Admiration et racisme: une page de Gill

Dans le Journal amusant du 17 août 1867, on peut voir cette belle planche de Gill.

Cirque-Napoléon: Les Japonais

Le Journal amusant (17 août 1867), p. 7; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k891298t/f7.item

Comme chaque dessin est accompagné d’une légende, je vais en donner le détail.

Le jeune All Right
Quelques personnes ont daigné m’affirmer que cet exercice est fort simple. Je veux les croire, mais je les engage à y aller voir à ma place.
— Mon chéri, semble dire papa All Right qui s’évente avec abandon pendant cet exercice effrayant ; mon chéri, je te surveille, tâche que je t’attrape à fourrer tes doigts dans ton nez !
La toupie
Toupie or not toupie, dit Hamlet. Celle-ci suit son petit chemin, aller et revenir, sur le tranchant d’un sabre. Monsieur le Japonais, nous ne jouerons pas à la toupie ensemble.
La corde
Tout bien examiné, je pense que l’ami Blondin, héros du Niagara1, n’a plus qu’une ressource dans sa corde — c’est de se pendre avec.
Les exercices du tonneau
Toujours All Right père et fils. Bon moyen japonais pour dégoûter les enfants du tonneau. Plus d’ivrognes !
Les papillons
Quant à ceci, ce n’est rien qu’un petit chef d’œuvre d’art poétique et charmant ; les papillons vont, viennent et se posent au gré de l’éventail.
Le salut au public
A quatre pattes — Eh ! Mon dieu, oui, que voulez-vous ! un singe est toujours un singe après tout.

On voit que Gill a bien capturé toute la variété du spectacle de jongleurs acrobates japonais de 1867; il n’y manque que le narrateur et les musiciens. Le dessinateur ne peut cacher son admiration derrière ses plaisanteries et calembours douteux: il admire la poésie du numéro des papillons en papier découpé, il compare avantageusement le funambule japonais au fildefériste français le plus célèbre de son temps, il s’émerveille devant l’audace de l’acrobate enfant All Right et le sang-froid de son père.

Toutefois, son appréciation généralement positive ne l’empêche pas de conclure son dessin par une comparaison animale avec un commentaire raciste et l’affirmation définitive de la supériorité occidentale sur le reste du monde.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Admiration et racisme: une page de Gill ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/03/2019. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2834.
  1. Allusion au funambule Blondin, qui réussit la première traversée des Chutes du Niagara sur une corde, en 1859. []

Actualité des acrobates japonais: une caricature de Shinzo Abe

Hier, j’ai eu la surprise de voir dans mon journal un dessin politique qui reprenait le thème des acrobates japonais, plus précisément des fildeféristes.

Dessin de Heng (Heng Kim Song), New York Times (21 octobre 2018)

On y voit le premier ministre japonais Shinzo Abe marcher, aidé d’un petit parapluie, sur une corde que tendent Donald Trump et Xi Jinping. Ces deux derniers semblent se livrer à un match de tir à la corde. Alors que le dirigeant chinois est sobrement vêtu d’un costume sombre, le président américain est habillé en clown, nez rouge compris. Seul le premier ministre japonais est identifié par son nom; U.S. et China étant inscrits sur les deux autres protagonistes.

Le caricaturiste Heng Kim Song habite Singapour, si j’en crois son article sur Wikipédia1. Je serais surpris qu’il connaisse la tradition du motif des acrobates japonais dans les caricatures de politique internationale, mais je ne suis évidemment pas en mesure d’exclure complètement cette hypothèse. Shinzo Abe ne me semble pas être associé à l’image d’acrobate dans les caricatures japonaises. Dans ses rapports avec Donald Trump, on s’amuse plutôt de leurs parties de golf. Ici, le motif du fildefériste, à mon avis, découle par association d’idée de l’image de clown de Donald Trump.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Actualité des acrobates japonais: une caricature de Shinzo Abe ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/10/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2292.

.

  1. Wikipedia contributors, ‘Heng Kim Song’, Wikipedia, The Free Encyclopedia, 21 juillet 2018, 01:11 UTC, <https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Heng_Kim_Song&oldid=851244596> []

Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018)

  • CARP (= Circus Arts Research Platform)
  • Ignacio Ramos Gay, « Un aztèque de vaudeville: “Le Prix Martin”, d’Eugène Labiche », Studi Francesi [Online] 182 (LXI | II)  (2017), mis en ligne le 01 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/9765 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.9765
  • Mort de l’artiste légendaire Rosa Bouglione à l’âge de 107 ans, Atlantico (27 août 2018)
  • Collection Keym sur numeriques.be. Keym, échevin et bourgmestre (= maire) d’une commune de Bruxelles pendant la Première Guerre Mondiale a rassemblé une extraordinaire collection de caricatures de cette époque. Cet ensemble, qui fait partie des Archives de la Ville de Bruxelles, a été numérisé et est maintenant à la disposition des chercheurs sur internet.

Il y a quelques temps, j’avais signalé sur ce carnet que les artistes de cirque japonais apparaissaient souvent dans les caricatures dessinées au sujet de la guerre russo-japonaise. Deux caricatures de la Collection Keym semblent montrer que le thème du cirque a continué à être utilisé pour parler de l’armée japonaise pendant la Première guerre mondiale, mais le Japon est cette fois représenté comme un des animaux de la ménagerie d’un cirque, non comme un jongleur ou acrobate.

Le Japon, allié du Royaume-Uni, déclara la guerre à l’Allemagne le 23 août 1914, mais les caricatures ci-dessous montrent aussi l’Oncle Sam, personnalisation de l’Amérique,et ont été dessinées après l’entrée en guerre des USA, en 1917. En outre, à ce moment, des navires japonais patrouillent en Mer Méditerranée, comme escortes des navires alliés, ce qui accentue la visibilité de cet ennemi en Allemagne.

Caricature de Walter Trier, 1918 (?)1, « Die japanische Intervention », « oder Wie’s kommen kann », Collection Keym; ARC-AVB-Keym-dep2-011-016, Libre de droits

« L’intervention japonaise », ou « Comment ça peut arriver » (tentative de traduction)

Caricature de Thomas Theodor Heine, 1918/19192, « Der japanische Panther », « Mister Bull, losgelassen ist er gleich. Uber glauben Sie, dass wie ihn zurückpfeifen können ? »; Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-012-006

« La panthère japonaise »,

« Mister Bull, elle est déchainée. Mais croyez-vous que nous pouvons la rappeler en sifflant? » (tentative de traduction)

Les deux caricatures montrent donc le Japon comme une créature des alliés qui va leur échapper, se retourner contre eux et leur faire payer leur naïveté. On peut associer ces deux dessins à un troisième, qui nous éloigne du thème du cirque, mais il me semble si réussi que je ne peux résister à le recopier ici:

« Die japanische Sphinx », « Wer ihre Rätsel nicht löst, den wirft sie in den Abgrund. Nun können sich die Ententeleute Kopf und Kragen zerbrechen. »3, dessin de Carl Olof Petersen, Collection Keym, ARC-AVB-Keym-dep2-011-126, Libre de droits.

Le Sphinx japonais.

Quiconque ne résout pas son énigme, il le jette dans l’abîme. Maintenant, les membres de l’Entente peuvent se casser la tête et le cou.

Il n’est pas facile de dater cette caricature avec certitude, mais les colombes montrent qu’on est en contexte de discussion de paix. « Die Ententeleute » ne doit pas s’entendre stricto sensu comme membres de la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie), mais, je pense, comme participants à la Conférence de Paix de Paris (1919) (on peut alors reconnaitre sur le dessin, face au Sphinx japonais, un Français, un Anglais et un Américain). Malheureusement, la caricature n’explique pas ce qui motive les interrogations des Occidentaux.

On rappellera que le Japon avait demandé lors de cette conférence qu’on affirme le principe de l’égalité des races et que cela avait été refusé, le premier opposant à ce concept étant les USA.

Bibliographie non vue
  • Serge Jaumain et Valérie Piette, « Un trésor aux Archives de la Ville de Bruxelles: les caricatures de la Collection Keym », in: Serge Jaumain et Valérie Piette (éds.), L’humour s’en va-t-en guerre. Bruxelles et la caricature en 14-18 (2005),p. 4-10.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Des panthères et un Sphinx japonais (et les liens du mois d’août 2018) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 31/08/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/2029.

  1. Il semble que le dessin a été publié dans la revue Lustige Blätter, 33. Jg., No. 14, 192. Kriegsnummer (1918). []
  2. Le dessin semble avoir été publié dans la revue Simplicissimus 23.21. []
  3. Merci à Frédéric Colin pour son aide à la transcription du texte. []

Les jongleurs aussi vont en enfer

J’ai récemment eu le plaisir d’aller voir la belle exposition d’estampes humoristiques et de caricatures de l’époque Edo organisée par le Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka.

Affiche de l’exposition 江戸の戯画 au Musée municipal des Beaux-Arts d’Osaka, 17 avril-10 juin 2018 ( (C) Copyright 2018 Osaka City Museum of Fine Arts)

On peut notamment y admirer deux rouleaux peints de l’artiste Nichōsai (耳鳥斎), dont on ne sait pas vraiment grand chose, sinon qu’il a vécu à Osaka à la fin du 18e siècle. Il s’agit de parodies des « Rouleaux des Enfers », des peintures religieuses qui représentent et expliquent la nature et les caractéristiques des enfers du bouddhisme (certains de ces rouleaux datent du 12e siècle et sont des « trésors nationaux » du Japon).

Dans ses rouleaux humoristiques, Nichōsai représente les enfers qui attendent différentes professions ou occupations: des démons y torturent les défunts en fonction de leur métier ou activité.

Voici, par exemple, le sort des vendeurs de pipes ou de tabac:

Extrait d’un Rouleau des Enfers de Nichōsai; — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=68783705

En ce qui concerne les jongleurs, ils sont montrés dans deux rouleaux différents1:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée de l’Histoire d’Osaka: 台神楽の地獄 (Enfer des saltimbanques)

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichōsai conservé au Musée national de l’histoire du Japon de Sakura: 台神楽の地獄

Je me permets de renvoyer à mon petit billet sur le Dai-kagura d’Ise. Je trouve que Nichōsai a bien rendu les mouvements et attitudes du jongleur, ses accessoires, le masque de la danse du lion qui attend son tour et l’acolyte narquois à gauche

Quant aux fildeféristes, voici l’enfer qui leur est promis:

Extrait du Rouleau des Enfers de Nichosai conservé à Osaka: 綱はたりの地獄 (Enfer des équilibristes sur corde) (le diable de gauche appartient à la scénette suivante)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les jongleurs aussi vont en enfer ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1650.

  1. Je prie les lecteurs de m’excuser pour la mauvaise qualité des reproductions qui suivent; ce sont des photographies que j’ai faites, sans matériel adéquat, du catalogue de l’exposition: 江戸の戯画. Caricatures of the Edo Period éd. par T. Akita et al. (Osaka, avril 2018), nos 15 et 16. []

Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the « Yellow Peril, » and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé « zoo humain », des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Note de lecture: caricature, acrobates japonais et singes

I.J. Miller, The Nature of the Beasts. Empire and Exhibition at the Tokyo Imperial Zoo (2013), p. 53-56, présente une analyse subtile d’une caricature de Bigot:

Georges Bigot, Monsieur et Madame vont dans le monde, illustration pour le magazine Tobae, 1887. (Source de la reproduction: http://www.artsetsocietes.org/f/f-index59.html)

La caricature, publiée au Japon, en partie pour un lectorat capable de lire les kanjis, est ambiguë puisqu’elle mêle racisme, darwinisme et critique sociale des efforts maladroits de certaines élites japonaises pour adopter des coutumes occidentales. Comme le montre Miller, cette critique n’est pas seulement le fait d’étrangers exprimant un sentiment raciste de supériorité, mais fait partie du débat national japonais.

Les acrobates japonais sont souvent comparés à des singes. Voici, par exemple, un extrait du journal La Nature 13 (1885) p. 248-250, donc non pas, insistons, une critique d’un spectacle mais un article se prétendant de vulgarisation scientifique:

Certains gymnastes présentent cette particularité de se servir de leurs pieds comme moyen de préhension dans les exercices qu ils exécutent. A ce point de vue ils se rapprochent des singes et arrivent à rivaliser avec ceux-ci comme agilité ou bien à les imiter d une façon saisissante. Les gymnastes japonais excellent surtout sous ce rapport et l’on se rappelle que l’un d’eux s’est exhibé à Paris il y a quelques années sous le nom d’ homme singe. Revêtu d’un costume approprié à son rôle il grimpait le long d’une perche, s’accrochait par les pieds à une corde, se balançait ainsi, sautait, gambadait, faisait des culbutes et exécutait en un mot une multitude d’exercices aussi bien si ce n’est mieux que n’eût pu faire un singe réel. Une troupe de Japonais qui s’est montrée en 1884 dans divers théâtres et cirques de Paris exécutait également des tours extraordinaires et les gymnastes qui la composaient se servaient aussi avec une grande habileté et une grande énergie de leurs pieds nus. Parmi les exercices exécutés par cette troupe, les plus remarquables étaient les suivants (fig 3):

Je pensais que cette comparaison n’était que physique et visuelle, mais je me demande maintenant si elle ne s’appuyait pas aussi, consciemment ou non, sur le thème général du Japon imitateur de l’Occident.

On n’en oubliera pas pour autant que les acrobates japonais seront eux-mêmes rapidement imités par des artistes de cirque occidentaux, en un retournement ironique des caricatures.

Quelques liens:

« Péril jaune » et saltimbanques japonais

Je viens de finir le livre de Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (2014), qui est un peu trop long à mon goût mais intéressant. Il n’y parle pas beaucoup du Japon, ni comme le dit Clements des États-Unis ou de la Chine, mais son étude de l’auteur des romans Fu Manchu, Sax Rohmer, est fascinante.

On y apprend entre autres qu’avant de devenir romancier Rohmer a exercé différents métiers au sein du music-hall. Or celui-ci, en Angleterre, à cette époque, a vu fleurir plusieurs magiciens pseudo-chinois, le plus connu étant Chung Ling Soo ou William Robertson, dont j’ai déjà parlé brièvement en mentionnant le film de Woody Allen, Magic in the Moonlight. Frayling montre bien que Fu Manchu, dans son apparence et son caractère, est directement façonné sur un magicien pseudo-oriental.

La guerre russo-japonaise est un moment important de l’histoire du concept de Péril jaune. Il me semble intéressant de constater que, dans l’imagerie occidentale, on retrouve souvent des images liées au cirque ou au music-hall pour décrire ce conflit et son issue.

Le merveilleux site du MIT, Yellow Promise/Yellow Peril. Foreign Postcards of the Russo-japanese War (1904-1905), sous le contrôle scientifique de J. Dower, en donne quelques exemples .
Voici d’abord une carte allemande, qui exploite l’image de l’ours russe et du dompteur, un artiste de cirque, mais qui d’habitude n’est pas particulièrement connoté japonais:

Dompteur japonais et ours russe

Voici une autre carte qui sera déjà plus familière pour qui connaît les cours de récréation des écoles maternelles japonaises :

Les échasses

La caricature suivante, française, montre un tour bien connu des artistes de cirque japonais : la toupie

Lanceur de toupies japonais et toupie russe

Si ces images ne font pas un lien direct entre l’armée japonaise et des artistes de cirque, la caricature suivante est beaucoup plus explicite, car elle nomme en toutes lettres la compagnie Barnum and Bailey:

Barnum & Bailey – Alliance anglo-japonaise

Remarquons que l’image ne correspond pas tout à fait a sa légende: loin de montrer une alliance, on y voit le soldat japonais en position de soumission et d’allégeance; on pourrait dire qu’il est recruté par la compagnie de cirque.

Images

Massachusetts Institute of Technology © 2014 Visualizing Cultures   

Bibliographie

Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (Londres, 2014) (ISBN 978-0-500-25207-9)

J. Lovell, critique du livre de Frayling, The Guardian 30/10/2014

P. French, critique du livre de Frayling, The Observer 20/10/2014

J. Clements, critique du livre de Frayling, Manga 3/10/2014