur l’émigration japonaise

On peut voir en ce moment au Kansai deux expositions en rapport avec l’émigration japonaise:

  1. Au Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami: Haruo Ohara

Exposition Haruo Ohara, Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami, 18 juin- 18 juillet 2016

Haru Ohara était un fermier photographe amateur. Né en 1909 dans la Préfecture de Kochi, il a émigré, avec sa famille, en 1927 au Brésil, ou il a travaillé dans des fermes, en particulier des fermes de café, tout en ayant une grande famille. Il est devenu propriétaire de terres dans les années 30. Autodidacte, il mêle dans ses photographies clichés de la vie quotidienne et expériences artistiques (recherches abstraites, jeux de lumière, …). Certaines images sont très belles; la visite de l’exposition est très plaisante. Je ne sais si c’est un effet de la sélection des organisateurs de l’exposition ou de la personnalité et des intérêts d’Ohara, mais, à la vue des photos de famille ou des travaux agricoles, on ne peut vraiment comprendre quelle fut l’expérience migratoire d’Ohara (le lecteur pourra en juger par lui-même en cliquant ci-dessous pour se rendre sur le beau site de l’IMS; j’ai l’impression que les « obras » présentées sont les mêmes que celles visibles à l’exposition) Ses clichés semblent détachés de toute contingence historique ou sociale: on n’y voit pas de confrontation, de tension raciale ou de difficultés économiques. Les petits bonheurs familiaux et des vues élégiaques de la nature sont les thèmes de prédilection du photographe. Ohara est mort en 1999; la photographie la plus récente de l’exposition date de 1974. En 2008, sa famille a fait don de ses négatifs et de ses archives (plus de 20.000 objets) à l’Instituto Moreia Salles.

Haruo Ohara, Nuages du matin (1952) (Instituto Moreira Salles Collection )

Liens et bibliographie

2. La vie de Yasukichi Murakami

Exposition Yasukichi Murakami; Université de Wakayama, 10 juin – 29 juillet 2016

Je n’ai pas encore vu l’exposition. Son sous-titre est : « La vie de Yasukichi Murakami (1880-1944), un Japonais de Wakayama qui a émigré en Australie, vue à travers les photographies qu’il a envoyées à sa mère ». Je dois avouer que, dans le cadre de ce carnet, la photo du coin inférieur gauche de l’affiche m’intrigue beaucoup.

Liens