Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto)

Le 5 mai dernier (jour des enfants , férié au Japon) , je suis allé au sanctuaire Fujinomori de Kyoto (藤森神社) pour y assister à la partie de son festival annuel appelée « kakeuma » (駈馬). Pendant cet événement, des chevaux montés galopent à vive allure dans la courte allée qui mène de la torii principale du sanctuaire à son bâtiment central. Les cavaliers se livrent à diverses acrobaties pendant cette petite course, qui sera répétée une dizaine de fois. Tout cela est spectaculaire parce que les chevaux passent très près des spectateurs entassés des deux côtés de l’allée et n’en sont séparés que par de légères barrières incapables d’arrêter un cheval s’il dévie de sa route.

La foule s’apprête à prendre des photos du kakeuma (Photo ADH).

En outre, les acrobaties ne sont pas sans danger pour les cavaliers; l’un d’entre eux eut d’ailleurs quelque mal à se relever après une chute, qui avait inquiété la foule mais s’est finalement avérée sans gravité.

Une petite vidéo filmée ce jour-là permet de bien comprendre la nature de ces acrobaties et donne un bon aperçu des réactions du public1.

La vidéo suivante est intéressante parce qu’elle permet d’entendre la parole et d’entrevoir les pensées de plusieurs de ces cavaliers:

J’en retiens plusieurs éléments:

  • l’affirmation que le festival remonte à l’époque Heian
  • la transmission de cette pratique entre générations d’un nombre limité de familles
  • les acrobaties servent à impressionner les dieux tout autant que les spectateurs
  • les chevaux n’appartiennent pas au temple; et les cavaliers ne s’entrainent presque pas avant le festival
  • le spectaculaire travail d’équipe des assistants qui arrêtent les chevaux dans leur élan pour qu’ils puissent repartir pour un nouveau tour, travail dont on ne dit mot et qui est donc peu mis en valeur
  • la fierté personnelle des cavaliers acrobates

Le festival fait officiellement partie du patrimoine immatériel de la ville de Kyoto: 京都市登録無形民俗文化財2. Le spectacle d’acrobatie remonterait à l’an 781; pendant les périodes Muromachi et Edo, les acrobaties auraient été pratiquées par des soldats et des officiers de cavalerie. Depuis l’époque Meiji, elles sont réalisées par les habitants du quartier du sanctuaire, des « paroissiens » du sanctuaire Fujinomori3.

Les différentes techniques acrobatiques ont des noms bien spécifiques:

  • 一字書き, ichijikaki: écriture d’un kanji sur une tablette de bois tout en chevauchant sa monture (ce serait la réplique de communications d’urgence sur le champ de bataille, si j’ai bien compris l’explication donnée par hauts-parleurs)

Un assistant montre aux spectateurs le pinceau et la tablette de bois qui vont servir à l’acrobatie ichijikaki (Photo ADH).

Un cavalier montre fièrement le kanji 馬 qu’il a écrit à cheval à une équipe de télévision locale (Photo ADH).

    • 逆立ち, sadakachi: faire le poirier
    • 横乗り, yokonori: chevaucher en étant penché
    • 矢払い, yaharai: ???, littéralement « payer une flèche, payer avec une flèche » ??? (cela consiste à lancer une sorte de filet, ce qui apporterait la confusion auprès des ennemis qui visent le cavalier)
    • 逆乗り, gyakunori: monter à l’envers
    • 藤下り, fujishitari: la tête et le haut du corps renversés vers le bas, une jambe est tendue vers le ciel, et le cavalier n’est retenu que par un pied à un étrier.
    • 手綱潜り, tadzuna-moguri: la plongée ?

Avant les cavalcades, une petite procession permet aux spectateurs d’admirer les chevaux et les costumes des participants, et aux responsables du sanctuaire de purifier la piste de course avec des carrés de papier découpé (j’ignore le nom de ces morceaux de papier) et d’annoncer que les flashs sont interdits pour ne pas effrayer les chevaux.

Procession avant les acrobaties équestres (Photo ADH)

Rituel de purification (?) de la piste aux chevaux (Photo ADH).

Un cavalier (noriko) (Admirez l’étrier) (Photo ADH)

Deux Miko portant des panneaux avec la mention de l’interdiction des flashs (Photo ADH).

Cette dernière photo me permet d’illustrer la façon dont la tradition est utilisée pour une interdiction très moderne et de mettre en valeur les aspects d’ « invention de la tradition » de ce festival. Je doute très fortement qu’il puisse remonter à l’époque Heian et, sous sa forme actuelle, il n’a vraiment aucun aspect qui, de façon convaincante et évidente, puisse rappeler une origine militaire. Je ne serais donc pas surpris s’il mêlait des éléments de l’époque d’Edo, la cavalcade en ligne droite dans un sanctuaire, peut-être en rapport avec des soldats, et des éléments de cirque occidental, les acrobaties. C’est dans doute ici le moment de rappeler que des cirques occidentaux sont venus au Japon dans les années 1860 et suivantes et ont connu un certain succès, notamment avec leurs acrobaties équestres, succès qui leur a parfois valu d’être admirés par l’empereur.

フランス ダイキョクバ, Cirque Soulie (1871)

Visite de l’empereur Meiji et de sa famille au cirque Charini (チャリネ大曲馬御遊覧ノ図) (1886); Public Domain; https://www.metmuseum.org/art/collection/search/55252

Que pensez-vous de cette hypothèse ?4

Liens supplémentaires
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Kakeuma shinji (acrobaties équestres à Kyoto) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 18/05/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1603.

 

  1. La vidéo accompagne un articulet du Asahi Shimbun: 佐藤慈子, 京都・藤森神社で駈馬神事 疾走する馬の上で曲技, 朝日新聞 (5 mai 2018). []
  2. http://www.city.kyoto.lg.jp/bunshi/page/0000189609.html []
  3. DyDo DRINCO, Matsuri of Japan. Fujinomori Matsuri Kakeuma Shinji (2014), avec d’excellentes photographies. []
  4. Un tout grand merci à ma collègue Lucile Druet sans qui je n’aurais pas eu l’idée d’aller voir ce matsuri; je conseille d’aller voir l’excellente série de photos qu’elle y a prises il y a deux ou trois ans. []

The Greatest Showman

Je ne peux manquer de signaler la sortie imminente aux États-Unis d’une comédie musicale basée sur la vie de Barnum.

On trouvera le site officiel du film ici (mais il est assez pauvre en informations, je trouve).

La fiche IMdb est plus complète. J’y vois que Yusaku Komori joue le rôle de « Chang » et Danial Son celui de « Eng ». Il est donc probable que le film fasse une petite allusion aux artistes et troupes asiatiques qui faisaient partie de l’entreprise Barnum.

Le film sortira en France en janvier 2018 et au Japon en février.

Voici un exemple d’affiche avec un fildefériste japonais du cirque Barnum and Bailey:

Affiche de 1898; Tibbals Circus Collection ht2000209

Pour information: Circus Arts Research Platform

Je recopie, à l’invite de son auteur, un courriel qui m’est parvenu:

CARP – A collaborative website project 

Dear Circus Researcher,

At the Münster international conference last June 2017, during the UpSideDown Circus and Space conference, we – Centre national des arts du cirque (FR), CircusInfo Finland (FI), Circuscentrum (BE) and Centre for Circus Arts Research, Innovation and Knowledge Transfer at the National Circus School (CA) – presented the Circus Arts Research Platform (CARP) : a collaborative website project between circus arts documentary centres and researchers.

To begin, we would like to know whether you are willing to share your research interests, to put the circus arts researcher’s network in place.

If you would like to join this unique platform for circus researchers, please fill out the online CARP Questionnaire and send it before the 31st of October 2017.

Here is a short outline of the project :

The Circus Arts Research Platform (CARP) project is meant to provide assistance to scholars around the world. It’s a collaborative project between circus arts documentary centres and researchers.

The CARP project is designed as a resource platform for scholars, students, and professionals interested in circus arts studies. It also mediates information regarding academic circus arts research for anyone interested.

The CARP platform will provide:

● A directory of scholars (Masters, PhD and post-doctoral students, professors etc.) from various fields—the humanities, social sciences, medicine, and technology, to name just a few—who share an interest in circus arts research.

● An international bibliography of academic publications and articles specifically related to the circus arts.

● Information on conferences and open CFPs (calls for papers).

● Information on the most important resource centres and libraries with circus arts related collections.

● Links to useful academic blogs and web documentaries.

CARP pursues several objectives:

● to connect researchers around the world.

● to stimulate and strengthen collaborations between scholars interested in circus arts studies regardless of their specific fields or academic affiliations.

● to compile an international, accessible bibliography of academic publications related to circus arts studies.

● to list the universities and research institutions with circus-related research programs, research chairs in the circus arts, libraries and resource centres with significant collections, institutions offering residencies to scholars with an interest in circus arts studies, as well as relevant museum collections.

● to list circus arts related research activities (programs, conferences, etc…).

● to share the most recent developments in circus arts research.

As you can see, we will need your collaboration. If you would like to participate or contribute in one way or another to this project, please let us know!

Please feel free to share this invitation and the online CARP Questionnaire with your students and colleagues who would benefit from this international circus arts researcher network.

We intend to launch the CARP website by the end of 2018.

Thank you for your time and and your interest! Here`s to future collaborations in circus arts research!

The CARP Team

Jeanne Vasseur and Cyril Thomas – Centre national des arts du cirque (France)

Anna-Karyna Barlati – Center for Circus Arts Research, Innovation and Knowledge Transfer at the National Circus School (Canada)

Mui-Ling Verbist – Circuscentrum (Belgium)

Johanna Mäkelä – CircusInfo Finland

Parution récente: Une histoire du cirque

Pour information, je recopie ceci depuis le site internet de la BNF:

Une histoire du cirque | Éditions de la Bibliothèque nationale de France

Sous la direction de Pascal Jacob

Conçu par le grand spécialiste du cirque Pascal Jacob, cet ouvrage très richement illustré propose une histoire du cirque, depuis ses origines jusqu’à ses formes les plus contemporaines.

C’est à partir de 1770 que le cirque se développe en Europe, en Angleterre d’abord, axé essentiellement sur le cheval. À la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1930, c’est l’âge d’or du dressage aux États-Unis, dans un cirque en pleine expansion, notamment grâce au développement du chemin de fer. Puis viennent la révolution du cirque soviétique, les acrobaties chinoises et le renouveau du cirque avec les écoles françaises, belges ou canadiennes. Au fil des pages, affiches, dessins et estampes racontent chaque discipline du cirque et nous entraînent à travers le monde dans un voyage haut en couleur.

Informations pratiques

Description
Relié, 240 pages, 180 illustrations, 21 x 29,5 cm
Date de parution

6 octobre 2016
ISBN/EAN

978-2-7177-2722-7 /
9782021303612,
978-2-02-130361-2

Editeurs

  • BnF Éditions
  • Seuil

Liens de la semaine (23 juillet 2016)

Histoire de l’anthropologie française
Cirques aujourd’hui
Émigration japonaise

Liens de la semaine (27 juin 2016)

(Désolé; toujours pas de vraie entrée de carnet; mes cours me prennent tout mon temps, et le referendum du Brexit a bien occupé mon week-end)

Parutions récentes
  • PROFESSIONNALISATION DES MÉTIERS DU CIRQUE. Des processus de formation et d’insertion aux épreuves identitaires, Sous la direction de Thérèse Perez-Roux, Richard Étienne et Josiane Vitali, ISBN : 978-2-343-08660-6 • mars 2016 • 254 pages; L’Harmattan
Bourses
Divers