« SadaYakko » au théâtre Komuna Warszawa (2019)

Au colloque de samedi, lors d’une autre communication, Hana Umeda a présenté son travail inspiré par l’éducation artistique et les spectacles de Sada Yacco et par leur réception par les écrivains et intellectuels polonais du début du XXe siècle.

Voici la bande-annonce de son spectacle:

On peut le voir dans son entièreté sur Vimeo: https://vimeo.com/318853643/95f7cab02a (avec la possibilité d’afficher des sous-titres en anglais).

Cette façon d’appréhender le passé par le corps est extrêmement stimulante; on peut peut-être la comparer aux travaux de Boris Charmatz1.

.

  1. P. Boucheron, G. Amalvi, B. Charmatz, L’histoire, au corps-à-corps, Entre Temps (2 février 2021). []

Spectacles japonais et artistes occidentaux à l’âge d’or du japonisme : un exemple d’interculturalité ? Autour de Sada Yacco et Hanako

J’ai l’honneur de participer demain au colloque suivant. J’en recopie le programme depuis le site internet Sciencescope:

Sada Yacco (1871-1946) est, successivement, ou à la fois, geisha, danseuse et actrice, à une époque où les femmes viennent tout juste d’être (ré)autorisées à se produire sur scène au Japon. Après une tournée aux États-Unis où, avec la troupe de son mari, Kawakami Otojirō (1864-1911), elle fait l’expérience du choc des cultures, elle triomphe à Paris, d’abord au moment de l’Exposition universelle de 1900, puis lors de sa tournée européenne de 1901-1902, qui la conduit jusqu’aux confins du Vieux Continent.

Elle suscite, au début du XXe siècle, l’engouement du public et des artistes, souvent désireux de faire son portrait, que ce soit le jeune Pablo Picasso, l’Italien Leonetto Cappiello, l’Austro-Tchèque passionné de Japon Emil Orlik ou encore l’Allemand Max Slevogt, pour ne citer qu’eux. Icône japoniste, incarnation fantasmée de la femme japonaise aux yeux du public occidental, pour qui enfin les « »estampes prennent vie », les élégantes du Paris de la Belle Époque allant même jusqu’à s’arracher les kimonos portant son nom. Elle ouvre la voie à Hanako, une autre danseuse et actrice japonaise qui, quelques années plus tard, inspire de nombreuses œuvres à Rodin.

Au cours de ce colloque, au-delà de la figure centrale de Madame Sada Yacco, les intervenants chercheront à réévaluer quelques aspects de l’influence des arts de la scène et du spectacle japonais en Occident en les replaçant dans le contexte du japonisme, tout en prenant en compte, notamment, les spectacles d’acrobates – qui inspirent l’homme de lettres et dandy Robert de Montesquiou –, et dont on redécouvre aujourd’hui le succès, mais aussi en rappelant le retentissement, peu connu en Europe occidentale comme au Japon, de la tournée de Sada Yacco dans l’Empire des Habsbourg, à travers l’exemple de trois de ses provinces (Kronländer), ou encore la rencontre entre des danseurs japonais en quête de modernité et celle qui révolutionna la danse à cette époque, Isadora Duncan.

Influences croisées, à plusieurs niveaux, là où on ne les attendait pas forcément… Un modèle d’interculturalité au début du XXe siècle ?

Continuer la lecture

Quinze ans de ma vie (I)

(Voir les parties II. Contrats, III. Imitatrices et IV. Confitures japonaises)

Comme on annonçait une nouvelle édition de l’autobiographie de Loïe Fuller, Quinze ans de ma vie, « présentée et annotée par Sandrine Fillipetti » (Mercure de France, mars 2016, ISBN 978-2-7152-4336-1, 18 €), je me suis précipité pour l’acheter. Je dois bien avouer que j’ai été très déçu de constater que ni la préface, p. 7-12, ni les notes, p. 249-269, ne comportent aucune bibliographie moderne. C’est regrettable puisque il suffit de consulter Wikipedia en anglais ou en français pour voir que les recherches sur le sujet sont vives et stimulantes. L’encyclopédie électronique montre ici une nette supériorité sur une publication traditionnelle. Comme presque tous les textes de ce livre sont disponibles en ligne, je ne peux recommander l’achat de cette nouvelle édition. Son seul intérêt provient de la sélection de textes qui accompagnent l’autobiographie de Fuller (p. 205-246). Malheureusement, elle n’est justifiée nulle part; on aurait voulu savoir les critères qui ont mené à l’inclusion de tel ou tel texte. En outre, souvent, les indications bibliographiques sont insuffisantes. Je me permets de les compléter ci-dessous, avec les liens vers Gallica. L’index de Fillipetti est, lui, original et utile.

    • Loïe Fuller, Quinze ans de ma vie ; préface d’Anatole France ; traduit de l’anglais par le prince Bojidar Karageorgevitch (Paris, 1908)
    • Roger Marx, Une rénovatrice de la danse, dans L’art social (Paris, 1913), p. 211-236 (Édition Fillipetti p. 207-219)
    • Stéphane Mallarmé, Autre étude de danse. Les fonds dans le ballet, d’après une indication récente, dans Divagations (Paris, 1897), p. 179-185 (Édition Fillipetti p. 220-224; oubli d’une note p. 184 pour le texte de Rodenbach « Figaro 5 mai 1896 »)
    • Camille Mauclair, Sada Yacco et Loïe Fuller, Revue blanche 23 (Septembre-Decembre 1900), p. 277-283 (Édition Fillipetti p. 225-234)
    • Georges Rodenbach, La Loïe Fuller, dans La jeunesse blanche : poésies (Nouvelle édition, suivie de plusieurs poèmes inédits) (Paris, 1913), p. 203-206 (texte daté de 1897) (Édition Fillipetti p. 235-237)
    • Ad. Henry et Y. Guédon, La Loïe Fuller aux Folies-Bergère, dans La science française 7 (1897, second semestre), p. 312-314 (Édition Fillipetti p. 238-243, avec reproduction du diagramme mais sans reproduction des photographies)

    • La Loïe Fuller, chef d’industrie, L’Argus 1146 (9 février 1902), p. 85 (Édition Fillipetti p. 244-245)
    • Loïe Fuller, Gabrielle Bloch, M. Plieux de Diusse, Brevet d’invention no 534.881 (4 avril 1922) (Reproduit de je ne sais quelle publication dans Édition Fillipetti p. 246). En voici le résumé:

Science et industries photographiques 3.2 (1/10/1922), p. 103